Julian Assange accusé de viol pendant quelques heures

Etrange affaire que celle-ci. Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, a été accusé hier pendant quelques heures de viol. La police suédoise a lancé un mandat contre lui. Aujourd’hui on apprend que M. Assange n’est plus suspecté de viol et que la police a abandonné la poursuite.

assange1-550x365.jpgQui est Julian Assange? Celui qui déstabilise l’armée américaine en publiant sur le site Wikileaks des images ou documents militaires secrets. Les derniers concernaient l’Afghanistan.

Je ne pense pas que M. Assange serve la cause de la paix en publiant ces documents. De plus, et bien qu’il s’en défende, il semble que cela mette en danger des personnes qui fournissent des renseignements sur les talibans. Car même si les noms sont effacés, des recoupements de faits peuvent parfaitement trahir l’identité d’une personne. Sachant de quoi sont capables les talibans M. Assange prend donc le risque d’envoyer à la mort des personnes qui refusent l’intégrisme islamiste.

On peut se demander raisonnablement pour qui travaille M. Assange.

Voilà pour le Monsieur. Mais l’accusation? Elle a été portée vendredi soir en Suède par deux femmes: l’une pour viol, l’autre pour agression. Et comme de par hasard, l’accusation de viol a été immédiatement diffusée à la presse et relayée dans le monde entier. A ce stade, il n’y avait aucune raison de fournir cette info aux médias. Aucune? Si, une: salir M. Assange et lui enlever du crédit, donc en enlever au site qu’il a fondé et aux informations qu’il publie.

Pour que la police suédoise laisse tomber l’accusation de viol 36 heures après la plainte, il faut croire que celle-ci était vraiment très, très légère. Fausse accusation? M. Assange le suggère. Comme d’habitude, il suffit d’accuser un homme de viol pour le démolir durablement. Le mot viol étant devenu l’un des plus traumatisants, on ne se prive pas de l’utiliser: on est sûr de provoquer une émotion et de laisser une trace.
FaussesAcc1.jpg
C’est pour le moins curieux, cette accusation qui survient quelques jours avant la publication annoncée de nouveaux documents militaires.

Au fait, puisque la police a abandonné cette accusation de viol et donc que celle-ci semble infondée, que se passe-t-il pour l’accusatrice? Elle continue sa vie normalement? Personne ne l’inquiète?

Il faut en venir à ce que les accusations de viol infondées, qui se terminent par un classement, un non-lieu ou un acquittement, soient immédiatement suivies d’une mise en examen de l’accusatrice. Celle-ci devrait encourir une condamnation équivalente à celle qu’aurait pu subir l’homme victime de son mensonge. Une attitude ferme de la justice découragera les vocations. Une fausse accusation est un viol, un viol moral, et une agression grave. Elle entraîne souvent perte du travail, de la famille, du logement, dépression, suicide.

Il faut impérativement que la justice prenne ces affaires très au sérieux, car devant les vies cassées et le désintérêt de la justice, la colère monte chez de plus en plus d’hommes.

Les américains ont une expression pour nommer les fausses accusations: la balle d’argent.

Dans les westerns, c’est celle qui tue à coup sûr.

Catégories : société 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "On peut se demander raisonnablement pour qui travaille M. Assange."

    Pour le mollah Omar ?

  • H.M quelle solution avez-vous adopté contre L'Hyperhidrose plantaire?

    Merci

    J.J

  • ® Jean-Jacques (Rousseau?):

    Quel est le lien avec le sujet?

    (※‿※)

  • Chaque jour, des hommes sont faussement accusés...

  • Condamné les fausses accusation ça serait ouvrir la boite de pandore.
    Imaginé le nombre entre les fausses accusations de viol, les fausses accusation en tout genre durant le divorce contre les hommes, le nombre s'élèverait à des dizaines de millier chaque années.
    Il faudrait construire, des dizaines de millier de places de prison pour femmes pour de par parler de centaine de millier.
    Les tribunaux serait débordé (déjà qu'ils le sont).

  • "Il faut en venir à ce que les accusations de viol infondées, qui se terminent par un classement, un non-lieu ou un acquittement, soient immédiatement suivies d’une mise en examen de l’accusatrice. "

    il faut savoir que les féministes on demandé absolument le contraire. que les plaintes pour fausses accusations ne puissent pas se faire.
    moi je pense comme il a déjà été écrit dans ce blog, qu'il devraient y avoir une instance au-dessus de là justice qui la controle.

    la justice familiale prouve tous les jours, quen fait de justice elle n'en porte que le non, ce n'en ai qu'une parodie.

    en son sein cette justice regroupe des femmes anti-hommes partisanes, malhonnêtes, militantes attitudes qui sonts à l'encontre de la notion de justice.

    "Campagne pour la modification du délit de dénonciation calomnieuse

    Note sur la nécessaire modification législative du délit de dénonciation calomnieuse
    C. Le Magueresse, AVFT
    le 13 février 2006 Autres articles
    Lecture critique des débats devant le Sénat le 24 janvier 2006

    Amendement pour modifier l’article 226-10 du Code pénal sur la dénonciation calomnieuse
    1. Les dispositions en vigueur
    1. 1. L’article 226-10 du Code pénal dispose :

    « La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 300.000 francs d’amende.

    La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d’acquittement, de relaxe ou de non-lieu déclarant que la réalité du fait n’est pas établie ou que celui-ci n’est pas imputable à la personne dénoncée.

    En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci. »


    1. 2. Les éléments constitutifs du délit
    Il appartient au tribunal statuant en matière de dénonciation calomnieuse de caractériser les éléments constitutifs du délit, à savoir :

    ÉLÉMENTS MATÉRIELS :
    • Une dénonciation spontanée
    • Une dénonciation calomnieuse

    ÉLÉMENT INTENTIONNEL :
    • La mauvaise foi du dénonciateur

    Il résulte des ‘dossiers’ suivis par l’AVFT, que des femmes victimes de violences sexuelles et déboutées de leur plainte par une ordonnance de non-lieu ou par une décision de relaxe de l’auteur des violences désigné, sont condamnées pour dénonciation calomnieuse en violation du principe de la présomption d’innocence.

    Ces condamnations sont possibles parce que la rédaction de l’article 226-10 les favorise."


    Donc si je comprends bien le but de ce site féministe AVFT, mais il ne le dit pas, c’est de permettre aux femmes qui fonts une fausse accusation de ne pas être inquiétées

    http://laviedeperes.over-blog.com/pages/UNE_MERE_CONDAMNEE_POUR_FAUSSES_ACCUSATIONS_DE_VIOLENCES-34866.html

    http://www.sospapa.net/phpBB2/viewtopic.php?p=91201

    http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2008-08-22/violences-conjugales-a-qui-la-faute/1597/0/268422

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article90

  • je n'existe d'avoir mis un lien qui n'existe plus.

    "Tout à fait d'acord sur la nécessité de protéger les personnes victimes de violence (dans la grande majorité, ceux qui accusent sont réellement victimes), mais comment éviter aussi les dégâts des "fausses accusations" ? Dans ma famille, la femme de mon cousin qui vit dans le nord a accusé son mari de violence (en l'occurrence pédophilie) pour obtenir de meilleures conditions de divorce... (quelques mois avant, elle lui avait dit que s'il ne l'entretenait pas financièrement, elle ferait ce qu'il faut pour le priver de ses enfants). Il a été finalement innocenté car le juge s'est rendu compte de grosses incohérences de témoignage, etc., mais quels dégâts ! La rupture de communication avec ses filles en bas âge - pour les protéger le temps du procès - est quasi irréparable et les filles qui se rendent maintenant compte d'avoir été manipulées culpabilisent... Toute la famille est meurtrie... sauf la coupable, qui voulait partir avec un gars plus riche tout en escroquant son (cocu) de mari (!). Il faut sanctionner avec rigueur les personnes formulant des fausses accusations (lorsqu'on peut le prouver) pour éviter ce genre de dérive. Quelle responsabilité d'être juge !
    ECHERI
    Nécessité aussi de sanctionner les fausses accusations
    jeudi 28 août | 19:38
    Avocat de profession et ayant eu à souffrir de ce genre d'accusations pour justifier - après coup - d'un abandon du domicile ; je peux témoigner que quelques avocats véreux et répugnants encouragent aussi certaines femmes à arguer de ce genre de lâchetés. [...] En face, je suis à fond pour une répression forte à l'encontre d'une minorité d'hommes qui exercent des violences de quelque nature que se soit, y compris en cas de tromperies ou d'escroqueries ; car personne ne doit se faire justice soi-même, également au motif que la violence physique est bien souvent la pire des lâchetés. C'est la raison pour laquelle j'acquiesce totalement à la loi de 2006, qui a élargi la notion de "circonstances aggravantes" aux violences commises par les conjoints et concubins. Mais et justement pour défendre les femmes réellement violentées, il est impératif aujourd'hui de profondément punir la cruauté exercée par certaines "dames" qui n'hésitent plus à affabuler, pour terroriser leur mari, de sorte à se refaire une virginité auprès de leur famille et partir sans aucun complexe vers d'autres bras plus jeunes ou pas, le tout en essayant de spolier au mieux l'homme qui les a aimées et, dans mon cas, qui aurait donné sa vie pour sa belle. Oui, cette minorité de femmes indignes, en agissant dans le mensonge font profondément injures aux femmes battues, qui elles, ont réellement eu à subir la lâcheté de la violence d'un mari, qui bien au contraire aurait dû être là pour les protéger. [...]"


    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

  • L'accusation de viol est, en effet, grave. Mais force au prévenu blanchi de contre-attaquer en "dénonciation calmonieuse". D'ailleurs le vrai problème est celui du Procureur qui doit effectuer une enquête préliminaire pour vérifier les faits, avant, éventuellement de poursuivre le prévenu (désignation d'un juge, mise en examen...) ou signer une ordonnance de non-lieu si les preuves ne sont pas suffisantes, par exemple (ce qui aurait été bienvenu dans ce cas...c'est là l'étrange d'ailleurs).
    Bref le Procureur ou son représentant, est le vrai responsable de l'accusation, à priori mensongère, de viol de M.Assange. C'est à lui que j'aimerais poser des questions.

Les commentaires sont fermés.