Lapidation: Sakineh et les autres

La bonne conscience internationale se lève pour défendre Sakineh Mohammadi Ashtiani, cette femme iranienne condamnée à la lapidation pour adultère. La notion d’adultère est particulière puisqu’elle aurait eu deux relations avec un homme après le décès de son mari. En Iran on resterait mariée après le décès de son époux? Quelle en est la logique?

sakineh.jpgL’accusation de meurtre, reprise à la télévision la semaine dernière avec des aveux suspects, avait déjà été abandonnée par les autorités iraniennes.  Celles-ci semblent vouloir jeter la confusion pour déjouer les protestations internationale. La justice iranienne est juste délirante.

Une société se donne les lois qui lui semblent bonnes. Ce qui est choquant c’est bien sûr la disproportion entre la supposée faute et la sanction. C’est aussi la probable parodie de procès. C’est enfin la méthode monstrueuse de la lapidation. Sans parler de la peine de mort en elle-même.

Alors, si l’on peut sauver la vie de Sakineh, faisons-le. Sans savoir quel sera le résultat. La crainte de l’opinion internationale peut jouer en faveur de la condamnée. Mais l’orgueil national peut jouer contre elle, l’Iran n’appréciant pas particulièrement que l’occident vienne lui faire la leçon.

Mais Sakineh n’est pas la seule en attente de lapidation. D’autres y sont condamnées. Actuellement en Iran, trois autres femmes sont dans le même cas que Sakineh.

Quelle que soit la législation d’un pays, que nous soyons d’accord ou non avec des lois issues de la religion et qui gouvernent tous les aspects de la vie privée, la lapidation est en elle-même une pratique dégradante pour ceux qui la pratiquent. Imaginez ce que peuvent ressentir les hommes qui lancent les pierres, qui voient la femme être blessée et mourir peu à peu - car cela prend du temps.

Il y a de quoi être retourné.

Soutenir Sakineh est une chose. Mais toutes les condamnées doivent être soutenues. La lapidation doit être mise hors-la-loi au niveau mondial. Et les lois directement religieuses qui prétendent gouverner toute la vie des gens devraient être refusées par les citoyens du monde entier. En occident nous avons fait le chemin de séparer la loi civile (ou pénale) de la loi religieuse. Les musulmans de pays où la charia est appliquée feront-ils de même? Se libéreront-ils du joug et replaceront-ils la religion comme une démarche privée?

Quand la réalité individuelle, les besoins réels, la souffrance subie, provoqueront une révolution culturelle contre l’oppression collective menée par une certaine forme de religion et par ceux qui l’utilisent aux fins d’imposer leur pouvoir, l’explosion sera planétaire. Ce sera une grande révolution pour plus de liberté de conscience, de responsabilité et de choix.


Catégories : société 76 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • J'imagine bien un Iranien écrire dans le principal journal de propagande de la République islamique qu'il faut faire cesser les avortements en Suisse (quand même plus de 10'000 par année, dont 3 par jour à Genève - pas besoin d'aller très loin si vous voulez sauver des innocents). Mais ce retour de la barbarie, évidemment, c'est ce que vous appelez le progrès.

  • Excellent article.

  • @Ahmad Shah Massoud
    Vous voudriez nous faire croire que l'avortement n'existe pas lorsqu'il est interdit?

    D'autre part, il n'y a pas de comparaison possible. La lapidation a comme objectif de faire souffrir et mourir lentement. Ce qui est intolérable et barbare. Il n'y a pas d'autre mot.

    :-B

    ps: pendant ce temps, il y en a un qui trouve que Ahmadinejad est un grand homme...
    http://laburgonde.blog.tdg.ch/archive/2010/08/16/ahmadinejad-mahmoud-un-grand-homme.html

  • @Massoud :

    La lapidation est dictée par une religion... l'avortement non (il ne manquerait plus que ça, tiens). C'est là toute la différence.
    Dans nos démocraties, il y a autant de personnes opposées à l'avortement (et qui ne manquent pas de crier haut et fort leur dégoût) que de personnes favorables.
    Je vois peu de musulmans crier haut et fort leur opposition et leur dégoût par rapport à la lapidation.
    C'est là aussi toute la différence.

  • l'islam est la religion de tolérance , le prophète conseilait à son entourage de cherchait le savoir meme dans les lieux les plus reculés , pourquoi donc ?
    Pour essayer de changer la manière d'agir de juger .
    s'il etait vivant de nos jours ,sa sentence serait autre avec preuves à l'appui ,tout en essayant de gardait seine la progéniture de sekineh .
    ces gens là sont les suppos de satan .
    qu'ils appelle leur religion d'un autre nom , mais pas "islam'

  • @Pascale:
    L'avortement est permis. Il est même fortement conseillé aux jeunes filles dans les écoles. Et chaque habitant au bénéfice de l'assurance maladie y participe. Vous dites qu'il n'y a pas de comparaison possible parce que vous n'avez pas envie de voir en face les crimes de la société occidentale. J'ignore s'il existe une gradation dans l'horreur. En ce qui me concerne, on peut difficilement aller plus loin que de tuer et encourager des parents à tuer 10'000 enfants par année, dans l'indifférence générale, aux frais de l'assurance maladie. C'est plus commode, évidemment, de se donner bonne conscience en se "mobilisant" pour une personne condamnée à l'étranger.

    @MJ:
    Vous plaisantez - la liberté d'expression en Occident sur le crime de l'avortement? des personnes qui crieraient haut et fort leur dégoût pour ce crime? Où ça? En tout cas pas en Europe... Le blogueur qui mettrait chaque jour sur son site la photo des trois foetus tués ce jour-là à Genève ne s'attirerait pas beaucoup de sympathie. Par contre, la photo de cette malheureuse Iranienne, on la voit partout... En Occident, il y a très peu de personnes qui s'expriment contre l'avortement ou qui renoncent à le financer en payant leur assurance maladie. S'ils s'expriment, ces gens seront immédiatement vilipendés comme rétrogrades, anti-féministes etc. La personnalité politique qui voudrait fonder sa carrière sur ce combat serait immédiatement reniée par son parti. Dites-moi quand une personnalité politique, ou une association, ou autre, s'est exprimée publiquement, pour la dernière fois, en défaveur de l'avortement? Tout au plus quelques marginaux ont-ils voulu, récemment, remettre en cause le financement de l'avortement (car ils n'ont même pas osé s'attaquer au crime lui-même). Un peu comme si on voulait s'attaquer à la lapidation en spécifiant que chacun devait acheter lui-même les pierres qu'il lance... Car enfin, on parle quand même de 10'000 morts par année. Dans les pays musulmans, il y a peut-être la même opposition molle à une pratique, la lapidation, qui est entrée dans les moeurs. Et en plus, comme vous le dites très bien, l'avortement n'est pas lié à la religion, à quelque chose de sacré. Alors pourquoi vous attendriez-vous à ce que les dissidents musulmans soient plus courageux que les vôtres?

  • Jusqu'à preuve du contraire cet article parle de lapidation et non pas d'avortement. Si une femme se fait avorter, elle a certaines raisons et particulièrement si elle a passé par une "tournante" si chère à certaines personnes dont les origines ne sont pas européennes ni chrétiennes !

  • L'avortement est peut-être permis en Suisse, mais ce que l'on sait, c'est que même s'il est interdit, il se pratique aussi, mais dans de plus mauvaises conditions. Et vous délirez quand vous dites qu'il est conseillé...

    C'est un autre, et vaste, débat. Qui commence par la question de savoir si un fœtus est déjà un être humain, ou pas. Et les avis divergent.

    Dans le cas de toutes ces femmes, qui ont été ou qui vont être lapidées. Il n'y a pas de question à se poser.

    Vous utilisez le fait qu'il est facile de critiquer l'Iran, qui ne se permettrait soi-disant pas de critiquer la Suisse, pour ses us et coutumes.
    Ce n'est pas honnête, et ne constitue pas une raison pour ne pas dénoncer ces actes barbares.

    Des suisse ont dénoncés par exemple les mauvais traitements que certains NEM ont subi, ici, et pas ailleurs. Des suisses qui se permettent de critiquer la Suisse. Et fort heureusement.

    Ce n'est qu'un exemple.

    Enfin, vous avez tout à fait le droit de publier ce que vous voulez dans la une de votre République Islamique. Même de faire appel à l'ONU, vous ne seriez pas le premier.

    La différence, c'est que ce site de blog n'a rien de propagandiste. Il n'est qu'à voir ce qui est publié, il y a tout et son contraire.


    :-B

  • @Massoud :

    "Dites-moi quand une personnalité politique, ou une association, ou autre, s'est exprimée publiquement, pour la dernière fois, en défaveur de l'avortement?"
    C'est une blague ? Vous n'habitez visiblement pas l'Europe.
    Le Roi des Belges (Baudouin Ier), a refusé de signer la Loi de dépénalisation de l'avortement votée par son peuple. Un chef de pays de 10 millions d'habitants qui refuse publiquement d'accepter l'avortement dans son pays, ça répond à votre question ?

    Parce que vous imaginez sans doute naïvement qu'il y a moins d'avortement en Iran qu'en France ??
    Je suis absolument contre l'avortement, mais comme je ne peux pas l'empêcher (décision du peuple, on est en démocratie) je préfère qu'il se fasse en milieu hospitalier plutôt que dans des caves, greniers ou derrière une dune loin dans le désert comme en Iran.

  • Comme le rappelle Pascale le sujet ici est la lapidation.

    La lapidation devrait être universellement bannie. Et merci à sarah de rappeler qu'il y a une différence entre la religion et ceux qui l'utilisent pour imposer leur propre pouvoir. La lapidation est une régression même par rapport au christianisme ("Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre").

  • @ Massoud
    Je suis tout à fait d'accord avec la remarque d'octave vairgebel : l'article ne traite pas de l'avortement et votre amalgame entre les deux faits est malhonnête et insultant. Je veux pourtant vous répondre.

    Il est d'abord malhonnête. L'avortement n'est jamais obligatoire, libre à celles qui s'y refusent de ne pas y recourir. L'avortement n'est jamais un acte anodin, et je ne connais personne qui en fasse l'apologie; les travailleurs sociaux, conseillers en planning familial, et autres médecins ne prônent en aucun cas un recours généralisé à l'avortement, et même, dans chaque cas qui se présente, ils ont l'obligation de proposer à la femme des solutions alternatives. Enfin, contrairement à la propagande des 'pro life', la dépénalisation adoptée par le peuple suisse en la matière (dans les douze premières semaines de la grossesse), n'a pas multiplié les cas, au contraire. De plus, les opposants à cette pratique ne sont pas muselés ni empêchés d'agir : il n'y a qu'un faire un tour sur l'Internet pour voir qu'ils sont bien actifs, et, s'ils sont minoritaires, ce n'est pas la faute des partisans d'une politique libérale en la matière. Que vous considériez tout avortement comme un meurtre, c'est votre affaire, mais votre aveuglement idéologique vous empêche de voir la réalité des faits.

    Bref, ce n'est pas le débat. Là où vous êtes insultant à l'égard de Mme Ashtiani, c'est quand vous ramenez son cas à votre obsession. La pauvre femme n'a certainement pas choisi de se faire lapider. Elle n'a certainement pas bénéficié des conseils avisés et compétents qui lui auraient offert une alternative à son sort funeste. Enfin, même à considérer qu'elle soit coupable d'adultère, rien dans la raison humaine ni dans aucun commandement divin (à moins que Dieu ne soit un monstre), ne justifie qu'elle soit mise à mort, et d'une manière particulièrement barbare. La peine de mort est, en soi, un acte ignoble, mais lorsque s'y ajoute une telle cruauté proprement sadique, c'est une abjection qui déshonore quiconque la soutient.

    Je veux croire que vous me rejoindrez sur cette conclusion, et que vous vous excuserez d'avoir malencontreusement laisser entendre que la pratique de l'interruption de grossesse en Suisse puisse justifier ou même excuser les monstruosités de la charia (que certains des militants anti-avortement ne seraient pas fâchés de voir appliquée, en matière de mœurs, dans notre pays aussi).

    Au plaisir de ne plus vous lire.

  • @Acquarius:
    Je n'ai jamais dit ni laissé entendre que les crimes des uns justifiaient ceux des autres. Donc, pour des excuses de ma part, vous risquez d'attendre longtemps. L'avortement, pas obligatoire? Vous considérez seulement la situation de la mère et vous êtes tellement enfermé dans votre monde que vous ne pensez même pas que l'enfant, lui, est tué sans qu'on lui demande son avis...

    @MJ:
    Votre exemple (Baudoin 1er) est significatif effectivement. D'abord, il remonte à bien longtemps. Ensuite, ce roi a dû abdiquer une journée pour ne pas avoir à signer le décret. Il n'a pas osé, alors qu'il était roi, refuser de signer, quitte à provoquer une crise institutionnelle (que son pays connaît de toute manière). Il a abdiqué pour ne pas avoir à signer. C'est ça, crier haut et fort?

    @Octave Vairgebel, acquarius, hommelibre:
    Non, ce billet n'est pas seulement consacré à la lapidation. On y chante principalement les vertus des sociétés occidentales qui, elles, ont "fait le chemin de séparer la loi civile (ou pénale) de la loi religieuse", on espère que "les musulmans de pays où la charia est appliquée en feront de même", qu'ils se "libéreront du joug de la religion" etc. En gros, ce billet dit clairement que mes coreligionnaires sont des attardés (ils sont plus en arrière sur le chemin du progrès) et qu'ils devraient suivre l'exemple de l'Occident. Ma réponse, c'est qu'il est peu probable que les musulmans aient envie de suivre votre modèle, en particulier si vous tuez des enfants sans même vous en rendre compte. D'ailleurs, les réactions générales contre mes propos démontrent bien que votre prétendue ouverture d'esprit, dont vous vous enorgueillez, est en fait très limitée. Dès que quelqu'un exprime un avis qui dérange les habitudes établies, on l'invite à ne plus s'exprimer.

  • A propos de tuer des enfants, vous estimez que de leur mettre autour du cou des versets du Coran et d'en envoyer des milliers en première ligne dans une guerre dont l'Iran était un des deux belligérants est digne d'une religion civilisée ? Et parlons aussi de l'excision, des décapitations, de la pendaison des homos, de l'interdiction faite aux femmes de suivre les écoles et n'oublions pas que le 6 septembre prochain cela fera 40 ans que les terrorristes Habache et Arafat auront détournés 3 avions avec plus de 450 passagers, volés les valeurs qu'il y avait dans ces avions (2 millions de francs dans celui de Swissair), de les faire exploser après qu'un homme, André Rochat de Genève et responsable du CICR au moyen-orient, ai réussi à faire libérer en premier les passagers chrétiens puis les passagers juifs et les équipages qui auraient servis, sans son intervention, de "chair à canon" au grand plaisir des musulmans !

  • @ Massoud :

    Oui, vous avez hélas raison... vous avez mis le doigt dessus.. et c'est ce qui rend le dialogue si difficile.
    Comme vous le dites justement : Les pays occidentaux ont "fait le chemin de séparer la loi civile (ou pénale) de la loi religieuse", on espère que "les musulmans de pays où la charia est appliquée en feront de même".

    Oui M. Massoud, l'Occident s'est battu pendant des siècles à coup de guerres, de massacres et de révolutions pour que l'homme soit LIBRE.
    Libre de penser, libre de sa morale, libre de critiquer, libre de sa sexualité.
    Libre d'être un homme.

    Les régimes islamistes fonctionnent aujourd'hui comme l'Occident fonctionnait au 14è siècle.

    Patience... attendons encore 5 ou 600 ans et nous pourrons causer ensemble.

  • @ Ahmad:

    En effet, je trouve souhaitable de séparer les lois religieuses et civiles, de manière de permettre à chacun de suivre son propre chemin sans obligation religieuse quelle qu'elle soit. Et en effet j'aimerais que cette démarche soit généralisée. Cela vaut autant pour le Tibet d'ailleurs, ancienne théocratie politique, que pour les autres religions.

    Mais je souscris en faux contre votre extrapolation: "En gros, ce billet dit clairement que mes coreligionnaires sont des attardés". Non je ne pense as cela. Je pense que dans les républiques islamiques où règne la charia il n'y a pas de liberté politique, il y a la peur du peuple face aux dirigeants et à leurs soldats, et que rien que cela empêche d'être libre et de mettre en question une pratique comme la lapidation.

    La soumission à Dieu - concept déjà discutable - se superpose à la soumission aux hommes d'églises et aux gouvernants. L'effet de groupe aidant, il est simplement difficile de se libérer du joug de l'oppression.

    Je ne sais pas si la séparation loi religieuse - loi civile est un modèle occidental. Je ne le pense pas. De nombreux pays musulmans font cette différence. La question incluse dans cette séparation, c'est la liberté de penser, la liberté de conscience, le droit au désaccord et au débat, plutôt que la peur ou la co-dépendance dans un groupe et la domination d'une classe politico-religieuse. Les Talibans en sont une caricature, mais les mollahs d'Iran qui ont pris le pays sous leur coupe sont du même acabit: une seule vérité, une seule voie.

    Quand les musulmans - pas idiots mais sous la menace ou une contrainte policière ou culturelle - qui vivent dans ces pays-là se lèveront, les propos que vous tenez tomberont d'eux-mêmes. Ils n'auront plus de raison d'être. Il n'y aura plus de conflit des civilisations.

    Pour le reste il ne s'agit pas de vous empêcher d'exprimer vos convictions, d'ailleurs je ne touche à aucun de vos commentaires et je ne vous traite pas d'idiot. Que certains n'aient plus envie de vous lire c'est leur droit. Mais vous avez le droit de continuer à vous exprimer sur mon blog. Si vous aviez une position purement idéologique, haineuse et insultante, je me permettrais, au bout d'un moment, de vous rappeler aux bonnes moeurs des blogd (si, si, il y en a parfois...), mais ce n'est pas le cas et votre avis peut être exprimé librement.

  • Aucune loi ne doit porter atteinte à l'intégrité physique des individus, surtout des plus vulnérables.

    La lapidation, comme la peine de mort ou les amputations punitives doivent être condamnées par les associations de défense des droits de l'homme.

    L'intégrité physique des enfants doit, elle aussi, être protégée. Il faut interdire toute mutilation sexuelle des enfants, filles et garçons.

    Rapprocher les sanctions corporelles irréversibles à l'interruption volontaire de grosses est une manœuvre pour parler d'autre chose. Ce sont des actes de nature complètement différente et les femmes qui mettent fin à un début de grossesse ne le font jamais par plaisir, mais elles l'ont décidé. On ne peut pas en dire autant des victimes des actes de barbarie rappelés dans l'article.

    Le pouvoir politique de l'Iran a choisi le mot république islamique par opposition à royaume islamique. Or, le mot république vient du latin "res publica" (la chose publique) qui implique que la démocratie (le gouvernement du peuple) existe. On sait ce qu'il en est.

  • Quel est le sort de l'homme qui a entraîné cette femme dans l'adultère ?

    Comment fonctionnent les mariages temporaires, notamment avec des femmes que nous appelons ici des enfants ?

    Quel est le futur de la femme violée ? Quel est le sort de celle qui se défend pour ne pas être violée ?

    Quel est plus généralement le sort de la femme sans propriétaire (sans père ou sans mari) ? Pas seulement en Iran mais aussi en Algérie et dans d'autres pays encore...

    Merci de nous éclairer.

  • Ahmad, j'ai ajouté à mon billet le clip vidéo que j'ai réalisé sur la lapidation. Je ne sais pas si cela vous touchera. Ce n'est pas dans un cadre musulman que cela s'est passé, mais Yézidi. Mais le fait est le même. Sauf que dans les lapidations "officielles" la femme est enterrée jusqu'au cou et ne peut même pas tenter (inutilement il est vrai) de se protéger.

  • M. HM, vous dites ceci : " même par rapport au christianisme ("Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre").

    Il me semble que vous ayez mal saisi le sens de cette phrase attribué à Jésus, car ce n'est pas du tout un appel à la lapidation.

  • Ilyas, non, j'ai mis cette phrase parce qu'elle est justement un progrès. Car personne ne peut jeter en conscience la première pierre comme si lui-même était parfait.

    La lapidation est censée servir à "purifier" en excluant par la mort. Elle n'a rien à voir avec une sanction judiciaire: c'est une sorte de vengeance collective contre une personne. Elle va bien au-delà de la sanction: elle est le prix que ceux qui se croient justes font payer.

    La phrase du Christ était une incitation à ne pas lapider. René Girard a bien décrit cela.

  • de moi brahim 43ans
    Pourquoi vivre si nous devons mourire
    Pourquoi t aimée si tu doit me quittée
    Pourquoi rire si nous devons pleurée
    Pourquoi se levée si nous devons dormire
    Pourquoi prendre la vie alors que dieux nous la donne
    il n y a qu une presonne qui peut faire sa mais ce n est pas nous a vous de voire

  • je croyais que nous étions au 21è siècle? Comment cette BARBARIE peut-elle encore être "autoriser" ? qu'est donc devenue la charte des DROITS DE L'HOMME? Aucun acte ne justifie la mort d'un être humain, certains hommes se conduisent de manière plus BARBARE que les animaux eux même !!! nous devons agir pour faire interdire tout c'est supplices.....

  • Bonjour Hommelibre,
    Je comprends qu'Ilyas ait mal compris votre allusion à "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre", car vous écrivez juste avant que "la lapidation est une régression même par rapport au christianisme". J'aime bien le "même par rapport au christianisme"...
    Il est étonnant que vous n'ayez pas parlé de René Girard dans votre billet, car selon lui le meurtre collectif correspond au cycle naturel de la violence dans les sociétés humaines. C'est une réalité anthropologique: les sociétés humaines fonctionnent selon le modèle du cycle mimétique dont le pivot central est le meurtre collectif. Il dit aussi que seules les sociétés influencées par la bible ont pu prendre conscience de l'innocence des victimes de ce type de meurtres collectifs.
    Si nous, Occidentaux, avons dans une large mesure abandonné tout ce qui ressemble au meurtre collectif, c'est à cause de la révélation chrétienne. Mais comme nous avons été éduqués dans l'idée que toutes les religions sont violentes (votre "même par rapport au christianisme" est éloquent...), nous n'arrivons pas à discerner la cause de notre rejet du meurtre collectif. Et puisque nous n'arrivons pas à discerner cette cause, nous croyons que nos principes sont tout simplement liés à la nature humaine et à la raison humaine et que par conséquent ils sont universels. Et puisque nous croyons qu'ils sont universels (et non pas liés à l'enseignement chrétien), nous demandons aux musulmans de les reconnaître pour valables. C'est tout le sens de votre billet. Vous souhaitez que les musulmans mettent en pratique des principes "universels" qui sont en fait chrétiens:
    - rejet du meurtre collectif dénoncé par la révélation chrétienne, et mise en pratique de "que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre",
    - abandon d'une religion qui veut régler tous les aspects de la vie humaine, séparation de la loi civile et religieuse, donc mise en pratique de "rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu",
    - établissement d'une culture de la compassion, de la reconnaissance de la souffrance de l'individu, etc., et là aussi, aucune doctrine ne va plus loin dans l'exigence de l'amour et du pardon; dans le christianisme, l'exigence centrale de l'amour inconditionnel pour son prochain fait que la haine n'est jamais justifiée par un devoir sacré (on peut invoquer le christianisme pour justifier un acte haineux, mais c'est beaucoup plus problématique que si l'on invoque les principes de n'importe quelle autre religion - le "il a fait ceci, donc il est juste qu'il meure" trouve singulièrement peu de points d'ancrage dans les Evangiles).
    En fait, nos principes, tels que les droits de l'homme, sont universels. Mais il a fallu la révélation chrétienne pour que nous nous en rendions compte et pour qu'ils s'imposent comme naturels à notre civilisation. C'est sous cet angle qu'il faut comprendre les accusations d'ingérence, de néo-croisade et de néo-colonialisme que les pays non-occidentaux portent contre l'Occident: nous essayons réellement, mais sans nous en rendre compte, de leur imposer des valeurs dont l'origine est clairement chrétienne.

  • Monsieur qui pointe du doigt l'avortement,

    Tout d'abord, l'homme devrait prendre ses responsabilités lors des relations sexuelles. Ce n'est pas à la femme seule d'assumer ce problème. Mais bien sûr une certaine lâcheté demeure.

    Comme il est simple de "se laver les mains" et de dire: je ne suis pas concerné. Comme il est simple pour un homme de faire l'amour sans soucier des conséquences.

    Puisque Messieurs c'est vous qui êtes l'acteur principal de la vie, mettez-vous bien dans la tête que vous êtes responsable lors d'une éventuelle grossesse. Et arrêtez de culpabiliser la femme. Prenez votre courage, éliminez votre lâcheté, tant que faire se peut, et évitez de la mettre enceinte, ainsi il n'y aura pas d'avortement.

  • @ Raphaël Baeriswyl :

    "nous essayons réellement, mais sans nous en rendre compte, de leur imposer des valeurs dont l'origine est clairement chrétienne."

    Oui peut-être... et comme vous le dites, nous avons "oublié" qu'elles étaient chrétiennes ces valeurs.
    Mais ces valeurs sont aussi devenues celles des athées aujourd'hui en Occident.
    Vouloir "grandir" et évoluer ne consisterait-il justement pas à puiser le meilleur dans les cultures, sociétés et religions qui nous entourent pour en faire également nos valeurs ?

    Je suis catholique romain pratiquant, mais cela ne m'empêche pas du tout de prendre (et d'appliquer dans ma vie) ce que je trouve bien comme valeur "humaine" dans ce que je découvre dans d'autres cultures ou religions (même si ces valeurs peuvent être en contradiction avec les préceptes du Vatican).
    Une idéologie n'empêche pas que nous cherchions des idées dans une autre et c'est cela (à mon avis) qui nous grandit.
    Restons ouvert à TOUT et réfléchissons en conscience afin de rechercher sans cesse le meilleur, non ?

    Le tribunal des Mollah aujourd'hui ressemble férocement à l'Inquisition de l'Eglise catholique du 13è siècle...
    Ce ne serait donc qu'une question de temps ? Il faudra donc patienter qqs siècles, attendre que les populations se révoltent comme elles se sont révoltées en Occident il y a des centaines d'années...
    Et en attendant, on fait quoi ?
    .

  • @MJ:
    Je ne comprends pas très bien pourquoi vous me posez toutes ces questions, ni le rapport entre certaines de vos remarques et ce que j'ai écrit.

    En gros, vous dites que vous être très ouvert malgré votre statut de catholique romain pratiquant, et que vous voyez tout l'intérêt qu'il y a à s'intéresser aux valeurs d'autres cultures et religions. Fort bien. Mais je ne vois pas le rapport ni avec le billet, ni avec mon commentaire.

    Quant à savoir si et, si oui, dans combien de temps les droits de l'homme vont s'implanter ailleurs, je commencerais d'abord par m'inquiéter de leur pérennité chez nous. Car si, conformément aux thèses de René Girard, seule la révélation chrétienne a permis aux hommes de comprendre l'innocence des victimes du meurtre collectif (et c'est la conscience de cette innocence qui pousse la société occidentale à protéger ceux qui la menacent), alors les droits de l'homme ne peuvent que décliner au fur et à mesure que s'éteint la foi chrétienne. Personnellement, je n'ai pas le sentiment que les droits de l'homme fassent des progrès dans notre société.

    Si cela vous intéresse, j'ai rédigé une petite théorie générale de la violence, accessible sous ce lien: http://www.raphaelbaeriswyl.ch/pdf/Theorie-generale-de-la-violence.pdf .

  • Les musulmans ne viendront jamais deffendre cette femme en masse et encore moins les iraniens. Que vous soyiez choqués ou non ne change rien. Les musulmans ne partagent pas nos valeurs.
    Iran va devoir affirmer sa position nationale et rejeter l'ingérence étrangère et donc mettre a mort cette femme.Si elle est coupable d'adultère, la loi soutenu par les musulmans en masse en Iran sera appliquée. Si elle est innocente, nous avons fait en sorte qu'Iran la tue pour marquer son autorité face a l'Occident et encore une fois la population soutiendra et avalera la propagande du régime.

    Le crime c'est l'adultère qui ne sera jamais accepté par les musulmans et encore moins par les Iraniens.
    Je dis cela en connaissance de cause pour avoir vécu 5 ans en Iran.

  • J'irais bien visiter l'Iran avec ma copine cet automne, tiens, ça a l'air d'être un pays cool !

    C'est vrai quoi, avec 10 Gardiens de la Révolution à chaque carrefour on ne risque pas de piquer ma bagnole.
    En plus, comme un iranien ne peut pas se trouver proche d'une fille qui n'est pas sa femme (sous peine de prison), ma copine aura la paix !

    Et puis il doit y avoir beaucoup de spectacles pittoresques dans les petits villages... une pendaison par-ci, une lapidation par-là, ou encore une main tranchée ailleurs, on ne risque pas de s'embêter :-)

    Ce sera pratique pour ma copine, puisqu'elle elle devra porter un foulard qui cachera les trois quarts de son visage, elle ne devra pas perdre du temps à se faire belle dans la salle de bain de l'hôtel !
    Je me réjouis aussi d'assister à un mariage.
    Voir un gars de 50 ans épouser une petite fille de 9 ans, ça doit être chou comme tout !

    En plus comme les Iraniens ne peuvent pas quitter leur pays, il n'y aura pas de bouchons à la frontière !
    Quel ambiance douce et merveilleuse doit baigner ce pays, je me réjouis !!

    Mon dieu... :-(

    Non, c'est vrai, n'allons pas leur parler des Droits de l'Homme, puisque ces droits "ont une origine clairement chrétienne" ... (!)
    Assistons plutôt sans broncher aux lapidations, aux pendaisons, aux amputations et autres tortures. Soyons lâches.
    .

  • MJ n'oubliez pas, avant de partir, d'acheter un paquet de sacs-poubelles de 110 litres pour habiller votre copine !

  • Désolé Mj

    Vous allez etre très déçu.

    Iran est un pays extrêmement moderne et les gens sont, très acceuillants et des plus serviables.

    Les hommes sont très fiers et les femmes très douces. Mais Ils ne plaisentent pas avec leur traditions ou les crimes.

    Je vous conseille donc d'éviter ce pays, vous pourriez avoir des problèmes avec son peuple dans son ensemble.

  • @MJ:
    Vous parliez, quelques posts plus haut, des bienfaits de l'ouverture, de l'intérêt porté aux autres cultures, de l'opportunité de grandir au contact de l'autre, etc... Et voilà tout ce que vous êtes capable de nous dire au sujet d'un grand pays comme l'Iran.
    Pour ce qui est des droits de l'homme, je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas en parler. J'ai dit qu'il fallait être conscient que les droits de l'homme ne sont pas aussi neutres, détachés de toute religion, que nous le pensons d'ordinaire en Occident. Nous ne comprenons pas que les autres cultures se sentent agressées quand on leur demande d'adopter les droits de l'homme, qui sont la conséquence d'une tradition millénaire qui n'est pas la leur.
    Vous parlez de lâcheté. A mon avis, le courage n'est jamais l'allié de la bêtise.

  • Autre mythe:

    Les iraniens ne peuvent pas quitter leur pays.

    Rien de plus faux. Iran et la Turquie on abolit les controles a la frontière et les demandes de visas.

    Les iraniens peuvent aller librement en Turquie et les Turques en Iran. Mais si les iraniens ne quittent pas l'Iran c'est certaienement parce qu'ils ont une vie qui leur convient malgré tout ce que nous pensons...

  • @Massoud,

    1. D'abord, et puisque, de toute évidence, vous ne l'avez pas compris, c'est le très douteux amalgame que vous avez fait entre avortement et lapidation qui induit nécessairement un raisonnement du type "si vous avez le droit de tuer des enfants dans le ventre de leur mère, nous avons bien le droit de lapider des femmes adultères". Je note que vous ne condamnez toujours pas la pratique de la lapidation : dois-je en déduire que vous la soutenez, hors toute comparaison avec l'interruption de grossesse, ou puis-je encore espérer que vous vous désolidarisez de cette tradition ?
    2. Je vous prie de m'indiquer de quelle manière on pourrait procéder, pratiquement, pour demander l'avis d'un embryon de douze semaines (vous écrivez : "... l'enfant, lui, est tué sans qu'on lui demande son avis")? Outre le fait qu'un embryon n'est même pas un fœtus et encore moins un enfant, je me réjouis de vous le voir interroger. Mais, bien évidemment, vous serez en mesure d'entendre sa volonté, et celle de Dieu à travers elle, vous qui avez reçu la Parole...
    3. En ce qui concerne votre opinion selon laquelle ce billet ferait l'apologie des valeurs occidentales, discriminant les valeurs musulmanes et accusant vos coreligionnaires d'être des attardés sur la voie du progrès, je vous répondrais simplement que le simple respect de la dignité humaine, de la dignité ineffable de chaque être humain, indifféremment de toute idéologie, de toute religion et de tout dogme politique, implique nécessairement que l'on refuse tout traitement humiliant, dégradant ou cruel à chacun(e) de nos frères et sœurs humain(e)s. Il y a, même dans le saint Coran, des passages édifiants sur la compassion : si vous les connaissez, méditez-les. Si le simple fait d'admettre que tous les êtres humains sont égaux en dignité, libres de choisir ce qu'il font de leur vie, hors de toute autorité irrationnelle et dans les limites du bien commun à tous, frères et sœurs les uns des autres, vous offusque, alors oui, vous êtes un attardé (que vous soyez musulman ou chrétien, cela ne change rien à l'affaire), et même un dangereux attardé. L'Occident que vous rejetez a mis des siècles à se désembourber des impasses mortifères de la religion, pour instaurer une république plutôt pacifiée : même si les vieux démons relèvent toujours la tête, la laïcité démocratique, malgré tout le mal qu'on puisse en penser, a seule garanti (sans toutefois éviter les accidents dramatiques que furent les totalitarismes du XXème siècle), un cadre où des gens d'opinions de religions et de cultures différentes peuvent vivre ensemble sans que des massacres s'ensuivent : le jour où l'Umma garantira que des chiites ne massacrent pas des sunnites (ou réciproquement, sans parler des alévis, soufistes ou autres ismaëlistes) on reparlera des vertus comparées d'un régime islamique à la mode iranienne et d'un régime démocratique à l'Occidental.

    J'avais espéré ne plus vous lire, ce que déplore quelque part hommelibre. Je voulais bien évidemment dire que je souhaitais ne plus lire des propos aussi grotesques que ceux que vous aviez écrits ; ce n'était donc pas l'auteur qui était visé, mais bien le texte. Visiblement, vous n'en prenez pas le chemin, et continuez d'enfermer vos contradicteurs dans les défauts sophistiques de votre conviction. Confronté à un tel dogmatisme obscurantiste, je n'ai plus qu'a me taire : soliloquez de tout votre saoul, je ne vous répondrai plus, vos propos n'en valent pas la peine.

  • @ François
    Les frontières de l'Iran étant ouvertes, rien ne devrait donc empêcher Mme Ashtiani de quitter l'Iran pour aller s'établir au Brésil, qui s'est déclaré prêt à l'accueillir, si ce n'est qu'elle a, en Iran une vie (et une mort atroce tout prochainement) qui lui convient, malgré tout ce que j'en pense ?

  • Je ne sais pas si ce "Massoud" existe vraiment, de toute façon, je n'aurai aucun plaisir à le rencontrer...

  • @François et Raphaël

    Hééé, un peu d'humour que diable :-)
    Je ne doute pas une seconde que l'Iran soit un pays magnifique (il suffit de voir les photos) et ses habitants charmants (j'ai un ami et une amie iraniens, charmants et très intéressants tous les deux. J'aime bien discuter avec eux, ils m'apportent beaucoup).

    Et j'espère sincèrement avoir la chance un jour de visiter ce pays, mais seulement lorsque ce régime horrible aura été renversé, et en espérant que ce pays fabuleux ne soit pas vitrifié d'ici là par Israël... gloops.. encore une autre crainte.

    Pour avoir traversé toute l'Afrique en 2CV, j'imagine que les iraniens sont sûrement aussi accueillants que les musulmans marocains, égyptiens, libyens ou soudanais qui m'ont hébergé lors de mon long voyage... une hospitalité que nous avons hélàs souvent perdue ici en Occident.

    Je n'attaque absolument pas le peuple iranien dans mes propos, mais uniquement ce régime de terreur d'un autre âge (tout ce que je dis ne sont sans doute pas des mythes, puisque cela m'a été rapporté par des iraniens !)

    Et le fait que les droits de l'homme "sont la conséquence d'une tradition millénaire qui n'est pas la leur" ne doit pas nous empêcher de leur crier haut et fort notre dégoût par rapport à certaines de leurs traditions.

    En ce qui concerne la passage des frontières.. heu... mon amie iranienne a du s'enfuir en cachette d'Iran il y a qqs années avec sa mère et son frère.

  • @MJ:
    Désolé si je n'ai pas perçu votre humour. C'est peut-être que le thème du billet ne s'y prête pas particulièrement.
    Crier haut et fort notre dégoût. A voir les réactions indignées que suscitent les critiques de "Massoud", qui lui aussi crie haut et fort son dégoût, je suis un peu sceptique sur le choix de la méthode...
    Il n'a jamais servi à rien de crier à la face d'une foule l'horreur de son crime; cela ne la fait qu'enrager davantage. Si Jésus avait invectivé ceux qui voulaient lapider la femme adultère, ils l'auraient lapidé avec elle, sur le champ. Qu'a-t-il fait, vous qui êtes catholique romain pratiquant ("mais quand même ouvert")? Il a regardé par terre, tracé des signes sans importance sur le sable, pour faire baisser la pression et pour ne pas sembler défier la foule du regard, puis attiré l'attention de chacun sur la première pierre que quelqu'un (pas une foule, mais un individu) allait devoir lancer, la première pierre, la plus difficile à lancer car elle est sans modèle. Lisez René Girard.

  • @Octave vairgebel

    "Jusqu'à preuve du contraire cet article parle de lapidation et non pas d'avortement."

    C'est pour justement l'occulter. Donner des exemples et comparer l' incomparables est un sport national chez eux....

  • Ses condamnations sont basées sur le mensonge. Ils ont changé la version d'adultère par meurtrière de son mari! (décédé en 2005 je crois)

  • @Raphael
    Pour moi la réaction de Jesus devant la lapidation est un des messages les plus forts et des Evangiles.
    Je suis impatient de lire René Girard.

    Mais zut, quoi... les iraniens ne sont pas des barbares attardés perdus au fond du désert, ce sont des gens qui sont au même stade de développement que nous, intellectuel, technique, scientifique... comment une société aussi développée peut-elle pratiquer des actes aussi barbares ?

    Combien d'Iraniens approuvent la lapidation pour adultère, la pendaison pour homosexualité, l'emprisonnement pour critique du régime, l'amputation pour vol ?
    Honnêtement je n'en ai aucune idée... 1% ou 80% ?
    Mais j'ai la conviction qu'ils ne sont même pas 1%.
    Et tout le problème est là... un individu pris seul ne lapidera jamais mais pris dans la foule il se déchargera de toute responsabilité, terrorisé en plus par un pouvoir religieux odieux.
    Le fait que l'Occcident clame fortement son dégoût amènera peut-être à un élan collectif en Iran.
    Peut-être que nos réactions aideront la plupart des iraniens à vouloir renverser ce régime des Mollah ?
    Je l'espère, sinon je ne vois pas de solution...

  • @MJ:
    Les Occidentaux pensaient aussi que les élections palestiniennes allaient être aisément remportées par les partis pro-occidentaux. A la surprise générale, c'est le Hamas qui avait gagné.
    Pour Girard: je vous suggère de commencer par "Je vois Satan tomber comme l'éclair", c'est le plus abouti des livres qu'il consacre au cycle mimétique.

  • @Raphael

    Je viens de commander le livre de Girard.
    Pour en avoir lu un petit bout sur le net à l'instant, je sens que je vais apprécier et qu'il pourra sans doute m'éclairer dans mes réflexions. Merci

  • Ah! c'est beau les rêves! Mais malheureusement il faut tôt ou tard descendre sur terre.
    Pour revenir sur ce sujet qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, je vous propose une vision entièrement historique du mythe de Marie-Madeleine.

    Marie-Madeleine n'a jamais existé. C'est un personnage créé par l'Eglise médiévale pour incantifier la "femme" au VIIe siècle (Pape Gégoire 1er).
    Elle est "construite" à partir de trois personnages du nouveau testament :
    - Maria Magdalena, fille aus sept démons
    - Marie de Béthanie, soeur de Lazare et de Marthe
    - La prostituée de Naïn, sauvée par Jésus, qui avait lavé les pieds du Christ, essuyés avec ses cheveux.

    La confusion est rendue possible par le témoignage de Luc à propos du repas de Jésus avec Simon, juste avant d'évoquer la fille aux sept démons.

    Pourquoi est-elle inventée ?
    Pour réaliser une figure composite. Afin de pouvoir dire (écrire) des choses qu'on ne pourrait pas dire autrement.

    Notez que Marie-Madeleine est toujours représentée avec de longs cheveux dénoués, marque des prostituées à l'époque du Christ. D'ailleurs c'est la clé du personnage de Marie Madeleine. Pourquoi a-t-elle les cheveux si longs ?

    Marie-Madeleine, c'est la sainte "spécial femmes". Plus que cela , c'est la troisième femme d'une trinité femelle, les deux autres étant Marie (mère de Jésus) et Eve, la toute première.
    Sans Marie-Madeleine, la femme croyante ne peut pas s'identifier. Elle n'a pas de modèle.

    Marie est trop parfaite pour être imitée. Pas un modèle, un dogme (immaculée).
    Eve est la faute incarnée, la malédiction (les règles des femmes en anglais se disent curse of Eve).

    Bref pas un modèle non plus.
    Marie est le contraire, le simétrique de Eve. D'ailleurs l'ange Gabriel salue Marie en lui disant AVE. Pas par hasard ce salut inverse de EVA....

    Donc on a un extrême (perfection immaculée) et l'autre (fautive absolue).
    Pour les femmes, qui forment une part importante de la chrétienté (...) deux choix possibles : soit être une traînée soit une sainte (vie monacale chaste), pas de milieu. Donc pas d'identification possible au sein de l'Eglise Chrétienne. Impossible de continuer comme ainsi, il fallait faire quelque chose.

    Donc on crée ce troisième personnage. Avec Madeleine, elles ont un modèle : la "pute" au grand coeur. Prostituée d'abord, puis sainte. Elle incarne le point de passage entre Eve et Marie. Elle incarne aussi l'étendue du possible pour une bonne chrétienne.

    Parce qu'elle est différente des deux, mais aussi par ses points communs.
    D'Eve, elle a la séduction professionnelle, de Marie, elle porte son prénom (pas de hasard). Elle vit dans l'ombre du Christ, pleure pour lui, est la première à laquelle le Christ paraît ressuscité, bref, sans les cheveux longs on confondrait bien les deux (Marie et Marie-Madeleine).

    On voit donc la construction d'un triangle sémiotique : comme elle n'est ni Eve ni Marie, mais qu'elle ressemble aux deux, Madeine articule l'immaculée à la souillée, la pure à l'impure. Elle est le chemin, la voie, la Porte qui permet aux filles d'Eve de devenir la fille de Marie. Suffit de se convertir et hop, le tour est joué.

    Bon, et les cheveux alors ?
    Ben c'est simplement le signe de la conversion.
    Les longs cheveux rappellent qu'elle les a dénoués pour essuyer les pieds du maître. C'est aussi les cheveux longs de la pénitente, si longs que dans le désert, ils lui tombent aux pieds.
    Il y a aussi le thème de l'intimité. Une femme y dénoue ses cheveux. Mais pas dehors. Jusqu'au XXe siècle, on ne sort pas "en cheveux", sinon, cela démontre l'attrait pour une vie dissolue, voire, bien pire. Sauf les jeunes filles, pucelles.

    Donc les longs cheveux de Madeleine rappellent son impudeur passée, et sa pénitence résumée dan la phrase latine "puella sed non virgo" : jeune fille mais pas vierge. Encore un pont, un passage.

    Bref trois images de femme, mais une restriction sévère de moralité sociale.

    L'ambivalence prostitution/sainteté persiste dans le personnage de Marie-Madeleine qui n'est qu'une continuité plutôt qu'une rupture.

    Dans l'église catholique encore aujourd'hui, une femme ne pe peut être q'une sainte (chaste, une soeur) ou une femme perdue (qui est bien punie puisqu'elle aura le SIDA).

    Tout cela pour dire que la Marie-Madeleine de ce livre est une invention du VIIe siècle à des fins de "transfert psychologico-religieux" et que donc tout ce qui est bâti autour de ce personnage ne repose sur aucune base historique sérieuse.

  • @Kyros

    Dites donc, ça fuse dans toutes les directions ces commentaires, c'est cool !
    J'ai loupé un épisode ? je ne vois pas très bien ce que vient faire Marie Madeleine subitement dans ce débat sur la lapidation, mais bon !
    De quel livre parlez-vous ? du livre de Girard ? (je ne l'ai pas encore lu !!)

    Mais dites-moi Kyros, pourriez-vous développer ce qui vous fait penser que Marie Madeleine n'a jamais existé ?
    On la cite pourtant clairement dans les Evangiles :

    1. Mention dans l’entourage de Jésus, parmi d’autres femmes : Lc 8,2 seul.

    2. Présence au pied de la croix. Mt 27,56 // Mc 15,40 // Jn 19,25. Le passage parallèle de Lc n’indique pas son nom propre (Lc 23,49).

    3. Assistance à l’ensevelissement de Jésus. Mt 27,61 // Mc 15,47. Là encore, Lc ne cite pas de nom, mais utilise une formule générale : les femmes qui étaient venues de Galilée avec lui (Lc 23,55).

    4. Préparation d’aromates pour embaumer le corps de Jésus. Mc 16,1 // Lc 23,56 — 24,1. Lc ne précise pas le nom des femmes concernées qu’en 24,10.

    5. Démarche au tombeau ouvert et vide. Mt 28,1 // Mc 16,2-7// Lc 24,1-8 // Jn 20,1.

    6. Apparition de Jésus ressuscité. Mt 28,9-10 ; Jn 20,11-17. En Jn 20,11-17 il s’agit d’une expérience particulière de Marie-Madeleine, dont le nom est indiqué à plusieurs reprises dans le récit (v. 11.16.18). Dans la version de Mt 28,9-10 il est question de deux femmes, Marie Madeleine et une autre Marie, dont les noms sont fournis dans la scène précédente, en Mt 28,1.

    7. Annonce aux disciples. Mt 28,8.11 // Lc 24,9-12 // Jn 20,2.18. Selon Mc 16,8 les femmes ne disent rien à personne.

    Bref, on cite Marie Madeleine à de nombreuses reprises dans les Evangiles et je souhaiterais savoir ce qui vous fait dire qu'elle n'a jamais existé. Merci de m'éclairer.

  • A vous de faire votre petite enquête comme je fais la mienne mais en attendant lisez plutôt


    Q. : Le tableau ci-dessous intitulé La Cène de DaVinci, si Marie-Madeleine est celle qui est à droite de Jésus, cela n’est donc pas l’illustration de la dernière Cène, le dernier repas de Jésus avec ses douze apôtres?

    R. : Ce tableau a été peint en 1495 et terminé en 1498. « Cène » signifie souper et le repas eucharistique était la demande des dominicains à Da Vinci, pour leur réfectoire. Mais faits étranges on n’y voit pas le pain rompu, mais de petits pains et on n’y voit pas La Coupe de vin que Jésus a partagé avec ses apôtres, mais des verres de vin. La coupe, le GRAAL, est cependant symbolisée dans la posture des personnages de Jésus et Marie-Madeleine qui forme un espace en V, symbole du féminin sacré et repris par l’artiste.

    Q. : Alors si ce tableau ne représente pas la dernière Cène, qu’est-ce que Da Vinci a voulu illustrer? S’il voulait attiré l’attention sur Jésus et Marie-Madeleine, pourquoi toute cette dramatique avec les apôtres, illustrés d’ailleurs par groupe de trois?

    R. : Da Vinci était un maître du Prieuré de Sion, une organisation très discrète dont le fondateur fut Godefroi de Bouillon qui fut le chef de la première croisade et prit Jérusalem en 1099. Cette association était chargée de conserver un secret sur les origines de Marie-Madeleine. Cela est relié à l’histoire de Renne le Château, un village en France, et a constituée la trame de fond historique du roman de Dan Brown. Jésus était de descendance royale en Israël, de la tribu de David, mais la royauté n’était pas régnante à son époque. Marie de Béthanie, la fiancée de Jésus, aurait aussi eu du sang royal, mais par une autre descendance : on avance qu’elle est de la tribu de Benjamin dans le Da Vinci Code. Les deux amoureux étaient destinés à faire une alliance importante pour Israël, ce qui pour Rome était complètement exclue, même en Gaule qui faisait partie des territoires conquis 50 ans auparavant, conquête qui allait se poursuivre jusqu’au baptême chrétien du roi Clovis à Reims en 486. Jésus et Marie-Madeleine ont été victimes d’un complot du Sanhédrin, le clergé juif de l’époque, vendu à Rome, et probablement aussi par une faction rebelle : les Zélotes, dont Barrabas était le chef. Ils se sont servis de l’apôtre Judas, ancien Zélote et le trésorier de Jésus, pour le trahir. De plus l’apôtre Pierre avait un sentiment non favorable à Marie-Madeleine, ceci est rapporté dans l’Évangile de Marie. Sur le tableau c’est lui qui tient dans sa main droite un couteau et a l’index de sa main gauche sur le cou de Marie-Madeleine. C’est un geste hostile, du moins durant cet épisode, c’est on ne peut plus clair! C’est probablement cette situation que Da Vinci a voulu illustrer. Léonard De Vinci était reconnu pour avoir un humour un peu spécial et un tempérament à défier quelque peu les idées préconçues de son temps, tout le monde sait qu’il était un inventeur de génie!

    Sur le site qui décrit le Prieuré de Sion renne-le-chateau.com on mentionne qu’il y aurait eu une réunion des grands Maîtres le 17 janvier 1981 à Blois.

    Q. : Jésus et Marie-Madeleine étaient-ils un couple marié?

    R. : Jésus et Marie Madeleine étaient un couple, mais non mariés. Vu par nos normes religieuses actuelles ceci semble scandaleux! Il en est comme le tableau ci-dessus où nos croyances sont tellement ancrées dans l’habitude que la plupart répondent : « Ceci représente Jésus et ses douze apôtres ». Alors on ne « voit » plus par observation, mais par conditionnement. Pour commencer Jésus (Yeshuau) et Marie (Myriam était son nom, et non Marie-Madeleine) n’étaient pas catholiques, car cette religion n’était pas encore inventée! Si vous pensez « mariage » dans la religion, vous pensez à un célébrant qui unit un homme et une femme par une cérémonie officielle. Or dans le cas de Jésus cela ne s’est pas produit et cela n’avait pas à se produire puisqu’il portait la mission du Christ. Dieu n’a pas à se soumettre à une quelconque religion ou à un ministre du culte! C’est sur la demande de Jésus que Jean le Baptiste l’a baptisé, presque en tremblant, car il savait qu’il y avait là quelque chose « d’anormal » à ce que Dieu fait homme se soumette à un simple prêtre! Jésus voulait donner ici un enseignement, comme dans tout ce qu’il faisait et disait. Marie de Magdala a été baptisée par Jean le Baptiste avant que Jésus le fût.

    Q : Qui était Marie-Madeleine?

    R : Marie-Madeleine n'a pas vraiment existée en Israël, c'est un personnage français! Cette histoire venue de France a joint l’histoire de trois Marie, dont une est la mère de Jésus, qui ont existé dans la vie de Jésus, puis repris en France avec trois Marie encore. Les « Myriam » étaient des prêtresses du fait d’être instruites par leur père ou leur frère aîné ou leur conjoint, eux-mêmes de grands initiés. Ce sont des femmes qui savaient lire, très rare à cette époque, sauf pour la classe noble. À la basilique Sainte-Anne de Beaupré à Québec, vous avez une statue de Sainte Anne qui montre à lire à sa fille Marie, qui sera plus tard la mère de Jésus. On représente aussi Marie-Madeleine sur les images avec un livre. Marie Madeleine est également évangéliste. Un apocryphe du IIe siècle, L’évangile de Marie, lui est attribué. Nous sommes à une période du christianisme où on veut s’approcher de l’authenticité du Maître Fondateur, donc l’Esprit nous fait parvenir des informations petit à petit, à travers différents chrétiens en recherche, pour comprendre ce qui se trouve sous le mythe de Marie-Madeleine.

    Q : Pourquoi, si elle était si importante dans la vie de Jésus, a-t-on laissé sous-entendre que Marie-Madeleine était une prostituée? D’où vient cette méprise?

    R : Ça c’est en effet la partie choquante de l’histoire! D’autant plus qu’elle provient d’un pape et de moines. S’il n’était pas été ressuscité, Jésus se serait bien retourné dans sa tombe! (Je plaisante, car dans le film Da Vinci Code Marie-Madeleine a une tombe!)

    Il y avait un récit de moines Palestiniens au VIe siècle qui parlait de Marie l’Égyptienne. Une femme nommée Marie aurait vécue plusieurs années au désert, faisant pénitence pour ses fautes. Morte, elle apparut en lumière quelques temps plus tard à un moine nommé Zosime qui était en train de prier. Au début il cru que c’était un bel ange venu le réconforter. C’est là qu’elle lui révéla qu’elle était là car elle avait menée une vie de débauche et elle demanda au moine de prier pour la délivrance de son âme. Cette légende a été jumelée à l’histoire de Marie-Madeleine.

    Dans son homélie, vers l’an 600, le pape Grégoire 1er, voulant convertir des Barbares, donna en exemple à ses fidèles en faisant allusion aux femmes de moralité douteuse, le repentir de Marie-Madeleine, la pécheresse de mauvaise vie qui avait changé lorsqu’elle rencontra Jésus qui lui avait ôté sept démons. Un de ses successeurs, Grégoire VII, imposera le célibat pour entrer en prêtrise (voir encadré).

    Mais comme le Dieu des chrétiens est un Dieu de vérité, tout est appelé à être rectifié par l’Esprit. Le message de Jésus et Marie-Madeleine, des êtres divins incarnés, des héros et des modèles, se rapproche alors ainsi d’avantage de nos aspects très humains où les êtres persécutés peuvent se permettre d’espérer à nouveau grâce au Christ. Marie-Madeleine, c’est le drame d’une Reine, mais une reine sainte et accessible à toutes les femmes qui vivent la souffrance et le mépris à cause de la discrimination de leur sexe.

    Jusqu' au onzième siècle, les catholiques de rite latin reconnaissaient la pratique, la coutume et la loi permettant le mariage des prêtres. C'est à ce moment seulement que le pape Grégoire VII imposa à tous ceux qui voulaient être ordonnés prêtres de s'engager d'abord formellement au célibat. Pourtant, pendant plusieurs siècles encore, les prêtres et même les papes ont continué d'assumer le mariage et la paternité.

    source : Vision Catholique du Canada : usao.edu

    Q : Jésus et Marie-Madeleine ont-ils eu une descendance comme le laisse entendre le roman Da Vinci Code?

    R. : Jésus a bien eu deux enfants: un garçon et une fille La fille est bien Sarah, comme on le dit dans le film Da Vinci Code Sarah est à l'origine du culte de la Vierge noire, la plus vielle statue chrétienne qu’on a retrouvée et qui représente la scène de la Vierge Marie avec l’enfant Jésus sur ses genoux. Mais les deux personnages ont la peau foncée, même noire, car en réalité Sarah était de descendance indo-égyptienne, et comme son enfant est de descendance royale, les versions subséquentes de cette statue l’ont faite elle et son enfant avec une couronne sur la tête. Les premiers gitans ont gardé le culte et se sont « convertis » plus tard aux catholicisme : la vierge blanche et l‘enfant Jésus blanc. Jésus a eu aussi un garçon, sans doute 12 ou 13 ans après Sarah, il avait la peau pâle, comme son père.

    Les deux enfants auraient été élevés à ce qui correspond à la Provence aujourd’hui, en France, sous la surveillance de Marie de Béthanie, sa sœur Marthe et son frère Lazare, St-Maximin et Marie-Salomé, la sœur de Marie, la mère de Jésus.

    Q. : Certains ont prétendu que Jésus avait un frère jumeau. Se pourrait-il qu’on ait confondu cette union de Marie-Madeleine avec son frère et que Jésus n’ait pas eu réellement de femme dans sa vie?

    R : Jésus n'avait pas de jumeau, mais son demi-frère, Jacques le Mineur, lui ressemblait beaucoup. D’ailleurs Da Vinci l’a représenté, c’est le premier à sa gauche ci-dessus. On a retrouvé une esquisse d’avant l’œuvre finale qui l’atteste. Il a eu aussi, comme maintenant il y a des imitateurs, un homonyme qui, pour se moquer de lui, l'imitait. Mais cela a choqué les gens, surtout que les guérisons étaient confirmées. Tant qu’à l’union de Jésus et Marie-Madeleine, elle est explicite par l’évangile de Myriam et par l’évangile de Philippe, un autre apocryphe, où il est dit que Jésus embrassait Marie-Madeleine sur la bouche.

    Q. : Pourquoi ces renseignements sont-ils dévoilés maintenant?

    R. : Parce que nous sommes dans une période de l’Histoire de l’humanité où c’est le temps de la Révélation, dite Apocalypse, pour reprendre les termes bibliques. La prophétie de l’apôtre Jean mentionne que cette ère précède celle d’un âge d’Or de mille ans où le Christ vient régner avec son épouse dans la Jérusalem Céleste et où une humanité purifiée, le peuple de Dieu, pourra enfin vivre débarrassée des misères et fléaux de l’ère obscure.

    Note importante:

    Je tiens à spécifier que ce sont des événements du passé et que ceci ne comporte aucune prétention à faire des liens avec les peuples ou institutions actuelles : que ce soit le clergé juif ou catholique actuel, le peuple juif, français ou italien (romain) actuel. Ceci est un piège trop facile que de tomber dans le racisme, l’anti-sémitisme ou le fondamentalisme ou autre idéologie tendancieuse à cause de l’histoire passée. Et parlant du Grand Maître Jésus, lui-même qui renonça à toute vengeance au nom de Dieu, ceci serait du plus mauvais goût! Alors insinuants, vous abstenir!
    par H. Hainault

  • @Kyros
    ah oui oui... vos déclaration de l'inexistance de Marie Madeleine sont donc basées sur le Da Vinci Code... une histoire bien confuse qui démarre sur un tableau du 15è siècle, en passant par Godefroid de Bouillon et tout le reste.. bien compliquée cette histoire et qui me semble tirée par les cheveux.
    Je ne vois toujours pas le rapport avec la lapidation en Iran.
    Enfin chacun son truc.

  • Pour en revenir au sujet de cette note, l'auteur Khaled Hosseini, d'origine afghane, décrit dans un de ses romans une scène très dure de lapidation. En lisant, on comprend que le héros du livre y assistant en est bouleversé, traumatisé, dégoûté et honteux (comme d'autres spectateurs, sans doute).

  • Oups: l'incomparable :)

  • @: gerardh | 17 août 2010

    Les réponses que vous vous posez sont dans ce billet de Leïla Babès du 23/04/2008 mais plus que jamais d'actualité:

    Noyoud

    Mariée à huit ans

    En matière de violences infligées à autrui, les hommes ont déjà commis le pire. Mais lorsque celles-ci sont exercées à l’endroit des enfants, c’est l’insoutenable qui est atteint. Nous savons tout ou presque, sur l’esclavage des enfants, les sévices corporels que des parents indignes leur administrent, leur exploitation dans des travaux pénibles pour de maigres salaires, leur utilisation dans les guerres que se livrent des peuples, la pédophilie, l’excision et son cortège de mutilations, etc.

    Difficile d’établir une échelle dans le degré de l’horreur que nous inspire la maltraitance des enfants. Mais lorsqu’à la cruauté, s’ajoute la bêtise des coutumes patriarcales, et qu’un acte barbare s’est produit en terre d’islam, alors nous nous sentons davantage concernés.

    Ce qui est arrivé à la petite Noyoud, une yéménite de 8 ans, dépasse l’entendement.

    La fillette vient de déposer plainte contre son père et son mari, oui oui, son mari.

    Noyoud avait été mariée de force à un homme de 22 ans son aîné. Deux mois après son mariage, elle se réfugie dans un tribunal, porte plainte, et raconte son calvaire : son père qui la battait et lui disait que si elle n’épousait pas cet homme, elle serait violée par d’autres hommes, et que personne n’en voudrait pour épouse. Sa mère, et toute sa parentèle féminine, complice, n’a rien fait pour la protéger. Quant au mari, il la battait aussi toutes les fois qu’elle s’isolait pour jouer, la traînait de force dans la chambre à coucher, et la violait.

    Bouleversé par ce tragique récit, le juge cache Noyoud pendant quatre jours et fait arrêter son père et son mari. Mais le père, refuse catégoriquement de rendre sa liberté à la fillette. « C'est mon droit de la garder, disait-il t-il lors de l'audience. Ce n'est pas une question d'amour : je ne l'aime pas. C'est une question d'honneur : comment a-t-elle osé se plaindre de moi ? » Une donation anonyme de 100 000 riyals (317 €) en provenance des Émirats l'a finalement fait changer d'avis.

    Comment une telle atrocité a-t-elle pu arriver ? Il y a d’abord les lois de ce pays, qui malgré des restrictions introduites pour limiter ce genre d’abus, restent laxistes à l’égard des coutumes. En effet, si la loi yéménite interdit le mariage avant 15 ans, elle autorise les contrats de mariage avec des enfants mineurs, les relations sexuelles entre époux restant interdites jusqu'à ce que la jeune fille soit «prête». Noyoud raconte qu’on lui avait promis qu’elle resterait chez ses parents jusqu'à 18 ans, mais qu’une semaine après le mariage, on l’a obligée à aller vivre chez son mari.

    Si la consommation du mariage ne peut se faire que lorsque la jeune fille l’a décidé, pourquoi alors autoriser le mariage des enfants mineurs ? En vérité, les lois dans les pays où les atteintes aux droits de femmes et des fillettes sont les plus graves, comme les crimes d’honneur, l’excision, les mariages forcés, y compris pour les petites filles, les juridictions sont complaisantes à l’égard de ces coutumes, même si elles se teintent d’un semblant de lois de protection. Preuve en est que le père et le mari de Noyoud n’ont pas été poursuivis, et ne risquent pas d’être sanctionnés. Pour l’instant, la fillette s’est réfugiée chez un de ses oncles, avec sa petite sœur de 6 ans. Mais elle est toujours en danger, et risque d’être remariée, ou pire, être victime d’un crime d’honneur, pour avoir entaché l’honneur des siens.

    Selon une étude réalisée en 2006, 52,1 % des filles yéménites sont mariées avant leur majorité, contre 6,7 % des garçons, et si la moyenne d'âge des mariés est en augmentation (14,7 ans pour les filles ; 21,5 pour les garçons), les filles continuent d'êtres mariées dès 8 ans dans certaines régions.

    Dans les Etats pré-modernes, la coutume tient lieu de règle de droit. Chaque village, chaque tribu, chaque région, chaque ethnie, se trouve régi par la tradition locale. Les inégalités, les discriminations raciales, sociales et sexuelles sont la règle. Sans compter qu’en l’absence d’une justice supérieure, la loi du talion est largement pratiquée. L’individu n’est pas considéré comme un sujet de droit, il est entièrement soumis à la volonté et aux valeurs du groupe, comme la vengeance, l’honneur. Dans ces communautés où l’honneur de la famille ou du clan est considéré comme sacré, les sentiments filiaux, l’amour de son enfant, la compassion, la peur du châtiment divin, tout ceci s’efface au profit de la nécessité de retrouver l’assentiment du groupe, même si cela doit passer par le sacrifice de la fauteuse. La réaction indignée du père de Noyoud, sa peur du déshonneur et sa cruauté à l’égard de sa fille, illustrent bien cette fonction déshumanisante et criminogène de la coutume patriarcale.

    On aurait pu imaginer qu’en terre d’islam, et en dépit des discriminations dont elle est porteuse, la Loi religieuse aurait pu servir de moyen de régulation et neutraliser ces coutumes qui contreviennent à son éthique. Mais c’est oublier deux choses : d’abord que là où elle n’a pas su faire valoir sa toute-puissance, la shari’a s’est souvent accommodée de la coutume, le ‘urf. L’exemple de l’exhérédation des femmes kabyles au XVIII° siècle, en est un exemple. Ensuite, quoique l’islam ait réduit les discriminations à l’égard des femmes (comme la limitation de la polygamie, le droit d’hériter et de témoigner, les restrictions établies dans la dénonciation des fornicatrices et des femmes adultères, le droit d’administrer des biens), la Loi islamique s’est largement inspirée des coutumes patriarcales et s’est accommodée de certaines d’entre elles.

    Dans ces pays d’islam où les pires crimes à l’égard des femmes et des fillettes sont commis, souvent au nom de la religion, ni les hommes de Dieu ni les politiques ne semblent disposés à imposer une éthique supérieure, à même de protéger celles-ci. Et qu’est-ce qu’une fillette après tout ? Un être dangereux capable de menacer une famille, une charge dont il faut se débarrasser au plus vite, et qu’importe si on doit la vendre à un pédophile, tuer son innocence, ou la tuer tout court.


    La seule chose capable de neutraliser le soi-disant honneur du clan est la cupidité. N’est-ce pas grâce à l’argent donné par un riche et anonyme Emirati que le père de Noyoud s’est désisté de ses droits parentaux ?

    L’histoire de cette courageuse fillette de 8 ans, voilée de pied en cap, forcée à être femme avant l’âge, courant se réfugier dans un tribunal, après avoir couru longtemps avant d’être rattrapée par son pédophile de mari, est exceptionnelle. Combien d’autres fillettes dans son cas auront-elles la chance d’échapper à leurs tortionnaires ?

    Aucune ou presque, tant que les pouvoirs publics de ces pays, par lâcheté, complaisance, et complicité, continueront de fermer les yeux sur l’un des crimes les plus barbares : la maltraitance des femmes et des enfants.

    Leïla Babès

    NB: Cette année ils ont battu les records des mariages de fillettes avec des vieux et le dernier en date lui 85 ans elle 8 ans ?!!!!!!


    USA : un musulman “modéré” décapite sa femme et veut plaider la démence
    Posted: 16 Aug 2010 06:04 PM PDT
    En 2004, Muzzammil HASSAN fondait Bridges TV, une chaine de télévision destinée à lutter contre la perception négative des musulmans. En 2009, il était arrêté après avoir décapité sa femme.

    L’affaire a refait surface ces jours derniers dans la presse américaine : le juge doit en effet décider si l’accusé aura le droit de plaider la folie.

    Bivouac - Source : Buffalonews.com via Jihad Watch

    "Pakistan : A la conférence sur l’islam ils ont dit que “si on épouse ou viole une non-musulmanes, on aura 70 vierges au paradis”

    La liste est bien longue gerardh et là vais dodo :)

    Bonne nuit et à "demain" pour la suite :)

  • acquarius

    Que les frontières soient ou non ouvertes n'empèchent pas l'application de la loi sur les criminels ou considérés comme tels en Iran.

    Ce que je voulais démontrer c'est que les iraniens veulent rester en Iran et que s'ils ne le veulent pas, ils peuvent très facilement partir. Les iraniens ont fait une révolution et peuvent très bien la refaire.

    C'est pas après avoir commis des crimes qu'il faut partir, non c'est avant.

  • @François

    "Les iraniens ont fait une révolution et peuvent très bien la refaire."

    J'espère sincèrement pour eux qu'ils ne vont pas tarder à la refaire, ça urge... l'étau est en train de se resserer, les armes se mettent en place discrètement tout autour de l'Iran... si le peuple ne renverse pas rapidement le régime, ça risque de péter sec dans pas longtemps...

    "C'est pas après avoir commis des crimes qu'il faut partir, non c'est avant."

    Si être homosexuel, critiquer le régime ou commettre l'adultère sont des crimes, alors évidemment....

  • Les femmes d'aujourd'hui croient que le monde a toujours été géré par les hommes, pensent que Dieu a toujours été un homme. Et que les lois des hommes ont été suivies depuis des lustres.

    Au nom des lois, au nom de Dieu, aujourd'hui,les femmes subissent les actions les plus barbares:
    - lapidation
    - excision
    - infanticide
    et toute la liste des cruautés qui lui sont infligées.

    Depuis toujours les femmes plient sous le diktat des hommes. Mais la révolution est en marche.

    Car maintenant, elles savent que Dieu est un homme depuis seulement 5000 ans et qu'avant les déesses étaient vénérées. Sur l'échelle de l'humanité, ii s'agit de 0.25% de pouvoir de Dieu masculin et 75% de Déesses.

    Mais que de dégâts depuis ce 0.25% de pouvoir masculin. Il est temps que la Déesse de la Sagesse balaye ces 5000 ans de barbarie.

  • MJ

    Le problème avec vous et en général avec les gens en occident c'est qu'ils pensent:

    "Si être homosexuel, critiquer le régime ou commettre l'adultère sont des crimes, alors évidemment...."

    C'est a dire mettre au meme pied un consensus au niveau de la population sur les moeurs, adultère ou homosexualité ouvertement revendiqué avec ce qui ne fait pas consensus dans le peuple car il s'agit d'une approche politique et de gestion de la société.

    Pour être plus clair: la quasi totalité des iraniens toutes générations condamnera l'adultère ou l'homosexualité et ne feront jamais de révolution pour cela et n'accepteront pas les normes occidentales sur ces sujets.

    Mais les iraniens pourraient rejeter un régime qu'ils considèrent comme corrompus, voleur, despotique etc etc et qui ne s'occupe pas de leur sort.

    Vous n'allez pas trouver de soutien pour adultérins en Iran parmi la population... C'est pourquoi ce genre d'initiative n'est accepté qu'ici. En Iran les iraniens la mettront 2 fois a mort meme si cette femme est innocente pour prouver qu'ils n'acceptent pas ce genre de dérive selon eux, chez eux. Il ne s'agit donc pas du régime malgré tout ce qu'on dit mais bien de la population elle meme qui aujourd'hui comme au temps du Shah veut et met a mort les adultérins. (certains pensent que la peine de mort pour adultère en Iran date de la révolution, ce qui n'est absoluement pas le cas)

  • @François

    Merci de vos éclaircissements.
    Je me trompais donc sur la mentalité de la population iranienne, et vous m'apprenez quelque chose.
    J'étais persuadé que les citoyens iraniens souhaitent aujourd'hui une sexualité libre, la reconnaissance de l'homosexualité, une dépénalisation des drogues douces, bref un peu tout ce qu'on a renvendiqué ici en Occident et qu'on a obtenu.
    Je pensais que ces revendications étaient écrasées dans l'oeuf par les Mollah, mais vous me dites que c'est la population qui n'en veut pas.
    Bon.. ben ok.... mais n'est-ce pas se voiler la face ? (avec la Burqa, c'est le cas de le dire :-)
    On sait aujourd'hui que l'homosexualité est génétique, on naît homosexuel, et cela concerne 7 à 8% de la population, qu'on soit Esquimau, Belge, Congolais, Chinois ou Iranien. Cela fait quand même 5 millions de personnes en Iran....
    En ce qui concerne l'adultère, les dernières découvertes en neurosciences semblent montrer que l'homme est génétiquement infidèle (contrairement à certains animaux, enfin bref... ce n'est pas la question ici).
    Honnêtement je n'ai aucune idée de savoir si l'adultère est aussi répandu en Iran qu'en Occident, je n'en sais rien, mais je ne vois pas pourquoi cela serait différent.(ce ne sont pas des "normes occidentales")

    Les musulmans considèrent sûrement que l'Occident est débauché, dépravé...
    N'avons-nous pas simplement en Occident libéralisé ce qui de toute façon est un état de fait dans toutes les populations du monde ?
    Il n'y a pas plus d'homosexuels depuis que leur statut est reconnu, sans doute pas plus d'adultère non plus depuis qu'il n'est plus puni par la loi, pas plus de drogués là où c'est dépénalisé..
    Ici l'homme est libre de faire (presque) tout ce qu'il veut au grand jour.
    Je pensais qu'en Iran, pays moderne et industrialisé, les mentalités devaient sans doute ressembler aux nôtres, que la population aspirait à pouvoir exprimer au grand jour sa liberté (sexuelle, intellectuelle, spirituelle...), visiblement je me trompe.

  • MJ félicitations! Le Comité International de la Débilité vient de vous discerner l'Ane d'or de l'année! Comme vous êtes parti, je ne doute pas que vous raflerez aussi celui de l'année suivante. Bonne chance.

  • @obionekenobi

    Génial pour le prix, merci ;-D
    Je me représenterai donc au concours l'année prochaine, 2 Anes d'Or sur ma cheminée, cela fera joli :-)

  • Obionekenobi :
    Alors je réclame la moitié du prix de MJ, je partage entièrement ses commentaires (excepté qqs petites phrases), que je lis avec intéret et parfois humour aussi, lorsque je lis entre les lignes!
    PS : j'imagine que vous avez voulu écrire "décerner" à la place de "discerner" :-BB

  • "Le Comité International de la Débilité vient de vous "discerner"

    Et sous ce pseudo Trollesque on peut discerner qui?

    Vous n'aimez pas entendre la vérité? C'est qu'en Occident, la vérité sort de la bouche des hommes pas d'Allah! Il faudra vous y faire.........

  • Oups ....de l'homme et de la femme :) désolée j'avais hâte d'être dans les bras de Morphée :)

  • ...je me disais aussi :)

  • elle à tué son mari, et les américains sont mal placé pour parler de condamnation à mort d'innocents, d'autant qu'il s'agit d'une propagande pour pouvoir piquer le pétrole de l'Iran impunément

  • @slap slap

    "elle à tué son mari"
    Elle l'a toujours nié, et son avocat nous le confirme.
    Entre nous, je fais plus confiance à son avocat (qui a du fuir l'Iran en cachette pour ne pas finir en prison) qu'au juge iranien obsédé par la Charia.
    Au pire, imaginons qu'elle a réellement tué son mari de ses propres mains, ne pourrait-on pas la mettre en prison plutôt que de la lapider ??

    "et les américains sont mal placé pour parler de condamnation à mort d'innocents "
    Vous pessentez donc également qu'elle est innocente....

    "d'autant qu'il s'agit d'une propagande pour pouvoir piquer le pétrole de l'Iran impunément"
    Là je vous rejoins : je pense aussi que c'est en partie de la propagande et ce pétrole, on en a effectivement besoin en Occident.

    C'est vrai, pourquoi ce tollé subit et généralisé pour empêcher la lapidation d'une femme en Iran ? (alors qu'on lapide depuis longtemps dans d'autres pays islamistes...)
    Parce qu'on en a subitement marre de ce pays qui pend, torture, lapide ou emprisonne au nom d'Allah ?
    L'Arabie Saoudite procède aux mêmes pratiques et on laisse pourtant aller.. mais cette lapidation est la goutte qui fait déborder le vase de l'Iran.
    L'Iran, en plus de maintenir sa population dans une mentalité d'un autre temps, semble vouloir se doter de l'arme atomique.

    Et là c'est inacceptable pour nous, les occidentaux.
    Oui, nous aussi on possède la bombe, je sais... mais une bombe dans les mains d'un pays démocratique est moins dangereuse que dans les mains d'un psychopathe.
    Appelons un chat, un chat.

    Ce régime de Téhéran crie à qui veut l'entendre qu'il souhaite rayer un pays de la carte ? ok...
    Il finance et soutient le terrorisme islamiste en Irak, Afghanistan et ailleurs ? ok...
    Ce fou est assis sur la moitié des réserves de pétrole dont l'Occident a besoin ? ok...
    Il nie vouloir fabriquer cette bombe, mais il cache à l'AIEA un centre d'enrichissement d'uranium, tout en jouant au chat et à la souris depuis des années ? ok...
    On ne peut pas discuter ni faire confiance à ce régime.
    L'Occident attend encore un moment que le peuple iranien déboule ces Mollah et mette en place un pouvoir laïc et démocratique.
    Mais dans le cas où cela tarderait trop, l'Occident est déjà en train de pointer ses missiles vers l'Iran.
    Oui, nous avons besoin de ce pétrole.

    L'Occident veut gentiment préparer sa population à l'idée de cette guerre éventuelle contre l'Iran, et ce tollé généralisé depuis quelques semaines dans les médias contre cette lapidation sert à nous amener progressivement à nous préparer au conflit.
    Oui, je pense aussi que c'est en partie de la propagande comme vous dites.
    Il n'empêche que la lapidation est une abomination, et notre mentalité occidentale se doit d'exprimer son dégoût.

  • MJ :
    Vos perspectives froides font froid dans le dos, elles n'augurent rien de bon...
    Vous semblez bien renseigné sur les tactiques et les intentions de l'occident.

  • @IsadeMont
    Non, cela n'augure rien de bon.
    Cela reflète la fracture créée entre les pays occidentaux et l'"Islam" depuis le 11 septembre.
    Lorsqu'on pose la question dans la rue :
    "Si je vous dis Islam, vous répondez quoi ?", plus de 60% répond : "terroriste"
    La faute à qui ? à Al-Qaïda et consorts.
    Si on avait posé cette question avant le 11 septembre, j'imagine que la réponse aurait été "religion" ou un truc du genre.
    Aujourd'hui les occidentaux font l'association :
    arabe = islam = terroriste = perse = moyen âge = pas faire confiance = bombes dans le métro = pétrole = Iran, Syrie, Pakistan, Afghanistan = Burqa et tout le reste...

    Pourquoi l'Occident rechigne tellement à ouvrir sa bourse pour la catastrophe au Pakistan ?...alors que des milliards de dollars sont arrivés 24h après le tsunami en Indonésie ou pour le tremblement de terre en Haïti.
    Parce que dans la tête des gens, Pakistan = islamistes = 11 septembre = "et bien ils n'ont qu'à récolter les pierres qu'ils ont lancées"... voilà la réalité.

    La question que je me pose : pourquoi les musulmans modérés se taisent, bon sang ??
    On ne les entend pas sur la lapidation, on ne les entend jamais critiquer les islamistes, on ne les entend jamais critiquer le régime iranien, on ne les entend jamais tout court.
    Si seulement les musulmans pouvaient dénoncer violemment les islamistes, on serait rassuré... on pourrait faire la distinction entre les musulmans qui vivent simplement leur religion (qui est aussi une religion de tolérence et de respect) par opposition aux islamistes... mais ce n'est pas le cas.

    Et donc forcément aujourd'hui dans la tête des occidentaux :
    "Qui ne dit mot consent", et un musulman est donc un islamiste qui sommeille....
    C'est là le drame.

  • Voilà pour ceux qui ne connaissent pas les lois de la Charia Islamique en Iran.
    Exécution: l'ordre d'emprisonner les fornicatrices, décrété dans la Sourate 4 (les femmes), est abrogé par à la fois l'ordre de fouetter, décrété dans la Sourate 24 (la lumière). Le jugement était ainsi (emprisonnement) jusqu'à ce qu’Allah a fait descendre la Sourate Annour(La lumière) où Allah a abrogé (l'ancien jugement) et l'a remplacé par les coups de fouet ou la lapidation". Donc la lapidation est indiquée dans le Coran par le "nouvel ordre" révélé au Messager d'Allah qui doit l'exposer :" (Nous les avons envoyés) avec des preuves évidentes et des livres saints. Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent. " (16:44)Il faut 4 témoins du pêché ou les aveux du condamné.
    Dans la Bible, la lapidation était monnaie courante . On retrouve souvent que ce châtiment était ordonné par l’Éternel.
    La faute d’un individu était vue comme une maladie qui était venue se loger au cœur de la communauté et qui risquait, si elle n'était pas enlevée, de contaminer le corps tout entier, comme une gangrène. On devait donc s’en débarrasser au plus vite. Il fallait retrancher, de son sein, le fautif : « Tu ôteras le mal du milieu de toi » (Dt 21,21)!
    De plus un individu qui transgressait la Loi attirait sur les autres membres de sa communauté, le malheur [5]. La communauté avait donc peur que Dieu n’exerce sa colère contre elle. En lapidant le membre fautif, elle signifiait clairement devant Dieu et devant les hommes, le rejet du péché dont il était coupable et espérait l’indulgence de Dieu à son égard. La lapidation réparait l’offense et purgeait la communauté toute entière.
    La Loi exigeait le témoignage d’au moins deux personnes pour toute condamnation à mort (Nb 35,30; Dt 17,6). Ces témoins endossaient la responsabilité de la sentence et ils devaient jeter les premières pierres si le coupable était lapidé (Dt 17,7).
    Poussé aux portes de la ville (1 R 21,10.13; Lc 24,14), l’individu était rejeté non seulement de l’espace où il habitait, mais également de la communauté à laquelle il appartenait. Son corps était parfois exposé après sa mort « suspendu au bois », mais il devait être détaché avant la nuit (Dt 21,22-23).
    L'Iran applique la Charia selon sa conception de voir les choses dans un cadre religieux. Et arrêtons de condamner l'islam car toute cette propagande est l'oeuvre des sionistes depuis x temps contre l'islam.

  • Essayons de sauver notre mère TERRE au lieu de faire des pétitions pour sauver une femme coupable d'adultère. Notre terre est en danger de mort par la pollution du sol des mers et de l'air. Les déchets de tous genres nous polluent la vie tous les jours et rendrons notre planète invivable dans deux ou trois générations. Sauvons notre progéniture de la destruction en signant des pétitions contre les pollueurs de toutes sortes que ce soit des états ou des sociétés qui veulent s'approprier le Pétrole par la propagande, ce liquide qui est notre pollueur principal.

  • @SALIOU1998

    Merci pour ces explications détaillées sur la Charia en ce qui concerne la lapidation.
    Je comprends bien que tout cela est écrit dans la Charia, mais bon... cela a été écrit il y a 1'500 ans, non ?
    Il n'y a pas de discussions entre vous depuis 1500 ans pour l'adapter à notre époque ?

    Si on devait (je parle des catholiques), suivre les principes de l'Eglise depuis son apparition il y a 2000 ans, ce serait beau !
    Heureusement qu'il y a des discussions et des conciles, qui adaptent régulièrement les préceptes et qui réinterpretent les textes sacrés à la lumière des découverts scientifques, de l'évolution de l'homme, enfin de tout ça, quoi...
    Cette évolution de l'Eglise est une roue qui tourne toujours.. la prochaine étape sera sans doute l'autorisation du mariage des prêtres, chose impensable il y a encore 50 ans.
    Bref...
    Mais ce qu'on a surtout exigé (et obtenu), c'est la liberté du culte.
    La religion est une affaire strictement personnelle quand même ! ... comment un état évolué comme l'Iran peut-il soummetre 70 millions de personnes à la Charia ? Il n'y a personne qui se pose des questions, dans ce pays ?

    "Et arrêtons de condamner l'islam car toute cette propagande est l'oeuvre des sionistes depuis x temps contre l'islam."
    On ne condamne pas l'Islam, on condamne l'imposition d'une Charia à tout un peuple... une Charia qu'une grande quantité de musulmans partiquants (qu'on entend pas beaucoup) réfute et refuse.
    Heu.. ils ont bon dos les sionistes..
    On récolte ce qu'on sème.

  • Qui pourrait me répondre, l'adultère commis par un homme est-il aussi considéré comme contraire à l'Islam, parce que jusqu'à preuve du contraire il faut être DEUX pour commettre cet acte. Or en général un voîle discret est jeté sur le nom de l'homme, son métier, sa position sociale etc... alors que c'est le contraire pour les femme. Si c'est ça la justice en Iran ou dans un autre pays musulman, je préfère habiter la Suisse ou l'europe qui malgré tous leurs défauts sont capables dans une bonne majorité de rendre des jugement non partiaux.

  • La lois Divine ou la Charia condamne l'Adultère commise par l'homme et la femme, il n y'a aucune différence, c'est l'application de cette Charia qui diffère selon le pays musulman ou elle est commise. Bon dans les pays du Maghreb par exemple on ne condamne pas l'adultère par la Lapidation ou le fouet, par contre dans d'autres pays qui appliquent la Charia d'il y'a plus de 1400 ans, on fouette ou on lapide les deux sexes à égalité, et comme l'a écrit Monsieur MJ plus haut que je remercie d'ailleurs et à qui je réponds que je suis entièrement d'accords avec lui sur la Liberté du culte de l'individu, mais dans un pays comme l'Iran même si la liberté du culte existe "car il y'a des musulmans qui ne font pas la prière ou ne jeûnent pas", il y'a des lois qui régissent la vie de cette individu. Il ne doit pas forniquer mot que je peut couper en deux "FORT NIQUER", ce qui est défendu par l'Islam entant que religion. Bon prenons l'exemple d'un voleur en Europe, il est mis en prison pour une période bien définie, or la Charia Islamique appliquée en Arabie saoudite coupe la main de ce voleur, et si on compte le nombre de voleur dans n'importe quel pays du même nombre de population on constatera qu'il y'a beaucoup moins de voleurs en Arabie qu'ailleurs. C'est une réalité. Par exemple, on ne doit pas condamner pas un voleur qui a faim et qui n'a rien trouvé a manger sauf voler pour manger. La Charia qui est une lois est une chose et la liberté du culte en est une autre, il faut les différencier, car la pratique de l'Islam est une relation de l'individu avec Dieu et il est libre de la faire ou pas, mais les pêchers commis comme le vol, l'adultère, l'assassinat, boire du vin, manger le porc, boire le sang etc.. sont punis selon la Charia, je crois que je me suis fait comprendre.

  • La lois Divine ou la Charia condamne l'Adultère commise par l'homme et la femme, il n y'a aucune différence, c'est l'application de cette Charia qui diffère selon le pays musulman ou elle est commise. Bon dans les pays du Maghreb par exemple on ne condamne pas l'adultère par la Lapidation ou le fouet, par contre dans d'autres pays qui appliquent la Charia d'il y'a plus de 1400 ans, on fouette ou on lapide les deux sexes à égalité, et comme l'a écrit Monsieur MJ plus haut que je remercie d'ailleurs et à qui je réponds que je suis entièrement d'accords avec lui sur la Liberté du culte de l'individu, mais dans un pays comme l'Iran même si la liberté du culte existe "car il y'a des musulmans qui ne font pas la prière ou ne jeûnent pas", il y'a des lois qui régissent la vie de cette individu. Il ne doit pas forniquer mot que je peut couper en deux "FORT NIQUER", ce qui est défendu par l'Islam entant que religion. Bon prenons l'exemple d'un voleur en Europe, il est mis en prison pour une période bien définie, or la Charia Islamique appliquée en Arabie saoudite coupe la main de ce voleur, et si on compte le nombre de voleur dans n'importe quel pays du même nombre de population on constatera qu'il y'a beaucoup moins de voleurs en Arabie qu'ailleurs. C'est une réalité. Par exemple, on ne doit pas condamner pas un voleur qui a faim et qui n'a rien trouvé a manger sauf voler pour manger. La Charia qui est une lois est une chose et la liberté du culte en est une autre, il faut les différencier, car la pratique de l'Islam est une relation de l'individu avec Dieu et il est libre de la faire ou pas, mais les pêchers commis comme le vol, l'adultère, l'assassinat, boire du vin, manger le porc, boire le sang etc.. sont punis selon la Charia, je crois que je me suis fait comprendre.

  • @SALIOU1998

    M. Saliou, merci d'avoir répondu.
    Je sens à travers vos mots que vous êtes un musulman très convaincu, ce que je respecte entièrement.
    Mais lorsque vous dites que la liberté du culte existe en Iran, est-ce vraiment vrai ?...
    J'ai cru lire dans la presse il y a quelques jours qu'un joueur de foot iranien, Ali Karimi, s'était fait licencié de son club parce qu'il n'avait pas respecté le Ramadan... propagande ou réalité ?
    Comme vous le dites avec justesse : "l'Islam est une relation de l'individu avec Dieu".
    Alors pourquoi l'Etat s'en mêle ??
    Vous me dites "il y a des lois qui régissent la vie de cet individu".. chez nous aussi, mais pas des lois religieuses.
    Ces lois ne concernent pas le culte, ni la vie sexuelle, et toutes ces choses infiniment personnelles !

    Vous me dites qu'il y a moins de voleurs dans les pays où on coupe les mains que dans les pays, comme chez nous, où on les met en prison.
    Je pense que vous avez sûrement raison.
    Mais ma question alors : est-il plus juste d'avoir moins de voleurs ou moins de mains coupées ?
    Un type qu'on met chez nous en prison peut regretter son geste plus tard, et se repentir, pour ne plus jamais recommencer.

    Et dans l'adultère (puisque c'est le sujet du blog), n'est-il pas plus sain et honnête pour un homme (ou une femme) de ne pas commettre d'adultère par amour et respect pour son conjoint, plutôt que par peur de lapidation ?

    Enfin bref, si les gens pouvaient se foutre la paix sans vouloir imposer une religion à son voisin, pas mal de problèmes se résoudraient d'eux-mêmes.

  • C'est bien beau d'aller parler de lapidation en Iran...

    En Suisse... Une initiative débile parle de réintroduire la peine de mort en Suissse... Alors s'il vous plait... Balayons devant notre porte d'abord!

    Iran et Suisse? Futur même combat!!! Sauvons une femme de la lapidation... Tout à fait d'accord. Mais si on commençait un peu à tenter de sauver notre pays de la barbarie, ce serait pas mal non plus... Non?

  • Je partage vos questions, MJ. La peur n'est pas émancipatrice. Une religion qui contrôle le comportement humain par la peur et l'oppression ne libère de rien. Cette représentation de Dieu est fondée sur l'oppression et la violence. Les anciens maîtres, les tyrans, ne faisaient pas autrement.

  • Je sens qu'on est d'accords Monsieur MJ, c'est vrais je suis un musulman très convaincu mais dans le juste milieu, ce qui est un chemin très difficile à emprunter puisque les deux extrémités de gauche et de droite nous attire, ce qui est très dangereux et qui peux mener à l'extrémisme, ce que l'Islam nous a interdit car il a fait de nous une communauté de justes milieux, et, ça, beaucoup de musulmans l'ignorent. L'Islam est très différent des pratiques de ses adeptes, et chacun d'eux l'interprète selon sa conception de voir les choses et selon les intérêts de la communauté où il vit. Le taux d'analphabétisme dans les pays islamiques est aberrant, or la religion Islamique qui a pour base le Coran et la Sunna doit être étudiée par un esprit logique et intellectuel puisque le premier verset du coran est "LIS", or cet analphabétisme des musulmans est beaucoup plus dangereux pour les pays occidentaux que la soit disant bombe atomique Iranienne étant donné que ce troupeau d'extrémistes est éduqués par des manipulateurs pour assouvir leurs dessins. D'ailleurs ils font plus de mal au nom de l'Islam que de bien, mais l'Islam en lui même est en pleine expansion malgré ces détracteurs. Et pour répondre à votre question des lois religieuses, le Coran et la Sunna nous ont imposés ces lois par l'interdiction de faire le pêcher, c'est comme passer dans un sens interdit, si la police te tient, tu paie une amende, si tu fais un accident mortel par ta faute tu vas en prison, voilà les gens respectent les lois imposées par leurs semblables et enfreignent celles imposées par Dieu. Respectons les deux pour vivre dans la légalité car s'il n'y'avait pas de lois et de châtiment nous vivrons dans l'anarchie total. SALUT ET A+

  • Je sens qu'on est d'accords Monsieur MJ, c'est vrais je suis un musulman très convaincu mais dans le juste milieu, ce qui est un chemin très difficile à emprunter puisque les deux extrémités de gauche et de droite nous attire, ce qui dangereux et qui peux mener à l'extrémisme ce que l'Islam nous a interdit car il a fait de nous une communauté de justes milieux ce que beaucoup de musulmans ignorent. L'Islam est très différent des pratiques de ses adeptes, et chacun d'eux l'interprète selon sa conception de voir les choses et selon les intérêts de la communauté où il vit. Le taux d'analphabétisme dans les pays islamique est aberrant, or la religion Islamique qui a pour base le Coran et la Sunna doivent être étudiés par un esprit logique et intellectuel ce qui nous amène à ce troupeau d'extrémistes éduqués par des manipulateurs pour assouvir leurs dessins. D'ailleurs ils font plus de mal au nom de l'Islam que de bien, mais l'Islam en lui même est en pleine expansion malgré ces détraqeurs.

  • Balle de Sakineh

    Quand je te dis je t’aime
    C’est que je t’aime vraiment
    Pour de vrai… parce que tu es ma vérité
    Quand je dis je t’aime
    C’est que je t’aime toujours, tout le temps, jusqu’à la mort
    Pour l’éternité, s’il en est
    Quand je dis je t’aime
    C’est que je t’aime indépendamment de tes défauts ou de tes qualités.
    Pas relativement, mais absolument.
    Cette illusion cette fiction, cette fusion, seul un Dieu pourrait la révéler… n’est-ce pas ?
    Et pourtant, l’amour n’a pas d’autre figure que celle de l’infidélité… de l’incrédulité ou de l’ éphémérité…
    Je vous demande pardon de vous laisser entendre que je suis la seule à aimer… Vous me direz : « qui fait l’ange, fait la bête… »
    Qu’il faudrait être bête pour avoir un électron pareil en tête.
    Oui… je suis bête… suffisamment bête pour vous dire que ce n’est rien d’autre que l’intelligence de l’amour :
    Accepter d’être bête, une fois rien qu’une fois mais une fois pour toutes…
    Parce qu’en amour, il n’y a pas, il ne peut y avoir de second degré…
    L’amour infini, fou, absolu… ça ne peut être que du premier degré…
    C’est une lettre qui a été retrouvée dans la poche de Sakineh.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Sakineh

Les commentaires sont fermés.