Bienheureuse résilience

Boris Cyrulnik en a fait un thème majeur: la résilience est aujourd’hui une notion répandue. Initialement ce terme s’appliquait en métallurgie et signifiait «résistance aux chocs». D’une qualité des métaux Cyrulnik en a fait une qualité humaine essentielle: «La résilience, c'est l'aptitude des individus et des systèmes (les familles, les groupes et les collectivités) à vaincre l'adversité ou une situation de risque.»

ArbresSoleil.jpgOn ne sort pas indemne de la vie. Elle pose ses griffes sur notre âme. On vient au monde avec un bagage génétique, familial et culturel. La suite du voyage continue à nous sculpter. Les événements que nous traversons peuvent être heureux. Il en faut! Ce n’est pas toujours le cas. La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Bien sûr nous préférons les temps heureux où tout s’enchaîne avec aisance, sans heurt majeur. Mais nous n’avons pas la maîtrise de tout. Les passages resserrés, les coups sur la tête sont tout sauf rares. Et là il faut apprendre à nager et à revivre.

L’important n’est pas de ne pas tomber, mais de se relever et de repartir.

Il semble que la capacité de résilience soit améliorée par les épreuves passées et surmontées positivement. Il est important par exemple de laisser les enfants faire leurs propres expériences et trouver leurs propres ressources, autant que possible et dans la mesure d'un risque raisonnable. Devenus adultes ils réagiront plus vite aux nouveaux stress qu’ils vivront.

Car la résilience est d’abord considérée comme un facteur personnel, individuel, qui peut être développé. Dans une même situation de stress, certains réagissent plus vite que d’autres. De même que l’immunité face aux maladies, la résilience est individuelle. Mais de même que des conditions de vie favorables augmentent l’immunité, la résilience est augmentée par certains facteurs.

Ce tableau élaboré par le psychologue américain Colin Mangham synthétise bien ce qui favorise la résilience:

 

RésilienceTableau.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien des personnes, peut-être mieux préparées aux épreuves ou dotées de ressources personnelles plus significatives, font face seules aux stress et aux chocs de la vie. Mais nombre de personnes trouvent un réel bénéfice à être soutenu: réponse plus adéquate au stress, durée du choc réduite. Car la durée dans une situation de grand stress peut être profondément usante.

Fort de mon expérience personnelle et professionnelle, je propose dès la prochaine année scolaire un programme «Résilience», pour aider les personnes qui demandent à être soutenues dans des moments particulièrement difficiles: maladie grave, perte familiale ou affective, suite d’accident, ou quel que soit le choc de vie.

Une information sur ce programme peut être lue ici. Il peut être également transposé et adapté dans d'autres cadres.

Catégories : Psychologie 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • la résilience est un retour à l'équilibre par un système qui à des resources. c est la fatalité de l'identité

Les commentaires sont fermés.