Le refroidissement climatique est en route

De plus en plus de signes et de scientifiques se penchent sur ce qu’il est désormais convenu d’appeler le «refroidissement global», ou «Global cooling». A l’inverse du réchauffement climatique, il est ici question de la régression des températures.

Cooling3.jpgLes signes concrets sont déjà visibles puisque ces dernières années montrent une baisse des températures (graphique 1, cliquer pour agrandir). Entre 2005 et 2010 nous aurions perdu presque un demi degré.

Les annales météo signalent que les hivers de ces 2-3 dernières années sont parmi les plus froids connus depuis le début des relevés systématiques. Cela concerne l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. Il semble que l’hiver de l’hémisphère sud soit également très froid cette année. La banquise qui perdait de plus en plus de glaces en été, s’est entièrement reconstituée l’hiver dernier.

La baisse des températures semble même brutale au nicveau de la troposphère, soit la partie de l'atmosphère terrestre dans laquelle nous sommes et qui monte à plus ou moins 10 km de hauteur  - voir le graphique 2. Celui-ci illustre les variations depuis 1980. Après une montée régulière jusqu’en 2005, la baise est marquée depuis cinq ans.

Le graphique 3 montre qu’après un dernier pic en 2005, les températures baissent régulièrement. La ligne verte indique la tendance.
Cooling2.jpg
En plus de ces constatations météorologiques, deux autres facteurs laissent penser que l’on va vers un rafraîchissement global - certains scientifiques parlent même de nouveau mini-âge glaciaire. D’une part l’activité solaire est en net ralentissement. Ce fut le cas pendant ce que l’on appelle le minimum de Maunder, entre les années 1645 et 1715. Cette période est nommée mini-âge glaciaire. Pendant cette période l’activité solaire fut très basse, ce qui se mesure par le taux de carbone 14 dans le bois. Le graphique 4 se lit de droite à gauche.

L’autre facteur est la modification des températures de l’Atlantique nord. L’Oscillation Nord Atlantique (NAO) est un phénomène qui ressemble à El Niño en plus lent. Le cycle complet dure 60 à 70 ans. Il influence le climat européen et nord américain. Il pourrait entraîner une période de refroidissement de 20 à 30 ans - certains pensent plus.

Cooling1.jpgIl faut savoir aussi que dans le passé, selon les études des carottes de glace, des refroidissement brutaux se sont produits, soit une perte de plusieurs degrés en à peine quelques années. Un refroidissement a des conséquences immédiates plus graves qu’un réchauffement: de grandes parties de l’hémisphère nord seraient sous la glace pendant de longs mois, avec ralentissement ou arrêt partiel de l’activité économique, voire totale dans certaines régions. Transports ralentis ou immobilisés, mortalité forte due au froid, coût phénoménal du chauffage, agriculture régionale arrêtée, réduction des échanges, émigration vers le sud. Il faut ajouter que si de fortes explosions volcaniques se produisent, dont les cendres obscurciraient le ciel, le froid sera accentué.

Il faut plus de temps pour évaluer une tendance. Cinq ans c’est encore court, et cela pourrait faire partie des fluctuations naturelles du climat. Si elle se confirme, cela indiquerait que probablement l’aspect anthropique du réchauffement doit être relativisé: d’autres mécanismes climatiques sont en jeu, plus fort que l’accumulation de gaz à effet de serre. Il serait d’ailleurs amusant que ces gaz nous préservent d’un refroidissement trop brutal.
Cooling4.jpg
Mais un refroidissement ne devrait pas inciter à abandonner la lutte contre la pollution. Que le réchauffement des 20 dernières années soit de cause majoritairement anthropique ou non, la qualité de l’air fait partie du patrimoine de santé de l’humanité. Mais on peut imaginer que l’espèce humaine s’adapte à un environnement plus acide. On doit aussi savoir que si le réchauffement de ces 20 dernières années est réellement dû aux gaz à effets de serre, ce réchauffement recommencera dès la fin de cette période fraîche, plus brusquement encore. Et puis un autre aspect doit continuer à être développé: l’indépendance énergétique aussi complète que possible, à partir d’énergies durables et renouvelables. Cela, ce n’est même plus de l’écologie, c’est du simple bon sens.


Graphiques issus de Terre du Futur et de Wikipédia.


Voir aussi cette vidéo de Ice Age TV:


Alerte climatique ice age tv
envoyé par Winter69120. - L'info video en direct.

Catégories : Environnement-Climat 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour hommelibre,

    Par soucis d'objectivité, il faut montrer des courbes de températures actualisées et non des courbes qui datent de 2008.

    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1998/offset:-0.15/plot/gistemp/from:1998/offset:-0.24/plot/uah/from:1998/plot/rss/from:1998

    Je n'apprécie pas plus la manipulation qui consiste à cacher le fait que les températures sont montées depuis lors que celle qui consiste à cacher la stagnation des températures au 21ème siècle. Bien sûr la remontée des températures n'est pas due à une cause globale et durable comme l'augmentation du taux de CO2, mais bien à une cause locale et temporaire. Il s'agit d'une conséquence de l'inversion des courants du pacifique sud, connue sous le nom de "El Niño" qui prévaut depuis mi-2009. On peut observer ces derniers temps l'amorce d'un retour à la normale, qui correspond à la fin de cette activité El Niño la plus importante depuis 1998. Donc ce réchauffement n'est pas significatif. (je n'ai d'ailleurs lu aucun avis dans ce sens ces derniers mois) Mais justement, la chute des température de 2008 était due à l'effet inverse, connu sous le nom de "La Niña". Elle ne doit donc pas plus être prise en compte. Les courbes qui tentent de faire croire que l'année 2008 marque une chute brutale des températures sont donc de claires manipulations.

    Le fait est finalement qu'on ne peut pas parler de manière plus objective d'un "global cooling" que d'un "global warming". Rien dans les courbes de températures montre un réel recul des températures à long terme. Je pense qu'une douzaine d'années de stagnation, ça commence à être significatif et ça ne peut qu'interpeller les alarmistes qui prévoyaient une accentuation du réchauffement durant cette décennie. Pour ce qui est de la tendance à moyen terme, il faudra encore attendre un petit moment pour prétendre qu'elle est à la baisse.

  • Oui, Kad, vous faites bien de préciser. Mon titre pousse un peu le bouchon, à dessein. Et bien d'accord qu'il faut plus de temps pour confirmer une tendance.

  • A force de pousser le bouchon un peu loin, vous allez finir par perdre la ligne et ne plus attraper de poissons ;o)

    (j'vous taquine Hommelibre ;o) )


    (@_@)

  • Hé hé Loredana!... Mais vous savez, à force de le pousser, j'apprends à nager. Je serai fin prêt pour le 100m minute papillon aux prochains JO à Londres - ou mieux: en 2016 au Brésil, pour aller danser toute la nuit sur la plage de Copacabana avec quelque charmante hôtesse...

    (ɵ∟ɵ_ɵ) (smiley Picasso...)

  • (j'raconte n'importe quoi ;o))

    Bah si vous aimez les botoxées, liftées, remoulées de toutes parts qui se déhanchent dans la baie de Rio ... Effectivement savoir nager le 100m minute papillon peut-être utile. J'conseillerai de vous mettre au 100m crawl pour le retour ... sans quoi le papillon risque d'être étouffé ;o))

  • MDR!!! Je n'avais pas vu les chose ainsi, faut dire que je ne suis jamais allé au Brésil. Alors ce n'est que mon imaginaire, et puis le souvenir d'une jolie chanson: "Girl from Ipanema".

    (⋖⋁⋗)

  • Superbe chanson ... en version originale ;o))

Les commentaires sont fermés.