17 juillet 2010

Adieu Bernard

Une longue lutte, incertaine, jamais facile, toujours sur un fil. Et puis la fin un jour d’été. Aujourd’hui. Bernard Giraudeau s’est éteint à 63 ans après 10 ans de lutte contre de multiples cancers. Bernard Giraudeau, l’un des meilleurs acteurs français, capable de tout jouer avec une présence et une énergie fascinantes.


Giraudeau.jpgEn mai dernier il avait donné une interview, sa dernière interview, au quotidien Libération. Recueillie par Eric Favreau elle est disponible en entier sur ce lien. En voici quelques extraits.

«J’essaye d’aller comme je peux, le problème est que les traitements lourds des chimios ont tendance à vous enlever un peu de la vie. Alors, on s’interroge : si c’est pour continuer à vivre avec cette vision-là… Mais il y a toujours des lueurs, non pas d’espoir mais de bonheur, des fragments possibles, des gens qui vous entourent, qui vous aiment. Bref, il y a toujours quelque chose qui fait que si je peux encore voir ou vivre cela, ou acquérir une connaissance… Une connaissance de soi, de ce corps, là, qui, à un moment donné, se dérègle. On ne sait pas trop bien pourquoi, et on a du mal.»

«Il y a des moments où l’on se trouve devant le mur. Qu’est-ce qu’on fait ? On y va ? Se faire opérer ou pas ? Si on ne le fait pas, on a peu de chances. Si on se fait opérer, il y a des chances que cela ne se passe pas trop mal, mais après ? Pour combien de temps ? Le vrai choix, c’est de se dire : j’arrête la chimio, j’arrête tout, puis je verrai bien. Ce que je conçois, parce que c’est extrêmement usant, fatigant, épuisant, et que l’on cherche un sens à tout ça. Tant que l’on peut réfléchir, discuter, lire, on y trouve de l’intérêt. On exprime des sentiments, on partage. Mais si on n’a plus cela, à un moment on se dit qu’il faudra peut-être aller faire un tour ailleurs.»

«- Vous dites que vous vous y attendiez quand le cancer vous est tombé dessus…
- Oui, je le savais, je m’y attendais. C’était justifié que les choses se passent comme cela. A un moment, je ne pouvais plus continuer, je voyais bien que j’allais vers quelque chose qui me rapprochait de l’abîme. Cela tenait à mon existence qui avait de moins en moins de sens, une course effrénée qui me maintenait en permanence dans un état d’angoisse, celle qui peut accompagner notre métier d’acteur. J’allais où ? Un manque de sens, de profondeur, de recherche sur l’essentiel…»

«- Qu’est-ce qui vous aide ?
- La méditation, la relaxation, et puis mon entourage. Ma femme, mes enfants qui sont très aimants… Vous vous rendez compte qu’il vous reste dans la vie peu de choses, mais elles sont là, importantes. Un peu de bonheur, beaucoup d’amour. C’est tout bête. Et à part ça ? Il faut être heureux avec ce que l’on a. Il faut calmer le jeu, arrêter les colères, ce qui n’est pas simple. Regarder les choses différemment, être plus aimant. Comprendre.»


Bernard Giraudeau a créé un site d’information sur le cancer, à découvrir ici.

 

13:40 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : bernard giraudeau, maladie, cancer, hôpital, chimiothérapie, paris, cinéma, acteur | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Merci pour cet émouvant billet pour un homme si attachant.

Écrit par : colette | 17 juillet 2010

Bernard Giraudeau aura eu plusieurs vies: marin, acteur, réalisateur. J'aime beaucoup ses livres.Il dessinait des dédicaces pour ses lecteurs, au lieu d'en écrire: des bateaux, des mouettes ou des nuages.
Triste, vraiment triste.

Écrit par : Inma Abbet | 17 juillet 2010

un de mes acteurs préférés, j'ai regardé récemment les caprices d'un fleuve
film à voir, émouvant beaucoup de sensibilité de réalisme dans ce film
à voir absolument !!!

Écrit par : leclercq | 17 juillet 2010

Un homme vraiment bien. Un chic type. Triste journée.

Écrit par : Kissa | 17 juillet 2010

Oui, toujours très émouvant et profond. Jusque dans cette dernière interview.

Écrit par : Philippe Souaille | 18 juillet 2010

Kissa: petit clin d'oeil pour vous sur mon billet suivant...

Écrit par : hommelibre | 18 juillet 2010

Hommelibre, merci pour votre clin d'oeil. :-)))

Écrit par : Kissa | 18 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.