Petite revue de presse: gangs bangs, schtroumpf violet et autres facéties

Le Matin dimanche offre comme souvent son lot de nouvelles sérieuses ou moins sérieuses. J’en retiens quatre.

gang-bang-ani.jpgLes gangs bangs de l’élu

Un élu UDC organise des après-midis cul-turelles: des gangs bangs, soit des rencontres sexuelles entre une femme et plusieurs hommes. Rencontres tarifées. Cela fait partie des goûts de certains et certaines. Pas de quoi fouetter un chat - je n’ai pas dit une chatte - entre adultes libres et consentants. Chacun ses goûts. Mais dès qu’il s’agit de sexe, tout devient sujet à voyeurisme (journalistique ou autre) hors de la position du missionnaire. Même la levrette fait saliver la presse à sensation.

Alors, pourquoi passer l’info sur ces gangs bangs en une du journal? Parce que cela fait saliver. Parce que c’est cochon. Qui est le plus cochon: celui qui paie pour participer ou celui qui imagine cela en lisant l’article?

Ah mais bien sûr, c’est un élu, qui plus est UDC qui organise ces après-midis. Et sous son nom. L’UDC, parti de la famille et de la femme au foyer, cela fait tache. Personnellement je ne vois pas en quoi. UDC, socialiste, centriste, chacun mène la vie qu’il veut. Et l’élu dont il est question a le courage d’assumer et de le faire sous son nom, sans hypocrisie.

Par contre, je ne sais pas s’il fallait vraiment en parler: cela risque de donner des idées aux femmes qui sont au foyer. Comment arrondir leurs fins de mois et s’acheter la petite robe d’été qu’elles ont vue dans le dernier catalogue suisse-alémanique? Raaaahhhh.... Chérie, finalement, l’idée de Blocher n’est pas si bonne: ce serait mieux si tu reprenais ton job à plein temps!


000972-Gnap_Smurf.jpgLes Schtroumpfs noirs sont parfois violets

L’intégrale des Schtroumpfs va être éditée aux Etats-Unis. Mais pour éviter toute accusation de racisme le Schtroumpf Noir devient le Schtroumpf Violet.

Bientôt on ne pourra plus dire «la nuit noire» mais «la nuit violette». Il faut d’urgence changer la chanson «Noir c’est noir» de Johnny et faire: «Violet c’est violet». Les journaux devraient être imprimés en violet. On va parler de la marée violette. En musique, une blanche vaut deux violettes. D’ailleurs on ne dira plus une blanche, mais: «Une décolorée vaut deux violettes».

On devra aussi parler de la boîte violette dans les avions, de colère violette, d’un oeil au beurre violet, de pot-au-violet dans l’Atlantique, de trous violets dans l’espace, commander «un p’tit violet» au bistrot, et j’en passe.

Mais il y a un problème: en remplaçant le mot Noir par Violet pour éviter le racisme anti-noir, on fait du racisme anti-cardinaux qui, comme on le sait sont habillés de violet.

C’était: rubrique de la confiscation du langage.


bonhomme.jpgCancellara

Notre Fabian national a encore pris le maillot jaune au prologue du Tour de France hier. Les officiels ont scanné son vélo pour chercher un moteur mais n’ont rien trouvé. Fabian a déclaré: «Le moteur ce sont mes jambes, c’est moi».

Que nous cache-t-on? Fabian Cancellara serait-il un homme bionique? Une sorte de Robocop du cyclisme? Un mécanisme d'horlogerie camouflé dans une peau artificielle?


Conclusion: il faut passer Cancellara lui-même au scanner pour découvrir où il cache son moteur, voire l’opérer à la fin de chaque étape. Sinon il y aura toujours quelqu’un pour douter de lui. Et ça, c’est pô juste.

 

 

terzieff2.jpegLaurent Terzieff

Avec sa gueule émaciée, son regard de feu, sa sensibilité au-dessus de la moyenne et son immense talent, Laurent Terzieff a marqué le théâtre contemporain. Il est mort hier, c'est sa dernière sortie de scène. Facétie ultime avant de retourner aux étoiles. Mais on y passe tous, n’est-il pas?

Au revoir Monsieur Terzieff. Et merci pour cette présence qui a illuminé tant de scènes pendant si longtemps.

 

 

 

 

 

Catégories : Divers 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.