Pluie

Ni chaude ni froide. Légère moiteur tropicale. Elle s’annonce parfois à grosses gouttes, fils de laine, suant d’un long voyage au pas de charge depuis la Méditerranée. Continue en cheveux de lin. Finit en crachin ouaté.

Pluie de printemps. Douceur. Promesse d’herbe tendre dans les prairies.

Arbres calmes. Parfums exaltés de terre et d’herbe.


Mais, qu’en pense le poète Apollinaire?

apollinaire2-pluie.jpgEcoute s’il pleut (extrait)

Puis écoutez tomber la pluie
Si tendre et si douce
Soldats aveugles perdus
Parmi les chevaux de frise
Sous la lune liquide
Des flandres à l'agonie
Sous la pluie fine la pluie
Si tendre et si douce
Confondez-vous avec l'horizon
Beaux êtres invisibles sous la pluie fine
La pluie si tendre si douce







Et Prévert?

Barbara (extrait)

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas


Et Claude Nougaro?

Catégories : Poésie 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.