Le bonheur de Francesca

D’un coté un bout de femme, de l’autre un colosse taillé dans le granit. D’un côté une créativité permanente, des coups incroyables, une intelligence de jeu bluffante. De l’autre une fille capable de tirer des boulets de canons et qui ne se laisse pas facilement démonter.

schiavone2.jpgJe n’avais pas vu de match de Roland Garros cette année, j’ai donc décidé de bouder le soleil un moment pour regarder la finale dame. Bien m’en a pris. Des joueuses qui en veulent, accrochées à la balle, qui donnent le meilleur d’elles-mêmes sans s’économiser. Et toutes les deux sûres d'elles, fortes, droites dans leurs baskets. Deux joueuses de talent.

S’il fallait encore une démonstration que le tennis féminin n’a rien à envier au masculin, elle est faite.

A final l’expérience et le jeu le plus complet ont triomphé (photo afp). A 29 ans Francesca Schiavone gagne son premier tournoi de grand chelem. Et l’Italie remporte Roland Garros pour la première fois.

Qu’elle était belle, Francesca, en montrant sa joie. Quelle spontanéité superbe, quel sourire à faite pâlir le soleil de jalousie. Que du bonheur pour elle, que du bonheur pour nous qui partagions ce moment avec elle.

Quand à son adversaire, Samantha Stosur, sûr qu’on en reparlera. Jeune femme solide au jeu déjà bien développé, capable de rattraper des coups difficiles, elle n’était pas en finale par hasard. Et quel fair-play entre ces deux joueuses après la victoire de Francesca.  Le sport à ce niveau de qualité et de respect entre compétitrices fait du bien à voir.








PS: J -6 pour l’otage suisse Max Göldi en Libye.

Catégories : sport 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Quant à moi j'ai été très fortement surpris par la présence royale de Mary Pierce une belle, très belle femme n'en déplaise aux amateurs de maigrelettes...

  • En effet Hypolithe: royale. Incroyablement classe dans son attitude, avec ce je ne sais quoi qui survolait le court.

Les commentaires sont fermés.