Netanyahou: à quand le départ?

Comme beaucoup j’ai lu cette information sur quatre des morts sur le bateau turc. Quatre musulmans très croyants désirant mourir en martyrs. Cela a même paru sur un site anti-israélien, l’info semble donc fiable. Prêts à mourir en martyrs? Ce sont des combattants du jihad qui veulent cela, pas des pacifistes.

netanyahu1.jpgCe même site indique ceci à propos de l’ONG IHH:

«Le Mavi Marmara, le plus grand navire de l'expédition, avait été acheté, de même qu'un cargo, par l'organisation IHH (Insani yardim vakfi en turc, ou Fondation d'assistance humanitaire), spécifiquement pour cette expédition.

En un an, l'IHH, qui finance notamment des reconstructions à Gaza, aurait dépensé des dizaines de millions d'euros en faveur de la cause palestinienne.

Pendant l'opération de l'armée israélienne "Plomb durci", en janvier 2009, cette fondation islamiste avait organisé une collecte de fonds à travers la Turquie avec l'aide des municipalités dirigées par le parti au pouvoir, l'AKP.»


Il est ici non plus question d’une organisation humanitaire, mais d’une fondation islamiste. De plus le parti islamiste au pouvoir à collaboré directement avec cette fondation pour récolter des fonds dans toute la Turquie en faveur de Gaza et du Hamas. Donc on a à faire à des islamistes, soutenus par le pouvoir turc, qui ont oeuvré de telle sorte que les turc prennent parti automatiquement contre Israël. La Turquie est décidément un pays peu recommandable: 40‘000 kurdes tués, pas de reconnaissance du génocide arménien, colonisation d’une partie de Chypre. Et maintenant la mise en scène d’une flottille humanitaire pour provoquer l’incident et ensuite en rendre Israël responsable. L’Etat turc a donc délibérément envoyé ces gens se faire tuer, il en est largement responsable.

Quand en plus le Hamas refuse l’aide venue par ces bateaux, plus rien ne peut faire croire que l’opération était à but humanitaire. Qui est le dindon? Les pacifistes sincères, otages de sombres machinations sans doute orchestrées par la Turquie. La Turquie qui s’islamise de plus en plus, qui soutient le groupe ultra-violent du Hamas, et qui n’aura de toute évidence plus sa place dans l’Union européenne. Elle a choisi le camp du terrorisme.
Turquie-Istanboul-Manif-Anti-Israel-16janvier2009-1.jpg
Mais Netanyahou est aussi en cause. Netanyahou qui conduit Israël dans une impasse et la région dans une tension grandissante. Netanyahou ne fait rien pour apaiser la région. Au contraire. La colonisation continue. Les pourparlers de paix semblent ne plus servir à rien depuis longtemps. Netanyahou devrait partir, et vite, et la politique d’Israël être infléchie.

Toutefois il faudra tenir compte de deux facteurs psychologiques importants pour reprendre le chemin de la paix.

D’abord reconnaître à Israël le droit à l’existence. Cette question est irréductible et une large partie de sa politique est motivée par la survie. Depuis des siècles l’antisémitisme a fait des ravages, jusqu’à la Shoah qui a menacé le peuple hébreux de disparition totale. Donc tout ce qui touche à sa survie ou à son existence produira toujours des surréactions. En regard de la mémoire collective de ce peuple aucune réaction n’est disproportionnée, tant l’horreur de la Shoah est immense, tant elle est loin d’être digérée et purgée. Cela il faut l’entendre et le comprendre, ou au moins le reconnaître car je ne suis pas certains que nous puissions comprendre à quel point l’âme de ce peuple a été blessée.

israel.jpgOn peut encore remettre en cause le choix de ces terres pour l’établissement de l’Etat d’Israël. Mais les hébreux en viennent historiquement, et une bonne part de leur culture et de leur identité est ancrée autour de Jérusalem. On ne peut faire semblant de l’ignorer.

Le deuxième facteur psychologique est celui que vivent les palestiniens. Autant les israéliens ont été rejetés et menacés d’éradication totale, autant les palestiniens ont été abandonnés de partout. Leurs alliances sont opportunistes, pas fraternelles, ils sont utilisés par exemple par l’Iran. Tous ceux qui les ont soutenus à un moment les ont abandonnés quand leurs intérêts divergeaient. Leur sentiment de ne pas être entendu, le déni de valeur humaine qu’ils ressentent est immense. Ils viennent aussi de cette terre, même s’il n’y ont jamais eu d’Etat. Ils en foulent le sol depuis des générations. On ne peut en faire l’économie. Si Israël tendait la main aux palestiniens, même le Hamas en serait diminué. Au lieu de cela on a l’impression que Netanyahou leur voue un profond mépris.

Ces éléments devraient être pris en compte parmi d’autres pour retrouver le chemin d’un apaisement, et peut-être envisager une réconciliation lente, progressive, puis peut-être une paix juste et durable partagée par deux Etats voisins.

Pourra-t-on retrouver l’esprit de cette fête des accords d’Oslo, avant que Rabin ne soit assassiné?

Mais pour ne serait-ce qu’imaginer cela, il faut que Netanyahou parte et que le Likoud soit durablement minorisé. Ce parti expansioniste est cause d’une grave déterioration de l’image d’Israël, il est source de tensions mondiales très fortes et dangereuses. Ce parti et son chef sont dangereux pour le monde.






PS: L’otage suisse en Libye, retenu depuis 22 mois, attend le 12 juin...

Catégories : Politique 20 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Parce qu'avant Netanyahou c'était mieux? Il faut un homme fort dans un Pays menacé et en guerre depuis sa création comme Israël! Se fier aux palestiniens c'est comme se fier à Kadafi!

    "«Le Mavi Marmara, le plus grand navire de l'expédition, avait été acheté, de même qu'un cargo, par l'organisation IHH (Insani yardim vakfi en turc, ou Fondation d'assistance humanitaire), spécifiquement pour cette expédition."

    Au JT de 13h le 31 mai sur France2 nous avons été informés sur les Pays Islamistes organisateurs, la provenance des bateaux, et la prise en charge de cette flottille de 700 personnes....

  • Voilà: il arrive très précisément ce que j'avais évoqué. Le flux contradictoire d'information. La manip' d'un côté comme de l'autre. Pourquoi accorder du crédit à ce qui est déclaré ici plutôt qu'ailleurs?

  • Zorg, cela me paraît inévitable que les flux d'infos soient contradictoires. Cela confirme surtout que l'on est devant une guerre.

    On peut dire en effet, simplement, que la guerre continue au Proche-orient, qu'elle est quasi-permanente depuis 60 ans avec des périodes d'attente et des épisodes aigus. Dans ce cas la confrontation de lundi n'est qu'un épisode de plus. Et les acteurs ne cherchant qu'à en découdre, il y aura encore d'autres épisodes. Et comme dans toute guerre, celle de l'information et des images est très importante.

    Je déplore que l'on analyse l'événement de lundi hors contexte: contexte d'une guerre longue, contexte du Hamas pour qui la destruction d'Israël fait partie de sa charte, etc, On ne peut non plus enlever de l'analyse les facteurs psychologiques que je cite dans mon billet: s'ils étaient pris en compte on entr'ouvrirait peut-êtrela porte vers un début d'apaisement.

    A ne voir que les détails de l'événement, que chacun interprète à sa manière, on est forcément dans une analyse réductrice de la réalité et dans un manichéisme qui ne sied pas à ce qui se passe dans cette région.

    Je déplore aussi que l'on se pose aussi peu de questions sur le rôle et les intentions réelles de la Turquie, qui semble vouloir prendre une place différente dans la région.

    On est dans une guerre asymétrique, où le plus fort n'est pas forcément gagnant: le plus faible peut faire usage d'armes psychologiques redoutables et dévastatrices pour son adversaire. On l'a vu lundi.

    En faisant tourner et tourner les info, même contradictoire, il y a autre chose qui tourne avec, plus profond, au-delà de la réaction émotionnelle immédiate qui a envahi l'espace médiatique lundi.

    Le danger serait à un moment de prendre parti pour la guerre en soutenant un des belligérants, et perdre de vue que l'objectif doit être la paix.

    Mais je ne suis pas certain d'avoir bien perçu ce que vous pointez du doigt. N'hésitez pas à expliciter si je suis à côté de la plaque.


    @ Patoucha: Je vous comprends d'un point de vue, mais d'un autre cette logique ne permettra jamais de sortir de la guerre. Et pour en sortir, il faut soit qu'un des belligérants soit écrasé, soit que les deux parties fassent des pas ensemble vers la paix. Ma tête et mon coeur vont vers la deuxième solution.

  • Merci pour vos précisions. Je trouve juste étonnant que la moitié des victimes aient exprimé le désir de mourir en martyr (sauf à croire que la moitié de la flottille était composée de candidats au suicide). Par ailleurs, les témoignages des passagers français, publiés dans différents journaux, démentent la version israélienne d'un abordage en douceur.
    Cette impuissance à parvenir à "une" vérité résulte des deux lectures contradictoires qui s'opposent. La première consiste à dire qu'Israël est menacée et doit se défendre. La seconde dénonce un blocus injuste et illégal. Chacun a sans doute de bonnes raisons de défendre son point de vue: reste que la confrontation sur le terrain de ces points de vue ne peut qu'aboutir au conflit.
    (je précise que la charte tout comme les agissements du Hamas sont totalement condamnables (et inexcusables). Je m'interroge en revanche sur la politique qui a poussé les Gazaouis dans les bras du Hamas et dans quelle mesure ce dernier n'est pas l'allié objectif d'une Israël expansionniste)

  • Je trouve plutôt correct et inteligent ce post de HL. C'est vrai que rien n'est tout noir ou tout blanc et bien des subtilités je l'avoue m'échappe dans ce conflit. D'accord sur l'analyse de la Turquie en général et sur le massacre kurde à reconnaitre avant de pouvoir prétendre à entrer dans l'Europe. Bon la shoa, rien à dire, l'horreur totale incontestable. Il faudrait quand même en sortir un jour et ne plus brandir cette période atroce comme une excuse à certains agissements honteux d'Israel.
    On pourrait aussi parler des africains, de leur terre exploitée et de leurs tueries ethniques, parfois savamment orchestrées depuis des états extérieurs, sans que ceux-ci ne brandissent systématiquement la carte de la victime alors qu'ils auraient bien matière à le faire......les amérindiens parqués dans des réserves sur leur terre mère que des yankees leur ont spoliée...
    Bon ceci dit pour en revenir à nos moutons, la levée de cet embargo immonde imposé par Israel me semble dans un premier temps un geste minimum pour recommencer à parler autrement que par armes interposées.
    D'accord avec HL sur le départ bénéfique de ce serpent de Netanyahou...ben avant oui au temnps de Rabin ca aurait pu être mieux en effet! dingue que ce soient toujours les hommes de paix qu'on assassine et pas les truands...à croire qu'on les y aide

  • La Charte du Likoud (parti de Netanyahou), proclame haut et fort que la Judée-Samarie (Cisjordanie occupée), fait partie intégrante de l'Etat d'Israël.
    Quant à la Charte du Hamas, elle crie sa haine des Juifs en général et sa volonté de détruire l'Etat d'Israël, même réduit à ses frontières d'avant 1967.

    De même q'on peut mettre de l'eau dans son vin, il convient ici de "mettre de l'eau dans ses Chartes", sinon quoi ?

    La guerre ad aeternam, ses cortèges de martyrs de part et d'autre, et la nécessité de cultiver ces fameuses peurs qui recommandent de renforcer des camps retranchés condamnés alors à s'ériger en forteresses définitives abritant toutes les formes d'autisme politique et idéologique.

    La marche à suivre ?
    Faire retomber les tensions par de spectaculaires déclarations d'ouverture, des gestes visibles de bonne volonté, et l'obsession de ne pas prendre en otages les populations respectives par un jeu politique absurde où chaque extrémiste devient le faire-valoir de celui d'en face.

  • On pourrait aussi voir dans cette action une provocation organisée par l'AKP (parti islamiste turc au pouvoir) et ses alliés pour saper l'alliance avec Israel, remonter sa cote de popularité et marginaliser le clan des pro-laics.

    En effet, il apparaît de plus en plus que les dirigeants de l'AKP on de la peine à avaler l'alliance stratégique avec Israel. Cette alliance a perduré jusqu'à aujourd'hui grâce à la pression de l'armée et malgré de multiples accrocs (esclandre d'Erdogan à Davos, humiliation de l'ambassadeur turc en Israel).

    Ce "dérapage" a été sans aucun doute provoqué par des gens bien préparés, avec le souhait de provoquer un massacre de citoyens turcs et rendre encore plus insupportable à la population la position de l'armée vis-à-vis d'Israel. Il n'y a qu'à voir avec quelle délectation les dirigeants turcs AKP condamnent Israel avec les mots les plus violents.

    Cela étant, du coup, les relations entre Israel et la Turquie n'ont jamais été aussi mauvaises, et ça, c'est plutôt une bonne nouvelle...

  • D'ailleurs, voici une analyse très bien étayée qui corrobore ce que je viens de dire:

    http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=20438&returnto=accueil/main&artyd=10

  • @Hommelibre

    "Comme beaucoup j’ai lu cette information sur quatre des morts sur le bateau turc. "

    Côté info, les victimes sont plus nombreuses...

    Côté Gazaoui, homme ou femmelibre, les victimes sont extrêmement plus nombreuses

    n'est-il pas?

    Seulement Hommelibre,
    Comment oser vivre avec notre conscience, connaissant ces 'exactions' -euphémisme de mise - israélites ?

    Sommes-nous donc, chacun d'entre nous, citoyens démocratiques de 2010, si bien informés et si peu concernés ?

    Comment arrivons-nous, face à nos enfants
    à nous montrer si indifférents, si impotents, si non concernés,

    face à cette version 2010 du facisme,
    qu'Israël et ses dirigeants, sa politique et ses colons, ont réussi à cristalliser sur la scène internationale depuis des décades

    de telle façon que même un processus de paix international ne peut qu'entériner leurs actes, de façon à pouvoir communiquer avec Israël pour négocier la paix dans leur voisinage ?

    ça fait quand même plus de 40 ans que leurs actes de guerre, d'invasion et autres agressions internationales, soit-disant pour leur sécurité, n'ont fait qu'aggraver les choses

    n'hésitant pas à maintenir un blocus de la Palestine depuis 3 ans, en totale contradiction avec toute loi internationale
    (donner à votre voisin pour la paix, et il vous cannibalisera?)


    Le syndrome des israéliens, appliquant à leurs voisins les crimes sur lesquels se fonde leur récente histoire et statut de victimes,

    victimes ayant bénéficié de ce fait du monde entier support et un bout de terre de cette planète pour s'y réfugier,

    statut et syndrome bien entretenus depuis des générations de colons n'ayant pourtant pas eux-mêmes vécu ces 4 à 8 années de nazisme,

    syndrome n'étant qu'un aspect bien pathétique de la nature humaine
    dont on croyait s'être débarrassé avec Hitler.

    Hommelibre,
    de quoi se prétendre être libre, si nous avons laissé faire ?

  • @ Punica Fides:

    Merci pour le lien. Cette analyse de la Turquie d'Erdogan illustre en effet bien le questionnement que l'on peut avoir vis-à-vis de la Turquie dans l'affaire actuelle. En tous cas, j'y trouve un écho à mes propres interrogations. Et cette analyse n'est pas qu'une opinion, elle est aussi étayée par différentes décisions du gouvernement islamiste turc. D'ailleurs un référendum doit être bientôt voté sur la diminution des pouvoirs de l'armée. Sous le prétexte de correspondre aux demandes européennes, c'est un moyen de mettre l'armée un peu plus à l'écart alors justement, comme vous le dites, qu'elle n'est pas favorable aux islamistes. Donc ce qui s'est passé lundi sur le bateau sert objectivement le gouvernement en renforçant les islamistes, alors que le projet de référendum était très contesté dans le pays.

    "Le président turc Abdullah Gül a approuvé aujourd'hui une réforme controversée de la Constitution limitant les pouvoirs de la haute magistrature et de l'armée et annoncé que le texte serait ratifié par référendum.

    Le Parlement a approuvé vendredi une série d'amendements constitutionnels qui ont surtout pour effet de limiter les pouvoirs de la hiérarchie judiciaire et de l'armée, deux institutions hostiles au gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP), qu'elles soupçonnent de vouloir islamiser le pays en catimini."

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/12/97001-20100512FILWWW00579-turquie-referendum-sur-la-constitution.php

  • @ Zorg:

    Toutes les questions que l'on se pose montrent le noeud devant lequel on est. Et peu de choses sont vérifiables. Sur le Hamas et le gouvernement Netanyahou, en effet on pourrait croire qu'ils se justifient et se renforcent mutuellement, et sont les meilleurs ennemis du monde. Pourquoi les gazaouis se sont-ils jetés dans les bras du Hamas? Je n'ai personnellement pas les moyens de répondre à cela. Certains disent que le Hamas a donné beaucoup d'argent (iranien) aux populations, se posant en soutien et en sauveur. D'autres disent que le Hamas fait peur et que peu osent s'opposer à lui, depuis la liquidation de force de l'OLP locale.

    Les lectures contradictoires risquent de le rester longtemps. Par contre ce qui peut fédérer, c'est une vraie ouverture et intention de paix. Mais pour cela peut-être faut-il accepter d'avoir deux lectures contradictoires, de les faire se rencontrer et se parler, entendre les doléances des uns et des autres. Puis voir ce que chacun veut vraiment comme avenir. Je reste assez convaincu que sans purger les peurs et les souffrances, il sera difficile d'avancer. A voir.

    On peut aussi imaginer la mise en place d'une force tierce, capable d'imposer clairement des limites, de vérifier les cargaisons d'aide, etc. Mais il faudrait plus que des casques bleus: il faudrait une force clairement autorisée à intervenir.


    @ Santo:

    Vous faites bien de rappeler la charte du Likoud, car elle est source de conflit et de guerre. Imaginons que les statuts d'un parti français contienne l'idée qu'il faut annexer la Romandie...

  • Pourquoi la Turquie n'est-elle pas intervenue officiellement auprès de l'ONU pour agender une nouvelle discussion sur le blocus de Gaza ? Pourquoi autoriser des civils à s'embarquer dans une aventure qui était périlleuse en sachant que les Israéliens avaient averti du danger et donc de leur intention ?

  • Recette Couscous aux merguez :


    Ingrédients de la recette :
    1 grande boite de semoule
    1kg de courgettes
    1 kg de carottes
    3 poivrons rouges
    1kg de navets
    1 kg de aubergines
    1 gde boites de pois chiches
    2 ou 3 boites de concentré de tomates
    sel, poivre
    harissa
    merguez (selon le nombre de convives)
    mouton
    pilons de poulet

    1-Couper tous les légumes en morceaux.

    2-Mettre tous les légumes dans une grande marmite.

    3-Ajouter de l'eau (elle doit arriver juste au dessus des légumes).

    4-Faire cuire le tout.

    5-A 45 mn de cuisson, y ajouter les merguez, le mouton et les pilons.

    6-Laisser tout cuire.

    7-Quand la viande est presque cuite, y mettre les 3 boites de concentré de tomates.

    8-Pendant que le couscous s'imprègne de la tomate, vous pouver faire bouillir de l'eau salée pour la semoule.

    9-Dès que l'eau bout vous la versez sur votre semoule et laissez gonfler.

    10-Pour la sauce piquante, il faut mettre de l'harissa dans une saucière et y mettre le bouillon du couscous.



    Conseils :
    Attention à l'harissa, c'est très fort !

  • Allez, Roule ta bille, couscous panier et vite !

  • Petite mise au point sur la méthode du HAMAS et de la manipulation de cette soi-disante flotte de paix :

    http://www.aish.com/jw/me/95501584.html


    http://www.youtube.com/user/idfnadesk

    CQFD !

  • le cargo Rachel Corrie poursuit sa route vers Gaza

  • Le Troll briand alias Rambam,alias, roule ta bille,alias Porphyre, alias adoucir et combien d'autres alias....

    Oui! Et alors? Il sera reçu selon comment il se comportera!Le monde sait à présent à quoi s'en tenir. Qu'on voudrait déclencher une guerre, on ne s'y prendrait pas mieux et Israël est rodé à ce genre d'exercice. Toute sa jeunesse y participe elle ne s'amuse pas à envoyer des recettes....

    Vous êtes pitoyable!

  • Tiens donc na...ya notre racistonationaliste, y a-t-il des nationalités ou religions qui trouveraient grâce à vos yeux?

    Voilà que maintenant vous vous en prenez à Israël et aller avec des clichés.
    Israël serait-il aussi responsable de vos déboires et frustrations que vous étalez à longueur de blogs?

    Vous n'avez eu de cesse de cracher haineusement sur les Musulmans, les Frontaliers et tout ce qui est étranger à la SUISSE DE SOUCHE que vous êtes (sic) et vous voilà promue pro-palestinienne? Non mais je rêve?!!!!!!

  • Des nouvelles toutes fraîches hommelibre. C'est bien ce que nous avons vu sur une vidéo faite par les Turcs sur le Mavi Marmara, une préparation d'attaque de commandos. Cela ne s'invente pas! Désolée pour l'importance de ce rapport:

    Les commandos Shayetet descendus à bord du bateau turc étaient donc attendus par "une foule de mercenaires". S. raconte qu'en regardant sur les côtés du navire, il aperçoit trois de ses commandants jonchant sur le sol, blessés - un premier blessé par un coup de feu à l'estomac, un deuxième au genou, le troisième, inconscient, aura le cerveau fracturé par un coup porté par une barre en métal.
    S., prochain soldat à arriver sur les lieux, n'est pas novice : trois ans et demi de service dans l'une des meilleures unités de l'armée israélienne : Shayetet. Il prend donc les choses en mains, créé un périmètre de sécurité avec d'autres soldats pour tenter de porter secours aux blessés. Il créé ensuite, avec ses hommes, un second périmètre de sécurité et sort son 9 mm pour protéger ses camarades blessés et disperser les "activistes". Et tout cela, une minute et demi après son arrivée à bord du "Mavi Marmara".
    "Des mercenaires sanguinaires"
    Les attaquants ont déjà dérobé deux revolvers et tirent sur eux sans arrêt. En face de plus d'une dizaine de mercenaires et convaincus que leurs vies sont en danger, S. et ses frères d'armes décident d'ouvrir le feu. Seul, S. tuera six personnes. Ses collègues, trois autres. Jeudi, S. a rencontré une équipe du Jerusalem Post au nord d'Israël dans une base militaire du commando Shayetet pour une interview exclusive. "Quand j'ai atteint le pont du bateau, j'ai immédiatement été attaqué par des gens munis de battes, de barres en métal, etc…", explique S. "Ils étaient, sans nul doute, des terroristes. Je pouvais distinguer la rage du meurtre dans leurs yeux et je sentais qu'ils s'apprêtaient à nous tuer."
    S. n'a rien d'un héros. Bien bâti, comme tous les soldats du commando Shayetet, il parle avec douceur et est avare de mots. Mais son commandant, le lieutenant-colonnel T. comble les blancs. "S. a fait un travail remarquable", explique T. "Il a stabilisé la situation et a réussi à immobiliser six terroristes."
    Des terroristes islamistes déguisés en activistes pacifistes
    Les premiers résultats des enquêtes réalisées suite à l'opération de la Marine israélienne à bord du "Mavi Marmara" ont conclu à la mort de neuf passagers et à plus d'une trentaine de blessés. Les commandos ont été attaqués par un groupe de mercenaires entraînés, dont la plupart ont été trouvés sans carte d'identité et détenant d'importantes sommes d'argent.
    Vingt mercenaires étaient répartis sur le pont supérieur du bateau, a déclaré l'armée. Ils portaient tous des masques à gaz, des gilets pare-balles et étaient armés de battes, frondes, barres de métal, couteaux ou de grenades incapacitantes.
    Selon les commentaires de l'armée israélienne, la détention de ce genre d'armes était partie intégrante d'une stratégie ayant pour but de ne pas montrer au grand jour l'identité terroriste et violente de ces prétendus "activistes pacifistes".
    Néanmoins, l'armée suspecte le groupe de détenir leurs armes propres. Les experts à bord du bateau ont trouvé des douilles ne provenant pas des armes utilisées par les commandos de la Marine. Le capitaine turc du navire a également avoué aux autorités israéliennes que les "mercenaires" avaient jeté leurs armes par delà le bateau après que l'armée a pris contrôle du navire. T. s'est rendu compte du niveau d'organisation et d'entraînement du groupe ("pareil à des militaires") lorsqu'ils se sont mis à lancer des grenades paralysantes et à tirer des coups de feu. "Ils n'ont marqué aucune hésitation", explique t-il. "Des gens normaux, de simples activistes, en auraient eue." Chaque équipe de "mercenaires" était équipée de moyens de communication perfectionnés pour se passer des messages entre eux.
    Selon le ministère de la Défense, certains membres du groupe étaient des éléments appartenant au Djihad international et ont bénéficié d'entrainements en Afghanistan ou au Pakistan.

  • @ hommelibre: on ne pourrait que se réjouir de la diminution de l'influence de l'armée et de la démocratisation de la Turquie, si cela n'offrait en réalité un boulevard aux islamistes...

    Ceci dit, je parlais du réexamen des liens turco-israéliens, eh bien ça n'a pas tardé:
    http://fr.news.yahoo.com/3/20100602/twl-turquie-israel-palestiniens-flottill-951b410.html

Les commentaires sont fermés.