Condamné à perpétuité

Cédric Horneck, meurtrier de sa compagne Anne en mai 2008, a été condamné à la perpétuité avec une durée incompressible de 18 ans. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre eux. La version des experts est qu’«A la suite d'une dispute, celle-ci lui ayant annoncé être peut-être enceinte mais ne pas vouloir vivre avec lui, il l'avait rouée de coups avant de l'étouffer avec un coussin "pour éviter qu'elle souffre".» Il serait aussi question d’infidélités. Les raison d’un tel acte permettraient peut-être d’en comprendre la genèse. Mais cela n’enlèverait rien à l’insupportable du geste.

route-desert.jpgCédric Horneck avait également tenté de tuer le fils de sa compagne, Antoine, en le noyant. Il l’avait laissé inconscient dans le lac d’Apremont le 30 mai 2008. C’est là où l’enfant, alors âgé de 8 ans, a été retrouvé et surnommé «l’enfant du lac».

Il a survécu et est le seule témoin de l’assassinat de sa mère.

Le procès vient de se dérouler en Vendée. Aujourd’hui âgé de 10 ans, l’enfant a témoigné devant la Cour. Imaginez cet enfant, 10 ans seulement, qui devrait encore sentir l’odeur des foins et des aventures de Supermario. Il vient redire cette nuit où il a failli mourir. Il repense peut-être à sa mère, morte cette même nuit.

En fin de procès, après avoir tenté de se disculper, l’accusé reconnaît le meurtre. Il valide les dires de l’enfant. Antoine n’aura pas à lutter pour qu’on le croie. Il a déjà assez à faire à et à trouver sa résilience se reconstruire. J’imagine, à la fin de cette épreuve, le vide qui reste. Il y avait l’échéance du procès comme une balise devant lui, aussi difficile qu’utile pour lui donner un repère dans le temps. Aujourd’hui il n’y a plus que l’infini de la vie devant lui, et cette solitude, et l’absence pour toujours de sa mère.

Bonne chance Antoine, bonne route. Puisse-tu rencontrer les bonnes personnes, pour t’accompagner sur ce chemin difficile qui est le tien.








PS: - M’sieur, c’est où Tripoli? - C’est là où un otage suisse est retenu depuis 22 mois.

Catégories : société 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Oui, bonne chance petit Antoine en effet. Survivre à cette horreur est un long chemin! quel gachis....

Les commentaires sont fermés.