Le travail aux vers de terre!

C’est vrai, pourquoi bosser quand d’autres peuvent le faire à votre place? Remarquez qu’un ver de terre de manifeste pas, ne fait pas la grève, ne se plaint pas de pénibilité. Il offre certains avantages avec lesquels les organisations humaines ne peuvent rivaliser.

AC2.jpgC’est facile pour eux: contrairement aux humains dont rien ne démontre qu’ils soient faits pour bosser 8 heures pas jour sous le commandement de quelqu’un, il semble que les vers de terre soient, eux, faits pour bosser quasiment en permanence sous le commandement de personne.

Alors, non seulement ils sont utiles, mais ils sont anarchistes. Pourtant ils font caca partout et ne nettoient rien. Pas très écolo à première vue. Et pourtant si. Car d’une part ils sillonnent les sous-sols mieux qu’une machine et d’autre part les bactéries utilisent leurs déjections pour se nourir et ensuite permettre aux plantes de se nourir.

Un monde sans vers de terre c’est comme une monde sans abeilles: un monde mort. Et qu’apprécient les vers de terre? Tout ce qui reste à la surface du sol, se décompose et devient de l’humus.

C’est pourquoi une nouvelle agriculture se développe: l’agriculture dite de conservation des sols. Le paysan ne laboure plus. Jamais. Il casse les tiges des plantes de surface pour les aplatir, les mettre en contact avec le sol et en faire de l’humus, et plante ses graines sous ce couvert végétal. Ce sont les vers de terre qui labourent.

Cette agriculture se développe rapidement en France. Le maïs cultivé de cette manière consomme par exemple deux fois moins d’eau et pas d'engrais.
AC1.jpg
«En matière de dynamique de changement, si les premières étapes prennent beaucoup de temps et sont toujours sujettes à de nombreuses critiques, il suffit généralement que 12 à 15 % d’une population adoptent une nouvelle technique pour que le reste bascule assez rapidement. Il s’agit d’un effet comparable à une avalanche où les zones de blocage et les freins ne sont plus assez solides pour contenir une poussée qui s’auto entretient et se renforce. C’est précisément la situation dans laquelle se trouve l’agriculture de conservation aujourd’hui en France : une véritable lame de fond qui progresse, monte en puissance et qui risque bien de bouleverser en profondeur l’agriculture. C’est comme si nous arrivions à un carrefour où tous les ingrédients convergent.»

Alors, bientôt aux oubliettes les paysages d’automnes propres en ordre avec ces vastes espaces de terre nue et brune si belle sous les brumes matinales de l’automne? Hé oui. Mais on ne perd rien: c’est particulièrement sexy, un accouplement de vers de terre. Et l’on vit sur une des énergies les plus incroyables et abondantes: la biomasse. Du soleil dans le sol! Cet apport fertilise, nettoie le sol des polluants et pesticides, évite l’érosion, maintient l’humidité. Beaucoup d'avantages.

A suivre de près.

 

 

PS: A suivre aussi les jours qui se ressemblent pour l’otage suisse de Kadhaff'.

Catégories : Environnement-Climat 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là
    qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile
    qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile."
    Victor Hugo

  • Aïe..! Il faut tout de même se méfier des animaux. Surtout de ceux qui sont ambitieux!


    http://www.youtube.com/watch?v=Efb4XdOf3zA


    Encore que cela puisse également avoir des retombées commerciales non négligeables...



    Bonne soirée.



    =:oB

  • C'est pour ça que je n'ai pas envie de donner mon corps à la terre ! Tout au plus mes cendres qui ne doivent pas être comestibles...

Les commentaires sont fermés.