Coupe de l’America: Alinghi bluffé par Oracle?

Les grosses charges juridiques du patron d’USA 17 du team BMW Oracle n’étaient-elles que du vent (si j’ose dire)? Tout ce bruit pour détourner l’attention? Ce pourrait bien être possible.

oracle2-america-gmr-seaco.jpgDe mémoire je retrouve les propos du team Alinghi. A au moins une reprise il a été dit que la voile  de USA 17 n’était pas prête, pas encore bien réglée pour un bateau trop lourd et qu’Oracle avait besoin de plus de temps - d’où la volonté de retarder la compétition devant les tribunaux.

Il a aussi été dit qu’Alinghi était taillé pour les petits airs et USA 17 pour les gros airs. Or il me semble qu’à Valence il y a eu des petits airs. Ceux qui auraient dû profiter à Alinghi. On a vu ce qui s’est passé: les suisses largués rapidement.

Science & Vie d’avril donne quelques infos intéressantes dans ses pages d’actu. La vitesse d’USA 17 a été en moyenne de 26,8 noeuds, soit 49,2 km/heure. Soit 3 fois la vitesse du vent! Ce qui en fait le bateau le plus rapide du monde dans les vents légers (de 6 à 16 noeuds).

Le résultat a été obtenu également par le poids très léger du bateau.

Ainsi, USA 17 qui était présenté comme lourd, inabouti, taillé pour des vents moyens à forts, était en réalité le bateau de loin le plus performant.
oracle1.jpg
Alinghi est resté sûr de son bateau, allant même le tester dans les émirats avant d’être contraint de revenir à Valence. Alinghi regardant le bateau d’Oracle de haut. Alinghi peut-être bluffé, pas préparé à ce qui s’est passé.

Aujourd’hui M. Bertarelli ne sait pas encore s’il reviendra sur la coupe. Et sa défaite a refroidi plus d’un suisse. Ce qui était enthousiasme au début, est devenu critique acerbe sur l’argent dépensé. L'admiration est versatile. Et le rapport à l'argent ambigu. On n’aime pas ceux qui ont de l’argent en Europe, on regarde leurs prouesses en fermant les yeux sur leurs moyens financiers. Et s’ils ne réalisent plus de prouesse, on leur renvoie leur argent comme une injure. Mais imagine-t-on les moyens qu’il a fallu pour lancer des bateaux à la découverte de l’Amérique? Ou pour aller sur la Lune? Imagine-t-on à quel point des avancées technologiques liées aux voyages dans l’espace ont servi dans de nombreux domaines, y compris la médecine? Indépendamment des polémiques sur la bataille de milliardaires - après tout ceux qui ont des moyens font avancer la technologie et la recherche et créent des postes de travail - je pense qu’il serait bien qu’il continue et ramène encore une fois la coupe en Suisse. Il devrait montrer cette motivation et cette ténacité, la même qui a fait gagner Oracle.

Il donnerait alors vraiment à la coupe la dimension spectaculaire et sportive qu’il a commencé à lui insuffler. Il devrait le faire pour la fierté que les suisses ont majoritairement partagé avec lui avant sa défaite. Les suisses capables à travers lui de ce culot d’aller prendre le trophée de voile le plus prestigieux et difficile à gagner.



PS: Max Göldi n’a pas de bateau pour revenir en Suisse. Kadhafi les a tous réduits en miette dans un accès de rage.

desert-04.jpg

Catégories : sport 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour hommelibre,

    Cette coupe de l'America n'en était pas vraiment une. La construction des bateaux ne suivait aucune règle, à part celle présentes dans le Deed of Gift. En plus, seules deux équipes y étaient conviées. Tous les autres challenges potentiels ont été écartés de fait par les plaintes de BMW Oracle et la suite qui a été donnée par la Cour Suprême de New-York. Tout était donc réuni pour qu'on assiste à un pur défi technologique entre deux milliardaires en lieu et place de la traditionnelle compétition sportive. Et à ce jeu-là, Oracle et son budget de loin le plus élevé de la Coupe de l'America partait évidemment gagnant d'avance. Penser qu'Alinghi avait sa chance (ce que j'ai cru) c'était se voiler la face. Pas sûr pourtant qu'avec des bateaux plus proches sur le plan technologique, Oracle serait parvenu à gagner. Alinghi a prouvé que lorsqu'il y avait matière à faire du véritable match racing, l'équipe était beaucoup plus incisive que son adversaire. Ses départs en particulier ont été tous deux meilleurs que ceux d'Oracle.

    La seule chose qu'on peut reprocher à Alinghi finalement, c'est de ne pas avoir été aussi agressif qu'Oracle sur le plan juridique. Par exemple, peut-on réellement affirmer qu'un bateau doté d'une aile rigide est encore un voilier ? Le Deed of Gift est clair sur ce point: la Coupe de l'America est une course de voile. Mais je pense que contrairement à Oracle, Alinghi a vraiment souhaité que le règlement du différend se joue sur l'eau et non dans les tribunaux. C'est ce qui s'est produit finalement. Au détriment d'Alinghi, et bien tant pis.

    Pour ce qui est de la prochaine coupe, je pense qu'Ernesto Bertarelli attend de connaître les nouvelles règles avant de prendre sa décision. Et ces règles seront forcément au bénéfice du nouveau defender. Probablement donc que son aventure en coupe de l'America va prendre fin. Et bien tout a une fin et pour ma part, je remercie Ernesto pour la superbe aventure qu'il nous a fait vivre durant les deux premières éditions auxquelles son team a participé!

  • Kad, je me suis aussi posé cette question concernant la voile d'Oracle. Mais je pense que cette voile a été homologuée.

  • @Kad et hommelibre:
    Sauf erreur, un précédent autorisait déjà l'usage d'une aile rigide.
    Je pense que tout s'est joué immédiatement après la victoire d'Alinghi à Valence, lorsque Alinghi, dans le feu de l'action, a choisi comme Challenger of Record un club nautique qui ne remplissait pas les quelques critères énumérés par le Deed of Gift. Les Américains, sûrs de leur coup, ont tout de suite commencé à travailler sur leur trimaran géant (avec les spécialistes français du domaine, qui ont transféré leur technologie aux USA et ainsi permis la construction d'un tel trimaran aux USA), alors qu'Alinghi n'a eu que quelques mois pour se rendre compte que la Coupe allait se jouer contre Oracle et pour construire en Suisse son propre multicoque de 90 pieds. En gros, il a fallu se baser sur le savoir-faire développé ces dernières années sur les catamarans lémaniques. S'il n'y avait pas déjà eu - un peu par chance - ce savoir-faire sur place, Alinghi n'aurait même pas fait illusion - il n'y aurait même pas eu de bateau suisse! Vu sous cet angle, il faut bien se rendre compte que ce qu'Alinghi a réalisé est déjà un fantastique exploit.

  • @ Lors Acton:

    En effet, on ne doit rien retrancher aux deux victoires d'Alinghi. Mais en effet, le point de départ des litiges et bien la nomination du défi espagnol.
    Les suisses ont peut-être manqué d'anticipation et de mesure des choses.

    Bon, à suivre.

  • Bonsoir Hommelibre,
    Je suis étonné de trouver sur votre blog cette note concernant les tribulations d'Alinghi et de toute la polémique qui accompagne cette mascarade. Plus d'un an que les médias nous cassent les couilles avec un évènement d'une banalité confondante. Vous proposez la plupart du temps des sujets très divers et intéressants.
    Tenez, juste un exemple :
    Vous avez publié le 14 mai 2009 une note concernant le lancement par la fusée Ariane 5 des 2 sondes spatiales Herchel et Planck. Très bon article et le contenu rigoureusement exact.
    Il s'avère que je suis - entre autres - un passionné d'astrophysique et des instruments embarqués dans la sonde Planck et que je connais Jean-Loup Puget depuis mars 1970 lors de mon job au CERN. Jean-Loup Puget planchait alors sur une thèse d'astrophysique et est actuellement responsable scientifique du projet Planck basé à Saclay près de Paris.
    Une belle réussite pour la science, car cette sonde fonctionne au-delà de ce qui était espéré et les premières images transmises ont été diffusées publiquement le 17 mars dernier. Voir l'adresse ci-dessous.
    http://public.planck.fr/imagesCiel.php
    Et pas de trace dans la TDG.
    Bien à vous.

  • @ Rollmops,

    Merci pour votre appréciation. Je suis fan d'astronomie en amateur, et je tente régulièrement des billets où l'information soit accessible, parfois même sous forme humoristique, à un public non averti tout en étant aussi exact que possible.

    Je suis donc d'autant plus honoré que vous ayez apprécié. L'exploration de l'univers est fascinante, et quelle chance pour vous d'avoir pu travailler dans le milieu de la physique. Si la réincarnation est une réalité, je veux bien devenir astrophysicien dans ma prochaine vie!... ;o)

    Non, sérieusement, j'aime cette science pour la compréhension de nos origines, pour l'aspect philosophique aussi: peut-être pourra-t-on montrer l'unité fondamentale de la matière, ce qui serait un sacré pied de nez à toutes les théories guerrières, car cela voudrait dire que tout ce que nous faisons aux autres c'est à nous-même que nous le faisons.

    Merci pour le lien, en effet: images fascinantes! Je vais en parler peut-être déjà ce week-end. Si vous avez à l'occasion d'autres choses qui vous paraissent intéressantes et que je n'aurais pas vues, n'hésitez pas à m'en faire part.

    Pour Alinghi, j'ai été enthousiasmé par la première victoire, et là j'ai un sentiment de non fini. D'où ce billet.

    Merci pour votre message.

    Bien à vous.

  • @ hommelibre
    Merci pour votre réponse.
    Je suis tout à fait disposé pour vous fournir des informations qui pourraient vous intéressées. Depuis 8 mois que j'ai pris une retraite anticipée, j'ai l'impression de travailler plus qu'avant tant je suis passionné par pas mal de choses, dont l'astrophysique. Mais un peu de patience.
    Pour ne pas alourdir l'espace réservé aux commentaires de votre blog, je vous ferai parvenir en temps voulu et par courriel, des informations, des adresses de site Internet, voir des adresses de courriels etc... Mais encore une fois, ne soyez pas trop impatient. Si vous êtes comme moi, il n'y aura pas de problèmes.
    La patience vient mieux à bout des entreprises que la force disait Plutarque.
    Et plutarque vaut mieux que jamais... Hi! Hi! Hi! Hi!
    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.