Katyn: le geste de Poutine

La Pologne a été de longue date écartelée. Le pays a souvent été sous la domination de ses voisins. Malgré plusieurs révoltes ils ne purent se défaire de l’oppression russe qu’en 1919. En 1920 la Russie attaque militairement Varsovie. Mais la résistance des polonais fait échouer cette attaque. Certains historiens disent que c’est depuis là que Staline développa une haine féroce à l’encontre des élites polonaises.

Katyn_massacre_1.jpgEn septembre 1939, la Pologne est à nouveau envahie, par les armées allemandes d’abord, puis russes. Celles-ci détenaient plusieurs dizaines de milliers d’officiers, médecins militaire, résistants, tous faisant partie de l’élite, celle qui était capable de lancer de nouvelles révoltes et actions de libération.

Entre mars et mai 1940, les Russes exécutèrent plus de 20‘000 de leurs prisonniers dans des fosses communes dans la forêt de Katyn, près de la ville de Smolensk à l'ouest de la Russie. Il s’agissait de décapiter la Pologne d’une bonne partie de ses forces vives. Le plan du dictateur Staline était déjà de s’emparer de ces territoires.

Les soviétiques firent croire d’abord que le massacre était l’oeuvre des nazis. Mais la vérité pu être faite sur ce crime de masse, le premier de la seconde guerre mondiale, fait à la sauvette par un régime communiste qui avait déjà signé une entente avec l’Allemagne nazie pour se partager l’Europe.

Hier, Vladimir Poutine était à Katyn avec le premier ministre polonais. Première visite officielle d’un dirigeant russe et d’un dirigeant polonais. En rendant officiellement hommage aux victimes de Katyn, en disant qu’il fallait rétablir la vérité, Poutine a fait un geste fort envers la Pologne et l’Europe. C’est un geste symbolique fort, même si au yeux des polonais, pour qui ce massacre reste vivant dans leur mémoire, ce geste n’est pas suffisant.

«La visite ce mercredi 7 avril de Vladimir Poutine à Katyn avec le Premier ministre polonais est doublement symbolique. D’abord, parce que c’est la première fois qu’un dirigeant polonais se rend à Katyn de façon officielle et non pas privée, et surtout parce que Vladimir Poutine est le premier dirigeant russe à s’y rendre.
katyn-1-0_79038_G.jpg
L’hommage de Vladimir Poutine à Katyn est certes une première, mais il rappelle surtout que la question reste épineuse en Russie. D’ailleurs, le Premier ministre russe ne devrait pas, sauf surprise, présenter d’excuses au nom de la Russie, et la justice elle-même avait fait l’impasse.
Une enquête avait été menée dans les années 1990 et 2000 pour se terminer en cul-de-sac, sans identifier les responsables du massacre, sans même accepter de présenter Katyn comme un crime de guerre. Pourtant, les choses avancent doucement.
D'ailleurs, c’est une première, le film Katyn du Polonais Andrzej Wajda a été diffusé en Russie sur une chaîne d’Etat la semaine dernière. Mais le travail de mémoire est difficile en Russie, et la résistance est forte, notamment chez les communistes qui attribuent toujours le massacre de Katyn à l’armée allemande."


«Ce massacre des élites polonaises, propriétaires terriens, professeurs, avocats ou médecins mobilisés, a été commis dans plusieurs endroits, notamment à Kharkiv (Ukraine) et Miednoïe (Russie), mais Katyn en est devenu le symbole.

Symbole aussi du plus grand mensonge entretenu pendant un demi-siècle par la propagande soviétique et celle de la Pologne communiste.
"J'ai dû taire la vérité sur la mort de mon père jusqu'en 1989, ma mère m'avait appris une formule: "porté disparu pendant la guerre", raconte Marcin Zawadzki qui se rend à Katyn avec la délégation officielle.

Mobilisé pour combattre les Allemands, son père avocat fut fait prisonnier par l'armée soviétique qui a envahi la Pologne le 17 septembre 1939 aux termes du pacte germano-soviétique Ribbentrop-Molotov.

Deux télégrammes, deux cartes postales de Kharkiv, où il a été exécuté sommairemenht, sont ses seuls souvenirs.
En avril 1943, les Allemands ont découvert des charniers à Katyn et révélé au monde les atrocités des Soviétiques. Ceux-ci en ont aussitôt accusé l'Allemagne nazie.

Il aura fallu attendre 1990 et le dirigeant Mikhaïl Gorbatchev pour que Moscou reconnaisse sa responsabilité.»


Pologne 1939: le massacre de katyn
envoyé par maximumuse. - L'info video en direct.



Katyn - Le film
envoyé par six-fevrier. - L'info internationale vidéo.




PS: Pensée pour l’otage suisse en Libye, retenu depuis 20 mois.

Catégories : Politique 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Voir aussi mon blog sur le martyre polonais sous l'air soviétique et stalinienne.

    D.J

    http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2010/04/07/hommage-russo-polonais-des-70-and-du-massacre-de-katyn.html

  • Les mouvements de peuples d'Europe centrale et d'Europe de l'est jusqu'au 20ème siècle c'est quelque chose !!! Sans compter les invasions de Mongolie vers Occident et de Turquie vers Chine ...
    Mais bientôt la Biélorussie va tomber comme un fruit mûr dans l'Europe car son peuple en a marre de la dictature !!!

Les commentaires sont fermés.