30 mars: où est le grand chambardement promis?

C ‘est angoissant. Terriblement. Je ne vois rien venir. Aucune télé ne montre les fameuses images. Aucune radio pour nous avertir. Ce silence est-il voulu? Veut-on nous protéger de la cruelle, l’insupportable vérité?

Rien à gauche, rien à droite, rien devant ni derrière. Je scrute. J’écoute l’oreille au sol. Je monte sur le toit des voitures pour voir plus loin. Rien. Rien de rien. Pourtant c’est bien le jour, le grand jour, celui qui doit changer radicalement la planète. Celui oùssk’enfin quelque chose va changer.

Depuis le temps qu’on vote et que les dépressifs, les asociaux et les tronches de cake (prononcez à l’anglaise) assurent que cela ne sert à rien de voter, que de toutes façons c’est du pareil au même comme dans le mot tandem oùssk’il y a tant de èmmes, on nous avait promis que cette fois c’était la fin, que les vieux systèmes allaient disparaître, que l’on n’aurait plus besoin de nettoyer les rues, qu’il n’y aurait plus une barrette de shit dans les parcs et que même les dealers allaient disparaître du paysage, que le clivage gauche-droite allait enfin être réglé, que la police serait au nirvana, qu’on ne paierait plus d’impôts ni de loyers, que l’amour serait libre et gratuit, que les minarets deviendraient des narets entiers, que les prophètes se transformeraient en pro-fête et danseraient toute la nuit, bref on nous promettait un nouveau monde.

Et rien. R-I-E-N. Rien ne vient. Pas de grand chambardement. Pas de fin du monde.

Pourtant ils ont mis le paquet. Ils ont tout fait pour. Un grand boum. Et rien.

RIEN!

Pas de trou noir...

Le LHC ça marche pas, pfff... Déçu, très déçu...





PS: Max, pas de trou noir pour avaler Kadhafi... Tu restes otage, hélas.

 

Catégories : Humour 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Dommage. Moi qui m'était expatrié pour la journée en terres vaudoises pour survivre quelques secondes de plus. Ben rien, nada. Je partage votre déception. Mais bon. Ca n'est que partie remise. Prochain rendez-vous: le 21 décembre 2012.

Les commentaires sont fermés.