30 mars 2010

L’affaire Degache: 8 ans de prison pour un innocent?

Jean-Paul Degache a été condamné vendredi 26 mars en appel par la Cour d’appel de Nîmes. A la fin de ce deuxième procès, les jurés ont confirmé la première condamnation. Et pourtant, cette affaire pose question.


prison1.jpgCela a commencé en 1997. Jean-Paul Degache, instituteur à Sarras, un village d’Ardèche, est convoqué à la police. Tous ses élève de CM 2 ont été entendus en bloc pour des suspicions d’abus sexuels qui se seraient passés dans la salle de classe. La méthode est déjà pour le moins curieuse.

1997.

Cette année n’est pas fortuite. C’est le début des 5 années d’enfer pour les instituteurs. Enfer initié par une circulaire de Ségolène Royal qui recommandait de transmettre au procureur même les rumeurs. La chasse aux sorcières allait durer 5 ans jusqu’à ce que Jack Lang remette un peu de raison dans cette folie. Durant cette période des centaines d’enseignants ont été accusés, ont perdu travail, famille, dignité, certains se sont suicidés, et pourtant 73% - oui 73% d’entre eux ont été reconnus innocents après des enquêtes fouillées et des procès pourtant à charge. Marie-Monique Robin a fait une enquête approfondie sur ce drame, «L’école du soupçon».

Pour M. Degache, l’affaire est classée. Les élèves le remercient pour son attitude proche. C’était un instit à l’ancienne. Vous le comprendrez dans le flim. Hélas pour lui.

Puis l'affaire ressurgit en 2002 suite à de nouvelles plaintes d’anciennes élèves.

Le reportage de M6 commence à ce point, à la minute 33 environ. Plusieurs femmes dénoncent des abus, des pénétrations digitales, des mains dans la culotte, cela en pleine classe et en présence de tous les élèves. L’une des plaignantes commence par dire: «Les souvenirs me sont revenus». Des centaines d’actes supposés depuis des années.
Robin.gif
Comment est-ce possible qu’elles n’aient rien fait de 1997 à 2002, après l'audition de la classe? Comment sur une telle période rien n’aurait été répété par les enfants ou par des gens extérieurs? Les souvenirs ne s’effacent pas, on le sait. Les recherches de la psychologue américaine Elisabeth Loftus font référence dans ce domaine. Elle a d’ailleurs présenté un exposé à Genève en septembre dernier, à l’invitation de l’Université. Il est possible de fuir ses souvenir, de les laisser en repos, mais pas de les oublier. Mais cela, les jurés ne le savent pas.

En regardant ces accusatrices, je me demande ce qui se passe dans leur tête et dans leur coeur. La relative froideur, l’absence d’émotion, alors qu’elles parlent de pénétrations digitales devant tout le monde et plusieurs fois par semaine pendant deux ans, je suis très perplexe. Est-ce comme le dit Degache une manipulation politique? Ou une forme d’hypnose ou de contamination collective? Une illusion de bonne foi?

Ou alors est-il vraiment coupable? Mais alors, pourquoi tant d’incohérences’

Lors de son procès en appel Jean-Paul Degache a démontré que des attouchements éventuels auraient forcément été visibles, depuis la classe par les élèves, ou depuis l’extérieur par des profs et des parents. Il ne pouvait rien cacher. Comment de supposés viols par centaines pendant des années auraient-ils pu passer inaperçus?

Ne connaissant du dossier que ce qu’en sait le public, je ne peux me prononcer. Mais tout cela me fait sérieusement douter de la réalité des accusations. Et c’est peut-être une erreur judiciaire qui s’est produite vendredi à Nîmes.


http://blogdesinnocents.canalblog.com/archives/2010/03/28...


Ici, le lien pour le film de M6:

http://www.m6replay.fr/#/info/66-minutes/10196

 

 

PS: Max Göldi a été changé de cellule, sans fenêtre ni eau chaude. Maintenant que la Suisse a lâché sur les visas, Kadhafi a champs libre pour sa petite vengeance.

10:54 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (113) | Tags : justice, jean paul degache, ségolène royal, viol, sarras, robin | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@ hommes libres

Pourquoi fermez-vous les commentaires dans "http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/03/26/zemmour-et-crise-ethnique-en-france-le-prix-de-multiples-ble.html" ?

Vous parlez de "mauvaise foi" et d'injures. Il n'y avait en l'occurrence pas d'injure et la mauvaise foi, qui êtes-vous pour "trancher"? Dieu le père?

Si vous êtes contre la liberté d'expression, il vous faut changer de pseudo...

C'est bien navrant comme réaction.

Écrit par : Ngabo | 29 mars 2010

@ Ngabo:

J'ai l'habitude de laisser s'exprimer, mais quand cela déborde trop ou trop longtemps je me permet de fermer les comm, parfois pour 24 heures, parfois plus ou moins. Vos propos lourds et malodorants sur le "trou du cul" y sont pour quelque chose... ne vous en prenez donc qu'à vous.

Et ne venez pas me faire le coup de la victime de la censure... Ca c'est de la mauvaise foi de premier ordre. Ca ne marche pas avec moi.

De toutes façons je n'ai pas de compte à vous rendre et c'est encore moi qui décide chez moi du langage que j'accepte ou non, que cela plaise ou non.

Vous prenez-vous pour Dieu le père pour vouloir me dire ce que je dois faire et pour vouloir faire la loi chez moi? Remettez vos idées à l'endroit, s'il vous plaît. Et respectez celui qui vous accueille.

Écrit par : hommelibre | 29 mars 2010

@ hommelibre

Je n'ai traité personne de "trou-du-cul" et si j'ai utilisé ce terme, c'est parce que la situation se prêtait à merveille. Vous m'avez sans doute mal lu et vous invite à relire ma phrase si malodorante qui répondait surtout à la phrase de Leclercq selon lequel "il ne faut pas baisser son froc".

"Ca c'est de la mauvaise foi"

Faux. Vous m'empêcher de répondre à un commentaire, donc c'est de la censure. En outre, je vous l'apprends peut-être, mais dire à quelqu'un qu'il est de mauvaise foi peut-être considéré comme une injure. Je peux vous donner la référence jurisprudentielle si cela vous intéresse.

"De toutes façons je n'ai pas de compte à vous rendre et c'est encore moi qui décide chez moi du langage que j'accepte ou non, que cela plaise ou non."

Oui, vous préférez le monologue interactif limité, je vous ai bien compris. Sentez-vous libre, mon cher, de limiter sur votre blog les commentaires. M'enfin, ne soyez pas surpris si certains trouvent ensuite que cette façon de faire limite manifestement la liberté d'expression des lecteurs "accueillis".

Vous devriez ouvrir un blog en Chine, vous y seriez heureux.

Écrit par : Ngabo | 29 mars 2010

Pfff... Vos justifications laborieuses et décalées n'allègent pas le propos. L'expression "baisser son froc" au figuré ne signifie en aucun cas montrer son anus. Votre glissement est de nature à dévaloriser votre interlocuteur sans qu'aucun argument sérieux ne soit proposé.

Je ne vous ai pas empêché de répondre à qui que ce soit puisque vous veniez justement de répondre. Quand à la mauvaise foi je maintiens, et je n'ai pas besoin de vos références juridiques. Je peux vous citer Tahar Ben Jelloun: "argument bête pour dégager sa part de responsabilité". On peut y mettre "malhonnêteté", car parler de censure n'a aucun sens ici. Vous abusez de mon hospitalité et vous venez ensuite jouer à la victime. On peut y mettre "volonté de tromper" car écrire une insulte - donc être l'agresseur - puis vous faire passer pour la victime c'est de la mauvaise foi.

Il y a beaucoup de personnes sur cette plate-forme avec lesquelles j'ai des dialogues ouverts, poussés, utiles, intéressants, et ils sont largement majoritaires. Il faut croire que ma manière de faire leur convient. Si à vous elle ne convient pas je n'en ai rien à cirer, et j'espère être assez clair en le disant de cette manière, car les gens qui ont "trou du cul" à la bouche et qui viennent juste foutre la merde en essayant de culpabiliser l'autre ne m'intéressent pas.

Écrit par : hommelibre | 30 mars 2010

@ hommelibre

" L'expression "baisser son froc" au figuré ne signifie en aucun cas montrer son anus"

Vous êtes totalement dénué d'humour sur ce coup-là. En aucun cas mon intention était de porter une injure et je pense qu'il faut vous passer la tête sous l'eau froide. Vous ne trouvez pas drôle, sincèrement, ma réponse? Quelqu'un qui écrit "Il ne faut pas baisser son froc" et que la réponse est "Certes, parce qu'en dévoilant ainsi votre arrière-train, vous risquez d'être pris pour un trou-du-cul." n'est en aucun cas une injure. Tout d'abord Leclercq n'a pas dit "je baisse mon froc" et donc le vous que j'utilise est bien général. Leclercq écrit justement "il ne faut pas baisser son froc". Ma réponse se voulait drôle et j'ai cru que l'on pouvait rire de tout, même chez vous, mais apparemment pas avec n'importe qui.

"car les gens qui ont "trou du cul" à la bouche et qui viennent juste foutre la merde"

Attention, vous avez dit merde. Il vous faut fermer les commentaires. ;-)

Cela étant, je ne vois pas en quoi je suis venu "foutre la merde " sur votre forum, Monsieur. Mis-à-part mon gag que vous n'avez pas apprécié (c'est votre droit bien entendu), je ne vois pas en quoi mes propos sont "inapproprés" ou "foutent la merde".

Vous avez bu ou quoi?

Écrit par : Ngabo | 30 mars 2010

@ Ngagbo:

Je vais réfléchir à votre dernier commentaire. Mais, non, je n'ai pas bu.

A demain.

Écrit par : hommelibre | 30 mars 2010

Bonne nuit

Écrit par : Ngabo | 30 mars 2010

affaire degache erreur judiciaire?
Chaque jour du procés les membre du jury ont pu consulter des articles à charge publiés dans la presse régionnale ??????

Écrit par : bernard | 30 mars 2010

En regardant le reportage, force est de constater qu'il y a un problème dans cette affaire. Pourquoi est-ce à l'accusé de prouver son innocence? N'est-ce pas l'inverse normalement?
Pourquoi seulement des groupes d'élèves dans trois classes en 20 ans (donc 17 ans sans aucunes accusations) ont réagi?
Quand j'écoute parler Amandine, je ne peux que me mettre à sa place : quelle horreur à 9 ans d'être interrogée seule par des policiers!!!
Je ne sais pas s'il y a eu complot, en tout cas cette affaire semble bourrée d'incohérences.

Écrit par : Sophie | 30 mars 2010

"c'est clair c'est un prof à l'ancienne qui ne badine pas avec la discipline, et on un systéme éducatif actuellement qui veut que les profs plaisent aux éléves, le monde à l'envers, et les éléves connaissent toutes les ficelles pour faire tomber et craquer les profs c'est même devenu un jeu pour certains.
en plus actuellement il y a la paranoia anti-pédophilie. en plus les éléves sonts soutenus par leur mére, qui les soutiennent becs et ongle sans aucune once de bon sens, ce qui est arrivé à ce profs n'est que l'utilisation d'une des armes auquels les éléves disposent.

la même chose est arrivé au canada, le profs a fini par être disculpé devant les incohérences des accusations, et les éléves filles, et les accusatrices avaient la même froideur le même manque d'émotion.

que la justice française soit assez lucide et honnête pour innocenté ce prof.

Écrit par : leclercq | 30 mars 2010

@ bernard

"Chaque jour du procés les membre du jury ont pu consulter des articles à charge publiés dans la presse régionnale ?????? "

mais quelle valeur peut-on accorder aux torchons de la presse, leur style est de ne pas faire de vague, et de bien être dans le mode de pensée actuelle.

Écrit par : leclercq | 30 mars 2010

@leclercq
Auriez-vous plus d'infos concernant cette affaire canadienne?

Écrit par : Sophie | 30 mars 2010

Johann le Troll, quand vous déformez mes propos et vous complaisez dans des attaques personnelles comme vous l'avez fait avec moi il y a quelque temps, je n'ai vraiment pas de leçon à recevoir de vous. Et comme vous êtes décidément polluant, aller, hop, à la trappe!

Écrit par : hommelibre | 30 mars 2010

@ "homme libre" vous n'avez pas le droit de pouvoir émettre des doutes sur le verdict. La justice, par deux procès, a tranché. Maintenant, tournez votre langue plusieurs fois dans votre bouche avant de parler. Et BRAVO AUX VICTIMES D'AVOIR ENFIN PARLE !!!!! Vous etes soutenues, vous n'etes pas qeules !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vous aveze eu beaucoup de courage et de force, et je vous en félicite !!!!!

Écrit par : Flow | 30 mars 2010

@ "homme libre" vous n'avez pas le droit de pouvoir émettre des doutes sur le verdict. La justice, par deux procès, a tranché. Maintenant, tournez votre langue plusieurs fois dans votre bouche avant de parler. Et BRAVO AUX VICTIMES D'AVOIR ENFIN PARLE !!!!! Vous etes soutenues, vous n'etes pas qeules !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vous aveze eu beaucoup de courage et de force, et je vous en félicite !!!!!

Écrit par : Flow | 30 mars 2010

Pour qu'une justice soit vraiment équitable il faut empêcher les jurés et bien entendu les juges et procureur d'avoir des contacts avec l'extérieur ; il faut les priver de la lecture des journaux ; en outre, les émissions de TV seront supprimées

Si le procès dure une semaine ils dormiront une semaine dans des chambres mises à disposition par le Tribunal.

En contrepartie on leur mettra à disposition : des livres et des DVD sans oublier une "excellente bonne et grande bouffe".

Écrit par : Hypolithe | 30 mars 2010

Notre société risque de créer de plus en plus de « Schizophrène » !!!

C’est parmi les jeunes enfants que l’on en découvre de plus en plus !
Dans les études sur l’aliénation parentale, des médecins ont décelé des pathologies, parfois lourdes. Des articles scientifiques sont publiés… mais personne ne semble s’en inquiéter…
Cela arrangerait bien le secteur judiciaire, véritable industrie des « conflits » où des avocats perçoivent des honoraires de 100 à 350 € de l’heure (voire plus) et où des frais de justice représentent un minimum de 75.000 € (voire plus) par affaire criminelle en cours d'assises de juridiction populaire ou mixte.

Où allons-nous?

Écrit par : CLVDP | 30 mars 2010

Merci à leclercq pour le lien canadien. Vous êtes une personne très précieuse pour nous tous.

Voici, pour les autres un commentaire -- très très juste car chez nous, en Europe, il s’agit des mêmes dérives -- sur ce lien:
"Envoyé par encore_un_abus_du_système
13 janvier 2010 à 07 h 57 HNE
M. Fournier est un héros. J'espère que ses compagnons le soutiendront afin qu'il puisse continuer sa carrière et reprendre sa vie malgré les blessures qui laisseront des marques indélébiles.

Les systèmes de la justice, que ce soit la police, les procureurs, la DPJ, sont complètement déconnectés de la réalité, et surtout totalement incompétents. Heureusement qu'il reste les tribunaux pour voir clair et apporter un jugement conséquent.

Il est inacceptable que la quantités de soi-disants professionnels qui ont (ou auraient dû) évalué ce cas avant d'aller en cours aient laissé passer ce qui était pour tous une évidence. Comment ces personnes qu'on voudraient qualifiées peuvent être bernées par deux douzaines d'enfants d'écoles et leurs parents sans jugements.

Ces 19 enfants-rois qui ont accusés injustement doivent maintenant subir les conséquences de leurs gestes. Les laisser sans conséquences serait absurde. Leur développement est compromis par le fait qu'elles sont maintenant reconnues comme des menteuses patentées. la DPJ interviendra t'elle? Seront-elles retirées de ces parents qui ont acceptés de jouer ce jeu dangereux? A suivre..."

à bon entendeur...

Écrit par : CLVDP | 30 mars 2010

Il est à espérer qu’un rebondissement à la suite d’un fait nouveau puisse réviser ce procès. Nous savons quasiment tous (les citoyens experts en la matière) qu’il y a +- 75 % de fausses accusations, en général, dans tous les types d’accusations de violences à la suite des modes et usages de malversations contemporaines commises dans nos sociétés civilisées dont le but est de nuire à autrui…

Écrit par : CLVDP | 30 mars 2010

Je peux témoigner que mon amie, professeur d’éducation physique d’un Athénée Royal (école secondaire gérée par la Communauté française de Belgique) qui a postulé, après formation, pour un emploi de Préfet, et ce, à la suite d’une menace discrète de la part d’une élève (fille, au sens d’attouchement sur sa poitrine, à l’occasion d’exercices physiques de gymnastique au agrès / Cheval d’arçon).

Après les fausses accusations d’élèves sur des professeurs sévères et rigides, et ayant toutes les difficultés pour discipliner ses élèves, mon amie ne pouvait plus supporter cette épée de Damoclès. Depuis des années elle est Préfet dans un Athénée Royal.

Écrit par : CLVDP | 30 mars 2010

@ Flow

"BRAVO AUX VICTIMES D'AVOIR ENFIN PARLE !!!!!"

mais victimes de quoi de petites tapes d'encouragement comme faisait les profs à l'ancienne.
Ah on est bien dans la mode féministe d'accusations des hommes, ton contact est
transporé en attouchements, actuellement les méres de familles sonts parano !!!
actuellement dans le village à coté du mien les employés municipaux fonts bien attention de ne pas se trouver dans une classe pour effectuer des travaux seuls avec un enfant, et oui on est en pleine parano, que les péres jouent leur rôle dans les familles pour redonner le sens de la mesure à ces méres parano.

Flow j'ai bien l'impression que tu est aussi une femme parano !!!!

"homme libre" vous n'avez pas le droit de pouvoir émettre des doutes sur le verdict."

d'ailleurs on est encore en république pas en dictature, au cas où tu ne le saurais pas, il est vrai que la dictature douce est quand même bien en place, et je pense que c'est avec la place quelle tient que tu te crois autorisée à tenir de tels propos.

http://theblogmustgoon.over-blog.com/article-justice-nique-sa-mere-47665399.html

"Le procès a lieu en 2007, une des anciennes élèves interrogés par la gendarmerie vient témoigner des méthodes d'interrogatoires et explique qu'elle n'a jamais rien subit, au final, elle figurera tout de même sur la liste des victimes. Deux des six experts ne sont pas présents au procès. Mais tout cela n'empêche pas Mr Degache d'écoper de 8 années de réclusions criminelles."

http://www.viaducdemillau.fr/articles/2010/03/27/NIMES-Huit-ans-de-prison-pour-l-39-instituteur-pedophile-1165492.php5

"« Je ne voulais pas leur faire de mal. Mes gestes de bienveillance ont été mal interprétés. » Mais très vite, l'accusé se reprend. « Je n'ai jamais violé ni agressé quiconque... Mes caresses n'étaient pas sexuelles. »"

c'est bien la mode actuellement de voir de la pédophilie là où il n'y a que des gestes de bienveillance.

un autre exemple

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

"Après la loi du silence qui régnait sur les questions d’inceste vient donc aujourd’hui l’heure des grands déballages, des procès tonitruants et des règlements de comptes. Comme si, en l’espace de quelques années, voire quelques mois, on était passé du déni à l’hystérie et aux dérives accusatrices. Les suspicions de pédophilie n’agitent pas seulement les couples divorcés, mais aussi l’école, par exemple, où une psychose se développe. "

Écrit par : leclercq | 30 mars 2010

de tout ce que j'ai pu lire sur cette histoire on ne parle que de l'accusé en tant que victime ... " et s'il est innocent?..." pourquoi ces femmes auraient-elles menti? pour de la politique ?? Vous parlez de froideur chez ces femmes : je parlerais de dignité , elle n'ont rien à se reprocher, ce ne sont pas elles les coupables ... ce Mr a quand meme été jugé coupable par 2 fois !! Et parlons de leur silence :on peut comprendre leur temps de reflexion quand on voit comment elles sont jugées !

Écrit par : isabelle | 30 mars 2010

@ isabelle

"pourquoi ces femmes auraient-elles menti? "

"d'un besoin de la part de plusieurs femmes de se sentir exister, reconnu et se complaisant dans un statut de victimes."

et ça suffit pour mentir.

"ce Mr a quand meme été jugé coupable par 2 fois !!"

coupable sans aucune preuve, le seul fait connu ce sonts des petites tapes d'encouragement. que l'hystérie actuelle transforme en pédophilie.

"elle n'ont rien à se reprocher, "

si de mentir ça s'appelle une fausse accusation.

"Et parlons de leur silence :on peut comprendre leur temps de reflexion quand on voit comment elles sont jugées ! "

disons plutôt que la paranoia mise en place par ségoléne Royal leur est monté à la tête. à l'époque des tapes d'encouragement envers elle l'hystérie actuelle n'était pas encore en place.

Écrit par : leclercq | 30 mars 2010

Bien les avis sur cette pénible histoire sont très tranchés à ce que je vois. Et pourtant le doute est là, il existe! Il est vrai qu'en principe ce doute profite à l'accusé...pas cette fois. Je ne connais de cette histoire ce que les médias ont bien voulu en rapporter je me garderai donc bien de prétendre que cet instituteur est coupable ou innocent.
Pourquoi ces jeunes femmes mentiraient-elles? en effet je n'y vois pas grand intérêt....ceux avancés par Leclercq sont bien évidemment ridicules.
Hystérie générale orchestrée par les femmes-mères etc....bla bla bla non, les cas de convaincues pathologiques sont très vite repérées en thérapie ou lors d'expertises...cela ne tient pas la route. Il est vrai que la prise de conscience énorme actuelle sur le phénomène des abus sexuel est telle qu'elle donne un peu le tournis je vous l'accorde mais bon on ne va pas museler maintenant les enfants qui attendent depuis des siècles enfin d'être considérés et respectés dans leur intégrité sexuelle! alors ma foi cet institutreur a une bonne tête c vrai....il a l'air sincère c vrai...il s'évanouit bien au prononcé du verdict c vrai....mais bon cela fait-il de lui un innocent.....sais pas....je suis d'accord sur le fait que les informations qui nous arrivent sur cette affaire sont tellement infimes que bien malin celui qui aurait une certitude absolue. 75% des accusations mensongères CLVDP? ouh la on n'a pas les mêmes pourcentages, moi je les ai plutôt à l'envers.....75% avérés oui tu veux dire....Bon sur Ségolène, pas ma tasse de thé cette dame.....du bla bla mais concrètement je ne suis pas persuadée qu'elle soit si protectrice que cela des enfants victimes d'abus sexuels......bref
Bon en attendant, un innocent est peut-être en prison, il est parfois des personnes acquitées qui sont pourtant coupables......mouaii

Écrit par : vali | 30 mars 2010

tout sa ce sont des mensonges si elle y passer 2 a 3 fois par semaine devant tout le monde pourkoi elles ne sont pas mis en pantalons je trouve sa bizarre leur histoire et les garcons ils sont ou dans l histoire on les as pas vus a la barre reveilles vous les garcons qui ete en classe de jean paul degache dites tout fort ce que vous penser sauvez jean paul degache de tous ces mensonges elles ont menties maintenant sa va etre dur de dire pardon et pius il faudra rendre l argent et etre reconnues d horribles menteuses

Écrit par : beretti | 30 mars 2010

@beretti : un grand moment ton commentaire! si si ouh les menteuses.....tu nous raconteras...parce que apparemment tu y étais toi

Écrit par : vali | 30 mars 2010

Plusieurs ancien(nes) élèves de JP ont témoigné au procès assurant n'avoir rien vu, n'avoir jamais rien remarqué d'étrange chez leur instituteur ou leurs camarades de classe. Malheureusement, comme le fait remarquer un commentaire plus haut, dans le doute, le jury condamne! Et bien non! Depuis que je suis toute petite on m'explique que l'on est innoncent jusqu'à preuve du contraire! Que c'est à l'accusation de prouver la culpabilité et non à la défense de prouver l'innocence.
Ici nous sommes en face d'un cas où un homme pourrait amener toutes les preuves du monde, on lui retorquerait toujours que dans le doute il est coupable! Le monde marche-t-il sur la tête pour que certains trouvent ça normal?

Écrit par : Sophie | 30 mars 2010

@sophie
et bien il est juste que le doute profite toujours à l'accusé...tiens dans le fond pourquoi?
Bon dans ces douloureuses affaires de pédophilie, s'il est des cas où des "preuves" peuvent être clairement établies, il est souvent des cas où il s'agit de la parole de l'un contre la parole de l'autre. Par ex un enfant victime peut difficilement plaider sa cause devant un adulte abuseur....donc un faisceau d'indices permet normalement de pouvoir établir de la présomption de culpabilité de l'accusé ou de son innocence présumée. Bon moi je trouve plutôt pas mal que l'accusé en l'occurence puisse se défendre et essayer d'amner tous les éléments permettant d'être disculper. Pérfèrerais-tu qu'il soit interdit de parole? Cependant dans cette affaure précise, je doute fort que les parties civiles n'aient pas améné des éléments de "preuves"^....donc les jurés ont examiné les pièces des uns et des autres et ont rendu leur jugement en leur âme et conscience

Écrit par : vali | 30 mars 2010

Je suis de tout coeur avec les victimes et je les félicite pour leur courage.
Oser aller témoigner contre ce grand monsieur DEGACHE respectés et aimé de tout un village à qui l'on donnerait le bon dieu sans confessions, alors oui, c'est un acte courageux et nécessaire pour pouvoir se reconstruire,et vous l'avez fait.
Par deux fois, il a été jugé coupable.
Ce ne sont pas les médias qui changeront quoique ce soit aux faits.
Quand bien même,il y aurait trente procés, il sortirait trente fois coupable,bien qu'aujourd'hui, des centaines de personnes le défendent corps et âmes.
Tout MR DEGACHE qu'il est, dieu merci la justice reste la justice.
L'aveu l'aurai soulagé mais il en a décidé autrement.
A vous toutes, je dis COURAGE et n'entendez pas toutes les paroles dictées par la colère et la rancoeur de ceux qui le soutienne.
Ne vous sentez pas coupable.
Vous avez fait le bon choix.
Bonne route...

Écrit par : marlene | 30 mars 2010

@ marlene

victimes de quoi de petites tapes affectueuses, que l'hystérie actuelle tranforme en pédophilie !!!

la justice est tombé bien bas, elle accuse sans preuves en décidant de prendre en compte que l'avis des accusatrices, sans tenir compte des autres témoignages
obnubilée quelle est par l'hystérie collective.

la justice familiale est au mains des femmes, et c'est un fait connu que cette justice est sexiste, ce n'est plus de la justice mais de la parodie de justice.

que cette justice prenne donc exemple sur le canada, dans un cas similaire leur justice est encore restée de la justice.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2010/01/12/004-Fournier-enseig-procedur.shtml

Écrit par : leclercq | 30 mars 2010

On vient d'apprendre que la Cour de révision vient de demander l'annulation du procès de Loïc Sécher, et donc sa libération et la fin de son cauchemar.

Loïc Sécher a été condamné un première fois, puis en appel, à 16 ans de réclusion. Il a déjà fait 6 ans.

Pour rien.

Son accusatrice a reconnu en 2008 avoir menti et ne plus supporter de le voir en prison...

Condamné 2 fois, cela ne signifie rien du tout!

J'y reviens demain dans un nouveau billet.

Écrit par : hommelibre | 30 mars 2010

Pour ceux qui voudraient joindre le Comité de soutien à JP Degache :

soutien.jean-paul.degache@voila.fr

Écrit par : Antisthène | 30 mars 2010

@leclerq

Je n'ai guère envie de participer à un dialogue de sourd car si mettre les mains dans la culotte est pour vous synonyme de "tapes affectueuses", je crois donc que le dialogue est impossible.
Malheureusement pour Mr dégache, en prison, il risque de mieux comprendre la nuance.

La prison ne profite guère à l'être humain et croyez bien que je ne suis pas pour l'enfermement.Je suis désolé qu'a aucun momment, il n'est remis son attitude en question.

Le fait qu'il puisse interrompre ces actes sur les années qui risquaient de le compromettre prouvent qu'il était plus intelligent que "malade".
Ca ne remet pas en question la qualité de son enseignement car il a été visiblement un bon instituteur.

Que toutes les filles qui n'ont pas eu la malchance de connaître le "doigté" de MR Dégache se réjouissent plutôt que de traiter les victimes de mytho.

Le cas au Canada dont vous faites référence ne peut pas être similaire puisque le résultat des deux procés a abouti à la même condamnation.
Ce ne sont pas des témoignages d'enfants mais d'adultes qui certes, gérent leur émotions car elles n'ont certainement pas attendu le procés pour demandé une aide psychologique et pour commencer d'évacuer leur souffrance.

J'ai aussi lu que les victimes auraient dû sauter de joie à l'annonce du verdict.
Mêmme si cet homme est leur bourreau, leur attitude témoignent de leur humanité.
C'est tout à leur honneur.

Mr Dégache a été condamné par les jurés mais il s'est condamné davantage par son silence...

Écrit par : marlene | 30 mars 2010

Je vous fais part d’un courriel que j’ai reçu :

« Ce 26 mars, Jean-Paul Degache, ex-instituteur français exercant en Ardèche, a été condamné en appel à huit ans de prison, sans aveu et sans preuves, suite à de fausses accusations d'attouchements et de viol portées par d'anciennes élèves. Ce malgré le caractère extravagant des accusations, un défense très pointue et un important comité de soutien. Hormis le soutenir moralement, nous ne pouvons plus grand chose pour lui.

Le seul élément positif est qu'un journaliste, Mathieu Jégo, a réalisé un documentaire qui couvre toute l'affaire, des premières rumeurs au verdict. Ce documentaire est remarquablement objectif. Il montre à la perfection comment, malgré les désastres précédents (Outreau), la "Justice" est encore esclave de l'émotion, de la parole des pseudo-victimes, de la misandrie.

C'est donc un film à regarder, montrer, archiver, et projeter ultérieurement aux gens qui doutent. Il est disponible sur le site d'M6 :

http://www.m6replay.fr/#/info/66_minutes/10196 (émission du 28 mars - commence à peu près à 33’) - Bonne journée. (s) P. G. »

Écrit par : CLVDP | 31 mars 2010

@ Marlène

Vous ne connaissez manifestement rien au problème des fausses accusations dans l'Education nationale (où j'exerce) en France. Comme l'explique très bien hommelibre dans son billet (il donne même la référence du livre qui raconte tout ça), l'affaire Dutroux en Belgique a déclenché une véritable hystérie qui consiste à voir des pédophiles chez tous les profs (mâles - mais il y a eu aussi quelques femmes mises en cause) et à les mettre en cause à la moindre occasion. Dans le lot, de vrais pédophiles ont été neutralisés, tant mieux. Pour les autres, ce sont de braves types qui avaient le grand tort d'être gentils avec leurs élèves, qui n'ont rien compris à ce qui leur arrivait, n'ont pas su se défendre (mais comment se défendre contre l'émotionnel pur ?), ont été complètement lâchés par leur administration, et se sont retrouvés en tôle, ont perdu leur boulot (ou la vie en se suicidant), ou au minimum ont été obligés de changer d'établissement, de région, tant ils étaient à partir de là discrédités. La seule statistique disponivble (ce n'est pas pour rien que l'Education nationale n'en fait pas) donne : une centaine d'accusations par an, les 3/4 se révèlent fausses (Autonome de solidarité, une mutuelle enseignante).

Respectez ces malheureux. Essayez de vous informer avant de condamner Degache et les autres. Reconnaissez qu'il y a d'énormes doutes dans cette affaire, aucune preuve, des affirmations invraisemblables et que la Justice a vraiment pris le risque de condamner un innocent (lequel, de toute façon, a déjà payé par treize ans d'angoisse, la perte de son travail, le discrédit jeté sur sa personne, les sommes énormes consacrées à sa défense, etc.)

Écrit par : Antisthène | 31 mars 2010

@antisthéne.

Si je connaissais de l'affaire que ce que les médias en disent ,sans aucun doute,je serais d'accord evec vous.
Je suis entierement consciente du fait que beaucoup de profs et d'instituteur se retrouve confrontés au système judicière sans de réels motifs.
Et il est vrai que c'est un désastre.
Mais là ,ce n'est pas le cas.

Écrit par : marlene | 31 mars 2010

Enfin la justice genevoise s'occupe d'une mère pédophile !

Consultez donc la Julie de ce jour :
http://www.tdg.ch/geneve/actu/mere-jugee-actes-incestueux-fils-2010-03-30

Écrit par : Hypolithe | 31 mars 2010

@ Marlène

"Si je connaissais de l'affaire que ce que les médias en disent ,sans aucun doute,je serais d'accord evec vous."

OK, mais vous connaissez quoi, au juste ? Vous êtes témoin, victime, amie de victime ? Si vous avez des éléments susceptibles de nous convaincre, alors allez-y, c'est le moment. Parce que pour l'instant ce que nous proposent les anti-Degache, c'est vraiment maigrichon.

Écrit par : Antisthene | 31 mars 2010

@ marlene

"Le cas au Canada dont vous faites référence ne peut pas être similaire puisque le résultat des deux procés a abouti à la même condamnation."


"Le 29 octobre dernier, au palais de justice de Châteauguay, la Cour blanchit M. Fournier des accusations qui pesaient contre lui."

"Manon Bernard préside la Fédération des syndicats d'enseignement, qui regroupe 75 % des enseignants québécois. Selon elle, un enseignant qui tente de discipliner ses élèves peut faire l'objet de menaces de la part de ces derniers: « les élèves disent à l'enseignant: Si tu fais telle ou telle chose qui fait pas notre affaire on va porter plainte contre toi... »"

ces jeunes demoiselles sonts sonts maintenant considérées comme des menteuses.

Écrit par : leclercq | 31 mars 2010

Voici quelques nouvelles de l'affaire Loïc Sécher, dont la condamnation va être annulée:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/03/31/loic-secher-condamnation-bientot-annulee.html

Écrit par : hommelibre | 31 mars 2010

Hypolite:

Je viens de poster un billet sur l'affaire de cette mère acquittée:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/03/31/geneve-mere-pedophile-ou-non.html

Écrit par : hommelibre | 31 mars 2010

En justice le doute profite toujours à l'accusé !!! Surtout lorsqu'il s'agit de confronter la parole de l'un contre la parole de l'autre... n'en déplaise aux misandres !!!

Les mensonges font forces de lois... et c'est bien normal de la part d'une justice mercantile ! La "Justice" est devenue une véritable industrie qui exploite la détresse des citoyens ! Une honte !

Écrit par : CLVDP | 31 mars 2010

"CLVDP? ouh la on n'a pas les mêmes pourcentages, moi je les ai plutôt à l'envers.....75% avérés oui tu veux dire...."
Venant de vous... vali... je ne suis pas étonné !

Vous contestez visiblement Elisabeth Badinter et les résultats des enquêtes officielles concernant les plaintes (pour violences conjugales) aux Parquets!!! Vous n'êtes donc plus crédible ! CQFD

Écrit par : CLVDP | 31 mars 2010

La parution du livre « 300 000 FEMMES BATTUES y avez-vous cru ? » remettra les pendules à l'heure. La situation en Belgique est plus grave qu'au Québec en ce qui concerne les fausses accusations ! Il est très urgent de réagir si nous sommes humains

PROMOTION et présentation DU LIVRE « 300 000 FEMMES BATTUES y avez-vous cru ? » sur Philo5
http://www.philo5.com/Librairie/300000FemmesBattuesYAvezVousCru.htm & http://lapresrupture.qc.ca/17_03_2010_300000femmesbattues.html

Écrit par : CLVDP | 31 mars 2010

Bonjour,

Je crois avoir lu tous les commentaires écrits suite à la diffusion du documentaire de M6, sur ce blog, sur le forum d'M6, sur le blog des innocents.

Un accusé a été condamné SANS PREUVE à 8 ans de prison!
A lire les commentaires des personnes qui prennent position pour les accusatrices, on a l'impression que, parce qu'il est accusé de pédophilie, il n'a droit ni à la présomption d'innocence, ni au bénéfice du doute! A d'autres époques quand on voulait nuire à quelqu'un on l'accusait de sorcellerie ou d'hérésie, aujourd'hui on l'accuse de pédophilie, on a toutes les chances de gagner.
Alors oui, les actes de pédophilie sont révoltants, scandaleux, inadmissibles. Mais dans ce contexte de "pédofolie" combien d'innocents sont condamnés à tort ?
Et pour moi condamner un innocent est tout aussi révoltant, scandaleux, inadmissible. Et dans ces cas, que l'on découvre nombreux dès que l'on s'y intéresse (voir le documentaire et le livre de Marie-Monique Robin "L'école du soupçon"), les victimes ce ne sont pas les accusateurs ou accusatrices, mais ce sont les accusés et leurs familles, dont la vie est injustement brisée !

Et quand je lis que JP Degache s'est condamné par son silence ! Comment pourrait-il avouer des crimes qu'il n'a pas commis ?

Écrit par : présomption d'innocence ! | 31 mars 2010

Bonjour

Je voudrais apporter quelques précisions, puisque mes enfants sont allés dans l'école où enseignait JP Degache

Les accusations de 1997 :
Les élèves entendus en 1997 étaient des élèves de CM1 et non de CM2 comme indiqué plus haut. A l'époque l'instituteur de CM1 gardait ses élèves en CM2, et donc les enfants avaient une chance sur deux d'effectuer CM1 et CM2, soit avec JP Degache, soit avec l'autre instituteur. Ils espéraient tous se retrouver dans la classe de Jean-Paul.
Donc en 1997 les élèves de CM1 sont entendus par les gendarmes, suite à la plainte d'une élève qui accuse son instituteur d'attouchements. Alors là, Mesdames et Messieurs les défenseurs inconditionnels de la parole des enfants, imaginez ce que font les parents de cette élève, qui ont porté plainte pour attouchements : ils laissent leur fille dans la classe, avec ce même instituteur, non seulement jusqu'à la fin de l'année scolaire, mais aussi en CM2 pendant toute l'année scolaire suivante! Cela vous semble logique? N'importe quel parent qui a le moindre doute sur les risques que peut courir son enfant avec l'enseignant le change d'école immédiatement, non ? Laisser son enfant dans la classe de l'enseignant qu'on accuse, cela dépasse l'entendement ! Or tous les élèves de CM1 sont restés dans la classe de JP Degache en CM2. Et aucun parent volontaire pour accompagner la classe lors du voyage scolaire d'une semaine à la fin du CM2!
Comment expliquer une telle attitude ? Inconscience de tous les parents ? Ou certitude que les accusations ne sont pas fondées et que le problème est ailleurs...?

L'affaire est classée sans suite, mais l'accusatrice affirme "ne pas vouloir en rester là". Et cette fois, pour frapper plus fort, on parlera de "viol".
En 2001 l'enquête est relancée. Les gendarmes demandent à entendre ma fille, qu'ils croient être une ancienne élève de JP Degache. Or c'est mon fils qui était dans sa classe, mais ça ne les intéresse pas d'entendre mon fils... Normal, ils voulaient interroger des filles, puisqu'ils avaient "pour mission de trouver des viols" comme l'a expliqué un gendarme au procès de Privas et encore la semaine dernière à Nîmes !

Écrit par : outrobis | 31 mars 2010

JP Degache suite
Avez-vous déjà fait une déposition en gendarmerie ? Les gendarmes vous posent des questions, vous y répondez, ils rédigent au fur et à mesure de vos réponses, puis à la fin vous demandent de signer la transcription qu'ils ont faite de vos déclarations. Deux personnes, interrogées dans le cadre de l'affaire JP Degache, m'ont dit avoir refusé de signer en l'état; elles ont demandé aux gendarmes de modifier la transcription qui ne reflétait pas ce qu'elles avaient dit, ou qui traduisait leurs propos de façon ambigüe. Je n'ai pas interrogé tout le monde, ce sont ces personnes qui m'en ont parlé spontanément au détour d'une conversation. Mais combien de personnes entendues prennent la peine de relire attentivement ce qu'on leur fait signer, et osent "tenir tête" aux gendarmes pour leur demander de rectifier ? Comme elle le dit dans le reportage de M6, Amandine, à 9 ans, seule avec les gendarmes (est-ce bien normal d'ailleurs?), n'avait qu'une envie, rentrer chez elle le plus vite possible. Elle ne risquait pas de critiquer la déposition qu'ils lui ont demandé de signer! Or le tribunal retient cette déposition, et non son témoignage d'aujourd'hui, pour condamner JP Degache !

Écrit par : outrobis | 31 mars 2010

Le comité de soutien nous invite à écrire à Jean Paul Degache emprisonné pour lui soutenir le moral, qui est bas, ce qui se comprend. L'adresse :

no 19903 QAR no O5
Maison d'arrèt de Nîmes
131 chemin de Grézan
BP 93010
30002 NIMES cedex 6

Joindre une enveloppe timbrée pour la réponse.

Écrit par : Antisthène | 31 mars 2010

Oui, joindre l'enveloppe timbrée pour la réponse, et aussi signaler dans la lettre que vous joignez l'enveloppe timbrée...
Je pense qu'on peut aussi rajouter dans l'adresse : "à l'attention de M.Jean-Paul Degache"

Écrit par : outrobis | 31 mars 2010

Oui, joindre l'enveloppe timbrée pour la réponse, et aussi signaler dans la lettre que vous joignez l'enveloppe timbrée...
Je pense qu'on peut aussi rajouter dans l'adresse : "à l'attention de M.Jean-Paul Degache"

Écrit par : outrobis | 31 mars 2010

Monsieur outrobis, un grand MERCI pour votre témoignage et je vous souhaite de réunir un maximum d'informations sur cette affaire afin de pouvoir réviser le procès au plus vite.
Oui le livre de Marie-Monique Robin "L'école du soupçon" nous explique certaines raisons de ces fausses accusations.
Pour des millions d'autres personnes qui ont menti, il y n'y a qu'une seule raison à leurs mensonges, c'est le désir de nuire à l'autre.

Écrit par : CLVDP | 31 mars 2010

@ outreaubis:

Merci pour toutes ces précisions. A toutes fins utiles, si vous ne le connaissez pas encore, vous pouvez aller visiter ce site:

http://www.hommecible.com.

Les hommes doivent s'organiser et se défendre contre les fausses accusations.

A la suite.

Écrit par : hommelibre | 31 mars 2010

Oui, il est URGENT de s'organiser ! On peut créer une liste (Sur Facebook?) pour réunir les Résistantes et les Résistants contre ce fléau abominable qui alimente de plus en plus l’industrie judiciaire !

Demandez à Homme Libre ce que coûte un procès d’assise ? 75.000 € ? Plus ? Ou moins ? Des gens ont dû vendre leurs maisons pour payer les avocats (100 à 300 € de l’heure, voire plus) ainsi que les frais de justice.

Il y a quelques années, en Amérique, un jeune homme déjeuna à la cantine de son Entreprise, avec sa collègue. En parlant, le bout de son doit (ou le bout de sa main) frôla la poitrine de sa collègue. Quelques minutes après la reprise du boulot, son chef vint se planter devant son bureau en le priant – devant tout le monde – de ramasser ses affaires personnelles et de quitter immédiatement le bureau parce qu’il était viré sur le champ pour avoir eu des gestes indécents vis-à-vis de sa collègue. Le jeune homme, choqué, quitta l’Entreprise dans les minutes qui suivirent. On apprit plus tard qu’il s’était suicidé. Cette histoire m’a profondément choqué dans les années fin 80.

Je me souviens aussi de l’hystérie collective de plaintes (fin des années 80, en Amérique) pour harcèlements sexuels sur les lieux de travail.
Des femmes, des hommes… chefs de bureau, chefs de service, patrons, patronnes,… furent attaquées en justices tant par des femmes que par des hommes…

Que je sache, nous avons échappés à cette forme d’hystérie collective.

Mais en ce qui concerne les fausses accusations, c’est le fonds de commerce d’un grand nombre de robes noires !

Écrit par : CLVDP | 01 avril 2010

Ensuite, vers les années 85/86, Richard Gardner découvrit d'autres fausses accusations : celles d’accusations d’abus sexuels sur des enfants. Il constata que les accusations furent en majorité par des mères en situations de ruptures conjugales conflictuelles… Mais, curieusement JAMAIS en situations de divorces avec consentements mutuels. La suite on la connaît… du moins pour les spécialistes de l’aliénation parentale.
La conclusion : la fausse accusation a pour but de nuire à autrui. Cherchez le mobile du crime et vous connaîtrez le coupable… Élémentaire Docteur W… Mais justement la Justice est incapable de rechercher le mobile de ce délit/crime.

Malheureusement, certaines personnes ont aussi utilisé et manipulé ces nouvelles dispositions pour accuser faussement d'autres personnes de ces délits et crimes. Elles y ont notamment été incitées par l'accueil légitimement bienveillant fait par l'institution judiciaire aux présumées victimes, sa propension à accorder foi à leur version des faits plutôt qu'à celle des auteurs présumés, surtout quand il s'agit d'enfants ou de femmes, et par la facilité à échapper aux sanctions même lorsqu'elles étaient désavouées par la Justice.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fausses_accusations_d'abus_sexuel

Une situation de ce type était déjà traitée dans le célèbre film d'André Cayatte, Les Risques du métier, de 1967 : Jacques Brel y interprétait le rôle d'un enseignant faussement accusé par une élève fille, dont la motivation était une frustration d'ordre sentimental.

Écrit par : CLVDP | 01 avril 2010

PRECISION IMPORTANTE POUR SOPHIE :
NON les jurés ne consultent aucun dossier; un procès d'assises est basé sur l'ORALITE,les jurés ne connaissent donc que ce qu'ils entendent pendant les 5 jours de procès, ils prennent des notes; l'affaire DEGACHE complexe par la durée, par les conflits locaux, les rivalités, jalousie, bétise et méchanceté,impliquants de nombreuses personnes, on peut comprendre aisemment que ces jurés n'aient retenus que l'émotion des accusatrices.

Écrit par : murène | 01 avril 2010

Je confirme, les jurés doivent forger leur "intime conviction" sur la pièce de théâtre qui se joue devant eux. Un ami qui a été juré il y a quelques années m'a expliqué comme c'était difficile d'être juré, et comme c'était "rassurant" de se reposer sur les compétences des professionnels qui les accompagnent (président(e) et ses 2 assesseurs), mais qui parfois aussi les influencent...

Écrit par : présomption d'innocence | 01 avril 2010

Malgrés les deux condamnations - L'erreur est humaine - j'aurai quelques questions qui sont malheureusement sans réponses pour le moment.

Est-ce courant de laisser un enfant de 8,9 OU 10 ans être entendu seul par un groupe d'enqueteur ?

Les enfants auditionnés ont-ils fait l'objet d'un suivi psychologique ou psychiatrique ?

Les enfants victimes ont-ils subit une expertise medical et gynecologique ? Sans rentrer dans le detail un penetration anale ou vaginale,même digitale laisse des traces notamment des lésions au niveau des organes concernés.

Est-ce normal de laisser ses enfants voir même de les réinscire dans la classe d'un 'pédophile' juste parce que ce professeur prépare bien à la sixième (dixit le mère d'une plaignante) ?

Beaucoup trop de lacunes et de laxisme dans la façon de mener cette affaire. Aucun fait concret ne semble venir étailler les accusations faites à l'égard de cet instituteur.

Écrit par : Lady Justice | 01 avril 2010

Lady Justice: remarques et questions pertinentes.

Écrit par : hommelibre | 02 avril 2010

"Est-ce normal de laisser ses enfants voir même de les réinscire dans la classe d'un 'pédophile' juste parce que ce professeur prépare bien à la sixième (dixit le mère d'une plaignante) ?"cela a été entendu à Privas en 2007; la raison évoquée à Nîmes a été: " je ne voulais pas la séparer de ses copines"!!!!!!!!!
D'autres témoins à Nîmes commencent leur déposition par : c'était un trés bon instituteur, et poursuivent "il m'a bousillé la vie". Des viols répétés pendant 2 ans et les premiers mots qui viennent à l'esprit sont des compliments?????cherchez l'erreur!!!

Écrit par : murène | 03 avril 2010

A tous ceux qui ont déjà vu le reportage ou qui vont le découvrir.
Remarquez le mutisme dans lequel est MR dégache lorsque son ami lui amène le mannequin " enfant".
Remarquez la longueur de jambe du mannequin c'est à dire de la taille jusqu'au sol, et non pas jusqu'a la base du pantalon.
Hormis le fait qu 'il ne laissait pas autant de distance entre lui et ses élèves,soyez attentif et gardez les yeux sur son bras puis sur sa main lorsque celle-ci quitte le mannequin.
Je vous laisse découvrir...
Cherchez l'erreur!!!!

Écrit par : ????? | 03 avril 2010

j'ai regardé l'émission sur M6 et cette affaire est une honte. aucune preuve. ce n'est qu'une condamnation fondée sur rien, et cela fait honte à la belle présomption d'innoncence française édictée dans nos formidables codes.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

Si Mr Sarkozy devait se retrouver un jour "directeur d'ecole" dans mon village,il serait tres facilement accusé d'attouchement...visiblement un nombre suffisant de temoins satisfait la Cour

Écrit par : GREG | 03 avril 2010

bonjour,
pour avoir vécu des attouchements de la part d'un de mes camarades d'école, je peux vous dire que cela ne s'oublie jamais.... cela a même été difficile pour moi lors de mes premiéres relations, donc il me semble peu probable que ces femmes n'aient pas été marquées par ce qu'elles affirment....cela ne s'oublie pas, on ne s'en rappel pas suite à un reportage, on vis avec chaque jours...
donc pour ma part, ce procès est une grande farce qui démolie un homme et sa famille.....

Écrit par : abysatch | 03 avril 2010

Muréne j'ai remarqué ce que tu ecris, et j'ai eu la même réaction que toi..
Surpris...car perso je n'aurais pas eu ce geste si on m'avait fait posé la main sur le mannequin.. ça ne me serais pas venu a l'esprit.
cela dit on n'a (peut-être) pas toutes les images et les prises de son du reportage.faut bien faire attention a porter une explication trop radicale
Mais, cela étant, quel gâchis pour les deux parties...2 générations seront nécessaire pour effacer ce douloureux traumatisme.
Je plains les deux parties.

Écrit par : Flacleco | 03 avril 2010

Là est tout le problème, le nombre de témoignages plus que les preuves matérielles prime ici. Emouvoir des jurés, c'est-à-dire des personnes lambdas, serait bien facile finalement, mais au combien dangereux ...

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

jean paul degache est victime d un complot sela saute aux yeux comment se fait il que ces accusatrices soient voilees dans la rediffusion de 66 minutes ont elles peurs que l une d entre elle craquent ce proces est une honte pour la justice

Écrit par : pascale | 03 avril 2010

J'ai vu le reportage aujourd'hui et j'ai bien lu tous les commentaires posté ici. Tout d'abord, @????? (joli pseudo au passage):
Je viens d'aller sur M6 replay pour savoir de quoi vous parliez et j'avoue que ce que je vois en 1er est la gêne que cet homme éprouve à devoir mimer des gestes qui semblent contre nature pour lui. Si, si, j'ai très bien compris à quoi vous faisiez allusion et je trouve votre réflexion mal placée. Mettez vous dans la même position et vous verrez le reflex que vous aurez. Enfin, bref, j'ai le même reflex rien qu'en levant la main, et c'est plus parce que je suis fumeuse, sûrement pas parce que je suis pédophile. A ce jeu là, regardez la réaction de la femme mimant le professeur, assistée de son amie, lors des attouchements... Peut-on en conclure qu'il s'agit d'une menteuse, ou juste que cette femme est mal à l'aise à cette place ? (Femmes d'ailleurs floutées-parfois-dans le reportage, et à visage découvert sur le net... mystère).
Enfin, bref je ne suis pas comportementaliste, c'est juste un avis...
Mon avis d'ailleurs est que cet homme est clairement innocent. Cela a été mon ressenti dès les 1ères minutes. Sa réaction au jugement en est que plus édifiante.
Hormis ce que je pense et mon ressenti, il me paraît évident que la justice doit trancher oui. Alors innocent, coupable, menteuse ou pas, le problème de fond n'est-il pas juste le peu de sérieux et de preuves, et la manière dont a été traitée cette affaire. Le doute raisonnable, au fait, c'est quoi exactement ? Existe t-il vraiment en matière de loi, de texte, de justice ? Ce n'est pas de l'ironie, mais une vraie question juridique.

Écrit par : Petitesouris | 03 avril 2010

Les commentaires successifs m'amènent à la même position que Petitsouris (hum... joli pseudo), et même sans vouloir prendre parti sur une affaire que je n'ai pas connue de l'intérieur par des pièces ou participation au procès, il y a trop d'éléments peu cohérents dans l'accusation pour souscrire sans autre à la condamnation.

Je vois aussi la gêne plus qu'autre chose dans la reconstitution avec le mannequin - et qui ne le serait pas?

La condamnation ne tient que sur une chose: les jurés ne peuvent croire que plusieurs femmes dans les 30-40 ans puissent ne pas dire la vérité. C'est le seul élément à mon sens qui puisse forger en leur conscience une conviction de culpabilité. Pourquoi? Parce qu'on ne peut imaginer que des femmes mentent, premier biais, et surtout plusieurs, deuxième biais. Et qu'on ne voit pas les raisons qu'elles auraient eu de ne pas dire la vérité, et si elles n'avaient pas de raison c'est qu'elles n'ont pas menti - troisième biais.

Revenons sur ces femmes. Une seule est citée comme ayant revécu des souvenirs. J'ai déjà dit que l'on sait maintenant que les traumatismes vécus consciemment ne s'effacent pas (voir mon billet et les recherches d'E. Loftus). Pourquoi ne montre-t-on pas les autres dire la même chose? Parce qu'elles ne l'ont pas dit, sans quoi, de toute évidence, cela aurait filmé et montré car le reportage est objectif. Une a donc instillé des souvenirs recréés dans l'esprit des autres.

J'ai connu des femmes qui ont vraiment été abusées, pour lesquelles cela a été prouvé, et reconnu par l'auteur. Elles gardent des séquelles comme la difficulté d'établir des relations avec les hommes, de durer dans une relation. Devenir mère est souvent une épreuve très difficile. Sur l'ensemble des accusatrices, je ne peux imaginer qu'il n'y en ait pas une au moins qui en ait parlé avant à quelqu'un de confiance. C'est une conviction que j'ai, et elle ne vaut pas plus que celle des jurés, mais je pense que des thérapeutes et travailleurs sociaux pourraient confirmer cela.

Surtout si d'autres le savaient dans la classe, comme elles le prétendent. Cela devient une mémoire collective, et entre elles elles ne pourraient se regarder et se parler sans avoir ces supposés actes à l'esprit, surtout quand ils sont supposés être répétés plusieurs fois par semaine pendant deux ans.

Si les accusatrices n'ont pas dit la vérité, pourquoi? Faux souvenirs reconstitués - cela a déjà été démontré par Elisabeth Loftus ans de nombreuses affaires aux Etats-Unis, et une émission de France 2 sur ce sujet il y a 1 an montrait une journaliste prise en charge par une de ces thérapeutes bidon, laquelle thérapeute lui a affirmé qu'elle avait été violée par son grand-père - ce que la journaliste savait faux. C'est donc possible.

On peut aussi imaginer que les accusatrices se sont monté la tête suite à la plainte classée de 1997 et qu'elles ont monté un scénario pour punir un homme dont elles se sont convaincues de la culpabilité. Tout est possible.

Bref, la présomption de culpabilité a fonctionné à plein dans cette affaire.

Je veux bien qu'il y ait des condamnations uniquement sur témoignages dans certaines affaires, mais bon sang que c'est dangereux.

Écrit par : hommelibre | 03 avril 2010

J'ai vécu des attouchements de la part d'un instituteur alors que j'avais 7 ans et 8 ans, il me touchait et quand c'était possible me faisait le toucher. Aucun des adultes qui l'entouraient, dont mes parents, amis de la famille, n'auraient pu immaginer ce qui se passait. Il était une véritable "star" dans notre village, réputé comme un excellent institueur, aimant les enfants, s'en occupant personnellement... Ces personnes perverses sont extremement structurées dans leurs méfaits et dans aucunes affaire que j'ai pu connaître ne sont prises sur le vif, et pour cause.
Tout se passait à l'école, dans la salle de classe, mais aussi dans son appartement, alors que son épouse et ses enfants étaient là, mais personne ne savait. Si je devais aujourd'hui parler de ce que j'ai vécu devant un jury, je crois que je serais comme les jeunes femmes de l'affaire Degaches, sans réactions émontionelles. Le fait que l'on soit des enfants à l'époque, fait que l'on vit les choses comme si cela ne nous arrivait pas à nous. On se sent en danger, on sent que c'est interdit, mais on ne comprend pas exactement ce qui nous arrive. La peversion est chez l'autre mais l'enfant ne vit pas cela dans le dégout, parce que dans sa famille, en principe, le corps de l'enfant est respecté et qu'il croit encore au père noël.
Pour arriver à leur fin, tout est extrèmement entouré d'affection, de paternalisme, ce qui met d'autant plus l'enfant dans une contradiction. C'est dans ma vie d'adulte que les répercutions sont arrivées. A aujourd'hui 50 ans, je n'ai encore pas osé en parler à mes parents. J'ai souvent espèré que les choses soient découvertes, là j'aurais témoigné.
Je ne pense pas que l'on puisse "juger" les jeunes femmes qui sont venues témoigne et dans leurs explications j'ai entendu exactement ce que j'ai vécu.
J'ai commencé à en parler, à mi-mots, aux fillettes de l'école et j'ai compris que beaucoup d'entre elles avaient vécu la même chose, ainsi que je l'ai entendu dans le reportage.
Personne n'ayant vécu cela ne peut comprendre.

Écrit par : Creatheur | 03 avril 2010

Aujourd'hui une poignée d'éléves peut ruiner la vie d'une famille entiére juste par jeu ou par vengance :

C'était il y'a 5 ans j'avais 14 ans et était en 3 éme, a l'époque nous avions un prof de maths , un gentil prof comme on dit , ce genre de prof passioné pas son métier et dévoué a ses éléves malgré les insultes et les moqueries ... oui mais voilà ce genre de prof est la victime idéale pour des gamins de 14 ans , alors a chaque cours c'était la méme chose , jet de papier de colles , insultes a répétition , il lui arrivé de craquer , de fondre en larmes parfois devant nous .
Seulement ce n'était pas assez , il fallait aller encore plus moins , poussé la méchanceté jusqu'au bout , et un jour un groupe de filles rebelles se rendit chez la directrice pour se plaindre d'attouchement sexuels qu'elles auraient subit de la part de ce prof , la raison ? la mechanceté et l'envie de se faire remarquer tout simplement , de tjrs surenchérir ...
Il fut donc entendu par la police puis aprés de multiples intérogatoires des éléves (dont moi) le défendant bec et ongles estimant que cette "blague" avait été trop loin , il fut disculpé , comme beaucoup d'autres , mais c'était trop tard le mal était fait , car l'innocence prouvé , la réputation de pédophile vous colle a la peau et ne vous lache plus ...
J'appris un peu plus tard que ce prof de maths, MON prof que j'aimais tant dans le fond , c'était suicidé suite a cette histoire ... laissant dérriére lui une femme et un bébé de 3 ans .

Aujourd'hui j'ai 19 ans et quand je vois des gamins accusé leur prof de tt et n'importe quoi pour se venger ou meme pour rire , je pense qu'il ne s'imaginent pas les conséquences de leurs actes , comme je les ignorais moi-meme a l'époque ...

Écrit par : Bo pamplemousse | 03 avril 2010

@Creatheur : c'est en effet abominable ce qui t'es arrivé. Je le condamne fermement.

Mais dans cette affaire, car là est bien le sujet de conversation : les accusations sont juste aberrantes : viols deux fois par semaine sur une fille (tu multiplies à cela les nombre de filles "violées"), devant toute une classe (25 personnes), à la vue de tout passant (notamment des autres collègues professeurs), et pendant deux ans. Excuse moi mais j'ai un peu de mal. Notamment le fait de procéder à des pénétrations digitales annales. J'ai lu sur un autre lien une remarque très pertinente : essaye de mettre un suppositoire à un enfant, la réaction qu'il aura, mais alors un doigt masculin, même malgré la peur de l'enfant, en l'espèce, cela aurait été commis en public, et non dans un cadre privé ; j'imagine mal comment aucun des élèves n'a pu réagir, sur des générations en plus, puisqu'il ne s'agirait pas d'actes isolés, mais sur des années. Ou alors il serait un génie, ou alors il aurait eu une bonne étoile pour ne pas se faire attraper.
J'étudie sur les bancs de la fac, où on m'apprend tout le beau fonctionnement de nos institutions, et notamment le droit pénal : présomption, charge de la preuve, j'en passe. Et pour moi, ce cas n'est qu'une parodie de procès.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

En voyant le reportage j'ai moi aussi été surprise par la main de Jean Paul Degache lorsqu'il quitte le manequin, il a l'index levé. C'est pour répondre au commentaire Ecrit par : ????? | 03 avril 2010

Écrit par : creatheur | 03 avril 2010

Et voilà à quoi tient 8 ans de la vie de ce pauvre homme : son index levé dans le vide. Belle preuve.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

Pour répondre à "Etudiant en droit", je peux te dire que la régularité des actes est vertigineuse et compulsive. Pour ma part je l'ai vécu, ainsi que ma soeur et sa meilleure amie. Nous passions à "la casserole" en permanence, à toutes occasions. Dans ces actes il n'y avait aucune limite et c'était sans fin. Ils savent que l'enfant ne dira rien. Les filles de l'école à qui j'ai osé en parlé, pour les prévenir, étaient non seulement nombreuses, mais je dirai que pratiquement toutes les petites filles de l'école l'avait vécu! C'est incroyable à croire, mais c'est vrai. Tout cela s'est passé, entouré de tant d'adultes, à leur inssu.
Honêtement je ne crois pas que de jeunes femmes en si grand nombre, pour des raisons obscures puissent faire de faux témoignages autour de cette histoire, sachant toute l'oprobe qui serait déversées sur leur témoignage. Que de jeunes ados le fassent pour braver l'interdit, c'est possible, mais des adultes, avec des enfants ?? j'ai du mal à le croire. Tout dans le reportage est axé du coté de l'accusé, on entend vraiment peu les victimes, sauf au moment avant le verdict ou l'une d'entre elles est en larme tandis qu'une autre attendait qu'il avoue.
L'affaire Doutreau, c'est le mensonge d'une seule personne ! là c'est combien de jeunes femmes ?

Écrit par : creatheur | 03 avril 2010

Flacleco a écrit : Muréne j'ai remarqué ce que tu ecris, et j'ai eu la même réaction que toi.
Non ce n'est pas moi qui ai écrit cela!
D'autre part,le floutage montre que les commentaires sur les expressions des visages des accusatrices sont trés dérangeants; notamment pendant leur démonstration! même elles en sont convaincus! la preuve! ; qui d'autre peut avoir demandé ce floutage?
Pourquoi la chaîne M6 a-t-elle modifié certains passages? Qui a une explication?

Écrit par : murène | 03 avril 2010

....on se demande pourquoi il y a une justice, un procès, des enquêteurs, des jurés....pourquoi ne viennent-ils pas se renseigner sur le blog d'homme libre, là où s'étale la VRAIE vérité, le blog qui vous ouvre les yeux et effacent tous vos doutes...

Écrit par : onsaitout | 03 avril 2010

@Creatheur
Je suis d'accord, personne ne peut imaginer ni se mettre à la place d'une personne ayant vécu ce que vous avez vécu. Il y a certainement beaucoup de culpabilité infondée qui pousse au silence. Car comme vous le dites, à 50 ans, vous n'en avez toujours pas parlé. Si je peux me permettre, pour votre génération, je pense que parler était encore plus difficile. L' "instituteur" était alors tout-puissant, parfois même au-dessus des parents. Moi-même (et sans comparaison aucune), petite (j'ai 33 ans aujourd'hui), je me suis pris des coups de règles sur les doigts, des tirages d'oreille et quelques baffes... autre époque où on ne qualifiait pas ces choses là de châtiment corporel.
Bref, j'espère sincèrement que vous arriverez à en parler un jour. Pour vous, pour avancer, pour être libre. Et je vous souhaite bien du courage.
Mais il ne faut pas tout mélanger (même si je conçois que ce soit difficile pour vous), et que toute femme touchée ou abusée par son professeur entende l'histoire de Mr Degache comme un écho à la sienne. Tous les instituteurs ne sont pas des pervers, et tous les enfants ne sont pas paroles d'évangile. Il faut s'en tenir aux faits.
Dans le cas de ces femmes, je ne sais pas si elle mentent ou pas. Peut-être sont-elles persuadées que quelque chose est arrivé, ou que quelque chose est vraiment arrivé. Mais je suis persuadée que le cerveau est aussi quelque chose de tellement complexe qu'il peut être trompeur. Et qu'on peut le manipuler. Vous parlez du Père Noël, et justement, on fait tellement croire aux enfants qu'il existe, que certains l'ont vu ! De plus l'effet de groupe peut sans doute aussi entraîner un engrenage dans lequel les "souvenirs" deviennent communs à toute personne du groupe, et duquel il n'est absolument plus possible de sortir, même avec la meilleure des volontés.
Ne connaissant pas le dossier, j'ose espérer que ces femmes ont eu une expertise psychiatrique, ou ont rencontré quelqu'un de compétent qui puisse juger de leur état mental pour le procès.
Je suis très étonnée que toutes ces femmes ne crient pas au scandale et ne s'affirment pas face à tous ces soutiens et ces forums et ces commentaires en faveur de Mr Degache.

De plus, je pense que tous les pervers (et vous faites bien de parler de perversion) savent bien que ce qu'ils font est condamnable. C'est pour cela qu'ils se cachent pour faire ces choses, soit en restant seuls après le cour avec les élèves, soit lors de cours particuliers. C'est de la vraie perversion par manipulation. Ce qui me fait donc douter de la culpabilité de ce monsieur. car quel homme, le plus pervers soit-il, oserait s'adonner à de tels actes devant toute une classe, aux vues et au su de ses collègues, pendant tant d'années, plusieurs fois par semaine ? Et ce au risque d'être confondu et de perdre son pouvoir ! Alors que le vrai pervers est sans doute attiré par ce secret et le pouvoir qu'il ressent sur ses victimes.

Malheureusement dans tous les cas avérés d'erreur judiciaire, il a été prouvé que l'enquête avait été bâclée et à charge du "présumé innocent" (l'Affaire d'Outreau par exemple ou Patrick Dils dans un autre domaine).

Certes c'est souvent parole contre parole dans des affaires de pédophilie, mais en grattant un peu, en cherchant, je suis persuadée qu'on peut quand-même recouper des faits, trouver des preuves (ce qui manque cruellement à cette affaire) et enfin obtenir la vérité.

Dans cette affaire le présumé innocent est devenu un présumé coupable-victime, et les victimes sont devenues des présumées victimes-coupables. Que de vies gâchées ! Et certainement pour rien.
Le doute subsiste, et sûrement même chez les jurés. D'où la "faible" peine ? Honnêtement, si j'étais jurée convaincue de la culpabilité du prévenu, je donnerais perpet' à cet homme (soit environ 28 ans...). Pas vous ? Cela aurait été plus proche de ce qu'avait conseillé l'avocat général que de la réalité.
12 ans ? Allons... aux vues des accusations ? Une condamnation juste histoire d'en faire une en somme...

Écrit par : Petitesouris | 03 avril 2010

Ouh la, je me suis un peu lâchée là... Désolée...

Écrit par : Petitesouris | 03 avril 2010

@Etudiant en droit: bien d'accord pour le doigt ! C'est aussi idiot que de dire y'a pas de fumée sans feu, ou des on-dit (vus dans un autre forum)

Écrit par : Petitesouris | 03 avril 2010

@creatheur : j'ai bien lu et compris ton histoite terrifiante et affligeante. Simplement ton horrible et inacceptable passé fait que le moindre accusé est pour toi coupable. Tu es partiale tout simplement. Mais l'etre rationnel que je suis ne juge et ne jure que par les éléments matériels. Or là, rien du tout. Je constate juste qu'il n'est pas bon d'etre instituteur a l'heure actuelle. Le plus rigide et sévère des professeurs devrait faire attention à lui à ce rythme. C'est ce que je constate, et ce jeu est dangereux. Juger sur des allégations uniquement est la porte ouverte aux abus en tout genre, sachant que les conséquences sont graves : 8 années dans une cellule en l'espèce. Ce sont malheureusement des profanes comme toi qui composent le jury, se laissant guider par leurs emotions et leur vécu, alors que chaque cas est différent et doit etre apprécié différemment. C'est a celui qui attendrira le plus les jurés finalement, en dépit de l'incroyable et improbable contexte. Réforme du système de jugement des crimes? Les créateurs de ce système doivent se retourner dans leur tombe, vu les dérives qu'il peut engendrer. Pourtant, l'idée de base est louable.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

Je dirais surtout a quoi servent tout ces jurés , ces juges qui sont censés incarnés l'impartialité et l'objectivité , étant donné qu'ils sont totalement manipulés par la mouvance autour de la pédophilie et sont incapables de réfléchir par eux meme de faire preuve d'un peu de bon sens ...

De toute façon , ce qui est certains c'est que meme si M.Degache est innocent (ce qui pour moi ne fait aucun doute) , ces gamines sont allées tellement loin dans leurs accusations , qu'elles se sont surement convaincue de certaines accusations , la méthode couet , a force de se répéter quelque chose on fini par y croire , elles se sont formatées le cerveau et ont les a surement bien aidé a le faire ...

Écrit par : Bo pamplemousse | 03 avril 2010

Bon en même temps ça doit pas être facile facile d'être juré, et de pas se fier à ses émotions. En tout cas, s'ils doivent représenter la voix du peuple, je me sens pas représentée là.

Écrit par : Petitesouris | 03 avril 2010

@ onsaitout: ici on n'efface pas les doutes, on les exprime, dans un sens ou dans l'autre. Personne n'est obligé de penser autrement qu'il le souhaite. Certains sont convaincus de la culpabilité de M. Degache, d'autres de son innocence, d'autres mettent en évidence les points discutables de l'affaire avec les éléments dont ils disposent.

A vous lire, les accusés d'Outreau auraient dû rester en prison. Dreyfus aurait dû rester banni.

A vous lire il ne faut surtout pas réfléchir ni tenter d'argumenter.

Écrit par : hommelibre | 03 avril 2010

Ce que je trouve étonnant, dans pratiquement toutes les affaires de pédophylies, c'est que ce sont très souvent les victimes qui sont remises en question et très peu les "prétendus coupables". Combien de familles en guerre contre un enfant qui a osé parlé... l'enfant parle très peu, il a peur, quelque part on peut se demander s'il ne sait pas qu'il ne sera pas entendu et que de façon lapidaire on dira "qu'il exagère", que ce sont des marques de gentillesse, d'affection, on ne veut pas entendre, comprendre, comme si la parole de l'enfant nous mettait en cause, nous adulte qui avont "laissé faire".
Je vous invite à voir le film Danois "Festen" qui traite de l'inceste, c'est tout à fait cela...

Je ne sais pas si Jean Paul Debaghe est coupable ou innocent, mais j'ai trouvé résolument partial la manière dont est tourné le reportage. On ne peut que prendre parti pour lui...

Écrit par : creatheur | 03 avril 2010

@ creatheur:

Je ne vois pas les choses comme vous. Je pense qu'actuellement on sacralise souvent la parole des enfants, et les procédures d'enregistrement des dépositions enfantines ne sont souvent pas suivies. Un enfant que l'on a influencé et qui répond selon l'influence, continue ensuite dans le même sens en amplifiant. Cela ne veut pas dire que cette parole d'enfant doit être déniée, surtout pas. Mais on doit prendre beaucoup plus de précautions. Les enfants en bas âge recréent parfois des morceau de réalité, ou bien utilisent des mots qu'ils ne comprennent pas.

Outreau a montré comment l'absence de précautions est dramatique.

Pour le reportage, je ne l'ai pas trouvé partial, car on présente la version des accusatrice avec la même neutralité que sa version. Même l'épisode du mannequin peut être tournée contre lui, de même que le coaching du début.

Écrit par : hommelibre | 03 avril 2010

@ creatheur :
parce que trop d'interrogations, de questions sans réponses formelles dans cette affaire. On devrait alors l'envoyer croupir en prison ? je ne pense pas, le bénéfice du doute DEVRAIT, et aurait du lui bénéficier, c'est ce que préconise notre justice. Voilà tout. Ce serait un peu la roulette russe ou tirer à pile ou face que de juger sur des simples dires. Le bon comédien l'emporterait toujours dans ces cas là. C'est regrettable.
Toi même tu ne sais même pas vers quel côté te pencher : culpabilité ? innoncence ? et tu préconiserais de l'envoyer en prison sur ce doute ? alors je te dis juste que j'espère qu'un jour on ne t'accuse de rien.

Et je suis d'accord avec hommelibre : au contraire, de nos jours, les enfants sont beaucoup écoutés.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

Merci "Homme libre" pour le calme de vos commentaires. Etant d'une famille d'enseignant, dont feu mon mari, je peux vous dire qu'une grande différence est faite entre des relations affectueuses avec des élèves et des gestes sexuels.
Les personnes qui témoignent dans ce procès ne sont pas des enfants que l'on a pu manipuler, mais des femmes adultes, mères certainement pour la plupart et qui cherche réparation. Peut-être n'est-il pas coupable, mais nous simple spectateurs n'avons pas tout le contenu de la procèdure pour "juger" de façon objective. Ce qui me parrait étonnant c'est que la quasi totalité des commentaires sont axés sur le mensonge de 11 personnes !!

Écrit par : creatheur | 03 avril 2010

@ creatheur:

Dans cette situation il y a de toutes façon de la souffrance. Je connais ce qu'est une fausse accusation, j'ai vu comment des adultes peuvent être orientés pour interpréter d'une manière tendancieuse des détails, comment les interprétations peuvent jouer, tant dans les témoignages que dans l'esprit des jurés.

C'est pour éviter ce risque très grand de commettre des erreurs judiciaires que le principe est que le doute doit profiter à l'accusé. Cela peut aboutir à des injustices: des criminels non sanctionnés. Mais un innocent condamné, c'est pire au regard de la cohérence morale d'une société, c'est terriblement déstructurant des valeurs sur lesquelles nous nous fondons.

C'est pour cela que notre justice reconnaît le principe du doute, de même qu'elle demande le respect de la présomption d'innocence et demande que la preuve soit à la charge de l'accusateur. Ce qui malheureusement n'est de loin pas toujours respecté.

Je vous remercie de saluer ma pondération. Elle me paraît nécessaire car ces situations sont très difficiles à démêler. Il est vrai qu'il y a plus de commentaires en faveur de M. Degache. Je pense qu'il y a des internautes d'Ardèche qui sont venus s'exprimer, et peut-être sont-ce plus des partisans de l'accusé. Mais chacun a sa place ici.

Écrit par : hommelibre | 03 avril 2010

Je pense que si la trentaine de petites filles que nous avions dénombrés avoir été abusés dans notre école, avait collectivement osé dire ce qui se passait, personne n'aurait voulu les croire. L'institutueur qui nous touchait était si apprècié par ses collègues, par nos parents, par sa famille, qu'il était résolument au dessus de tous soupçons.
Vous parlez de détails qui peuvent amener des adultes à être orientés dans leur jugement. Dans cette affaire ce ne sont pas des mains posées sur une épaule, une chevelure... ce sont des gestes précis et éminement sexuels.
Je comprends que beaucoup d'Ardechois aient pu faire tous les commentaires remettant en cause la sentence émise à l'encontre de M. Degache, mais attention à la manipulation, les pervers sont très intelligents, ils pratiquent quotidiennement leurs méfaits, c'est une drogue.
En tous les cas je souhaiterai que cette personne ne soit pas coupable et que les enfants qu'il n'aurait pas touché ne soient donc pas abimés à vie, c'est parfois pire que la prison...

Écrit par : creatheur | 03 avril 2010

@ creatheur : des gestes éminemment précis mais dans contexte tellement public, qui laisse place au scepticisme. En ce qui me concerne, rien à voir avec l'Ardeche de près ou de loin, je suis du nord-est ^^ je pense avoir épuisé mes arguments, alors je vous laisse a vos pensées, opinions et convictions. Je venais juste parler en tant que juriste en formation, déçu de voir que ce que j'apprends dans les manuels et à travers les magnifiques idéaux de notre pays, que ces derniers semblent avoir été tout bonnement bafoués dans cette affaire.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 03 avril 2010

@ Createur,etudiant-en-droit,Homme-libre,Titesouris...je respecte bcp tout ce que vous dites,je suis d'origine indoue mais né en France,fier d'etre français,et j'aime ce pays,mais je ne suis pas aussi instruit que vous,alors je ne vais pas pretendre que mon jugement est la verité; Ma question est surtout et en premier lieu,"un Homme doit il etre condamné juste avec des temoignages?" c'est la seule chose qui me retourne dans cette affaire...c'est ma confiance en la justice qui est remise en cause

Écrit par : GREG | 04 avril 2010

@Greg
Pour répondre à ce que vous dites, le problème dans les affaires de pédophylie, c'est que jamais aucun adulte ne peut témoigner en tant que témoin précisemment. Les pédophyles sont extrèmement manipulateurs et mettent toujours en scène leurs actes de façon très perverses pour que personnes de responsable ne puisse en être témoin. Ils sont très souvent président d'association, responsable de centre aéré, conseiller municipale, de façon à ce que leur position les mette en contact avec des enfants d'une part et que leur "respectabilité" soit indégnable d'autre part. Il n'y a que lorsqu'un enfant brise le silence, ce qui est extrèmement rare, que les affaires éclatent au grand jour. Dans l'affaire dont il est question ce sont des femmes de 30 voire 40 ans qui témoignent... pour quelle vengeance auraient fait cela ...
Pour vous donner un exemple, j'ai une amie qui a été abusée durant de longues années par son grand père et qui a 30 ans a décidé de porter plainte. C'est une personne anorexique, avec tentatives de suicide et un parcours psychologique très lourd. Dans sa famille, aucune personne n'a donnée foi à son histoire. Elle n'est plus en contact qu'avec sa mère, de façon parcimonieuse. Expliquez-moi pourquoi et comment une jeune femme aurait mis sur la place publique, de fausses déclarations qui remettaient en cause son intégrité physique, sans aucune raisons valables ! Elle cherche réparation aux yeux de la société et c'est bien normal.
Une fois encore je n'ai pas assisté aux deux procès de M. Degache, mais je doute que par deux fois, soit une trentaine de jurés, l'ai déclaré coupable sans rien dans le dossier. Maintenant les erreurs judiciaires sont possibles, je ne peux rien dire de plus.
Ce qui m'a un peu interpelée c'est l'orientation du reportage et les commentaires qui s'en sont, de fait, suivis, c'est pour cela que j'ai voulu contrebalancé par mon témoignage.

Écrit par : creatheur | 04 avril 2010

@Greg: l'instruction n'y fait rien, je peux vous l'assurer. Et je n'ai pas la prétention d'être plus instruite que vous ne l'êtes. Je pense qu'il s'agit là plus de bon sens qu'autre chose. Pour preuve, finalement, ce qui nous touche le plus est de voir que notre système judiciaire décline de jour en jour. Il y a même des disparités selon le palais de justice dans lequel on est jugé...
Un peu plus près de moi, ma cousine a été abusée par son père de 9 à 12 ans. Elle a parlé, et tout le monde l'a crue de suite (comme quoi, cela arrive encore d'être soutenu dans ces cas là). Son père (si on peut qualifier cet homme comme cela), coupable qui a avoué, a pris 1 an et demi de prison. Et oui !... Mais aujourd'hui il y a trop de dérives dans ces accusations de pédophilie. C'est donc dangereux de ne se baser que sur des témoignages. J'ai un peu l'impression que dès qu'on parle pédophilie, le présumé innocent est de toute façon jugé dès la 1ère seconde.

Comme Etudiant en droit, je suis effrayée de la façon dont la justice a fait son travail dans cette affaire. Et comme elle le fait en général de toute façon. Des psychopathes récidivistes à qui ont donne des libertés surveillées, des pédophiles qui écopent d'un an de prison, des innocents qui en prennent 20... Pouvons-nous encore avoir confiance ? La justice est débordée, et du coup tout semble bâclé en permanence.

@Créatheur: j'ai vu Festen, c'est même sans aucun doute un de mes films préférés. Mais, encore une fois, je ne veux pas tout confondre. Je ne veux pas non plus confondre votre histoire et cette affaire. J'espère que vous avez bien compris que j'ai beaucoup de respect pour vous et votre histoire. Mais de fait, ce n'est pas parce que votre instituteur a été pédophile que Mr Degache l'est. C'est exactement sur ce type de raccourcis que le jugement semble avoir été fait.
Quelque chose ne tient pas debout dans cette affaire, c'est clair, et c'est mon seul propos. Comme étudiant en droit, j'ai épuisé mes arguments et je vous laisse également poursuivre vos échanges. Merci à Homme libre de m'avoir temporairement et sereinement accueillie ici. Il me semble que chacun est libre de ses opinions sur ce forum... et ouf, que ça fait du bien !

Juste pour info, je ne suis pas non plus de l'Ardèche, mais plutôt très très au sud ;-)

Écrit par : Petitesouris | 04 avril 2010

Euh... je reviens 2 minutes. Difficile de sortir cette affaire de ma tête !
@Homme libre, j'ai quelques questions, si vous connaissez bien le dossier:
- savez-vous pourquoi les 1ère accusations de 1997 ont été annulées ?
- a t-on retrouvé des éléments de pédophilie avérée de ce monsieur (photos, films, magazines etc...) ?
- des changements psychologiques chez ces femmes alors enfant ont-ils été constatés (troubles alimentaires, de l'humeur, chute des notes scolaires, phobie de l'école etc...) ?
- les collègues et professeurs de ce monsieur ont-ils été entendus (et écoutés) ?

Je ne veux pas refaire l'enquête ! (1- je ne suis pas pro; 2- je n'ai pas le temps ;-) ). C'est la réponse à la 1ère question qui est plus importante pour moi.

Merci !

Écrit par : Petitsouris | 04 avril 2010

Je ne pas non plus m'enlever cette affaire de la tête, mais suite à un revisionage de l'émission sur daylimontion, il semble qu'entre 1976 et 1992, ce sont 32 témoignages d'enfants qui ont été entendus.

Écrit par : creatheur | 04 avril 2010

@ petitesouris:

Je n'ai pas plus d'information, non. Mais j'ai été informé de ce procès par un réseau qui a toute ma confiance. Cela ne suffit pas, certes, et j'aurais bien voulu disposer de pièces du dossier.

J'ai moi-même été victime d'une fausse accusation (www.hommecible.com) par une ex compagne, j'ai connu l'enfer de 7 ans d'instruction, des assises, pour être totalement acquitté et sans appel. Depuis lors je mène combat pour dénoncer les abus de la justice, et un certain discours féministe radical qui alimente l'idée que les hommes sont par principe des agresseurs.

J'ai soutenu l'innocence de Khalid Naji l'an dernier, car j'ai eu des pièces et j'ai pu assister au procès en appel. Il a été condamné une deuxième fois et pourtant je suis totalement convaincu de son innocence.

Voir dans google: "khalid naji hommelibre".

Dans le cas de M. Degache je ne peux que constater les incohérences, mais il me manque des éléments pour prendre une position très tranchée. Ce qui m'est insupportable c'est la condamnation sur les dires, sans éléments de preuve.

N'hésitez pas à poser vos réflexions ici, car quand une affaire nous touche ainsi, il faut en parler. De même pour creatheur.

Écrit par : hommelibre | 04 avril 2010

J'ai pu regarder ce reportage , certe une "victime " a avouer que ces souvenirs était bien revenu mais les autres alors ? pourquoi tout ce temps avoir rien dit ? pourquoi du jour au lendemain tout avoué , elles ont entre 20 et 30 ans , dés l'age de 15 ans elles auraient du prendre conscience de ces actes si il était vraiment réaliser , certe 32 témoignages mais mais les autres éléves ou sont ils passé ? ces 32 témoignages sont des personnes de classes différente et des annés différente pourquoi ne pas etre aller voir les autre éléves ? pourquoi amandine a t-elle dt qu'elle n'avait rien vu de ces actes?
Tout ces annés et personne n'a rien vu , pourqoi pas 700 vols tant qu'a faire .!
La vérité un jour éclatera mais malheuresement aujourdui un homme détruit , une famille détruite

Écrit par : inconnue | 04 avril 2010

@ petitesouris

D'après ce que je sais :

- il y eu une accusation en 97, qui a été classée parce que les interrogatoires d'élèves n'ont pas apporté d'élément à charge;

- "non" aux deux questions suivantes;

- ils ont forcément été entendus; s'ils confortaient l'accusation, ça se saurait.

Pour ceux qui veulent poser des questions et/ou continuer le combat, le site du comité de soutien a été réactivé : http//www.avecjpdegache.fr

Écrit par : Antisthène | 04 avril 2010

@Hommelibre et Antisthène: merci pour vos réponses. Cela me conforte dans mon sentiment sur cette affaire. Quel gâchis.
Homme libre, je suis désolée d'apprendre ce qui vous est arrivé, et merci pour les liens.
Je vous souhaite une bonne continuation dans vos actions et j'espère qu'un jour les vérités éclateront, quelles qu'elles soient. MAIS avec des preuves bon sang !
Bonne route à tous...

Écrit par : Petitesouris | 04 avril 2010

Ce n'est pas parce que personne n'a rien vu qu'il ne sait rien passé, car beaucoup savait, c'est juste que celles et ceux qui ont vu n'ont pas encore tous parlé.
Une chose est certaine, c'est que la plupart de ceux qui viennent sur ce blog ont une opinion déja faite, soit ils connaissent une victime ou ont été victime
de jean-paul dégache soit ils connaissent mr dégache, car je ne peux penser, que le simple fait de voir un reportage puisse amener à de tel propos.
Il n'est absolument pas possible de dire que le reportage était neutre car il ne l'était pas.On a tous vu la même chose alors soyons honnête avec nous même.

Toutes ces filles n'avaient vraiment rien a gagner dans cette affaire si ce n'est une reconnaissance de statut de victimes.
Il faut quand même faire preuve d'un Ego démesuré pour prétendre que cette formidable machination a été mise en place uniquement dans un but politique.
Le complot politique n'a d'ailleurs pas tenu la route trés longtemps.
Il ne reste donc rien comme réel motif.
C'était un bon institueur, a aucun moment son enseignement n' a été remit en cause.
Parce- qu'il était bon enseignant, il ne peut pas être pédophile?
Heureusement que sur ce blog il y a des "créatheur" qui viennent de facon impartiale dire que oui ,tout incroyable que cela puisse paraître,tout cela peut être possible.
Quand je lis une victime dire ,"moi j'ai vécu la même chose de la part de camarades et je m'en suis toujours souvenu" ,et qu'elle conclu par la même que s'il s'était vraiment passé quelque chose ces victimes là s'en serait souvenu".
Comme on l'a déja dit,l'inconscient ,c'est un peu plus compliqué que cela?
???? le souligne l'inconscient de Mr Dégache lui a fait une mauvaise farce.

Quand je lis "ces filles ne peuvent pas être victimes car cela engendre des relations difficiles avec les hommes".
Qui vous dit que leur vie est un long fleuve tranquille?

De plus on lit tout et son contraire.
Une fois les "victimes sont des comédiennes, même en se forcant elles n'arrivent pas à pleurer".
Trente lignes plus tard , "A privas les jurés se sont laissés impréssionner par l'émotion des victimes".
Excusez moi de dire que c'est vraiment pas de chance.
Tout le monde a trés bien vu que c'était de trés bonnes comédiennes sauf les jurés.
A croire que sur deux procés, il n' y a que des personnes malvoyantes.
C'est pas un peu gros ?

De plus ,il est vrai qu'a privas Mr dégache s'est livré a un savant calcul et la phrase qu'il a déclaré pour dire que ce n'était pas possible en a laissé plus d'un bouche bée..Visiblement tous les jurés n'étaient pas sourd.

Enfin,tous les propos malveillants que je lis va peut-être inciter celles et ceux qui n'ont pas eu encore la force ou le courage de témoigner, à le faire.

C'est la dernière fois que je poste un commentaire car il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Je continue d'affirmer que si trente procés il y a , trente fois coupable il sortira.

Écrit par : marlene | 04 avril 2010

Marlène, comment vous expliquez que ce dangereux pédophile n'ait pris que 8 ans si c'était aussi sûr qu'il était coupable ????

et vous oubliez que coupable ou pas, il y avait trop de doutes pour le mettre en prison, le doute ne lui a pas profité comme le veut normalement la justice et ça c'est la-men-table !

c'est tout ce que j'ai à dire là-dessus moi aussi...

Écrit par : nath | 04 avril 2010

@marlene : répond si tu le veux je m'en fiche. Apres tout ce serait toi qui serais fermée d'esprit a ne pas répondre. Il existe certes des pedophiles, mais ca ne fait pas de tout accusé, un coupable. Je n'ai pas de conviction particulière, j'ai ete ni victime, ni proche de Mr Degache. J'ai réagi simplement après avoir vu le reportage. Passionné de droit pénal, j'étudie ou ai étudié toutes les matières se rapportant à ce domaine (droit penal general, procedure penale, droit penal special, droit penal international, droit penal des affaires). Et je te parle en terme de droit, que ce procès est une catastrophe. Je ne me vanterai pas d'etre un savant du droit, mais j'en connais les rudiments elementaires. C'est a la portée de tous, alors ouvre des manuels, ou meme le code penal ou le code de procedure penale et tu verras que c'est affligeant, et que ce n'est pas le resultat voulu. Tout ca a cause de profanes composant le jury. Voila, ton message m'a interpellé et je me devais d'y repondre. Bonne continuation. Parce que la liberté humaine est si importante, y porter atteinte, de cette manière, sans preuve, c'est affligeant. Mais il faut bien que quelqu'un le fasse, on ne peut s'en remettre a Dieu, c'est pourquoi notre systeme est fait en sorte que les abus doivent etre evités, par tout un encadrement complexe en terme de procedure, mais il n'est pas parfait. Mais une telle boucherie est affligeant.

Écrit par : Etudiant-en-droit | 04 avril 2010

@ Marlene

"Toutes ces filles n'avaient vraiment rien a gagner dans cette affaire si ce n'est une reconnaissance de statut de victimes."

Voilà bien la seule chose intéressante que tu auras écrite ! Tout est là. La grande force des accusatrices est que l'individu "moyen" (j'en suis) se demande :
1) pourquoi mentiraient-elles, puisqu'elles n'ont rien à gagner ?
2) si elles mentent, comment se fait-il qu'elles soient si nombreuses ?

Et la réponse est là : elles mentent (ou elles ont fini par croire à la vérité de leur mensonge) pour exister, au moins dans le regard des autres, comme victimes. Elles mentent pour trouver une identité qu'elles n'ont pas, pour combler leur néant intérieur.

On n'a malheureusement pas beaucoup d'écrits d'accusatrices repenties, mais on a au moins celui de Virginie Madeira, jeune fille timide et bloquée, qui a faussement accusé son père d'abus pour se sentir enfin au centre de l'attention des autres (et les autres l'ont ensuite pas mal enfermée dans son mensonge, il est vrai). Preuve que la souffrance de ne pas se sentir exister est si grande que certains sont prêts à tout pour en sortir.

Et la sensation de non-existence est tellement répandue qu'il n'est pas étonnant de trouver une dizaine d'élèves de Degache, sur vingt ans, qui utilisent ce malheureux pour obtenir cette identité de victime, disons même de star-victime (même si maintenant ça se retourne contre elles, à cause du reportage). L'une a vu qu'il y avait une faille, après la première affaire, et les autres se sont engouffrées derrière.

Mais c'est tellement dur à expliquer à un tribunal ! Du coup, Degache s'est rabattu sur des explications plus simples (complot politique) et plus accessibles, mais bien peu convaincantes.

Tant qu'on n'aura pas, au moins au niveau des enfants, des spécialistes pour désamorcer les fausses plaintes, avant toute procédure, on se cognera au même mur.

Écrit par : Antisthène | 05 avril 2010

"On ne saurait tolérer que les tribunaux qualifient les faits en fonction des résultats qu'ils souhaitent obtenir dans le cas d'espèce car dès lors que l'impressionnisme tient lieu de règle, le déclin du Droit n'est pas loin..." Professeur Roger PERROT in Revue Trim. Droit Civil 1984 page 559

Écrit par : CLVDP | 05 avril 2010

@ ????? et creathor.

Vous avez donné votre interprétation sur les gestes de Monsieur Degache c'est très bien mais j'aurai une dernière question:

Que pensez vous de cette jeune fille aux cheveux noirs, qui après avoir été violée des années, mime sans aucune gène et avec beaucoup d'amusant,vu le sourire qu'elle affiche, la façon dont cet instituteur 'sévissait'

Que dire de son amie qui semble se plier au jeu et esquisser un petit sourire ?

Dérangeant n'est-ce-pas ?

L.D

Écrit par : Lady Justice | 05 avril 2010

venant de la réunion , pour petite souris je suis très loin d'être proche de ce monsieur actuellement en deuxième année droit , cette affaire ma choqué , choqué dans le sens condamné quelqu'un que pour des témoignages de " victime " ou PAS !
Les filles se faisait violaient et aucun cris ? tout le monde voyait mais personne disait rien? bien sur ! a l'age de 10 ans on prend conscience de beaucoup chose qu'on peux penser ! c'était comme si on poignarder quelqu'un devant nous et que comme par hasard personne ne disait rien et 10 ans après les souvenirs réapparaissent , histoire de détruire un homme qui avait tout pour lui .

La vérité éclatera un jour a l'autre . Si j'avais la possibilité d 'être en France, je chercherai les coordonnées de chaque élevés de ce monsieur qu'il est connu tout au long sa carrière , il y en a 15 fois plus que 32 témoignages en réalité !

bonne journée

Écrit par : inconnue | 05 avril 2010

@monsieur venant de la réunion : rectification, étudiant en Master 1 (4e année).

Écrit par : Etudiant-en-droit | 05 avril 2010

Juste pour corriger une erreur.
Dans mon dernier commentaire, je note Privas alors que c'est Nimes.
Tout à son importance et je tenais a corriger cela.
J'en profite pour glisser un mot à Etudiant-en-droit et en aucun cas cela prouve une quelconque ouverture d'esprit.
Je ne connais absolument rien au code pénal.
Si j'étais dans ton cas ,je serais certainement au moins aussi en colère et écoeuré, que tu l'es en ce moment.
Sauf que Mr Dégache a fait ce qu'on lui reproche.
Je répond maintenant à Nath.
Il me semble avoir déjà écrit que l'enfermement n'était pas pour moi une solution alors si les jurés ont estimés 8 ans pour les faits reprochés alors je respecte juste leur décision, s'ils avaient estimés 5 ans, il était de même,et si tu estimes que ce qu'on lui reproche valait bien plus alors je constate la part d'humanité qu'il y a chez moi et je te remercie de le souligner.
Je réponds maintenant à Lady Justice,trés sincèrement je n'arrive pas à voir
le sourire dont tu parles, mon inconscient doit aussi me jouer des tours.
J' ai été amusé de voir que lors du premier reportage, les victimes se sont fait descendre parce-qu'elles avaient osaient se montrer à visage découvert alors qu'elles mentent toutes et lorsque le deuxième reportage est "flouté", ce sont des laches et c'est bien la preuve qu'elles mentent...
Sur ce, je vous souhaite à tous de passer de trés joyeuses fêtes de pâques, et je vous dis définitivement adieu.

Écrit par : marlene | 05 avril 2010

@Marlene.

Vous lirez certainement ce post.

Votre insconscient ne vous joue pas de tours, disons que votre mauvaise foie officie à sa place.

En ce qui me concerne, je me base sur le premier reportage diffusé sur M6, celui on l'on voit clairement le visage de chacune de ces femmes et chacune de leurs expressions. (Le floutage permettant d'absoudres ce genre de petits détails génants).

La scene se passe lors de la reunions où chacune des femmes racontent tours à tours et en détails les sévices subies et repétés.

On voit clairement, une femme d'une treintaine d'années à la coupe de cheveux cours, mimer sans aucune gène, pudeur ou mal-être les gestes quasi quotidien qu'elle a soit disant subit pendant deux ans. D'autre part c'est la même femme qui en fin de reportage tente désesperement un simulacre de pleures lors d'un gros plan.

Esperant avoir ravivé vos souvenirs,

Cordialment,

L.D

Écrit par : Lady Justice | 05 avril 2010

Lady Justice, en effet. Ce peut être de la gêne, et l'on pourrait alors en dire autant de M. Degache avec le mannequin. Mais de la gêne pour des gestes pareils s'ils ont eu lieu, c'est bien léger.

Dans ce même passage, l'initiatrice de la dénonciation précise que ces gestes revenaient tous les jours. Tous les jours pendant deux ans, cela ne s'oublie pas. Non seulement la mémoire ne peut occulter un traumatisme répété, mais tous les jours pendant deux ans je ne peux croire que cela s'oublie.

Elle dit aussi qu'après le reportage sur Dutroux, les choses lui sont revenues et "qu'elle a fait les liens". Quels liens? De quoi parle-t-elle'

Marlène, j'entends bien votre conviction. Pour ma part je ne peux dire ce qui s'est passé ou non. Mais je peux voir les incohérences et je peux lire un dossier pour y relever les failles. Sans même prendre position pour ou contre M. Degache, je constate ici que les failles et les incohérences de l'accusation sont problématiques. Il faudrait creuser encore les témoignages afin d'avoir une certitude. Sur la base de ce qui est montré, c'est réellement sujet à caution. C'est insuffisant. Je sais aussi que plus on en met dans une accusation, moins elle est remise en cause. C'est le cas ici avec ce "tous les jours". Mais l'accusation, ou sa gravité, n'est pas une preuve.

Actuellement il suffit dans les affaires de moeurs de "mettre le paquet" pour valider l'accusation au moyen de l'émotion soulevée, et parce qu'on se dit: "Elle n'a pas pu inventer tout cela". Mais si, on peut inventer. Regardez Outreau, entre beaucoup d'autres.

Écrit par : hommelibre | 05 avril 2010

marléne fonctionne sur l'émotion et ne veut pas démordre de sa position
quelles que puissent être les arguments, elle a le fonctionnement d'une militante. c'est un fonctionnement qui est a l'envers d'un vrai fonctionnnement de la justice, c'est un fonctionnement d'inquisition, si dans le jury il y a plusieurs personnes comme elles, l'accusé n'a aucune chance.
ce fonctionnement me fait penser à cette avocate.

"« Me M. est une militante féministe qui assure la permanence juridique de la Maison des femmes de Cergy, accuse Dominique Marion, l’un des pères incriminés. Elle s’est spécialisée dans ce type d’allégations, qu’elle utilise pour mettre les ex-maris hors jeu et les séparer des enfants. » Le bâtonnier du barreau de Pontoise, Hélène Tortel, a été alertée. « Ces allégations sexuelles peuvent parfois être employées comme un moyen de défense, plaide-t-elle. C’est peut-être regrettable, mais l’ordre n’a pas à intervenir dans la manière dont les avocats traitent leurs dossiers. » Le rapport d’un expert psychologue nommé par le tribunal dans le cadre d’une des affaires d’inceste fait pourtant ouvertement état du « rôle néfaste » joué par l’avocate, qualifiée de « passionnée » et de « sectaire » : « Ses excès, son attitude mensongère, quelquefois diffamatoire, démontrent son incapacité à avoir une distance saine et objective dans cette affaire. »"

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

Écrit par : leclercq | 05 avril 2010

Pour avoir suivit l'affaire Degache , je peux vous apporter la précision suivante. la mème plaignante,s'y est repris à trois fois pour faire démarrer cette affaire.lettres diffamatoires envoyées au procureur de la république, la derniére étape étant de l'accuser de viol,ce qui a ,bien sur ,tout déclenché. Je rappelle qu'elle affirme, qu'ils étaient quotidiens,et devant toute la classe! viols, non pas sur le sexe, car elle avait dit non précédemment,mais dans l'anus! Vous la voyez intervenir dans le reportage.
Pour conclure,car il y a beaucoup à relater dans cette affaire, je ne pense pas que le journaliste ait essayé de faire un film partisan, il en a fait un résumé,que, bien sur, nous n'interprétons pas tous de la mème façon!

Écrit par : valérie | 05 avril 2010

Les commentaires sont fermés.