Régionales françaises: 13% d’abstention à droite?

Premiers résultats à chaud: le Parti socialiste est en tête, à presque 4% devant l’UMP. Le FN reste solide. les Ecologistes s’installent avec un score plus qu’honorable, portés par l’air du temps.

regionale.jpgPeut-on imaginer une telle bascule d’électeurs entre 1998 et 2010? Avec un tel changement de vision politique? Change-t-on de camp si facilement? J’ai quelque peine à le penser. Alors comment interpréter ce résultat?

Il y a l’abstention d’une part. 13% de votants en moins qu’en 2004, c’est environ ce qui manque à l’UMP pour reprendre la main. Il serait intéressant de savoir si ce sont principalement des électeurs de Sarkozy qui ont boudé les urnes.

Il y a la bonne tenue du FN bien qu’il soit en recul. La politique du gouvernement actuel n’a pas  su reprendre la main auprès de cette part de l’électorat. L’effet Mitterrand, qui avait utilisé le FN pour diviser la droite, fonctionne encore.

Il y a l’installation des écologistes d’EE. Ceux-ci semblent bénéficier de l’air du temps plus que d’une implantation de longue haleine. L’écologie serait-elle vraiment à gauche et non au centre? Sert-elle de cheval de Troie? Si oui, jusqu’à quand? Curieusement, le volontarisme du président - qui a mis en avant une politique plus verte - sert plus EE que l’UMP.
regionales-L-1.jpeg.jpg
Il y a aussi les déçus de Sarkozy, et ceux qui ne trouvent pas la lisibilité de sa politique. Et enfin, ceux qui ne savent pas à quoi sert la région et qui n’ont pas cherché à s’informer. Mais je ne crois pas ces derniers si nombreux. Les français votent à gauche aux municipales et aux régionales, quand il y a de l’argent à recevoir des subventions et pour la politique locale, et à droite pour l’orientation générale du pays.

Schizophrénie ou opportunisme? Ou une manière de gérer l’ambivalence et l’alternance?




PS: En Libye on ne vote pas. Max Göldi y reste prisonnier politique.
desert-mur-atlas-tineghir-.jpg

Catégories : Politique 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.