Vagues scélérates en Méditerranée

Méditerranée, 4 mars 2010. Un navire de croisière fait route au large de l’Espagne. Des passagers sont réunis dans un des restaurants. La météo est agitée mais pas en avis de tempête. Soudain trois vagues de 8 mètres de haut frappent de plein fouet le navire.

vaguescelerate2.jpgTrois vagues que rien ne laissait prévoir. Elle font deux morts et six blessés graves. Le navire a pu regagner Barcelone et déposer les blessés avant de subir une inspection et des réparations.

Les vagues scélérates sont connues à travers les océans. Elles ont la particularité d’être immenses, les plus hautes ayant été mesurées à plus de 30 mètres, et de se présenter de façon imprévisible comme de véritables murs d’eau qui n’apparaissent qu’au dernier moment. Des bateaux ont été envoyés par le fond à cause de ces vagues.

On les appelle scélérates parce qu’imprévisibles et meurtrières. Il ne s’agit pas de tsunami, et du point de vue des modèles marins il est presque impossible qu’elles existent.

On pense que le vent est une des raisons de la création de telles vagues. Mais d’autres recherches continuent:

«Certaines fibres optiques (percées de trous minuscules) sont le siège d'effets non linéaires - c'est-à-dire que les causes n'y sont pas simplement proportionnelles aux effets qu'elles génèrent - à la manière de ce qui se passe dans le milieu océanique. Pour simuler les vagues de l'océan, les physiciens ont donc envoyé des impulsions lumineuses à l'intérieur d'une telle fibre. En introduisant de manière volontaire ou non des perturbations aléatoires dans le système, ils ont alors pu observer des solitons. Autrement dit des paquets d'ondes stables, semblables en amplitude et en répartition statistique aux vagues scélérates enregistrées par les capteurs de houle depuis 1990.

Cette étude montre que la probabilité de rencontrer ce type de vagues extrêmes est en tout cas plus grande que ne le laissaient penser les évaluations, jusqu'à présent chiffrées à une fois tous les 10 000 ans. Il reste à confirmer que le comportement non linéaire de l'océan est bien équivalent à celui de ces fibres microstructurées.»

Les trois vagues de la Méditerranée rappellent que la mer est un milieu parfois incontrôlable, cela même en l’absence de tempêtes majeures.





PS: Mon billet de ce matin n'est apparu dans aucune des listes, aucune. Y aurait-il eu une censure sur son contenu? A vous de juger en regardant la page précédente sur Carla Bruni. Pendant ce temps les diffamations continuent de fleurir, dont une qui est restée 6 jours sur le blog du webmaster. Cherchez l'erreur...


PS2: une pensée pour Max Göldi, en prison en Linye.


Catégories : Environnement-Climat 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.