On aime ou on aime pas

Perso, je n’aime pas vraiment. Oh, pas que je déteste ou qu’il me hérisse. Mais j’ai le sentiment de perdre mon temps quand je l’écoute.

timsit1.jpgLà, il faut dire qu’il n’est pas le seul avec lequel j’ai l’impression de perdre mon temps. Elie Semoun aussi. Hein? Qui c’est Elie Semoun? Vous savez, le petit qu’on voit souvent à la télévision. Il ne doit pas coûter cher pour y être si souvent...

Pour revenir à qui vous ne savez pas encore, je veux bien qu’il ait des yeux rieurs. Ce qui n’enlève rien à cette impression de saleté que donne habituellement son ersatz de barbe et sa voix trempée dans du goudron trop chaud.

Et puis, crac, que vois-je ces jours? A hauteur des yeux, répétée au moins 10 fois dans la même rue, une affiche, une belle affiche avec lui, Patrick Timsit, souriant comme un couteau de boucher, le visage si clair qu’on dirait qu’il est passé au Karcher, celui avec le jet de sable, et avec un costard d’agent d’assurance,  se tenant enfin presque droit et pas avachi comme une arche du pont de l'Alma, bref, une métamorphose. Devant cette sollicitation coup de poing je ne peux rester indifférent et je me pose des questions.

S’est-il fait détatouer ce hâle fait de crème à l’argile et d’application de café vert? Et cette lueur d’intelligence dans ses yeux, est-ce bien réel? Est-ce bien lui?

Non, non, ce n’est pas possible: dents blanches comme une pub pour Ultra Brite, yeux clairs, teint propre: ce ne peut être que Photoshop! Plus dure sera la déception de le voir en vrai. Même s’il joue au crooner bien sur lui, cet instant fugace de pose photographique retravaillée à l'ordi ne saurait se reproduire dans la réalité. Et puis, si propre, il fait presque peur. Même sa barbe frise l’esthétique. Ca doit cacher quelque chose. Un ogre mangeur d''enfant ou quelque chose comme ça.

Non, décidément, Timsit n’est pas ma tasse de thé. Des goûts et des couleurs, ma foi, c'est comme ça.

Mais si au moins il était drôle...


Un petit Guillon sur Patrick Timsit? Allez:





PS: Une pensée pour Max Göldi, en prison en Libye.

Catégories : Humour 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • corto-sabourjian, petite merde ambulante, petite frappe pédophile déjà condamné (hé oui, tu vois, ton dossier avance), je t'efface comme d'hab. Et si la Tribune continue à être si complaisante envers toi, si la justice ne se décide pas à te mettre hors d'état de nuire, c'est moi ou un de ma tribu qui allons t'éradiquer. Ta maladie mentale ne justifie pas tout. Dernier avertissement.

Les commentaires sont fermés.