Doris Leuthard, Conseillère Fédérale de gauche, et la nouvelle promotion canapé

Doris Leuthard de gauche? Mais si mais si. Pas PDC? Mais non mais non. M’enfin... C’est bien simple, il n’y a qu’à lire l’interview qu’elle a donné à Ariane Dayer et Sandra Jean dans Le matin du jour.

leuthard~s600x600.jpgLe titre de l’article est explicite: «C’est géniale d’être cheffe!»

Le titre semble assez bien résumer sa philosophie politique:

«C'est génial d'être cheffe, puisque c'est vous qui décidez! En plus, c'est intéressant parce que vous pouvez changer quelque chose, soit à la vie quotidienne, soit au monde.»

Je pensais qu’être à un poste de décision politique était servir et gérer au mieux le possible, collaborer, déléguer. Non, c’est simplement fun parce que qu’on peut enfin décider tout seul. Quel aveu de ses méandres personnels. Jamais une Simone Veil ou une Elisabeth Badinter n’auraient tenu un tel langage. On croirait qu’elle joue au monopoly. Un homme aurait tenu des propos aussi ouvertement teintés de goût du pouvoir, on l’aurait vite renvoyé à ses chères études. Les femmes, selon Leuthard, n’ont peut-être pas besoin d’étudier: il suffit qu’elles soient femmes, comme nous le verrons un peu plus loin.

Sur les quotas, elle suit Madame Calmy-Rey et tient une politique discriminatoire à laquelle la gauche nous a habitués. En effet, concernant  l’augmentation de la présence féminine dans son administration, elle dit: «Dans mon département, tous les chefs d'office ont le mandat de nommer une à trois femmes. La règle est claire: s'ils ne l'appliquent pas, ils ne toucheront pas de prime et pourront même subir une diminution de salaire.»

Ecarter des hommes même s’ils sont compétents, punir les chefs d’office s’ils ne se laissent pas éduquer à mettre en place la promotion canapé nouvelle formule, les payer par des primes comme des rabatteurs: degré zéro de la politique. La femme se monnaie, autrement dit. Air connu. Madame Leuthard en Mère maquerelle?

Et être une femme serait une compétence en soi, comme si être un homme était une compétence en soi? Ben tiens. Le genrisme féministe a encore frappé.

Mais pourquoi ne revendique-t-elle pas, au nom de la religion égalitaire, qu’il y ait autant de femmes garagistes que d’hommes, et autant d’hommes enseignants et puériculteurs que de femmes? Non, comme d’hab il ne s’agit que de prendre le pouvoir, pas de réelle égalité des compétences.

Et au final, à la question: êtes-vous fière d’être une femme?, elle répond:
aubade294qt.jpg
«Ah! Oui, absolument!»

Encore heureux. Mais faut-il être au Conseil Fédéral pour être fière d’être femme? Veut-elle déclasser les caissières de la Coop qui ne sont que de simples subalternes sans fierté?

Et puis imaginez Couchepin déclarant «Je suis fier d’être un homme! Absolument. C’est génial de pouvoir décider»: on aurait éclaté de rire, tout simplement. Seule la galanterie vous évite les quolibets de la population, Madame Leuthard.

Pour ma part, je suis toujours heureux qu’une femme soit fière d’être une humaine compétente, intelligente, courageuse, efficace, et autres. Car être une femme n’est pas à ma connaissance une qualité en soi, pas plus qu’être un homme. Sans quoi, moi qui ne suis rien politiquement ni économiquement, j’affirme aussi que je suis fier d’être un homme. Si je n’ai rien fait de spécial, ça me fait une belle jambe.

Et on reste ainsi sur une revendication de genre qui n’a plus rien, mais alors plus rien du tout à voir avec l’égalité, la valeur, le respect, la compétence. Je connais beaucoup de femmes décidantes, compétentes, avec lesquelles c’est un plaisir de partager. Alors retomber dans cette resucée molle qui trouve juste génial d’être cheffe me chauffe une fois de plus les oreilles.

Désolant, Madame Leuthard. Votre passage à l’idéologie féministe de gauche vous rend-elle plus compétente? Nous allons vous mettre sous surveillance, et puisque c’est votre qualité de femme que vous revendiquez, nous ne vous passerons rien, encore moins qu’à d’autres. Vous l’aurez bien cherché. Sur ce coup-là, même votre charme - auquel je ne suis pas insensible - ne vous sert plus à rien.

De plus en plus, quand j’entends parler ce féminisme-là, je me dis qu’il faut préparer le Kärcher. Il y a un degré de bêtise et de nullité intellectuelle où on ne discute même plus.


Peut-être avez-vous prêté votre concours pour cette découverte scientifique majeure:





PS: Il pleut sur Genève. Et à Tripoli? Que font les otages suisses? Ils attendent, retenus depuis 18 mois contre leur gré.

désert-pluie.jpg

Catégories : Politique 20 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "«Dans mon département, tous les chefs d'office ont le mandat de nommer une à trois femmes. La règle est claire: s'ils ne l'appliquent pas, ils ne toucheront pas de prime et pourront même subir une diminution de salaire.» "

    voilà à quoi même le dogme de la parité, à des truc de dingue comme ça
    mais alors à quoi sert la compétence !!!!

  • "Peut-être avez-vous prêté votre concours pour cette découverte scientifique majeure:"

    Exactemenbt HL c'est la taille de mon cerveau ....

    Bon diou cela vole bas très très bas ... (mais ce qui me console c'est que le cerveau d'un homme est trop microscopique pour avoir des images en 3D !)


    (@-@)

  • Allons Loredana, vous n'allez quand même pas défendre une pratique pareille: faire du chantage à la prime ou à la diminution de salaire sur ses subordonnés, outre le caractère autoritaire que cela dénote, ne pourrait-il pas d'une manière ou d'une autre tomber sous le coup de la loi? Une sorte de mobbing? Ou un abus d'autorité? Madame fait joujou avec sa fonction, elle étale tout son narcissisme. Et c'est cela qui est à la tête de l'Etat?

    Imaginer un chef de département qui menace ses employées femmes d'être privées de primes ou d'une partie du salaire si elle n'engagent pas des collaborateurs hommes: que se passerait-il? TV, presse, Unia, féministes dans la rue, tollé pendant 2 semaines, manifs, et au final déplacement du chef de service.

    Le comportement de Madame Leuthard est lamentable, inacceptable, hallucinant. Obliger à engager un genre sous menaces de sanctions, et un genre en priorité puisqu'elle ne mentionne pas les compétences, c'est anti-démocratique.

    C'est bien le féminisme que je dénonce.

  • HommeLibre,

    Je ne défends ni ne cautionne ce genre de pratique. La seule chose que je relève c’est qu’elle devrait prendre des cours pour apprendre à causer la langue de bois et les non-dits si chers aux politicards, cheffaillons et autres gradés masculins envers les femmes, au lieu de s’exprimer ouvertement.

    Mais bon mon comm ne concernait que la vidéo que vous avez incluse dans ce billet et qui est on ne peut plus désobligeante envers la gente féminine.

    A moins que je ne sache pas lire entre les lignes ;)

    (o-o)

  • Il est vrai que la gent féminine n'est pas composée que de gentes dames...

  • Loredana:

    Ok, j'avais bien tenté de personnaliser autour d'elle cette vidéo que j'espère 3e degré, en demandant si c'était son cerveau. Si je pensais vraiment que les femmes n'ont pas plus de cerveau que cela, je m'empresserais de vous donner le bâton pour me battre! Je reste choqué de ce que parce qu'elle est femme elle aurait ce droit et soit exempte de toute critique pour ce comportement, dans cet article qui semble assez complaisant pour elle.

  • Je reprendrai demain le thème différemment car pour moi cela ne passe pas.

  • @ Hommelibre:


    Aïe! Je comprends votre colère... même si je défends l'idée de parité. Et je dis bien l'IDÉE. Vous l'avez parfaitement illustré dans vos articles concernant l'égalité/l'inégalité: Le passage de la théorie à la pratique peut se révéler désastreux.

    Ne croyez-vous pas que le ton sirupeux de l'article vient peut-être de la langue maternelle de Mme Leuthard? Elle n'est pas parfaitement bilingue, non? S'exprimer dans une langue que l'on ne maîtrise pas couramment appauvri le vocabulaire... enfin il me semble.

    Cela pourrait également venir du journal en question... "Le Matin" est coutumier du fait; un ton racoleur à souhait. Ou de Mme Ariane Dayer, plutôt du genre à tirer le niveau vers le bas. Petite performance lorsque l'on tient compte du niveau de départ déjà 'ras les paquerettes' du "Matin", respectivement du "Nouvelliste" à l'époque!

    Pour son cas particulier vous ne pourrez pas accuser le féminisme de l'avoir portée à la tête des canards en question... ;o) Ici, nous sommes tout simplement en présence du bon vieux népotisme (valaisan).


    Quant aux répliques neuneues, on trouve les mêmes dans "Sports Illustrated" ou "Auto-moto"...


    Mais j'en conviens, c'est lamentable qu'une personne occupant sa fonction tienne ce genre de discours et ne fasse pas preuve de plus de discernements...


    Bon Weekend.


    =:oB


    Un petit Python?? http://www.youtube.com/watch?v=cAYDiPizDIs

  • @ L'avis de Brian: je ne pense pas qu'il ne s'agit que de langage. Elle est très claire sur la règle et la menace, je ne pense pas que l'on puisse faire un lapsus sur ce point. Concernant Ariane Dayer, j'ai déjà été interviewé par elle, je l'ai trouvé bonne professionnelle, respectueuse, relatant bien les propos sans déformer, j'ai une bonne opinion d'elle. Mais c'est vrai que là elle manque de répartie critique.

    Le p'tit Python a bloqué, je le regarderai 2main.

  • @ Hommelibre:


    Ok, la règle est explicite, vous avez raison.

    Mais les hommes qui passeront outre les obstacles n'en seront que X fois plus compétents. Et les femmes à leurs côtés n'en paraîtront que X fois moins futées! C'est tout bénef'! Non? ;o)


    Au sujet de Mme Dayer, professionnelle elle l'est certainement... Manquerait plus que ça! C'est LA cheFFe, tout de même! ;o) Vous la connaissez mieux que moi. Cela dit, ce que j'en ai entendu ou lu m'a laissé un goût un peu trop Catho, trop conservateur... mais c'est subjectif.

    En tout cas, pour le népotisme j'ai vu juste, non? C'est bien une brave fifille à son Papa, non? Accordez-moi au moins ça!!! Allez!!! Siouplaît!! ;o)


    Concernant le lien des Pythons, le souci doit venir de votre Mac! ;o) Apple a des problèmes avec les fichiers "Flash".... Grrrrrrr! Vilain Steve Jobs qui veut garder la mainmise sur ses applications!! C'est pas très libéral et pro-concurrence. Mais c'est un autre sujet. ;o)


    OK. J'ai compris. Je m'en vais!


    Bon W-E.


    =:oX

  • Je m'étais endormi, me revoilou. Oui, on peut dire que les hommes choisis seront très compétents, et que c'est une déconsidération des femmes nommées. C'est en effet un effet collatéral désastreux. Pour Ariane Dayer, franchement, j'ignore. Quand à Jobs, je sais, il a adopté quelques traits de la concurrence pas des plus agréables. Par exemple le système Snow Leopard doit d'emblée monoposte ou multiposte (pas le même prix). Pas possible d'employer le monoposte sur un deuxième ordi, même sur un à nous qu'on avait as prévu. Faut alors le racheter. Bon il est moins cher que Minisoft: 29.- le mono, 34.- ou 39.- le multi.

  • "être une femme n’est pas à ma connaissance une qualité en soi, pas plus qu’être un homme."

    Fier(e) d'être une femme, ou un homme, pourquoi pas ? A confition que ça signifie : fier(e) d'être la femme, ou l'homme, que je suis devenu - même si je n'ai pas choisi mon sexe - et étant entendu que ça n'implique pas de sentiment de supériorité sur l'autre sexe.

    Ceci dit - je me répète - la dame ne fait pas du féminisme mais du sexisme, de la misandrie.

  • Bonsoir Loredana et hommelibre. Oui, la vidéo m'a aussi paru être d'un degré bien inférieur à la moyenne des productions de ce blog. Mais les hommes ne peuvent s'empêcher de rire parfois sur le dos des femmes. J'ai maté les autres vidéos du même type. Elles m'ont fait rire avec un mâle sentiment de honte. Bon, le cheval de bois à bascule, elle est pas mal. C'est du simili porno rigolo. Mais dites John, vous vous poilez sur des vidéos d'un goût assez douteux. N'est-ce pas de la discrimination enfantine? Hi hi. Bien à vous deux. je ne me prononce pas sur le fond car ce problème de quotas est un vrai sujet de pouvoir qui mérite peut-être qu'un jour je propose aussi un billet un peu décalé.

  • Ah, j'ai cherché. J'ai hésité avec la minute blonde.

    J'aime rire sur le dos des femmes, Pachakmac, oui. Sur leur ventre aussi, En fait j'aime rire sur plein d'endroits de la femme... Et quand je ris sur son ventre, ça la fait rire aussi!

    Mais suis-je normal docteur? Je n'ai pas de mâle sentiment de honte. J'ai décidé une fois pour toutes que je n'ai pas à avoir honte de moi devant une femme. Ce serait me dévaloriser, ou lui donner un pouvoir sur moi, ou chercher l'approbation de ma moman à travers elle, ou pire: la croire incapable de m'accepter comme je suis et de rire avec moi, trop susceptible, trop fragile - une espèce à mettre en cage pour la protéger et ne rien dire devant elle qui puisse lui déplaire ou réactiver sa tuberculose tchékovienne. Une forme de paternalisme caché dans un flot d'excuses sur mon existence. Non, non, non.

    Raaahhh, vous m'avez cherchà Pachakmac.

  • Pachakmac

    Quel plaisir de lire qu’il existe encore des hommes qui rient sur le dos d’une femme avec un mâle sentiment de honte. Cela apaise les susceptibilités de la faible femme que je suis ... mdr !

    (o_~)

  • pourquoi vouloir l'égalité alors que nous sommes d'un genre différent. -j'ai jamais compris

  • @ aine: pour moi ce qui est important, c'est l'égalité des chances, le respect mutuel, le dialogue, la liberté, mais pas cette égalité dogmatique qui est devenue une idéologie et non une respiration.

  • Pour moi la complémentarité est la première valeur d'un couple, qu'il soit privé ou professionnel!
    Les femmes ont leurs capacités, leurs facultés, leurs intuitions à offrir dans une relation.
    Les hommes ont leurs forces, leurs insouciances, un peu ou beaucoup de machisme à donner dans nos échanges.
    Les bureaux d'égalité sont inutiles et ne servent en tous cas pas la cause des femmes, comme les trois femmes au CF en ce moment.

  • @ Corélande:

    Dommage que prises dans leur idéologie, elles ne s'en rendent plus compte, ni ne se rendent comptent que ce discours finit par créer un rejet chez beaucoup d'hommes.

    Dans la complémentarité, il y a danse, dialogue. Dans le dogme de l'égalité il y a contrainte et confrontation, et jeu de pouvoir.

  • @Hommelibre, vous me faites rire;-) Ce discours est aussi -idéologisé- dès lors que je parle comme cela! Tout de suite connoté à une petite phrase "lâchée par M. Ueli Maurer: - Les femmes doivent être là pour les enfants - et bien évidement cela a été très mal repris par les médias!

    Pourtant cela relève de la complémentarité et du bon sens pour moi!

    Je l'ai vécu comme cela (même si j'ai dû travaillé pendant le parcours commun avec mes enfants et leur père)et je ne regrette rien! De nos jours la vie est longue, et les femmes peuvent choisir -avant et après- une vie d'indépendance, de folie, d'insoucience! Ou alors de partage avec l'Etre aimé, car si la complémentarité a été établie dès le début elle se poursuit les enfants envolés; les "soudures" ont été faites dans les années précédentes!

    Je suis très contente d'être de la "vieille école" et à vous lire c'est facile de comprendre pourquoi des hommes dans la quarantaine préfèrent des femmes plus âgées!

Les commentaires sont fermés.