02 février 2010

Politique de l’égalité ou gestion de l’inégalité?

La notion d’égalité est dotée d’un volumineux bagage théorique, entre ses applications dans les droits politiques et sa part subjective d’une égalité universelle totale. Le mot reste très porteur à notre époque, et est parfois mis en avant en l’absence de réflexion politique ou philosophique. En caricaturant, l’égalité devient parfois comme un jardin d’enfant où chacun veut ce qu’a l’autre.


Mais que recouvre-t-il de manière réaliste et quelles application en relèvent réellement?


égalité1-diversiteit270207.jpgEgalité de pouvoir

La démocratie a voulu donner le pouvoir à tous. Deux courants majeurs en sont issus: la démocratie représentative et la démocratie directe. Dans le premier cas l’individu fait élire une personne, ou dans certaines institutions un expert, dont les objectifs se rapprochent des siens. Dans le deuxième c’est l’individu qui participe directement aux décision, dans des comités de quartier ou d’entreprise par exemple.

Le premier mode est celui que nous connaissons dans la plupart des sociétés occidentales. L’individu ne décide en réalité pas lui-même: un un groupe d’individus qui le fait à sa place. Cette forme de démocratie est celles des partis, des groupes de pression, dont l’influence est à la mesure de la grosseur ou des moyens économiques du groupe. Il n’y a pas là de réelle égalité au sens absolu du terme, mais une égalité virtuelle aménagée dans la réalité.

Le deuxième mode, celui de la démocratie directe, pourrait un jour se passer d’Etat, tout étant géré à la base par les individus-citoyens. Ce sont les tentatives de démocraties socialistes. On voit toutefois que dans la réalité cela ne s’est encore jamais réalisé. Le centralisme du pouvoir est bien plus fort que dans les démocraties représentatives, sans la possibilité que des contre-pouvoir existent et tempèrent le pouvoir: parti unique, presse à la botte, comités locaux qui ne font qu’exécuter le plan du pouvoir central.
egalite2_mains-227x283.jpg
Mais est-il possible de voir une démocratie directe réelle? Que se passerait-il dans une entreprise? Un comité mandaté prendrait les décisions. Pour évitrer la reconstitution d’une classe dirigeante et l’émergence de privilèges attachés à la fonction (l’humain est l’humain), ce comité devrait être renouvelé chaque année par exemple, ou remis en question à tout moment. Mais sur la base de quoi? Un seul employé pourrait-il demander de voter la destitution du comité? N’y aurait-il pas risque d’abus dû à des ambitions personnelles ou des querelles d’individus? Si l’on met un quorum pour demander la destitution, les droits d’un individus sont subordonnés à l’accord des autres, y compris de ceux qui ne voudraient pas ladite destitution. Qu’une majorité d’employés refuse la destitution signifierait que ceux qui veulent une chose l’ont et que les autres ne l’ont pas. Le principe d’égalité est mis à mal.

Une égalité totale supposerait une égalité de salaire, tous métiers et tous âges confondus. En effet, l’expérience et l’âge engendreraient un privilège contraire à la stricte égalité. Qui accepterait cela? Et un expert mandaté et révoqué n’accumulerait ni expérience ni savoir-faire. On serait dans une société de l’incompétence généralisée.


Les conditions de l’égalité

Pour qu’une égalité réelle soit réalisée dans tous les domaines, il faudrait que tout le monde ait les mêmes conditions initiales d’éducation, de famille, de niveau intellectuel, de ressources financières, entre autres. Un même QI, un même goût artistique, les mêmes mensurations, que les hommes fassent des enfants, et j’en passe. Ces simples suggestions montrent que l’égalité érigée en dogme est une chimère.

L’égalité en valeur, droits et devoir reste actuellement le meilleur dénominateur du concept. Mais toujours certains l’utilisent pour pousser les bouchon plus loin


égalité3_H_F.jpgLe communautarisme

Au nom de l’égalité chaque communauté devrait avoir les mêmes droits. Mais comment admettre que dans une communauté où l’on refuse la peine d’honneur, une communauté pratique par exemple le crime d’honneur?

Au nom de l’égalité on valorise un genre plus qu’un autre. Le féminisme en est l’exemple. Indépendamment des corrections légitimes apportées à la situation sociale et familiale de femmes, le simple fait qu’il y ait un féminisme oeuvrant essentiellement pour les femmes n’est pas l’égalité, c’est un lobbying. Les relations hommes-femmes sont relatives à une vision globale, interactive de l’espèce, et à un humanisme dont la réflexion et les actions concernent les deux genres. Ce qui est loin d’être le cas. Le féminisme, hormis ses actions légitimes à certaines époques, ne peut qu’encourager aux conflits de genre. Car à force d’entre parler partout de solidarité féminine, on ne voit pas ce que les hommes ont à faire là-dedans. D’ailleurs les féministes officielles se soucient en général comme de l’an quarante des besoins et de la réalité vécue par les hommes.

La parité, que j’ai déjà critiqué, est de mettre autant de femmes que d’hommes en politiques ou dans les postes de pouvoir (pas dans les postes subalternes...). Cela réduit la notion d’égalité à une mesure quantitative et non qualitative. Cessons de dire que l’égalité c’est la parité.

Comme je l’ai je crois déjà exprimé, je suis un post-féministe convaincu. Et je pense qu'il faut mieux définir ou poser la question de l'égalité, et surtout la traiter de manièreglobale et non communautariste, afin d'éviter qu'elle ne crée les conditions d'une nouvelle sorte d'inégalité.


A suivre: La gestion des inégalité



PS: L’égalité en Libye? Demandez aux otages suisses retenus depuis 18 mois ce qu’ils en pensent...

16:19 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : égalité, hommes, femmes, parité, féminisme, politique | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"La parité, que j’ai déjà critiqué, est de mettre autant de femmes que d’hommes en politiques ou dans les postes de pouvoir"

ça c'est élargi, chez Areva, il y a maintenant parité dans les embauches.
quand on connait la présidente et les propos misandre quelle tient, d'ailleurs en toute inpunité, un dirigeant homme en aurait dit autant, il aurait fait la une des journeaux et on l'aurait forcé à démissionner.
mais elle ne craint rien elle est dans le clan de la dictature douce.
elle a les médias pour elle, qui se chargent de faire la censure nécessaire.
à se demander si la censure n'est pas en ce moment plus forte dans nos démocraties, sous le contrôle de la dictature douce féministe. et en plus elle est insidieuse, ex le groupe de métal d'ex RDA Rammstein, trés provocateur, n'avait aucun soucis, même avec la STASI, en RDA, maintenant son dernier album est interdit de concert dans une ville, parce des paroles onts été mal interprétées, dans une chanson. et ils risquent une amende de 10 000 € chacun.

et chez renault, les futures embauches comme commerciales doivent être de 50/50
et a terme aussi pour les magasiniers et pour l'atelier, ils admettent que ça sera plus difficile.
effectivement surtout pour l'atelier, les mecs de faire le boulot de merde, parce que les femmes n'onts pas la force physique nécessaire, ça va pas les amuser longtemps !!!!

le dogme de l'indifférenciation a bien fait son chemin chez nos grands patrons.

Écrit par : leclercq | 02 février 2010

Dernier sermon du prophète de l'Islam :

Après avoir loué et remercié Dieu, le prophète (paix soit sur lui) dit :

‎"O peuple ! Prêtez-moi une oreille attentive, car je ne sais pas si je serai encore ‎parmi vous l'an prochain. Alors, écoutez ce que je dis avec beaucoup d'attention ‎et transmettez ces mots à ceux qui ne pouvaient être présents aujourd'hui.

O peuple ! Tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité sacrée, ‎considérez aussi la vie et la propriété de tout Musulman comme sacrées.

Rendez ‎les biens qu'on vous a prêtés à leurs propriétaires de droit.

Ne faites de mal à ‎personne de façon à ce qu'on ne vous fasse pas de mal.

Souvenez-vous qu'un ‎jour vous rencontrerez votre Seigneur et Il vous demandera des comptes sur vos ‎actions en ce monde.

Dieu vous a interdit l'usure. Alors, toute obligation ‎usuraire doit désormais être annulée. Votre capital est à vous. Vous ‎n'infligerez ni souffrirez d'aucune iniquité. Dieu a jugé qu'il n'y devait pas y avoir ‎d'intérêt...

Tous les droits (à la vengeance) découlant des homicides de la période pré-‎islamique sont désormais annulés...
‎‎
O peuple ! Il est vrai que vous avez des droits sur vos femmes, mais elles ont ‎aussi des droits sur vous. Souvenez-vous que vous les avez prises comme ‎femmes seulement avec la permission et de Dieu et en remplissant un pacte avec ‎Lui. Si elles vous restent fidèles, alors il leur revient le droit d'être nourries et ‎vêtues dans la gentillesse. Traitez bien vos femmes et soyez gentils avec elles, ‎car elles sont vos partenaires et vos assistantes dévouées. Et c'est votre droit ‎qu'elles ne fréquentent pas des gens que vous n'approuvez pas, ainsi que de ne ‎jamais être infidèles. O peuple ! Écoutez-moi avec sincérité. Adorez Dieu...

Toute l'humanité descend de Adam et Eve. Un Arabe n'est pas supérieur à un ‎non-Arabe et un non-Arabe n'est pas supérieur à un Arabe. Un blanc n'est pas ‎supérieur à un noir et un noir n'est pas supérieur à un blanc - seulement par la ‎piété et la bonne action.

Sachez que chaque Musulman est le frère de chaque ‎Musulman et que les Musulmans constituent une fraternité. Le bien d'autrui n'est ‎pas légitime pour un Musulman excepté celui que son frère lui donne de plein ‎gré. Alors, ne vous faites pas d'injustice à vous-mêmes. Souvenez-vous qu'un ‎jour vous rencontrerez Dieu et répondrez pour vos actions en ce monde. Alors ‎faites attention ! Ne vous égarez pas du chemin de la piété après mon départ.

Tous ceux qui écoutent devront transmettre mes paroles aux autres et les ‎autres, à d'autres encore, de façon à ce que les derniers comprennent mes ‎paroles encore mieux que ceux qui m'écoutent directement. Soit témoin, O Dieu, ‎que j'ai transmis Ton message à Ton peuple".‎

Écrit par : Inside | 02 février 2010

Amen !!

Écrit par : Loredana | 02 février 2010

@hommelibre

Au nom de l’égalité chaque communauté devrait avoir les mêmes droits. Mais comment admettre que dans une communauté où l’on refuse la peine d’honneur, une communauté pratique par exemple le crime d’honneur?

La réponse à votre question se trouve dans le sermon ci-dessus! L'Islam n'est pas responsable! Le poids des traditions et coutumes non islamiques et barbares de certaines communautés (turcs, arabes, kurdes) est plus important que la religion!

Écrit par : Inside | 02 février 2010

@ Inside:

Je ne dis pas que le crime d'honneur est dû à l'islam, c'est même une tradition indépendante de cette religion.

Écrit par : hommelibre | 02 février 2010

Bonsoir Hommelibre.



Toujours d'attaque, je vois! ;-)


Ca fait plaisir... même si je ne suis pas toujours 100% d'accord avec vous sur certains sujets. M'enfin, le contraire serait sans doute la fin de toute discussion...


Concernant le féminisme, la pilule (!) semble pour vous difficile à avaler... Je ne connais pas votre histoire personnelle dans les détails, mais vous avez certainement des raisons de vous cabrez, tel un étalon (j'ai pas dit une jument, ok?!), lorsqu'approche la silouette du féminisme. ;o)


Pourtant en bon scientifique que nous sommes (?), cela serait judicieux d'établir un tableau comparatif, illustrant les historiques de l'homminisme (?) et du féminisme.


- deux millénaires de patriarcat ...VERSUS... un (demi-) siècle de féminisme, même pas de matriarcat...;
- au XXe siècle: une bonne trentaine de dictature "masculines" ...VERSUS... 0 dictature "féminine";
- aujourd'hui: sur les 195 nations reconnues par l'ONU, disons 90 à 95% des pays sont dirigés par des hommes;
- les conseils d'administrations des plus grandes sociétés sont eux aussi en mains masculines à env. 80-90%;
- sans parler de la négation des droits des femmes dans une grosse poignée de pays ...VERSUS... 0 nation où l'homme est privé de ses droits en raison de ses gènes XY;

Etc., etc., etc...


Quant à la "dictature douce féministe", je veux bien que se soit un argument (sic!) agité par certain sous couvert de lutte contre le "politiquement correct" (idée tarte-à-la-crème, s'il en est), pour discréditer les avancées tendant vers une société égalitaire, où chaque être humain est libre de disposer de son corps/esprit comme bon lui semble....


Cependant, j'ai un peu de peine à succomber à l'idée d'un lobby féministe tentaculaire, tissant dans l'ombre sa toile, dans l'optique de prendre le pouvoir aux hommes...

Tiens?!? Mais si "elles" veulent éjecter les hommes du pouvoir, cela veut dire que ce ne sont pas "elles" qui tirent les ficelles depuis des décennies????? Merde ! Quel choc !


C'est vrai qu'en occident, l'homme blanc de plus de 50 ans est continuellement victime d'injustices et de discriminations iniques, perpetrées par des organes de pouvoirs dont il est totalement exclu...


Bon, assez rit.


Les adeptes de la comploïte et du lobbyisme occulte feraient mieux de diriger leurs torches de détectives en herbe vers les clubs privés, les cercles estudiantins, etc... genre "Bilderbergers", "Skull and Bones", etc... Presque tous exclusivement masculins... et ayant ô combien plus d'influence sur nos vies quotidiennes que quelques féministes pugnaces...



L'affaire Rammstein est certes risible...
C'est vrai, pourquoi interdire la vente aux mineurs du dernier album d'un groupe de suiveurs petits-bras, alors qu'on peux se procurer sans peine les albums, par exemple, des vieux cons de Slayer... ou de tant d'autres groupes de Black Metal qui font sciemment appel à une iconographie Nazie... (En réalisent-ils la portée? J'en doute...) Cela laisse songeur!


Mais peut-être est-ce là une nouvelle illustration du 'politiquement correct'.... il ne manquerait plus qu'on interdise le fait de traiter un homosexuel de "suceur de noeuds", un africain de "Nègre", ou un israélite de "Youpin"....





Pour finir, le traditionnel Python de circonstance:

"I want to be a Woman": http://www.youtube.com/watch?v=sFBOQzSk14c



Bonne continuation.



=:oB



(N.B.: Attention ! Des morceaux de second degrés peuvent se trouver dans ces quelques lignes !)

Écrit par : L'avis de Brian | 02 février 2010

@ L'avis de Brian: j'ai déjà beaucoup développé tous les points que vou soulever, par exemple sur le patriarcat. Plutôt que de faire une compil un peu longue, j'aimerais si vous êtes d'accord vous poser une question: qu'est-ce que le patriarcat pour vous et quel est ou a été son rôle historique?

Écrit par : hommelibre | 03 février 2010

Bonjour l'avis de brian

"deux millénaires de patriarcat ...VERSUS... un (demi-) siècle de féminisme, même pas de matriarcat...;"

deux millénaires pas tant que ça, le mari n'a plus le pouvoir absolu dans la famille depuis la révolution française, et maintenant il ne là plus du tout,
il y a nombre de famille matriarcales dans le bassin parisien, aldo Naouri, a vu défiler dans son cabinet, les échecs éducatifs dus à ce type de famille.

des lois onts quand mêmes donnés au méres l'essentiel de l'autorité parentale.

"- au XXe siècle: une bonne trentaine de dictature "masculines" ...VERSUS... 0 dictature "féminine";
- aujourd'hui: sur les 195 nations reconnues par l'ONU, disons 90 à 95% des pays sont dirigés par des hommes;- les conseils d'administrations des plus grandes sociétés sont eux aussi en mains masculines à env. 80-90%;


eh alors, quel rapport entre la france où la suisse avec ces dictatures.
nous ne pouvons pas influencer le systéme de fonctionnement de ces pays.
et qu'un pays soit dirigé par un homme n'a rien de patriarcal.
rien n'interdit aux femmes d'êtres dans les conseils d'admistration des grandes entreprises, c'est une question de compétences d'ambition, de volonté, que la majorité des femmes aient moins d'ambition que les hommes, c'est juste un signe de la différence hommes femmes.

"Quant à la "dictature douce féministe", je veux bien que se soit un argument (sic!) agité par certain sous couvert de lutte contre le "politiquement correct" (idée tarte-à-la-crème, s'il en est), pour discréditer les avancées tendant vers une société égalitaire, où chaque être humain est libre de disposer de son corps/esprit comme bon lui semble.... "

on avance pas vers une société égalitaire, mais vers une société qui cultive l'indifférenciation, ce qui n'a rien à voir.

le politiquement correct est devenu le féminiment correct, penser autrement est devenu interdit, si ça ce n'est pas de la dictature c'est quoi.

critiquer le féminisme est interdit, essayer de le critiquer dans les forums des grands quotidiens vous allez voir si vous ne serez pas censurés.

essayer de critiquer la propagante mensongére, sur la violence conjugale, les inégalitées salariales, les taches ménagéres, propagante faite par des pseudo scientifiques, qui connaissent les conclusions avant d'avoir fait l'enquête.

ce n'est pas une dictature douce une idéologie qui manipule à ce point la vérité a son bon gré, pour servir sa cause, contaminant le systéme politique.


"Au revoir
21/01/2010 à 22:01

C'est tellement absurde que je ne fais plus de commentaire,car dire la vérité est politiquement vue incorrect et donc censuré!!!!alors salut!!!! "

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/01/20/01016-20100120ARTFIG00491-course-poursuite-mortelle-dans-la-banlieue-de-metz-.php?mode=commentaires&next=221&PHPSESSID=3117750513

"Tiens?!? Mais si "elles" veulent éjecter les hommes du pouvoir, cela veut dire que ce ne sont pas "elles" qui tirent les ficelles depuis des décennies????? Merde ! Quel choc ! "

elles tirent déjà les ficelles depuis des centaines d'années et elles veulent aussi le pouvoir, ah c'est sur ce coup-ci les hommes n'auronts vraiment plus rien !!!!

"Mais peut-être est-ce là une nouvelle illustration du 'politiquement correct'.... il ne manquerait plus qu'on interdise le fait de traiter un homosexuel de "suceur de noeuds", un africain de "Nègre", ou un israélite de "Youpin"...."

non c'est pas ça le politiquement correct c'est ça

"C’est ainsi que vous êtes très vite accusé de conservatisme si vous critiquez les propos d’un jeune, de racisme si vous critiquez ceux d’un étranger, d’islamophobie si vous critiquez ceux d’un musulman, d’antisémitisme si vous critiquez ceux d’un juif, d’homophobie si vous critiquez ceux d’un homosexuel… Si vous osez émettre une réserve sur les positions d’un féministe, ce sera encore pire : vous serez directement condamné comme macho et réactionnaire ! "

par contre les hommes eux peuvent être critiqués, salis aucune importance.

"L'affaire Rammstein est certes risible..."

ça serait risible si c'était faux, le ministére des familles outre-rhin censure plus un groupe de musique que la STASI, Ah c'est beau la dictature douce !!!

"Cependant, j'ai un peu de peine à succomber à l'idée d'un lobby féministe tentaculaire, tissant dans l'ombre sa toile, dans l'optique de prendre le pouvoir aux hommes..."

ça se comprends, son travail de sape et sa propagande mensongére est tellement passée dans les moeurs, la misandrie est devenue la norme. c'est normal d'avoir des oeilléres.

Écrit par : leclercq | 03 février 2010

Bonsoir Hommelibre.



Houlà... je sens comme un froid. Sincèrement, cela me chagrine!

Je vous présente mes plus plates excuses si mes propos ont pu vous froisser, vous blesser... Le "vieux beaufs rétrogrades" que j'ai pondu sur le nouveau blog d'Audrey ne vous était en aucuns cas destiné.

Je vous ai déjà fait une fois le coup du jugement à l'emporte-pièces... Je suis certes parfois un peu con-con, mais pas au point de commettre la même erreur deux fois.

J'espère que mes excuses permetteront de réchauffer quelque peu l'atmosphère...


Concernant la problématique "féministo-patriarco-égalitaire", permettez-moi de préciser ma pensée:

Par patriarcat, j'entend la notion définie dans le Petit Robert: "Forme de famille fondée sur la parenté par les mâles et sur la puissance paternelle".

Je me permets (à tort?) d'étendre ce concept à la "société", à l'économie ou à la sphère géopolitique; il me semble que l'on peut tout à fait parler de sociétés patriarcales, de modèles économiques patriarcaux, ou de modes de gouvernances patriarcalaux: c'est à dire, basé(e)s sur un (quasi) monopole masculin des outils de pouvoirs.


Si quelqu'un pense que les leviers des pouvoirs familiaux, sociaux, économiques ou politiques ne sont plus, pour l'immense majorité, en mains masculines, et que nous avons basculé dans un monde dominé par les femmes, libre à lui/elle.

Je ne pourrais cependant pas m'empêcher de penser que, dans ce cas, nous ne vivrions pas sur la même planète.



Mais ne dit-on pas: "Plus on est de fous, plus on rit"...



Amicalement,



=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 04 février 2010

Pas de soucis L'avis de Brian. Je vous réponds rapidement car je suis en train d'écrire un billet important, mais je ne veux pas voua laisser avec le sentiment que vous m'avez blessé. je vous apprécie depuis longtemps, cela continue.

Que nous ayons un désaccord ne pose pas de problème. Simplement c'est vrai que je ne redéfinis plus automatiquement mes fondamentaux, et que je souhaitais changer de manière de faire en vous demandant d'abord votre définition avant de vous faire périr sous mon avalanche théorique construite en partie sur une expérience significative.

J'y reviendrai donc et je reste en amitié avec vous.

Écrit par : hommelibre | 04 février 2010

Au fait, avez-vous lu la deuxième partie de ce billet? Qu'en pensez-vous?

Écrit par : hommelibre | 04 février 2010

@ Hommelibre:



MERCI beaucoup-beaucoup pour votre réponse amicale! Si j'osais, je vous embrasserais! ;o)


J'ai bien lu les deux articles. En entier!


Vous posez les questions pertinentes et essentielles... Vous ouvrez les bonnes portes, quoi que vous en refermiez quelques-unes un peu vite (Aïe! Un désaccord!)... Mais pour qui me prends-je (ça se dit?) pour juger votre travail!!! ;o)


Un désaccord apparaît lorsque vous écrivez: " Au nom de l’égalité on valorise un genre plus qu’un autre. Le féminisme en est l’exemple." (vous l'aurez certainement deviné!!)

Pour vous, le balancier qui devrait tendre vers l'équilibre (Oui? Non?), est déjà allé trop loin dans l'autre sens --> un communautarisme féministe exclusif, au sens premier du terme, "éjectant" l'homme, le repoussant dans les cordes.

Pour moi, il n'a pas (encore) dépassé les bornes.

Certes, c'est vrai; la solidarité féminine écarte par définition les hommes. Et se voir mettre à part par un groupe n'est jamais agréable. Ok.

Mais, on pourrait argumenter (par l'absurde?), que les femmes subissent les mêmes discriminations lorsqu'il en va de la "solidarité masculine", des activités, des groupes "réservés" aux hommes: service militaire, clubs sportifs, sociétés masculines, etc...

Nos sociétés sont presque exclusivement basées sur les notions d'appartenance, respectivement d'exclusion... Vous le mettez parfaitement en lumière lorsque vous évoquez les notions de différences biologiques, de différences de milieux socio-économique, socio-culturel, etc...

Et cela sans entrer dans la "fameuse" notion de lutte des classes, chère à nos amis Castor et Pollux.... Oups! Engels et Marx! ;o)


Petite parenthèse, vous écrivez: "Un riche n’est pas un salaud parce qu’il est riche." 100% d'accord. Pourtant, vous ne pouvez pas faire abstraction du fait que dans une majorité de cas, la richesse ou la pauvreté sont héréditaires... Certes ce n'est pas automatique et immuable. Mais lorsque c'est le cas, il n'y a dans ce type de transmission aucune notion de mérite, de qualités morales. Pas plus qu'il y en a quand il est question des gènes.

À mettre en parralèlle avec votre avis concernant la parité: "Cela réduit la notion d’égalité à une mesure quantitative et non qualitative."

D'après moi, l'appartenance à un milieu social a plus souvent à voir avec une notion quantitative et non qualitative... ;-)

On ne choisit pas ses gènes, son genre, sa famille. On ne peut les changer.

Parenthèse fermée.


Quant à la violence engendrée par le féminisme.... pourquoi pas. Encore que personnellement, je ne trouve pas que la société soit devenue plus violente depuis l'émergence des féministes. Mais bon, c'est subjectif.

(NB: Comme vous, j'approuve les actions "vigoureuses" des Sea Shepherds!! Avec tout de même une petite gêne... Pas concernant les buts, mais sur les méthodes... Mais bon...) =:oB


Cependant, je suis 100% d'accord avec vous lorsque vous évoquez les excès qui ont été commis au nom du féminisme (Sciemment? De manière indirecte ?): primauté de la mère lorsqu'il est question de la garde des enfants, tendance à faire de l'homme l'éternel suspect, etc... Mais je ne maîtrise pas bien le sujet...

Pourtant, ces "tendances" ont elles aussi une source indéniable: je n'ai plus les chiffres en tête (y en a-t-il d'exhaustifs?), mais les violences sexuelles intra- ou extra-familiales, sont aujourd'hui encore des problématiques trop souvent tues...

C'est une thématique ô combien délicate, qui entraîne encore bien trop de victimes. Enfants abusés, parents trompés, parents injustement accusés, etc... Un flot de tragédies individuelles.


Concernant la parité, certaines féministes ont des reventications parfois radicales, j'en conviens. Mais c'est peut-être parce que l'on est encore loin de l'égalité des chances, par exemple concernant les opportunités de carrières professionnelles, politiques, etc... Dans ces cas, le balancier est bien loin de l'équilibre, non?


Ensuite:

Vous synthétisez parfaitement la problématique de l'égalité, de l'égalitarisme en utilisant une image de mathématiques analytiques (?): le "tendre vers..."

C'est la notion de l'objectif idéal (non idéologique) à atteindre. Mais qui tel l'asymptote n'atteint jamais son but. (Hélas?)


Tous les humains devraient naître libres et égaux en droit (et en devoirs)
+
Chaque être humain est unique et libre de disposer de sa vie comme il l'entend


Je l'avoue, j'ai un petit problème avec le "les devoirs" !!! Mon fond d'anarchisme (de petit occidental) voudrait que nul(le) homme/femme n'ait un pouvoir coercitif sur un(e) autre homme/femme...

Tout un programme!!!! Totalement utopiste!!! Ici, ce n'est plus une porte qui s'ouvre, mais un boulevard, donnant sur une potentialité d'excès, et de par là, d'injustices. Vous les décrivez parfaitement dans vos billets.

Une chimère qui porte en elle les germes de sa perte. Un peu comme le proverbe disant: "Lorsque l'on prononce son nom, il disparaît: le silence".


Dans l'idéal, je rêve d'un monde où les règles (ou l'absence de règles) ne seraient pas établies pas la "société", par un pouvoir extérieur, mais diffuseraient de l'individu lui-même. Une sorte de libre arbitre illuminé (de "lumières", pas de frappadingue!).

Mais ce coup-ci, c'est moi qui vis sur une autre planète...



Bon, Hommelibre, là ch'suis crevé...! Je n'ai pas votre énergie !!!


Nous aurons encore bien des occasions d'échanger nos points de vue, nos aspirations....



Passez une agréable journée.



Bien à vous.



=:oB



PS: Désolé pour ce flot de propos chaotique...! Si mon post est trop long (et il l'est!) vous pouvez l'élaguer, ou le lire sans le garder sur votre blog. No problemo!

PS bis: Je remets le lien des Pythons militants! C'est l'illustration parfaite des absurdités qu'une cause peut engendrer... :ó)))

http://www.youtube.com/watch?v=sFBOQzSk14c

Écrit par : L'avis de Brian | 04 février 2010

@ L'avis de brian

"Par patriarcat, j'entend la notion définie dans le Petit Robert: "Forme de famille fondée sur la parenté par les mâles et sur la puissance paternelle".

puissance paternelle, vous voyez une puissance paternelle où actuellement ?

"Certes, c'est vrai; la solidarité féminine écarte par définition les hommes. Et se voir mettre à part par un groupe n'est jamais agréable. Ok."

la solidarité féminine est utilisée contre les hommes.
récent exemples en parité chez renault, les nouvelles embauchées seronts coptées par des femmes, discrimination positive ça s'appelle.

"Mais, on pourrait argumenter (par l'absurde?), que les femmes subissent les mêmes discriminations lorsqu'il en va de la "solidarité masculine", des activités, des groupes "réservés" aux hommes: service militaire, clubs sportifs, sociétés masculines, etc..."

nulle discrimination positive dans les exemples ci-dessus, c'est vrai il n'y en a pas a la légion étrangére non plus.
la réalité est plus simple, c'est que physiquement, elle n'en sonts pas capables.

"Concernant la parité, certaines féministes ont des reventications parfois radicales, j'en conviens. Mais c'est peut-être parce que l'on est encore loin de l'égalité des chances, par exemple concernant les opportunités de carrières professionnelles, politiques, etc... Dans ces cas, le balancier est bien loin de l'équilibre, non?

actuellement rien n'interdit aux femmes de faire exactement les mêmes carriéres que les hommes.
beaucoup d'exemples concrets dans le site la cause des hommes de l'inexistance du plafond de verre.

"Quant à la violence engendrée par le féminisme.... pourquoi pas. Encore que personnellement, je ne trouve pas que la société soit devenue plus violente depuis l'émergence des féministes. Mais bon, c'est subjectif. "

Oh que si , et la violence dans les banlieues, notre société fonctionne sur des valeurs féminines, Big mother.

on s'inquiéte plus que les gendarmes ne fassent pas de bavures, que les voyous soient punis. comment un porteur d'autorité peut être respecté s'il n'est pas soutenu par la société.

notre société materne les voyous, les voyous sonts en manque éducatif en manque de péres normal dans une société qui dévalorise les péres.

"il me semble que l'on peut tout à fait parler de sociétés patriarcales, de modèles économiques patriarcaux, ou de modes de gouvernances patriarcalaux: c'est à dire, basé(e)s sur un (quasi) monopole masculin des outils de pouvoirs."

notre société n'est pas patriarcale c'est une démocratie, ce n'est pas parce qu'il y a plus d'homme au pouvoir quelle est patriarcale. ce n'est pas la faute des hommes
si les femmes sonts moins ambitieuses, onts moins le goût du pouvoir.

Écrit par : leclercq | 04 février 2010

@ L'avis de brian

et la violence à l'école.
à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique.
maintenant les éléves sonts protégés des méchants professeurs, Big Mother fait bien les choses, et ils n'onts plus aucune autorité sur leurs éléves !!!

dans ma boite Email hier

Cher ami,

Suite à vos messages et signatures contre la violence à l'école, nous agissons pour faire bouger l'Education nationale et faire entendre vos messages.

Lors de la réunion de notre groupe de travail sur la violence, au siège de SOS Education vendredi soir dernier, l’atmosphère était électrique. Tous les professeurs présents ont appelé, d'une seule voix, à ce que nous exigions des mesures plus fermes de la part des pouvoirs publics, pour restaurer l'autorité des professeurs, leur assurer le soutien de la hiérarchie, et obliger les proviseurs à prendre des mesures sérieuses dès les premiers signes de comportement anormal.

Le choc fut grand lundi matin quand, en arrivant à l'association, nous avons appris qu'un nouvel élève avait été passé à tabac , et envoyé à l'hôpital. Et mardi matin, encore un autre !!

Je serai cet après-midi sur BFM TV de 17 h à 18 h à ce sujet. Je vous garantis que nous allons tout faire pour faire passer votre message.

Chacun des thèmes abordés, le droit de retrait des professeurs et les violences à l’école, sera l’occasion de faire remonter les témoignages que vous nous avez fait parvenir.

Si vous n'avez pas encore donné votre avis sur les huit propositions simples de SOS Education contre la violence à l'école, merci de le faire d'urgence en cliquant ici.

Si vous n'avez pas encore reçu votre livre GRATUIT « Comment tenir sa classe », cliquez ici.

Et surtout, si vous p renez l'initiative d'écrire à votre Inspecteur, à votre Recteur ou encore au Ministre de l'Education pour demander des mesures, merci de faire parvenir un double de votre courrier à :

Aldric Boulangé
SOS Education
120 boulevard Raspail
75006 Paris

ou par courriel à aboulange@soseducation.com

Aldric Boulangé est responsable des relations institutionnelles à SOS Education. C'est lui qui rencontre les parlementaires et les responsables ministériels pour leur faire part de vos demandes.

Il est aussi responsable du groupe de travail sur la violence, auquel vous êtes invité à participer si vous le souhaitez (les réunions ont lieu à notre siège à Paris, une fois par mois).

N'hésitez pas à le contacter. Il est à votre disposition.

Bien cordialement,

Vincent Laarman
Délégué général

Pour regarder le debat en direct : Cliquer ici
Pour réagir à l'émission : Cliquer ici

Si vous n'avez pas encore donné votre avis sur les 8 mesures contre la violence, Cliquez ici
Si vous n'avez pas reçu votre livre gratuit d'Olivier Leroy sur "Comment tenir sa classe" : Cliquez ici
Si vous décidez d'écrire au ministre de l'éducation, au recteur de votre académie, envoyez nous une copie de votre lettre à SOS Éducation
Si vous n'avez pas encore signé la pétition, pour qu'enseigner redevienne un plaisir, Cliquez ici
Si vous voulez visualiser la liste des actes de violences dans les écoles : Cliquez ici

SOS Education est une association qui oeuvre à la défense de l'école. L'association mène tout type d'actions pour promouvoir une éducation de qualité, fondée sur des programmes cohérents, des méthodes d'enseignement, éprouvées, l'autorité des professeurs, la reconnaissance du travail et du mérite des enseignants, le respect de la neutralité de l'école.

SOS Education - 120 boulevard Raspail - 75006 Paris - 01 45 81 22 67 - www.soseducation.com - contact@soseducation.com
Si vous ne désirez plus recevoir notre lettre d'information, cliquez-ici

Écrit par : leclercq | 05 février 2010

Du temps du patriarcat la femme avait le pouvoir à la maison (la matriarche), l'homme avait le pouvoir dans la société (lol).
Avec la révolution industrielle est la disparition des travaux les plus inhumains soit plus de 90% des travaux a l'époque (qui employer plus de 90 % des hommes) que seules hommes pouvaient faire.
Et je me demande ou est la domination masculine quand les hommes allez a la mine travaillaient 12 heures par jours comme des bêtes, a chaque coups de pioche le risque d’un coup de grisou, voir ces amis brûlez devant soit ou être soit même mutilés,
Tous ça pour un salaire de misère, pour faire vivre sa famille, pendant ce temps la madame est a la maison en train de faire le linge, s’occuper des enfants les plus jeunes et faire a manger. Que la femme est malheureuse dans ces conditions la je suis certain qu’au fond d’elle crié une voie qui disait moi aussi je veux crevez au fond d’une mine pour un salaire de misère.
Je suis certain que les esclaves noirs américains auraient voulu avoir ce genre de dominateurs comme maître.
Les femmes se sont naturellement émancipées grâce à l’évolution technologique et ainsi elles aussi pouvaient avoir accès aux pouvoirs dans la société.
Seulement il y a un problème elle ne veut en aucun lâché son pouvoir sur le couple et la vie a la maison pire elle ne le fait que le renforcé (justice familial et compagnie).
La plupart des femmes veulent le pouvoir dans la société et dans le couple, dans la vie extérieure et dans la vie intime, avoir le pouvoir sur les deux plans et extrêmement difficile c’est pour cela qu’elles demandent à avoir des faveurs (parité par exemple).
Franchement qui voudrez de t’elle névrosé ?
A partir de la on comprends aisément pourquoi le célibat augmente, que le tourisme sexuelle explose, et que de plus en plus d'homme vont chercher leur femme dans les pays en voie de développement.

Écrit par : eko | 05 février 2010

@ leclercq & eko:


Vos commentaires sont édifiants!!! Vous tordez la réalité pour la faire correspondre avec votre vision idéologique de la société.


@ leclercq

Vous en appelez (?) au retour des châtiments corporels à l'école :"à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique.
maintenant les éléves sonts protégés des méchants professeurs, Big Mother fait bien les choses, et ils n'onts plus aucune autorité sur leurs éléves".

Vous regrettez le temps où UN instituteur (une femme n'ayant sans doute plus le droit d'enseigner, non?) pouvait frapper ses élèves??? Humaniste, je suppose? Moi qui vous prenais pour un conservateur... Vous m'apparaissez plus comme quelqu'un de rétrograde!

Vous attribuez aux femmes (sic!) les racines des violences urbaines, au manque de modèles masculins?? Non? Pourtant dans ces milieux, l'immense majorité des familles est organisé selon le modèle que vous défendez: la mère à la maison, s'occupant de l'éducation des enfants et le père à l'extérieur, grantissant les revenus financiers...

Ou alors, souhaitez-vous l'inverse??? Que la femme subvienne aux besoins familliaux et que l'homme prenne en charge l'éducation des enfants??

N'est-ce pas ce que réclament les féministes??? Il y a là comme une contradiction...



@ eko

Votre commentaire est, comment dire, tarabiscoté...

Que voulez-vous dire??? Que les hommes qui occupaient au minimum 90% des postes de travail (cols bleus ET cols blancs), 90% des postes à responsabilité dans le monde économique ou politique... bref qui avaient en mains 90% des leviers décisionnels, étaient brimés par leurs 'bonnes femmes'??

Qu'ils rentraient le soir venu à la maison, apeurés, la queue entre les jambes???

Est-ce cela que vous sous-entendez??? Bon alors, les femmes étant minoritaires dans tous les domaines, soit elles ont une intelligence infiniment supérieure à celle des hommes, soit ces derniers sont particulièrement imbéciles et impuissants.... C'est bien ça??

Ou alors désirez-vous que les rôles soient inversés?? Que les femmes occupent 90% des postes de travail (cols bleus ET cols blancs), 90% des postes à responsabilité dans le monde économique ou politique... bref qu'elles aient en mains 90% des leviers décisionnels, et soient brimées par leurs 'bons hommes'???

Un grand nombre de féministes seraient ravies à l'idée d'une telle société...


Vous semblez tous deux contre les notions de partage équitable, d'égalité de traitement ou de répartition démocratique et représentative des pouvoirs. Soit.

L'organisation de la société que vous semblez regretter existe cependant bel et bien; les Pétromonarchies du Golfe, où l'islam salafiste édicte les lois régissant la vie quotidienne, en sont les plus parfaits exemples.

Ces pays où les hommes détiennent 100% des pouvoirs, où les femmes (les enfants et les animaux) n'ont quasiment aucun droit, où la police fait régner l'ordre avec zèle, où les sevices corporels sont toujours de rigueur...

Ces pays existent... De nos jours... Et vous vous y sentiriez certainement comme des poissons dans l'eau!


Je défends un autre modèle de société... En tous points différent de celui proposé par ces régimes totalitaires et rétrogrades.



Bien à vous.



=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 06 février 2010

@ brian:


C’est assez drôle de voir comme vous interprétez mais propos comme bon vous semble et surtout de travers.


Que voulez-vous dire??? Que les hommes qui occupaient au minimum 90% des postes de travail (cols bleus ET cols blancs), 90% des postes à responsabilité dans le monde économique ou politique... bref qui avaient en mains 90% des leviers décisionnels, étaient brimés par leurs 'bonnes femmes'??


==> C'est sur que 90% des hommes a l'époque était de grand financier qui roulait sur l'or...
La plupart des hommes travaillait comme des forçats (travaux physique que les femmes ne pouvez pas effectué).
De plus vous parlez d'une élite d'homme qui dominerai les femmes mais les femmes bourgeoise/aristocrate avaient plus de pouvoir que la plupart des hommes a l'époque.

Maintenant si vous n’avez pas compris que le domaine de pouvoir de la femme était le couple/maison lors du patriarcat et le domaine de pouvoir de l'homme était l'extérieur/société alors je ne peux rien faire pour vous.



Un grand nombre de féministes seraient ravies à l'idée d'une telle société...


==> Non pour preuve elles font tous pour renforcé le pouvoir des femmes dans le couple/vie de famille, la garde alternée c'est pas pour demain, et cela parce que les féministe l'en empêche ou encore condamné les fausses accusations de viol ou autre.

Vous semblez tous deux contre les notions de partage équitable, d'égalité de traitement ou de répartition démocratique et représentative des pouvoirs. Soit.


==>Où est l'égalité de traitement lorsque quelqu'un est promu pour son genre sexuel ?
Mais si on veut allez au bout de cette logique "d'équité" (discriminations) faisons le:
Il y aurait environ 10 % d’homosexuelle, il faut qu'ils sont représentés proportionnellement à leur nombre, ensuite on fait pareille avec les croyances, puis l'origine ethnique aussi, puis sur le physique (les grands, les moyens, les petits) , puis la couleur des yeux et ainsi de suite .
Au finale les gens seront promus sur tous sauf sur leurs compétences, belles sociétés en perspective.
Si on veut arriver au sommet il faut s'en donner les moyens.



L'organisation de la société que vous semblez regretter existe cependant bel et bien; les Pétromonarchies du Golfe, où l'islam salafiste édicte les lois régissant la vie quotidienne, en sont les plus parfaits exemples.


==> C'est la totale vous donnez des propos et des idées que je n'ai nullement tenue, je ne regrette nullement le patriarcat d'ailleurs je n'ai pas connu cette époque lointaine.
Je suis probablement plus pour une société équitable que vous.

Écrit par : eko | 06 février 2010

@ l'avis de brian

"Vous en appelez (?) au retour des châtiments corporels à l'école :"à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique."

vous m'avez l'air doué pour interpréter et déformer les propos à votre convenance, systéme trés courant pour essayer de discréditer l'autre et déjà utiliser ici.

j'ai quand même écrit ça à l'origine.

"à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique.
maintenant les éléves sonts protégés des méchants professeurs"

lis bien ce site

http://www.soseducation.com

le milieu enseignant commence a en avoir ras la casquette des éléves insolents qui les insultent à longueur de journée.

"Vos commentaires sont édifiants!!! Vous tordez la réalité pour la faire correspondre avec votre vision idéologique de la société."

mais si ce que j'écris est faux prouve le, ta phrase n'est qu'un jugement péremptoire. si tu a des peaux de saussicon devant les yeux j'y peux rien, commence d'abord à les enlever ça sera un bon début.

Écrit par : leclercq | 06 février 2010

@ leclercq:


"mais si ce que j'écris est faux prouve le, ta phrase n'est qu'un jugement péremptoire." Mais avec plaisir mon p'tit chou!


Vous écrivez, à propos de la violence:

"Oh que si , et la violence dans les banlieues, notre société fonctionne sur des valeurs féminines, Big mother.

on s'inquiéte plus que les gendarmes ne fassent pas de bavures, que les voyous soient punis. comment un porteur d'autorité peut être respecté s'il n'est pas soutenu par la société.

notre société materne les voyous, les voyous sonts en manque éducatif en manque de péres normal dans une société qui dévalorise les péres."


Tellement que les voyous en question apprennent les ficelles du métier de délinquant lors de leur(s) séjour(s) en prison! Prisons qui ne sont, je vous le rappelle, jamais mixtes. Vous pouvez vous référez-vous aux travaux des criminologues français Xavier Rauffer ou Alain Bauer.

Où est "Big Mother" là dedans??? Je ne vois qu'une overdose de testostérone....


Mais avec vous c'est toujours le même problème: PAS UNE femme cheffe de gang, UNE SEULE femme à la tête du Ministère de l'Intérieur français depuis sa création, PAS UNE femme préfet de police de la République de toute son histoire, etc..., etc...


Je vous oppose encore et encore la même contradiction: vous parlez de "Big Mother", pourtant les femmes sont archi-minoritaires dans tous les domaines décisionnels.... Donc soit elles ont une intelligence infiniment supérieure à celle des hommes, soit ces derniers sont particulièrement imbéciles et impuissants, puisqu'ils se font selon vous dominer par un non-pouvoir.


D'après vous je déforme vos propos... et bien saisissez la perche que je vous tends pour précisez vos prises de positions:

*** Regrettez-vous oui ou non la contrainte phisique, les châtiments corporels à l'école??

"et la violence à l'école.
à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique.
maintenant les éléves sonts protégés des méchants professeurs, Big Mother fait bien les choses, et ils n'onts plus aucune autorité sur leurs éléves"


*** Trouvez-vous la société de "Big Mother post 1968" plus violente que celle du siècle dernier, et de ses exécussions, ses pogrommes, ses attentats... et ses deux guerres mondiales??? (J'en profite pour préciser que les violences de "banlieues" existent depuis qu'il y a des banlieues, des quartiers périphériques... L'Angleterre, l'Allemagne ou les États-Unis pré-industriels connaissaient également le phénomène des bandes de "voyous"...)

"Oh que si , et la violence dans les banlieues, notre société fonctionne sur des valeurs féminines, Big mother.

on s'inquiéte plus que les gendarmes ne fassent pas de bavures, que les voyous soient punis. comment un porteur d'autorité peut être respecté s'il n'est pas soutenu par la société.

notre société materne les voyous, les voyous sonts en manque éducatif en manque de péres normal dans une société qui dévalorise les péres."


*** Êtes-vous pour que la police puisse tirer sans sommations??

"on s'inquiéte plus que les gendarmes ne fassent pas de bavures, que les voyous soient punis. comment un porteur d'autorité peut être respecté s'il n'est pas soutenu par la société."


*** Quelle devrait être la place de la femme dans nos société? Doit-elle tenir le ménage et prendre en charge l'éducation des enfants? Ou doit-elle laisser ces tâches aux hommes exclusivement? Quelle(s) "fonction(s)" autorisez-vous aux femmes célibataires et sans enfants?


*** Etc... etc...



Vous pourriez en profiter pour me dire ce que vous pensez du modèle sociétal proposé par les Pétromonarchies du Golfe, régies par un islam salafiste...



Quant à vos "peaux de saucissons" vous pouvez vous les garder!!! J'ai déjà assez à bouffer avec toutes vos salades!


Bien à toi,


Ton Brian.


=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 07 février 2010

@ l'avis de brian

"Tellement que les voyous en question apprennent les ficelles du métier de délinquant lors de leur(s) séjour(s) en prison! Prisons qui ne sont, je vous le rappelle, jamais mixtes. Vous pouvez vous référez-vous aux travaux des criminologues français Xavier Rauffer ou Alain Bauer."

évidement qu'il y a des voyous en prison encore heureux, les voyous sonts des enfants en manque éducatif en manque de péres.

http://www.uniondesfamilles.org/absence_du_pere.htmL

ta réponse est à coté du sujet, les policiers si possible ne doivent pas poursuivre les voyous, si le voyou se fout en l'air il peut être inculpé d'homicide involontaire, alors tu vois on en est loin d'être au stade de leur tirer dessus. ex récent woippy, 3 voyous sur un scooter volé sans casque, ils se foutent en l'air, on mets les policiers en garde à vue.
et il y a même une marche pour leur rendre hommage, sous entendu les policiers sonts fautifs mais de quoi on ne sait pas. bien sur quelques copains profitent pour détruire un peu, c'est presque devenu normal.
et aprés on envoie Fadela Amara apaisser les tensions.
alors si ces attitudes là de l'état ce n'est pas materner des voyous c'est quoi.
elle a été incapable de leur dire que les destructions qu'ils avaient faites étaient inadmissibles et devaiennt êtrent sanctionnées.
elles vient les apaisser comme une bonne mére qui défends ses petits.
aprés

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@ l'avis de brian

"Mais avec vous c'est toujours le même problème: PAS UNE femme cheffe de gang, UNE SEULE femme à la tête du Ministère de l'Intérieur français depuis sa création, PAS UNE femme préfet de police de la République de toute son histoire, etc..., etc..."

c'est pas parce qu'il n'y a pas de femmes à ces postes là que nous sommes dans une société patriarcale.

le cerveau féminin est différent de celui de l'homme l'homme a soixante fois plus de testostérone, les aptitudes féminines et masculines sonts différentes.
oui c'est vrai on subit un bourrage de crâne féministes depuis des années pour essayer de nous faire croire le contraire croire qu'il y a indifférentiation des hommes et des femmes.
les femmes onts moins le goût du pouvoir que les hommes,
elles sonts peu nombreuses dans ces postes de direction c'est d'abord que ça les intéresse peu.

http://www.science.ca/scientists/scientistprofile.php?pID=10&pg=1&-table=activities&-action=list&-cursor=0&-skip=0&-limit=30&-mode=list&-lang=fr

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@ l'avis de brian

"et la violence à l'école.
à une époque les instituteurs éduquaient sous la contrainte. violence physique.
maintenant les éléves sonts protégés des méchants professeurs, Big Mother fait bien les choses, et ils n'onts plus aucune autorité sur leurs éléves"

http://www.soseducation.com

PETITION : pour qu'enseigner, redevienne un plaisir...

"- restaurer le prestige et l'autorité des professeurs, notamment en leur rendant le dernier mot sur les redoublements, le pouvoir d'exclure les élèves de leurs cours sans avoir à se justifier, et un pouvoir décisif lors des exclusions définitives ? "

- les problèmes de discipline et de violence, ainsi que les réticences fréquentes de la hiérarchie à prendre ses responsabilités ;

- la présence de certains élèves qui ne veulent pas être là, qui nous méprisent, et dont les parents n'assurent pas le strict minimum indispensable de l'éducation à la maison.

tu vois ce qui est là c'est pas moi qui l'invente ce sonts des profs qui en onts ras le bol des enfants maternés par leur hiérarchie qui a des directives de l'état maternant, BIB MOTHER suivant michel Schneider.
maternés par les parents.

dans l'exemple ci-aprés le professeur a donné une gifle à une éléve, et bien ça ne s'appelle pas un chatiment corporel, ça s'appelle laver l'affront.
un éléve n'est pas à égalité avec ses éléves il ne faudrait pas l'oublier, il est éducateur il a une fonction d'autorité.

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-symbolique-du-pere-l-autorite-l-41717

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@ l'avis de brian

"*** Quelle devrait être la place de la femme dans nos société? Doit-elle tenir le ménage et prendre en charge l'éducation des enfants? Ou doit-elle laisser ces tâches aux hommes exclusivement? Quelle(s) "fonction(s)" autorisez-vous aux femmes célibataires et sans enfants?

donc si des femmes sonts peu nombreuses à vouloir être dans des postes importants, ça serait de la faute des hommes et ça sous entendraient que les hommes veulent les cantonner à l'éducation des enfants et aux taches ménagéres.

on voit bien là de purs raisonnement extrémistes féministes, c'est tout le temps de la faute des hommes. c'est simple comme ça.

tiens une saine lecture pour toi

http://www.communautarisme.net/Violences-dans-les-banlieues-regarder-la-realite-en-face_a646.html

http://www.passereve.com/journal/PDF/machos.pdf

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2008/02/23/01006-20080223ARTFIG00089-l-homme-est-l-avenir-de-la-femme.php

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@ l'avis de brian

"r pour Schneider, les «sauvageons» de la banlieue ont besoin d'intégration économique, pas de la lancinante plainte médiatique qui les pose en victimes."

à méditer

http://www.lexpress.fr/culture/livre/big-mother_810294.html

par rapport au "drame de woissy" trouvé sur un forum, le point je crois, un journal qui censure encore pas trop.

"@ Kavia, Hervé, Robes, Annee-May
samedi 9 janvier | 17:45
Il y a 40 ans dans un lycée de "durs", on mettait des pions de 2 m x 120 kg et s'ils foutaient une volée aux gamins, le directeur (c'est aussi son rôle) arrangeait les choses. Et en général, le père à la maison, il doublait la mise. Et si les flics parfois en rajoutaient ce n'était pas trop méchant. Au nom d'une société de "droit", nos juristes (qui ont ainsi résolu leurs risques de chomedu) se sont réfugiés dans le "texte", oubliant que celui-ci ne servait qu'à combler les cas d'insuffisance du bon sens et de la civilité. Autant il faut blâmer des parents, des flics ou des pions qui amocheraient un gamin de 18 ans, timide, chétif et souffreteux autant il faut les féliciter de foutre une bonne volée à un balaise de 16 ans qui joue les caïds. Beaucoup moins grave mais "exemplaire", "

"Attaquer les pompiers, brûler la voiture de son voisin, ou tuer ce dernier comme par inadvertance, - « sans le faire exprès » diront certains -, incendier des magasins, des écoles, des gymnases du quartier où l’on habite, arrêter des bus pour y déverser de l’essence et y mettre le feu devant des passagers affolés... Face à de tels actes sauvages, la condamnation claire et la nécessité urgente d’un retour à l’ordre ne se discutent pas. C’est le préalable à tout débat sensé sur la question. "

http://www.communautarisme.net/Violences-dans-les-banlieues-regarder-la-realite-en-face_a646.html

notre bonne société maternante est devenue incapable de condammer de tels actes.

http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/article-31512256.html

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@l'avis de brian

"PAS UNE femme cheffe de gang,"

les femmes prennent le pouvoir dans la mafia

http://ichir.net/?p=2865

pas de femmes chef de gang tu disais !!!!

La femme qui aimait les hommes

http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=6&srid=63&ida=9045

tu en a de la chance, je t'ai donné de la lecture intéressante, tu finira peut-être par enlever les peaux de saucc que tu a devant les yeux.

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

@ l'avis de brian.

les gemdarmes sonts bien loin de tirer aprés les voyous !!!!

"Jurisprudence de la Cour de cassation chambre criminelle en date du mardi 23 mars 2004 (N° de pourvoi : 03-82852). Dans ses conclusions, celle-ci justifie la décision de la Cour d'appel d'Orléans, chambre correctionnelle, en date du 1er avril 2003, « qui, après avoir écarté l'application de l'article 122-4 du Code pénal, déclare coupable d'homicide involontaire un gendarme qui, en adaptant sa conduite automobile à celle particulièrement dangereuse de la conductrice poursuivie, a pris un risque disproportionné à l'obligation de mettre fin aux infractions constatées."

"En France, les consignes en matière de police répressive sont d'éviter les courses-poursuites - si les conséquences semblent disproportionnées par rapport à l'infraction commise -. Un principe qui est enseigné dans toutes les écoles de la police nationale,"

" Quant aux "municipaux" de Woippy, il est clair qu'il n'ont pas su anticiper le danger qu'ils faisaient courir aux trois jeunes (non casqués) et même à la population de la commune en engageant cette course poursuite sur 800 mètres avec gyro et sirène jusque dans un sens interdit !

donc comme ce sonts des voyous capables de tout, il vaux mieux pas les poursuivre sinon ça sera la faute à la police,
sympa, la hiérarchie des policiers, ils onts mêmes des directives, pour faire les planches pourries. sympa l'état protecteur des voyous.

résultat en France, ils ne peuvent plus rien faire contre les voyous puisque ce sonts des victimes dument protégées.
et pour prouver leur éfficacité faire du chiffre, des milliers de garde à vue musclées sur d'honnêtes citoyens.

Écrit par : leclercq | 07 février 2010

"Je défends un autre modèle de société.."

...raciste?

Bon vous ne riez plus! Donc les lignes qui suivent sont à prendre au sérieux:

"Mais peut-être est-ce là une nouvelle illustration du 'politiquement correct'.... il ne manquerait plus qu'on interdise le fait de traiter un homosexuel de "suceur de noeuds", un africain de "Nègre", ou un israélite de "Youpin"....


youpin

1. (Injurieux) Mot historiquement utilisé par les racistes, les antisémites, pour désigner les juifs.

Tantôt antisémite, tantôt pas?! L'avis de Brian alias Dè Hène!

"Pourtant je vous ai dit que j'avais eu envie de vous protéger, lorsque vous vous étiez rétrouvée "en minorité" sur la plaine de Plainpalais! Mais comment aurais-je pu être totalement en adéquation avec la lettre dans laquelle vous traitiez la gauche dans son ensemble d'antisémite!! Comment vous pouvez affirmer des choses pareilles? Vous croyez vraiment que tous les gens 'de gauche' de Genève sont allés applaudir ce malade de Dieudonné lors de son spectacle?! MOI je n'y était pas! Pas plus qu'à la manif 'racists go home' de ces *@% ! de SolidaritéS! Et que je sache, c'est bien Christian BRUNIER, député socialiste, qui a essayé d'envoyer ballader l'autre abruti, NON? Pourquoi vous jugez les gens sans leurs laisser la possibilité de s'expliquer? (...)

Je remercie d'avance HL pour me permettre ce HS:

"....Parce que je vous ai dit que je n'était pas toujours 100% d'accord avec vos 'courriers des lecteurs'?"

Indubitablement vous m'avez prise pour une autre, ne m'étant jamais manifestée dans le "Courrier des lecteurs", et ne me suis jamais retrouvée "en minorité" nulle part et encore moins à Plainpalais!?

Juste de passage!

Écrit par : Patoucha | 07 février 2010

@ Patoucha:


Ne vous faites pas plus bête que vous êtes!!

Je comprends parfaitement que l'ironie et le deuxième degré vous passe largement au-dessus de la tête...

Quant à me traiter de "raciste"...!!! MDR !!! Avec vous c'est toujours les mêmes méthodes nauséabondes: la calomnie et la diffamation.... Mais venant d'une "Madame Foldingue", cela ne me fait ni chaud ni froid.

Il n'y a que comme ça que vous semblez prendre votre pied...

Lorsque j'écris "Je défends un autre modèle de société...", je parle d'un idéal sociétal égalitaire, démocratique et laïque, en aucun cas basé sur des préceptes traditionnels/religieux ou des discriminations liées aux notions de sexe, de race (notion qui d'ailleurs n'existe pas!), de croyances, d'opinions , d'orientations sexuelles, etc.... bref, "en tous points différent de celui proposé par ces régimes totalitaires et rétrogrades" que sont les théocrato-monarchies du Golfe.

C'est sûr que pour une grenouille de bénitier comme vous, une telle société doit être une perspective cauchemardesque.


Bien à vous!


=:oB


PS: Ironie et deuxième degré mis à part, je suis sincèrement désolé de vous avoir pris pour une autre... J'aurais dû me rendre compte à travers vos prises de positions que vous n'étiez pas celle que je croyais... Toutes mes excuses de vous avoir harcelée pour cette raison. À l'avenir, je ne recommencerai que pour des raisons purement factuelles...

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

@ leclercq:


"ta réponse est à coté du sujet"... Là, c'est l'hôpital qui se fout de la charité!!!

Moi au moins j'essaie de suivre votre raisonement décousu, d'y opposer des arguments et d'exposer mon point de vue.

Par contre en ce qui vous concerne, vous n'êtes pas capable d'expliquer clairement quel type de société vous préconisez... je vous repose donc pour la nième fois ces questions:

*** Regrettez-vous oui ou non la contrainte phisique, les châtiments corporels à l'école?? (Pour ma part: non)

*** Souhaitez-vous que les policiers soient au-dessus des lois et puissent avoir recours à la violence physique sans contrepartie?? (Pour ma part: non, la loi devrait être la même pour tous... Pas de passe-droit.)

*** Quelle place réservez-vous aux femmes dans nos sociétés?? (Pour ma part: "ma" société idéale serait une société dans laquelle les leviers de pouvoir ne seraient pas monopolisés par un genre, une ethnie, un groupe idéologique, etc. mais répartis de manière représentative et équitable. Certes, un tel schéma d'organisation serait plus compliqué, mais il aurait le mérite de responsabiliser les minorités au lieu de les exclure...)


Vous constaterez que j'ai signalé les questions par trois astérisques, pour que vous ne les loupiez pas! Et j'ai indiqué pour chacune des questions quelle serait ma réponse, pour que vous puissiez comparer.



Courage! Je suis certain que vous êtes capable de faire ce petit exercice...



=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

@ leclercq:


Sympa tous ces liens/articles... Dommage que je ne sache pas lire... Les instituteurs qui m'ont appris à lire étaient presque tous des femmes... Donc laxistes et incompétentes... C'est pas ça??

Par contre en ce qui vous concerne, votre instituteur/trice n'a pas suffisamment dû avoir recours aux châtiments corporels pour vous inculquer les notions d'orthographe et de syntaxe élémentaires...

Vous n'êtes pas foutu de composer une phrase sans faire une à deux fautes d'orthographe ou de ponctuation...

Au lieu des nous bassiner avec des faits divers anecdotiques, vous feriez mieux de passer d'avantage de temps à vérifier que ce que vous écrivez est bien français.


Cent renqu'une!


=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

@ leclercq:


"ta réponse est à coté du sujet" + "les femmes prennent le pouvoir dans la mafia"

Il faut savoir:

- Lorsque je mentionne les dictatEURS de part le monde vous me 'répondez':

"eh alors, quel rapport entre la france où la suisse avec ces dictatures.
nous ne pouvons pas influencer le systéme de fonctionnement de ces pays"

- Dans votre commentaire suivant vous parlez des banlieues françaises... J'aurais pu vous rétorquer :"Quel rapport avec la suisse et la situation des banlieues chez nous?!?"... Mais dans ma grande clémence, je me suis abstenu, et pour tenter de suivre votre raisonnement, j'ai évoqué les gangs de délinquants dans ces mêmes banlieues française... Ce à quoi vous répondez maintenant:

"les femmes prennent le pouvoir dans la mafia"...


Qui vous parle des mafias italiennes?!?

Vous ne seriez pas un peu demeuré?!? Est-ce héréditaire?!? Ou cela vient-il de votre éducation?!?


Mais bon, si vous voulez parler des mafiEUSES.... Je suis tenté de vous répondre que l'irruption de femmes parmi les "boss" de clans mafieux et le meilleur exemple pour prouver que MÊME CHEZ LES DERNIERS DES CONS (les mafieux), la notion d'égalité, de partage des tâches, fait son chemin...

Cela prouve qu'il y a de l'espoir.... même pour vous!


Mais peut-être allez-vous me répondre que la mafia, "c'était mieux avant", lorsqu'il n'y avait que des hommes...


Comprenne qui pourra...



=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

L'irruption de femmes parmi les "boss" de clans mafieux EST le meilleur exemple pour prouver que MÊME CHEZ LES DERNIERS DES CONS (les mafieux), la notion d'égalité, de partage des tâches, fait son chemin...

Cela prouve qu'il y a de l'espoir.... même pour vous!


=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

@ l'avis de brian

"*** Regrettez-vous oui ou non la contrainte phisique, les châtiments corporels à l'école?? (Pour ma part: non)

"physique" ,je vois que tu fais des fautes de frappe, et bien tu vois moi aussi, j'avoue que je ne relis pas !!!

je ne suis pas pour la contrainte physique nis les chatiments corporels, mais je suis pour une école où les éléves ne soient pas traités en enfants rois, en égaux des professeurs, ils doivent le espect aux professeurs, et quand ils fautent ils doivent être punis, heure de colle !!!
et je soutient tout à fait un professeur qui donne une gifle a un éléve qui lui manque de respect.

"*** Souhaitez-vous que les policiers soient au-dessus des lois et puissent avoir recours à la violence physique sans contrepartie?? (Pour ma part: non, la loi devrait être la même pour tous... Pas de passe-droit.)"

je suis pour que les gendarmes foutent quelques baffes a un jeune caïd, ça lui inculpera le respect de l'autorité et lui remettra les idées en place, et la loi ne doit pas être maternante comme actuellement, empêcher les policiers de faire leur travail, (genre les inculper d'homicide involotaire, quand un poursuivi se fout en l'air tout seul).
actuellement les voyous fonts des dégradations inacceptables, mais ils ne faut surtout pas les toucher ces pauvres chéris, les gendarmes onts même le droit de se faire tirer dessus sans broncher !!!!
ils risquent pas de s'amuser à faire la même chose en algérie là c'est l'excés inverse, les policiers leur tirent dessus à balles réelles.

Écrit par : leclercq | 08 février 2010

@ l'avis de brian

"*** Quelle place réservez-vous aux femmes dans nos sociétés?? (Pour ma part: "ma" société idéale serait une société dans laquelle les leviers de pouvoir ne seraient pas monopolisés par un genre, une ethnie, un groupe idéologique, etc. mais répartis de manière représentative et équitable. Certes, un tel schéma d'organisation serait plus compliqué, mais il aurait le mérite de responsabiliser les minorités au lieu de les exclure...)"

mais actuellement aucun genre ne monopolise les leviers du pouvoir au cas où ne t'en serais pas rendu compte !!!
équitable = parité il n'y a rien de plus anti-démocratique que la parité, mais tu n'a pas l'air de bien t'en rendre compte.
c'est un trés bon moyen pour mettre en place des incompétentes.

"Au lieu des nous bassiner avec des faits divers anecdotiques"
Oh que non qu'ils ne sonts pas anecdotiques ils sonts au contraire trés révélateurs.

"j'ai évoqué les gangs de délinquants dans ces mêmes banlieues française..."

vous n'avez jamais écrit cette phrase vous êtes un menteur !!! mais celle là

PAS UNE femme cheffe de gang

donc c'est normal que je cite les mafias italiennes.

"- Lorsque je mentionne les dictatEURS de part le monde vous me 'répondez':

"eh alors, quel rapport entre la france où la suisse avec ces dictatures.
nous ne pouvons pas influencer le systéme de fonctionnement de ces pays"

- Dans votre commentaire suivant vous parlez des banlieues françaises... J'aurais pu vous rétorquer :"Quel rapport avec la suisse et la situation des banlieues chez nous?!?"...

tiens donc on joue son Audrey pour discréditer l'autre. fonctionnement malhonnête monsieur.

"Vous ne seriez pas un peu demeuré?!? Est-ce héréditaire?!? Ou cela vient-il de votre éducation?!?"

et en plus on m'insulte, on perd son sang froid, c'est pas joli joli ça comme attitude !!!!!

"
Mais bon, si vous voulez parler des mafiEUSES.... Je suis tenté de vous répondre que l'irruption de femmes parmi les "boss" de clans mafieux et le meilleur exemple pour prouver que MÊME CHEZ LES DERNIERS DES CONS (les mafieux), la notion d'égalité, de partage des tâches, fait son chemin..."

la notion d'égalité et de partage des taches il y a longtemps quelle a fait son chemin, mon coco, je vois que tu en est encore à croire les mensonges des enquêtes pseudo-scientifiques des féministes, tu est bien naïf, être naïf comme ça et se permettre de donner des leçons.
franchement t'est un drôle de plaisantin. ça ressemble à un pitre de service.

Écrit par : leclercq | 08 février 2010

@ L'avis de brian

""eh alors, quel rapport entre la france où la suisse avec ces dictatures."

j'ai parlé de la france et de la suisse, uniquement parce que le site hébergeur est suite.

excuse moi d'avoir oublié la suisse dans les problémes de banlieue, d'ailleurs sur ce même bloc, il y en a qui onts dit qu'il fallait aussi parler de problémes dans les banlieues suisses dans un forum sur les banlieues françaises.

"ta réponse est à coté du sujet" + "les femmes prennent le pouvoir dans la mafia"

Oh que non ma réponse n'est pas à coté du sujet, tu affirme qu'il n'y a pas de femmes chef de gang je te prouve le contraire, monsieur n'admets pas, monsieur est mauvais joueur, monsieur est incapable de reconnaitre quand il a tort.

"PAS UNE femme cheffe de gang,"

les femmes prennent le pouvoir dans la mafia

http://ichir.net/?p=2865

pas de femmes chef de gang tu disais !!!!

""*** Quelle devrait être la place de la femme dans nos société? Doit-elle tenir le ménage et prendre en charge l'éducation des enfants? Ou doit-elle laisser ces tâches aux hommes exclusivement? Quelle(s) "fonction(s)" autorisez-vous aux femmes célibataires et sans enfants? "

mais cher monsieur toutes les fonctions quelles sonts capables d'effectuer si possible avec compétences.

cher monsieur les aptitudes des hommes et des femmes sonts différentes, ça ne sous-entend nullement que les femmes doivent se cantonner, à l'éducation des enfants et aux taches ménagéres.

"*** Souhaitez-vous que les policiers soient au-dessus des lois et puissent avoir recours à la violence physique sans contrepartie?? (Pour ma part: non, la loi devrait être la même pour tous... Pas de passe-droit.)

les policiers ne sonts pas au-dessus des lois, ils sonts soumis à des directives. donts j'estime quelle les fait trop fonctionner sur le fil du rasoir
donc qui doivent changer.
et ce sonts eux qui fonts appliquer la loi. actuellement la loi protége les voyous et inculpe des policiers.

pas de passe droit actuellement les passe droit ce sonts le voyous qui les onts.
ils peuvent se permettre de tirer sur des policiers de passer à tabac des policiers, qu'ils ne s'avissent pas eux à faire la même chose !!!!
la loi doit effectivement être la même pour tous.

dernier faits divers un braqueur a été passeé à tabac par les témoins du braquage, voilà par paralysie des forces de l'ordre, la population va en arriver à faire justice elle même, ça s'appelle l'anarchie.
parce que les petites gens commencent à en avoir ras la casquette que leur voitures soient brulées et des policiers impuissants à coté.

les petites gens les utopistes et doux rêveurs comme toi ça les fait rigoler.

Écrit par : leclercq | 08 février 2010

@ leclercq:


Les braqueurs, les malfrats, les incendiaires, etc., etc., sont SCIEMMENT hors la loi... Ils ont décidé de violer la loi, ils s'exposent donc à en subir les conséquences: ils sont arrêtés, jugés et le cas échéant condamnés!

Les policiers "sont" la loi, ils ont choisi de la représenter, d'en être garant... Ils ne peuvent de ce fait pas la violer... Ils deviendraient alors eux-même des hors-la-loi! C'est le principe fondamental de la démocratie. Pas de tirs aux lapins! Même si ça peut te faire mal au cul!

D'ailleurs, si vous trouvez les lois trop laxistes, plaignez-vous en auprès des pouvoirs législatifs en question (suisses, français... comme vous voudrez!)!

Pouvoirs législatifs qui sont en Suisse (au niveau fédéral comme cantonal) ainsi qu'en France MAJORITAIREMENT (= à plus de 50%) à droite. Et toujours composés d'hommes à une écrasante majorité...


Pas de "Big Sister" en vue... (le pendant féminin de "Big Brother" n'est pas "Big Mother" comme vous l'écrivez...)


Je préfère être un utopiste, un doux rêveur plutôt qu'un démagogue poujadiste...



Au fait, avez-vous lu mon autre commentaire?:


" Par contre en ce qui vous concerne, votre instituteur/trice n'a pas suffisamment dû avoir recours aux châtiments corporels pour vous inculquer les notions d'orthographe et de syntaxe élémentaires...

Vous n'êtes pas foutu de composer une phrase sans faire une à deux fautes d'orthographe ou de ponctuation...

Au lieu des nous bassiner avec des faits divers anecdotiques, vous feriez mieux de passer d'avantage de temps à vérifier que ce que vous écrivez est bien français. "


T'en penses quoi??? Tu vas faire des efforts???


Voici un lien qui pourra t'être utile, si c'est trop difficile d'ouvrir un dictionnaire: http://fr.wiktionary.org/wiki/Wiktionnaire:Page_d%27accueil



=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 08 février 2010

@ l'avis de brian

"Les braqueurs, les malfrats, les incendiaires, etc., etc., sont SCIEMMENT hors la loi... Ils ont décidé de violer la loi, ils s'exposent donc à en subir les conséquences: ils sont arrêtés, jugés et le cas échéant condamnés! "

Ah parce que les voyous dans les banlieues, qui brulent des voitures cassent, tu t'imagine qu'ils sonts arrêtés tu rêve.

Oh que si BIG MOTHER
"e Père est en déroute. Le Droit et la Loi vacillent. Situation impensable sous de Gaulle. Autoritaire, paternaliste, soit. Mais un homme qui ne badinait pas avec l'autorité de l'Etat. Depuis, ses successeurs ne ratent pas une occasion de se montrer au chevet de la France souffrante, de tendre les bras, avec une compassion émue, vers le peuple. L'écoute est, selon Schneider, devenue un maître mot. L'homme politique ne fonde plus ses décisions dans l'intérêt du pays, mais dans l'intention de se faire aimer. Après avoir été traitée de gueuse par l'extrême droite, la République est devenue cette Big Mother, qui fait écho au Big Brother de 1984 d'Orwell, cette grosse mère dont chacun attendrait qu'elle lui évite d'affronter «le désir et la mort, l'incertain et la solitude». Explosion des minima sociaux et demande massive d'assistanat, Education nationale palliant les tâches de la famille défaillante, sans compter l'inévitable cellule psychologique qui répare tout trauma par la magie d'un verbe immédiat: autant de symptômes d'un transfert qui ferait tout attendre, la récompense et la sanction, d'un Etat hypertrophié. Or pour Schneider, les «sauvageons» de la banlieue ont besoin d'intégration économique, pas de la lancinante plainte médiatique qui les pose en victimes."

les lois ne sonts plus respectées, et laxistes, il n'y a plus de bon sens.

il y a trois instances porteuses d'autorité, les péres, les enseignants, les gendarmes.

les trois doivent se soutenir mutuelement, ce qui n'est plus le cas actuellement
les familles sonts devenues maternantes, avec le nouveau pouvoir des méres, soutenant par l'état mémére, des lois onts été votées en conséquence, elles soutiennent leur rejeton becs et ongles, sapent l'autorité des enseignants,
les trainent même en justice, quand aprés avoir été insulté, un enseignant lave l'insulte avec une bonne gifle, allons donc ça serait de la violence physique.
les gendarmes ne sonts pas mieux lotis, ils se retrouvent comdammés pour homicide involontaire, quand in poursuivi se fout en l'air, c'est du grand n'importe quoi.

"Pouvoirs législatifs qui sont en Suisse (au niveau fédéral comme cantonal) ainsi qu'en France MAJORITAIREMENT (= à plus de 50%) à droite. Et toujours composés d'hommes à une écrasante majorité..."

et justice familiale majoritairement composée de femmes, vue la misandrie qui y régne, la justice n'y a rien gagné, dans ce coup là.

"Pas de tirs aux lapins! Même si ça peut te faire mal au cul! "

elle en est loin la police de faire du tir aux lapins, ce sonts plutôt eux qui se fonts tirer dessus en devant rester impassibles, voir les émeutes de 2005.

"Je préfère être un utopiste, un doux rêveur plutôt qu'un démagogue poujadiste..."

je vois surtout la trite réalité en face au contraire de toi, qui voit un patriarcat ommipotent, où il n'y en a plus l'ombre d'un.

Écrit par : leclercq | 09 février 2010

Les commentaires sont fermés.