Pour Paula et Blondesen

La Tribune d’hier, sous la plume d’Eric Budry, publie en page 16 un nouvel article sur Paula, menacée d’expulsion. J’y reviens aussi.

Paula.jpgDans mon précédent billet, un internaute a analysé juridiquement la situation de Paula. Sa démonstration laisse peu de chances à une solution. Mais je me suis attaché à l’histoire de Paula, parce que c’est une femme qui s’est intégrée, bosseuse, positive, et qui aide Blondesen dans sa maladie depuis un an. Ce n’est pas rationnel, mais c’est ainsi.

Je cite deux extraits de l’article:

«C’est dans une chambre de l’Hôpital cantonal que Paula Souza Domingos explique son entretien du 4 janvier à l’Office cantonal de la population. Une rencontre organisée pour préparer son expulsion. Car son intégration, son attachement à sa sœur jumelle Flavia – qui vit également ici – ou la demande de régularisation de son employeur (un EMS) n’auront rien changé (lire nos éditions du 18 décembre). Les autorités lui laissent jusqu’au 31 mars pour quitter le pays.

Si l’interview se déroule dans cet environnement hospitalier, ce n’est pas parce qu’elle est elle-même infirmière de formation. C’est que Pierre Amann, son grand-père adoptif, celui qui se bat pour qu’elle puisse rester, est gravement atteint dans sa santé. Et qu’il a voulu malgré tout être là pour témoigner une nouvelle fois.
...

En dépit de l’émotion suscitée par son cas, la position des autorités fédérales n’a pas bougé d’un iota. «J’ai rencontré le 4 janvier un homme très aimable à l’Office cantonal de la population, explique Paula, mais je sentais bien qu’il ne pouvait rien faire. Il avait des ordres de Berne. » Tout ce qu’elle a pu obtenir est un report de son départ du 16 février au 31 mars.»


Les permis B sont délivrés au compte-goutte, et en général dans des cas plus extrêmes que celui de Paula. Pourtant si elle part son employeur devra engager une autre personne étrangère faute de personnel hospitalier en suffisance. De plus, on sait que séparer de force des vraies jumelles peut créer un vrai traumatisme.

Alors je ne sais pas ce qui peut être fait, mais il faut relancer l’appel. On peut toujours signer la pétition ici. Et toute suggestion est bienvenue.

En ce qui concerne Blondesen, alias Per Amann, il parle par écrit et lutte jour après jour contre la maladie. Pas de plainte: de la dignité dans sa situation. Alors, si vous avez de la place pour garder une pensée pour lui, il en sera reconnaissant. Difficile d’en dire plus, mais qu’il sache que nous sommes nombreux à penser à lui.




PS: Otages suisses en Libye: ils sont retenus depuis 555 jours.

désert113.jpg

Catégories : Politique 13 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Dans son dernier billet, Per en appelle à Isabel Rochat et Evelyne Widmer-Schlumpf... Sans doute est-ce une opportunité. Ecrivons par dizaines, si possible plus à ces deux dames pour leur dire que nous autres citoyens disons NON.

  • J'espère que vous allez mieux, Homme libre. J'adresse mes meilleures pensées à Per, Pierre, alias Blondesen. Big kissou.

  • Merci Kissa. Pas encore, deuxième étape jeudi. J'en parlerai mercredi.

  • Cette affaire est vraiment absurde!
    C'est Kafka chez le Roi Ubu!
    Justement, si l'EMS doit de toutes façons engager une étrangère, alors pourquoi pas Paula?
    L'EMS a demandé, il me semble, les papiers nécessaires pour Paula. Quel est donc le motif de refus?
    Faut-il être Français/Frontalier/ressortissant de l'UE pour travailler dans un EMS?

  • Merci hommelibre :-)

    Semblerait que la demande ait été classée irrecevable, mais il reste un espoir de ce côté justement.

    Pour avoir vu Paula aux côtés de Per, c'est effectivement assez déchirant qu'on puisse lui refuser une place ici. Elle a également toujours été à ses côtés il y a bientôt dix ans lors de son cancer du poumon. Elle est admirable, vraiment.
    De plus, elle a toute sa famille ici.

    L'idée de Déblogueur semble bonne, pourquoi pas les inonder de mail ou lettre de soutien?

    Bien à vous

    :-B

  • Une pensée pour Blondesen qui nous manque tant ... Bien à vous, Hommelibre!

  • J'ai récemment publié "les Clandestins de ma grand-mère", une histoire semblable et romancée sur le modèle de celle de Blondesen et de Paula. Comment une vieille dame qui refuse de finir dans un EMS est prise en charge par des clandestins colombiens vivant à Genève, certains seront renvoyés, d'autres pourront rester avec autorisation de séjour en qualité de garde-malade. Résultat d' un an d'enquête à Genève de témoignages vrais et poignants.
    Ce que je propose est une conférence autour de cette thématique, que fait-on des clandestins qui oeuvrent 5 et 10 ans en Suisse et dont on a besoin ? Quand cesserons-nous l'hypocrisie. Ceci pourrait se dérouler à la librairie du Boulevard, ils sont d'accord sur le principe. La conférence pourrait se baser sur le cas de Paula en s'appuyant sur l'enquête du livre Les clandestins et inviter plusieurs intervenants autour de cette problématique. Où est Blondesen ? je peux lui remettre un ouvrage et si nous sommes tous d'accord, j'organise ceci rapidement avec conférence de presse et tutti quanti à la librairie du Boulevard. Est-ce une bonne idée ? Qui peut m'aider à organiser cela ? Nous pourrions nous y mettre à plusieurs. Merci de vous annoncer. Compte tenu du court délai pour Paula, il faudrait s'y mettre assez rapidement et interpeller de manière plus large les politiciens sur l'angle mort du rétroviseur- A savoir les clandestins de Genève. Ils sont 12'000 à trimer pour nous !!! voilà la réalité genevoise.
    http://www.publibook.com/boutique2006/detail-4699-PB.html

  • Oui Pascale, je trouve aussi que l'idée de Déblogueur est bonne. Je vais m'y mettre dès demain.

    Merci pour lui Micheline. Bonne soirée.

  • Djemâa, je ne serai pas disponible ces prochaines semaines sauf par le net.

  • J'apprends cette histoire désolante à l'instant. C'est quand un malheur est doublé d'un autre que la solidarité s'opère le mieux. pour Blondesen, je dois être trop éloigné de vous pour connaître un peu de vos situations personnelles. Je pense bien fort pour son prompt rétablissement. Pour Paula, elle fait partie de tous ces gens admirables qui ont bossé en Suisse et qui n'ont jamais obtenu leur permis B pour des histoires absurdes d'administration et de délais. C'est quand un système est rigidifié à l'extrême que l'on constate ses pires effets pervers. Aucune souplesse dans les décisions, aucune compassion pour celles et ceux qui en mériteraient énormément. Cela fait froid dans le dos. Mais comme chaque système possède ses graves défauts, je ne jette pas la pierre aux autorités. juste, j'espère comme vous, que Paula obtiendra in extremis le droit de rester chez nous. Bonne soirée.

  • djemâa
    "Où est Blondesen ?"

    Bonsoir, djemâa, Blondesen est à l’Hopital cantonal au Service ORL – Unité 3CL
    sous le nom de Per Amann

    Bonne nuit

  • Il devrait être transféré au Cesco demain.

    :-B

  • Juste pour dire à Per que sa vieille copine Cléo pense à lui avec une très grande amitié. Tiens bon la barre, Per, qu'on puisse encore rigoler ensemble !
    Bisous.

Les commentaires sont fermés.