D’Adam à Joseph: représentations de l’homme et du père

Le Temps publiait jeudi un article sous la plume d’Anna Lietti: «Joseph, père moderne». Elle y présente trois approches du père dans la bible: un iconographique, une psychanalytique et une théologique.

Joseph.jpgQuestion iconographie Marianne Bourgeois a trouvé des bébés dans des bras masculins, mais surtout dans dans des représentations de la mythologie. Dans les images réelles l’enfant est peint avec quelques années, il n’y a pas l’intimité mais une attitude tournée vers l’extérieur.

Par contraste elle souligne l’image anticonformiste de Joseph, si éloignée de l’idée patriarcale que l’on se fait des hommes.

Ce point de vue est partagé par Alexis Burger, psychothérapeute. Il voit un parallèle entre le choix de Joseph de s’occuper d’un enfant qui n’est pas le sien et celui des pères modernes dans les familles recomposées. Il ajoute: «Les hommes ont une grande difficulté à se montrer tendres avec leur garçon, dit-il. Et, en voyant Joseph dans une posture considérée traditionnellement comme maternelle, on se rend compte à quel point le père à l’enfant est un modèle rare.»

La théologienne Christiane Méroz précise à propos de Joseph: «Il accepte de ne pas tout savoir. Il est d’accord d’entrer dans un projet qui n’est pas le sien mais celui de sa femme, un projet complètement fou et qui le dépasse.»
Joseph2.jpg
La psychanalyste Marie Balmary insiste sur le fait que Joseph ne voit pas Marie comme coupable d’adultère, ce qui aurait entraîné sa lapidation. Elle ajoute: «D’une certaine manière Marie et Joseph représentent un accomplissement. Car une mystérieuse réussite a lieu lorsque l’humain n’est issu ni d’un père tout-puissant ni d’une mère toute-puissante, mais d’une relation puissante.»

L’approche de ces auteurs est intéressante en ce sens qu’elle souligne la rupture entre une image patriarcale traditionnelle et Joseph qui s’en éloigne tant. Si Adam est d’une certaine manière un exemple de lâcheté en n’assumant pas ses actes (puisqu’il en rend Eve responsable), Joseph prend les siennes et casse les modèles rigides.

Toutefois plusieurs questions méritent d’être posées:

Le patriarcat était-il vraiment un modèle de domination masculine ayant délibérément asservi la femme comme une esclave, selon un discours féministe actuel? Si c’était le cas jamais un couple comme Marie et Joseph n’aurait survécu. Même Adam n’aurait pas laissé Eve lui dicter ce qu’il devait faire - goûter la pomme - et encore moins s’insoumettre à Dieu. La théorie en vogue d’une domination masculine universelle et immémoriale sur laquelle certains groupes féministes s’appuient pour justifier toutes leurs exigences prend encore une fois une claque.

joseph_full.jpgJe veux bien qu’il y ait une grandeur morale chez Joseph à accepter cette situation. Mais je ne peux m’empêcher d’en faire aussi une autre lecture. La paternité a toujours été fragile pour l’homme, en particulier la certitude qu’il est bien le géniteur. Chez la mère le problème ne se pose pas: elle porte dans son ventre, elle est donc la mère. On sait qu’aujourd’hui 5% à 15% des pères ne sont pas les pères biologiques et ne le savent pas. Certains homme féministes affirment que ce n’est pas important, que la fonction symbolique du père est interchangeable. On dénie l’importance du biologique chez l’homme alors qu’elle est mythifiée chez la mère. A quoi sert-il alors aux hommes d’avoir du sperme?


Ce déséquilibre est peut-être source de bien des attitudes masculines d’insécurité. Et puis, si l’on admet cette différence entre l’homme-père et la femme-mère, alors la notion même d’égalité n’a plus de sens.

A réfléchir.



PS: Les enfants et les épouses des otages suisses de Kadhafi n’ont aucun doute: ils attendent le retour de leurs pères. Depuis 526 jours.

885030355.jpg

Catégories : Psychologie 21 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Chez la mère le problème ne se pose pas: elle porte dans son ventre, elle est donc la mère", écrit l'homme libre. Mon cher, même une mère pourrait douter. Il s'est avéré que dans des maternités, des bébés ont été échangés par mégarde et seul l'ADN pourrait certifier l'exactitude ! Bon, ce sont les exceptions qui confirment la règle.

    Quant à Joseph ou Saint-Joseph, il a accepté de devenir le mari et protecteur de Marie ou Sainte-Marie enceinte. Au sujet de sa virginité, j'ai quelques doutes, mais je garde mes pensées pour moi.

    Effectivement, elle risquait la lapidation et Joseph a sauvé l'honneur et la vie de sa future épouse, devenant non seulement le sauveur, mais aussi - je le pense du moins - le chevalier servant. Un homme humble, soumis et probablement grand admirateur de la belle Marie. Déjà à l'époque, tous les hommes n'étaient pas des patriarches, tel Abraham.

    Quant à Adam, je ne vois nulle part sa soumission, à part d'avoir succombé à la séduction d'Eve et d'avoir croqué la "pomme". Au contraire, je pense qu'il était l'homme, l'insoumis, ce qui donne du sens à la séduction.

  • ... et Dieu créa la femme pour ... être le complément à l'homme et assurer la descendance

  • Mouais, l'iconographie chrétienne n'est de loin pas très virile. Probablement une question d'époque et de règles artistiques. Accentuée par la sensibilité homosexuelle de certains peintres connus de la renaissance ?

    Mais il est vrai que cette figure de Joseph est intéressante, loin de le voir soumis comme le cite Etoile de Neige, je verrai plutôt la figure d'une masculinité accomplie, qui n'a plus besoin de se montrer extérieurement viril, de prouver quoique ce soit à la société. Cet humble effacement découlant de la sagesse, comme le montrerai l'image dans l'article du temps; un ex charpentier à la peau tannée et des cheveux blancs.

    PS: j'écris cela avec un doigt, précisément avec mon fils endormi dans mes bras et son abandon total contre ma poitrine, fusionnant avec les battements de mon coeur. Je me sens bien paisible et renforcé à la fois. Tout en ...douceur .

  • aoki, cool: quoi de mieux que de joindre la pratique à la théorie.

    Il y a quelque chose à creuser en terme d'identité masculine dans cette image d'accomplissement, de sagesse et de paix. Merci pour ce comm.

  • Ben oué, il s'est endormi sur les harmonies vocales de "BEAU DOMMAGE" avec l'accent québécois et de belles parties de guitare acoustiques.

    ça pour l'ambiance de noël
    http://www.youtube.com/watch?v=vYgI8mvAxuE&feature=related

    et ça pour les guitares qui sentent le sapin
    http://www.youtube.com/watch?v=xaAHHWz9zbU&feature=related

  • "Le patriarcat était-il vraiment un modèle de domination masculine ayant délibérément asservi la femme comme une esclave, selon un discours féministe actuel? "

    franchement je ne pense pas.

    j'ai lu récement Marie Rouanet "du coté des hommes" je n'y ai pas vu d'asservissement, mais un profond respect de l'un envers l'autre.
    une complémentarité.

    http://2parents.net/spip.php?article44

    "N. O. - Peut-on dire cependant que «l'ordre patriarcal» est un mythe, qu'il a toujours été de pure façade?


    F. Caviglioli. - Le père du Mezzogiorno est un roi fainéant, revêtu des insignes du pouvoir, mais qui en a abandonné l'exercice à la mère. C'est elle qui règne sur la maison, lieu des activités biologiques essentielles : sommeil et reproduction."

    http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2217/articles/a342204-au_nom_du_p%C3%A8re.html

  • Très bien ces liens, Leclercq. Vont alimenter ma réflexion pour d'autres billets.

  • Bonjour HL

    je viens de commander "Le Grand Absent - L'histoire Secrète Du Père Méditerranéen François Caviglioli "

    je vais pouvoir découvrir cet auteur.

    "Ce déséquilibre est peut-être source de bien des attitudes masculines d’insécurité. Et puis, si l’on admet cette différence entre l’homme-père et la femme-mère, alors la notion même d’égalité n’a plus de sens"

    au départ l'égalité c'est l'égalité en droit et maintenant ça devient !!!

    "Déniant la différence des sexes, la bien-pensance féministe transforme l’égalité en droits en droit à l’égalité et la demande d’équilibre, en droit à la parité. Le caractère injuste et misogyne de la société dirigée par les hommes est ainsi d’autant plus facile à démontrer que cette exigence n’est jamais satisfaite. Chaque homme atteignant une fonction importante s’expose ainsi à être dénigré ; ne sont plus mis en avant ni sa volonté, ni sa débauche d’efforts pour y arriver, ni son talent pour l’exercer. Il est au contraire suspecté d’avoir bénéficié de faveurs et d’abuser de son pouvoir. "

    http://www.madinin-art.net/socio_cul/homme-femme_la_bien_pensance.htm

    "C’est ainsi qu’il devient habituel de dénigrer les hommes, les pères, les adultes et toutes les autorités. "

    http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/article-31512256.html

  • "celui des pères modernes dans les familles recomposées"

    ça me parait bizarre d'associer le pére moderne, avec le nouveau compagnon de la mére dans les familles recomposées.

    je pense qu'une mére quand elle recherche un nouveau compagnon, ne recherche pas un nouveau pére symbolique pour ses enfants. mais uniquement un amant pour elle qui n'aura pas droit au chapitre par rapport à ses enfants, pourquoi y aurait-il droit selon elle puisqu'il n'est pas le pére, et le pére était peut-être déja une mére bis facilement éjectable, et puis les"mirages" de la société actuelle là convaincue quelle était fort capable d'élever ses enfants seule, puisqu'elle avait désormais l'autonomie financiére, plus les lois pour faire payer le pére quelle a éjecté.

    " Elles continuent d'assumer le premier rôle dans l'éducation des enfants, tout en assurant leur autonomie par le travail. Dans le domaine de la famille, que tous concèdent aux femmes, le féminisme devient l'attitude à la mode dans les médias, pour les psys, et pour les juges. D'où quinze années de "Garde à la mère!" et d'éclipse de la paternité. "

    http://www.sos-papa.net/pages/sullerot.htm

    l'idéal de la famille recomposée ça serait ça

    "Le père séparé n'a plus les moyens d'intervenir sur la relation de la mère à son enfant. S'il est soucieux du devenir et de la bonne construction psychique de son enfant, il ne peut souhaiter qu'une chose : c'est qu'il se trouve quelqu'un capable d'exercer auprès de la mère la fonction qu'il ne peut plus exercer. L'occasion la plus fréquente se présente quand la mère refait sa vie avec un autre homme. S'il a dépassé ses ressentiments, le père de l'enfant peut alors rencontrer ce nouvel homme de la mère en présence de l'enfant et dire à ce dernier qu'il le confie à cet homme qui le remplace pour tout ce qui se passe à la maison. Cela ne permettra plus à la mère de jouer les deux hommes l'un contre l'autre pour garder la haute main sur son enfant. E cela n'empêchera pas le père géniteur de l'enfant de continuer d'entretenir des liens affectifs forts avec lui. "

    http://www.parent-solo.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=191

    mais je pense que rien n'est fait actuellement pour faire accepter aux méres qui se séparent du pére de leur enfant, le rôle que doit jouer leur nouveau compagnon.

  • "je pense qu'une mére quand elle recherche un nouveau compagnon, ne recherche pas un nouveau pére symbolique pour ses enfants. mais uniquement un amant pour elle qui n'aura pas droit au chapitre par rapport à ses enfants, pourquoi y aurait-il droit selon elle puisqu'il n'est pas le pére, et le pére était peut-être déja une mére bis facilement éjectable, et puis les"mirages" de la société actuelle là convaincue quelle était fort capable d'élever ses enfants seule, puisqu'elle avait désormais l'autonomie financiére, plus les lois pour faire payer le pére quelle a éjecté."

    pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffff... moi je connais des femmes qui se sont recasées pour justement donner un père à leurs enfants... père absent qui le voulait!
    C'est quoi une mère bis vous êtes soulant franchement!!!
    Et puis comme d'hab c'est la mère qui éjecte le père pour vous... inconcevable de vous dire qu'il existe des pères indignes qui n'ont juste pas envie de s'occuper de leur progéniture!!!
    Quelle barbe... vous êtes chiantissime!
    Bonnes fêtes quand mm!

  • Vous savez leclerqu... je ne pense pas qu'il existe des femmes pour qui leur rêve est de bosser et s'occuper de gamins sans avoir un père pour y mettre du sien...
    P-e que la société "veut faire croire aux femmes" qu'elles en sont capables pour que celles qui se retrouvent dans cette situation ne soient pas complètement désemparées... Vous pensez p-e que c'est comme la ceuillette des champignons d'élever des gamins p-e???
    Moi les femmes que j'ai vu qui se retrouvaient seules avec des enfants à leur unique charge n'ont pas demandé à l'être... dans quel but?

  • Bonjour Boo

    je te souhaite de trés bonnes fêtes.

    "C'est quoi une mère bis vous êtes soulant franchement!!! "

    "De plus en plus, s’étend l’épidémie d’enfants n’ayant pas renoncé à la toute-puissance infantile (et des mères n’ayant pas fait le deuil de leur propre toute-puissance et se croyant capable de tisser un utérus virtuel autour de leur enfant pour toute la vie, avec un père dont la complicité va jusque se faire mère-bis), "

    http://www.e-litterature.net/publier2/spip/spip.php?article600

    une mére bis c'est aussi une famille où la mére ne lui est pas aliéné

    "C’est ainsi que dans les familles « modernes » où l’autorité parentale est comprise comme une autorité partagée et identique, les « mamans », comme les « papas » peuvent réprimander et sanctionner leurs enfants. S’il doit, en principe, y avoir accord après concertation, celle-ci n’est cependant pas toujours possible soit qu’elle n’est pas pu se faire ou soit qu’elle n’ait pas abouti. Qu’ils soient opposés aux méthodes autoritaires ou qu’ils craignent de « passer pour des fachos et des machos », très souvent les « papas », même plutôt moins patients, n’osent plus intervenir. De plus, voyant en général moins leurs enfants que les « mamans », ils n’ont plus envie de jouer le rôle ingrat et préfèrent rester dans l’affectif et le ludique avec eux. Les mamans, plus proches des enfants parce qu’elles les ont portés et protéges, ont tendance à être plus compréhensives. Ce sont pourtant souvent d’elles que viennent les limites. En effet, en prenant l’initiative et en choisissant elles-mêmes la sanction, elles prouvent qu’elles sont libérées et s’épargneront le spectacle de leur enfant malmené par un autre. Qu’en est-il alors de l’autorité des pères ? Peuvent-ils l’avoir le jour où ils décident d’intervenir ? L’autorité parentale leur est donnée par la loi, mais il se pourrait que pour être effective celle-ci ait besoin d’être acceptée par l’enfant. En effet sortant du ventre d’une femme, l’enfant a pour référence première celle avec qui il veut rester dans la fusion. Percevant cette femme toute-puissante, il est fasciné par elle et veut l’imiter et surtout ne pas la perdre. Pour cela il a intérêt à l’écouter pour lui plaire et n’obéit à une autre personne que si cela peut plaire à sa maman. S’il voit sa maman prendre les décisions ou les laisser quand elle le souhaite à quelqu’un d’autre, l’enfant continue de la voir toute-puissante et n’a pas de raison de prendre en compte celui qui semble tenir la place de subalterne, même si celui-ci peut être un « gentil papa ». Cet homme, ne pouvant plus imposer son autorité au risque de devenir un ennemi de la maman et donc quelqu’un qui ne mérite pas d’être écouté par l’enfant, est dépendant de la volonté de la « maman » d’apparaître dépendante ou pas du père ! Si la « maman » ne joue pas devant l’enfant ce « jeu de l’aliénation » qui la fait apparaître moins « toute-puissante » et qui valorise le père, elle n’entre pas dans la fonction de mère et ne permet pas au « papa » d’entrer dans la fonction de père. "

    http://le-forum-parents-profs.xooit.com/t181-le-feminisme-Du-male-dominant-au-pere-conteste.htm

    "Et puis comme d'hab c'est la mère qui éjecte le père pour vous... inconcevable de vous dire qu'il existe des pères indignes qui n'ont juste pas envie de s'occuper de leur progéniture!!! "

    bien sur que ça existe, mais en minorité, il ne faut pas oublier de le préciser.

    "P-e que la société "veut faire croire aux femmes" qu'elles en sont capables pour que celles qui se retrouvent dans cette situation ne soient pas complètement désemparées..."

    je suis assez étonné par l'explication c'est pour quelles ne soient pas désemparées.

    réflexion intéressante sur le divorce.

    "Durant un quart de siècle, le divorce apparaissait comme la panacée pour sortir des conflits conjugaux. Credo: «Nous avons raté notre mariage, réussissons au moins notre divorce.» Ce vent est en train de tourner. Des voix s'élèvent pour dénoncer le détricotage de la famille et décrire la perte d'identité qui en découle. Emergence d'une nouvelle sensibilité. "

    http://www.fredi.org/index.php/Quelques-pistes/Une-idee-dans-l-air-depuis-10-ans.html

    "Moi les femmes que j'ai vu qui se retrouvaient seules avec des enfants à leur unique charge n'ont pas demandé à l'être... dans quel but? "

    je pige pas là, tu parle je pense de la minorité de femmes qui n'onts pas demandé le divorce !!!

    à leur unique charge, elles n'onts pas l'API.

    "P.S. : " La Mère seule ne retournera au travail que si le salaire proposé est incitatif, en comparaison des aides sociales et si elle peut faire garder ses enfants. ". Pourtant le taux d'activité des mères de famille monoparentale (25-49 ans) est déjà extrêmement élevé (92%) ?
    Comment une femme qui touche, avec l'A.P.I., pratiquement l'équivalent du SMIC peut-elle aller travailler sachant qu'elle aura des frais supplémentaires de garde ? Concernant l'allocation très importante qu'est l'A.P.I., personnellement, j'aimerais qu'elle soit totalement remodelée. En effet, il est logique d'aider une femme seule parce qu'elle est pauvre, mais il n'est pas concevable que la collectivité lui donne de l'argent sous prétexte qu'elle est isolée, car cela donne lieu à des abus, des mensonges, des effets pervers, ainsi il arrive qu'elle demande au père de ne pas reconnaître son enfant pour qu'elle touche l'API. Les travailleurs sociaux ne peuvent pas jouer les inquisiteurs pour vérifier la réalité de l'isolement de la femme. En outre, en fin de droits à l'A.P.I., rien n'est prévu, donc certaines femmes refont un enfant pour en bénéficier à nouveau. "

    "L'Etat dépense pour les enfants, pourquoi " récompenserait "-il un adulte qui se sépare de son conjoint ? "

    "P.S. : En cas de rupture, la mère qui garde l'enfant voit son niveau de vie baisser de 25 à 35 % à court terme. " En France, on sait la chute du niveau de vie qui affecte les foyers monoparentaux, majoritairement féminins. La situation des pères séparés est parfois elle aussi très précaire. " : Vous reconnaissez que les problèmes financiers peuvent provoquer des drames ?
    On pourrait retourner la phrase : " Les drames des couples provoquent des problèmes financiers. ". La pénurie de logements vient beaucoup des divorces et des séparations Ceux qui n'avaient qu'un logement en veulent deux. Il y a 120.000 divorces par an, dont 65 % avec enfants. Le divorce étant judiciarisé en France, il est requis, pour avoir droit de recevoir son enfant, d'avoir une pièce par enfant : le problème est alors d'avoir un logement assez vaste !. Les mères gardiennes ont de lourds problèmes et la trilogie divorce, dépression, chômage ou divorce, chômage, dépression frappe très fréquemment les pères non gardiens. En ce qui concerne les mères, elles doivent concilier leur vie professionnelle et la garde des enfants (souvent, elles conservent le logement). Durant 30 ans, avec la jubilation de la liberté conquise de la vie privée, on n'a plus voulu parler des conséquences du divorce sur les enfants. Il faudrait développer la médiation avant et après le divorce, de façon à ce que les deux parties puissent se projeter dans l'avenir pour se rendre compte de tout ce qu'il y aura à solutionner (traites de la maison, garde des enfants, voiture…). Dans des pays où la médiation est développée, il arrive que des couples renoncent à divorcer en prenant conscience des conséquences. Les gens de niveau d'éducation peu élevé n'arrivent pas à planifier leur futur au moment même où ils sont pleins de griefs et de blessures. D'où l'utilité du médiateur pour les accompagner.La médiation permet également d'organiser la séparation de manière plus rationnelle et plus apaisée. Malheureusement, les avocats n'ont pas intérêt à voir se développer la médiation, par crainte de perdre des affaires… "

    http://www.parent-solo.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=169

    "Vous savez leclerqu... je ne pense pas qu'il existe des femmes pour qui leur rêve est de bosser et s'occuper de gamins sans avoir un père pour y mettre du sien..."

    ben apparement ça existe.

    "Le cas des femmes intellectuelles qui ont décidé de ne pas s'embarrasser d'un homme "

    voir lien ci-dessus

  • Rebonjour Boo

    "pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffff... moi je connais des femmes qui se sont recasées pour justement donner un père à leurs enfants... père absent qui le voulait! "

    ben en deux fois huit mois dans meetic je n'en ai point rencontré.

    et du rôle que peux avoir leur futur compagnon par rapport aux enfants il faut y aller sur des oeufs !!!

    elles comprennent surtout qu'il peux altérer leur toute puissance par rapport aux enfants.

    et pourtant une famille recomposée ne peux pas fonctionner si le nouveau conjoint n'a pas un rôle auprés des enfants.

    "La meilleure recomposition, c’est quand l’autre parent reconnaît l’autre conjoint, et lui délègue même quelque chose, une partie de l’autorité parentale : il lui confère "officiellement" un statut de belle-mère ou de beau-père. "

    http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/famille/8634-famille-recomposee-enfants-linder-itw.htm

    Pour Marie-Dominique Linder, psychanalyste auteur de "Familles recomposées : guide pratique", je conseille ce livre je l'ai lu il y a 3 ans.

  • ""Et puis comme d'hab c'est la mère qui éjecte le père pour vous... inconcevable de vous dire qu'il existe des pères indignes qui n'ont juste pas envie de s'occuper de leur progéniture!!! "

    bien sur que ça existe, mais en minorité, il ne faut pas oublier de le préciser."

    Ah tiens vraiment???? Comment expliquez vous que je ne connaisse que ce cas de figure????? Et que bien d'autres autour de moi ne sont même pas au courant qu'un situation ou le père lesé rechignerait pour avoir la garde partagée de ses enfants??? Aucun père que je connais n'a voulu s'embarrasser de sa marmaille le jour ou il a trouvé une maitresse plus jeune!

    ""Moi les femmes que j'ai vu qui se retrouvaient seules avec des enfants à leur unique charge n'ont pas demandé à l'être... dans quel but? "

    je pige pas là, tu parle je pense de la minorité de femmes qui n'onts pas demandé le divorce !!!"

    La seule raison pour laquelle les hommes demandent rarem,ent le divorce c'est pour ne pas casquer au niveau du porte monnaie!!! Ca les empêche pas d'avoir des maitresses, leurs loisirs etc! Pour eux leurs femmes du moment devient bonniche/nounou/domestique/cuisinière... rien de plus! Alors après faut pas s'étonner que les femmes ne soient pas forcéement ravie de voir que leur vie de couple est au point mort! C'est très dur pour une femme mère d'un certain âge de demander le divorce sachant que les hommes de son âge n'ont que faire d'une femme ayant des enfants à charge! (eh ouais c toujours plus facile pour un homme divorcer de se recaser avec une petit midinette que le contraire...)

    ""pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffff... moi je connais des femmes qui se sont recasées pour justement donner un père à leurs enfants... père absent qui le voulait! "

    ben en deux fois huit mois dans meetic je n'en ai point rencontré.

    et du rôle que peux avoir leur futur compagnon par rapport aux enfants il faut y aller sur des oeufs !!!

    elles comprennent surtout qu'il peux altérer leur toute puissance par rapport aux enfants.

    et pourtant une famille recomposée ne peux pas fonctionner si le nouveau conjoint n'a pas un rôle auprés des enfants."

    Non mais attendez.... c'est NORMAL que le nouveau conjoint marche sur des oeufs!!! (c'est marrant vous parlez du rôle du nouveau conjoint alors que vous remarquerez que souvent quand c'est le père biologique qui se remarie la belle-mère ne joue quasiment aucun rôle dans la vie des rejetons de son nouvel époux... et pourtant vous voudriez que le nouveau conjoint de la mère s'impose direct en père de substitution....BREF.... toujorus pleins de contradictions qui font que vous révélez un peu plus votre misogynie)
    En tant qu'enfant je peux vous dire que si ma mère avait eu un conjoint (qu'elle n'a pas eu le temps d'avoir vu qu'elle s'occupait de nous, de son entreprise et que bon une femme avec 4gamins à charge ça amuse personne, alors que mon père il en a fait défiler des petites midinettes depuis!!! d'ailleurs il compte se remarier avec une petite à peine plus âgée que moi, alors que lui va avoir 60ans!! cherchez l'erreur, et alors qu'on a jamais rencontré cette fille! mais enfin les hommes se préoccupent rarement de ça quand ils décident de refaire leur vie....) Je lui en aurait fait voir de toutes les couleurs et mes frères et soeur aussi si ce bobet s'était imposé après 30secondes comme un père de remplacement! C'est pas la fête! Une mère va vouloir protéger ses enfants déjà ébranlé par un divorce en faisant en sorte de leur laisser un temps d'adaptation alors c clair que si vous avec vos grands pieds de M-Je-Sais-Tout-Sur-Les-Mioches-Sans-Meme-En-Avoir, au premier rencard vous leur braillez dessus alors que vous connaissez mm pas leur 2ème prénom, c'est vous qui vous prenez une claque!
    Bref... je quitte... pas le temps pour ces niaiseries.

  • Leclercq, je pense que l'on ne peut généraliser. Bien des mères divorcées cherchent un compagnon non seulement pour elles, mais aussi qui ait une présence auprès de ses enfants. Loin de moi le souhait de remplacer le père, mais Boo a raison: il y a des pères qui s'enfuient, n'assument pas, bref, sur lesquels les mères ne peuvent compter. Et j'ai appris combien les femmes ont besoin de pouvoir compter sur l'homme, même si elles sont autonome financièrement.

    Bien sûr il y a aussi des femmes qui évacuent les pères, l'aliénation parentale, des mères qui se sentent propriétaires des enfants, etc. M

    Mais je pense qu'il est préférable de rester sur un débat philosophique de fond, comme montré dans l'extrait cité plus haut, et ne pas généraliser à toutes les femmes ou tous les hommes, toutes les mères ou tous les pères.

    Ce qui se joue dans nos débats n'est pas la mise cause globale des uns ou des autres, mais la recherche d'un fondement philosophique aux relations hommes-femmes où chaque partenaire soit entendu, respecté, trouve sa place sans qu'on la lui impose, entre autres.

  • Boo, je travaille sur votre demande d'il y a un an: Dogma 7, la force des hommes. J'espère finir pour demain.

  • "Ce qui se joue dans nos débats n'est pas la mise cause globale des uns ou des autres, mais la recherche d'un fondement philosophique aux relations hommes-femmes où chaque partenaire soit entendu, respecté, trouve sa place sans qu'on la lui impose, entre autres."

    Parfaitement d'accord...
    Pardon d'être un peu vive hommelibre mais quelle barbe... lool :)

    Ah je n'ai pas de souvenir de cette demande mais me réjouis de voir le blog!

    J'espère que vous allez mieux... je pars ce soir à la montagne pour les fêtes et quand je reviens je vous veux en pleine forme :)
    Je vous embrasse. Très bonnes fêtes, remettez vous bien et à bientôt!

  • Toutes bonnes fêtes Boo, et bisouX!

  • Bonsoir HL

    "Leclercq, je pense que l'on ne peut généraliser. Bien des mères divorcées cherchent un compagnon non seulement pour elles, mais aussi qui ait une présence auprès de ses enfants."

    tout à fait il ne faut pas généraliser. et c'est mon propos, mon propos c'est la plus grande proportion, il y a toujours des cas minoritaires heureusement.

    "il y a des pères qui s'enfuient, n'assument pas, bref, sur lesquels les mères ne peuvent compter."

    et ça c'est une minorité même si ça existe ce que je n'ai jamais nié.

    et les enfants n'onts pas besoin que d'une présence d'un pére mais aussi que cet homme ai une autorité de proximité, c'est indispensable.

    j'ai un ami à qui c'est arrivé, dés le début sa nouvelle compagne lui a dit c'est mon fils, tu n'a rien à lui dire ça ne te regarde pas, et bien ce garçon elle en a fait un enfant roi, il a tiré les ficelles il a fait échoué le couple.

    "Ce qui se joue dans nos débats n'est pas la mise cause globale des uns ou des autres, mais la recherche d'un fondement philosophique aux relations hommes-femmes où chaque partenaire soit entendu, respecté, trouve sa place sans qu'on la lui impose, entre autres."

    il est bien d'analyser la réalité objectivement et d'en tirer des conclusions, le but n'est pas de mettre en cause qu'elqu'un mais d'être lucides.

    http://www.lplm.info/spip/spip.php?article331

    Une timide avancée de la loi
    Sans pour autant officialiser la famille recomposée, la loi de mars 2002 sur l'autorité parentale apporte des éléments juridiques à cette nouvelle cellule. Si la création du statut de tiers n'accorde pas un statut spécifique aux beaux-parents, puisqu'il ne leur est pas réservé, cela permet d'officialiser leur rôle. Autrefois ignoré du droit, le beau-parent peut bénéficier aujourd'hui d'une délégation de l'autorité parentale sur les enfants de son conjoint. En d'autres termes, cela lui permet d'intervenir dans les actes courants du quotidien : emmener les enfants chez le médecin, les conduire à l'école etc. C'est un premier pas...

    Dans les familles recomposées, jusqu’où un beau-père peut-il faire preuve d’autorité avec les enfants de sa compagne ?
    Une mère ne peut pas demander à son nouveau conjoint de "faire le père". Un beau-père construit un lien spécifique qui n’est pas un lien père-enfant, mais un lien homme-enfant. Celui-ci ne peut pas s’établir sur ordre de la mère. Il naîtra de la confiance que les enfants voudront bien accorder à leur beau-père. Ils ne sont pas obligés de l’aimer, mais doivent le respecter. Parce qu’il est un adulte, et pas un copain, il peut exiger que les règles de vie en commun soient appliquées, c’est-à-dire que l’on soit poli les uns avec les autres, que les affaires ne traînent pas dans le salon, etc.

    De plus, cet homme est celui que maman a choisi et cela ne se discute pas. Les enfants doivent bien comprendre qu’ils n’ont pas le pouvoir de défaire ce couple. C’est une chance, pour les enfants, de voir qu’entre un homme et une femme, ça peut marcher…

  • Rebonsoir Boo

    " Aucun père que je connais n'a voulu s'embarrasser de sa marmaille le jour ou il a trouvé une maitresse plus jeune! "

    c'est quand même un cas trés minoritaire.

    "D'après la sociologue française, Evelyne Sullerot, féministe delà première heure, mais reconvertie après la fondation de l'organisme Retravailler où elle a reçu plus de 500 000 femmes, dont beaucoup étaient divorcées,
    «Il ne faut pas oublier que ce sont les femmes, dans trois cas sur quatre, qui demandent la séparation... Et pourquoi la demandent-elles ? Diverses études montrent que la cause numéro un est le désappointement... Elles ne supportent pas le quotidien sans la romance : je m'ennuie, donc je veux refaire ma vie...
    s'exclame la
    Vous n'êtes pas tendre envers les femmes, journaliste.
    Non. Je crois qu'elles n'ont pas très bien géré la formidable liberté qui leur avait été donnée. Je pense que tout cela est rattrapable. Mais je voudrais leur dire qu'elles ne sont pas les propriétaires de leurs enfants. » "

    "Ah tiens vraiment???? Comment expliquez vous que je ne connaisse que ce cas de figure????? "



    tu ferme peut-être les yeux sur la réalité.

    "La seule raison pour laquelle les hommes demandent rarem,ent le divorce c'est pour ne pas casquer au niveau du porte monnaie!!! "

    et la vrai raison ne serais pas qu'eux supportent le quotidien sans la romance.
    ils ne sonts pas sujets au bovarisme féminin eux et à l'égoisme qui va avec.

    "alors que vous remarquerez que souvent quand c'est le père biologique qui se remarie la belle-mère ne joue quasiment aucun rôle dans la vie des rejetons de son nouvel époux... "

    ce n'est pas ce qui est écrit dans le lien que j'ai mis !!!

    "La meilleure recomposition, c’est quand l’autre parent reconnaît l’autre conjoint, et lui délègue même quelque chose, une partie de l’autorité parentale : il lui confère "officiellement" un statut de belle-mère ou de beau-père. "

    http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/famille/8634-famille-recomposee-enfants-linder-itw.htm


    "et pourtant vous voudriez que le nouveau conjoint de la mère s'impose direct en père de substitution....BREF.... toujorus pleins de contradictions qui font que vous révélez un peu plus votre misogynie)

    nulle part je n'ai écrit qu'il devait s'imposer direct, mais quelles comprennent qu'il a un rôle à jouer serais déjà un bon début.

    explique moi où il y a de la misogymie et des contradictions sincérement je ne vois pas.

    j'ai parlé de ce sujet à une amie avec qui je prends le train qui a trois filles.
    devine ce quelle m'a répondu, ben quelle considérait que son futur compagnon serais une piéce rapportée sympa les réponses à brule pourpoint

    d'ailleurs à une époque pas si lointaine, un homme qui se mettait en ménage
    avec une femme qui avait déjà des enfants on disait, il prends la vache et le veau. à méditer !!!!

    " Je lui en aurait fait voir de toutes les couleurs et mes frères et soeur aussi si ce bobet s'était imposé après 30secondes comme un père de remplacement! C'est pas la fête! Une mère va vouloir protéger ses enfants déjà ébranlé par un divorce en faisant en sorte de leur laisser un temps d'adaptation "

    lis bien ce lien, il est écrit nulle part que le nouveau conjoint devait s'imposer 30 secondes aprés.

    http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/famille/8634-famille-recomposee-enfants-linder-itw.htm

    ne pas investir cet homme d'un rôle ce n'est pas protéger les enfants, c'est leur faire comprendre qu'ils pourronts tirer les ficelles à loisir.
    une mére doit faire comprendre aux enfants qu'ils doivent le respect à son nouveau compagnon, et ultérieurement l'investir de l'autorité de proximité devant les enfants.

    " au premier rencard vous leur braillez dessus alors que vous connaissez mm pas leur 2ème prénom, c'est vous qui vous prenez une claque! "

    t'inquiéte pas au premier rencard je ne leur braille pas dessus, je m'entends très bien avec les enfants et ils m'adorent, le probléme actuellement ce sonts plutôt les méres.

    "que si vous avec vos grands pieds de M-Je-Sais-Tout-Sur-Les-Mioches-Sans-Meme-En-Avoir, "

    et bien le nombre de femmes avec enfants avec enfants que j'ai cotoyé m'a amené à me poser des questions sur le futur rôle que je pouvais avoir.
    et bien elles feraient bien de réfléchir à leur attitude, au lieu de croire quelles protégent leurs enfants comme tu l'écris si bien, actuellement les hommes fonts attention, mon ami que je citais tout à l'heure se méfie, (chat échaudé craint l'eau froide), il les fait parler, les teste sur ce sujet épineux
    elle se braque sur ce sujet comme tu vient de le faire plus haut, pas de temps à perdre avec, à la suivante, tu vois actuellement ne crois pas que les femmes avec enfants soient maitresse du jeu dans ce domaine, les sites de rencontre sonts un milieu cynique et impitoyable.

    Pour Marie-Dominique Linder, psychanalyste auteur de "Familles recomposées : guide pratique", je conseille ce livre je l'ai lu il y a 3 ans.

  • Bonjour HL

    meilleurs voeux bonne année et surtout très bonne santé, soigne toi bien.

Les commentaires sont fermés.