Noël, c’est dans les yeux...

Les gamins, ça a encore les yeux tout chargés d’innocence. Pas toujours, ils ont aussi leurs histoires, ces petits bouts d’adultes. Mais souvent. Regardez-les devant un clown, ou caressant un petit chat. C’est tout tendre un enfant. Pas d’urgence à flinguer, ou alors par hasard, pour essayer, faire comme les grands. Ca a tellement besoin d’être grand les enfants.

enfance3.jpgD’ailleurs ça devient grand. Ca fait le poing, ça prend ses distance. Ca cherche comment le clown fabrique son histoire, d’ailleurs les clowns c’est pour les enfants. Alors on les regarde moins. Comme beaucoup de choses. On regarde moins les filets d’eau grouillant de tétards. Les oiseaux ouvrent leur gueule au printemps? On est pas loin de plus entendre.

On regarde les choses difficiles, parce que difficile ça fait sérieux. On gratte ses plaies, on s’en invente parfois. Le compliqué va bien avec l’adulte et ses négociations, ses calculs et ses stratégies.

je dis pas qu’il en faut pas, des fois, des stratégies. Mais quand elles occupent toute la place des yeux et du coeur, je me demande si on a gagné au change. Au change de plus d’autonomie et d’influence sur le monde, mais de moins de transparence.
enfance4.jpg
Parce que quand on ne voit plus en transparence, il est temps d’examiner nos yeux. C’est dans les yeux que ça se passe. Dans les yeux que les grammes d’innocence deviennent des tonnes d’autre chose.

Je le lis dans ces témoignages de filles sans père, ici et . Dans ces blessures venues si tôt qu’on se demande si le ciel s’est déjà ouvert pour elles. J’ai eu cette chance d’avoir passé mon enfance dans la lumière.

Parfois, dans une rencontre imprévue, dans une retrouvaille, le lourd coule en sable à nos pieds.

Ca pourrait être ça Noël: une piqûre de rappel, pour se souvenir que c’est dans nos yeux qu’on voit le monde, qu’on le colore, qu’on le joue en noir et blanc, en relief, par dessous, un pas de côté.

Pour se souvenir que l’on peut changer de regard un moment, une petite trêve, un rappel que les histoires d’adultes, les stratégies et compagnie, ça n’est qu’une façon de voir.

Nos yeux, notre façon de voir, nous appartiennent. Le clair et l’obscur sont dans nos yeux.

Mais pour apprécier le clair, il faut parfois connaître l’obscur.




PS: Clair-obscur sur le désert, dans la longue attente des otages...
desert-de-nuit.jpg

Catégories : Psychologie 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Il n'y a pas que les gamins qui ont les yeux chargés d'innocence, HommeLibre. Des adultes aussi. Qui sont, malheureusement, considérés comme attardés par des gens, qui en plus d'avoir un regard "stratégique" n'ont pas de coeur (voir votre note sur Susan Boyle)

    (o-o)

  • Ah, Loredana, Miss Boyle a bien des yeux d'enfant, ça oui... genre des yeux de Picsou... A peine fini le concours anglais, elle s'est fait payer 100'000€ pour 12 minutes de concert. 9000€ la minute...

    Les enfants sont parfois de grand rêveurs...

    ⎣⎙⎳⎙⎦

  • Connaître la profondeur des clair-obscurs est l'apprentissage d'une vie entière. Perdre son innocence, ce n'est pas le début de l'âge adulte mais le début de la connaissance, de celle qui fera de nous une femme, un homme responsable ou irresponsable selon les évènements, les situations, les décisions. La désinformation et la mauvaise foi sont sans fin. Les fous de Dieu sont partout. Les enragés de l'athéisme aussi. Juste être un humain qui véhicule son amitié, son amour, plutôt que distribuer avec rage, sa haine, sa peur, sa paranoïa, à tous vents. Juste être un humain qui dénonce sans faiblir les horreurs mais qui sait garder son empathie pour le mystère de l'Autre, voir son pire ennemi. Un enfant ne sait pas quand il entre dans la maison de l'Ogre. Mais il apprend à connaître l'Ogre... Et ensuite il joue avec l'Ogre pour que celui-ci retrouve l'enfant en lui. Si l'Ogre le mange, l'Ogre aura brisé un tabou et ne survivra pas. Si l'Ogre laisse partir l'enfant, il sauvera son innocence et sa vie... Bonnes fêtes à vous deux, et merci pour tout.

  • Ah Hommelibre, les yeux de Picsou ... C'était des yeux tout doux, chaleureux. Qui appartenait à un petit bâtard qui a partagé durant 10 ans notre vie et trop tôt parti. Oups ... je m'égare, revenons à nos moutons.
    Miss Boyle ... vous vouliez quand même pas qu'elle ne soit pas rémunérée j'espère ? Vu les primes offertes aux Paris Hilton et autres, qui n'ont à mes yeux aucun talent, pour faire une simple "apparition", c'était un minimum. Non ?

    (o_~)

  • Pachakmac, vous manquiez vraiment sur la blogosphère !!

    (*_*)

Les commentaires sont fermés.