CERN: le LHC redémarre! Pas de trou noir en vue...

Ca y est, la danse tournante des atomes a repris depuis quelques jours dans le grand anneau du super-accélétateur européen. Et hier, enfin, deux faisceaux ont circulé en sens inverse, préfigurant les expériences à venir de collisions de particules.

cern1.jpgLa panne d’il y a un an, soit la mise hors service de 53 aimants suite à une surchauffe électrique, est totalement réparée. De nouvelles sécurités ont été mises en place pour circonscrire un nouveau risque de panne. Les physiciens maîtrisent maintenant mieux la machine géante.

Quelques mots sur le risque de formation de trous noirs susceptibles d’avaler Genève et sa région, ou plus même! Le débat avait été enflammé il y a un an. Cela n’a pas de sens. Pour rappel, un trou noir est une accrétion de matière avec une gravité telle que même la lumière ne peut s’en échapper.

Un trou noir se forme par l’effondrement d’une étoile assez massive, généralement une supernova. Soit une étoile bien plus massive que notre soleil, qui lui n’engendrera pas de trou noir lors de sa fin de vie. Et pourtant son énergie est inouïe, sans commune mesure avec la grosse machine du CERN. L’énergie et la masse des collisions prévues dans le LHC rend impossible la création d’un trou noir susceptible de nous avaler, même s’il a été dit que des mini-trous noirs pourraient être générés.
cern2.jpg
Sur Techno-science, une série de petits articles rappelle les enjeux du LHC et en présente les chiffres.

«Le LHC ne peut être qualifié que par des superlatifs, c'est la machine la plus grande du monde (avec son anneau de 27 km de long), c'est en certains points l'endroit le plus froid de la planète (les électro-aimants sont refroidis à -271°C), c'est l'endroit le plus vide du système solaire (10 000 milliardième de la pression atmosphérique), dans les zones de collisions ce sera l'endroit le plus chaud du système solaire (100 000 fois la température régnant au coeur du soleil).»

cern3-lhc-collision-sim.jpgRappelons-nous que le LHC est destiné à mieux comprendre notre univers, en particulier son origine. Les résultats des expériences devraient entre autre valider ou infirmer la théorie du Big Bang.

Le LHC est un instrument pour répondre un peu plus loin aux interrogations immémoriales des humains: d’où venons-nous, quelle est la nature de notre univers, quelle est la place de notre humanité dans cet espace inouï? Il est la continuité des grandes inventions, de la roue à l’électronique, et des grandes découvertes. Les physiciens sont un peu les Christophe Colomb ou les Louis Blériot modernes.

Le LHC montera en puissance progressivement. Son premier pallier est prévu pour fin décembre prochain. Il sera alors l’accélérateur le plus puissant au monde. Puis il montera à environ 6 fois cette puissance en l’espace de 2 ans.

C’est alors qu’il sera peut-être possible d’approcher l’un des grands mystères de l’Univers.

De quoi rêver...

(Crédit images CERN)

 

PS: Les otages suisses en Libye ne disposent pas d’accélérateur, eux. Leur rétention par le clan Kadhafi fait plutôt penser à un ralentisseur, tant elle se prolonge depuis 16 mois…

desert-marche.jpg

Catégories : Science 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je vais me faire l'avocat du Diable: il n'est pas forcément nécessaire qu'il y ait une explosion d'étoile supermassive pour provoquer l'apparition d'un trou noir. Dans le cas du LHC, il pourrait s'agir de particules sub-atomiques qui en s'entrechoquant s'effondrent et, la force de cohésion nucléaire surpassant alors la force de répulsion électromagnétique, se transformeraient en mini-trous noirs. Ce que les alarmistes qui avaient déclaré que le LHC était dangereux craignent, c'est que ces trous noirs s'enfoncent dans le sol, avalant au passage de la matière et grossissant. Puis ils rebondiraient de manière incessante autour du noyau de notre planète, grossissant de plus en plus et la transformant en gruyère. Au final, la Terre se transformerait intégralement en trou noir !

    C'est bien sûr ridicule, car ça sous-entend que ces mini-trous noirs peuvent survivre assez longtemps pour s'enfoncer dans le sol. Or, s'ils apparaissaient réellement, leur faible masse ne leur permettrait pas de survivre et ils disparaîtraient aussi vite qu'ils seraient apparus.

    C'est presque du même niveau que le début de "Anges et démons" où on apprend que le LHC est une fabrique d'anti-matière...

  • ...le Cern étant visible depuis mon balcon, je scrute attentivement tous les matins....au premier soupçon de trou noir, je vous alerte, promis! (si j'en ai le temps, mdr)
    Ark

  • Ark, merci!!!

    Mdr!

  • Les rayons cosmiques traversant l'atmosphère,provoquent des collisions entre atomes créant de minis trous-noir qui s'évaporent aussi vite si je puis exprimer ainsi.

    Donc ce que fait le CERN,la nature le fait depuis longtemps.

    @ Kad,

    Le gruyère n'a pas de trou.surtout des "trous noirs",Lol.

    D.J

  • Mmmmh... Il a quelques trous, le gruyère. Mais ce sont des micro-trous. C'est pour ça qu'on ne les vois pas ! ;-)

  • Kad, quelques trous oui, mais qui ressemblent plutôt à des cratères lunaires...

    (-_é)

  • >> Puis ils rebondiraient de manière incessante autour du noyau de notre planète, >> grossissant de plus en plus et la transformant en gruyère.

    Mais du gruyère en Suisse quoi de plus normal ?

    ;)

  • Le CERN le reconnait lui-même , la création de mini trous noirs EST POSSIBLE dans un univers qui compterait plus que les 3 dimensions spatiales et de la dimension temporelle de la physique classique.

    La plupart des physiciens du CERN travaillent sur des modèles à 11 ou 26 dimensions (Théorie des cordes , super cordes , ect) , ce qui accrédite donc l'idée que ce risque n'est pas nul.

    Les 2 arguments mis en avant par le CERN sont:

    -La théorie d'Hawking sur l'évaporation des trous noirs , cependant , à ce jour , jamais aucune observation n'a été faite en ce sens sur les trous noirs cosmologiques...

    -L'analogie avec le rayonnement cosmique , qui si il se trouve être plus énergétique que le LHC , ramené à l'énergie d'une particule , est CONSIDÉRABLEMENT plus diffus (environ 1 particule par m2 et par seconde) que le double flux collimaté du LHC (2 x 3000 parquets de 1E11 protons avec statistiquement 600 millions de collisions par seconde).
    Le rayonnement cosmique n'est donc pas comparable avec la densité du flux de particules du LHC...

    Chacun peut par ailleurs lire le rapport de sûreté du LHC (rapport LSAG sur le site du CERN) et à se faire librement une opinion sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.