Claude Levi-Strauss, élargisseur de pensée

Il y a des époques d’échanges entre cultures et civilisations, et d’autres de repli et de rejet de la différence. Ainsi l’Afrique et l’Europe par exemple. Avant l’esclavage, avant que les africains soient traités de sauvages ou de sous-humains, il y avait des relations au plus haut niveau. Des représentants noirs étaient présents aux cours européennes.

levi-strauss-par-lui-meme-v_428951vb.png«Il est impossible de dater les premières migrations de l'Afrique vers l'Europe. En fait, aussi loin que l'on peut remonter dans l'histoire de l'Europe, de l'époque antique au Moyen Age, l'on trouve des témoignages d'une présence africaine. Au VIIIe siècle, avec la conquête musulmane de l'Europe du Sud, la population noire devient plus nombreuse et plus visible : ce sont des soldats ou des mercenaires mais aussi des chefs militaires.

Ambassades africaines en Europe : de nombreuses missions diplomatiques ont été envoyées par des rois africains en Europe. Par exemple, en 1670, le roi Kpayizonoun d'Allada, Dahomey (Bénin), a envoyé son homme de confiance, don Mateo Lopez en France. Lopez est arrivé à Dieppe le 3 décembre 1670, en compagnie de ses trois femmes, de trois de ses fils, d'un trompettiste et de quatre serviteurs. A Paris, il a été reçu par Louis XIV aux Tuileries le 19 décembre1670. De nombreux corps de troupes et la garde d'honneur avaient été mobilisés pour l'accueillir. L'ambassadeur et sa suite furent logés dans le somptueux hôtel de Luynes. Il proposa à Louis XIV une alliance commerciale avec le roi d'Allada. Cette mission fut interprétée en France comme un hommage de l'Afrique au Roi-Soleil.»

afrik_627.jpg
On sait aussi que les africains ont bâti des empires et royaumes sur leur continent, avec ce que cela suppose de culture et de civilisation. Par exemple, au royaume Mandingue (Afrique de l’Ouest, du VIIe au XVIIIe siècle) les femmes avaient le droit de plaider elles-mêmes leur cause devant les juges au même titre que les hommes.

Le racisme est probablement inhérent à l’humain. Il s’est fortement développé vis-à-vis de l’Afrique et des humains à peau foncée durant la période de l’esclavage, car il fallait justifier le fait que les européens allaient dépouiller les populations du continent noir.

Mais les intérêts économique n’expliquent pas à eux seuls le fait de faire de l’autre un étranger. Les différences de langue et de coutumes ont laissé penser que les humains étaient en eux-même fondamentalement différents.

Claude Lévi-Strauss à mis en évidence le fait que, indépendamment des différences, la structure et les références fondamentales de toutes les cultures sont les mêmes. Un rapport de domination est le même quelle que soit le geste ou l’arme utilisé, le mot exprimé. La relation amoureuse a des codes identiques quelles que soient les différences de croyances et/ou d’interdits. La poésie africaine le montre bien: si le langage est différent, le jeu de la séduction, les sentiments vécus, les craintes, sont les mêmes qu’en Europe.
amérindien2lj3y.jpg
Lors d’un voyage au Nigéria je me souviens d’une petite fille d’environ deux ans, marchant dans les sandale trop grandes de sa mère, fière d’être soudain comme une grande. J’ai vu la même attitude chez les petites filles européennes, avec la même fierté, presque la même expression du visage.

Les culture diffèrent, les fondements des cultures sont les mêmes.

En ce sens Claude Lévi-Strauss a élargi la pensée, l’a faite sortir des croyances séparatrices et a fait avancer la conscience collective vers un peu plus d’unité. Il y a certes encore du chemin. Nombre de croyances - coutumes locales, religions - et des conflits d’intérêt freinent cette conscience. Pourtant elle est en marche, elle a pris place dans notre pensée. Grâce entre autre à ce chercheur libre dans sa tête, et qui pour formuler cette vision est allé vivre avec les «sauvages». Depuis, l’ «Autre» est devenu un peu moins étranger.

Bel itinéraire que celui de cet homme, fondateur du structuralisme, qui vient de s’éteindre à 100 ans.

PS: Les deux suisses retenus par l’Etat Libyen vont-il créer une nouvelle culture, celle du kidnappé-disparu-coupé du monde? Nous le saurons quand la Libye relâchera ces deux otages.

désert-solitude.jpg

Catégories : Philosophie 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.