Femme pédophile: 6 mois avec sursis - deux poids deux mesures

Le tabou est fort, presque inconcevable. Pourtant la réalité ne peut être indéfiniment niée. Le Matin de ce jour et Les Quotidiennes, sous la plume d’Anne Savioz, traitent du problème de la pédophilie féminine.

FemmesPédo.jpgLe tabou

Je rappelle d’abord qu’Erin Pizzey, militante féministe des années 70 qui a créé le premier centre pour femmes battues en Angleterre, disait à l’époque: “Je travaillais à Santa Fe au Nouveau-Mexique, sur des cas de mauvais traitements envers des enfants et contre des pédophiles. Voilà où j’ai découvert qu’il y avait autant de femmes pédophiles qu’il y a d’hommes. Les femmes restent indétectées, comme d’habitude.”

Une affaire choque actuellement l’Angleterre. Une assistante maternelle a utilisé des enfants et des nourrissons dont elle avait la charge pour assouvir ses fantasmes sexuels, puis a diffusé les images sur le net. Un réseau a même été créé sur Facebook avec des complices.

Selon le psychocriminologue Philip Jaffé, cité dans l’article, les études anglo-saxonnes attribuent 10 à 25% des abus sexuels sur mineurs aux femmes.

Le tabou est considérable. Il touche à l’image de la mère, considérée comme forcément attentive et aimante, voire à l’image de la Vierge Marie dans les pays de tradition catholique.


Invisible

Mais pourquoi cela n’est-il pas plus connu s’il y a autant de cas? D’abord parce que ces actes sont difficiles à détecter. Ils sont parfois réalisés sous le couvert d’une hygiène intime appuyée, de soins, d’une proximité émotionnelle. Et puis le garçon mineur ne sais pas plus qu’une fille mineure comment réagir à cela. La loyauté à l’égard de l’adulte concerne autant les garçons que les filles. Enfin, la croyance populaire soutient qu’on ne peut violer un individu mâle, et qu’une érection - même forcée - est signe de consentement.
FemmePédo3.jpg
C’est mal connaître la physiologie masculine, et c’est faire peu de cas de la différence entre une érection mécanique et un désir ou une émotion conduisant au désir. Et c’est absoudre à bas prix ce que la société considère comme un crime.

Le manque d’informations sur le sujet n’explique pas cette mansuétude. Il existe une littérature et des études anglo-saxonnes sur le sujet. Des séminaires pourraient être organisés à l’attention des magistrats.


Etre un homme: une circonstance aggravante

A Genève une femme de 40 ans vient d’être condamnée pour avoir abusé d’un garçon de 14 ans. Condamnée à 180 jours-amende, soit 6 mois, avec sursis. Décision qui montre qu’il y a deux poids deux mesures devant la Justice: les femmes sont nettement avantagées, leurs crimes atténués, alors que les hommes sont condamnés souvent très lourdement. On se souvient que Myriam Badaoui, à Outreau, a été condamnée à une peine plus légère que son mari pour des faits identiques commis ensemble. Devant la justice, être un homme est une circonstance aggravante. Dans la condamnation de Genève, le Tribunal de Police a considéré que le jeune garçon «semblait avoir librement consenti à entretenir des rapports intimes». A noter que la femme n’a pas fait un seul jour de prison préventive.

A part le fait que ce procès ait eu lieu au Tribunal de Police, juridiction la plus légère, et non en Correctionnelle ou aux Assises, on peut légitimement se demander ce qui serait advenu dans le cas d’un homme de 40 ans et d’une fille de 14 ans. Et bien on a la quasi-symétrie avec l’affaire Polanski… Et la prison est automatique. De plus il ne saurait être question de consentement à 14 ans: l’âge fait loi. Ou alors on abaisse l’âge de la maturité sexuelle à 14, 13, 12 ans! C’est ce qu’a fait implicitement le Tribunal de Police, créant ainsi une jurisprudence des plus dangereuses que nombre de pédophiles - hommes ou femmes - pourront maintenant invoquer en Suisse.


FemmePédo4.jpgEn finir avec le biais

Il ressort clairement que la justice fonctionne a deux vitesses selon qu’on est homme ou femme. Et que les crimes sexuels de femmes sont banalisés, considérés comme peu graves.

Il est urgent que la justice efface ce biais, soit en traitant les hommes comme cette femme, soit en traitant les femmes comme les hommes accusés: sans aucun ménagement. Il y va de la crédibilité de la Justice.

On attend un autre procès d’une mère incestueuse dans les semaines à venir. Il devrait y avoir aussi celui de la jeune femme qui a avoué avoir inventé un viol collectif. Ces affaires sortent peu à peu. Mais le chemin est encore long vers une nécessaire égalité judiciaire des hommes et des femmes, et à la fin de la criminalisation systématique et hystérique des hommes, criminalisation de principe qui envoie des innocents en prison faute d’avoir simplement fait une enquête ou étudié correctement les dossiers.

En matière de moeurs, le Tribunal d'opinion fonctionne à plein.

 

PS: Quand aux deux otages Suisses de la Libye, ils se demandent combien de poids et de mesures sont en jeu dans leur rétention arbitraire...

désert_sable-4.jpg

Catégories : société 81 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • As-tu des liens rendant compte de l'affaire de Genève ? Merci.

  • Antisthène:

    Ceux de l'article de journal (cliquer sur le texte en gris).

  • Je ne vois rien sur Genève. Par contre j'ai trouvé ça sur Google news. Excellent :
    http://www.lesquotidiennes.com/sexualit%C3%A9/femme-p%C3%A9dophile-une-r%C3%A9alit%C3%A9-encore-taboue.html

  • Oui c'est ce lien que j'ai mis, le texte en grisé à cheval sur la première et deuxième ligne du billet. Dans ce système c'est ainsi que les liens sont indiqués. N'oublie pas de cliquer sur le lien en bas de l'article: Bob, abusé à 14 ans.

  • Mais non, mais non, hommemachin. Réfléchis un peu voyons ..

  • Très bon article, qui met à la lumière un thème très peu connu et médiatisé. Espérons que les féministes mettent le sujet sur la table, comme elles l'ont fait pour les violences domestiques! Personne ne les égale en efficacité.

  • Hommelibre, vus avez omis dans votre billet la déclaration du jeune de 14 ans "abusé": "La justice, je n'y crois plus! " Ben il n'est pas le seul à ne plus y croire.

    Comme vous pouvez le constater, la journaliste n'a pas mis "violé" mais "abusé".... à en déduire que même les journalistes se permettent les deux poids deux mesures. Que des nourrissons, des enfants, soient violés et que des salauds en fassent commerce sur le net ne semble formaliser ni l'hébergeur, ni les "autorités" de surveillance?! Et bien moi, j'Hurle au scandale! Sans doute faudrait-il que ces "pédophiles" soient Juifs, pour qu'ils aient droit au lynchage médiatique et sur les Blogs!

    Ecoeurant!

  • Voici la référence de la Tribune de Genève :
    http://www.tdg.ch/geneve/actu/condamnee-couche-ami-fille-2009-07-24
    A noter que la pétasse a été condamnée avec sursis. Si c’était un homme alors… c’était de la prison ferme.

    @ Patoucha
    Lorsqu’une femme viole un garçonnet, une fillette, pratique l’inceste en famille, il se trouvera toujours une lumpen-pétasse féministe pour prendre sa défense et jeter l’opprobre sur ceux qui ont osé soulevés ce lièvre.
    Il faut tuer à jamais l’image que la femme est une vierge, une madone et surtout tordre le cou à ces vieilles maquerelles ivres de respectabilité.

    Patoucha comme tu le sais je suis un homme qui aime les vraies femmes et que je combats les féministes de tous bords.

  • Bonjour, mon ex épouse a été condamnée pour avoir "fait du bien" à ma fille de 7 ans à 24 mois avec sursis.

    Donc la pédophilie existe chez les femmes !

    Bien à vous

  • Le problème est en fait présent avant tout au niveau du code pénal Suisse. Dans notre législation, n'est nommé comme "viol" que les agressions sexuelles se portant sur des personnes de sexe féminin (art 190 cp), tandis que les actes commis sur des personnes de sexe masculin ne sont pas qualifiés de viol, mais de contraintes sexuelles, d'où la terminologie utilisée par la journaliste.

    Cela relève effectivement d'une différence d'appréciation comme vous le souligniez homme libre qui est parfaitement scandaleuse et pose de nombreux problèmes aux hommes victimes de tels actes, qui peinent justement à se penser comme victimes et tendent à la culpabilisation, chose qui se retrouve malheureusement aussi chez les femmes victimes de viol. Le problème étant que dans le cas des hommes, les représentations sociales appuyent cette dénégation de leur possibilité d'être "victimes" de viol.

    Au final on se retrouve encore une fois devant les mythes inventés par l'idéologie bourgeoise du 19e siècle, dont l'invention d'un prétendu "instinct maternel"...

  • @ Audrey:

    En effet...

  • @ Hypolithe.... "Patoucha comme tu le sais je suis un homme qui aime les vraies femmes et que je combats les féministes de tous bords."
    Vous allez adorer patoucha alors! elle ne sait faire que le ménage... sûrement votre définition de la vraie femme :)

    Pour le reste... franchement je trouve parfaitement condamnable le fait qu'une femme de 40ans couche avec un enfant de 14ans! MAIS... je dois dire que les rares hommes avec qui j'en ai parlé pour exprimer mon dégout face à ce genre de situation... j'ai eu droit à : "Franchement, si j'avais pu me tirer une chaudasse de 40piges qui m'aurait montré les choses de la vie au lieu de me galérer à trouver une petite miss de mon âge d'accord de me donner ce que je voulais j'aurais sauté sur l'occas..."
    La plupart des hommes eux mêmes ne considèrent pas ce genre d'actes répréhensibles... d'ailleurs pour info, je connais certaines pratiques dans le monde juif (je le suis...) qui laissent à désirer... la fête religieuse selon laquelle un garçon devient un homme (bar mitzvah: 13ans donc...) va souvent de pair avec dépucelage par une prostituée!! Donc bon... en attendant que le monde évolue... croisons les doigts :)

  • Hypolithe , bienvenue au club :)

  • @ Boo

    "Vous allez adorer patoucha alors! elle ne sait faire que le ménage... sûrement votre définition de la vraie femme :)"

    A nous deux ma petite et adorable provocatrice Boo.:) Si c'est tout ce que vous avez retenu de mes commentaires dans votre petite tête, c'est que ce qui vous sert de cerveau ne doit pas être plus grand qu'un pois chiche.

    " d'ailleurs pour info, je connais certaines pratiques dans le monde juif (je le suis...) qui laissent à désirer... la fête religieuse selon laquelle un garçon devient un homme (bar mitzvah: 13ans donc...) va souvent de pair avec dépucelage par une prostituée!!"

    Rhoooooooo Boo, toujours à délirer jeune fille? Où est le rapport entre un "dépucelage" et un viol? Vous auriez dû éviter de nous faire part de votre confession, les Juifs ayant la réputation d'être intelligents!

    Bonne continuation jeune fille!

  • Si vous ne voyez pas de différence entre un "dépucelage" imposé par les proches fait par une pute et un gamin qui se fait allumer et cède à une femme adulte.... alors je peux rien pour vous :)

    d'ailleurs pour moi le premier cas de figure est bien pire...

    pour le reste :) .... oui c'est bien tout ce que j'ai retenu de vous... ça et le fait qu'un homme qui fait le ménage est une lopette :)
    et pourtant... je n'ai pas la réputation d'avoir un pois chiche à la place du cerveau... fort heureusement, sinon je finirais p-e boniche.... comme vous :)

    Bonne continuation! :)

  • je voulais bien sûr dire "si vous ne voyez pas le rapport" et non la différence.... car elle est d'ailleurs flagrante :)

  • Indépendamment de la gravité des abus commis sur des mineurs femmes ou hommes, je constate qu'on qualifie de plus en plus systématiquement d'"enfants" des adolescents de 13 ou 14 ans qui sont entrés dans la puberté. Cela ne les rend pas moins victimes et abusés, mais il me semble que la distinction est à préserver, tant cette dénomination infantilisante (allez donc dire à un ado qu'il est un gosse, surtout quand il fait 1m80!) exacerbe l'aspect dramatique de situations qui le sont déjà bien assez.

  • Toute contrainte sexuelle aboutit au viol! Les articles 189,190, 191 et 193
    différencient les actes commis , contraintes sexuelle, viol, attouchements, etc, sans pour autant préciser le sexe de la personne qui les a commis.

    Il s'agit de savoir comment les juges se représentent un viol commis par une femme? Qui nous dit qu'elle s'arrête à des attouchements sur des bébés ou petits enfants des deux sexes? S'agissant de l'homme, l'idée d'une pénétration étant acquise! Les pédophiles étant avant tout de salauds pervers!

    "Date de mise à jour : Centre des publications officielles (Code pénal suisse)
    17.09.2009

    Il n'est nul part fait une distinction entre les deux sexes, bien au contraire, les homosexuels étant pris en compte.

    Tous les actes de violence domestique sont poursuivis d’office depuis le 1er avril 2004. Il peut s’agir de contrainte sexuelle ou de viol, mais aussi de lésions corporelles, de voie de fait ou de menaces réitérées. Il suffit que la violence intervienne au sein du couple, que celui ci soit marié ou non, hétérosexuel ** ou homosexuel. **

    Le Code pénal réprime également les actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance (art. 191 CP),

    Les victimes mineures doivent être représentées par leur représentant légal (père, mère ou tuteur). Toute autorité (enseignant, assistant social ou éducateur) a l’obligation de dénoncer les infractions mettant en danger les mineurs.

  • un passant, lollllll 13, 14 ans ils son encore mineurs là? Donc considérés comme des enfants. A quel âge s'arrête-t-on d'être un enfant?

  • Ben oui Boo, mais la différence est dans votre tite tête!
    Il ne faut jamais être sûre de rien!

    Bonne soirée jeune fille

  • @ Patoucha "A quel âge s'arrête-t-on d'être un enfant?" Excellente question! A mon sens, lorsqu'on atteint la puberté, on cesse d'être un enfant pour devenir un adolescent, transition physiologique vers l'âge adulte...
    On peut également poser la question dans l'autre sens: un adolescent est-il encore un enfant?

  • Oups, je n'ai gardé de mon passage précédent que mon article masculin...

  • @ Ramatou alias Boo
    "Si vous ne voyez pas de différence entre un "dépucelage" imposé par les proches fait par une pute et un gamin qui se fait allumer " et cède" à une femme adulte.... alors je peux rien pour vous :)"

    "et cède" C'est vous qui le dites? Si cela avait été le cas il n'y aurait pas eu plainte, vous ne croyez pas tie tête?! Si, si vous pouvez faire quelque chose pour moi, c'est 1/ d'arrêter vos délires 2/ de cesser vos provocations.

    "d'ailleurs pour moi le premier cas de figure est bien pire..."

    Lolllll c'est bien du Boo!!!! Au fait, c'est vous qui avez "dépucelé" votre copain?

    pour le reste :) .... oui c'est bien tout ce que j'ai retenu de vous... ça et le fait qu'un homme qui fait le ménage est une lopette :)

    Surtout s'il le fait par acte d'obéissance et que vous soyez assez crève la faim pour ne pas embaucher, avec deux salaires, une femme de ménage. Mais à préciser un point que votre tite tête n'a pu enregistrer: "L'homme est le donneur, la femme le receveur" j'explique donc, si un homme, après le boulot, doit faire en plus le ménage, ne vous attendez pas à ce qu'il vous "honore" à satisfaction et,pour être à votre "hauteur", à ce qu'il fasse des "prouesses au lit", tout VIRIL qu'il est! A moins qu'il n'y ait à passer l'aspirateur que dans 20m2 et 3 meubles à dépoussiérer.. passe, mais si en plus il doit faire la vaisselle, récurer les toilettes et passer la panosse.... lollllll si ce n'est pas une lopette c'est quoi? :)))))))))

    et pourtant... je n'ai pas la réputation d'avoir un pois chiche à la place du cerveau... fort heureusement, sinon je finirais p-e boniche.... comme vous :)

    A lire vos commentaires, je puis vous assurer que j'ai été généreuse avec le pois chiche.

    Comme moi? Lolllll il vous sera bien difficile de l'être! :)))))))))))

    Bonne soirée Ramatou!

  • Désolée, Hommelibre, mais cela semble être reparti pour un tour!

    Bonne soirée

  • Hé oui Patoucha, mais vous savez pourquoi: dire qu'elle a un pois chiche, c'est pas vraiment un argument! Raaahhhh... Essayez d'argumenter sans petite phrase, je parie que ce sera plus cool. Mais bon, sans vous commander.

  • @ Patoucha: j'ajoute et précise: les arguments, informations et positions que vous amenez sont prenables, même si l'on est pas d'accord on peu discuter. Vous faites même souvent un vrai effort de documentation, par exemple ici plus haut. Ce sont juste les petites phrases, les piques personnelles, qui desservent le dialogue et vous desservent... Ah, le tempérament!... ;o)

  • Il semblerait que la hache de guerre soit déterrée entre Patoucha et Boo... ;-)

  • Bof....qui peut s'entendre avec Patoucha? Elle dénigre, elle insulte, personne n'aime ça...déjà que souvent je ne suis pas d'accord avec elle sur le fond, je trouve la forme particulièrement déplaisante.

    Quand au sujet, à voir les commentaires ici et sur l'article de la tribune, il semble que les hommes soient vraiment partagés quand à cette problématique. De toute évidence, le jeune homme en a été perturbé. Quand à la pratique juive de déniaiser les garçons avec une pute, c'est révoltant et à mon avis contraire aux droits des enfants. Un combat de plus à mener.

    Sur ce , bonne nuit, les p'tites jeunes, les p'tites vieilles, et tous les autres.

  • Hommelibre, Oh, Hé, Hein Bon! qui a commencé et a dit :"Vous allez adorer patoucha alors! elle ne sait faire que le ménage... sûrement votre définition de la vraie femme :)

    Alors, à votre avis? Celui ou celles qui prennent plaisir à me provoquer doivent s'attendre à ce que vous appelez mes "pics" et je trouve incroyable quand vous dites qu'elles me desservent? Parce qu'elle, me provoquer ça la sert?

    Hommelibre, J'ai horreur de me perdre dans des pavés alors que la langue française nous donne la possibilité de dire les choses en quelques mots surtout pour répondre à des attaques d'égouts. Désolée mais je n'apprécie ni la vulgarité ni les familiarités d'autant qu'elles viennent de gamines sans éducation.

    Relisez donc et attaquez-vous à la bonne personne. Merci!

    Bonne soirée car moi, j'ai un film qui m'attend.

  • Boo 1, Patoucha 0

  • En fait, non Boo 1, Patoucha -1

  • @ patoucha:

    Vous avez raison, Boo est venue vous chercher. Donc, ce que je vous ai dit est valable aussi pour elle.

    Et je ne veux pas remonter à des semaines en arrière, car ce serait trop long de trouver qui a commencé...

    Donc, Boo, si vous lancez encore des piques à Patoucha, je ne vous fais plus de bisous!

    Raaahhhh, faut qu'un homme, un vrai, fasse la loi ici!!!... (hum... Mesdames, vous l'avez cherché... Et à vous crêper les chignon comme les hommes, vous allez devenir chauves...)

    (-_-)

  • @ un passant

    "Excellente question! A mon sens, lorsqu'on atteint la puberté, on cesse d'être un enfant pour devenir un adolescent, transition physiologique vers l'âge adulte..."

    On reste néanmoins dans du problématique. La puberté n'est pas forcément distribuée à tous dans des âges équivalents, et reste difficile à évaluer pour les garçons. Certaines filles, qui ne sont pas des exceptions, ont leurs menstruations vers 9-10, même si la norme se situe plutôt entre 12-13 ans. Je partage comme vous l'idée que 14 ans ce n'est pas tout à fait pareil à 8 ans, reste que cette définition par la puberté (qui a je crois été utilisée dans la question de l'imprescriptibilité des actes de "pornographie" infantile) est problématique car elle ne touche pas tout le monde au même âge, et que l'adulte en face ne sait normalement jamais rien de cette situation. En revanche il peut s'assurer de l'âge, au besoin avec une carte d'identité (pas très glamour, mais toujours mieux que de demander à sa conquête du moment si elle se trouve être réglée ;-)). On pourrait par contre discuter de l'âge de la majorité sexuelle (15 ans en France si mes souvenirs sont bons).

    La loi n'est pas toujours juste, mais pour donner lieu au moins d'arbitraire possible elle se doit, je crois, d'être claire. Ne serait-ce parce que chacun doit pouvoir se prémunir d'exécuter des actes illicites.

  • Les blogs sont un étonnant révélateur d'égos et du niveau d'éducation. Au sens large d'éducation: l'instruction d'une part et la bonne ou la mauvaise de l'autre... Il suffit d'un QI de 75 pour aller chercher des références sur Internet, mais le talent, l'humour et l'esprit ne s'improvisent pas. Ni l'empathie (ou l'antipathie) que l'on peut ou non générer...

  • "Raaahhhh, faut qu'un homme, un vrai, fasse la loi ici!!!"

    Je vous ferais remarquer que dans les bisbilles masculines, les hommes ne sont pas toujours en reste par ici, j'ai quelques souvenirs d'un certain remue-ménage à propos de supposées "castration" et de "couillus" dans le post sur le canada (certainement l'effet "caribou" ;-)) Encore un peu et on se jetait les slips à la figure.

    Ceci évidemment pour qu'il n'y ait pas que les femmes ("vraies" ou "pas vraies", c'est selon les goûts) qui apparaissent comme des furies!

  • Audrey: c'est pourquoi j'ai précisé: "Et à vous crêper les chignon comme les hommes, vous allez devenir chauves..." Histoire de dire avec humour qu'en effet les hommes ne sont pas en reste.

    Pour revenir à la notion de majorité sexuelle, on peut aussi se demander pourquoi elle a été fixée à un âge précis plutôt qu'aux premières règles pour les filles ou à la pilosité pour les garçons.

    Comment était-ce il y a 100'000 ans? Les humains faisaient-ils des enfants dès que c'était possible? La nature laisse la possibilité de la fécondité bien plus tôt que l'âge légal. Pourquoi cela a-t-il changé? Historiquement je n'en sais rien.

    J'imagine qu'à des époques où la durée moyenne de vie était beaucoup plus courte, il fallait se reproduire très tôt pour la survie de l'espèce. C'est encore la cas chez les animaux: ils n'attendent pas d'avoir l'âge légal! Alors pourquoi est-ce différent chez les humains?

    Mon hypothèse est la suivante: la culture chez l'humain, soit l'accumulation de connaissances, de techniques et de signifiants psychologiques et autres, s'est développée, avec elle les outils pour modeler le milieu et vivre plus longtemps. La transmission, l'apprentissage, prennent de plus en plus de temps. Pensez qu'aujourd'hui on finit parfois d'étudier à l'âge où d'anciennes générations mouraient, sans avoir encore été productif.

    Cet apprentissage prend donc du temps et de l'énergie. Or tout ne se développe pas en même temps. Si anciennement la maturation émotionnelle était peut-être plus rapide c'était peut-être pour réagir plus vite aux dangers de la vie et être capable émotionnellement d'élever des enfants très vite. Il y avait moins à apprendre, donc moins d'énergie mise pour cela. Aujourd'hui l'apprentissage prend beaucoup de temps et d'énergie, ce qui est moins compatible avec la maturité émotionnelle et le fait d'élever des enfants. D'où, dans mon hypothèse, le relèvement légal de l'âge de la maturité sexuelle. Aujourd'hui en Europe, à 12 ans, une fille n'est généralement pas mûre émotionnellement pour entretenir des relations de type couple. (Du moins c'est la théorie).

    Mais cela peut varier d'un individu à l'autre.

    Dans le cas cité dans mon billet, il s'agit de tenir compte de l'âge légal pour évaluer si un acte est illicite, et comparer le traitement judiciaire réservé aux hommes ou aux femmes dans le même cas de figure.

    Cela dit, au fond, je ne vois pas ce qui empêcherait une femme de 40 ans d'être amoureuse d'un garçon de 16 ou 18 ans. Chacun sa vie, chacun ses choix. Si l'on veut aller dans la psychologie on peut considérer comme cela se fait souvent que l'homme plus âgé qui va avec une plus jeune est un peu pervers. C'est la tendance actuelle. Alors Demi Moore est une perverse, et bien d'autres.

    Hormis les deux poids deux mesures devant la loi, le débat va beaucoup plus loin. Et une question: comment ce qui est naturel chez les animaux, y compris les différences d'âge, est-il devenu à ce point objet d'aversion chez l'humain?

  • Séraphin: 1 pour vous aussi, côté petites phrases...

  • Audrey, à propos du billet sur le Canada, je n'ai pas encore répondu à Claudia, elle tient un discours proche du votre. Mais je vais le faire.

  • @ Audrey
    On pourrait épiloguer longuement sur l'âge définit de la puberté selon les sexes, les régions, les époques, les moeurs, les coutumes, les minorités, etc.
    N'en demeure pas moins que j'éduque un fils de 7 ans pour qui la "zigounette" ne sert qu'à faire pipi, et à rien d'autre. Par ailleurs, ma vie m'a amené à travailler avec des ados de 13, 14 et 15 ans, qui savent très bien (garçons ou filles) à quoi sert leur sexe et qui sont en pleine effervescence des sens, de leur découverte, des jeux de séduction et de la fantasmatique qui en résulte (ou qui la précède).
    La conscience de la problématique (même hypothétique et virtuelle) et son niveau d'approche sont totalement différents entre un ignorant total et celui qui est en état de compréhension, même naïf et influençable. Pour moi la nuance est de taille. C'est pourquoi je m'étonne qu'on parle d'enfants alors qu'ils s'agit d'ados, et que je maintiens qu'il est important de faire la différence, sans jamais minimiser la gravité des drames conséquents aux abus avérés pour les uns et les autres, tous âges confondus.

  • @ un passant:

    Cela repose la question: quelle est la raison de l'âge légal? Que pensez-vous de l'hypothèse que j'ai mise juste avant?

  • @HL. J'avoue ne pas avoir tout lu et je m'en excuse, j'y reviendrai demain à tête reposée et avec grand plaisir. Mais en ce qui concerne l'âge légal, quelle est la règlementation en Suisse? Entre mineurs et mineurs, majeurs et mineurs, qui peut coucher avec qui et à quel âge, etc. Hormis le fait que la majorité sexuelle est à 16 ans, et qu'à partir de 18 ans on est totalement adulte et responsable, je suis peu au fait pour le reste...
    Un adulte majeur peut-il avoir une relation avec une personne de 16 ans, par exemple?

  • Moi aussi je reviendrai demain. Mais juste pour cette question, je crois qu'il y a une tolérance de 2 ou 3 ans, par exemple 18 ans - 16 ans. D'ailleurs é 18 ans j'ai eu une copine adorable qui avait 16 ans, et on s'est bien foutu de l'âge. A 17 j'en ai eu une sensiblement plus âgée (elle aurait eu droit au Tribunal...), et on s'en fichait aussi. C'est pourquoi je comprends vos réflexions. Le problème de la réalité d'une relation est autre chose que l'âge légal et que les biais judiciaires.

    Bonne nuit.

  • @Tous

    Un peu de clarification est nécessaire.

    Il convient de ne pas mélanger les notions de pédophilie, pédophile et âge légal. Seule la dernière question est strictement juridique.

    L'âge légal varie selon les pays. Quelques exemples :

    - En suisse 16 ans si la différence d'âge est de plus de 3 ans, autrement il n'y pas de limite d'âge.

    - 15 ans en France, mais alors seulement à deux et sans photographie.

    - 14 ans, en principe, en allemagne, autriche et portugal, pour autant qu'il n'y ait pas exploitation de l'inexpérience du jeune (la formulation
    de cette notion et son interprétation varie selon les pays).

    - 13 ans en espagne. Entre 13 ans et 16 ans, il y a infraction si l'ado est trompé par le méchant, par exemple, sur son âge, son état-civil, la volonté de l'épouser, d'organiser la fuite hors du mileu familial ...

    - Sauf erreur, l'âge était de 12 ans au Montana, Etat américain, en 1978 (aujourd'hui 16 ans).


    Pour revenir à la Suisse, il convient de revenir à une particularité, celle-ci prétend poursuivre les actes commis à l'étranger même s'il sont légal à l'étranger dès lors que la victime à moins de 14 ans et que l'auteur est de passage en Suisse. J'imagine que certaines aventures espagnoles pourraient donner lieu à des poursuites en Suisse.


    Quant à la pédophilie elle suppose selon l'une version de la classification des maladie de l'OMS la commission répétée (ou le besoin de commettre de façon répétée) des actes sexuels sur la personnes d'un mineur impubère ou en début de puberté. L'autre classification OMS propose de retenir strictement le critère de victime impubère.

    Relevons que la suisse à adopté une norme constitutionnelle d'imprecriptibilité qui ne concerne que les enfants impubères.

    Il y a sans doute lieu de réprimer pénalement certains comportement sexuels sur des gens trop jeunes mais le terme pédophile doit être réservé aux victimes impubères.


    @homme libre

    La femme mentionnée ne peut pas être qualifiée de pédophile sans autre bien que cela ne soit pas totalement exclu. En premier lieu parce que la victime était pubère (une version de l'OMS et la Constitution suisse qui exprime le sentiment dominant des juridiquement pensant). Ensuite un acte pédophile ne suffit pas et rien ne démontre qu'elle ait récidivé ou ait un besoin impérieux de récidiver. Ce dernier point est plus que plausible au vu de l'âge de sa victime.

    Je ne suis pas choqué de la condamnation prononcée. Par contre, ce qui est dérangeant est l'absence d'expertise psychiatrique visant à déterminer le risque de récidive (frais d'expertise finalement à sa charge).

  • @Audrey:
    1) Petite question qui n'est pas liée à ce que vous avez écrit plus haut: Je crois qu'on peut admettre qu'il existe un "biais" (un apriori, un parti-pris, une tendance) dont l'effet est de nous faire considérer (en tant que société) comme moins grave l'abus d'un garçon de 14 ans par une femme de 40 ans que l'abus d'une fille de 14 ans par un homme de 40 ans. Quelle est la part de la représentation sociale dans ce biais, et quelle est la part d'une éventuelle différence naturelle pré-existante?
    2) Je viens de lire dans Le Matin un article sur la fosse aux ours à Berne. J'ai pensé à l'idéologie gender (donc un peu à vous, aussi) en lisant la phrase suivante: "Quand des petits seront nés, il faudra les séparer de leur père pendant trois ans pour éviter une tuerie." Et que vois-je à l'instant sur ce billet? Votre petite phrase que voici: "Au final on se retrouve encore une fois devant les mythes inventés par l'idéologie bourgeoise du 19e siècle, dont l'invention d'un prétendu "instinct maternel"..." C'est bien amusant. Il est vrai que l'ours est l'emblème de la bourgeoisie bernoise.

  • J'adore ce site :)))

    @ Patoucha...

    Dépuceler mon copain? non fort heureusement ... je préfère quand ils ont de l'expérience :))

    "Surtout s'il le fait par acte d'obéissance et que vous soyez assez crève la faim pour ne pas embaucher, avec deux salaires, une femme de ménage. Mais à préciser un point que votre tite tête n'a pu enregistrer: "L'homme est le donneur, la femme le receveur" j'explique donc, si un homme, après le boulot, doit faire en plus le ménage, ne vous attendez pas à ce qu'il vous "honore" à satisfaction et,pour être à votre "hauteur", à ce qu'il fasse des "prouesses au lit", tout VIRIL qu'il est! A moins qu'il n'y ait à passer l'aspirateur que dans 20m2 et 3 meubles à dépoussiérer.. passe, mais si en plus il doit faire la vaisselle, récurer les toilettes et passer la panosse.... lollllll si ce n'est pas une lopette c'est quoi? :)))))))))"

    Que de niaiseries dans votre commentaire...

    Je n'ai pas de femme de ménage parce que mon copain refuse que qqn d'autre vienne chez nous... un peu parano je sais mais enfin quand bien même il y aurait femme de ménage il resterait toujours des choses à faire, dépoussiérer, faire à manger, faire les courses...

    Pour le reste... "l'homme est le donneur, la femme le receveur" c'est quoi ces conneries??!!!!! jamais entendu des bêtises pareilles!!! Pour info.... mon copain (ça lui a pris du temps mais c rentré) a compris que pas d'efforts de son côté pas de gâteries, parce que moi si je dois me taper toute seule le ménage, la vaiselle de la veille et en plus faire la bouffe ben je suis naze!!!... donc je sais pas de quoi vous parlez mais moi c'est plutôt dans ce sens là!! On se partage toutes les tâches et si pour vous nettoyer les chiottes est dégradant pour votre homme mais pas pour vous alors vous avez un sérieux problème!!!! Faut penser à vous faire soigner!!! Ou peut-être que le lavage de cerveau à trop bien pris... quoiqu'il en soit je vous plains...sincèrement.... quelle vie de merde vous devez avoir, de servitude constante.... ma pauvre....

    Mais enfin je comprend mieux mtn qu'en fait quand vous parlez de donneur et receveur vous parlez de prouesses au lit.... en fait vous vous contentez de faire la planche quoi!!! ca doit être d'un chiant de coucher avec vous!!!! pffffff..... je plains votre conjoint!

    Enfin!!

    Et pour les bisous hommelibre j'espère que vous m'en ferez toujours!!! :)))

  • Pas beaucoup de temps donc je vais faire petit à petit aujourd'hui:

    - je reprends votre point 1 Lord Acton:

    homme libre a déjà expliqué la problématique du "viol" (non qualifié comme tel) chez les hommes, qu'ils aient 14ans ou non. Il y a comme l'idée derrière que pouvant avoir des érections pendant cette contrainte, les hommes ne seraient pas vraiment forcés, alors même que désir et érection ne vont pas toujours de pair, dans un sens comme dans l'autre. Ensuite, en tant que représenté comme sexe "pénétrant", je pense qu'il est difficile d'imaginer une "prise" involontaire de l'homme, d'autant qu'on va considérer que l'homme aurait eu la force physique de se défendre. Un exemple de viol d'un homme par un homme illustre ce cas dans le "faites entrer l'accusé" consacré au prêtre de la vallée (plus le titre exacte). Un vieux monsieur qui avait fini par violer de jeunes sdf qu'il recueillait dans sa paroisser. C'est donc sans compter que la terreur ou l'ascendance qu'une autre personne a sur vous peut aussi tétaniser un homme, voir le rendre incapable de se défendre. Les violeurs ne sont d'ailleurs pas toujours rambo et/ou armés (viol aggravé), l'état de choc joue certainement dans ces cas. La plupart des victimes femmes souffrent d'ailleurs aussi de la culpabilité de n'avoir su se défendre.

    La question du "sexe pénétrant"/"sexe pénétré" entre donc de mon point de vue aussi dans cette part naturelle. Mais on élude alors qu'un homme peut aussi être pénétré. En ce qui concerne la souffrance du viol d'hommes par des femmes, un reportage de temps présent intitulé les "hommes battus" diffusé en 2007 évoquait le témoignage d'un homme menacé au couteau par sa compagne de lui faire l'amour. Dans la dimension du viol, comme de la violence physique, les conventions de ce qui devrait être naturel peuvent être bousculées et ces cas souffrent souvent d'un manque de prise en compte parce que biologiquement ces hommes auraient pu se défendre. D'où, clin d'oeil à un travail que j'avais envoyé à homme libre, l'idée dans la société que ce sont peut-être de "fausses" victimes, ou alors de "faux" hommes, l'image de la virilité étant à l'opposé de ces situations. D'où aussi le problème de ne considérer que le biologique, ou de lui offrir une prépondérance, sur le psychologique dans ces cas.

    Ce qui compte au final c'est la souffrance de celui/celle qui subit, et dans ce cas je ne sais pas s'il y a de différence entre un homme et une femme.

    Je reviens plus tard

  • @ ads. Voilà une intervention comme je les aime: c'est clair, instructif et sans chichis. Cela démontre à quel point tout cela est culturel et subjectif, puisqu'on oscille selon les pays entre 12 et 16 ans.

    @HL. Ceci me renvoie à votre question. L'âge légal n'est pas le même partout, et rappelons au passage qu'au moyen âge, à 15/16 ans, on était déjà marié avec des gosses.
    Un élément qui me paraît déterminant, c'est que l'augmentation constante de l'espérance de vie fait qu'on considère les jeunes de plus en plus jeune, et même parfois les personnes âgées, on les considère encore jeune. Il n'est pas rare d'entendre à destination d'un jeune homme de 20 ans, C'est encore un gosse! Et dans l'autre sens également: Le pauvre, il est mort à 70 ans, c'est encore jeune!

    Enfin, avec toutes ces affaires de "pédophilie", la charge émotionnelle et les amalgames qu'elles véhiculent, il ne serait pas étonnant qu'un jour ou l'autre, des populistes inspirés, proposent d'élever l'âge légal de la sexualité à 18 ans. Après tout, d'autres on bien proposé en son temps d'élever l'âge de la retraite.

  • @ adsl:

    Merci pour ces précisions. Le critère de l'OMS semble raisonnable et peut être pris comme référence. Auquel cas la dame condamnée à 180 jours-amende avec sursis ne doit en effet pas être considérée comme pédophile. Reste la contrainte, et la loi de l'âge. On peut d'ailleurs considérer que si elle n'est pas pédophile, Polanski non plus malgré le nombre de fois où cela a été dit de lui. Pour Frédéric Mitterrand, il n'a jamais dit ou écrit avoir eu des relations avec des mineurs, qui plus est impubères. Les mots lâchés à tous vents avec force montrent pour moi que les questions sexuelles sont devenues un des épouvantails de notre société, sur lesquels nous déversons notre haine et nos angoisses, comme je le suggérais dimanche dans mon billet sur le Tribunal d'opinion.

    @ un passant:

    En effet les femmes de 15-16 ans avaient déjà des enfants il y a quelques siècles, dans de nombreuses régions du monde, et cela semblait normal. Cela rejoint mon questionnement: à quelle époque l'âge légal a-t-il été relevé et pour quelles raisons? Mon hypothèse tient-elle: allongement de l'espérance de vie et du temps d'apprentissage? Ce ne sont peut-être pas les seuls facteurs mais ils peuvent avoir du sens.

    Depuis l'affaire Dutroux la pédophilie est devenue un des repoussoirs sociaux-culturels. Je comprends parfaitement la limitation que l'on fait concernant les relations sexuelles, mais je trouve que l'on en fait beaucoup, et comme vous le soulignez la charge émotionnelle est assez extrême sur ces questions. Ce qui freine la possibilités d'avoir des débats objectifs. Les victimes souffrent, cela nous ne devons jamais l'oublier, mais en fait nous amplifions leur souffrance, en faisons le principal élément de référence, nous contaminons l'ensemble de la société de cette souffrance, et nous finissons par vouloir lyncher tout ce qui touche à la sexualité pour décharger l'angoisse qui nous étreint. Quelle qu'en soit l'origine, l'angoisse a besoin d'objets de projections pour s'apaiser momentanément. Les risques de dérives sécuritaires se fondent et se nourrissent de cette angoisse.

    Je rappelais il y a quelques temps que la vidéosurveillance en Angleterre avait un résultat quasi nul sur la prévention des délits. Mais on continue à en installer sous prétexte qu'il en faut plus. Bientôt une caméra par habitant? Big Brother se rapproche...

  • Lord Acton, je reviens à nos ours!

    Je ne suis pas tout à fait sûre d'avoir compris la question, ou l'allusion qui se cachait derrière le 2e point. S'agissait-il d'un questionnement sur le genre appliqué à nos amis à poils?

  • @Audrey:
    Sur les ours, c'était surtout une boutade. Je me demandais si les ours mâles et femelles avaient attendus d'être l'emblème de la bourgeoisie bernoise pour développer des attitudes très différentes envers les oursons (puisque, selon l'idéologie gender, l'instinct maternel serait une invention datant du XIXème siècle).

  • @ HL. L'espérance de vie demeure pour moi le critère déterminant. Au moyen âge, on avait déjà parcouru la moitié de sa vie à 15 ans, aujourd'hui l'espérance de vie à plus que doublé, donc on peut se permettre d'aller plus lentement, notamment en matière de sexualité et de procréation. Et c'est louable. Qui pourrait se réjouir de nos jours que sa fille de 15 ans tombe enceinte?

    En ce qui concerne l'affaire Dutroux, n'oublions pas que sans elle il n'y aurait jamais eu l'affaire d'Outreau. C'est l'émotion suscitée par la première qui a encouragé la vindicte aveugle de la seconde. Désormais, on a l'impression que chaque juge rêve d'entrer dans la lumière grâce à son "affaire pédophile du siècle" qui va émouvoir dans les chaumières et faire de son justicier un héros médiatique. Cette dérive ne sert ni les authentiques victimes, ni les faux coupables, me semble-t-il.

    En ce qui concerne l'affaire, je suis en effet étonné depuis son origine qu'on qualifie Roman Polanski de pédophile alors que sa victime avait près de 14 ans au moment des faits, et qu'elle était donc puberte. Comment expliquer que nul ne remette en cause ce qualificatif? Ne s'agit-il pas dans son cas de viol sur mineure? J'aimerais volontiers être éclairé sur ce point...

  • Erratum dernier paragraphe: "En ce qui concerne l'affaire Polanski"...

  • Lord Acton, c'est n'est pas selon l'"idéologie" gender, mais selon l'histoire de cette période, dans notre contexte culturel. Bien que les années 90 aient été très productives, certaines choses se sont tout de même écrites déjà auparavant.

  • Souvenez-vous des roucoulements amoureux de Dalida sur un jeune homme qui avait 18 ans, beau comme un enfant. Voici les paroles de la chanson pour celle qui comme elle le dit elle-même avait deux fois 18 ans.
    Il venait d'avoir 18 ans
    Il était beau comme un enfant
    Fort comme un homme
    C'était l'été évidemment
    Et j'ai compté en le voyant
    Mes nuits d'automne
    J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
    Un peu plus de noir sur mes yeux
    Ça l'a fait rire
    Quand il s'est approché de moi
    J'aurais donné n'importe quoi
    Pour le séduire

    Il venait d'avoir 18 ans
    C'était le plus bel argument
    De sa victoire
    Il ne m'a pas parlé d'amour
    Il pensait que les mots d'amour
    Sont dérisoires

    Il m'a dit: "j'ai envie de toi"
    Il avait vu au cinéma
    Le blé en herbes
    Au creux d'un lit improvisé
    J'ai découvert émerveillée
    Un ciel superbe

    Il venait d'avoir 18 ans
    Ça le rendait presqu' insolent
    De certitude
    Et pendant qu'il se rhabillait
    Déjà vaincue, je retrouvais
    Ma solitude

    J'aurais voulu le retenir
    Pourtant je l'ai laissé partir
    Sans faire un geste
    Il m'a dit "c'était pas si mal"
    Avec la candeur infernale
    De sa jeunesse

    J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
    Un peu plus de noir sur mes yeux
    Par habitude
    J'avais oublié simplement
    Que j'avais deux fois 18 ans.

  • @ Duda:

    Utile petite piqûre de rappel! Cette chanson n'a choqué personne, on la trouve même en général très belle. Dalida est une icône! Et elle a d'ailleurs bien raison de chanter cela, elle a le droit de vivre ça si ça lui plaît. Il y a eu Piaf avec Sarapo, Demi Moore, et combien d'autres? (Marrant d'ailleurs comme la femme avec un plus jeune est une victoire féminine, alors qu'un homme avec une plus jeune est plutôt vu comme un pervers).

    Parce que si ça continue, il va y avoir des lois du genre:

    - le droit d'être en couple seulement avec quelqu'un de 5 ans de plus ou de moins;
    - pas le droit pour un patron de sortir avec son employée, ou pour une patronne avec son employé;
    - d'ailleurs on devrait aussi empêcher les gens de religions différentes de se marier;
    - etc...

    Je blague bien sûr, mais à force il y a comme une tendance explicite ou implicite vers le jugement et la judiciarisation des rapports hommes-femmes qui est assez oppressante.

    Par rapport à cette chanson, et pour alimenter la dissymétrie actuelle hommes-femmes ou le 2 poids 2 mesures, imaginons que ce soit un homme qui la chante:

    Elle venait d'avoir 18 ans
    Elle était belle comme une enfant
    Fragile comme une femme
    C'était l'été évidemment
    Et j'ai compté en la voyant
    Mes nuits d'automne
    (etc)

    Ben, pas sûr que ce soit apprécié. L'homme se ferait plus facilement traiter de satyre, de prédateur, etc. Enfin c'est mon impression.

    Pour ce qui est des chansons, je me souviens d'une phrase d'une de Michel Sardou (dont j'ai oublié le titre), où il dit: "J'ai envie de violer des femmes"

    Ca, franchement, j'aime moins. J'ai beau me dire que l'art c'est du second degré, que c'est pas parce que l'on voit des viols au cinéma que ça le rend sympathique, cette phrase m'a toujours heurté.

  • @ Hommelibre
    "Pour Frédéric Mitterrand, il n'a jamais dit ou écrit avoir eu des relations avec des mineurs, qui plus est impubères"

    Encore une fois, il est très important que tu cesses de défendre Mitterand, sinon tu vas te discréditer en tant que défenseur des hommes faussement accusés, et passer pour un défenseur des hommes tous azimuts, y compris des pédophiles.

    Mitterand a écrit avoir eu des relations tarifées avec des mineurs : il n'y a aucun doute là-dessus, il suffit de lire. En 2005 je l'ai vu plusieurs fois à la télé, très gêné devant des journalistes très gênés eux aussi, et c'était tellement clair que personne ne posait la question "des mineurs ou des majeurs ?" parce qu'il n'y avait pas à la poser. Ici, en France, personne ne le croit, même pas ses copains de la classe politico-médiatique qui font tout pour le sauver (grosse différence avec les faussement accusés, qui eux sont lynchés par cette même classe). Il y a bien assez d'exemples d'hommes faussement accusés : inutile d'utiliser celui-la qui n'est vraiment pas une référence !

  • @ Antisthène:

    Je comprends bien ta remarque. Dans les extraits du livre qui font débat, et qui ont été reproduits in extenso sur divers blogs, il n'est pas question de mineurs. L'afirmer est donc une supposition, pas une certitude. A moins que tu aies d'autres documents. Je ne défends pas F. Mitterrand, personnage pour lequel je n'ai pas d'affinités et dont la manière de parler ne passe pas. Je n'en fais pas du tout une victime de fausse accusation. Mais je souhaite que les mots soient utilisés à bon escient. Sans quoi, on tombe dans le Tribunal d'opinion.

  • Si les mots "gosses" et "éphèbes" ne désignent pas des mineurs, je ne sais pas ce qu'ils veulent dire !

  • Je confirme avoir lu ces termes dans les extraits disponibles sur le net: "gosses" et "éphèbes"....donc bien loin des gens prétendument du même âge que F.Mitterand comme il l'a expliqué dans son intervention télévisée. C'est donc un menteur...

    De plus, admettre qu'il est dans son univers dans les relations tarifées, que de voir ces "éphèbes" le met dans tous ses états, semble bien une apologie de la prostitution, et de la prostitution avec de jeunes, voir de très jeunes hommes, qu'il appelle lui-même "garçon".

    On trouve facilement les extraits controversés de son livre sur le net, renseignez-vous donc.

  • Antisthene, demandez à un québécois : comment vont tes gosses ? Vous serez surpris de la réponse !

  • EXTRAITS:

    “J’ai pris le pli de payer pour des garçons .. Évidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur le commerce des garçons d’ici .. Je sais ce qu’il y a de vrai. La misère ambiante, le maquereautage généralisé, les montagnes de dollars que ça rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. Mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément .. On ne pourrait juger qu’un tel spectacle abominable d’un point de vue moral, mais il me plaît au-delà du raisonnable .. La profusion de jeunes garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de réfréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas.” (Frédéric Mitterrand - extraits de La Mauvaise vie)

  • Il a raconté en effet n'importe quoi sur les "garçons de 40 ans". Pas de doute là dessus. Par contre on dit facilement gosse ou enfant pour quelqu'un de 20 ans quand on en a soi-même 40. C'est une manière de fantasmer sur la jeunesse. Cela peut bien sûr signifier que dans son esprit ce sont des enfants. Pas forcément dans la réalité de l'âge. D'autre part je lis parfois "jeune homme de 40 ans" ou "jeune femme, 40 ans", sur des annonces, il y a donc un objet fantasmatique autour de l'âge. Un éphèbe est une image. La définition est d'ailleurs multiple: adolescent, beau jeune homme, adonis. Pour moi, loin de défendre Frédéric Mitterrand, je souhaite que les mots recouvrent bien une réalité, vu l'amplification qui est faite de certains termes quand il s'agit de juger quelqu'un.

    Pour le tourisme sexuel, c'est autre chose, et même si c'est déplaisant, on devrait alors dire que tout tourisme dans les pays en développements est une exploitation de la misère. Le touriste qui va simplement au Maroc a plus d'argent que les marocains, et peut se payer un guide ou des objets que les marocains eux-même ne peuvent pas. Le tourisme - sexuel ou autre - est une exploitation dans ce sens. La différence, et ce qui fait jugement, est que ce soit sexuel. Mais la prostitution existe aussi chez nous. Soit on l'admet, soit on parle d'exploitation. Auquel cas on devrait parler d'exploitation pour tout service que l'on paie. Encore une fois, ce qui fait différence et induit un jugement, c'est l'aspect sexuel.

    La sexualité, même dans un cadre licite, fait donc décidément problème...

  • S'il a raconté n'importe quoi lors de son interview, il y a vraiment lieu de douter de la sincérité de ses dires...prétendre que les éphèbes, les gosses, et les très jeunes garçons avaient 40 ans n'a fait qu'accroître les suspicions à son égard...
    Pour mentir à ce point, c'est qu'il a des choses à cacher...
    pour un ministre de la culture, il devrait connaître la sémantique de son vocabulaire....

  • Encore heureux, qu'elle fasse problème, HL, car où il n'y a plus de gêne, y a plus de plaisir...
    Et si une star de 2 fois 18 ans confessant son amour pour un éphèbe nous émeut, alors qu'un type du même âge passerait pour un vieux cochon, c'est sans doute que la chose implique toutes sortes de non-dits. A commencer par le rapport de pouvoir ou financier entre les deux (homme ou femme d'ailleurs, mais il est plus rare que les femmes aient l'argent) et l'injustice fondamentale qui fait qu'à partir de 40 et quelques, une femme vieillit plus vite qu'un homme sur le marché commun de l'appétence sexuelle.
    Sans compter tout ce qui été dit sur le sexe pénétrant et le sexe pénétré, qui même dans un rapport purement amoureux, n'en reste pas moins une différence fondamentale. Même si pour que la chose soit vraiment amusante, mieux vaut être deux à participer, et à s'activer, n'est-ce pas Boo :-)

  • Mouais, Séraphin, mais la dame a bien dit "Il venait d'avoir 18 ans"...donc majeur, lol....encore que, à l'époque, je ne sais plus si à 18 ans on était déjà majeur...et vérifications faites, c'est en 1974 (année de sortie de la chanson)que la majorité en France est passée à 18 ans...ouf, la morale est sauve...(?)

  • La morale est sauve, de peu... Ce qui montre bien la difficulté de poser des limites, pourtant nécessaires, pour éviter de les exploser !
    Mais j'aimerais tout de même bien savoir comment il faisait pour avoir une érection, le gars cité plus haut, sommé de faire l'amour à sa moitié sous la menace d'un couteau ? Sauf bien sûr si cela rejoignait un de ses fantasmes ? Que toutes ces choses du sexe sont compliquées ! mais cela ne fait-il pas partie de leur magie ?

  • @ Vieuxschnock:

    Bien d'accord que ce mensonge dérange, en effet. Cache-t-il la réalité? Protège-t-il simplement son image? Je comprends vos doutes. Ce qui est dérangeant, en tant que fonctionnement social, c'est la suspicion sans preuve.

    @ Séraphin:

    Je veux dire qu'on a vite fait de juger comme dérangeant ce qui ne nous ressemble pas. Et la sexualité est un domaine où c'est particulièrement développé, avec moultes connotations. Mais après tout, il y a de nombreuses variations possibles hors de la position du missionnaire...

    La gêne autour de la sexualité est très ancienne et a traversé de nombreuses époques. Il y a 3 ou 4 générations en arrière, les couples prenaient leur bain en maillot pour ne pas se voir nus.

    J'admets comme utile l'évolution de la sexualité animale vers la sexualité humaine, plus culturelle que purement instinctive. C'est allé de pair avec l'évolution du monde des sentiments et de la conscience de ses actes. D'ailleurs, je pense que cette évolution de la sexualité a permis aussi d'amplifier le plaisir partagé: on ne copule pas en 10 secondes, on prend du temps. Mais je partage aussi la vision que nombre de conformisme ou d'interdits sur la sexualité (entre adultes) est le résultat d'une prise de pouvoir sur les individus par une autorité politique ou morale. Dans le plaisir de deux individus, l'autorité n'a plus de prise.

  • Bonjour Séraphin,

    Pour l'histoire du couteau, la chose n'était pas vraiment développée dans le reportage de temps présent. Par contre il n'apparaissait pas qu'il s'agissait d'un jeu sado-maso, mais bel et bien d'un cas de violence domestique, c'est en tous cas comme cela que le rapportait le monsieur concerné. Qu'il y ait eu ou non acte après n'enlève rien à la violence de la sommation. Des cas de contraintes sexuelles avec érection sont par contre avérés, et d'autant plus difficiles à gérer évidemment. Après tout on peut avoir envie et souffrir d'impuissance, alors pourquoi pas le contraire?

  • La question est intéressante, Audrey, mais je crains que l'on ne puisse pas inverser ainsi les choses. On peut tout au plus différencier l'envie théorique (l'amour ou l'attirance physique) de l'envie pratique (le désir purement animal). Quoique cela ne me soit jamais arrivé, je peux admettre qu'une femme qui inspirerait du dégoût parviendrait peut-être malgré tout à stimuler une érection par des caresses expertes, mais ce serait alors une forme de désir animal contre la volonté de l'homme.
    De même une femme violée pourra produire de la lubrification. Cela ne signifie pas qu'elle est d'accord avec le viol, mais ce n'est pas non plus à mon avis, une simple défense pour éviter d'avoir mal. C'est un atavisme purement animal qui fait qu'une stimulation sexuelle produit de la lubrification. Cela n'enlève rien à la violence inadmissible d'un viol, au contraire, mais cela explique que quelques abrutis violeurs aient eu la surprise de se croire désirés...
    Un homme, à ma connaissance, ne peut pas avoir d'érection par simple volonté d'en avoir. Donc encore moins par injonction d'une tierce personne. Il faut qu'il éprouve un désir (souvent liée à l'image, réelle ou virtuelle) ou que ses zones érogènes soient stimulées ou qu'il fantasme. Ou que sa petite amie lui susurre des trucs tendancieux au téléphone. Ou qu'il ait bouffé du viagra. Bref, ce n'est pas son esprit qui dit "je veux bander" ce sont ses sens, ses sensations, ses rêves ou la chimie qui l'y conduisent. Sans oublier l'Amour toujours...
    C'est là sans doute un grand mystère du sexe que ce côté qui n'obéit pas à l'esprit conscient, même si la conscience est un plus incontestable dans les joutes amoureuses.
    Il serait cependant intéressant d'interroger des acteurs pornos sur ce point, puisqu'on les dit capables de performances étonnantes.

  • "Mais j'aimerais tout de même bien savoir comment il faisait pour avoir une érection, le gars cité plus haut, sommé de faire l'amour à sa moitié sous la menace d'un couteau ? Sauf bien sûr si cela rejoignait un de ses fantasmes ? Que toutes ces choses du sexe sont compliquées ! mais cela ne fait-il pas partie de leur magie ? "

    Séraphin Lampion, vous ne devez pas ce copier/coller à mon QI,:))(j'ignore celui de l'amuseur qui s'est lancé dans cette recherche) mais à un hasard qui fait bien les choses... :) Peut-être trouverez-vous votre bonheur à vos questionnements sur les fantasmes sexuels:

    Abasiophilie - Attirance sexuelle envers les personnes ayant des difficultés à marcher (chaise roulette, béquille, etc).

    Ablutophilie - Être excité sexuellement par les bains et/ou les douches

    Acarophilie - Affinité envers les démangeaisons

    Achluophilie - Être excité sexuellement par la noirceur

    Acotomoclitisme - Attirance envers les pubis rasé

    Acousticophilie - Être excité sexuellement par les sons

    Acrophilie - Être excité sexuellement par les hauteurs ou la haute altitude

    Acrotomophilie - Excitation sexuelle par l'idée d'avoir une relation sexuelle avec un amputé

    Actirastie - Attirance sexuelle envers les rayons de soleil

    Adamitisme - Se mettre nu pour Dieu

    Agalmatophilie - Attirance sexuelle envers les mannequins

    Agenobiosis - Couple marrié qui consent à vivre ensemble sans sexe

    Agonophilie - Être excité sexuellement par quelqu'un qui fait sembler de s'auto-étrangler

    Agoraphilie - Excitation sexuelle à être dans un lieu public ou à avoir une relation sexuelle dans un lieu public

    Agrexophilie - Être excité sexuellement par le fait de savoir que d'autres personnes savent que vous êtes en train d'avoir une relation sexuelle

    Aichmophilie - Être excité sexuellement par des objets pointus

    Albutophilie - Être excité sexuellement par de l'eau

    Alektotophilie - Attirance sexuelle envers les poulet / la volaille

    Alliumphilie - Être excité sexuellement par l'ail

    Alloerastie - Utilisation de la nudité d'une tierce personne pour en exciter sexuellement son partenaire

    Allorgasmie - Excitation sexuelle provoqué par le fantasme sur une autre personne pendant une relation sexuelle

    Allotriorastie - Attirance sexuelle envers les personnes d'autres pays, peuples ou "couleur de peau"

    Alphamegamie - Attirance sexuelle envers les personnes d'un autre groupe d'âge

    Altocalciphilie - Attirance sexuelle envers les personnes qui portent des talon-hauts

    Alvinolagnie - Fetish de l'estomac

    Amatripsis - Technique de masturbation en deux partenaires féminins qui se frottent l'entre-jambe

    Amaurophilie - Faire l'amour avec quelqu'un qui ne peut pas voir par un moment artificel, (ex. les yeux bandés) ou encore dans le noir

    Amaxophilie - Excitation sexuelle provoquée par le fait de conduire un véhicule motorisé

    Amelotasis - Attraction sexuelle envers une personne qui lui manque un membre

    Ammophilie - Être excité sexuellement par le sable

    Amomaxie - Relation sexuelle dans un stationnement

    Amulierosis - Résultat d'une abstinence sexuelle trop longue

    Amychesis - Graffigne infligée à son partenaire pendant une relation sexuelle

    Amychophilie - Aimer se faire graffigner pendant une relation sexuelle

    Anaclitisme - Excitation sexuelle provoqué par des jouets que les jeunes enfants utilisent

    Analinctus - Lécher l'anus de quelqu'un

    Analingus - Pénétration de l'anus au moyen de la langue

    Anastimaphilie - Être excité sexuellement par des personnes de grandeur différente de la nôtre

    Anaxyphilie - Tomber en amour avec quelqu'un sachant que l'on pourrait avoir mieux

    Androïdisme - Attirance sexuelle envers des robots qui ont des caractéristiques humaines

    Andromimetophilie - Attirance sexuelle envers des femmes qui s'habillent en hommes

    Androsodomie - Sexe anal avec un partenaire masculin

    Anililagnie - Attirance sexuelle envers les femmes d'âge mûr

    Anomeatie - Sexe anal avec un partenaire féminin

    Anophelorastie - Excitation sexuelle provoquée par le fait de piller quelqu'un

    Anthropophagie - Plaisir sexuelle provoqué par l'ingestion de chair humaine

    Anthropophagolagnie - Viol avec canibalisme

    Antiophilie - Excitation sexuelle provoquée par les innondations

    Antolagnie - Excitation sexuelle à l'odeur des fleurs

    Aphephilie - Excitation sexuelle provoqué par le fait d'être touché

    Aphilophrénie - Avoir le sentiment que quelqu'un est est mal-aimé

    Apodysophilie - Avoir le désir de se déshabiller partout

    Apotemnophilie - Excitation sexuelle par l'idée de se faire amputer un membre

    Arachnephilie - Attirance sexuelle envers les araignées

    Asphixophilie - Se couper la respiration à interval régulier (ex. par strangulation) pendant l'acte

    Asthenolagnie - Excitation sexuelle provoquée par le fait d'être faible ou humilié

    Audiophilie - Être excité sexuellement par les sons enregistrés

    Aulophilie - Être excité sexuellement pas des flûtes

    Autagonistophilie - Contrairement à l'exhibitionnisme, qui consiste à exposer des organes génitaux à des gens qui ne le désirent pas, cette déviance consiste à créer des situations dans lesquelles une personne pourrait nous voir nu si elle le désire. Par exemple, un autogonistophile va laisser les rideaux de ses fenêtres ouverts et va se promener nu dans la maison, laissant la possibilité aux passants de l'observer nu s'ils le désirent.

    Autassassinophilie - Excitation sexuelle provoqué par le fait d'organiser le meurtre d'une personne par la main d'une autre

    Autogynephilie - Être excité sexuellement à l'idée d'être une femme ou de s'habiller/se comporter comme une femme. Touche seulement les hommes

    Automysophilie - Être excité sexuellement par le fait de se sentir sale ou maculé

    Autonecrophilie - Être excité sexuellement par le fait de s'imaginer en tant que cadavre / mort

    Autonephile - Attirance sexuelle envers ceux qui portent des couches

    Autonepiophilie - Être excité sexuellement par le fait de se comporter comme un bébé

    Autophilie - Être amoureux se soi-même

    Autoscopophilie - Être excité sexuellement par le fait de regarder notre propre corps

    Autovoxiphilie - Être excité sexuellement par notre propre voix

    Avisodomie - Pratique sexuelle qui consiste à briser le cou d'un oiseau en le sodomisant

    Axilisme - Attirance sexuelle envers les aisselles

    Batrachophilie - Attirance sexuelle envers les grenouilles

    Belonephilie - Attraction sexuelles envers les aiguilles ou les objets pointus

    Biastophilie - Avoir du plaisir à violer fortement un étranger terrifié

    Bondage - Etre attaché et ne plus etre capable de bouger

    Botulinonie - Sexe avec une saucisse

    Bromidrophilie - Être excité sexuellement par les senteurs du corps

    Brontophilie - Être excité sexuellement par les orages

    Canidaephilie - Attirance sexuelle envers les canins

    Canophilie - Attirance sexuelle envers les chiens

    Capnolagnie - Être excité sexuellement par la fumée des autres

    Carpophilie - Être excité sexuellement par l'usage sensuel de fruits

    Catagelophilie - Être excité sexuellement par le fait d'être ridiculisé

    Catheterophilie - Être excité sexuellement par les objets utilisés en médecine

    Chasmophilie - Être excité sexuellement par les recoins, les fissures, les crevasses et les gouffres

    Cheimaphilie - Préférer avoir des relations sexuelles pendant l'hiver ou pendant qu'il fait froid

    Chionophilie - Être excité sexuellement par la neige

    Choreophilie - Être excité sexuellement par le fait de dancer

    Chrematistophilie - Être excité sexuellement par le fait de devoir payer pour du sexe

    Chronophilie - Quelqu'un dont l'âge mental sexuel ne correspond pas à son âge physique est dit chronophile

    Chrysophilie - Attirance sexuelle envers l'or ou les objets dorés

    Claustrophilie - Excitation sexuelle provoquée par le fait d'être dans un espace clos

    Climacophilie - Plaisir sexuel provoqué après avoir déboulé un escalier

    Coît intercrural - Excitation ressentie en insérant le pénis entre les cuisses de la partenaire

    Coprolalie - Faire des téléphones obscènes

    Coprophilie - Etre excité par des excréments

    Coulrophilie - Vouloir etre diverti par un clown lors de l'acte sexuel

    Cratolagnie - Être excité sexuellement part des démonstrations de force

    Crurophilie - Être excité sexuellement par les jambes

    Cryophilie - Attirance sexuelle pour des objets froids

    Cryptovestiphilie - Être excité sexuellement par des sous-vêtements de femme

    Cunilagnie - Excitation sexuelle seulement en parlant des organes génitaux féminins

    Cypripareuniaphilie - Attirance sexuelle envers les prostituées

    Dacryphilie - Être excité sexuellement par les larmes de notre partenaire

    Dendrophilie - Attirance sexuelle envers les arbres

    Doraphilie - Excitation sexuelle par la sensation de la fourrure qui se frotte sur la peau

    Dystychiphilie - Être excité sexuellement par les accidents

    Ecdemolagnie - Être excité sexuellement par le fait d'être éloigné de chez soi

    Ecdysiophilie - Être excité sexuellement par les personnes qui font un strip-tease

    Echangisme - Échange de partenaire sexuel entre couples

    Electrophilie - Etre excité par les choc electriques

    Emétophilie - Attirance sexuelle envers le vomi

    Endosomatophilie - Être excité sexuellement par l'encapsulation complète d'une créature vivante dans une autre créature vivante (ex: insérer un serpent dans l'anus, manger une créature encore vivant, etc)

    Endytophilie - Être excité sexuellement par le fait de faire l'amour avec une personne habillé

    Enema - Lavements de l'intérieur de l'anus au moyen d'eau savonneuse

    Ephebophilie - Personne agé qui n'est attiré sexuellement que par des adolescents

    Epistemophilie - Préoccupation anormal de toujours vouloir acquérir du savoir

    Eproctophilie - Excitation sexuelle procurée pas des bines

    Eremophilie - Être excité sexuellement par le faitr de se faire laisser seul

    Ergophilie - Être excité sexuellement par le travaux / les tâches

    Erotonophophilie - Excitation sexuelle par l'idée de commettre unmeurtreErythrophilie - Être excité sexuellement par ceux quirougissent

    Exhibitionnisme - Exposer ses organesgénitaux

    Exophilie - Être excité sexuellement par les choses étranges

    Flatuphilie - Être excité sexuellement par les pet / flatulences

    Fétichisme - Avec un objet inanimé ou une partie du corps

    Fist-fucking - Insérer un poing dans le vagin ou l'anus

    Formicophilie - Attirance sexuelle envers de petites créatures

    Forniphilie - Être excité sexuellement par le fait de se servir de son partenaire comme meuble

    Frotteurisme - Frotter ses organes génitaux contre quelqu'un

    Gérontophilie - Avec des personne agées

    Golden shower - Se faire pisser dessus

    Graophilie - Attirance sexuelle envers les personnes plus vieilles que soit

    Grapholagnie - Obsession envers des images obscenes

    Gymnophilie - Excitation sexuelle par la nudité

    Gynelophilie - Être excité sexuellement par des poils pubiens

    Gynemimetophilie - Attirance sexuelle envers les transexuels

    Gynonudomanie - Excitation sexuelle par l'idée d'arracher les vêtements de quelqu'un

    Gynotikolobomassophilie - Être excité sexuellement par le fait de mordiller/de se faire l'oreille de/par quelqu'un

    Hamartophilie - Attirance sexuelle envers les personnes incompétentes au plan sexuel

    Haptephilie - Être excité sexuellement par le fait d'être touché

    Harpaxophilie - Excitation à l'idée d'être victime d'un vol

    Hématolagnie - Attirance sexuelle envers le sang

    Hierophilie - Être excité sexuellement par des objets sacrés

    Hirsutophilie - Attirance sexuelle envers les poils d'aisselles

    Hodophilie - Être excité sexuellement par le fait de voyager dans des endroits inconnus ou étranges

    Homicidophilie - Être excité sexuellement par l'idée de commettre un meurtre

    Homilophilie - Être excité sexuellement par le fait d'entendre ou de donner des sermons

    Hoplophilie - Être excité sexuellement par des armes à feu et tout autre sorte d'armement

    Hybristophilie - Attirance sexuelle envers ceux qui ont commis des crimes

    Hygrophilie - Attirance sexuelle envers les sécrétion corporelles humides. Englobe la nasomycinophilie, dacryphilie, salirophilie, l'urophilie, la coprophilie...

    Hyperphilie - Envie constante de sexe

    Hyphephilie - Être excité sexuellement par le fait de toucher du poil, du cuir ou encore de la fourrure

    Hypnophilie - Être excité sexuellement par la pensé de dormir

    Hypophilie - Avoir des relations sexuelles très peu fréquemment, ou à la limite pas du tout

    Hypoxyphilie - Voir asphyxiophilie

    Hiérophilie - Attirance sexuelle envers les choses sacrées

    Iatronudie - Ces personnes adorent se mettre à nu devant leur docteur

    Iatrophilie - Attirance sexuelle envers les physiciens

    Icolagnie - Être excité sexuellement par la contemplation ou le contact avec des sculptures ou des images

    Inceste - Avec un parent proche

    Infantilisme - Éprouver le plaisir de jouer le rôle d'un jeune enfant

    Infantophilie - Être excité sexuellement par des jeunes enfants de 0 à 3 ans

    Kainotophilie - Être excité sexuellement par le changement

    Kakorrhaphiophilie - Être excité sexuellement par l'échec, la défaite

    Kenophilie - Être excité sexuellement par les espaces vides ou ouverts

    Keraunophilie - Être excité sexuellement par le tonnerre et les éclairs

    Kinesophilie - Être excité sexuellement par l'exercice

    Kleptophilie - Excitation sexuelle à l'idée de commentre un vol

    Klysmaphilie - Plaisir sexuel envers les lavements

    Knissophilie - Être excité sexuellement par l'encens

    Kopophilie - Être excité sexuellement par la fatigue physique ou mentale

    Korophilie - Attirance sexuelle envers les jeunes hommes

    Lactophilie - Attirance sexuelle envers le lait humain

    Laliophilie - Être excité sexuellement par les discours publics

    Lavacultophilie - Être excité sexuellement par le fait de regarder quelqu'un nu dans une salle de bains

    Ligyrophilie - Être excité sexuellement par les bruits forts

    Lilapsophilie - Être excité sexuellement par les tornades

    Lithophilie - Être excité sexuellement par les pierres, la gravel ou encore la glaise

    Lygophilie - Être excité sexuellement par la noirceur

    Lyssophilie - Être excité sexuellement par le fait de devenir en colère ou contrarié

    Macrophilie - Être excité sexuellement par les géants ou les créatures géantes

    Maiesiophilie - Attirance sexuelle envers des nouveaux nés ou encore envers des femmes enceintes

    Maniaphilie - Être excité sexuellement par les gens non-sains d'esprit

    Masochisme - Etre l'objet de la douleur

    Mastigophilie - Plaisir sexuel provoqué par le fait de se faire fouetter

    Mazophilie - Être excité sexuellement par les poitrines

    Mechanophilie - Être excité sexuellement par les machines

    Medolalie - Excitation sexuelle seulememt en parlant des organes génitaux masculins

    Megalophilie - Être excité sexuellement par les grands objets

    Melissophilie - Être excité sexuellement par les abeilles

    Menophilie - Attirance sexuelle envers les femmes menstruées

    Merinthophilie - Être excité sexuellement par le fait d'être limité

    Metopophilie - Être excité sexuellement par le visage de quelqu'un

    Metrophilie - Être excité sexuellement par la poésie

    Microphilie - Être excité sexuellement par les petites choses

    Mixophilie - Être excité sexuellement par le fait de s'engager dans une relation sexuelle

    Molysmophilie - Être excité sexuellement par la saleté, les péchés et les contaminations

    Moriaphilie - Être excité sexuellement par le fait de raconter des blagues à connotations sexuelles

    Morphophilie - Être excité sexuellement par les personnes ayant un corps avec des proportions étranges et/ou déformé

    Musophilie - Être excité sexuellement par les souris

    Mysophilie - Etre excité par la laideur

    Nanophilie - Attirance sexuelle envers les personnes de petites tailles

    Naphephilie - Être excité sexuellement par le fait de toucher ou d'être touché

    Narratophilie - Excitation sexuelle envers ceux qui ont un langage grossier

    Nasomycinophilie - Attirance sexuelle envers les sécrétions du nez

    Nasophilie - Excitation sexuelle provoquée par des nez

    Nébulophilie - Attirance sexuelle envers le brouillard

    Necrodendrophilie - Attirance sexuelle envers les arbres morts

    Nécrophilie - Attirance sexuelle envers les organismes vivants morts (plus précisément les être humains et les animaux)

    Némophilie - Attirance sexuelle envers les forêts

    Neophilie - Attirance sexuelle envers tout ce qui est nouveau

    Nepiophilie - Voir infantophilie

    Nosophilie - Être excité sexuellement par le fait de d'être malade

    Nyctophilie - Être excité sexuellement par la nuit

    Ochlophilie - Excitation sexuelle provoquée par le fait d'être dans une foule

    Ocnophilie - Être chroniquement dépendant de son partenaire

    Oculophilie - Excitation sexuelle provoquée par les yeux

    Oculolinctus - Pratique à but sexuelle qui consiste à lécher l'oeil de son partenaire

    Odaxelagnie - Pratique sexuelle qui consiste à mordre son partenaire ou encore à se faire mordre par celui-ci

    Odontophilie - Être excité sexuellement par des dents

    Odynophilie - Forme de masochisme

    Oikophilie - Être excité sexuellement par la maison de quelqu'un

    Olfactophilie - Être excité sexuellement par les odeurs

    Ombrophilie - Être excité sexuellement par la pluie ou par le fait d'être sous la pluie

    Ophidiophilie - Attirance sexuelle envers les serpents

    Ornithophilie - Attirance sexuelle envers les oiseaux

    Osphresiophilie - Être excité sexuellement par les odeurs de façon exessive

    Ozolagnie - Excitation sexuelle provoquée par les senteurs fortes

    Pantophilie - Être excité sexuellement par tout ce qui est imaginable

    Parthenophilie - Excitation sexuelle provoquée par la sensation de déflorer une vierge

    Peccatophilie - Être excité sexuellement par le fait de pécher ou à l'idée de commettre un crime imaginaire

    Pédérasterie (hébéphilie) - Attirance sexuelle envers les adolescents

    Pédiophilie - Attirance sexuelle pour les poupées, les ours en peluche, les jouets zoomorphes ou anthropomorphes

    Pédophilie - Avec des enfants ou des jeunes adolescents

    Péniaphilie - Être excité sexuellement par la pauvreté

    Pentheraphilie - Être excité sexuellement par sa belle-mère

    Peodeiktophilie - Être excité sexuellement par le fait de faire de l'exhibitionnisme

    Phallophilie - Attirance sexuelle envers les organes génitaux masculins disproportionnés

    Phobophilie - Être excité sexuellement par la peur

    Phronemophilie - Être excié sexuellement par le fait de penser

    Phthiriophilie - Être excité sexuellement par les poux

    Phygephilie - Excitation sexuelle provoquée par le fait d'être un fugitif

    Pictophilie - Attirance sexuelle envers des images pornographiques

    Placophilie - Être excité sexuellement par les pierres tombales

    Pluviophilie - Voir ombrophilie

    Pnigophilie - Être excité sexuellement par les personnes qui s'étouffent

    Podophilie - Fétichisme des pieds

    Pogonophilie - Être excité par la barbe et les poils par extension.

    Polyiterophilie - Être excité sexuellement par le fait d'avoir une relation sexuelle avec plusieurs partenaires différents un après l'autre

    Poinephilie - Être excité sexuellement par les punitions

    Ponophilie - Être excité sexuellement par le travail

    Potamophilie - Être excité sexuellement par les rivières et les cours d'eau

    Prostitution - Echange de services sexuels pour de l'argent

    Psellismophilie - Être excité sexuellement par des balbutiements

    Pseudonécrophilie - Être excité sexuellement par des fantaisies à propos de cadavres

    Pteronophilie - Être excité sexuellement par le fait de se faire chatouiller par une plume

    Pubephilie - Attirance sexuelle envers les poils pubiens

    Pygmalionisme - Tomber en amour avec la création de quelqu'un

    Pygophilie - Être excité sexuellement par des fesses

    Pyrophilie - Être excité sexuellement par le feu

    Raptophilie - Être excité sexuellement par les viols

    Retifisme - Excitation sexuelle provoquée par des souliers

    Retrophilie - Être excité sexuellement par tout se qui se rattache au passé

    Rhabdophilie - Être excité sexuellement par le fait de se faire critiquer sévèrement

    Rhytiphilie - Être excité sexuellement par des grimaces faciales

    Sadisme - Prendre plaisir à infliger de la douleur

    Salirophilie - Attirance sexuelle envers la salive

    Scatophilie - Attirance sexuelle pour les excréments

    Scelerophilie - Être excité sexuellement par des personnes offensantes

    Scopophilie - Forme de voyeurisme

    Scotophilie - Attirance sexuelle envers la noiceur

    Septophilie - Être excité sexuellement par les matières en décomposition

    Sexualité en groupe (threesome) - Trois personnes ou plus

    Sidérodromophile - Attirance sexuelle envers les trains

    Sitophilie - Se servir de la nourriture à des fins sexuelles

    Soceraphilie - Attirance sexuelle envers ses beaux-parents

    Somnophilie - Excitation sexuelle provoquée par quelqu'un qui dort

    Sophophilie - Être excité sexuellement par le fait d'acquérir de nouvelles connaissances

    Sorophilie - Attirance sexuelle envers la soeur de quelqu'un

    Spectrophilie - Excitation sexuelle provoquée par les esprits ou encore par les images dans un miroir

    Staurophilie - Être excité sexuellement par les croix ou les crucifix

    Stygiophilie - Être excité sexuellement par des pensées de l'enfer

    Stygmatophilie - Attirance sexuelle envers ceux qui ont des tattoos et / ou piercing

    Symphorophilie - Être excité sexuellement par les accidents et des catastrophes

    Syngenesophilie - Être excité sexuellement par un parent de quelqu'un

    Taphephilie - Être excité sexuellement par le fait d'être enterré vivant

    Taphophilie - Être excité sexuellement par des funérailles / cimetières

    Teleiophilie - Attirance sexuelle d'un mineur uniquement envers les adultes

    Teleophilie - Être excité sexuellement par des cérémonies religieuses

    Teratophilie - Attirance sexuelle envers les personnes déformés ou à l'allure monstrueuse

    Thalassophilie - Être excité sexuellement par la mer

    Theophilie - Être excité sexuellement par les dieux

    Thesauromanie - Les personnes qui collectionnent des vêtements de femme

    Thlipsosis - Excitation sexuelle provoquée par les pincements de la peau

    Threpterophilie - Être excité sexuellement par les infirmières

    Timophilie - Être excité sexuellement par l'or et/ou la richesse

    Tocophilie - Être excité sexuellement par les grossesses et les naissances

    Tonitrophilie - Être excité sexuellement par le tonerre et les éclairs

    Toonophilie - Être excité sexuellement par les dessins animés

    Toxiphilie - Être excité sexuellement par les poisons

    Traumatophilie - Être excité sexuellement par le fait d'être blessé

    Travestisme - Porter des vêtements de l'autre sexe

    Tricopathophilie - Être excité sexuellement par des cheveux

    Trichophilie - Attirance sexuelle envers le poil

    Tripsolagnophilie - Excitation sexuelle par l'idée de se faire laver les cheveux

    Tripsophilie - Excitation sexuelle UNIQUEMENT envers les massages sensuels

    Uranophilie - Être excité sexuellement par des pensées paradisiaques

    Urètralisme - Se rentrer des objets dans l'urètre

    Urophilie - Etre excité par l'urine

    Vaccinophilie - Être excité sexuellement par les vaccins

    Vicarphilie - Être excité sexuellement par les expériences excitantes des autres

    Vitricophilie - Attirance sexuelle envers son beau-père

    Vorarephilie - Attirance sexuelle d'etre mangé ou de manger quelqu'un

    Voyeurisme - Regarder les autres à leur insu

    Xenophilie - Attirance sexuelle envers les étrangers, leurs traditions, etc

    Xylophilie - Attirance sexuelle envers le bois, les objets en bois

    Xyrophilie - Être excité sexuellement par les lames et les razoirs

    Ylophilie - Être excité sexuellement par les forêts

    Zebraphilie - Attirance sexuelle envers les zèbres

    Zelophilie - Être excité sexuellement par la jalousie

    Zoophilie (bestialité) - Attirance sexuelle envers les animaux

  • Je dois reconnaître, Patoucha, que votre liste ouvre des perspectives insoupçonnées. L'attirance sexuelle pour les araignées, par exemple fallait oser... Et franchement cela ne doit pas être de tout repos à réaliser.
    Quant à l'attirance sexuelle pour les flûtes ? Pourquoi les flûtes et pas la guitare ou la guimbarde ? Hein, c'est pourtant mignon une guimbarde...

  • Mdr Séraphin Lampion, "L'attirance sexuelle pour les araignées," j'avoue ne pas avoir tout lu. L'attirance sexuelle pour les araignées doit se porter sur "la veuve noire" lolllllll

    Pourquoi les flûtes? :))) Pourquoi la guimbarde? Lollllll Ou comment se trouver des attirances...? :-p

    Ergophilie - Être excité sexuellement par le travaux / les tâches. Ben.. voilà l'homme idéal pour Boo! :))))))

    Bon dimanche

  • Patoucha, penser que la ouate est hydrophile me choque profondément !

    ;o)

  • Faut-il vous en inventer un nouveau, Patoucha: "être excitée sexuellement par les hommes qu'en foutent pas une à la maison" Et on appellerait ça comment ? La machismophilie ?

  • à propos de pédophilie la grande majorité des accusations sonts infondées !!!

    " près de 50% des dénonciations dans un contexte de conflit parental seraient imaginaires ou forgées de toutes pièces. La sociologue Evelyne Sullerot tout comme Sylvaine Courcelle, vice-présidente du tribunal de grande instance de Paris, estiment quant à elles que 30% seulement des allégations sont justifiées."

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

    et l'enfant n'a pas du tout la même place que par le passé, il est aujourd'hui désiré !!!

    "Le psychologue canadien Hubert Van Gijseghem, spécialiste mondial de la question, affirme que les accusations mensongères ont des conséquences aussi graves pour l’enfant que les abus réels. "

    et oui la machinerie judiciaire fait aussi du mal aux enfants.

  • @ Blondesen "Patoucha, penser que la ouate est hydrophile me choque profondément !"


    Mdr mdrrrrrrr je suis pliéeeeee :)))))))))

  • A propos de la chanson "Il venait d'avoir 18 ans", je rappelle, comme personne ne le fait, que ce n'est pas Dalida qui écrivait ses chansons.
    Celle-ci est d'un certain... Pascal Sevran.
    Qui avait sa théorie sur le tourisme sexuel (lire par exemple http://lesogres.info/article.php3?id_article=2708)

  • @ Séraphin Lampion: "Faut-il vous en inventer un nouveau, Patoucha: "être excitée sexuellement par les hommes qu'en foutent pas une à la maison" Et on appellerait ça comment ? La machismophilie ?

    Voyons un peu, c'est là une pierre dans mon jardin pour avoir pris la défense des hommes face justement à un machisme du militantisme féministe des 22/23ans?. Vous venez plutôt de trouver un autre mot - rien d'un fantasme - pour qualifier le machisme au féminin! Pour en savoir plus, je vous recommande des topics de ce blog: "Violence conjugale: le rapport tendancieux validé par le Conseil Fédéral" et d'autres billets s'y rapportant,"De fil en aiguille, le sexisme finira étranglé" "Un père en grève de la faim pour voir son fils" "Victime de la victimisation" "Partage du travail hommes-femmes: égalité" "Londres: une sexologue efficace et… très impliquée..." "La fille facile" " "Parité hommes-femmes: à bas la testostérone" et enfin "Parité pour tous, grossesse militante pour les autres" avec en prime cette perle "mes royaux attributs pedestres"...Vous en trouverez d'autres. :)))

    Pour en revenir à votre petite attaque :) "être excitée sexuellement par les hommes qu'en foutent pas une à la maison". Pourquoi pas? Je n'évoque naturellement pas ceux qui passent leurs loisirs à surfer sur le net ou avec leurs copains et continuent à vivre en célibataires, mais ceux qui bossent pour le bien-être de la famille et ne rechignent pas à lui offrir tout le confort matériel et qui reçoit en retour, tout ce qu'il attend de LA FEMME, sa femme, son amante, son amie! Ce serait du domaine de l'excitation et du fantasme? Détrompez-vous, cela existe! Vous devriez plutôt vous inquiéter des revendications de ces féministes castratrices qui vous demandent de prendre la pilule contraceptive, d'uriner assis, entre autres... Alors, Séraphin, bonjour l'homme esclave! Je termine par cette citation: "Comme on fait son lit comme on se couche!" et une pensée aux Bien heureuses "excitées "sexuellement" lolll par les hommes qu'en foutent pas une à la maison" (sic)

    Bien à vous et bonne lecture :)

  • dano, PAIX AUX MORTS! Vous ne nous apprenez rien sur Pascal Sevran!

  • Oops, pardon, j'ignorais que c'était un de vos proches.

  • ouahhh allez je crois que le tour est fait de la question du crêpage de chignon.
    J'ai été amusée, attristée, choquée et navrée de certains commentaires ici mais bon c'est une tribune libre.
    Je souhaite simplement apporter, premièrement toute ma sympathique au Monsieur dont la femme a été condamnée à 24 mois avec sursis à Genève pour des agressions sexuelles commises sur ses enfants.
    Mis à part cela le sursis reste encore très fréquent, même lorsqu'il s'agit d'agresseur homme, hélas.
    La pédophilie des femmes est taboue effectivement, elle dérange et pourtant j'abonde dans le sens de Philip Jaffé sur les statistiques en chiffres.
    Les femmes ont parfois beaucoup plus perverses lorsqu'elles abusent d'enfants et beaucoup plus violentes contrairement à ce que l'on pourrait penser. Je vais vous épargner certains détails en ma possession suite à des témoignages de médecins légistes.....
    Piur ce qui est de l'abus d'un adolescent par une femme (cas révélé dans les journeaux il y a quelque temps) bien entendu que personnellement j'ouvre le champ de la réflexion....si cet adolescent a vécu ces actes comme abusifs, la loi est de son côté et la quadra doit répondre de ces accusations et entendre la souffrance de cet ado.
    Je ne puis être catégorique sur les rapports entre ados et jeune adulte ou adulte, ayant moi-même vécu cette expérience comme très enrichissante à un âge où la justice aurait pu envoyer mon amant devant les juges.
    Je ne prône, évidemment pas, les rapports entre ados et adultes mais je dis que parfois cela est vécu de façon agréable lorsque consenti bien sûr et parfois bien mieux qu'avec un ado de son âge.

Les commentaires sont fermés.