Affiches du 27: cinquième et dernière partie

Fin de  l’analyse des affiches pour la votation du 27 septembre.

Photo004.jpgAffiche de SolidaritéS. Visuel chargé. Beaucoup d’informations. Ici l’affiche sert à argumenter et suppose de prendre le temps de lire. Ce n’est pas vraiment le rôle d’une affiche a priori, mais parfois cela marche. Inconvénient: ne peut être lue qu’en étant à pied. En tram ou voiture, seul le gros titre du haut est lisible. Ce qui peut suffire vu que cet objet semble être le cheval de bataille. Les couleurs ne me paraissent pas propices à donner envie de s’en approcher. La feuille est une accroche visuelle pour atténuer la rigueur de l’ensemble. Pas certain que cela suffise à dynamiser l’affiche, pas certain même que cela soit utile puisque l’accent est mis sur le volume de texte.

Ecriture: la moitié haute est en lettres grasses, donnant une bonne lisibilité à l’objet principal. La moitié inférieure est peu lisible surtout au vu de la quantité de texte.

Message: Affiche où l’on argumente. Un peu comme un tract géant. Style que l’on retrouve chez certains partis ou mouvement de gauche: dire, écrire, développer. La limite est évidemment la taille de l’affiche. A moins d’écrire en plus petit - ce qui ferait perdre tout impact au message - on doit schématiser. Du coup, si le message fait un lien entre baisse d’impôts et diminution de certaines prestations, on ne sait pas comment. On peut se dire que si moins d’argent rentre cette diminution coule de source. Fait appel au réflexe riches-pauvres. J’aurais aimé des précisions: qui sont les riches qui paieront moins, car sur d’autres affiches il n’est pas dit que ce seront les plus riches mais une fraction de la classe moyenne. L’argument ici donne plus le sentiment d’un réflexe politique que d’une vraie argumentation. A mon avis l’affiche ne touchera que ceux qui sont acquis à ce réflexe et ne convaincra pas de nouvelles personnes.


Photo001.jpgAffiche contre la fumée. C’est la deuxième. Deux choses priment: en bas le gris pollué, en haut le bleu air pur. Vision simple, manichéenne, le message visuel est clair. Le masque et le tuba accentuent ce manichéisme: en bas les lunettes pour le brouillard, en haut le tube pour l’oxygène. Appel à un réflexe émotionnel et à une évidence intellectuelle. Mais on n’est pas dans le pathos comme l’autre affiche où les têtes sont remplacées par des mégots brûlants. Le visuel me paraît bien vu mais il manque une pointe de dynamisme ou d’impact.

Ecriture: le blanc sur bleu ciel est risqué: perte de contraste et de lisibilité malgré la grandeur des lettres.

Message: simple, évident. La santé d’abord: qui pourrait être contre cela? Laisse planer l'idée que dire non à cette loi serait être contre la santé. N’aborde pas la question de manière nuancée, mais ce n’est évidemment pas le but. Nuancer, parler de la liberté du fumeur qui devrait coexister même dans une perspective de santé ne peut être mis sur une affiche sans affaiblir le message. Pourtant cette affiche sans patho aurait pu aborder ce thème.

 

Photo002.jpgAffiche pour la baisse d’impôts. Personnellement je la trouve rébarbative. Les couleurs sont agréables et visibles, mais le motif est… trop léger. Redoublement du message entre le mot «allégeons» et les ballons avec ces gens qui volent: je trouve ce redoublement inutile. Ou alors il y aurait eu d’autre moyens d’imager l’allégement, plus concret, moins déconnecté. Moins enfantin. Jouant plus sur des contrastes que sur la redondance.

Ecriture: très légère également. Triplement du message. Moyennement lisible.

Message: le texte est clair, c’est la partie utile de l’affiche. Dommage que ce soit sur ce visuel.

 

 

 

 

Photo003.jpgAffiche Oui au financement de l’AI. Visuel: pourquoi avoir joué sur une telle tristesse alors qu’il est censé supporter un message positif? Noir et blanc, visage aux traits descendants, regard vers le bas: on comprend bien qu’être à l’AI implique que l’on a traversé une grande souffrance. Et ce visuel rappelle que bien des personnes souffrent. Mais j’ai l’impression que l’on veut éveiller la pitié, alors que ce devrait être un appel à l’encouragement. On devrait comprendre que l’AI n’est pas une voie d’assistanat. Mettre de la couleur, les prairies autour de sa ferme, montrer réellement ce que dit le texte.

Ecriture: petite partout, sauf le Oui. Peu efficace.

Message: trop contradictoire avec le visuel. Je ne vois pas bien ce qui peut se passer dans la tête des gens qui le lisent: rejet ou pitié?

 

Voilà, fin de ce parcours sur les affiches. J'ai valorisé nombre de points, j'ai aussi émis des critiques plus sceptiques sur l'efficacité de la communication. J'ai fait quelques piques d'humour. Je ne suis pas là pour donner des notes mais pour proposer de réféchir à ces messages et à leur mode de communication. On peut prendre les recommandations de vote à la lettre; toutefois je trouve aussi intéressant d'observer et d'étudier comment le message est véhiculé. Il y a une part de subjectivité dans toute analyse, et des angles de vue ont peut-être été laissés de côté. Je l'assume. Si ces analyses vous ont intéressé et permis de prolonger mon analyse par la vôtre, mon objectif est réalisé.

Catégories : Politique 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • hors propos mais: c'est récent que vous avez décidé de rejoindre le clan de la barbe/bouc? Je sais pas trop comment je suis tombée dessus dans votre présentation, mais jamais vu avant. Autant vous dire que ce que je ne peux m'empêcher de voir comme un clin d'oeil m'a bien fait rire

  • Oui Audrey, c'est un essai depuis le mois d'août, et comme on (les femmes surtout) trouvent que cela me va bien, je continue. Elle est un peu fournie aujourd'hui, la photo doit dater d'il y a un mois. Mais je ne laisse quand-même pas devenir comme un buisson... aussi ardent soit-il...

    Barbe de bouc de barbe de biquette, nous v'là dans la même cotterie à présent!

  • précision: un peu plus fournie.

  • A part ça, photo à changer, pas terrible... webcam

Les commentaires sont fermés.