Grippe A: seulement 51% des médecins français prêts à se faire vacciner

Le Monde fait état d’un sondage IFOP publié le 21 septembre. Le résultat donne matière à réflexion: seulement un médecin sur 2 est prêt à se faire vacciner, et seulement 26% des infirmières.

seringue1.jpg«Interrogés par l’IFOP pour « le Quotidien »*, les médecins libéraux, généralistes et spécialistes, expriment très massivement (89 %) leur sérénité à l’approche de la vague épidémique de grippe A, avec un faible taux d’inquiétude (10 %). Mais la question de leur adhésion personnelle à la vaccination les divise, avec 52 % de oui contre 46 % de non. C’est la confirmation et l’accentuation d’une tendance apparue dans deux récentes enquêtes et qui interpelle pouvoirs publics et syndicats.»

Le Monde développe cette information:

«Le phénomène ne touche pas que le secteur médical français. Une étude publiée au Royaume-Uni en août 2009 dans le journal professionnel anglais Nursing Times révélait déjà que seulement tiers des infirmières britanniques accepteraient de se faire vacciner contre le virus H1N1 le cas échéant. Même résultat à Hong Kong, où une étude publiée dans le British medical journal révèle que 48 % des personnels de santé refuseraient l'injection.»

D’autres études montrent les doutes des professionnels quand à l’innocuité du vaccin. Ces doutes concernent les adjuvant intégrés dans les vaccin, par exemple l’aluminium.

«Les adjuvants sont des substances ajoutées au vaccin afin de stimuler le processus immunitaire et favoriser la fabrication d'anticorps. Or, les adjuvants sont soupçonnés d'être responsables des effets indésirables susceptibles d'apparaître à la suite d'une vaccination. Ils présentent notamment un risque pour les jeunes enfants et les femmes enceintes.»

Cela risque de mettre à mal le plan démesuré déployé par les différentes autorités sanitaires et politiques. La ministre de la santé Roselyne bachelot.jpgBachelot met d’ailleurs la pédale douce: «Par mesure de précaution, en attendant que les procédures de vérifications soient faites, nous proposerons aux femmes enceintes ou aux personnes immuno-déprimées des vaccins sans adjuvant».

Rappelons également que le ministère de la santé américain a récemment accepté d'accorder une immunité juridique aux laboratoires pharmaceutiques produisant le vaccin contre le virus H1N1. "Une décision aussitôt  interprétée par les lobbies anti-vaccination comme une preuve de la dangerosité du produit."

Il semble que les voix discordantes à propos de cette pandémie sont de plus en plus nombreuses. L’OMS quand à elle semble aussi calmer le jeu:

«Le virus de la grippe A/H1N1 n'a pas muté en une souche plus mortelle mais des signes avant-coureurs indiquent qu'il développe une résistance aux traitements actuels, a annoncé lundi l'Organisation mondiale de la santé… Pour l'heure, l'infection apparaît généralement comme légère et la plupart des malades s'en remettent sans traitement.»

La question actuelle est donc beaucoup plus le développement de résistances du virus face aux traitements (Tamiflu entre autres). Et là, c'est un vrai problème.

En attendant que ce virus mute éventuellement à cause de nos interventions, on peut continuer à vivre sans porter un masque partout, à aller au match, au cinéma, dans les rues, au travail. Zut alors: de quoi va-t-on pouvoir parler si la pandémie se dégonfle?

Ben, de nos otages toujours retenus en Libye par le maître d'hôtel local.

01KadhaVamp.jpg

Catégories : Santé 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Cette grippe monde entier sur son jeu d'oreille

  • Wiki, koikonendize, 20-100 Vincent fone-kard a quand-même de l'imagination. Cette fois il frôle même la poésie surréaliste...

Les commentaires sont fermés.