Une larme pour Whitney Toyloy

Chère Whitney,

Réveil un peu triste ce matin. Pas grave, non, rien qui vaille de partir et traverser l’Atlantique à la nage. Jusqu’aux Bahamas, pour vous tenir compagnie et vous réconforter. Vous ne me connaissez pas, cela paraîtrait étrange. Imaginez la scène: vous êtes sur la plage, après le concours, méditant sous les étoiles, un pincement au coeur, et soudain un inconnu arrive à la nage et vous interpelle: «Whitney, ce n’est pas grave, on vous aime!». Cocasse, non?

MissU1.jpgOui, enfin non: vous êtes dans le top ten mais vous n’avez pas été élue Miss Univers. Quel dommage. Vous le méritiez bien. L’intelligence, le naturel, la vivacité, associés à autant de beauté, fichtre, ils n’ont rien compris les jurés. Ils ne comprennent pas la finesse.

Regardez l’élue: que lui trouvent-ils? Je sais que la beauté est subjective, et je n’ai rien contre les autruches, mais quand-même… Bon, d’accord, ce n’est pas gentil pour elle ce que je dis là.

Que voulez-vous, je tiens pour vous, totalement partial et fier de l’être. Pas seulement parce que vous êtes Suisse. Vous savez, la Suisse se joue un psychodrame en ce moment. Certains ont honte de leur passeport.

Pas seulement parce que vous êtes naturellement multiculturelle, et que j’aime la complexité.MissS3.jpg

Non, non: simplement parce que c’est vous. C’est vous la plus gracieuse, la plus sympa (je ne connais pas les autres, mais je m’en fiche, c’est forcément vous puisque je le dis). La plus touchante.

Chère witneee - j’ai lu dans le journal que c’est ainsi que l’on doit prononcer votre prénom - et c’est ainsi que je le prononce depuis le début, c’est un signe non? - donc chère Whitney, cela aurait été plus simple si j’étais sorti de l’océan le visage mouillé. Vous m’auriez demandé:

- Hommelibre, vous pleurez?

Et je vous aurais répondu:

- Non, non, Whitney, ce n’est que les embruns, les gouttes marines ruisselant dans le miroir de votre âme…

MissS1.jpgJe vous aurais amené un petit cocktail sur la plage, vous toujours dans votre belle robe de concours, moi avec mes palmes et mon tuba, et je vous aurais raconté tout ce que la vie peut dérouler devant vous.

Je vous aurais raconté une blague sur les blondes, je crois que vous les aimez, nous aurions éclaté de rire, et nous aurions ri jusqu’au matin en marchant sur la plage.

Voilà, chère Whitney, vous allez repartir de ce petit paradis sans le titre. Mais vous pouvez être fière de vous: vous le méritiez et les jurés sont des idiots qui n’ont rien compris. Ou alors, ils ont des intérêts dans l’élevage des autruches.
MissS2.jpg
Bonne et belle vie pour vous chère Whitney, puissent vos yeux briller très longtemps.

 

 

 

2ColèreNoire.jpg

Catégories : Humour 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Lol pas même une "larme" de commentaire?

Les commentaires sont fermés.