Affaire libyenne: réaction, puis réflexion

Réactions nombreuses et contradictoires depuis hier soir. Les propos de Monsieur Merz m’ont fâché, et je ne suis pas le seul, à lire les uns et les autres et la presse de ce matin. Puis, considérant les commentaires et billets des uns et des autres, ma réaction laisse place à une autre réflexion, moins viscérale.

9LybieOubli.jpgPour en arriver là de nombreux facteurs ont joué. La personnalité d’Hannibal Kadhafi en premier, probablement. On connaît ses frasques de fils à papa au-dessus des lois. Cela a-t-il influencé les autorités genevoises dans son arrestation? Voulaient-elles faire un exemple? Ce n’est pas la première fois que la justice genevoise joue aux cow-boy et ne présente aucune excuse après-coup, au contraire: même mise en tort elle continue à incriminer des innocents.

En mars 2009 j’avais fait un billet sur le sujet, suite à la publication d’un rapport de deux professeurs zurichois. Je considérais déjà que si l’action des autorités genevoises avait en effet été disproportionnée, des excuses étaient normales. J’écrivais alors ceci:

«La première critique porte sur l’habitude spécifiquement genevoise d’emprisonner sans enquête préalable. En effet, avant de construire une nouvelle prison, on peut se demander si tous ceux qui s’y trouvent à titre préventif sont à leur place. Genève invoque généralement les risques de fuite ou de collusion pour justifier l’incarcération à tout-va. Le problème est que sans enquête préliminaire, on peut emprisonner n’importe qui sur dénonciation, pendant que les accusateurs eux sont libres de faire collusion avec qui ils l’entendent. Sur le risque de fuite, il ne concerne que les étrangers. Or la femme d’Hannibal Kadhafi venait à Genève pour y accoucher, le terme de sa grossesse étant proche. Il y avait peu de risque de fuite.»
2trouslybieal3.jpg
Je dois dire qu’à moins d’un crime particulièrement grave et odieux, la détention même limitée à la garde à vue pour une femme enceinte sur le point d’accoucher est quelque chose de particulièrement violent. On ne saura jamais ce qu’il en est de la maltraitance des employés du fils Kadhafi, ceux-ci ayant retiré leur plainte. Bien dommage, et dieu sait quelles ont dû être les pressions et tractations pour en arriver à ce retrait. Nul doute qu’il ait servi à noyer le poisson du désert dans une affaire sensible.

Ce qui m’a le plus choqué hier soir ce sont les propos de Monsieur Merz déclarant d’une part que notre justice était fausse. Accusation d’une gravité évidente venant du Président suisse. Baffe indirecte pour Genève? Constat général? Et quelles conclusions en tirera le Président? Car si la justice est fausse, c’est la démocratie qui est en danger, et c’est peut être nombre d’affaires de ces dernières années qu’il faudrait réexaminer et pour lesquelles probablement faire des excuses.

Mais demander à la justice de s’excuser quand elle dérape, autant demander à une taupe de voir le soleil.

Si donc Monsieur Merz aurait eu raison de présenter des excuses, il importe que cela soit l’exemple à suivre. On attend maintenant une analyse en profondeur des méthodes de la justice et des excuses publiques pour toutes les accusations qui ont abouti à des non-lieux ou acquittements, ainsi que des dédommagements conséquents (500‘000.- demandé par Hannibal Kadhafi pour 24h de garde à vue, que faudrait-il verser à ceux qui font des mois de préventive et sont innocentés ensuite?). Sans quoi, cette affaire n’aura servi à rien et laissera avant tout le goût de l’humiliation.

Monsieur Merz, pour être cohérent, je vous demande donc de lancer une grande réforme de la justice.

7-1LybieJoke.jpgL’autre chose qui m’a choqué est l’insistance à dire que les relations économiques sont rétablies et que l’argent va à nouveau circuler pour les entreprises qui travaillent avec la Libye. Insistance lourde, semblant presque faire passer le sort des otages à l’arrière-plan.

En prenant un peu de recul et en lisant les uns et les autres, il ressort que la Suisse a peu de moyens de se faire respecter et qu’elle a tout intérêt à anticiper plutôt qu’à jouer les gros bras. Sa force n’est pas dans l’intervention militaire ni dans une pression économique. Elle est dans l’intelligence et la mesure des choses. Ce qui semble avoir manqué dans cette affaire.

Avoir voulu jouer les gros bras (mise en garde à vue d’une femme sur le point d’accoucher, position dure de MCR qui savait pourtant être tout miel et en foulard avec le dictateur Ahmadinejad), le résultat est qu’il n’y a plus rien eu à négocier. Il ne s’agit en effet pas d’une négociation, puisque qu’il n’y a pas eu de discussion sur les exigences libyennes permettant de les atténuer ou de trouver un compromis. La Libye n’a lâché sur rien. Et l’on en arrive à reconnaître une faute avant même qu’un tribunal international ait tranché.

La Suisse prend une fois de plus la mesure de son impuissance à jouer avec les armes des grandes nations.
7-2LybieGame.jpg
Et la loi du plus fort prévaut, la loi d’un Etat qui se moque des lois internationales, d’un clan qui utilise l’appareil de l’Etat libyen pour régler ses affaires personnelles. La Libye a montré dans cette affaire que chez elle règne l’état sauvage et qu'un clan fait de la chose publique son jardin privé.

J’ai eu tort de m’en prendre vertement à Monsieur Merz, car il n’a fait que réparer les dégâts d’autres qui visiblement ne prennent pas leurs responsabilités. Et ce matin, je commence à rejoindre l ‘avis de Monsieur Mabut: «Cette proximité me fait regarder d'un oeil compréhensif le chemin de Damas de Hans-Rudolf Merz.».

Et merci à Stéphane Valente et à Blondesen pour toutes les idées et illustrations fournie depuis un an.

Catégories : Politique 34 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bravo. Excellent billet.

  • I'm back.
    Le lobby suisse a eu raison de Hans-Rudolf. Hommelibre, a t-on lui laissé le choix, je me le demande ?
    Ne soyez donc pas fâché, car il a été envoyé au casse-pipe, à la place de Moutinot.

    Et dire que par la politicienne PDC Anne-Marie Von Arx-Vernon le scandale, bien malgré elle, est arrivé. Elle aurait mieux fait de ce casser une jambe ce jour là, au lieu de la mettre dans ce guêpier ... !

    23 cantons et moi le savent, la Police n'a pas fait dans la dentelle. Seul Genève a des lorgnettes et ne veut pas l'avouer. Ce conflit ridicule aurait pu être évité, n'est-pas Monsieur Moutinot; l'obstination des Genevois m'exaspère! Ou est-ce l'arrogance de la Police, une des mieux payée du Monde !!! Cette histoire, combien de dollars a cela a couté à la riche Suisse et combien cela en coûtera encore à l'Etat de Genève, perte d'impôts y comprise ?

    Si l'envie ou la curiosité vous prend, allez voir mon commentaire sur mon blog "etoiledeneige" de la TdG. Bien à vous et sans rancune BM ce dernier, malgré sa stature, n'aurait pas fait le poids et d'ajouter:

  • Une baffe gigantesque par le Président de notre Confédération pour notre chère Police genevoise, une des mieux payée du monde ! Si au moins elle arrivait mieux que les autres à dominer le problème de la petite délinquance ! L'arrogance ou est-ce l'obstination est un vilain défaut. Et elle s'y complait dans la Cité de Calvin ! Comme vous, j'ai toujours prétendu que les 20 rambos n'ont pas fait dans la dentelle !!! Et pour cela, nous - nous tous - payerons !

  • Merci à "hommelibre" pour son billet intéressant et sa vision "des choses" ...

    Quant à moi, le plus indécent dans la déclaration de H-R Merz faite devant les médias hier à Tripoli est certainement sa référence à la reprise des relations économiques, que je traduirais par "l'argent n'a point d'odeur" !

    Certes nous le savions tous, mais le rappeler dans ces circonstances n'était pas nécessaire, voire choquant, sinon déplacé ...

    Morale de l'histoire (et des précédentes : fonds en déshérence, "G20" et OCDE, différent de l'UBS aux USA, différent fiscal avec l'UE, etc.) : il est urgent que la Suisse s'interroge sur ses institutions politiques qui ne sont à l'évidence pas adaptées pour affronter et résoudre de telles crises ...
    Il est tout aussi urgent de se fixer des priorités pour défendre nos valeurs, tant il vrai qu'on ne peut pas tout à la fois se faire les défenseurs de la morale, de l'Etat de droit, des droits humains, etc. et vouloir aussi faire du business avec les éboueurs sur les "décharges publiques" ...

    Cordialement !

  • Excellente note John...vraiment je suis entièrement d'accord avec vous...votre premier billet, m'avait laissé sur ma faim...connaissant votre vivacité intellectuelle et votre impartialité, j'ai mis ce billet sur le coup de l'émotion, qu'a suscité les déclarations de M. Merz en Lybie ...

    enfin, je suis d'accord avec vous pour que cet événement serve de point de départ pour une refonte complète de notre appareil judiciaire et policier... savez-vous que dans certains pays d'Europe, le temps de garde-à-vue ne doit pas excédé 12h00 !!...on est bien loin des 24-48-72 h de violon dans nos géôles genevoises !!
    Finalement...HEUREUSEMENT que M. MERZ est un president intelligent, et courageux...venir en Lybie pour se faire pardonner nos "genferei"...il fallait en avoir une paire bien accrochée !!
    Alors maintenant, que notre président s'est distingué dans ce "magnifique excercise de génufléxion", il est à présager un retour de bâton impitoyable sur les véritables responsables de cette dérive toute genevoise !!...Car Merz n'est pas homme à se coucher si aisément..sans que des vraies sanctions ne viennent "laver son honneur"...
    et cela est légitime...n'avons nous pas toujours entendu "la même justice pour tous " ??!!

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Hommelibre,

    c'est clair que sur le moment, nous nous situons dans l'irrationnel car nous obéissons à notre émotionnel.

    Gardons à l'esprit le retour de nos deux concitoyens, respirons un grand coup, et attendons.

    Ensuite, et ensuite seulement, nous pourrons aviser de manière sereine.

    Bien à toi et un grand merci à toi aussi pour avoir dès le départ et toujours appuyé, participé, et animé le débat, des appuis comme le tien était le bienvenu.

    Tu n'as jamais laché l'affaire et le blog de JF Mabut est clair, il aurait été souhaitable que d'autes intellectuels, d'autres personnalités suivent dès le départ...

    Nous avons tenu bon et lorsque les deux retrouveront leur famille, nous pourrons nous regarder bien en face et boire un bon verre ensemble ! :o)

    Bien à toi,

    Stéphane

  • En l'espace de quelques années, M. Kadhafi a réussi à se faire re-admettre au sein de la communauté internationnale des "gens de bien"; j'ai nommé nous-mêmes. On l'a vu donner l'accolade à Tony Blair, camper en plein Paris et prendre la pose aux côtés de Nicolas Sarkozy (auquel il avait offert une occasion de parader), visiter l'innénarrable Burlesconi en grandes pompes et maintenant amener le Président de la Confédération Helvétique à voler jusqu'à Tripoli pour y présenter des excuses au peuple Lybien. Le même jour les britanniques relâchaient un des auteurs (ou jugé tel) de l'attentat de Lockerbie. Il lui aura suffit pour cela de livrer quelques sous-fifres et d'assurer qu'il n'était plus intéressé à posséder l'arme atomique. Une bagatelle quoi.

    On peut ne pas aimer le Zantafio du désert, mais il faut quand même lui reconnaître au moins de la constance dans les idées et un sens aigu des réalités des rapports de forces dans la politique internationale.

    Etonnant, non?

  • Ben alors hommelibre, on blogue sous plusieurs pseudo(tiens, il y a un s là, ou pas?) ?

  • @ Azrael: non pas plusieurs pseudos. (j'y mets un s). Pourquoi? Y a-t-il un bug quelque part? Sur quel billet?

  • Certains invoque Genève comme centre des droits de l'Homme.

    Cela et bel et beau.

    Et c'est bien pour cela que je crois utile de rappeler que Hannibal Khadaffi est un HOMME.

    L'"hystérie collective" est ambiante et dénie purement et simplement la qualité d'Homme à cet Homme dès lors que ceux qui ont sombré se comportent comme si l'on était libre de bafouer les droits que confère, à toute Homme, la convention européeen des droits de l'Homme et NOTRE CONSTITUTION CANTONALE démocratiquement adoptée.

    En effet, cet homme est présumé innocent dès lors qu'il n'a pas été condamné par un Tribunal.

    Je ne nie pas qu'il ait existé des éléments laissant supposer qu'il ait peut-être commis quelque forfait, mais il a nié et n'a pas été condamné et ne le sera jamais.

    Aussi est-il INNOCENT et ceux qui à longueur de lignes ne se posent pas même la question bafouent les droits de l'homme qu'ils prétendent défendre.

    Lorsqu'on considère, qu'en plus, les conditions de l'arrestation sont plus que douteuses puisque conforme à une prtatique policière bien établie qui fait abstraction de notre Constitution cantonale et des droits de l'Homme (je vous renvoie au lien suivant :

    http://constitutiongenevoise.blog.tdg.ch/


    Le principe -outrageusement non respecté bien que constitutionellement sanctifié- d'arrestation sur la seule base d'un madat d'arrêt ayant été abrogé en suite de l'adoption d'un code pénal fédéral entrant en vigueur en 2011,

    Les Rambo en chambre à la BERTOSSA ont un bel avenir.

  • @hommelibre

    mon post ci dessus, je l'ai mis sur un site sur lequel apparaissait l'image d'un Smiley bleu portant des lunettes de soleil en place de votre zoizeau... Mais je constate qu'il a disparu... Caramba! et moi qui croyais converser avec un Stroumpf...

  • @ Azrael: mystère... n'ai jamais mis de smiley bleu en image de mon blog... J'ai vérifié, le post vient bien de vous, donc pas quelqu'un qui l'aurait recopié et posé ici.

    Dite-moi, Azrael, le smiley bleu, ce serait pas un éléphant rose par hasard?...

    (=…≈)

  • Bonjour,

    A l'heure où certains ne se réjouissent que des "baffes" reçues par la police genevoise, je ne peux que déplorer la baffe que s'est prise l'application des droits de l'Homme en Suisse.

    Pour moi, le grand perdant de cette histoire est tout simplement l'Etat de droit, en l'occurence, dans cet exemple précis, le nôtre.

    Gauche ou droite, je déplore que certains glorifient le fait de s'excuser lorsque l'on a, simplement, appliqué les droits humains élémentaires, à savoir le droit à l'intégrité physique.

    Mais vous imaginez le signal lancé à tous les "diplomates" qui voudraient se lâcher et s'encanailler à Genève? Ils pourront maintenant fouetter tous les clients des restaurants (je fais référence à l'incident survenu à la Réserve avec un Emir à ceinturon), c'est certain la police ne bougera plus...et on la comprend.

    Défrendre les petits (employés) contre les grands (fils à papa) lorsque des violences sont avérées me paraît primordial et constitutif de l'Etat de droit.
    Je m'étonne que l'extrême gauche trouve à y redire

    Aussi j'aurais voulu rêver à une union sacrée en Suisse sur cette question. Parce que l'heure me paraît grave et non susceptible de récupération politique à l'intérieure de notre pays.

    Moi-même résolument à "gauche", je dois dire que la réaction de triomphe d'une partie de la gauche me laisse pour le moins perplexe et bien déçue...

  • J'sais pas! il a disparu @:o{

  • @Myriam

    Les domestiques ont trouvé un arrangement avec Kadhafi.

    Ils ont été fortement dédommagé et n'ont pas souhaité allez jusqu'au bout de leurs procédures.

    Leur avocat a clairement dit qu'ils avaient été reconnus victime.

    Maintenant, le problème se situe dans le fait que Hannibal Kadhafi et sa compagne ont étés interpellés de façon violente alors même qu'ils ne présentaient aucune resistance.

    Qu'on le veuille ou non ils sont concidéré comme diplômates et doivent bénéficier d'un traitement particulier."D'ailleur les diplomates ont une police rien que pour eux"..même si nous le déplorons.

    Nos politiques bénéficient également d'une immunité parlementaire qui leurs permets d'échapper aux méandres de la justice.

    C'est donc là qu'il faut agir en remettant en cause le fait que tous ses politiciens suisses et diplomates étrangers se cachent derrières leurs immunitée pour masquer leurs horreurs.

  • @CEDH: Hannibal K est présumé innocent, certes, c'est un fait.

    Son arrestation a été conduite pour les besoins de l'enquête, et ne constitue en aucun cas une reconnaissance de sa culpabilité!

    Juridiquement parlant il est innocent, et ses droits doivent être garantis, même en cas de culpabilité. Soit et très juste. Egalement, on peut relever le manque de coordination de la police et du DFAE dans cette affaire.

    Je ne peux m'empêcher de relever cependant que l'action de la police genevoise à eu le mérite de mettre en lumière la volonté de la Confédération, par voie de directive, de ne pas se "mouiller" avec les Khadafi pour le sort de 2 malheureux employés....Une sorte de blanc-seeing à la maltraitance en quelque sorte, que la Suisse offre au fils du leader.

    La police genevoise a peut-être commis une erreur. Mais ce n'est pas à la Lybie d'en décider. Le Tribunal Arbitral tranchera.

    Cette intervention policière me paraît néanmoins plus justifiée et courageuse que celle consistant à courrir après des mendiants de rue...

    Cette dernière remarque est faite à titre personnel et non pas juridique. J'en assume l'entière responsabilité)):

  • @Myriam

    What's done cannot be undone.

    Qu'est-ce qui est le plus important?

    Rester droit dans ses bottes et abandonner les deux "otages" à leur sort et au bon vouloir de leur geolier ou perdre un peu la face et ce faisant permettre leur retour chez eux.

    Tout le reste est littérature.

  • @Myriam:
    Je suis d'accord qu'il faut un débat de fond sur les droits fondamentaux des domestiques dans la Genève internationale. Mais on n'arrive à rien si on commence ce débat en violant les droits fondamentaux des personnes soupçonnées de mauvais traitements. Il faut se mouiller. Mais en respectant le droit que l'on prétend vouloir promouvoir. Autrement, on fait comme les Américains, qui, pour mieux défendre la démocratie et les droits de l'homme, ont ouvert Guantanamo.

  • @Azrael: je vous comprends bien, j'imagine le dilemne de Mertz, et il coule de source que personne n'aurait voulu être à sa place.

    "Rester droit dans ses bottes et abandonner les deux "otages" à leur sort et au bon vouloir de leur geolier ou perdre un peu la face et ce faisant permettre leur retour chez eux."

    Pas sûr ! En perdant un peu la face, on recule surtout sur des principes républicains qui impliquent une certaine égalité de traitement. H Kadafi imaginait que partout dans le monde, les gens importants peuvent battre leurs employés. Or, on vient de lui donner raison, et de s'excuser sur le fait qu'il aurait pu en être autrement, ici, dans nos contrées.

    Bien sûr la baffe à la Suisse fait mal. Mais pour moi, les dommages faits aux valeurs républicaines sont bien plus dommageables que notre simple honneur.

    Kadafi père est quand même un adepte du rapport de force; ayant compris qu'on lui cède, ça m'étonnerait bien qu'il ne se sente pas conforté dans son plein droit, immuables et au-dessus de toute loi.

    En tous les cas c'est un signal extrêmement négatif lancé à tous ceux qui se sentent intouchable. Quand on nos deux compatriotes, on peut en effet espérer que les "négociations" permettront leur retour effectif.

    Ne nous reste plus qu'à faire comme Soeur Anne et attendre de voir si l'on voit venir...

  • Dans cette affaire, finalement, personne ne semble avoir respecté les règles démocratiques. Quand un flic commet une erreur, on le sanctionne assez vite pour ne pas faire pourrir la situation. Alors, pourquoi aucune sanction n'est tombée s'il y avait faute des policiers? Ou Genève et ses représentants sont devenus incompétents et on met ce canton sous tutelle de la Confédération ou on reconnaît que Genève gère correctement les dossiers et on la laisse travailler sans la dénigrer systématiquement comme on le fait me semble-t-il facilement ici. La Confédération doit maintenant prendre ses responsabilités et dire clairement au peuple, par la neutralité de ses juristes éminents, si Genève a vraiment fait une grosse bourde ou si c'est Kadhafi qui nous mène au bal des hypocrites des riches puissants qui ont plus de droits et moins de devoirs que les autres.

  • @pachakamac

    "...bal des hypocrites des riches puissants qui ont plus de droits et moins de devoirs que les autres."

    Ne doutez pas un instant que cela soit la réalité.On peut le regretter, se battre et espérer infléchir cette réalité vers plus d'équité, mais en aucun cas il ne faut se raconter d'histoires au sujet de la prétendue égalité des individus devant la loi. En fin de compte (de conte) la raison du plus fort est bien toujours la meilleure, l'histoire humaine le démontre depuis toujours: se voiler la face n'aboutit qu'à la perdre.

    Tous les hommes sont égaux mais certains sont plus égaux.

  • @pachakmac:
    Indépendamment de l'affaire Kadhafi, je pense que nos représentants ont un fort degré d'incompétence, et qu'ils gèrent très mal leurs erreurs. En particulier, il ne s'en excusent jamais et ce n'est pas que l'occasion manquerait. On en a pris l'habitude et on les laisse commettre bourde sur bourde sans plus même s'étonner, sans jamais leur demander des comptes.
    Sur l'affaire Kadhafi elle-même, il semble que les principes de proportionnalité et d'égalité aient été bafoués.
    Honnêtement, je suis reconnaissant à M. Kadhafi de ne pas s'être laissé faire.

  • @pachakmac:
    Le citoyen ordinaire n'a pas les moyens de faire entendre raison à nos petits despotes qui, pour une fois, sont tombés sur plus fort qu'eux.

  • @azrael: votre dernier commentaire est aussi froid que juste et lucide.

    "On peut le regretter, se battre et espérer infléchir cette réalité vers plus d'équité, mais en aucun cas il ne faut se raconter d'histoires au sujet de la prétendue égalité des individus devant la loi. En fin de compte (de conte) la raison du plus fort est bien toujours la meilleure, l'histoire humaine le démontre depuis toujours: se voiler la face n'aboutit qu'à la perdre. "

    Malheureusement pour moi, je fais partie des acharnés qui ne pourront jamais se résigner à cet état de fait.

    Néanmoins, je mets un bémol à cette vision hobbésienne de la condition humaine: "En fin de compte (de conte) la raison du plus fort est bien toujours la meilleure". Tous les jours chez nous comme ailleurs, des règles sont appliquées. Dans la vie entre les hommes comme dans les relations entre Etats. Tous les jours des principes légaux et humains sont respectés, la plupart du temps de manière inconsciente. Mais on ne retient bien souvent que les violations des lois (la loi du plus fort comme vous l'entendez), comme on ne se souvient que des trains arrivant en retard.

    Si je vivais dans la société de Hobbes du droit du plus fort, je m'attendrais tous les jours à être baffée dans la rue. Et pourtant...pour l'instant je touche du bois. Il y a donc quand même une forme de respect des lois et des droits d'autrui que tout en chacun applique sans s'en rendre compte.

    A l'échelle internationale la loi du plus fort est dominante, je vous l'accorde.
    Les "tyrans" déchus sont souvent jugés par les vainqueurs, les décisions sont encore par trop souvent unilatérales. Le droit international contemporain est encore un droit relativement "jeune" par rapport aux droits nationaux. Faut-il laisser du temps au temps?

    Juriste en droit international, je ne peux me résoudre à n'être qu'une irréductible utopiste qui pousse sa chansonnette...

  • @ Myriam: vous n'êtes pas seule à caresser cette utopie.

  • @Myriam

    Qui parle de se résigner? Pas moi en tout cas. Je dis seulement qu'il ne faut pas prendre le mot pour la chose.

    Par ailleurs nous ne parlions pas de la vie quotidienne dans un contexte relativement civilisé. Et même là il peut vous arriver d'être baffée dans la rue...cela arrive tous les jours, non?

  • quel est le point commun entre,tony blair,sarkozy,berlusconi, le gouvernement ecossais et merz de la suisse VS, kadafi et famille inclus tout les moutons lybiens,

    la reponse est peut-etre la ??

  • *Pachamac, vous avez raison, mais par principe, la Confédération ne se mêle pas des affaires internes d'un canton, à moins que ... l'affaire ait pris une dimension nationale. Genève aurait dû prendre ses responsabilités et sévir; nous étions pas présent, mais selon la description de l'arrestation, dérapage il y a eu, aussi minime qu'il soit ! Le malheur a voulu q'il y ait (eu) des psychopathes sur les rangs ! Minet Schlechten pourrait nous informer de plus près, mais est-ce que sa hiérarchie sera d'accord ? Le Tribunal arbitraire va statuer et faire la lumière sur cette affaire. De toute façon, d'une mouche on a fait un éléphant, dont la presse mondiale nourrit le people.
    Pour moi Merz a bien fait de baisser le slip, c'est mieux que de se faire baiser par des chameliers, dont le clan Kadhafi en ferait partie, s'il n'y avait pas de l'eau bénite (lire pétrole)dans leur sous-sol.

    Chers Blogeurs, chères blogueuses, sachez que c'est bien l'argent qui gouverne le monde et ceci depuis la nuit des temps. Le reste c'est du pipeau et on verra bien qui rira le dernier !

  • Mais pour un chamelier du désert, Etoile des Neige, Allah supplante l'argent, l'irrationnel du ciel supplante la réalité terrestre. C'est pour cela qu'il faut se battre avec d'autres armes avec Mr Kadhafi. A mon avis, d'abord faire voeux de pauvreté et d'humilité devant lui puis lui expliquer clairement notre point de vue. Le rencontrer est indispensable. Il ne sert à rien de faire des blablablas entre nous. La seule valeur humaine ne peut suffire à ses yeux. Il faut faire acte de courage, acte de foi, acte de transcendance pour avoir une chance d'être écouté et entendu de lui. Regardez comme leur terroriste est retourné chez eux! Accueilli par Kadhafi lui-même. Quelle baffe magistrale pour notre Président et notre pays.

  • *mon cher pachakmac, c'est la Realpolitik qui commande. La Suisse aussi y est soumise, attaquée de tout part par nos pays "amis". De l'hypocrisie quand il s'agit de fric et ils se frottent déjà les mains pour pouvoir poser quelques signatures sous les contrats juteux qui sont actuellement en suspens. Notre Président, plus haute instance de notre pays, n'a même pas été accueilli par le fantasque Muammar. L'accord signé avec le premier ministre Al Baghdadi Ali al-Mahmoudi vaut combien ? L'avenir nous le dira. Tant que les 2 malheureux otages n'ont pas foulé le sol hélvétique, je me retiendrai comme Stéphane Valente à sabler le champagne. A la place du psychopathe Kadhafi, j'exigerai en plus le blâme de la Police genevoise et la tête du pauvre Moutinot. La baffe n'est pas seulement pour Merz, mais aussi pour notre Conseil d'Etat qui fait bloc derrière le chef du département de la Police, état dans l'état!

  • "quel est le point commun entre,tony blair,sarkozy,berlusconi, le gouvernement ecossais et merz de la suisse VS, kadafi et famille inclus tout les moutons lybiens"?
    Réponse:
    Prendre des leçons de dictature pour qu'une fois le secret bancaire enterré, nous nous retrouvions tous les pays occidentaux avec des dictateurs en place, sans l'accoutrement et la mauvaise mine!
    Merci ami du grand nord de prendre la relève des Amer-loques pour l'organisation du nouvel-ordre-mondial des peuples privés de liberté et redevenus esclaves laborieux pour les nouveaux Rois!
    Oubama....Ousama....même combat; bosse, paye et tais-toi esclave!
    (la monnaie c'est selon!)

  • DELIRANT.
    A attendre certains,on devrait revenir au moyen-âge.Les "Sang-bleus" sont plus près de Dieu donc moins condamnables que les "Sang-rouges" surtout quand ils pissent de l'or noir...
    Après l'impunité des dealers sans-papiers voici le pardon envers leurs leaders...
    Cette famille a fait bien plus couler de sang que tous les citoyens suisses lors de ces 50 dernières années.
    Etat schizophrène qui prétend nous éduquer dans le respect des droits de l'Homme et qui lèche le cul d'un "ex"-terroriste soi-disant fréquentable.
    Ceci malgré que la Police genevoise était bien entendu au courant des faits et gestes d' Hannibal Khadafi, c'est à Genève que les nobles du monde arabe viennent séjourner le plus longtemps en Suisse, elle est donc la mieux placée pour connaître la vérité sur leur comportement et si elle n'a pas voulu s'excuser face à des gros clients du canton, c'est que justement à Genève ,les droits de l'Homme, ils y tiennent.
    Bravo Capo Moutinot pour avoir défendu le bon sens moral de nos contrées.

  • Rester droit dans ses bottes et abandonner les deux "otages" à leur sort et au bon vouloir de leur geolier ou perdre un peu la face et ce faisant permettre leur retour chez eux.

    C'est vous qui faites de la littérature. Imaginons que les deux otages aient été israéliens. Le mossad aurait vite fait de les exfiltrer hors du pays.

    Il y a une autre solution : nommer les otages diplomates. Immunité, etc.

    Conclusion: une Suisse couille molle dirigée par des incompétents. Pauvre Suisse.

  • Les racistes primaires à l'insulte facile sont impayables, n'est-il pas Olivier ? Cela fait combien de temps, au juste, que le Mossad essaie d'exfiltrer le soldat Shalit, entre autres, des territoires palestiniens ou du Liban voisin ? Quant à nommer les otages diplomates après coup, la blague est bonne, mais ne fait rire personne.

Les commentaires sont fermés.