La malédiction de l’aspiratueur

L’affaire de l’aspiratueur est loin d’être terminée. Et je dois ici apporter une contribution à la compréhension de cette malédiction qui pousse tant de couples dans l’abîme du désespoir, les conduisant parfois à commettre l’irréparable.

herculedaumier2.jpgUn espion du blog m’informe que le chat de gouttière Blondesen n’est pas encore sorti du dédale des questions existentielles telles que: qui passe l’aspiratueur? Et quelle est la foutue référence pour les sacs qui vont dedans?

Et bien la malédiction a commencé avec le grec Hercule qui, dans ses douze travaux, fit entre autre le ménage des écuries de Monsieur Augias sur commande et défi d’Eurysthée. Comme l’illustre le dessin de Daumier, Hercule fut contrait à utiliser une vulgaire panosse. En ce temps là, personne ne faisait le ménage. Les hommes grecs, trop occupés à se demander si l’on parlerait encore d’eux au 21e siècle, rivalisaient de socratique et de platonitudes (ségolesques), quand ils ne construisaient pas des colonnes cassées pour épater les touristes. Quand aux femmes, allongées sur les canapés du salon, elles devisaient sur la chute de la bourse, des bourses et autres fariboles.

Hercule donc fut mandé pour faire le sale boulot. Il fallait un homme fort, un superhéros, pour venir à bout de ce que la Grèce antique était devenue: une poubelle, à côté de quoi les déchets de Naples ne sont qu’une poussière d’amertume.

Il faut noter ici que nettoyer était déjà une punition.

Hercule accomplit sa tâche avec l’abnégation d’une femme de marin unijambiste. Mais fort marri (bien que célibataire) de cette déchéance que lui hercule1.jpginspira la panosse et de l’odeur maudite des écuries, il conçut une machine pour faire le travail à sa place. C’est bien l’homme, ça: tout pour la technique. Zeus n’aurait pas dû lui offrir une petite voiture, un lego et un ordinateur portable pour ses huit ans. Mais comment aurait-il pu imaginer que sa machine allait perpétuer au fil des siècles la malédiction des écuries d’Augias?

Toujours est-il que cette machine a survécu, a été perfectionnée, et est devenue l’aspirateur à poussières de carrosseries Hercules - la preuve en image (cliquer pour agrandir).

D’autres aspirateurs ont été conçus depuis, amplifiant encore la malédiction. Cette machine infernale est devenue le symbole de la discorde latente et patente des couples mêmes les plus unis, et il n’est pas rare de trouver dans une dispute des amants un traumatisme initial lié à l’aspiratueur:


On a bien tenté de confier l’appareil infernal à des hommes, mais leur anatomie ne semble pas de nature à le manier avec la dextérité voulue et les soumet à de terribles atteintes à leur intégrité physique, comme cela se constate tous les jours aux urgences:


Les fabriquant, conscients de la mauvaise image de leur entreprise, ont tenté d’associer la machine à des supports vendeurs et l’ont  mise entre les mains des femmes. C’est donc assez récent que les femmes se soient mises au ménage, cela se constate d’ailleurs tous les jours: le savoir-faire ne tombe pas du ciel. Ces fabricants ont de plus démontré que, contrairement à la vision défavorable qui en est donnée depuis environ 40 ans sous l’impulsion des Balayeuses de Gardes, il n’est pas besoin d’avoir un tablier sale pour faire le ménage et que cette activité passionnante peut être accomplie dans un état d’esprit positif et harmonieux, tout en déployant sa séduction et en profitant de parfaire sa musculature de rêve:


Il faut noter que cette tenue se révèle d’une surprenante utilité dans d’autres domaines. Ainsi dans de nombreuses usines elle facilite le contrôle des vols éventuels à la fin de la journée:


Le génie humain ne connaissant pas de limites, on inventa alors l’aspirateur automatique. Il travaillait tout seul, libérant enfin le couple de la servitude infâme et promettant aux amoureux de longues années passionnées et paisibles. Une simple télécommande suffisait à actionner la bête:


Malgré la bonne intention (l’enfer en est pavé, et sous les pavés la plage) n’enraya pas la malédiction, comme en témoigne ce procès-verbal d’audience des Assises genevoises:

  • Le Président: Madame, vous avez tué votre mari. Comment avez-vous pu en arriver à pareille extrémité?
  • La dame: Monsieur le président, c’est bien simple: j’ai vu rouge quand il m’a passé la télécommande!
  • Le Président: Madame, je comprends. Devant tant de maltraitance caractérisée et aggravée, d’humiliation et de mépris, vous être acquittée au bénéfice des circonstances atténuantes.

Mais le mal était fait. Devenu autonome l’aspiratueur a continué sa propre évolution, pour enfin montrer sa vraie nature, celle d’une bête malfaisante et sadique:


Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Tous les limiers de la République sont sur les dents pour apporter des solutions.

Car des solutions, nous en demandons - que dis-je, nous en exigeons!

J’ajoute ce témoignage de feu Claude Nougaro qui avait en son temps très bien compris où mène l’abus d’aspiratueur:


podcast

111UnAn.jpg

Catégories : Humour 47 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Il est vrai que les scènes de ménage relatives à la tenue du ménage, et les théories sur le caractère avilissant des tâches ménagères doivent être récentes et s'être d'abord développées dans les villes. Car autrefois, dans les campagnes, haut-lieu du patriarcat, les rôles étaient clairement définis. L'homme, ce pacha, était bien évidemment chargé des travaux valorisants et ludiques comme racler la bouse sur le plancher de l'étable, la trimballer en brouette jusque sur le tas de fumier, ou curer la fosse à purin...

  • @ Lord Acton

    mais aujourd'hui c'est comme ça aussi, j'ai lu dans un site féministe, que le
    "bricolage" euh qu'entendent elles par bricolage !!! et le jardinage c'est de la détente et les taches ménagéres du travail, et oui (rire), aux hommes les acivités ludiques aux femmes les taches avilissantes dégradantes !!!!

  • Inspirateur, l'aspirateur? Avec la fille de la vidéo qui fait la démonstration du mouvement idéal, je crois que chaque homme va sagement (hummmm...) s'asseoir sur le canapé en regardant le show. Avec une telle braise, j'attends chaque jour avec impatience l'heure de l'aspirateur et je prends quelques photos de l'inspiratrice avant de passer au moment clef de l'aspiration dans ses petits tuyaux féminins. Bon sang! c'est impossible pour un homme de visionner pareille charge érotique au petit déjeuner. Hommelibre, vous êtes condamné à retirer cette vidéo tendancieuse qui nous fait passer de la scène de ménage habituelle du "et qui passe l'aspirateur, maintenant?" à la fornication animale la plus intensive en un simple mouvement de tuyau. Fort, très fort, cette vidéo. Je cours m'acheter un aspirateur tout neuf. Heuuu! Je trouve sous quelle rubrique la fille pour qu'elle vienne faire sa démonstration ménagère chez moi.

  • "Car autrefois, dans les campagnes, haut-lieu du patriarcat, les rôles étaient clairement définis."

    Arf détrompez-vous, certainement beaucoup moins que dans les villes et après la révolution industrielle qui développe le modèle bourgeois de la famille! Faire des campagnes d'autrefois le haut-lieu du patriarcat est quelque chose qui m'étonne...

    Et puis, encore une fois, ce n'est pas le ménage qui est avilissant en soi, mais bien qu'il soit considéré comme un travail gratuit, ne donnant lieu à aucune rémunération, ni aucune reconnaissance dans le monde du travail. Du moment que l'entretien d'une maison est quelque chose de gratuit, il est normal que les dons effectués par chaque conjoint au bonheur du foyer soient partagés.

  • @ Audrey

    "Et puis, encore une fois, ce n'est pas le ménage qui est avilissant en soi, mais bien qu'il soit considéré comme un travail gratuit"

    mais tous les autres taches et travaux effectués dans une maison sont bien aussi considérés comme du travail gratuit entre conjoints, ce qui est étonnant c'est que beaucoup de ces autres taches qui ne sonts pas considérées comme taches spécifiquement féminines sonts occultées.
    dans une maison les taches doivent être partagées suivant les compétences de chacun, il n'est pas normal qu'un conjoint travaille pendant que l'autre se là coule douce.

  • A part l'allaitement du nouveau-né, c'est quoi les "tâches (il y a un accent, sinon le sens change...) spécifiquement féminines"?

  • @ Azrael

    mais c'est très simple, ce sonts les taches qui originellement n'étaient effectuées que par des femmes, et qui dans les couples sonts faites maintenant par les deux, ce qui est normal, il y a aussi des taches spécifiquement masculines qui ne sonts toujours pas effectués par les deux, mécanique auto, plomberie, électricité, couverture (toit), charpente, maçonnerie, carrelage,

  • Faites des taches! C'est gratuit aujourd'hui!

    Existe-t-il un aspirateur détachant? Ceci m'intéresserait... :-)

    @pachakmac
    Au risque de vous décevoir, vous devrez sans doute payer pour un tel service.

    A moins que vous vous contentiez d'un homme de ménage? Car les petites annonces d'hommes de ménage nus et gratuits fleurissent sur Internet semble-t-il.

    http://lavilaine31.wordpress.com/2007/11/09/homme-de-menage-nu/

    Comme quoi, il y a encore des efforts à faire pour une égalité entres les sexes :-)))

  • @Leclerq

    Je vois que vous êtes un adepte du KKK...

    Quand vous écrivez "originellement", vous vous réferez aux temps bibliques? ou seulement au temps de votre enfance?

  • @ Azrael

    Oh que non au temps de mon enfance ça suffit. une époque où une majorité de femmes ne travaillaint pas, et ne travaillant pas il étaient bien normal que ce ne soient quelles qui effectuent ces taches, maintenant le tapage féministe veut nous faire croire qu'il n'y a que ce type de taches dans un foyer en occultant les autres. la sois disant double journée féminine, un peu d'exagération ça fait pas de mal en passant on y est habitué.

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article258

    d'ailleurs dans les tâches spécifiquement féminine plusieurs sonts tombées en désuétude, couture tricot, (résultat du tapage féministe), et en contre-partie les tâches spécifiquement masculines sonts effectués par un nombre de plus en plus grand d'hommes (outillage plus facilement disponible, plus de temps libre). et l'équipement pour les taches ménagéres s'est beaucoup amélioré au fil des décennies, réduisant d'autant le temps et la fatigue physique à y consacrer.

  • "où une majorité de femmes ne travaillaint pas"

    D'ailleurs c'est connu, faire tourner une maison, élever cinq-six enfants (la moyenne j'imagine à l'époque), c'est pas travailler. Tout juste un moment de détente dans une journée de glande.

    C'est clair que si on fait remonter les temps originels à la première moitié du 20e siècle on risque de ne pas aller loin:-)

    "maintenant le tapage féministe veut nous faire croire qu'il n'y a que ce type de taches dans un foyer en occultant les autres"

    Parce que vous n'avez toujours pas compris que dans les villes, où vit l'écrasante majorité de la population sous nos contrées, une infime minorité d'hommes seulement passe une vingtaine d'heures par semaines (temps moyen passés aux tâches ménagères et éducation par les femmes) à effectuer des travaux de mécaniques et de charpente (puisque les travaux manuels sont bien pris en compte par les enquêtes sur le travail domestique)! Sans compter qu'ici faire du jardinage est un luxe du dimanche après-midi quand on a la chance d'avoir un jardin, ce qui est loin d'être le cas de la majorité. Pareil à Paris, Lyon, etc. j'imagine.

    Je lance un sondage, combien d'hommes font ça ici? A part vous évidemment...

  • Je peux honnêtement dire que j'ai acquis, durant mes années d'autarcie ménagère, des capacités hors du commun en matière de remplissage de sacs de courses, de rangement dans le frigo, de rangement dans le lave-vaisselle, de repassage et de nettoyage. Je n'ai jamais compris pourquoi ces tâches sont toujours abordées en faisant la moue et traînant les pieds, parce que personnellement je trouve très valorisant de ranger et nettoyer des choses. Il me semble que l'on a sciemment appris aux femmes à mépriser les tâches ménagères.

  • Bonjour à tous,

    C'est parce que mon article sur les hommes de ménage est cité (j'en suis flattée, merci Pascale) que je suis venue faire un petit tour sur cet article fort bien mené d'ailleurs.

    Je ne suis pas féministe pour deux sous, cependant il me semble en effet que les hommes sont de moins en moins doué pour le bricolage et la mécanique (pour ma part, je me charge aussi de ces tâches qui sans cela ne seraient pas effectuées) et avouez que si l'on s'ofusque aisément lorsqu'une femme ne sait pas cuisiner, en plaignant le pauvre époux/conjoint/partenaire, on se formalise bien moins lorsqu'un homme ne parvient même pas à monter un meuble suédois en kit... Et vous m'accorderez également, que l'on demande à présent aux femmes d'entretenir leur maison de la même main de maître(sse) que lorsqu'elles restaient au foyer, alors que bien souvent, elles ont à présent des horaires de dingues. On ne peut guère avoir le beurre, l'argent du beurre et le c.. de la ménagère messieurs !

  • @Audrey:
    Désolé, j'étais ironique lorsque j'écrivais que les sociétés traditionnelles de nos campagnes étaient patriarcales... C'était pour me moquer des théories selon lesquelles les hommes auraient toujours été jaloux de leurs privilèges et mieux lotis que les femmes.

  • @ Audrey

    j'ai toujours dit que l'homme devait aider aux taches ménagéres, en plus des taches qu'il est le seul à effectuer. ces taches varient évidement suivant les hommes et les lieux de vie et ne sonts évidement pas journaliéres, ce sonts plus des coups de collier quand il faut. coup de colliers qui onts tendance à être considérés comme des dus je t'avouerais que c'est pas agréable comme ressenti !!! d'ailleurs ces tâches peuvent être prises en compte, pour le partage d'un bien en indivision, un indivisaire qui améliore le bien indivis, l'indivision lui doit une créance. les taches ménagéres elles ne sonts pas prises en compte dans ce cas là

    et les hommes qui fonts ce genres de tâches ne sonts pas une minorité, ils fonts quand même tourner plusieurs chaines de magasins spécialisés, castorama, brico-dépot, bricorama, leroy merlin. mais elles sonts occultées.
    les enquêtes prennent en compte les taches ménagéres pas les travaux de construction et d'amélioration de l'habitat. sans parler de mécanique auto.

    "D'ailleurs c'est connu, faire tourner une maison, élever cinq-six enfants (la moyenne j'imagine à l'époque), c'est pas travailler. Tout juste un moment de détente dans une journée de glande."

    quand j'ai écrit femme ne travaillant pas "je parlais de travail extérieur au foyer rénuméré, je m'excuse de ne pas avoir cru bon de le préciser.

  • @ La vilaine

    "étonnant il y a de plus de magasins de bricolage, c'est à se demander alors avec qui ils fonctionnent !!!

    "Et vous m'accorderez également, que l'on demande à présent aux femmes d'entretenir leur maison de la même main de maître(sse)"
    ben il me semble quand même que ce qui est demandé par les femmes ça serais plutôt un partage équitable des taches ménagéres, en occultant les autres tâches qu'effectue l'homme dans la maison.

  • @La Vilaine:
    J'aimerais bien savoir dans quel monde vous vivez.
    Dans celui des jeunes professionnels qui vivent en ménage, on n'aurait pas idée d'imaginer qu'une femme sache cuisiner - et à plus forte raison, de s'offusquer en apprenant qu'elle ne sait pas! On sait très bien que les femmes ne savent pas cuisiner. Et alors? Ce n'est pas grave. C'est facile, la cuisine.
    Aucun de mes collègues ou amis entre 28 et 40 ans n'aurait l'idée de se plaindre de ce que sa femme/partenaire ne tient pas bien le ménage.
    Peut-être qu'une femme de soixante ans et plus (une belle-mère, par exemple) pourrait, elle, s'offusquer du fait qu'une jeune femme (une belle-fille, par exemple) ne sait plus rien faire. Mais je pense qu'il faut laisser les hommes en dehors de cela...

  • @La Vilaine:
    Ce que vous dites sur la disparition des qualités de bricoleurs des hommes est vrai. Je pense que c'est lié à la dévaluation du travail manuel en général (les tâches ménagères en font aussi partie), au fait que l'immense majorité des hommes d'aujourd'hui travaillent dans des bureaux et ne savent même plus tailler un crayon sans le casser, et à la généralisation des appareils qui ne sont pas conçus pour être réparés, mais remplacés. Cela dit, c'est sans doute par charité qu'on ne s'offusque pas en présence de quelqu'un qui ne parvient pas à monter un meuble Ikea.

  • @ Lord Acton

    est-ce que ce sonts les jeunes générations qui sonts comme ça, j'ai pour ma part 47 ans, je travaille dans un bureau d'étude.
    la plupart de mes collégues, réparent une maison, onts fait le second oeuvre de la leur, on refait leur appartement, tranforment une grange à la campagne en maison !!!

  • @Leclercq
    Je parle de ce que je connais, mais je n'exclus pas que la situation soit la même dans des tranches d'âges différentes de la mienne.
    Sur les travaux à grande échelle, en particulier si c'est à l'extérieur du ménage, il faut faire attention - à partir du moment où cela s'apparente à un hobby, la femme considérera que ce n'est pas une tâche faite pour le couple. Jusqu'à un certain point, c'est compréhensible - imaginez que votre femme fasse 40 heures de peinture sur porcelaine chaque semaine à côté de son travail et qu'elle vous dise que par conséquent c'est à vous de faire le ménage...
    Je pense qu'il faut définir les tâches ménagères comme les tâches récurrentes et nécessaires à la survie sanitaire du couple - faire à manger, laver, nettoyer. Les femmes d'aujourd'hui vivent avec l'idée (fausse) que ce sont des tâches ingrates... Comme je ne trouve pas ces tâches ingrates (et qu'en plus je suis très bon dans le domaine), je fais volontiers plus que ma part.

  • ...dans un bureau d'étude...???? pas d'étude de l'orthographe, en tous cas...

    Alors: SONT, et non pas SONTS, tâches (ménagères) et non taches, pour ne citer que les énormes...

  • @légensontétranges:
    Il me semble qu'on dit "en tout cas", ou "dans tous les cas", mais pas "en tous cas". Ce n'est pas une faute particulièrement horrible, je vous l'accorde, mais puisque vous accordez de l'importance à l'orthographe et à la grammaire, il m'a paru naturel de vous la signaler.

  • @ légensontétranges

    non pas de l'orthographe de produits électriques.

    merçi de me reprendre, je sais que j'en ai souvent besoin

    @ Lord Acton

    " si c'est à l'extérieur du ménage, il faut faire attention - à partir du moment où cela s'apparente à un hobby"

    non je ne parle pas d'un hobby, mais de taches utiles pour le couple.

    "Je pense qu'il faut définir les tâches ménagères comme les tâches récurrentes et nécessaires à la survie sanitaire du couple - faire à manger, laver, nettoyer. Les femmes d'aujourd'hui vivent avec l'idée (fausse) que ce sont des tâches ingrates... Comme je ne trouve pas ces tâches ingrates (et qu'en plus je suis très bon dans le domaine), je fais volontiers plus que ma part."

    bonne définition

    donc j'estime que pour un couple, il y a les tâches ménagéres et les autres, amélioration de l'habitat réparations diverses

  • @Lord Acton

    "J'aimerais bien savoir dans quel monde vous vivez.".

    Elle vit peut-être dans un monde qui ressemble sans doute au mien. Mon monde est la Suisse en 2009 :-)

    Voyez les chiffres de l'OFS publiées hier sur l'évolution des tâches domestiques (y.c. jardinage bricolage, ...) entre 1997 et 2007, qui justement n'ont que très peu évolué. Mais on va dans le bon sens...

    @Leclerq
    C'est sans doute une particularité de votre métier. Au long de ma vie professionnelle (dans l'informatique) ayant travaillé avec une population essentiellement masculine, je rigole bien en les imaginant réparer une maison.
    Et je ne les croise jamais en fin de journée dans le supermarché voisin quand je fais mes courses.

    Le temps consacré aux travaux manuels est de 2,1heure par semaine pour les hommes en moyenne (0.9h. pour les femmes), il reste donc quelques heures pour améliorer le partage, non?

    A part ça, ça vous arrive de vous détendre et de rigoler sans rabâcher le permanent complot des féministes féminisant ces pauvres mâles en manque de virilité?

    @La Vilaine
    J'ai bien aimé votre billet! Et j'ai bien rigolé en voyant les multiples petites annonces qui en ont découlé :-)
    PS: Alors? Vous avez tenté l'expérience?
    :-)

  • @Pascale
    "La Suisse en 2009" est beaucoup trop disparate pour valoir comme base de discussion. Moi aussi, je vis "en Suisse en 2009", et manifestement mon monde à moi (et celui des gens que je connais dans une situation similaire - gens de 28 à 40 ans en couple) n'a rien à voir avec un monde où les femmes font plus que les hommes à la maison...

  • @ Pascale

    je ne travaille pas dans l'imformatique mais dans un bureau d'études
    t'inquiéte pas moi et mes collégues on se débrouille très bien dans les travaux de construction.

    "Le temps consacré aux travaux manuels est de 2,1heure par semaine pour les hommes en moyenne (0.9h. pour les femmes), "

    puis je savoir d'où vient ta source, et ce quelle définit comme travail manuel, parce moi et mes collégues dans les travaux que je t'ai cité, la participation féminine est quasi nulle.
    je sais que quand les femmes sonts seules, elles fonts peinture faIence des fois placo, le reste est fait par des artisans où des maris d'amies au noir.

    "sans rabâcher le permanent complot des féministes"

    tu pourrais dire à tes amies féministes, et leur journaux, d'arrêter de rabacher des âneries, sur les taches ménagéres entre autre. double journée et j'en passe !!!

  • @ Pascale

    dans les statistiques OFS, les types de travaux que je t'ai cié sonts omis. ce site parle de taches domestiques !!!

    ce sonts des statistiques mensongéres. l'homme qui passe pendant deux ans tout son temps libre à réparer une maison, soir et week-end, c'est l'investissement qu'il faut, il fera très peu de taches domestiques, il est complétement oublié de ces statistiques !!!

  • @ Pascale: merci d'avoir donné ce lien et du coup invité La Vilaine à notre déjeuner sur l'herbe (je parle du gazon, bien sûr). Et en effet, il faudra encore du temps pour l'égalité: je ne connais pas de femme qui propose de venir faire le ménage nue! Encore un effet de la dissymétrie hommes-femmes?

    (o_o)

    @ La Vilaine: pour une vilaine, joli coup de plume!

    @ Audrey: J'ai préparé une réponse à votre comm sur le travail gratuit à la maison. mais un peu long, et sortant de ce billet à vocation initialement plutôt humoristique. Je vais donc poser un nouveau billet.

  • J'ai lu en diagonale l'étude de l'OFS. Ce qui est intéressant, c'est que:
    - même parmi les personnes qui vivent seules, les hommes font seulement 80% du temps que font les femmes - et là, cela n'a rien à voir avec un quelconque partage des tâches au sein du couple...
    - on trouve aussi des chiffres sur le taux d'occupation des personnes qui font partie de la population résidante de 15 ans et plus (sans les chômeurs): il y a 23% des femmes qui travaillent à 100%, contre 67% des hommes...

  • @ Lord Acton

    "- même parmi les personnes qui vivent seules, les hommes font seulement 80% du temps que font les femmes - et là, cela n'a rien à voir avec un quelconque partage des tâches au sein du couple.."

    Vous relevez effectivement quelque chose de très intéressant, de quoi alimenter nos discussions avec homme libre et pascale au sujet des jouets ménagers.

    "- on trouve aussi des chiffres sur le taux d'occupation des personnes qui font partie de la population résidante de 15 ans et plus (sans les chômeurs): il y a 23% des femmes qui travaillent à 100%, contre 67% des hommes..."

    Les chiffres du sous-emploi sont également très instructifs. On trouve une corrélation positive entre le taux de sous-emploi (c'est-à-dire le fait d'exercer un taux d'occupation inférieur à celui qu'on désirerait et celui que l'on occupe) chez les femmes et le fait d'être en couple et d'avoir des enfants. Chez les hommes c'est exactement le contraire, un fait également relevé par De Singly dans Fortune et infortune de la femme mariée. Vous avez dit discrimination?

    source: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/01/04/blank/01/04/03.Document.114526.xls

    Enfin les statistiques ne parlent pas, et ce qui reste problématique au final c'est la disymétrie économique qui en résulte, très dommageable pour l'indépendance tout court, encore plus en cas de divorce, de veuvage ou au moment de la retraite...

    Ajoutez-y de très gros problèmes de prise en charge institutionnelle des enfants, un jonglage sur les barèmes d'imposition, une mentalité qui a de la peine à avancer dans certains coins (n'oublions pas nos amis appenzellois) et vous comprendrez pourquoi la Suisse est un des pays d'Europe où les femmes s'arrêtent le plus de travailler à la naissance d'un enfant. Enfin, en comparant femme et homme à 100% on trouve encore des écarts conséquents. Très instructif la comparaison de la dernière case...

    source:

    pour les femmes:http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/20/04/blank/dos/haushaltschaden.Document.78531.xls

    pour les hommes: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/20/04/blank/dos/haushaltschaden.Document.78534.xls

    @ Homme libre

    Je sens la tirade sur l'acte d'amour, forcément gratuit, et puis elles n'ont qu'à pas faire d'enfants, si c'est aussi dévalorisant, c'est ça? Je vous fais un peu un procès d'intention, mais je suis sûre de n'être pas aussi loin que ça...

  • @Lord Acton

    Et bien pour répondre à votre question, j'ai 33 ans, je vivais il y a encore peu (3 mois) dans le petit monde Parisien, que j'ai quitté pour m'installer près de Genève, lâchant carrière et amis pour suivre mon conjoint (c'est là encore le sens dans lequel se fait le plus souvent ce sacrifice, mais c'est un autre débat). Comme beaucoup d'entre nous je me réfère à ma propre expérience et aux observations que j'ai pu faire dans mon entourage. Et votre théorie sur la disparition de l'âme du bricoleur est très intéressante, je me permets d'y ajouter un possible autre facteur : Internet ! L'homme bidouille plus volontier sur son ordi à présent (bon la femme aussi, d'où l'avènement du micro-ondes !).

    "c'est sans doute par charité qu'on ne s'offusque pas en présence de quelqu'un qui ne parvient pas à monter un meuble Ikea."

    Très bon ! Mais sotte caillette que je suis ! Comment n'y avais-je pas pensé !

  • @ Audrey:

    Oui et non...

  • @ homme libre

    Enfin plutôt oui que non, je dirais même dans le mille après la lecture du post. Mais c'était tellement prévisible, on entend exactement ce discours à chaque fois. Féministe=mauvaise mère=sans coeur, ça court depuis bientôt 40 ans maintenant...

  • @Audrey:
    "Vous avez dit discrimination?"
    Mais discrimination de qui, par qui?
    Le problème, et HL l'expose très bien dans son prochain billet, c'est que l'on applique des statistiques à des situations personnelles, qui souvent sont voulues au nom de la liberté des gens d'organiser leur vie. C'est souvent pour pouvoir davantage se consacrer au ménage et à la famille que Madame demande de travailler à 80%. Doit-on reprocher à Monsieur de continuer à travailler à 100% (voire plus, souvent...) et de ne pas faire autant de ménage que Madame?
    Montrez-moi les femmes qui veulent réellement échanger leur place avec celle de leur partenaire. Il n'y en a pas beaucoup (sauf dans certaines théories).

  • http://www.service-compris-71.com/service-maison-domicile-saone-loire-71.htm

    "Les limites de l’intervention

    Les travaux de construction, de réparation et de finition des bâtiments ne sont pas concernés par ce service à la personne. L’intervention sur des équipements utilisant du gaz, de l’eau ou de l’électricité doit aussi être laissée à des spécialistes.

    ce type de travaux n'est pas compris dans le terme bricolage, donc abcent des taches domestiques et des enquêtes !!!

  • @ Lord Acton

    "Montrez-moi les femmes qui veulent réellement échanger leur place avec celle de leur partenaire. Il n'y en a pas beaucoup (sauf dans certaines théories)."

    Et dans les statistiques sur le sous-emploi que vous niez d'une manière fracassante... Ou que vous n'avez pas été voir, pourtant pas compliqué de cliquer sur trois liens...

    @ Leclercq

    "ce type de travaux n'est pas compris dans le terme bricolage, donc abcent des taches domestiques et des enquêtes !!!"

    Pas étonnant puisque la plupart des gens qui n'ont pas de formation dans ce domaine ne sont pas capables de le faire. Enfin si vous me trouvez une majorité d'hommes qui bidouillent eux-mêmes leur installation de gaz...je veux bien vous croire. Disons qu'en habitant en appartement, ce qui est le cas de la majorité des gens en ville, c'est plutôt rare. D'où pas compris, parce que statistiquement plus que marginale. Mais vous-mêmes ne voulez pas comprendre, bref...

  • @La Vilaine:
    "lâchant carrière et amis pour suivre mon conjoint (c'est là encore le sens dans lequel se fait le plus souvent ce sacrifice, mais c'est un autre débat)." Vous avez fait ce choix et c'est très bien. Pourquoi serait-ce un débat? Au nom de quoi faudrait-il une parité sur une telle question?
    Auriez-vous préféré un système légal de quotas en vertu duquel vous auriez dû attendre, avant de pouvoir suivre votre conjoint, qu'un homme, ailleurs en France, ait été prêt à lâcher carrière et amis pour suivre sa compagne? Parce qu'on peut très bien imaginer un régime d'autorisation comme celui-là. C'est ça le but?

  • @Audrey
    Je pense que certaines théories utilisent des statistiques (qui reflètent les choix des gens) pour illustrer de prétendues injustices et exploitations. Quand on ne nous dépeint pas la mère de famille qui travaille à 100%, qui fait un deuxième 100% à la maison et qui vit avec un patachon affalé devant la télévision juste bon à roter sa bière, on nous montre la femme qui voudrait travailler plus à l'extérieur et qui est sous-occupée. Et c'est toujours, bien sûr, la faute à un système patriarcal quelconque...
    Personnellement, je m'en fiche de ces questions de partage des tâches - je suis rapide et méticuleux, j'éprouve du plaisir à faire briller des chaussures, à astiquer les chromes d'une salle de bain, et à faire quantité d'autres tâches "dégradantes" dans lesquelles j'excelle.

  • @ Audrey:

    Vous vous énervez pas un peu?

    "Féministe=mauvaise mère=sans coeur,". Certains le disent peut-être, pas beaucoup à ma connaissance. Mais vous n'avez jamais pu lire cela sous ma plume. Je connais des femmes qui font de l'aliénation parentales vis-à-vis d'un ex-conjoint, et pas forcément des féministes de carrière. Je vois aussi des hommes le faire. La souffrance qui est derrière cela peut expliquer en partie des attitudes extrêmes chez les hommes et les femmes, sans pour autant les justifier. Mais je constate que dans les divorces avec enfants, les réactions de dominations se déchaînent souvent. Et là les femmes n'ont rien à envier aux hommes.

    Ah mais non, j'oubliais: la domination est masculine par nature, par essence, par principe, par dogme...

  • @Lord Acton

    Le problème étant, toujours et encore, que le sous-emploi n'est pas un choix personnel. Mais je n'insiste pas, je n'arriverai pas à vous l'arracher...

    @ homme libre

    "Vous vous énervez pas un peu?"

    Ah non je vous laisse ça. Vous êtes beaucoup mieux que moi dans l'ironie qui tente de cacher la rage et ce qu'on pense vraiment des gens.

    Vous devriez relire Yvon Dallaire, ou "les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus". Votre comportement, ici "typiquement" féminin (humour évidemment) résume assez la situation qui consiste à demander à l'autre s'il s'énerve, jusqu'à ce que ceci finisse vraiment par l'énerver. Le classique. La question serait donc plutôt: Voudriez-vous que je m'énerve? Ou devrais m'énerver?

    Et enfin la question sous-jacente: dans quel but?

  • @ Audrey:

    Ok, je n'avais pas vu cela de cette manière, désolé de vous avoir mise en cause inutilement sur ce point. Je retire donc mon "vous vous énervez pas un peu" et je vous présente mes excuses. En effet, cela peut être perçu d'une manière désobligeante.

    Je n'ai pas envie de vous voir vous énerver, je ne le suis pas moi-même, au contraire je me sens bien dans mes chaussures et calme, je n'ai pas de rage, et j'apprécie ce débat où les positions s'expriment avec force et essaient d'être claires.

  • @Leclercq
    On va jamais s'entendre... le seul couple que je connais qui a retapé une maison a fait le choix de garder le travail de Madame, afin de laisser du temps à Monsieur pour retaper la maison. Et les soirs et week-end, ils bossaient ensemble.

    Comme le dit Audrey, cela n'aurait pas de sens d'inclure ce genre de tâche car elle ne concerne sans doute pas une grande part de la population. Ne serait-ce que pour pouvoir se payer un bout de terrain.

    En ce qui concerne mes amis, toutes les femmes travaillent à plein temps, sans doute aussi par obligation pécuniaire. Ce qui n'empêche pas que lorsqu'il y a des enfants, pour la plupart (mais pas pour tous), c'est les femmes qui encadrent l'école, les divers déplacements et les maladies.
    Ceci change complètement dans mon environnement professionnel, où la plupart de mes collègues ont souhaité (voire exigé) que leur femme cesse de travailler avec l'arrivée d'enfant(s) dans le foyer. Ils les renvoient littéralement au turbin mais à mi-temps lorsque les enfants atteignent l'âge de l'école.

    Bossé dans 4 boîtes différentes et j'ai toujours entendu ce discours. Ce qui m'a valu d'ailleurs de nombreuses remarques quand j'ai recommencé à bosser. D'accord c'était il y a presque 10 ans et les choses ont sans doute un peu changé.
    A la décharge de certains pères, il faut voir la tronche des RH lorsqu'un homme demande à user de son droit d'absence pour maladie de son enfant. Ca décourage.

    @Lord Acton

    Le fait qu'un terrain (en l'occurrence la Suisse en 2009) soit disparate ouvre justement la discussion et ne devrait pas permettre que l'on nie qu'il existe encore certaines disparités. De n'importe quel camp soient-elles.

    Ces fameuses statistiques sur le taux d'occupation hommmes/femmes, nous dit aussi que certains hommes ont de la peine à obtenir un temps de travail réduit.
    On peut admettre que ceci ne reflète pas forcément un souhait de tous de travailler à plein temps.
    De la même manière, pour les femmes, certaines souhaiteraient travailler à plein temps. D'autres pas.

    Sur la base de ces chiffres on peut tenter de faire évoluer les choses afin que chacun(e) puisse travailler à temps plein ou partiel selon ses propres choix.

    Ce qui, à présent, n'est pas cas pour tous et toutes.

    Pour le double travail, c'est peut-être une plaisanterie pour vous, mais moi ça me fait grincer des dents quand j'entends ce genre de commentaire. Vous avez des enfants? Parce que je vous assure que c'est déjà pas simple de jongler avec les horaires scolaires et un boulot à 100 %, et qu'il reste passablement de tâches à accomplir si l'on veut prendre soin de sa progéniture. Les patachons sont peut-être en voie de disparition (j'ai quelques doutes) mais il en existe encore.

    Quant au fait que les hommes célibataires en font moins que les femmes dans la même situation, effectivement là-dessus je n'ai aucun doute, c'est visible dans la plupart des cas.

  • @Pascale
    Personnellement, j'ai l'impression qu'il y a beaucoup plus de gens heureux que les statistiques ne nous le laissent penser. Les seuls vrais malheureux (et les seules vraies malheureuses) sont ceux et celles qui font des théories qui ne collent pas à la réalité.
    On commence à se rendre compte, au sujet de la mode "genre", que le postulat de base (il n'y a pas de différence sexuelle autre que celle due à la tradition et à l'éducation) est faux. Il suffit de lire des ouvrages comme "Les Hommes viennent de Mars etc." pour s'en convaincre.
    Vous pouvez sortir toutes les statistiques que vous voudrez pour dire que les hommes gagnent plus que les femmes. Vous pourrez crier à l'injustice. Mais sur le terrain vous verrez que la plupart des femmes préfèrent vivre avec un homme qui gagnent plus qu'elles.
    En tant qu'homme relativement sans complexe (je suis fier d'être un as du repassage), cela m'étonne de voir dans quels verres d'eau la plupart des gens réussissent à se noyer, et à la suite de quelle mauvaise volonté et inconséquence ils réussissent à transformer leur vie en enfer. Ce contre quoi je tiens à me défendre (avant d'autant plus de vigueur que je joue parfaitement le jeu de l'égalité), ce sont les reproches que l'on encourt pour le simple fait d'être un homme, finalement.

  • @Lord Acton
    Tout à fait d'accord avec votre dernière phrase.

    D'accord sur le genre aussi, nous ne sommes pas pareils et fort heureusement. Mais il est quelques activités, indéniablement, dans lesquelles nous sommes performants de façon égale. Et c'est celles-ci qui méritent que l'on veille.

    Moins sur le salaire. Pour l'avoir vécu à un moment de ma vie, (mon salaire plus haut que celui de mon homme), il m'a posé problème uniquement parce que ce dernier ne pouvait pas s'empêcher de se sentir dévalorisé et un peu extra-terrestre. Il a d'ailleurs été grandement soulagé lorsque la situation s'est équilibrée.
    Et d'une manière plus générale, je dois dire que personnellement je m'en contrefous du salaire du l'homme que j'aime. Et c'est la contrepartie, à mon humble avis, de l'égalité. Je n'attends de personne d'être "entretenue" ou couverte de cadeaux. Les pissenlits peuvent même faire l'affaire :-)
    Alors non je ne vois pas sur le terrain... même si je connais des donzelles bien sûr pour qui ce n'est pas anodin, je l'avoue. Mais pas que, et loin de là.
    Et je connais également des hommes qui ressentent le besoin d'être le pilier du foyer, pécuniairement parlant s'entend, mais pas que... Nuances.

  • @ Audrey

    "Les travaux de construction, de réparation et de finition des bâtiments ne sont pas concernés par ce service à la personne. L’intervention sur des équipements utilisant du gaz, de l’eau ou de l’électricité doit aussi être laissée à des spécialistes."

    "D'où pas compris, parce que statistiquement plus que marginale."

    c'est étonnant les magasins de bricolage sonts pleins de rayons pour faire du gros oeuvre, de l'électricité de la plomberie, et de ces magasins il y en a de plus en plus, franchement la minorité pour faire tourner tous ces gros magasins est vraiment très nombreuse bizarre bizarre, toute cette débouche d'équipement en vente et presque personne capable de s'en servir !!!

  • @Pascale:
    "Sur le terrain etc.": j'ai écrit "la plupart" et je crois que c'est vrai - mais la formule laisse la place à de très nombreuses exceptions.

  • il est vrai qu’analysé sous cet angle-là, l’aspirateur est bien une invention machiavélique…

Les commentaires sont fermés.