Le dalaï-lama en Suisse: un regard critique

Le Matin de ce jour publie une interview du romancier français Patrick Hutin sur le dalaï-lama. Un regard critique qui ne donne pas dans la mythologie d’un Tibet idéal et d’un bouddhisme libéral.

potala2_061108_ssh.jpgPour rappel, le dalaï-lama est le chef temporel et spirituel d’une école bouddhiste qui regroupe environ 3% de tous les bouddhistes à travers le monde. Cette école a réussi la mise en place d’une théocratie pendant des siècles sur des millions de personnes. Le mot théocratie peut être contesté car le bouddhisme n’a pas de dieu, mais le régime a les caractéristiques des théocraties: tous les pouvoirs concentrés aux mains du clergé (pas de séparation des pouvoirs), pas de démocratie, caste de religieux vivant sur le travail des paysans et artisans. Le dalaï-lama est également chef de gouvernement: le gouvernement tibétain en exil. Et l’ancien palais du gouvernement, le Potala, n’a rien à envier aux palais mirifiques des potentats à travers le monde ou à la basilique Saint-Pierre dans l’Etat théocratique du Vatican.

Comment peut-il jouir d’une telle popularité en occident, avec des vedettes comme Sharon Stone et Richard Gere comme ambassadeurs? Selon Patrick Hutin:

«Cela tient à cette idée qu'il existe quelque part un pays caché sous les nuages qui aurait le secret de l'existence, de la bonté, dans la droite ligne du mythe du Bon Sauvage. En gros, le Tibet. Il y aurait quelque part un reliquaire aux joies encloses, comme disait le poète voyageur breton Victor Segalen. Les gens ont besoin de croire à ça. En plus, comme ils ne comprennent pas la langue des Tibétains, ils en arrivent à croire que la médecine tibétaine est pleine d'enseignements cachés et qu'elle soigne tout.»

A propos du clergé bouddhiste et de la situation politique du Tibet:basilique_saint_pierre_gr.jpg

«Historiquement, la Chine et les autorités du Tibet se sont tout le temps entendues, les Chinois assurant la sécurité des frontières, le clergé assurant le magistère intellectuel et religieux sur le peuple. C'était une espèce de donnant, donnant ou de gagnant, gagnant. Cette entente a perduré et le Tibet a très peu évolué.»

«Le clergé bouddhiste tibétain, d'abord, est l'un des plus rétrograde et archaïque du monde. Mais cela, les Occidentaux benêts et béats, pour qui l'herbe est plus verte chez le voisin, ne le voient pas. Ce clergé s'est greffé sur le peuple et a vécu sur son dos. Sur un certain plan, le dalaï-lama ne fait que reproduire cette donne quasi séculaire. Tant lui que les Chinois ont intérêt à ce que le statu quo persiste.»


Je n’ai pas la compétence pour évaluer le regard politique posé par Patrick Hutin.

Je sais aussi qu’il n’est pas bien vu de critiquer le Tibet et le dalaï-lama, qui font partie des sujets intouchables et des mythes indéboulonnables en occident.

Toutefois, je trouve que soutenir le dalaï-lama, chef d’une théocratie non-démocratique, pour soutenir les tibétains qui souffrent, ce serait comme soutenir Khomeiny pour défendre l’Iran (ce que la France a fait à l’époque) ou soutenir le pape pour défendre la liberté dans nos démocraties.

 

111UnAn.jpg

Catégories : société 22 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • @ honnelibre

    liens intéressants sur le dalai lama

    http://www.cmaq.net/fr/node/32286

    http://www.legrandsoir.info/article6817.html

    http://www.narosnews.fr/spip.php?article839

  • Ouaif !

    Selon le premier article mentionné par Leclercq, les chinois seraient intervenus en 49 pour libérer le peuple tibétain qui à cause de sa croyance du karma se laissait honteusement exploiter !!!
    On croit rêver !
    Ah pour être libéré ils le sont. Vive les chinois pour leur intervention. Car chacun le sait en chine communiste il n'y a pas d'exploitation honteuse du peuple !

    Il ne faut pas oublier que le peuple tibétain n'a rien demandé à personne. On peut trouver le système qui prévalait plutôt archaïque, mais la population semblait s'en satisfaire. En tout cas il n'y avait pas de mouvement de résistances comme c'est le cas aujourd'hui. Le Tibet a toujours été perçu comme un état pacifique et on ne peut pas dire que l'objectif de son gouvernement était la militarisation ni la conquête du monde. Encore moins, de prétendre convertir les pays voisins à leur croyance et système

    Les liens mentionnés ne sont pas exempts des expressions propagandiste chinoises qui sont assez pénétrant en la matière ! A en croire ces écrits le Tibet bénéficie de plus de liberté que les bretons en France !!! Parallèlement les chinois se font censurer internet. Alors que croire vraiment ?
    Le dernier lien évoque un tableau sanglant (un peu trop pour honnête) de l'époque ou ce dalaï-lama gouvernait... A t-il vraiment gouverné ? Il avait 14 ans quand il est parti en exil...

    Comment comparer, dès lors le dalaï-lama à Khomeyni ...? Je ne crois pas qu'il existe un djihad boudhiste à son programme, franchement.
    On ne peut pas comparer les situations (Iran et Tibet), pour l'un il s'agissait d'une révolution intérieure, pour l'autre une invasion et colonisation forcée !

    Ce dalaï-lama, en tant que personne, ne paraît absolument pas figé dans les arcanes de ses origines, il n'a jamais cessé d'essayer de trouver des voies non-violentes.Il a eu le loisir de voir le monde et de comprendre le sens de la solidarité. C'est quelqu'un que je vois assez mal établir un répression féroce sur son peuple , si par miracle il retournait diriger sa nation depuis Lhassa.

    Bref, tous systèmes et toutes personnes peuvent faire l'objet de critiques. On peut toujours forcir les traits des bon et mauvais côtés. C'est selon.

    A l'heure actuelle est-il bienvenu de le faire ? Je n'ai pas de réponses.

    Je pense tout de même que les Tibétains méritent d'être soutenu pour le droit fondamental de l'autodétermination. Le dalaï-lama est la figure politico spirituelle qui parait la plus à même de maintenir la cohésion de ce peuple.

  • C'est vrai que les occidentaux peuvent être séduits par le principe de non-violence. Toutefois, la non-violence peut cacher une violence beaucoup plus subtile dont il peut être difficile de se défendre.

  • « Le dalaï lama est un loup enveloppé dans une bure de moine un monstre à face humaine au cœur d’animal » selon les dirigeants chinois.

    Pour un nombre non négligeable d’occidentaux c’est surtout un agent de la CIA et une espèce de Khomeiny bouddhiste.
    C’est un intégriste qui pourrait être frère de lait de feu Mgr.Lefèbre et des intégristes musulmans si l’on en croit les très pieux bouddhistes du Mont-Pèlerin non invité à la rencontre lausannoise.
    La TdG publie un article à ce sujet avec une photo du « safrané » pointant un index accusateur signifiant probablement : donne du fric et tais-toi !

    http://www.tdg.ch/actu/suisse/55-moines-etudiants-mont-pelerin-ne-bienvenus-dalai-lama-2009-07-30

    Observez bien la tête du dalaï lama et vous constaterez que les Chinois ne sont pas si loin de la vérité.

  • « Le dalaï lama est un loup enveloppé dans une bure de moine un monstre à face humaine au cœur d’animal » selon les dirigeants chinois.

    Pour un nombre non négligeable d’occidentaux c’est surtout un agent de la CIA et une espèce de Khomeiny bouddhiste.
    C’est un intégriste qui pourrait être frère de lait de feu Mgr.Lefèbre et des intégristes musulmans si l’on en croit les très pieux bouddhistes du Mont-Pèlerin non invité à la rencontre lausannoise.
    La TdG publie un article à ce sujet avec une photo du « safrané » pointant un index accusateur signifiant probablement : donne du fric et tais-toi !

    http://www.tdg.ch/actu/suisse/55-moines-etudiants-mont-pelerin-ne-bienvenus-dalai-lama-2009-07-30

    Observez bien la tête du dalaï lama et vous constaterez que les Chinois ne sont pas si loin de la vérité.

  • @M.F. de Meuron: quelle subtilité ! Pffffff. Le Dalai Lama ne s'est jamais définit que comme un moine, certes chef d'une communauté plus ou moins informelle (ceux qui veulent bien le reconnaître comme tel, et donc sans pouvoir hiérarchique)(pas d'ecommunication à la clé), qui ne possède rien pour lui-même (pas de trésors comme au Vatican par exemple, mais il y en a d'autres exemples), pas chef d'Etat ni de mouvement, qui a depuis 15 ans admis qu'il n'y aurait pas de retour à la théocratie au Tibet. @Hypolithe: pas de délit de sale gueul s'il vous plaît, c'est vraiment trop primitif. Que lui reproche-t-on: de parler de ses convictions, de ses croyances, de réclamer le respect de l'identité culturelle et religieuse d'un peuple géographiquement idientifié. On a le droit de discuter des arguments, mais en plus il déclenche des mouvements haineux, le rapt d'un enfant par les Chinois d'un enfant reconnu comme réincarnation du panchem lama, etc. C'est bien le signe du pouvoir de la parole, sans aucune adhésion bétifiante de la part des bouddhistes occidentaux comme on semble le dire.

  • @ Bonjour Aoki

    "Le dernier lien évoque un tableau sanglant (un peu trop pour honnête) de l'époque ou ce dalaï-lama gouvernait..."

    si si véridique, j'avais un texte avec des photos des années 1950, une horreur,
    qu'on m'avait donné, je ne l'ai pas gardé pensant ne plus en avoir l'utilité, je m'en excuse.

  • Il y a à la base de l'attirance pour le bouddhisme et du rejet du christianisme le même malaise occidental qui s'apparente à une crise d'adolescence, un manque de maturité.

  • Bonjour,
    Je vous remercie de votre honnêteté: "Je n’ai pas la compétence pour évaluer le regard politique posé par Patrick Hutin."
    J'étudie de près la situation du Tibet depuis des années et en effet, le point de vue de Patrick Hutin est au minimum biaisé, voir totalement erroné.
    Par exemple: les monastères étaient des centres névralgiques pour le commerce et la culture, pas uniquement des lieux religieux. Les moines ne volaient pas les produits des artisans et des paysans mais achetaient et vendaient.
    Le système fonctionnait bien et il n'y avait pas de famines au Tibet avant l'arrivée des Chinois.
    Je suis pratiquant du Bouddhisme tibétain et je puis vous dire que ma vie est plus paisible et plus agréable pour moi même et pour mon entourage depuis.

  • @Leclercq

    "si si véridique, j'avais un texte avec des photos des années 1950, une horreur,
    qu'on m'avait donné, je ne l'ai pas gardé pensant ne plus en avoir l'utilité, je m'en excuse."

    Peut être bien, après tout c'est une région qui partage avec l'Inde un système de caste . Mais le fait d'en attribuer la responsabilité au dalaï-lama en formulant qu'il gouvernait à l'époque (il était à peine pubère) ressemble vraiment à de la propagande chinoise.

  • @ Chine tibet

    tu oublie le servage qu'il y avait au tibet avant l'invasion chinoise !!!!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_sur_le_servage_au_Tibet

    @ Aoki

    tu a raison le DL ne pouvait pas être responsable du servage, qui était déjà en place avant lui enfin ça c'est du passé.


    "La législature tibétaine a décidé lundi de fixer le 28 mars comme "Journée de l'émancipation des serfs" pour commémorer désormais l'abolition du servage féodal dans la Région autonome du Tibet (sud-ouest)."

    http://www.chine-informations.com/actualite/chine-le-tibet-approuve-la-creation-de-la-journee-de-emancipation-des_12156.html

  • @ Aoki

    ça y est j'ai retrouvé le texte que j'avais perdu.

    http://download.aicf.eu/04_evenements/DOC204_-_Le_Tibet_et_son_histoire.pdf

  • Quel que soit leur gouvernement, les sociétés humaines se défendent par la violence.

    Mais certaines sociétés sont plus violentes que d'autres et il faut reconnaître que le bouddhisme (par sa compréhension profonde du mal-être humain - ce sentiment de blessure et de manque) fait partie des doctrines qui encouragent les hommes à renoncer à la violence en aidant chaque individu à voir en soi-même plutôt qu'en autrui les sources de ses problèmes.

    Le bouddhisme est donc aux antipodes de l'idéologie occidentale contemporaine qui fait de chaque individu un petit despote tyrannique et accusateur.

    Si l'on prend la peine de connaître le christianisme - car il y a aussi au détriment du christianisme un certain nombre de mythes indéboulonnables en Occident - on constate qu'il arrive, par un autre chemin, celui de la révélation (alors que le bouddhisme n'est pas révélé), à des positions semblables sur la violence. Il est très remarquable que l'enseignement d'une religion révélée s'approche pareillement d'une sagesse purement humaine.

    C'est pourquoi on ne peut pas sérieusement (sauf bien sûr si l'on veut nier l'existence de l'ordre spirituel - négation qui n'a jamais mené très loin) mettre sur pied d'égalité des Etats "théocratiques" bouddhique, musulman ou chrétien (tel que le Vatican) ou placer un signe d'égalité entre le pape et l'ayatollah Khomeiny.

    Homme libre, sur les questions spirituelles, je n'ai pas l'impression que vous soyez vraiment libre. Il y a beaucoup de préjugés et de prêt-à-penser dans ce que vous écrivez sur la religion.

  • @leclercq

    Oui merci, mais justement ce document et les photos proviennent de xinhuanet, l'agence officielle chinoise du net. On sait que le net en Chine est complètement maîtrisé par le gouvernement. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est très très orienté !

  • De même dans ce document, les dernières révoltes des jeunes tibétains est qualifiée " d' un petit nombre de malfaiteurs ont commis de graves actes de violence, de destruction, de déprédation, de pillage et d'incendie".
    Comme l'invasion chinoise y est traitée comme "un changement démocratique"

    Cette propagande chinoise commence aussi à trouver un écho en occident, à voir cette tendance à isoler le dalaï-lama qui fleuri aujourd'hui.

  • @ Aoki

    je sais que le net en chine est complétement maitrisé.

    mais que c'était une société de servage personne ne le nie !!!!

    lire controverse sur le servage au tibet. si la torture était au point où il est d'écrit dans le lien ça serais une offense pour ceux qui l'on subit d'en nier l'existence

    http://livre.fnac.com/a1223161/Thoupten-Phuntshog-J-ai-connu-le-Tibet-libre

    http://french.people.com.cn/32216/6404396.html

  • @ Aoki

    "De même dans ce document, les dernières révoltes des jeunes tibétains est qualifiée " d' un petit nombre de malfaiteurs ont commis de graves actes de violence, de destruction, de déprédation, de pillage et d'incendie".
    Comme l'invasion chinoise y est traitée comme "un changement démocratique"

    tout à fait ces phrases minimisent la réalité.

  • "
    tout à fait ces phrases minimisent la réalité."

    Comme on peut soupçonner l'amplification des autres aspects. Sans nier quoique ce soi, tous les descriptifs et photos spéctaculaires sont d'agence chinoise et sont donc sujettes à caution en ce qui concerne leurs authenticités.

    Exemple, au Tibet, les bouchers étaient ceux qui s'occupaient aussi des cadavres. Comme en Inde ils vivaient en dehors de tout et étaient considérés comme intouchables.

    C'est archi archaïque d'accord, mais présenter des photos d'intouchables vivant dans des grottes et rajouter des commentaires en racontant des histoires, fleurent bons les recettes communistes.

    La vraie question est: est -ce que le dalaï-lama est vraiment un tenant et représentant de tout ce qui est raconté ?
    On est vraiment, je penses dans la manipulation d'images. Personnellement je ne m'en ferais pas le relai, ainsi je me sentirai toujours libre de critiquer objectivement le dalaï -lama, s'il y a vraiment lieu d'en dire quelque chose un jour.
    Jusqu'à présent, il n'a jamais présenté une ambition de pouvoir personnel, mais s'est toujours présenté comme un acteur soucieux de libérer les tibétains et leurs cultures du joug chinois.
    Si une face cachée est à connaître pour démontrer une autre réalité, rien aujourd'hui ne sort de consistant.

  • D'accord qu'il est difficile de faire la part de la réalité et de la propogande. Toutefois, le régime tibétain était un régime féodal.

    Je pense que le dalaï-lama amalgame sa réalité personnelle avec celle du Tibet et du Bouddhisme.

    Il serait opportun de séparer les choses.

    1. D'une part il y a le Tibet, dont personne ne sait si les habitants voudraient encore du pouvoir des lamas.

    2. Il y a les bouddhismes, dont celui représenté par le DL n'est une petite fraction.

    3. Il y a le dalaï-lama, qui laisse projeter sur lui l'image de représentant DU bouddhisme, sans proposer d'éclaircissement sur les nombreux bouddhismes. Il prêche pour une chapelle, sous couvert d'universalité. Il ne parle pas trop non plus de son engagement politique au sein d'un gouvernement en exil, gouvernement fondé sur les anciennes structure politique du Tibet - et dans lequel il n'y a aucune femme.

  • On n'échappe pas à la métaphysique. On a remplacé le récit du Jardin d'Eden et de la Chute par le mythe du bon sauvage corrompu par la société. C'est le mal-être occidental qui nous pousse à idéaliser d'autres peuples, dont nous supposons qu'ils vivent dans une parfaite aspiration à la paix et à l'harmonie. Le peuple palestinien jouait un rôle similaire dans la conscience occidentale, jusqu'à ce que les élections populaires portent le Hamas au pouvoir.

  • @ Aoki

    c'est pas évident de savoir quelle était l'ampleur du servage et de la torture au tibet !!!!

  • On peut avoir l'idée que l'on peut sur le régime féodal ou éclairé d'un pays . Il ne reste pas moins que le droit des peuples à l'autodétermination est primordial pour qui aime la liberté .On ne peut pas exporter la libération, quelle que soit l' idéal qu'on en ait .Les peuples souffrent des ingérences, de la colonisation,de se soumettre à un envahisseur quel qu'il soit .

Les commentaires sont fermés.