27 juillet 2009

Lapidation: Doa, mon nouveau clip

Il y a environs un an, Stéphane Valente et moi-même faisions des billets sur la lapidation. Les images de Doa Khalil m’avaient touché profondément. Ces images ne m’ont pas quitté et j’ai fait une chanson et un clip en mémoire de cette jeune femme.


DoaVisage.jpg"Le 7 avril 2007, Doa, âgée de 17 ans, fut lapidée et tuée à Bashiqa (dans les environs de Mossoul). Selon le raport de Wadi (organisation humanitaire autrichienne), la jeune fille venait d’une famille yézidi mais était amoureuse d’un jeune arabe musulman qu’elle rencontrait en cachette. Lorsque leur relation fut découverte, le couple fut emmené au commissariat qui les interrogea. Comme l’homme ne voulait pas épouser Doa, ses parents lui ont interdit de revenir à la maison. Un dignitaire religieux yézidi de Bashiqa emmena la fille chez lui et la cacha pendant cinq jours, jusqu’à ce que sa famille vint la chercher avec la promesse de ne pas lui faire de mal. Elle fut lapidée à mort en pleine rue."

Extrait du site: http://stophonourkillings.com/index.php?name=News&fil...

L’enregistrement de la partie vocale a de petits défauts: mon pré-ampli ayant rendu l’âme, j’ai enregistré la voix avec un micro-casque.


Pour voir en plein écran, selon le cas, il faut cliquer sur le logo youtube puis sur la touche plein écran.

 

111UnAn.jpg

08:56 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (61) | Tags : doa khalil, lapidation, femme, homme, kurde, crime d'honneur | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Clip vidéo ok, bug de lecture corrigé.

Écrit par : hommelibre | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjoru hommelibre,

bel hommage.

C'est ahurissant de voir des scènes pareilles en 2009. Et ces images ne nous quitteront jamais.

Il faut oser les regarder en face poru ne jamais laisser notre société accepter ces actes barbares d'un autre temps.

Bien à toi,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Merci de rappeler cette barbarie!

Elle vient à point nommé pour rappeler aux intellos de la gauche caviar genevoise et française qu'il est des cultures qu'il honnir et non pas accueillir!

Que celles et ceux qui croient que les islamistes sont des gens ouverts ouvrent leurs yeux !

Ces images, même troublées sont intenables et ceux qui osent prôner le dialogue avec ces sauvages devraient être contraints à aller vivre parmi eux en clamant qu'ils sont chrétiens!!!!

Merci homme libre de rappeler aux pouffiasses de la parité qu'il est simple et facile de tout vouloir ici et qu'on en voit aucune chez ces malades mentaux!

NON au dialogue sans le respect des femmes! Non à la politique féministe occidentale et facile!

OUI au respect et à l'emprisonnement immédiat de tous ceux qui soutiennent ces tarés!

Écrit par : Jaimie | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Stéphane et Jaimie: ces images sont très sures, et je n'ai pas mis les images où l'on voit la pierre tomber.

Il ne faut jamais oublier ceci. Et à travers Doa, cet hommage s'adresse à toutes les autres femmes lapidées et victimes de crimes d'honneur.

Écrit par : hommelibre | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Oups... Images très Dures, bien sûr... Sorry.

Écrit par : hommelibre | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

TRES BELLE RÉALISATION...LES FRISSONS ME MONTENT...IL Y A TROP D'INJUSTICE DANS CE MONDE..ET NOUS SOMMES SI PETITS...MAIS IL FAUT CONTINUER A DENONCER POUR NE PAS QUE CETTE JEUNE FILLE SOIT MORTE DANS L'INDIFFERENCE...MERCI JOHN POUR CETTE ACTION...

Écrit par : mur | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ MUR: merci.

Écrit par : hommelibre | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

;O)..

Écrit par : mur | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Jaimie:


J'essaie d'ajuster mes lunettes (d'intello?!? Grand dieu non! Pas de ça chez nous!)... mais je ne vois pas l'ombre d'un "intello de la gauche caviar genevoise et française" participant à cette coutume (sic!) innommable.....

Quant aux "féministes occidentales", elles ont dû mettre une fausse barbe et se camoufler sous des uniformes !!


Le soleil tapait fort, cet après-midi... Il me semble que vous avez chopé une insolation, ma chère....


Les individus qui défendent, hier comme aujourd'hui, des pratiques moyenâgeuses telle que la lapidation, sont et ont toujours été des CONSERVATEURS....
Plus soucieux de faire perdurer des traditions, même barbares, que de promouvoir un quelconque progrès sociétal/social...


Mais apparemment, vos aigreurs (Satanés progressistes !!! Satanées féministes !!!) vous empêchent de prendre conscience de cet état de fait...

Vous auriez sans doute été plus à votre aise, au service d'un vicomte, dans un couvent/une yechivah ou une madrassa pour femmes, ou derrière vos fourneaux....



Bon, pour finir le "Monty Python" de circonstance:


http://www.dailymotion.com/video/xefrq_la-vie-de-brian-lapidation


" Come on Brian! Let's go to a stoning ! "


OK, là c'est pas du meilleur goût !!... Mais au diable les biens pensants !! (OUF! Pour une fois qu'un gauchiste peut placer cet réplique "Kulte"!!)

Écrit par : L avis de Brian | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Réponse à Jaimie qui prône le respect des femmes en les traitant de pouffiasses !

Hommelibre à l’art de manier le froid et le chaud, de provoquer ainsi des réactions épidermiques et de susciter des passions !

On ne peut rester insensible à cette barbarie, à ce fait médiatique qui n’est, hélas, pas unique.

Combien d’autres femmes sont-elles, de part le monde, victimes de violences de toutes natures sans pour autant qu’elles fassent la une des médias ?

Fallait-il montrer à nouveau ces images sanguinaires pour illustrer la talentueuse complainte de l’auteur et ainsi attiser les réactions racistes de Jaimie ?

Son intolérance, son méli-mélo, son amalgame sont dans le droit chemin de ceux qu’il cloue au pilori. Le dialogue qu’il dénonce avec « des partis pris », peut, au contraire, contribuer à rendre le monde meilleur !

Écrit par : Fred Oberson | 26 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

J'aimerais juste rappeler à Jaimie que chez nous, en Espagne, en Italie, au Portugal, dans les pays de l'Est, au Nord, au Sud, à l'Ouest, des milliers de femmes meurent sous les coups ou les balles de machos terrifiants, jaloux, et sûrs que la femme appartient à celui qui l'a épousé le premier (cela arrive aussi pour certaines femmes, on est d'accord). Sans nier les horreurs d'un certain monde islamique, il faut regarder la poutre dans l'oeil de notre culture avant de chercher à détruire la bâtisse d'un monde musulman que nous ne comprenons pas bien. Sinon, bravo pour vos initiatives, hommelibre. Nous avons toujours besoin de culture engagée pour nous rappeler que nous ne sommes pas de simples animaux égoïstes qui vivons séparés des problèmes du monde.

Écrit par : pachakmac | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Quelle barbarie....que faire?.....montrer? oui mais après? dénoncer bien sûr mais où sont les espoirs d'un changement salvateur pour ces femmes, ces petites filles avilies et persécutées? personnellement je n'ai que peu d'illusion..

"pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font" disait un célèbre magnétiseur en son temps....

La pardon....vaste débat

cette vidéo me bouleverse et il me semble étrangement ressentir l'ambiance de ce jour sordide (et oui il paraitrait que j'en ai la faculté)

Merci HL pour les mots mis en chanson, justes et distillés avec élégance.

Écrit par : vali | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Précision: Doa n'était pas musulmane, sa famille est de confession yézidie. Elle était amoureuse d'un garçon musulman.

Il y a dans le meurtre de Doa un mélange de loi de clan familial et de religion, celle-ci n'étant pas forcément le motif premier. La lapidation est pratiquée aussi dans certaines communautés musulmanes, comme elle l'a été initialement dans la religion juive. Le Coran ne la prescrit pas mais on sait que dans certains cas l'islam a intégré cette forme de meurtre parce que c'était une coutume préexistante, et l'on sait aussi que certains intellectuels musulmans - dans nos pays - ne la condamnent pas, voire l'expliquent et presque la justifient.

Cela rappelle d'autres pratiques encore plus perverses sous l'inquisition catholique. En l'occurrence ce n'est pas une loi de clan et une loi des hommes du clan ou de la famille, comme dans l'assassinat de Doa.

L'horreur a traversé les religions comme les systèmes politiques et les coutumes.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ vali: montrer, remontrer, ne pas oublier, et à travers le symbole de Doa parler pour toutes ces femmes qui ne peuvent plus parler. Jusqu'à ce que peut-être le bruits de nos voix envahisse la conscience des gouvernants et des hommes.

Sinon, on peut aussi faire une descente dans ce village et régler le compte de ses assassins... Mais hum... pas une vraie solution: tuer un meurtrier fait de nous un meurtrier à notre tour.

Long chemin vers plus de conscience, et là je pense que nos voix sont importantes. Le pire serait de se taire.

On m'a reproché hors blog de remettre ces images terribles, y voyant du voyeurisme. Pour ma part je suis convaincu de leur utilité. Car ce sont ces images, dans leur violence crue, qui ont éveillé beaucoup de consciences.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Vous faites bien de le rappeler. Oui. Hanni Ramadan a même fait scandale il y a un ou deux ans en défendant la lapidation. Depuis, il semble qu'il ait reporté son soudain rejet de la lapidation par des juifs qui ont lancé des pierres sur des voitures (!) voir son récent article sur son blog. Si on lapide (terme réservé en principe à une action de jet de pierres sur des humains) des voitures, c'est que la femme serait alors un simple objet au service des hommes. J'en ai fait la remarque à Mr Ramadan. Mais je crois que le monde musulman évolue lentement et sûrement vers des eaux moins troublées. Il commence à voir que certaines coutumes ancestrales ne sont plus admissibles aujourd'hui. L'horreur, c'est bien ce que nous essayons de combattre...et pourtant nous la voyons et la constatons même tout près de notre intimité, à certains moments douloureux de notre existence.

Écrit par : pachakmac | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

j'aimerais avoir votre conviction HL que montrer, remontrer amène à une prise conscience autre que la nôtre, pauvres spectateurs frustrés que nous sommes de ne pouvoir agir véritablement.
Se taire, non certes pas...mais quand je vois ce que certaines actions populaires peuvent avoir de dérisoires dans le sens où rien ne change....les grands concerts humanitaires..ne changent rien au sort de l'Afrique par ex....les protestations dans le monde n'ont pas libérées Aung san suu Kyi....le Dalai Lama est toujours en exil.....
Bon il me semble que je vais aller retrouver mes amis chamans et me ressourcer auprès de mon arbre...

Écrit par : vali | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Tous les six, ils avaient voté la mort de William 20 ans!!!!

Les grands arbres de la rive de l'Arc, à Aix-en-Provence, donnent à l'endroit un caractère paisible. Un coin de nature préservée, le lieu du calvaire de William Modolo, un jeune homme de 20 ans, torturé ici plusieurs jours durant, en mai2006. Puis conduit, à demi mort, à Saint-Cannat où ses tortionnaires l'ont lapidé. Tué à coups de pierres.

Quatre hommes âgés de 25 à 53 ans et deux jeunes femmes d'une vingtaine d'années seront jugés dans les mois à venir. Le juge d'instruction Jean-Baptiste Colombani a renvoyé, jeudi, devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône ce dossier sous l'incrimination d'actes de torture et de barbarie, viol en réunion et assassinat. Il aura fallu l'assistance d'un psychiatre pour révéler à Roselyne Modolo et Joseph, son époux, les supplices endurés par leur fils.

Tout ce qu'on en sait découle des déclarations contradictoires et fluctuantes de ce groupe que William fréquentait depuis plusieurs mois. Il cherchait auprès d'eux l'amitié et, auprès des filles, peut-être un peu plus. Les expertises médicales attestent l'extrême violence dont il a été victime. William était trop gros - 150 kilos pour 1,75m. Son obésité, sa gentillesse en ont fait un souffre-douleur.

Sous un prétexte futile - un vol de saucisson ou la dégradation d'un groupe électrogène, ce 18 mai 2006, la violence s'est faite plus forte qu'habituellement. Le "chef" de cette bande va décider de lui arracher les dents. Quinze au total. Une souffrance insurmontable, selon les experts. D'autres l'ont vraisemblablement secondé dans cette opération. L'une des deux jeunes filles évoque l'exhibition de ce qu'elle nomme un "trophée" : le bol contenant les dents.

Roselyne Modolo aurait aimé trouver "des explications rationnelles à ce qu'ils ont fait mais il n'y en a pas. Pour eux, c'était un jeu macabre. Ils ont joué aux Indiens et ont participé à l'agonie du cow-boy". Cette mère semble maîtriser son émotion à l'évocation des faits mais, la nuit, des cauchemars terrifiants la rattrapent. William est dépeint par ceux qui l'ont connu comme un garçon gentil, avenant, manifestant un besoin permanent d'affection. Il rassurait sa mère qui se défendait de jugements hâtifs sur ses nouveaux "amis".

"T'inquiète pas maman, ils ne font pas de bêtises". L'extrême violence a duré des jours entiers. Les scènes de viol à l'aide de divers objets sont d'une grande cruauté. "Il a été battu avec du bois, du fer, des piques et même le auvent de la caravane", explique Monique Touitou, avocate de la famille de William. Elle avoue n'avoir rien vu de semblable en 33 ans de carrière.

Aucun des participants n'a, à un moment ou un autre, pris conscience de ce qu'ils étaient en train de faire. Un sursaut de lucidité et d'humanité qui aurait pu sauver William. Au contraire, tous ont participé à la décision finale… Tous les six, ils ont voté la mort, évoquant divers scénarios comme le jeter dans les calanques après lui avoir coupé bras et jambes "pour faire croire à un crime de proxénète".

La mort a été choisie car, a lancé le leader, "les bleus, ça disparaît, les dents ça ne repousse pas". Ces discussions ont eu lieu devant William dont la dernière énergie allait à implorer: "Je veux pas mourir". Transporté à Saint-Cannat, le jeune homme sera tué à coups de pierres, lancées sur le visage. La scène était éclairée à la lueur du téléphone portable d'une des deux filles.

Qui sont ces six-là ? Les plus violents, polytoxicomanes, ont connu dès l'enfance foyers et hôpitaux psychiatriques. Dans le groupe, on trouve aussi une jeune assistante sociale travaillant dans une halte garderie et un fils d'avocat. "Individuellement insérés, avec un comportement social adapté, explique un psychiatre, ils se sont mis à fonctionner dans une dynamique de groupe".
Luc Leroux (lleroux@laprovence-presse.fr)

Écrit par : Patoucha | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha: la barbarie n'a ni religion, ni sexe, ni nationalité. Malheureusement. Qu'à partir de Doa on parle aussi de William, et de beaucoup d'autres, me paraît nécessaire. On ne peut fermer les yeux ni se taire. Cela blesse profondément toute conception tant soit peu humaniste, et la relativise aussi.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Hommelibre, en visionnant cette vidéo aux images INSOUTENABLES, une colère indescriptible est montée en moi et de ce fait, je n'ai pu et ne peux encore m'exprimer sur cette mort qu'a connue cette si belle jeune fille. Je suis trop bouleversée!

Écrit par : Patoucha | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ patoucha: je vous comprends. J'ai mis un an avant de pouvoir en témoigner comme je le fais dans mon clip. Un an à digérer ces images insupportables, à ne pas savoir comment exprimer le choc viscéral, intellectuel et moral.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

L'avis de Brian: J'essaie d'ajuster mes lunettes (d'intello?!? Grand dieu non! Pas de ça chez nous!)... mais je ne vois pas l'ombre d'un "intello de la gauche caviar genevoise et française" participant à cette coutume (sic!) innommable.....

Au lieu d'ajuster vos lunette d'intello, il eût mieux valu faire travailler vos méninges et comprendre ce que Jaimie a écrit!

Écrit par : Patoucha | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Hommelibre, je crois bien que ces images vont me poursuivre longtemps dans des moments de spleen contre les blogs et les commentaires antisémites sous couvert d'antisionisme. Une furieuse envie de leur demander de nettoyer le sang des innocents devant leur porte!

Écrit par : Patoucha | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Err: vos lunettes.....

Écrit par : Patoucha | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha:


Aurais-je dû lire que se sont des forces progressistes qui ont permis à 'bobonne' de sortir de la cuisine et de la chambre à (ac)coucher...?!?

Aurais-je dû lire que se sont des forces progressistes qui, de par le monde, se battent pour mettre fin à des pratiques archaïques reposant essentiellement sur un reliquat putride empreint de traditions, de religiosité ou de patriarcat...?!?

Aurais-je dû lire qu'aucun(e) "intello de la gauche caviar genevoise et française", qu'aucune "pouffiasse de la parité" n'a cautionné de telles atrocités, perpétrées par des RELIGIEUX, TRADITIONALISTES ET OBTUS...?!?

Aurais-je dû lire que se sont des gens comme Jaimie, arc-boutés sur leur "identitarisme" étroit, qui dans les pays musulmans traitent les étrangers (nous 'occidentaux', entre autres) de "Chiens d'Infidèles"...?!?

Aurais-je dû écrire en GRAS que lorsque Jaimie crache sa haine sur des personnes qui s'efforcent de construire une société humaniste et progressiste, elle crache dans le soupe qui la NOURRIT, et dans laquelle elle évolue tous les jours...?!?



Mais apprenez-moi comment je dois me comporter, Maîtresse Patoucha !! Corrigez-moi !!!

Et soyez sévère...!!! J'adore ça !!

Pour une fois, je n'aurais pas besoin de payer pour ce genre de 'services' !!!


À bientôt. ;o)


PS: Aurais-je dû vous avouer que je croyais que Jaimie et Patoucha, c'était bonnet blanc et blanc bonnet...?!? Avec cette même haine des gaucho-caviars et des féministes...?!?

Écrit par : L avis de Brian | 27 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Madame Micheline Calmy-Rey aurait dû rendre visite au Président Iranien sans voile sur la tête. Cela eût été un symbole fort pour le droit des femmes vivant dans ces pays où l'islam est religion d'état.

Quel dommage qu'elle se fût soumise.
Le pétrole primait sur tout le reste et le contrat qu'elle "aidait" à la signature de pays tiers devait certainement compter davantage que les droits humains qu'elle promeut au travers d'institutions internationales comme l'ONU.

La gauche caviar a cédé sur les carrés confessionnels, demain elle cèdera sur les lois islamiques et la charria.
Cette gauche fait preuve d'intransigeance sur la parité hommes/femmes mais elle transige facilement sur cette barbarie au nom des minorités et de leur identité culturelle.

A Genève s'organise le futur gouvernement turc en exil qui se dit à la fois communiste et islamiste. Ces turcs cherchent des soutiens auprès d'une certaine gauche et son QG se trouve en Turquie.
Forts de l'expérience malheureuse au Canada qui avait refusé d'accéder à leur demande de reconnaître l'institution de l'Islam ainsi que les pratiques des lois telle que la charria pour leur communauté,
Ces activistes prospectent d'autres moyens, dans d'autres pays de régime démocratique, courtisent les partis de gauche qui sont plus à leur écoute. De l'aveu spontané de certains d'entre eux, ils se disent être persécutés par le gouvernement laïque de Erdogan, ils ont alors créé une diaspora qui s'organise pour la future prise du pouvoir en Turquie dès qu'ils seront assez puissants et soutenus de l'étranger. Ils s'engagent comme militants motivés dans les partis de gauche, cherchent aussi à se faire élire. Constat fâcheux: il ne peuvent pas prendre de décision avec leur formation Genevoise en tant que membres vivant à Genève, ils doivent impérativement se référer à leur chef qui les dirige depuis la Turquie.

Cette gauche, est-elle aveugle, ou est elle complice ?
Dans les deux cas, elle est en train de faire courir le danger d'islamisation du pays.

Écrit par : Nepotin | 28 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Nepotin:


Vous dites: "À Genève s'organise le futur gouvernement turc en exil qui se dit à la fois communiste et islamiste (...)"

Avez-vous des articles, des liens internets auxquels on peut se référer??


Vous ajoutez: "Ces turcs cherchent des soutiens auprès d'une certaine gauche (...)"

Même question: Des noms, des articles, des références, etc...??


Puis: "(...) ils se disent être persécutés par le gouvernement laïque de Erdogan, (...)"

Là, votre discours n'a plus ni queue ni tête...

Erdogan, son gouvernement comme 340 députés sur 550 (= 61,82%) sont membre du parti AKP.


"Le Parti pour la justice et le développement ou AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi) est un parti islamo-conservateur, au pouvoir en Turquie depuis 2002. Son président, l’ancien maire d’İstanbul Recep Tayyip Erdoğan, est depuis le 14 mars 2003 le Premier ministre de la Turquie. Son nom est souvent abrégé en AK Parti, ce qui signifie Parti blanc. Fondé le 14 août 2001, il est issu de la scission du Refah Partisi, « Parti du bien-être », de Necmettin Erbakan, qui a également donné naissance au Saadet Partisi, « Parti de la félicité »."

(Voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_pour_la_justice_et_le_d%C3%A9veloppement_(Turquie))


"La laïcité
L'arrivée de l'AKP au pouvoir a fait craindre à l'Union européenne, et à beaucoup d'Européens et aussi aux Turcs du CHP, que la laïcité kémaliste pourrait être menacée. Mais la laïcité n'a jamais été vraiment remise en question même si le port du voile dans les universités a été autorisé en février 2008 par le Parlement. Erdoğan estime toutefois qu'il faut introduire en Turquie une plus grande liberté religieuse. Son mandat a aussi été marqué par une loi sur l'adultère, qui devait criminaliser l'infidélité. Ce projet de loi a été vite abandonné sur la pression de l'armée, des médias, et de l'union européenne.

Erdoğan récuse les accusations d'islamisme et se déclare « démocrate conservateur » ou « démocrate musulman » (en référence aux démocrate chrétiens européens), il s'affirme respectueux de la démocratie et de la laïcité et relègue la religion à la sphère privée. Erdoğan est proche des partis chrétiens-démocrates européens. Il a gommé toute référence à l'islam dans ses discours et son programme est pragmatique : économie, vie quotidienne etc.

Cependant, depuis le début de son deuxième mandat, Erdoğan a commencé une véritable chasse aux opposants, s'apparentant au McCarthisme américain: 49 personnes dont des journalistes connus pour leurs prises de position contre le gouvernement de l'AKP et des opposants politiques ont été mis en détention provisoire de plusieurs mois sans aucune charge.Le journaliste Ergün Poyraz, auteur d'un livre critiquant le gouvernement notamment en matière de corruption, preuves à l'appui, est en prison depuis juillet 2007, également sans charges à son égard."

(Voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Recep_Tayyip_Erdo%C4%9Fan#Les_r.C3.A9formes_du_gouvernement_Erdo.C4.9Fan)


Quant au :"Madame Micheline Calmy-Rey aurait dû rendre visite au Président Iranien sans voile sur la tête. Cela eût été un symbole fort pour le droit des femmes vivant dans ces pays où l'islam est religion d'état."

Et:

"Le pétrole primait sur tout le reste et le contrat qu'elle "aidait" à la signature de pays tiers devait certainement compter davantage que les droits humains qu'elle promeut au travers d'institutions internationales comme l'ONU."


J'abonde dans votre sens à 100% !!


Il ne reste plus qu'à convaincre les entreprise Suisses, "Economie Suisse", l'"Association suisse des banquiers", etc..., etc... ainsi que TOUS les partis politiques suisses à rompre toutes relations économiques et politiques avec les pays violants les droits de l'Homme (pétro-monarchies du Golfe, Chine, Russie, Iran, Irak, Libye, Cuba, pays sudaméricains et du sud-est asiatique, etc.., etc...) .... et à expulser leurs dirigents, ainsi qu'à solder leurs avoirs dans nos banques, nos entreprises, etc... etc...


En revanche, si vous avez l'indignation "sélective", c'est-à-dire uniquement "anti-gauche (caviar)", vous pouvez vous abstenir, et éviter de nous bassiner avec vos leçons de morale à Fr. 2,50.-...

Écrit par : L avis de Brian | 30 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Oups !! Moi et ma grande gueule !!

Il fallait que je fasse la leçon et que je joue les juges !!! Une fois de plus !!


Mais c'est pas ma faute... Je suis toute énervée à cause de Nepotin et Patoucha... !!!


Je ne pouvais pas faire autrement que de taper vigoureusement avec mes petits poings sur la table...


http://www.youtube.com/watch?v=Lp7yR2HMrzE


Je vous laisse... je dois aller me refaire une beauté !


;o)

Écrit par : L avis de Brian | 30 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

L avis de Brian qui nous laisse pour se refaire une beauté? Dans quel sens? :))

Ben... non suis pas une féministe pour la bonne raison qu'elles sont généralement de gauche et extrémistes de surcroît.

Mais apprenez-moi comment je dois me comporter, Maîtresse Patoucha !! Corrigez-moi !!!

Je n'ai pas cette prétention n'étant pas une donneuse de leçons d'autant qu'en vous lisant je ne retrouve pas la gauche qui a participé aux défilés contre Israël aux côtés des "Palestiniens" et de ce fait soutenant le Hamas! Je me trompe?
Le fond du commentaire de Jaimie que vous semblez, malgré votre brillante démonstration, avoir délibérément occulté est le soutient aux Islamistes intégristes et la politique actuelle des "socialosgauchistes"- Là, je vais m'attirer vos foudres - Jaimie voulait, me semble-t-il, parler de ces deux partis.

C'est mon explication! A jaimie de la rectifier.

Et soyez sévère...!!! J'adore ça !!

Maso?

Pour une fois, je n'aurais pas besoin de payer pour ce genre de 'services' !!!

ou de "sévices"?

Bien à vous :))))))))))))

Écrit par : Patoucha | 31 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

L'avis de Brian, vous me rappelez furieusement Dé Ène!

Écrit par : Patoucha | 31 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

!! BINGO !!

Pas folle la (jolie) guêpe!!


(J'espère que vous avez joué à l'Euro-Millions ce soir!!)


;o)

Écrit par : L avis de Brian | 31 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha:


"L avis de Brian qui nous laisse pour se refaire une beauté? Dans quel sens? :))"


Vous n'avez donc pas cliqué sur le lien ???

MAIS CLIQUEZ, QUE DIABLE !!! CLIQUEZ !! Ne soyez pas timide !


http://www.youtube.com/watch?v=Lp7yR2HMrzE


Ohhh oui ! Là... ça fait du bien !


;o)

Écrit par : L avis de Brian | 31 juillet 2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir "Bingo" :)) Comment allons-nous?


"(J'espère que vous avez joué à l'Euro-Millions ce soir!!)

Je peux jouer de mon intuition sur les gens pas avec les chiffres. :))))

Ok je clique!

The Monty Python - Les juges - The judges

Mdrrrrrr mdrrrrrrr je me disais bien!!!!!!!!

Bien à vous

Erratum: Je profite pour corriger "est le soutien aux" :((

Écrit par : Patoucha | 01 août 2009

Répondre à ce commentaire

Brian

Si vous faites de la politique, vous n'ignorez pas combien sont courtisés les partis. De la petite troupe de théâtre jusqu'à la plus grosse ONG, tous, se poussent au portillon soit pour recevoir la manne, soit pour pouvoir se servir un jour une fois au pouvoir, à la tête d'une ou de plusieurs des milliers de nos institutions.
Si vous êtes actifs en politique, , il n'est pas exclus, qu'après vos réunions, vous fréquentiez les bistrots avec vos potes qui vous tiennent les pieds au chaud et qui vous passent la brosse à reluire (sait-on jamais que vous soyez influent dans votre parti, que vous exerciez quelque charme naturel sur les partis frères et que inspiriez estime et sympathie chez vos adversaires politiques).
Donc, ces militants islamistes et communistes préfèrent la discrétion des partis de gauche, ils ne vont pas le crier sur les toits qu'ils s'organisent, encore moins communiquer avec la presse occidentale qui ne témoigne pas ses faveurs à l'Islam. Les journalistes sont peut-être malins mais pas imprudents au point d'ébruiter le peut qu'on lui donne à entendre. Elle ne peut donner de noms ni révéler les lieux de leurs réunions. Ils ne vont, en tout cas, pas écrire ce qui les embarrasse techniquement. Faut-il encore que des journalistes de grands médias s'y intéressent.
Je vous suggère de faire du journalisme d'investigation. ça mène au métier d'écrivain essayiste.

Pourquoi certains courtisent-ils plus la gauche que la droite.
réponse: Vérité de Lapalice. A droite, il n'y a de place que pour le marché financier et l'économisme de grand profit rapide. La gauche, elle, est plus accessible. Elle n'est pas immensément fortunée, donc, de la place, il en reste encore un peu et elle a grand besoins de taches d'huile qui sont les voix aux élections. Sa grande richesse c'est les humains qu'elle place sur son échiquier. Perd ou gagne, un pion contre un autre, ce n'est qu'une pièce à jouer (à droite on dira une pièce à sacrifier. N'est-ce pas la même âme mais qui parle différemment?).

Ce qui me frappe et m'intrigue c'est le couple idéologique communisme et islamisme. Font ils bon ménage ?
A l'image du couple christianisme (catholiques, protestants, orthodoxes) et communisme, on préfère la séparation des pouvoirs.
A ma connaissance, le communisme ne fonctionne pas comme le christianisme bien qu'il lui calque ses dogmes linéaires.
L'islamisme chez les auto-proclamés communistes risque d'être aussi fanatique et intégriste que le communisme du livre.

Quelle que soit la religion, il est bon pour les êtres humains de la séparer des affaires publiques. La séparation des pouvoirs (enfin chez nous il y a peu) a permis de construire la paix intérieure d'un pays, une démocratie, elle permet le respect de l'individu, le respect de son intégrité corporelle, intellectuelle et affective outre qu'elle garantie des droits de citoyens tels que celui à une instruction, à une formation professionnelle: ces droits ne sont plus dépendants d'une religion, et l'individu n'est plus subordonné au seul bon vouloir du maître religieux pour ce qui ressort de sa conscience intime.

Quand je dis "Gauche Caviar" je parle de nous, gens de ma génération nés de parents soixanthuitards pour qui il fallait interdire d'interdire, nous n'avons jamais dû lutter pour nous affranchir du carcan de la religion. Nous n'avons pas subi les sévisses et privations initiés par notre religion. Le protestantisme n'a pas toujours été une religion du respect de l'autre, le catholicisme a exercé des atrocités des de très jeunes enfants... Nous ne comprenons pas pourquoi il faut protéger et laisser libres les meurtriers au nom de leur religion.
Ces dernières années, des exemples abondent sans qu'on ait à en chercher.
Donc, nous sommes, à défaut d'être des droitiers avec un cœur en forme de compte bancaire UBS bien que le nôtre soit, malgré tout, super bien alimenté, sommes des petits gâtés, nourris au caviar (inbouffable mais fait partie du code de la bonne société socio-démocrate), abreuvés du parler politiquement correct qui voit en tout lieu en tout temps le tout le monde il est gentil, tout le monde il est beau, tout le monde peut pousser notre porte et s'installer.
De cela, nous n'en voulons plus, c'est vouloir nous réduire à la béatitude des idiots.

A l'idée qu'un jour nos religions, pour faire allégeance à l'Islam, se mettent à adopter des lois de violence, de viol, de meurtre, me fait frémir d'angoisse.
Faut il s'attendre à ce que nos aînés renonce à la conquête de leurs nombreuses libertés pour eux-même comme pour nous, à ce qu'ils se laissent conquérir par les religions conquérantes comme l'Islam ?
Après la révolte de soixante huit, régresser jusqu'à la féodalité ? Ce serait inadmissible !!!

Écrit par : Nepotin | 02 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Nepotin:


Merci d'avoir pris la peine de préciser votre pensée...


Vous lire m'amène à faire 2-3 commentaires:

1) Pour vous répondre, je ne suis pas politicien (que ce soit de parti, de parlement ou de bistrot) et ne suis affilié à aucun parti politique...

Étant plutôt solitaire, avec de légères tendances asociales, et me méfiant comme de la peste des mouvements de masses, il me sera hélas (!) à jamais impossible de cirer des pompes (ou autre chose d'ailleurs...), de déployer un sourrire enjôleur/carnassier (au choix) devant les caméras, d'haranguer les foules ou de suivre béatement un(e) quelconque "gourou".....

Et que s'il faut absolument se référer à un slogan, à un leitmotiv... et bien... je tendrais plutôt vers un "Ni dieu ni maître", sobre et précis, ou vers un "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît", toujours de bon aloi.


2) Personellement, les "théories du complot" m'ont toujours laissé froid... pour ne pas dire sceptique. Le recours à ce genre de rhétorique a engendré par le passé une multitude de "comportements humains" (!), tous plus charmants les uns que les autres... et fait généralement appel aux instincts les plus vils.


3) Lorsque vous écrivez: "pourquoi il faut protéger et laisser libres les meurtriers au nom de leur religion. Ces dernières années, des exemples abondent sans qu'on ait à en chercher."... vous me troublez quelque peu....! Je n'ai pas le souvenir qu'APRÈS les avoir jugés et déclarés coupables, des autorités aient sciemment décidé de relâcher des meurtriers....


Quant à prononcer une sentence AVANT un quelconque jugement... il me semble que vous portez là un coup de canif à la présomption d'innocence et à la séparations des pouvoirs que défendez dans votre raisonement ...

Oh, et je ne suis pas sûr non plus, que le couplet: "c'est la faute à la (politique de la) gauche" soit plus judicieux...

*** Les partis de gauche ont été MAJORITAIRES au Grand Conseil Genevois à UNE SEULE reprise: 1997 !
Et au plan Suisse, les partis de gauche n'ont JAMAIS été majoritaires à L'Assemblée fédérale (2 chambres réunies) ! ***


Donc, si vous avez des réclamations à faire, concernant le laxisme éventuel de la justice ou de la police, adressez-vous aux partis bourgeois directement...


Bonne journée.

Écrit par : L avis de Brian | 03 août 2009

Répondre à ce commentaire

@Brian

Merci pour votre réponse.

Une petite précision à mon endroit.
Je ne suis pas activiste en politique. Seulement qu'elle m'intéresse et que je ne peux pas l'ignorer d'autant moins si le succès de mon travail de conseiller financier en investissement en dépend.
Oui, cet autre question d'une société financiarisée devrait nous intepeler aussi un jour (pour un autre post à un autre endroit).

Pour moi, la liberté de croire ou de ne pas croire est un bien dont je peux aujourd'hui jouir en toute tranquillité, ce n'est pas un slogan, ni une vue de l'esprit. Non seulement j'ai opté pour sa réalisation mais je la défends contre toute tentative de me la grignoter.

Je n'ai absolument aucune réclamation personnelle à faire à la justice contre son soit disant laxisme. J'aurais à faire remarquer son manque de moyen face à des phénomènes de masse.
Vous répugnez les mouvements de masse, mais vous pouvez faire quoi contre un phénomène de masse comme le prosélytisme pour une religion ou une secte ?

J'avais suivi en 1995 les débats au parlement québécois quant à savoir pour le parlement d'accepter ou pas d'accéder à la demande de la communauté musulmane qu'elle puisse appliquer ses lois coraniques pour ses membres.
J'étais resté sur ma faim, car la réflexion devait pouvoir poursuivre son cours au delà du sérail politique, selon la demande des pro-charria, canadiennes converties à l'Islam. Ce qui est bien en soi.
Ma remarque: lorsqu'il n'y a pas de fer de lance de l'analyse, il y a risque de suivisme aveugle et la formation sociale démocrate qui n'existe que par ses alliances avec aussi bien Dieu que Diable, elle avait plutôt tendance à s'affaisser devant des initiants, certes petits en nombre, mais puissants dans leur détermination et devant le soutien populaire gagné par son slogan de la "Tolérance" de la "Générosité" de "l'Ouverture à l'autre" du "droit des minorités" à toutes les sauces.

Enfin, à la fin de l'année 2008 j'eus enfin la réponse: le parlement et le gouvernement ont rejeté à l'unanimité cette demande. On ne peut pas dire que les élus eurent refusé d'en débattre et qu'ils eussent confisqué le débat au peuple.
Une réponse qui ne soulage pas que moi en l'occurrence, mais qui doit réjouir toutes les femmes qui rejettent la main mise sur elles, qui prononce la salvation des femmes musulmanes vivant sous lois musulmanes, une véritable prison que constituent l'Islam et ses lois coraniques.
Pouvez-vous comprendre ce que veut dire une destinée confisqueé, une vie humaine confisquée, un développement ou un épanouissement possible et confisqué ?

Pour moi, il n'est pas question de tolérer une telle loi qui se permet de disposer de l'autre, de disposer de son corps, de ses droits élémentaires.
Et il n'est pas question, même pour les minorités de faire régner leurs propres lois à la place de celles de la république, d'une nation ou d'une province.
Il faut parfois faire la part des choses: Les petites minorités peuvent vite devenir des clans mafieux, et si la législation et la justice d'un pays sont hors de validité pour elles, la situations serait sans réponse et devenir inmaitrisable. Alors là, vous pourriez vous attendre à des victimes en masse et non comptabilisées dans nos stats.

Pour répondre à votre remarque sur le laisser libre les meurtriers au nom de leur religion.
Le cas des Rouwandais, jugés en Belgique, réfugiés chez nous comme des victimes du massacre. Alors que les victimes étaient absentes à l'audience. Grâce à quelques témoignagnes, la justice belge avait pu réviser et augmenter ses investigations.
Bien sûr, ce sont des faits qui avaient nécessité plus de 10 ans d'instruction.

Dans un autre régistre, pourquoi a-t-on laissé faire les criminels du Kosovo (UCK) et condamné en masse les victimes à devoir supporter leurs bourreaux et les conséquences de longues exactions. Pourquoi fait-on taire Mme Carla Del Ponte pour son ouvrage dans lequel elle met en cause ce tribunal TPIY ?
Y révèle-t-elle des irrégularités, des complots, des visées inavouables des pays de l'OTAN et des USA ?
Dire que les USA ont été, sous le règne de Bush plus Mc Cathyste que jamais, et qu'ils pourchassaient le moindre assimilé communiste.
Aurait-on laissé des "communistes" Italiens revendiquer l'indépendance du tessin, par exemple, parce qu'ils sont majoritaire en population ?


Actuellement, les condamnés à mort au nom de la religion du nouvel élu Amadinejahd mériteraient que la Suisse comdamne formelle et de manière audible ce gouvernement islamiste. Notre Conseil Fédéral ne l'avait pas fait. On attends toujours que notre ministre des Affaires Etrangères Micheline déserre ses dents. Tel n'est encore le cas.
Et si la Suisse faisait l'embargo économique en rompant toute relation commerciale, en rappelant ses ambassadeurs ?
Elle ne le fera pas, elle sert la cause Américaine. Elle n'en a pas le droit !


Il n'y a pas de théorie de complot. Il est normal qu'on se mette en sécurité pour travailler à la stratégie de la prise du pouvoir. A ce réflexe, on devrait faire entrer Lénine et tous les fondateurs du libéralisme américain à la théorie.
Il est aussi normal que l'institution la plus puissante du renseignement CIA n'agisse pas en plein jour. Elle serait combattue et les USA n'aurait pas dominé l'Europe et le monde par leur seul émerveillement pour sa culture et ses stars de cinéma.
La théorie de complot ne se valide qu'avec les gens qui se disent persécutés.

Écrit par : Nepotin | 03 août 2009

Répondre à ce commentaire

L'avis de Brian, pffffff et dire que j'ai cliqué...?!!!!! Mais bon! n'étant pas rancunière........

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 03 août 2009

Répondre à ce commentaire

Neopotin,

"Les petites minorités peuvent vite devenir des clans mafieux, et si la législation et la justice d'un pays sont hors de validité pour elles, la situations serait sans réponse et devenir inmaitrisable. Alors là, vous pourriez vous attendre à des victimes en masse et non comptabilisées dans nos stats."

Je vous crois aisément et c'est bien ce que je crains.Mais si vous lisez certains commentaires de personnes dont la sensiblerie la naïveté et l'aveuglement étonnent et scandalisent, vous vous rendrez compte qu'ils sont bien loin de s'en rendre compte et me demande aussi si nos Autorités en sont conscientes?

Écrit par : Patoucha | 03 août 2009

Répondre à ce commentaire

L avis de Brian, pouvez-vous me dire la différence entre la gauche et les socialistes? Serions-nous à confondre la gauche et les socialistes? La ville est majoritairement "gouvernée" par la gauche, non!?

Écrit par : Patoucha | 03 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha:


Non, "nous" n'en sommes pas à confondre la gauche et les socialistes...


Simplement je voulais parler du pouvoir législatif... car jusqu'à preuve du contraire, c'est lui qui édicte les lois qui gèrent notre cantons, notre pays.

Mais j'aurais dû penser à vous, Patoucha, et parler avant tout de l'exception... au lieu de m'attarder sur le général... ;-)


Vous avez raison, La ville est majoritairement "gouvernée" par la gauche:

Cependant, le Conseil municipal n'a aucun pouvoir législatif à proprement parler:

" Le pouvoir délibératif est exercé par le Conseil municipal. Il est composé de 80 conseillers municipaux élus directement par le corps électoral au scrutin proportionnel tempéré d'un quorum de 7 %. Leur mandat dure quatre ans et est renouvelable indéfiniment.

Ils votent le budget municipal et les projets d'arrêtés présentés par le Conseil administratif (CA) qui impliquent une obligation d'exécution. En outre, ils peuvent prendre diverses initiatives :

- Motion (chargeant le CA de déposer un projet d'arrêté visant un but déterminé ou une mesure à prendre)
- Résolution (simple déclaration d'intention)
- Motion préjudicielle ou d'ordre (concernant le déroulement de la séance)
- Interpellation (demande d'explication adressée au CA)
- Questions orales ou écrites au CA "
(Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Gen%C3%A8ve)


C'est vrai que le Conseil administratif est à gauche.... depuis 1991.

(Source: http://w3public.ville-ge.ch/seg/xmlarchives.nsf/53f4db8093789ba5c1256f1500584a60/24585766006c441dc1256f3800505fd2!OpenDocument)

(Par contre, je n'ai pas trouvé d'archives concernant le Conseil municipal.... Si vous avez quelque chose de votre côté, merci de m'en informer...)


Ce changement de majorité, ISSU DES URNES, à sans doute été un cataclysme pour vous... je compatis.

Pffouïïït !! 150 ans de majorité bourgeoise effacés en un scrutin !!! :)))


Mais bon, cela ne vous concerne pas puisque vous n'habitez pas (ou plus) la ville....

On ne va quand même pas laisser des étrangers faire la loi chez nous !!! ;o)


Grosse bise (sur la joue DROITE !)...


À +.

Écrit par : L avis de Brian | 05 août 2009

Répondre à ce commentaire

Loll merci! L avis de Brian, la joue gauche reste orpheline! :)))))

"Pffouïïït !! 150 ans de majorité bourgeoise effacés en un scrutin !!! :)))"

150 ans? Lolllll faut avouer qu'elle était bien gouvernée jusqu'à ce qu'en un scrutin on en voit de toutes les couleurs. Des hésitations 8 j'avance, je recule ou tu recules c'est selon - des politiques qui lavent leur linge sale en public, les coups bas et j'en passe.
J'apprécie les hommes politiques compétents et ne suis pas contre une gauche modérée capable avec des idées novatrices autres que de trouver des solutions en nous taxant à tour de bras en plus des interdits qui foisonnent et portent atteinte à nos libertés!

"Mais bon, cela ne vous concerne pas puisque vous n'habitez pas (ou plus) la ville...."

Vous me surprendrez toujours! ne vous ai-je pas demandé afin d'éclaircir ce "flou" de m'envoyer un mail ?

"(Par contre, je n'ai pas trouvé d'archives concernant le Conseil municipal.... Si vous avez quelque chose de votre côté, merci de m'en informer...)"

Lancez la recherche "Conseil municipal Genève" sur Google et ça roule! J'ai cliqué sur https://www.ville-ge.ch/fr/.../emmen.htm - :

Bienvenue sur le site public du Conseil municipal

Ce site est un outil au service de la collectivité publique. Il assure la transparence et facilite la recherche d’informations sur les sujets débattus par le Conseil municipal. En ce sens, ce site répond aux dispositions de la Loi sur l’information du public et l’accès aux documents (LIPAD), entrée en vigueur le 1er mars 2002.
Un gouvernement moderne se doit d’offrir de nouvelles solutions à ses administrées et administrés. Exploitez et appréciez cette réalisation qui vous ouvre, au travers d’Internet, une fenêtre directe sur le parlement de la Ville de Genève.

Nous vous souhaitons une bonne navigation.


Les 80 membres du Conseil municipal
Les commissions permanentes
Lexique du Conseil municipal
Allocution de sortie de M. Thierry Piguet, président 2008-2009
Calendrier des séances 2009
Calendrier des séances du CM 2010
Discours de la présidente Vera Figurek, prononcé le 9 juin 2009
Discours de législature du Conseil administratif pour la législature 2007-2011
Formation du Conseil administratif pour l'année législative 2009-2010
Information sur le Secrétariat du Conseil municipal
Les chef-fe-s de groupe
Les compétences du Conseil municipal
Les membres du Bureau du Conseil municipal
Les présidentes et les présidents des commissions
Pétition, initiative et référendum
Réorganisation des départements et services

:-p

....sur le nez pour ne pas faire de jalouses....je fais allusion aux joues naturellement! :)))))))

Municipalement vôtre! Lolllllll

Écrit par : Patoucha | 06 août 2009

Répondre à ce commentaire

RV sur "Le Trollignac d’honneur, rien que pour un homme triste" Ce topic ne prêtant pas à la drôlerie.

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 06 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha:


- "150 ans? Lolllll "

C'est vrai, j'aurais dû parler de SIÈCLES de majorité droitière... J'ai pris 1842 comme point de référence, car les archives répertoriées que j'ai trouvées ne remontent pas plus loin...

Donc pour être ironique, j'aurais pu écrire: "Des siècles de bonne gouvernance, puis 'Vlan !'... une ville de Genève à feu et à sang !" ;-p


- "Vous me surprendrez toujours! ne vous ai-je pas demandé afin d'éclaircir ce "flou" de m'envoyer un mail ?"

J'ai beau avoir une intelligence stratosphérique et scruter ma boule de cristal de tous mes yeux... je n'ai toujours pas réussi à DEVINER votre adresse e-mail... Donnez-moi un indice... X-(


- "Lancez la recherche "Conseil municipal Genève" sur Google et ça roule! J'ai cliqué sur https://www.ville-ge.ch/fr/.../emmen.htm - : ..."

Merci... mais j'avais trouvé cette page web (Ze vous ai dit que z'étais très n'intelligent !! ;o) )
Je cherchais les ARCHIVES (comme je l'ai écrit) avec la liste des anciens membres du Conseil municipal...



Bon weekend.

Écrit par : L avis de Brian | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

un grand merci à "Patoucha" d'avoir informé du crime atroce contre WILLIAM MODOLO qui, après avoir été torturé pendant plus de 3 jours dans des conditions horribles et inhumaines, a été lapidé par les garçons, à la lumière des portables de 2 filles agées de 20 ans, dont une travaillait dans une garderie d'enfants, et il parait que sa tête s'écrasait en faisant gicler du sang et de la cervelle...il n'y a pas besoin d'aller dans des contrées lointaines pour savoir qu'en France, notre beau pays "civilisé" on torture et lapide par plaisir sadique à deux pas de chez nous, peu importe la religion, la "race", le sexe, tout est pretexte à se donner de bonnes excuses pour exprimer ses pulsions sadiques...

Écrit par : schlouff | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ pachakmac

"J'aimerais juste rappeler à Jaimie que chez nous, en Espagne, en Italie, au Portugal, dans les pays de l'Est, au Nord, au Sud, à l'Ouest, des milliers de femmes meurent sous les coups ou les balles de machos terrifiants, jaloux, et sûrs que la femme appartient à celui qui l'a épousé le premier"

il y a en moyenne 70 femmes qui meurent en france d'homicides, de la part de leur compagnon où ex compagnons. pareil en espagne.

je vois pas comment tu fait pour arriver à des milliers de femmes !!!
il faudra m'expliquer ?
de là à dire que les coupables sonts "machos terrifiants, jaloux, et sûrs que la femme appartient à celui qui l'a épousé le premier"

c'est du n'importe quoi. "j'ai un ami qui s'il s'était suicidé suite à une fausse accusation de violence conjugale. aurait tuer son ex épouse.
par désespoir, il n'a rien d'un macho terrifiant et jaloux, comme tu semble vouloir englober tous ses meurtiers, le tapage féministe t'est un peu trop monté à la tête !!!!

Écrit par : Leclercq | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

Le jour où les femmes musulmanes se réveilleront, se libéreront du machisme, de ces coutumes ancestrales, de ces préceptes religieux émis par des hommes alors nous n'aurons plus à voir ces images issus d'un autre monde archaïque. Que font tous ces hommes courageux et pourquoi n'interviennent-ils pas ?

Écrit par : demain | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

Etonnant, les Suisses doivent alors vraiment être très violents, puisque de 2000 à 2004, 250 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon (source office fédéral de la statistique suisse, enquête spéciale sur les victimes d'homicides), ce qui fait une moyenne de plus de 60 femmes par années. Etant donné le rapport de population entre la Suisse et la France, ou entre la Suisse et l'Espagne, je m'interroge sérieusement

Écrit par : Audrey | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Audrey,

La Tribune de Genève du vendredi 13 octobre 2006, sous la plume de Valentine Zubler, a rendu compte des homicides conjugaux sur cette période de 2000 à 2004 d'après justement les statistiques fédérales.

Curieux curieux... elle ne donne pas ce chiffre de 250 femmes tuées. Je cite:

Selon Monique Aeschbacher, du Bureau Fédéral de l'égalité: "En tout, en cinq ans, les violences familiales ont causé la mort de 142 femme et 64 hommes".

142 femmes, et non 250. Vous tenez vos chiffres d'où? Auraient-ils changés? Et si oui, comment, pourquoi et par qui?

Et puis 69 hommes, soit plus d'un homme pour 2 femmes, soit 35% des homicides conjugaux.
¨
Les femmes suisses doivent être particulièrement violentes.

Plus loin, le même article article encore un autre chiffre, encore plus bas:

"A noter que 21 femmes et 4 hommes par année ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire". (Ce qui ne ferait plus que 105 femmes en 5 ans, et 20 hommes, et donc 20% d'hommes).

Cherchez l'erreur...

Écrit par : hommelibre | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Audrey

tu a raison audrey il y a quelque chose qui cloche.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article196

Le "Recensement" a été réalisé par ENSAE Junior Etudes à la demande du Ministère de la Cohésion sociale et de la Parité. Les données ont été collectées par les services de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale. L’objectif est de réaliser la mesure 8 du Plan global de lutte contre les violences établi au Conseil des ministres du 24/11/2004, à savoir "Mesurer le phénomène de la violence (conjugale], évaluer son coût économique".
Les principaux résultats
Si l’on excepte les cas d’euthanasie, sont morts des suites de la violence conjugale, du fait de leurs conjoints, concubins, pacsés, "ex", au cours des deux années :
- en tout 211 personnes

163 femmes par des hommes, soit 78% du total

46 hommes par des femmes, soit 22%

une femme par une femme

un homme par un homme

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article198

en 1999, les statistiques de l’Inserm, dont les catégories découlent de la nomenclature européenne, dénombraient, parmi les femmes décédées entre 15 et 44 ans, 2750 malades du cancer, 850 accidentées de la route et 66 homicides.

Écrit par : leclercq | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Leclercq:

la violence conjugale en Suisse est un sujet qui dérange beaucoup les féministes victimaires. J'ai déjà cité à plusieurs reprises cette étude fédérale datant de 2004 et ayant pour titre: Enquête sur le bien-être de la famille.

Le texte disait ceci:

« 8% des femmes et 7 % des hommes reconnaissent bousculer, pousser ou secouer leur partenaire sous l'effet de la colère. 1,6 % des femmes comme des hommes disent frapper leur partenaire, que ce soit à coups de pied ou de poing ; 0,6 % des femmes et 0,7 % des hommes admettent régulièrement rouer de coups leur partenaire, le maltraiter avec des objets voire l'étrangler. En ce qui concerne la violence psychique, 9 % des femmes contre 5 % des hommes déclarent menacer leur partenaire ; 11 % des femmes contre 5 % des hommes avouent rabaisser volontairement leur partenaire en le dénigrant, en le vexant ou en trahissant sa confiance ; 1 % des femmes et 2 % des hommes endommagent ou détruisent, dans un conflit, des objets auxquels le partenaire tient particulièrement. »

Enquête intéressante car on ne pose pas la question aux victimes potentielles mais aux auteur-e-s. Autant de femmes que d'homme reconnaissent pratiquer toutes les formes de violence conjugale.

D'ailleurs, actuellement les féministes ne citent presque plus que les morts, car en effet dans cette violence spécifique il y a plus de femmes victimes que d'hommes.

Mais ce qui est très, très bizarre, c'est que cette enquête a disparu du site fédéral.

Si vous allez par exemple sur le site de pères pour toujours sur ce lien:

http://www.pptg.ch/chroniques.php?themechro=9

en bas de page il y a le lien vers la page du site officiel suisse.

Cliquez dessus, et vous verrez: la page a disparu!!! Et malgré mes recherches je n'ai rien retrouvé.

Il y aurait des petites mains qui réécrivent l'histoire comme dans 1984, font disparaître des documents, ou changent les chiffres, je ne serais pas surpris.

Il y a quelque part des manipulations extrêmement graves. En tous les cas, le crédit que j'accorde à ces études est malheureusement bien écorné. De plus, le bureau fédéral de l'égalité à l'époque n'était composé que de femmes féministes. Une enquête devrait être ouverte pour trouver qui manipule les document dans notre Berne fédérale.

Écrit par : hommelibre | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre

effectivement c'est pas bien honnête tout ça !!!
mais ça ne m'étonne pas de femmes féministes.
je pense qu'une femme est capable d'omission de mensonge de mauvaise foi pour avoir le dernier mot, finalement ce que fonts les féministes ce n'est que la même chose à plus grande échelle !!!

Écrit par : leclercq | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Leclercq: ah... omission, mensonge, mauvaise foi... cela me semble assez bien partagé, et je pense que bien des hommes en sont autant capables...

Écrit par : hommelibre | 07 août 2009

Répondre à ce commentaire

Hommelibre, je vous prie de communiquer mon adresse e-mail à L avis de Brian. Je vous en remercie!

L avis de Brian, il ne vous reste plus qu'à en faire la demande à Hommelibre.

"Je cherchais les ARCHIVES (comme je l'ai écrit) avec la liste des anciens membres du Conseil municipal..."

Ok vais essayer de vous trouver cela sur le site autrement je téléphone lundi au Conseil municipal.

Bons feux :))))))

Écrit par : Patoucha | 08 août 2009

Répondre à ce commentaire

Je tiens mes info du site même de l'Ofs, tiré d'une enquête sur les victimes d'homicides de 2000 à 2004, qui n'a rien à voir à ma connaissance avec le bfeg, et répertorie tous les cas d'homicides. Du coup j'auraiscts. tendance à lui accorder assez de crédits. Mais la chose reste effectivement peu clair, puisqu'on y parle d'"affaires élucidées" mais aussi de "suspect", j'imagine donc après enquête qui a déterminé l'auteur du crime, mais avant le jugement, d'où le terme de suspect. L'enquête ne parle d'ailleurs pas à proprement parler de violence conjugale, mais compte tous les meurtres effectués par un-e partenaire ou ex-partenaire, d'où peut-être la différence de chiffres. Etant donné que cette étude se base sur les statistiques policières, faciles à retrouver, j'imagine que les chiffres sont fiables.

Écrit par : Audrey | 08 août 2009

Répondre à ce commentaire

S'il faut reprendre le bâton du pèlerin, je le ferais volontiers avec Victor Hugo pour défendre nos droits fondamentaux et les conditions indispensables du développement de l'homme (l'humain).
Il faut continuer à faire reculer l'obscurantisme.
En attendant, délectons nous de son long discours et de ses saisissantes expressions.

Lien sur la page concernée:
http://pagesperso-orange.fr/union.rationaliste44/Cadres%20Dossiers%20en%20Ligne/Dossiers_en_ligne/Laicite/Hugo%20discours%20falloux.htm

er_voile.htm


DISCOURS

de


VICTOR HUGO

DANS LA DISCUSSION

DU PROJET DE LOI SUR L'ENSEIGNEMENT

le 15 janvier 1850

MESSIEURS,

Quand une discussion est ouverte qui touche à ce qu'il y a de plus sérieux dans les destinées du pays, il faut aller tout de suite, et sans hésiter, au fond de la question. (Mouvement d'attention.)

Je commence par dire ce que je voudrais, je dirai tout à l'heure ce que je ne veux pas.

Messieurs, à mon sens, le but, difficile à atteindre, et lointain sans doute, mais auquel il faut tendre dans cette grave question de l'enseignement, le voici. (Plus haut ! plus haut !) L'orateur reprend :

Messieurs, toute question a son idéal. Pour moi, l'idéal de cette question de l'enseignement, le voici : l'instruction gratuite et obligatoire. (Très bien ! très bien!) Obligatoire au premier degré, gratuite à tous les degrés. (Applaudissements à gauche.) L'instruction primaire obligatoire, c'est le droit de l'enfant (mouvement) qui, ne vous trompez pas est plus sacré encore que le droit du père et qui se confond avec le droit de 1'État.

Je reprends. Voici donc, selon moi, l'idéal de la question : L'instruction gratuite et obligatoire dans la mesure que je viens de marquer. Un immense enseignement public donné et réglé par l'État, partant de l'école de village et montant de degré en degré jusqu'au, Collège de France, plus haut encore, jusqu'à l'Institut de France. Les portes de la science toutes grandes ouvertes à toutes les intelligences ; partout où il y a un champ, partout où il y a un esprit, qu'il y ait un livre. Pas une commune sans une école, pas une ville sans un collège, pas un chef-lieu sans une faculté. (Bravos prolongés.) Un vaste ensemble, ou, pour mieux dire, un vaste réseau d'ateliers intellectuels, lycées, gymnases, collèges, chaires, bibliothèques, mêlant leur rayonnement sur la surface du pays, éveillant partout les aptitudes et échauffant partout les vocations ; en un mot, l'échelle de la connaissance humaine dressée fermement par la main de l'État, posée dans l'ombre des masses les plus profondes et les plus obscures, et aboutissant à la lumière. Aucune solution de continuité : le cœur du peuple mis en communication avec le cerveau de la France. (Immenses applaudissements.)

Voilà comme je comprendrais l'éducation publique nationale. Messieurs, à côté de cette magnifique instruction gratuite, sollicitant les esprits de tout ordre, offerte par l'État, donnant à tous, pour rien, les meilleurs maîtres et les meilleures méthodes, modèle de science, et de discipline, normale, française, chrétienne, libérale, qui élèverait, sans nul doute, le génie national à sa plus haute somme d'intensité, je placerais sans hésiter la liberté d'enseignement, la liberté d'enseignement pour les instituteurs privés, la liberté d'enseignement pour les corporations religieuses ; la liberté d'enseignement pleine, entière, absolue, soumise aux lois générales comme toutes les autres libertés, et je n'aurais pas besoin de lui donner le pouvoir inquiet de l'État pour surveillant, parce que je lui donnerais l'enseignement gratuit de l'État pour contrepoids. (Bravo ! bravo !).

Ceci, Messieurs, je le répète, est l'idéal de la question. Ne vous en troublez pas, nous ne sommes pas près d'y atteindre, car la solution du problème contient une question financière considérable, comme tous les problèmes sociaux du temps présent.

Messieurs, cet idéal, il était nécessaire de l'indiquer, car il faut toujours dire où l'on tend ; il offre d'innombrables points de vue, mais l'heure n'est pas venue de le développer. Je ménage les instants de l'Assemblée, et j'aborde immédiatement la question dans sa réalité positive actuelle. Je la prends où elle en est aujourd'hui, au point relatif de maturité où les événements d'une part, et d'autre part la raison publique l’ont amenée.

A ce point de vue restreint, mais pratique, de la situation actuelle je veux, je le déclare, la liberté de l'enseignement ; mais je veux la surveillance de l'État, et comme je veux cette surveillance effective, je veux l'État laïque, purement laïque, exclusivement laïque. L'honorable M. Guizot l'a dit avant moi, en matière d'enseignement, l'État n'est pas et, ne peut pas être autre chose que laïque.

Je veux, dis-je, la liberté de l'enseignement sous la surveillance de l'État, et je n'admets, pour personnifier l'État dans cette surveillance si délicate et si difficile, qui exige le concours de toutes les forces vives du pays, que des hommes appartenant sans doute aux carrières les plus graves mais n'ayant aucun intérêt, soit de conscience, soit de politique, distinct de l'unité nationale. (Très-bien ! à gauche.) C'est vous dire que je n'introduis, soit dans le conseil supérieur de surveillance, ni évêques, ni délégués d’évêques. J’entends maintenir, quant à moi, et au besoin faire plus profonde que jamais, cette antique et salutaire séparation de l’Église et de l’État, qui était la sagesse de nos pères, et cela dans l’intérêt de l’Église comme dans l’intérêt de l’État. (Applaudissements.)

Je viens de vous dire ce que je voudrais ; maintenant, voici ce que je ne veux pas :

Je ne veux pas de la loi qu'on vous apporte.

Pourquoi ?

Messieurs, cette loi est une arme.

Une arme n'est rien par elle-même ; elle n'existe que par la main qui la saisit.

Or quelle est la main qui se saisira de cette loi ?

Là est toute la question. (Mouvement.)

Messieurs, c'est la main du parti clérical. (C'est vrai !)

Messieurs, je redoute cette main ; je veux briser l'arme, je repousse le projet. (Très-bien ! très-bien !)

Cela dit, j'entre dans la discussion.

J'aborde tout de suite, et de front, une objection qu'on fait aux opposants placés à mon point de vue, la seule objection qui ait une apparence de gravité.

0n nous dit : Vous excluez le clergé du conseil de surveillance de l'État ; vous voulez donc proscrire l'enseignement religieux ?

Messieurs, je m'explique. Jamais on, ne se méprendra, par ma faute, ni sur ce que je dis, ni sur ce que je pense.

Loin que je veuille proscrire l'enseignement religieux, entendez-vous bien ? il est, selon moi, plus nécessaire aujourd'hui que jamais. Plus l'homme grandit, plus il doit croire. Plus il approche de Dieu, mieux il doit voir Dieu. (Mouvement.)

Il y a un malheur dans notre temps, je dirais presque il n'y a qu'un malheur, c'est une certaine tendance à tout mettre dans cette vie. (Sensation.) En donnant à l'homme pour fin et pour but la vie terrestre et matérielle, on aggrave toutes les misères par la négation qui est au bout, on ajoute à l'accablement des malheureux le poids insupportable du néant ; et de ce qui n'était que la souffrance, c'est-à-dire la loi de Dieu, on fait le désespoir, c'est-à-dire la loi de l'enfer. (Long mouvement.) De là de profondes convulsions sociales. (Oui ! oui !)

Certes je suis de ceux qui veulent, et personne n'en doute dans cette enceinte, je suis de ceux qui veulent, je ne dis pas avec sincérité, le mot est trop faible, je veux avec une inexprimable ardeur, et par tous les moyens possibles, améliorer dans cette vie le sort matériel de ceux qui souffrent ; mais la première des améliorations, c'est de leur donner l'espérance. (Bravo ! à droite.) Combien s'amoindrissent nos misères quand il s'y mêle une espérance infinie ! (Très-bien ! très-bien !)

Notre devoir à tous, qui que nous soyons, les législateurs comme les évêques, les prêtres comme les écrivains ; c'est de répandre, c'est de prodiguer, sous toutes les formes, toute l'énergie sociale pour combattre et détruire la misère (bravo ! à gauche) et en même temps de faire lever toutes les têtes vers le ciel (bravo ! à droite), de diriger toutes les âmes, de tourner toutes les attentes vers une vie ultérieure où justice sera faite et où justice sera rendue. Disons-le bien haut, personne n'aura injustement ni inutilement souffert. La mort est une restitution. (Très-bien ! à droite. - mouvement.)

La loi du monde matériel, c'est l'équilibre ; la loi du monde moral, c'est l'équité. Dieu se retrouve à la fin de tout. Ne l'oublions pas, et enseignons-le à tous, il n'y aurait aucune dignité à vivre, et cela n'en vaudrait pas la peine, si nous devions mourir tout entiers : ce qui allège le labeur, ce qui sanctifie le travail, ce qui rend l'homme fort, bon, sage, patient, bienveillant, juste, à la fois humble et grand, digne de l'intelligence, digne de la liberté, c'est d'avoir devant soi la perpétuelle vision d'un monde meilleur rayonnant à travers les ténèbres de cette vie. (Vive approbation.)

Quant à moi, puisque le hasard veut que ce soit moi qui parle en ce moment et met de si graves paroles dans une bouche de peu d'autorité, qu'il me soit permis de le dire ici et de le déclarer, je 1e proclame du haut de cette tribune, j'y crois profondément à ce monde meilleur ; il est pour moi bien plus réel que cette misérable chimère que nous dévorons et que nous appelons la vie ; il est sans cesse devant nos yeux ; j'y crois de toutes les puissances de ma conviction, et après bien des luttes, bien des études et bien des épreuves, il est la suprême certitude de ma raison comme il est la suprême consolation de mon âme. (profonde sensation.)

Je veux donc, je veux sincèrement, fermement, ardemment, l'enseignement religieux, mais je veux l'enseignement religieux de l'Église, et non l'enseignement religieux d'un parti. Je le veux sincère et non hypocrite. (Bravo ! bravo !) Je le veux ayant pour but le ciel et non la terre. (Mouvement.) Je ne veux pas qu'une chaire envahisse l'autre ; je ne veux pas mêler le prêtre au professeur. Ou si je consens à ce mélange, moi législateur, je le surveille, j'ouvre sur les séminaires et sur les congrégations enseignantes l'œil de l'État, et, j'insiste, de l'État laïque, jaloux uniquement de sa grandeur et de son unité.

Jusqu'au jour, que j'appelle de tous mes vœux, où la liberté complète d'enseignement pourra être proclamée, et en commençant je vous ai dit à quelles conditions, jusqu'à ce jour-là, je veux l'enseignement de l'Église en dedans de l'Église et non dehors. Surtout je considère comme une dérision de faire surveiller, au nom de l'État, par le clergé l'enseignement du clergé. En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos pères, l'Église chez elle et l'État chez lui. (Très bien !)

L'Assemblée voit déjà clairement pourquoi je repousse le projet de loi : mais j'achève de m'expliquer.

Messieurs, comme je vous l'indiquais tout à l'heure, ce projet est quelque chose de plus, de pire, si vous voulez, qu'une loi politique, c'est une loi stratégique. (Chuchotements.)

Je m'adresse, non certes, au vénérable évêque de Langres, non à quelque personne que ce soit dans cette enceinte, mais au parti qui a, sinon rédigé du moins inspiré le projet de loi, à ce parti à la fois éteint et ardent, au parti clérical. Je ne sais pas s'il est dans le gouvernement, je ne sais pas s'il est dans l'Assemblée (mouvement) ; mais je le sens un lieu partout. (Nouveau mouvement.) Il a l'oreille fine, il m'entendra. (On rit.) Je m'adresse donc au parti clérical, et je lui dis : Cette loi est votre loi. Tenez, franchement, je me défie de vous. Instruire, c'est construire. (Sensation.) Je me défie de ce que vous construisez. (Très-bien ! très-bien !)

Je ne veux pas vous confier l'enseignement de la jeunesse, l'âme des enfants, le développement des intelligences neuves qui s'ouvrent à la vie, (les générations nouvelles, c'est-à-dire l'avenir de la France. Je ne veux pas vous confier l'avenir de la France, parce que vous le confier, ce serait vous le livrer. (Mouvement.)

Il ne me suffit pas que les générations nouvelles nous succèdent, j'entends qu'elles nous continuent. Voilà pourquoi je ne veux ni de votre main, ni de votre souffle sur elles. Je ne veux pas que ce qui a été fait par nos pères soit défait par vous ! (Très-bien !) Après cette gloire, je ne veux pas de cette honte. (Mouvement prolongé.)

Votre loi est une loi qui a un masque. (Bravo!)

Elle dit une chose et elle en ferait une autre. C'est une pensée d'asservissement qui prend les allures de la liberté. C'est une confiscation intitulée donation. Je n'en veux pas. (Applaudissements à gauche.)

C'est votre habitude. Quand vous forgez une chaîne, vous dites : Voici une liberté ! quand vous faites une proscription, vous criez : Voilà une amnistie ! (Nouveaux applaudissements.)

Ah ! je ne vous confonds pas avec l'Église, pas plus que ne confonds le gui avec le chêne. (Très-bien !) Vous êtes les parasites de l'Église, vous êtes la maladie de l'Église. (On rit.)

Ignace est l'ennemi de Jésus. (Vive approbation à gauche.) Vous êtes, non les croyants, mais les sectaires d'une religion que vous ne comprenez pas. Vous êtes les metteurs en scène de la sainteté. Ne mêlez pas l'Église à vos affaires, à vos combinaisons, à vos stratégies, à vos doctrines, à vos ambitions. Ne l'appelez pas votre mère pour en faire votre servante. (Profonde sensation.) Ne la tourmentez pas sous le prétexte de lui apprendre la politique ; surtout ne l'identifiez pas avec vous. Voyez le tort que vous lui faites ! M. 1'évêque de Langres vous l'a dit. (On rit.)

Voyez comme elle dépérit depuis qu'elle vous a ! Vous vous faites si peu aimer que vous finiriez par la faire haïr ! En vérité, je vous le dis (on rit), elle se passera fort bien de vous. Laissez-la en repos. Quand vous n'y serez plus, on y reviendra. Laissez-la, cette vénérable Église cette vénérable mère, dans sa solitude, dans son abnégation, dans son humilité. Tout cela compose sa grandeur ! Sa solitude lui attirera la foule ; son abnégation est sa puissance, son humilité et sa majesté. (Vive adhésion.)

Vous parlez d'enseignement religieux ! Savez-vous quel est le véritable enseignement religieux, celui devant lequel il faut se prosterner, celui qu'il ne faut pas troubler ? C'est la sœur de charité au chevet du mourant. C'est le frère de la Merci rachetant l'esclave. C'est Vincent de Paul ramassant l'enfant trouvé. C'est l'évêque de Marseille au milieu des pestiférés. C'est l'archevêque de Paris abordant avec un sourire ce formidable faubourg Saint-Antoine, levant son crucifix au-dessus de la guerre civile, et s'inquiétant peu de recevoir la mort pourvu qu'il apporte la paix. (Bravo !) Voilà le véritable enseignement religieux, l'enseignement religieux réel, profond, efficace et populaire, celui qui, heureusement pour la religion et l'humanité, fait encore plus de chrétiens que vous n'en défaites ! (Longs applaudissements à gauche.)

Ah ! nous vous connaissons ! nous connaissons le parti clérical. C'est un vieux parti qui a des états de services. (On rit.) C'est lui qui monte la garde à la porte de l'orthodoxie. (On rit.) C'est lui qui a trouvé pour la vérité ces deux étais merveilleux, 1'ignorance et l'erreur. C'est lui qui fait défense à la science et au génie d'aller au-delà du missel et qui veut cloîtrer la pensée dans le dogme. Tous les pas qu'a faits l'intelligence de l'Europe, elle les a faits malgré lui. Son histoire est écrite dans l'histoire du progrès humain, mais elle est écrite au verso. (Sensation.) Il s'est opposé à tout. (On rit.)

C'est lui qui a fait battre de verges Prinelli pour avoir dit que les étoiles ne tomberaient pas. C'est lui qui a appliqué Campanella sept fois à la question pour avoir affirmé que le nombre des mondes était infini et entrevu le secret de la création. C'est lui qui a persécuté Harvey pour avoir prouvé que le sang circulait. De par Josué, il a enfermé Galilée ; de par saint Paul, il a emprisonné Christophe Colomb. (Sensation.) Découvrir la loi du ciel, c'était une impiété ; trouver un monde, c'était une hérésie. (Très-bien ! très-bien !) C'est lui qui a anathématisé Pascal au nom de la religion, Montaigne au nom de la morale, Molière au nom de la morale et de la religion. (Très-bien ! très-bien !) Oh ! oui certes, qui que vous soyez, qui vous appelez le parti catholique et qui êtes le parti clérical, nous vous connaissons. Voilà longtemps déjà que la conscience humaine se révolte contre vous et vous demande : qu'est-ce que vous me, voulez ? Voilà longtemps déjà que vous essayez de mettre un bâillon à l'esprit humain ! (Acclamations à gauche.)

Et vous voulez être les maîtres de l'enseignement ! Et il n'y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur que vous acceptiez ! Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l'héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez ! Si le cerveau de l'humanité était là devant vos yeux à votre discrétion, ouvert comme la page d'un livre, vous y feriez des ratures (Oui ! oui !) convenez-en ! (Mouvement prolongé.)

Enfin, il y a un livre, un livre qui semble d'un bout à l'autre une émanation supérieure, un livre qui est pour l'univers ce que le Koran est pour l'islamisme, ce que les Védas sont pour l'Inde, un livre qui contient toute la sagesse humaine éclairée par toute la sagesse divine, un livre que la vénération des peuples appelle le livre, la Bible ! Eh bien ! votre censure a monté jusque-là ! Chose inouïe ! des papes ont proscrit la Bible ! Quel étonnement pour les esprits sage, quelle épouvante pour les cœurs simples, de voir l'index de Rome posé sur le livre de Dieu ! (Vive adhésion à gauche.)

Et vous réclamez la liberté d'enseigner ! Tenez, soyons sincères entendons-nous sur la liberté que vous réclamez : c'est la liberté de ne pas enseigner. (Applaudissements à gauche. – Vive réclamation à droite.)

Ah ! vous voulez qu'on vous donne des peuples à instruire ! Fort bien. – Voyons vos élèves. Voyons vos produits. (On rit.) Qu'est-ce que vous avez fait de l'Italie ? Qu'est-ce que vous avez fait de l'Espagne ? Depuis des siècles vous tenez dans vos mains, à votre discrétion, à votre école, sous votre férule, ces deux grandes nations, illustres parmi les illustres ; qu'en avez-vous fait ? (Mouvement.)

Je vais vous le dire. Grâce à vous, l'Italie, dont aucun homme qui pense ne peut plus prononcer le nom qu'avec une inexprimable douleur filiale, l'Italie, cette mère des génies et des nations, qui a répandu sur l'univers toutes les plus éblouissantes merveilles de la poésie et des arts, l'Italie, qui a appris à lire au genre humain, l'Italie aujourd'hui ne sait pas lire ! (Profonde sensation.)

Oui, l'Italie est de tous les États de l'Europe celui où il y a le moins de natifs sachant lire ! (Réclamations à droite. Cris violents.)

L'Espagne, magnifiquement dotée, l'Espagne, qui avait reçu des Romains sa première civilisation, des Arabes sa seconde civilisation, de la Providence, et malgré vous, un monde, l'Amérique, l'Espagne a perdu, grâce à vous, grâce à votre joug d'abrutissement, qui est un joug de dégradation et d'amoindrissement (Applaudissement à gauche), l'Espagne a perdu ce secret de la puissance qu'elle tenait des romains, ce génie des arts qu'elle tenait des Arabes, ce monde qu'elle tenait de Dieu et en échange de tout ce que vous lui avez fait perdre, elle a reçu de vous l'Inquisition (Mouvement.) .

L'Inquisition, que certains hommes du parti essaient aujourd'hui de réhabiliter avec une timidité pudique dont je les honore. (Longue hilarité à gauche. – Réclamations à droite.) L'Inquisition, qui a brûlé sur le bûcher cinq millions d'hommes ! (Dénégations à droite). Lisez l'histoire ! L'inquisition, qui exhumait les morts pour les brûler comme hérétiques. (C'est vrai !) Témoins Urgel et Arnauld, comte de Forcalquier. L'Inquisition, qui déclarait les enfants des hérétiques, jusqu'à la deuxième génération, infâmes et incapables d'aucuns honneurs publics, ce exceptant seulement, ce sont les propres termes des arrêts, ceux qui auraient dénoncer leur père. (Long mouvement). L'Inquisition, qui, à 1'heure où je parle, tient encore dans la bibliothèque vaticane les manuscrits de Galilée, clos et scellés sous le scellé de l'index. (Agitation.) Il est vrai que, pour consoler l'Espagne de ce que vous lui ôtiez et de ce que vous lui donniez, vous l'avez surnommée : la Catholique ! ( Rumeurs à droite.)

Ah ! savez-vous ? vous avez arraché à l'un de ses plus grands hommes ce cri douloureux qui vous accuse : « J'aime mieux qu'elle soit la grande que la catholique ! » (Cris à droite. – Longue interruption. – plusieurs membres interpellent violemment l'orateur.)

Voilà vos chefs-d’œuvre ! Ce foyer qu'on appelait l'Italie, vous l'avez éteint. Ce colosse qu'on appelait l'Espagne, vous l'avez miné. L'une est en cendre, l'autre est en ruine. Voila ce que vous avez fait de deux grands peuples. Qu'est-ce que vous voulez faire de la France ? (Mouvement prolongé.)

Tenez, vous venez de Rome : je vous fais compliment. Vous avez eu là un beau succès ! (Rires et bravos à gauche.) Vous venez de bâillonner le peuple romain ; maintenant vous voulez bâillonner le peuple français. Je comprends : cela est encore plus beau, cela tente ; seulement, prenez garde c'est malaisé celui-ci est un lion tout à fait vivant. (Agitation.)

A qui en voulez-vous donc ? Je vais vous le dire : vous en voulez à la raison humaine. Pourquoi ? Parce qu'elle fait le jour. (Oui ! Oui ! - Non ! Non !)

Oui, voulez-vous que je vous dise ce qui vous importune ? C'est cette énorme quantité de lumière libre que la France dégage depuis trois siècles, lumière toute faite de raison, lumière aujourd'hui plus éclatante que jamais, lumière qui fait de la nation française la nation éclairante, de telle sorte qu'on aperçoit la clarté de la France sur la face de tous les peuples de l'univers. (Sensation.) Eh bien, cette clarté de la France, cette lumière libre, cette lumière directe, cette lumière qui ne vient pas de Rome, qui vient de Dieu, voilà ce que vous voulez éteindre ! (C'est vrai !) Voilà ce que nous voulons conserver ! (Oui ! oui ! – Bravos à gauche.)

Je repousse votre loi. Je la repousse parce qu'elle confisque l'enseignement primaire, parce qu'elle dégrade l'enseignement secondaire, parce qu'elle abaisse le niveau de la science, parce qu'elle diminue mon pays. (Sensation.)

Je la repousse, parce que je suis un de ceux qui ont un serrement de cœur et la rougeur au front toutes les fois que la France subit, par une cause quelconque, une diminution, que ce soit une diminution de territoire, comme par les traités de 1815, ou une diminution de grandeur intellectuelle comme par votre loi ! (Vifs applaudissements à gauche.)

Messieurs, avant de terminer, permettez-moi d'adresser ici, du haut de la tribune au parti clérical, au parti qui nous envahit (écoutez ! écoutez !), un conseil sérieux. (Rumeurs à droite.)

Ce n'est pas l'habileté qui lui manque. Quand les circonstances l'aident, il est fort, très-fort, trop fort ! (Mouvement.) Il sait l'art de maintenir une nation dans un état mixte et lamentable qui n'est pas la mort, mais qui n'est plus la vie. (C'est vrai !) Il appelle cela gouverner. (Rires.)

C'est le gouvernement par la léthargie. (On rit.) Mais qu'il y prenne garde, rien de pareil ne convient à la France. C'est un jeu redoutable que de lui laisser entrevoir, seulement entrevoir, à cette France, l'idéal que voici : la sacristie souveraine, la liberté trahie, l'intelligence vaincue et liée, les livres déchirés, le prône remplaçant la presse, la nuit faite dans les esprits par l'ombre des soutanes, et les génies mâtés par les bedeaux ! (Acclamations à gauche.)

C'est vrai, le parti clérical est habile ; mais cela ne l'empêche pas d'être naïf. (Hilarité.) Quoi ! il redoute le socialisme ! Quoi ! il voit monter le flot, à ce qu'il dit, et il lui oppose, à ce flot qui monte, je ne sais quel obstacle à claire-voie ! Il voit monter le flot, et il s'imagine que la société sera sauvée parce qu'il aura combiné, pour la défendre, les hypocrisies sociales avec les résistances matérielles, et qu'il aura mis un jésuite partout où il n'y a pas un gendarme ! (Rires et applaudissements.) Quelle pitié !

Je le répète, qu'il y prenne garde, le dix-neuvième siècle lui est contraire ; qu'il ne s'obstine pas, qu'il renonce à maîtriser cette grande époque pleine d'instincts profonds et nouveaux, sinon il ne réussira qu'à la courroucer, il développera imprudemment le côté redoutable de notre temps, et il fera surgir des éventualités terribles. Oui, avec ce système qui fait sortir, j'y insiste, l'éducation de la sacristie et le gouvernement du confessionnal !...

(Longue interruption. Cris : à l'ordre ! Plusieurs membres de la droite se lèvent. M. le président et M. Victor Hugo échangent un colloque qui ne parvient pas jusqu'à nous. Violent tumulte.)

L'orateur reprend, en se tournant vers la droite : Messieurs vous voulez beaucoup, dites-vous, la liberté d'enseignement ; tâchez de vouloir un peu 1a liberté de la tribune. (On rit. Le bruit s'apaise.) L'orateur continue : Avec ces doctrines qu'une logique inflexible et fatale entraîne malgré les hommes eux-mêmes et féconde pour le mal, avec ces doctrines qui font horreur quand on les regarde dans l'histoire ! ... (Nouveaux cris : à l'ordre !)

L'orateur s'interrompant : Messieurs, le parti clérical, je vous l'ai dit, nous envahit. Je le combats, et au moment où ce parti se présente la loi à la main, c'est mon droit de législateur d'examiner cette loi et d'examiner ce parti. Vous ne m'empêcherez pas de le faire ! (Très-bien !) Je continue :

Oui, avec ce système-là, cette doctrine-là et cette histoire-là, que le parti clérical le sache, partout où il sera, il engendrera des révolutions ; partout, pour éviter Torquemada, on se jettera dans Robespierre. (Sensation.) Voilà ce qui fait du parti qui s'intitule parti catholique un sérieux danger public. Et ceux qui, comme moi, redoutent également pour les nations le bouleversement anarchique et l'assouplissement sacerdotal, jettent le cri d'alarme pendant qu'on y songe bien ! (Rumeurs à droite.)

Vous m'interrompez. Les cris et les murmures couvrent ma voix. Messieurs, je vous parle, non en agitateur, mais en honnête homme ! (Ecoutez ! écoutez !) Ah ça, Messieurs, est-ce que je vous serais suspect, par hasard ?

CRIS A DROITE. – Oui ! Oui !

M. Victor Hugo. -- Quoi ! je vous suis suspect ! Vous le dites ?

CRIS A DROITE. – Oui ! oui !

(Tumulte inexprimable. Une partie de la droite se lève et interpelle l'orateur, impassible à la tribune.)

Eh bien ! sur ce point, il faut s'expliquer. (Le silence se rétablit.) C'est, en quelque sorte, un fait personnel. Vous écouterez, je le pense, une explication que vous avez provoqué vous-mêmes. Ah ! je vous suis suspect ! Et de quoi ? Je vous suis suspect ! Mais, l'an dernier, je défendais l'ordre en péril, comme je défends aujourd’hui la liberté menacée ! comme je défendrai l'ordre demain, si le danger revient de ce côté-là. (Mouvement.)

Je vous suis suspect ! Mais vous étais-je suspect quand j'accomplissais mon mandat de représentant de Paris, en prévenant l'effusion du sang dans les barricades de juin ? (Bravos à gauche. Nouveaux cris, à droite. Le tumulte recommence.)

L'orateur reprend :

Eh bien ! vous ne voulez même pas entendre une voix qui défend résolument la liberté ! Si je vous suis suspect, vous me l'êtes aussi. Entre nous le pays jugera ! (Très-bien ! très-bien !)

Messieurs, un dernier mot. Je suis peut-être un de ceux qui ont eu le bonheur de rendre à la cause de l'ordre, dans les temps difficiles, dans un passé récent, quelques services obscurs. Ces services, on a pu les oublier ; je ne les rappelle pas. Mais au moment où je parle, j'ai le droit de m'y appuyer. (Non ! non ! - Si ! si !)

Eh bien ! appuyé sur ce passé, je le déclare, dans ma conviction, ce qu'il faut à la France, c'est l'ordre, mais l'ordre vivant, qui est le progrès ; c'est l'ordre tel qu'il résulte de la croissance normale, paisible, naturelle du peuple ; c'est l'ordre se faisait à la fois dans les faits et dans les idées par le plein rayonnement de l'intelligence nationale. C'est tout le contraire de votre loi ! (Vive adhésion à gauche.)

Je suis de ceux qui veulent pour ce noble pays la liberté et non la compression, la croissance continue et non l'amoindrissement, la puissance et non la servitude, la grandeur et non le néant ! (Bravo ! à gauche.). Quoi voilà les lois que vous nous apportez ! Quoi vous gouvernants, vous législateurs, vous voulez-vous arrêter ! vous voulez arrêter la France ! Vous voulez pétrifier la pensée humaine, étouffer le flambeau divin, matérialiser l'esprit ! (Oui ! oui ! - Non ! non !) Mais vous ne voyez donc pas les éléments mêmes du temps où vous êtes ! Mais vous êtes donc dans votre siècle comme des étrangers ! (Profonde sensation.)

Quoi ! c'est dans ce siècle, dans ce grand siècle des nouveautés, des événements, des découvertes, des conquêtes, que vous rêvez l'immobilité ! (Très-bien !) C'est dans le siècle de l'espérance que vous proclamez le désespoir ! (Bravo !) Quoi ! vous jetez à terre, comme des hommes de peine fatigués, la gloire, la pensée, l'intelligence, le progrès, l'avenir, et vous dites : c'est assez ! n'allons pas plus loin ; arrêtons-nous ! (Dénégations à droite.) Mais vous ne voyez donc pas que tout va, vient, se meut, s'accroît, se transforme et se renouvelle autour de vous, au-dessus de vous, au-dessous de vous ! (Mouvement.)

Ah ! vous voulez vous arrêter et nous arrêter ! Eh bien ! je vous le répète avec une profonde douleur, moi qui hais les catastrophes et les écroulements, je vous avertis la mort dans l'âme (on rit à droite), vous ne voulez pas du progrès ? vous aurez les révolutions ! (Profonde agitation.) Aux hommes assez insensés pour dire : l'humanité ne marchera pas, Dieu répond par la terre qui tremble ! (Longs applaudissements à gauche.)

L'orateur, descendant de la tribune, est entouré par une foule de membres qui le félicitent. L'Assemblée se sépare en proie à une vive émotion.
................................................................................

Et puisque nous y sommes, voici un billet d'humeur de Gerhardt Stenger sur la femme voilée:
http://pagesperso-orange.fr/union.rationaliste44/Cadres%20Dossiers%20en%20Ligne/Dossiers_en_ligne/Republique%20et%20communautarismes/steng

Écrit par : Nepotin | 09 août 2009

Répondre à ce commentaire

Loll merci! L avis de Brian, la joue gauche reste orpheline! :)))))

"Pffouïïït !! 150 ans de majorité bourgeoise effacés en un scrutin !!! :)))"

150 ans? Lolllll faut avouer qu'elle était bien gouvernée jusqu'à ce qu'en un scrutin on en voit de toutes les couleurs. Des hésitations 8 j'avance, je recule ou tu recules c'est selon - des politiques qui lavent leur linge sale en public, les coups bas et j'en passe.
J'apprécie les hommes politiques compétents et ne suis pas contre une gauche modérée capable avec des idées novatrices autres que de trouver des solutions en nous taxant à tour de bras en plus des interdits qui foisonnent et portent atteinte à nos libertés!

"Mais bon, cela ne vous concerne pas puisque vous n'habitez pas (ou plus) la ville...."

Vous me surprendrez toujours! ne vous ai-je pas demandé afin d'éclaircir ce "flou" de m'envoyer un mail ?

"(Par contre, je n'ai pas trouvé d'archives concernant le Conseil municipal.... Si vous avez quelque chose de votre côté, merci de m'en informer...)"

Lancez la recherche "Conseil municipal Genève" sur Google et ça roule! J'ai cliqué sur https://www.ville-ge.ch/fr/.../emmen.htm - :

Bienvenue sur le site public du Conseil municipal

Ce site est un outil au service de la collectivité publique. Il assure la transparence et facilite la recherche d’informations sur les sujets débattus par le Conseil municipal. En ce sens, ce site répond aux dispositions de la Loi sur l’information du public et l’accès aux documents (LIPAD), entrée en vigueur le 1er mars 2002.
Un gouvernement moderne se doit d’offrir de nouvelles solutions à ses administrées et administrés. Exploitez et appréciez cette réalisation qui vous ouvre, au travers d’Internet, une fenêtre directe sur le parlement de la Ville de Genève.

Nous vous souhaitons une bonne navigation.


Les 80 membres du Conseil municipal
Les commissions permanentes
Lexique du Conseil municipal
Allocution de sortie de M. Thierry Piguet, président 2008-2009
Calendrier des séances 2009
Calendrier des séances du CM 2010
Discours de la présidente Vera Figurek, prononcé le 9 juin 2009
Discours de législature du Conseil administratif pour la législature 2007-2011
Formation du Conseil administratif pour l'année législative 2009-2010
Information sur le Secrétariat du Conseil municipal
Les chef-fe-s de groupe
Les compétences du Conseil municipal
Les membres du Bureau du Conseil municipal
Les présidentes et les présidents des commissions
Pétition, initiative et référendum
Réorganisation des départements et services

:-p

....sur le nez pour ne pas faire de jalouses....je fais allusion aux joues naturellement! :)))))))

Municipalement vôtre! Lolllllll

NB: Cela me change des topics où je fais l'objet de calomnies par des blogueurs qui courageusement viennent sous divers pseudos pour certains dont l'odeur politique est d'extrême gauche et communiste.

Écrit par : Patoucha | 10 août 2009

Répondre à ce commentaire

@ Nepotin: intéressant ce discours de Hugo, tant pour les thèmes que le langage et le mélange de valeurs véhiculée.

Le lien vers stenger ne fonctionne pas.

Écrit par : hommelibre | 10 août 2009

Répondre à ce commentaire

pour "PATOUCHA":
je voudrais tout particulièrement vous remercier d'avoir mentionné ici l'horrible affaire qui est arrivée à WILLIAM MODOLO, et j'invite tous les participants à cette discussion d'aller taper son nom sur un moteur de recherche (type "google"). Le procès de ses six tortionnaires aura lieu à Aix-En-Provence à la prochaine session des assises, donc entre septembre et décembre 2009 au plus tard.J'aimerais que ce crime odieux soit aussi médiatisé en suisse romande, au moins sur Genève.
Encore une fois merci pour votre empathie.

Écrit par : schlouff | 10 août 2009

Répondre à ce commentaire

@Homme libre

Voici le billet lui-même ainsi que le lien d'un autre site qui l'a reproduit.
Je suis certain que celui-ci fonctionne, je l'ai testé.
http://membres.lycos.fr/urnantes/Cadres%20Dossiers%20en%20Ligne/Dossiers_en_ligne/Republique%20et%20communautarismes/stenger_voile.htm

Gerhardt Stenger

« Billet d'humeur : la République et la femme voilée »

(Cet article a été envoyé au journal Ouest-France, qui l'a publié partiellement)
(L'Union Rationaliste vous en donne le texte intégral)

Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.


« Billet d'humeur : la République et la femme voilée »

En France, chacun est libre de nuire gravement à sa santé en s'adonnant au vice du tabagisme. Mais il y a des restrictions : il est par exemple défendu de fumer dans les lieux publics afin de ne pas incommoder, voire rendre malade, son prochain.

En France, chaque citoyen est également libre de pratiquer le culte religieux de son choix (même si ce "choix " est généralement imposé par la famille). Mais là aussi, l'Etat a imposé des restrictions : ainsi, la polygamie est interdite par la loi et il n'existe plus, comme avant, d'innombrables jours fériés où le jeûne, le repos ou l'abstinence sexuelle étaient de rigueur.

La loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, dont on fêtera le centenaire en 2005, est le fruit d'une évolution historique qui tire son origine de la pensée des Lumières et de la Révolution. Il s'agissait alors de couper le cordon ombilical qui reliait le royaume de France à l'Eglise catholique afin d'épargner à la nation les douloureux événements d'un passé où l'adage " point de salut en dehors de l'Eglise (catholique) " avait justifié les pires atrocités.

Or le rejet de la pratique religieuse dans la sphère privée ne signifiait nullement le rejet de la religion, ou même de ses ministres, mais exprimait avant tout la rupture avec l'idée d'un Etat confessionnellement homogène formulée lors de la paix d'Augsbourg (1555). Pour ne pas voir resurgir les vieux démons de l'intolérance religieuse, il fallait étouffer dans l'oeuf toute manifestation susceptible de les rappeler.

L'école publique - et non privée où l'on fait ce qu'on veut ! - étant considérée comme le creuset de la République, on a banni de ses enceintes tout ce qui touche au domaine propre de la religion.

Mais il y a plus. Depuis Galilée et jusqu'à la fin du 19e siècle, l'Eglise opposait une résistance farouche au renouvellement des sciences, au libéralisme, au socialisme, bref à tout ce qui semblait entamer son autorité sur les âmes. La République a imposé Darwin contre l'interprétation littérale de la Bible qui n'est plus reçue de nos jours que par quelques mouvements sectaires (notamment outre-Atlantique). " Il faut que la femme appartienne à la science ou qu'elle appartienne a l'Eglise ", s'écriait Jules Ferry au moment où l'Allemagne préconisait " les enfants, l'église et la cuisine " pour ses sujets de sexe féminin.

L'école républicaine à la française n'admet aucune discrimination, ni négative ni " positive " : aucune communauté ne peut faire valoir des droits spécifiques car il n'y a pas de communautés là où il y a la République.

Revendiquer des exceptions à la loi - et surtout des exceptions motivées par des convictions religieuses - est inacceptable dans un Etat fondé sur le rejet du communautarisme.






Il y a un siècle à peine, la laïcité fut imposée par l'Etat à la société française, au détriment du pouvoir clérical. Aujourd'hui, une guerre se prépare contre cette exception française, tant au niveau européen - certains Etats souhaitent inscrire une référence à Dieu et/ou à l'héritage chrétien dans la future constitution de l'Europe - qu'au niveau national où le voile dit islamique a été introduit comme cheval de Troie dans la République.

On a d'ailleurs tort, me semble-t-il, de présenter le voile comme faisant partie intégrante de l'islam, au même titre que la circoncision ou le baptême dans d'autres confessions : je ne sache pas que toutes les femmes musulmanes le portent de par le monde. Il s'agit plutôt d'une tradition issue d'une certaine interprétation du Coran, et tous ceux qui ont quelque peu fréquenté les textes sacrés savent pertinemment qu'aucun d'entre eux n'est susceptible d'une lecture univoque, d'une exégèse infaillible : Dieu s'est toujours plu à avancer masqué. On constate aussi que ce sont généralement les communautés musulmanes les plus traditionalistes qui s'accrochent au voile, même si, cela va de soi, cette discrimination de la femme n'est pas l'apanage des seuls fidèles musulmans: ils se trouvent en fort bonne compagnie de tous les traditionalistes chrétiens et juifs, pour ne citer que les confessions qui nous sont les plus familières.

Au début du 20e siècle, le président Kemal Ataturk octroya aux femmes le droit de vote et celui d'exercer des fonctions publiques tout en leur interdisant le port du voile ; l'éducation religieuse fut abolie au profit de l'école laïque, et le droit au divorce remplaça la polygamie. Ce sont là les éléments constitutifs d'un Etat moderne qui favorisent aujourd'hui l'ancrage de la Turquie dans l'espace européen.

11 est inconcevable que la France laïque, au début du 21e siècle, fasse un pas en arrière vers une conception patriarcale des relations entre les sexes qui est loin d'être partagée par l'ensemble des musulman(e)s.

Il est intolérable que la France républicaine tolère l'exclusion des jeunes filles d'un certain nombre de pratiques culturelles, sportives ou simplement récréatives.

Il est inadmissible qu'un individu voile une partie de sa tête sur une photo d'identité, et refuse d'ôter son couvre-chef en cas de contrôle.

Les interdits religieux frappant le corps humain font partie du passé où les traditions et les superstitions se donnaient la main pour maintenir les hommes et les femmes dans un état de sujétion et de minorité.

Si l'avenir de l'homme, c'est la femme, ce n'est pas une femme voilée.


Gerhardt Stenger

Professeur de littérature française
Faculté des Lettres, Nantes

Écrit par : Nepotin | 11 août 2009

Répondre à ce commentaire

schlouff je vous en prie. J'ai de l'empathie pour toutes les victimes et suis là pour dénoncer toutes les dérives d'où qu'elles viennent quand je le peux et le net me donne cette opportunité pour les sujets débattus sur ce site.

J'espère que la condamnation sera à la hauteur de ce crime atroce et innommable.

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 11 août 2009

Répondre à ce commentaire

L'avis de Brian cliquez sur etat.geneve.ch/.../archives/archives_communales-66-3116-6927.html - et lancez la recherche en haut à droite: "Archives liste des membres du Conseil municipal - ou Conseil d'Etat.

Si vous ne trouvez pas votre bonheur, adressez-vous au Bon Dieu en téléphonant au: 022 327 33 95. :))))

Bonne semaine

"Archivement" vôtre! :)))))))))))))))

Écrit par : Patoucha | 11 août 2009

Répondre à ce commentaire

Cette jeune fille fut lapidée par des membres de sa famille parce qu'elle était accusée amoureuse d'un jeune musulman sunnite et d'être convertit à l'islam. pourquoi????????????
cette jeune fille appartenait à une secte Yézedis= adorateurs de l'ange paon= des satanistes chez les musulmans. ce meurtre a scandalisée le monde entier!! ok mais le monde entier ne parle pas et comprend pas l'anglais. et donc en voyant cette vidéo yen a beaucoup qui vont croire que ces les musulmans, c'est l'islam oh la la!! les terroristeS...loins de l'islam tous ca loins de l'humanité .

Écrit par : khadidja | 13 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).