10 juillet 2009

Cancer: le rôle majeur de l’environnement

Sous ce titre Maxiscience cite L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset): elle prône une recherche intensifiée sur le poids de l'alimentation, des produits chimiques, du tabac ou encore des carburants. Tant que le rôle de l'environnement ne sera pas clairement défini, l'agence préconise de s'appuyer sur le principe de précaution.


fruits-et-legumes_1109_w560.jpgSelon le directeur de cette agence, Martin Guespereau, "Il y a une énorme masse de cancers qu'on ne peut expliciter aujourd'hui".

«Si la génétique et le vieillissement jouent un rôle indéniable dans le développement de ces cancers, "la part de l'environnement est majeure" estime le Professeur Gérard Lasfargues, chef du département d'expertise de l'agence.»

«Martin Guespereau prône le remplacement immédiat des substances dont le potentiel cancérigène est encore en débat, par des substances moins dangereuses. "On attend d'être sûr des effets ou on agit aujourd'hui ?" : s'interroge-t-il. Et de citer l'exemple du dichlorométhane classé "cancérigène classe 3", c'est-à-dire suspecté d'être cancérigène, et qui est pourtant utilisé massivement pour la fabrication de parfums ou de matières plastiques.»


C’est ce que disent les naturopathes depuis des dizaines d’années, en particulier sur le rôle de l’alimentation. D’ailleurs la prévention proposée par les ligues contre le cancer sont beaucoup axées sur l’alimentation.

Il est intéressant que des grands organismes se donnent les moyens de la recherche dans ce domaine, et puissent confirmer peu à peu la thèse des co-facteurs, c’est-à-dire des facteurs environnementaux, en particulier la nutrition, dans l’apparition du cancer.

Car, selon cette dépêche:

«En France, la fréquence de survenue du cancer a augmenté de 93 % chez l'homme et de 84 % chez la femme, et ce en seulement 25 ans.»

1440007608.jpg

05:10 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : cancer, médecine, naturopathie, prévention, nutrition | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

En parallèle avec les produits de l'environnement, noous pouvons aussi attirer l'attention sur la nutrithérapie. Alors que nous mangeons suffisamment pour ne pas avoir faim, nous ne sommes pas forcément bien nourris quant à la diversité des nutriments nécessaires à notre santé. Chaque mécanisme de notre organisme nécessite des substances très précises. Même si notre corps a une puissance de compensation merveilleuse, il finit par s'essouffler s'il manque des "ingrédients" nécessaires. On accuse souvent la vieillesse de diverses maladies or, dans bien des cas, il s'agit de l'accumulation de carences.
Carences d'autant plus marquée que des produits toxiques bloquent l'assimilation ou l'action de certains nutriments.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10 juillet 2009

En parallèle avec les produits de l'environnement, noous pouvons aussi attirer l'attention sur la nutrithérapie. Alors que nous mangeons suffisamment pour ne pas avoir faim, nous ne sommes pas forcément bien nourris quant à la diversité des nutriments nécessaires à notre santé. Chaque mécanisme de notre organisme nécessite des substances très précises. Même si notre corps a une puissance de compensation merveilleuse, il finit par s'essouffler s'il manque des "ingrédients" nécessaires. On accuse souvent la vieillesse de diverses maladies or, dans bien des cas, il s'agit de l'accumulation de carences.
Carences d'autant plus marquée que des produits toxiques bloquent l'assimilation ou l'action de certains nutriments.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10 juillet 2009

Oui mais ...
On ne peut pas non plus compter que sûr des compléments en nutrithérapie. Car si cette dernière peut combler momentanément des carences d'éléments pour relancer des fonctions, des études ont démontrés qu'à long terme l'excès de nutrithérapie fait exactement l'effet inverse à celui recherché. (plus de cancers et de maladies dégénératives chez ceux qui en prenne sur plusieur années.) Moralité, l'équilibre de la santé ne s'acquière pas à coup de gélules même s'il s'agit de nutrithérapie !
Nous sommes toujours dépendant du fait de disposer d'une alimentation naturelle épurée de toxiques. Les aliments "bio" ont le vent en poupe, mais c'est un cahier des charges difficile à maintenir à l'heure actuelle.

A quand un petit débat sur le codex alimentarius, entre mythe parano et réalité ?
http://www.dailymotion.com/video/x66qcw_lyordre-moisi-du-codex-alimentarius_news

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

aoki: "Moralité, l'équilibre de la santé ne s'acquière pas à coup de gélules même s'il s'agit de nutrithérapie !"

Très juste, c'est bien plus commercial qu'autre chose!

Écrit par : Patoucha | 10 juillet 2009

Il est évident que l'équilibre de la santé se base sur plusieurs facteurs.
Aoki souligne bien qu'en début de traitement, la nutrithérapie peut relancer des fonctions. Des bilans très sérieux montrent à quel point certaines carences sont marquées dans les maladies chroniques. Ils permettent de prescrire les nutriments adéquats, ce qui diffère fortement des prescriptions faites sur des a priori ou d'après quelques idées préconçues.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10 juillet 2009

Oui c'est vrai que le commercial est partout, mais je ne voulais pas dénigrer complètement cette approche. Simplement je penses que l'on devrait la considérer comme de la médication et donc pour un usage momentané, mais pas comme une solution à long terme.
Tout ceci pour souligner combien le combat pour une alimentation naturelle exempte de produits chimiques est terriblement importante. Malgré des chiffres et des constats accablants les élus de tous les pays restent bien trop timides en la matière, comme pour le problème mondial de la pollution et le réchauffement climatique.

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

"Martin Guespereau prône le remplacement immédiat des substances dont le potentiel cancérigène est encore en débat, par des substances moins dangereuses."

Les essais sur l'être humain étant bannis, on sait peu sur le potentiel cancérigène chez l'être humain. On le sait parfois pour les rats (mais chez les souris on ne peut pas provoquer le même effet ou vice-versa), en appliquant des doses qui dépassent le raisonable.

Remplacer le café. le thé, les brocolis, le pain, les fruits, l'eau potable, la viande, la pomme de terre, le lait, l'alcohol, les produits de combustion (oui, aussi à la cuisine), le soleil? Par quoi?
Même la présence sur notre planète est cancérigène à cause de la radioactivité émise.

Pourquoi ne pas quitter ce monde au plus vite ou, mieux encore, refuser de venir dans ce monde si hostile et qui ne veut que notre mort ? Vive l'immortalité.

Références:
Lait et cancer: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=2703270&query_hl=3&itool=pubmed_docsum

Nourriture et cancer: http://www.acsh.org/publications/pubID.103/pub_detail.asp

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

"... une alimentation naturelle exempte de produits chimiques est terriblement importante."

Aaah, la chimie. Elle est omniprésente. Nous sommes faites de chimie, les plantes, les animaux, l'eau, la nourriture, tout est chimie. La création de la vie sur notre planète était un acte chimique - ou de Dieu, selon les préférences - mais même Dieu a dû avoir recours à la chimie.

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

Benpal, nous sommes effectivement faits de réactions chimiques mais plutôt biochimiques. La différence d'avec les produits de synthèse est que nous sommes animés et dotés de sensibilité. Savoir percevoir l'énergie dans la matière est une des caractéristiques de l'être humain qui peut nous permettre de savourer la vie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10 juillet 2009

@benpal: vous jouez sur les mots, pourquoi ? Pour faire la politique de l'autruche ?

Il y a chimie et chimie, celle qui a constitué depuis des milliard d'années le tissus de la vie et qui a permis un développement d'un magnifique équilibre sur la longueur et celle traficotée artificiellement afin de privilégier certains processus dans un but de croissance forcenée, qui tue la biodiversité, crée une pollution qui se répand durablement dans la terre et les océans !

ça fait ringard de s'en préoccuper ? J'ai de la peine à comprendre votre position décidément.
Je souhaiterais pouvoir profiter des aliments sans m'empoisonner et surtout de conserver le choix de trouver des aliments qui correspondent à ce besoin. Vivre dans un environnement qui ne ressemble pas à un désert gris simplement pour que Monsanto et consort continuent aveuglément leur commerce.

Si un jour, il n' y avait que des produits naturels, vous prendriez votre petit déj avec un bol de glyphosate ? Après tout ce n'est que de la chimie et comme tout est chimique ...

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

Puisque vous aimez bien les liens
http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/tx800218n

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

Il faut aussi préciser que les molécules crées par la chimie moderne ne sont pas connues par le corps. On a inventé une quantité de nouvelles molécules, on les a mises en circulation, et l'on n'a aucune idée des interactions, des effets à moyen et long terme. Ou bien on a concentré de fortes quantités de molécules existantes et tolérées à très faibles doses, mais concentrées en vue de leur utilisation industrielle. Le DDT et ses dégâts doit suffire à nous appeler au principe de précaution. Et, benpal, remember Bohpal... Donc, sans être intégriste, il s'agit simplement le laisser le corps libre de ce dont on n'est pas sûr des risques, et libre de ce dont on connaît les risques.

Écrit par : hommelibre | 10 juillet 2009

Le cancer est en progression partout, pire celui des enfants est en constante progression année après année en France et en Suisse, jusqu'à être devenu la deuxième cause de mortalité chez les moins de douze ans après ... les accidents !

Depuis une ou deux génération on voit les enfants mourir avant leurs parents, à tel point que cela donne des sueurs d'angoisses aux responsables de la prévoyance sociale et de la santé aux Etat Unis.

Il ne s'agit pas d'être intégriste mais de nommer les choses par leur nom. Même si cela dérange notre énorme inertie à changer l'ordre des choses. Les décideurs pris en étaux entre intérêts commerciaux et santé publique ont besoins de signaux fort pour oser prendre des décisions percutantes.

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

@hommelibre: "Il faut aussi préciser que les molécules crées par la chimie moderne ne sont pas connues par le corps."

Si vous pensez que la nature n'est pas inventive ...
Dans un seul produit de la nature on peut trouver les substances suivantes:

Acetic-acid, aesculetin, alanine, alkaloids, alpha-sitosterol, alpha-theosterol, amyl-acetate, amyl-alcohol, amyl-butyrate, amylase, apigenin-7-o-glucoside, arabinose, arachidic-acid, arginine, ascorbic-acid, ascorbic-acid-oxidase, aspariginase, beta-carotene, beta-sitosterol, beta-theosterol, biotin, caffeic-acid, caffeine, calcium, campesterol, catalase, catechins, catechol, cellulase, cellulose, chlorogenic-acid, chrysoeriol-7-o-glucoside, citric-acid, coumarin, cyanidin, cyanidin-3-beta-l-arabinoside, cyanidin-3-galactoside, cyanidin-glycoside, cycloartanol, d-galactose, decarboxylase, dextrinase, diacetyl, dopamine, epigallocatechin, ergosterol, ferulic-acid, formic-acid, fructose, furfurol, galacturonic-acid, gallocatechin, gentisic-acid, glucose, glutamic-acid, glycerin, glycerophosphatase, glycine, glycolic-acid, glycosidase, haematin, histidine, i-butyric-acid, idaein, invertase, isobutylacetate, isoleucine, isopropyl-acetate, isovitexin, kaempferol, l-epicatechin, leucine, leucocyanidins, linalool, linoleic-acid, lipase, luteolin, luteolin-7-o-glucoside, lysine, lysophosphatidyl-choline, maleic-acid, mannan, manninotriose, mannose, melibiose, mesoinositol, methylheptenone, n-butylacetate, n-nonacosane, niacin, nicotinamide, nicotinic- acid, nitrogen, nonanoic-acid, o-hydroxyphenylacetic-acid, octoic-acid, oleic- acid, oleo-dipalmatin, oleopalmitostearin, oxalic-acid, p-anisic-acid, p-coumaric-acid, p-coumarylquinic-acid, p-hydroxybenzoic-acid, p-hydroxyphenylacetic-acid, palmitic-acid, palmitodiolen, pantothenic-acid, pectin, pentose, peroxidase, phenylacetic-acid, phenylalanine, phlobaphene, phosphatidyl-choline, phosphatidyl- ethanolamine, phosphatidyl-inositol, phospholipids, phosphorus, phytase, planteose, polygalacturonate, polyphenol-oxidase, polyphenols, proline, propionic-acid, propyl-acetate, protocatechuic-acid, purine, pyridoxine, quercetin, quercetin-3-o-galactoside, quercetin-3-o-glucoside, quercitrin, raffinase, raffinose, reductase, rhamnose, riboflavin, rutin, rutoside, saccharose, salsolinol, serine, sinapic-acid, stachyose, stearic-acid, stearodiolein, stigmasterol, sucrose, syringic-acid, tannins, tartaric-acid, theobromine, theophylline, thiamin, threonine, trigonelline, tyramine, tyrosine, valerianic-acid, valine, vanillic-acid, verbascose, verbascotetrose, vitexin

Parmi ces substances, il y a aussi bien des substances réputés cancérigènes que des substances réputées bienfaisantes. Tout le monde aime consommer ce produit, et personne ne se soucie de sa composition, il s'agit du cacao.

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

@aoki: "Le cancer est en progression partout, pire celui des enfants est en constante progression année après année en France et en Suisse"

Je ne sais pas où vous puisez vos informations, mais les statistiques officiels de la Suisse ne sont pas de votre avis:
"La mortalité juvénile (entre 1 et 4 ans) a chuté encore plus rapidement que la mortalité infantile. Le niveau de la mortalité juvénile de la génération masculine 2005 (1‰) est45 fois plus faible que celui de la génération 1900 et celui de la même génération féminine (0,6‰) est 70 fois plus faible."

"Un peu plus d’un garçon sur 1000 de la génération 2005 décèdera entre 5 et 14 ans, c’est 23 fois moins que les garçons nés en 1900. Avec un quotient de mortalité (entre 5 et 14 ans) de 0,8‰, les filles nées en 2005 courront un risque de décéder au cours de leur enfance 33 fois moindre que celui des filles nées en 1900."

"Le nombre de décès [de très jeunes enfants] étant relativement bas à ces âges,
on ne peut rien conclure sur l’évolution de la mortalité par cancer pour ces derniers. On remarque par contre une diminution assez nette pour les adolescents. L’écart est également important pour les hommes entre 30 et 45 ans, de 25% à 30% de moins. En fait, pour tous les âges au-delà de 4 ans, les valeurs sont plus basses de plus de 15%. On note également que les quotients de mortalité en raison du cancer pour les hommes de 80 ans et plus sont nettement plus bas par rapport aux tables de 1988/93,.."

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

Le cacao, un vieux classique et à vue de nez c'est même incomplet puisqu'on lui prête entre 400 et 500 composé chimique actifs.

Même en mettant des noms chimiques sur ses composés, cela reste une composition naturelle dont l'quilibre n'est pas fortuit. La fève est elle même extrêmement riche en polyphénols antioxydants, notamment la catéchine. Mais de la fève au chocolat d'ici, on rajoute beaucoup de graisse, du sucre et du lait , qui inhibe l'assimilation de ces bonnes molécules, alors que le "mole" des aztèques ou des mayas ne provoquait même pas l'obésité. Par contre la théobromine contenue dans les coques est un désherbant naturelle (toutefois toxiques pour les chien qui sont attirés et la mangent mais ne la métabolisent pas bien)

Mais tout ceci n'a rien à voir avec la chimie propre à l'industrialisation. On a jamais vu de pcb, de phtalates et de glyphosates fabriqué naturellement dans les fèves de cacao. C'est pourtant bien de cela dont il est question.

De plus même si en chimie on pense refaire des molécules semblables à la molécule naturelle, la première sera toujours plus toxique que la seconde sans que l'on sache pourquoi chimiquement parlant. Comme l'a démontré l'engouement pour le germanium qui s'est avéré toxique par la suite, il a été constaté que le germanium synthétisé était plus toxique que celui extrait du ginseng ou de l'aloes.
De même qu'avant les années 70 on fabriquait des médocs sous formes racémique , on avait pas encore découvert les différent effets des énantiomères. Exemple:la thalidomide, un était analgésique et l'autre que l'on pensait neutre était tératogène. Dans la nature les molécules sont en général soit levogyre ou dextrogyre, alors que dans les labos ont créait des molécules 50/50 avec les dégâts cités.

Bref, Ce que je veux dire c'est que tant que l'on ne voit pas le problème sous microscope on le nie ... Jusqu'à ce que l'on se trouve moins bête le lendemain, quand on comprend mieux les choses.
Le pire c'est qu'aujourd'hui on a fait des constats que l'on minimise ou nie.
A moins que vous ne travailliez pour une multinationale de la chimie, je ne comprend pas vos raisons.

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

"De plus même si en chimie on pense refaire des molécules semblables à la molécule naturelle, la première sera toujours plus toxique que la seconde sans que l'on sache pourquoi chimiquement parlant."

Les lois de la chimie réinventé?

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

Les sources pour la France: Société Française du Cancer de l'Enfant chiffres publiés par l'Union Nationale des Associations de Parents d'Enfants atteints de Cancer ou LEucémie (unapecle), qui cite une progression de 2% par année depuis 30 ans.

Pour la Suisse:Registre Suisse du cancer de l'Enfant cite
"Au 8 septembre 2008, le Registre Suisse du Cancer de l’Enfant recensait 5866 patients, 57% de garçons et 43% de filles. 1365 (23%) enfants étaient décédés. Les diagnostics les plus fréquents de ces 10 dernières années sont la leucémie (34%) suivi des tumeurs du Système Nerveux Central (SNC, 17%), des lymphomes (14%) et des neuroblastomes (7%). Depuis 1994, le nombre de nouveaux cas enregistrés s’est stabilisé à environ 220 par an"

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

"A moins que vous ne travailliez pour une multinationale de la chimie ..."

Aah, l'argument qui tue - discussion close.

D'ailleurs, les progrès de la médecine, la longévité de nos générations, sont largement dus à la pratique de la chimie.

"Dans la nature les molécules sont en général soit levogyre ou dextrogyre, alors que dans les labos ont créait des molécules 50/50 avec les dégâts cités."
Conclusion: ils étaient chimiquement différents. Q.E.D.

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

"Les lois de la chimie réinventé?"

C'est un constat et cela signifie que l'on pas encore tout compris dans le domaine

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

Sans minimiser ou se voiler la face, ni trouver ringard de souhaiter vivre "sainement", ou plutôt dans un environnement naturel, je serais plutôt d'accord avec benpal.

Malgré toutes les alertes aux diverses saloperies (que je ne nie absolument pas) que l'on ingère, notre espérance de vie augmente et notre santé globale également.

Nous sommes cernés par les produits dits cancérigènes. Dans notre mobilier, nos produits de nettoyage, la pollution, les peintures, ..., la nourriture bien sûr.

Est-ce que nous n'avons pas une certaine faculté d'adaptation qui fera que nous assimilerons de mieux en mieux notre environnement, quel qu'il soit?

On peut rester vigilants, et tenter de faire au mieux, mais je trouve personnellement vain de me casser la tronche pour ne manger que des produits "purs" alors que j'absorbe quantité d'autres produits que je ne peux gérer.

Écrit par : Pascale | 10 juillet 2009

Comme vous avez raisons, vive cette chimie si fière d'elle-même !

"Aah, l'argument qui tue" cela ne m'empêchait pas de débattre


"discussion close"

Ok je veux bien

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

@pascale: ben oui, il ne s'agit pas de se casser la tronche vers un élan de pureté.
le problème réside dans le fait qu'il faille se casser la tronche pour trouver des aliments pas trop empoisonnés aujourd'hui. De plus je ne partage pas votre vision sur la santé en général. Je suis vraiment surpris de voir des pathologies s de dégénérescence et des pathologies immunitaires dans des couches toujours plus jeunes.
Nous sommes tellement sollicité par notre rythme de vie, qu'une acceptation nous gagne pour économiser notre énergie et accepter l'innaceptable. Je ne suis pas dans un combat militant de tous les instants, mais j'ai du mal à voir minimiser des problèmes par soucis de confort intellectuel.

Quant à moi, j'ai eu quelques accidents de santé et je n'ai plus la même capacité d'adaptation qu'avant et je suis devenu très sensible à la qualité de mes aliments. Je tiens cependant à conserver une qualité de vie ou bien dois-je faire partie des dommages collatéraux de l'industrialisation qui de toute façon doit se renouveler ?
On pourrait pas essayer d'accélérer un peu cette métamorphose ?

Écrit par : aoki | 10 juillet 2009

@hommelibre: "Le DDT et ses dégâts doit suffire à nous appeler au principe de précaution."
Quels dégâts? Des dizaines de millions de morts depuis les années 80. Parce que le DDT était considéré mortel sous toutes ses formes et applications. Plus mortel que le malaria?

"...il s'agit simplement le laisser le corps libre de ce dont on n'est pas sûr des risques, et libre de ce dont on connaît les risques."

Une vie sans risques? Vous évitez tout ce dont vous n'êtes pas sûr? Vous vous privez d'un verre de vin ou de champagne parce que l'alcool est cancérigène (le saviez-vous?) et vous ne voulez prendre aucun risque?

Et comment voulez-vous éviter les risques inconnus à ce jour, les risques dont vous n'êtes donc pas sûr?

Vous pensez vivre quand?

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

@aoki: "Je suis vraiment surpris de voir des pathologies s de dégénérescence et des pathologies immunitaires dans des couches toujours plus jeunes."

C'est votre opinion ou vous avez des chiffres à nous présenter? Vous en connaissez les causes, preuves à l'appui?

Écrit par : benpal | 10 juillet 2009

Je croyais que vous vouliez clore le débat ?

Non, je n'ai pas de chiffre c'est une constatation lors d'un débats entre naturopathes et médecins (en médecine naturelles). Je suis un peu fatigué pour argumenter de cela maintenant.

Mais si vous voulez des chiffres, j'aimerai rappeler que selon les sources que vos m'avez sollicités, il y a eu 1365 décès d'enfants cancéreux en suisse en moins d'une année sur 5886 de cas déclaré (23%) ce qui tout de même énorme. Si je songe à l'hystérie médiatique sur la rougeole de ce printemps c'est vraiment incomparable.

Écrit par : aoki | 11 juillet 2009

erratum (fatigue),
il ne s'agissait pas de chiffres annuel. Toutefois cela reste un % supérieur à la mortalité dues à la rougeole. Les médias se jetait la dessus en même temps que le 15 février (la journée du cancer) étaient publiés dans le silence les chiffres que je vous ai cités.

Écrit par : aoki | 11 juillet 2009

@aoki: pour en revenir au sujet principal ...
Vous pensez donc que ces cas de cancer sont dus à l'industrie chimique? ... ou à la chimie? Vous êtes de l'avis que la "bonne" nourriture peut éliminer tout ça?

Et encore un mot au sujet de votre apparente phobie chimique:
Vous prenez quoi à la place d'aspirines, de vitamines, de médicaments contre la fièvre, du sirop contre la toux si vous en avez besoin? Où cela ne vous arrive jamais?

Écrit par : benpal | 11 juillet 2009

Je ne suis pas spécialiste en la matière, mais permettez-moi d'apporter mon grain de sel. Je veux porter un éclairage un peu différent sur ce sujet.

Notre corps est une merveilleuse fabrique chimique. Certes, l'environnement et la nourriture a une grande influence sur cette terrible maladie surnoise, dont le dérèglement se fait connaître souvent que trop tardivement (absence de douleurs?). Il est évident que la "malbouffe" et les "excès de consommation" en nourriture et différentes drogues ont une influence néfaste sur notre santé.

Mais, je suis quelque peu étonné que personne ne mentionne que notre corps a une merveilleuse défense, les globules blancs, soldats, pour lutter contre l'ennemi. A mon avis, il ne faut pas négliger le fait que beaucoup de choses se passent dans notre cerveau, pour activer le système immunitaire. Pratiquer des loisirs est un des remèdes des plus efficaces. Est-ce un hasard?; j'ai souvent constaté qu'il y a des "crises" (dépressions nerveuses, mauvais stress etc.) qui ont précédé le déclenchement de multes maladies, notamment le cancer ? Pour moi, nous sommes tous porteurs de mauvaises cellules et notre défense, le système immunitaire, agit pour lutter là-contre.

Donc, à mon humble avis, il faut renforcer le système immunitaire, non pas par des médicaments chimiques avec tous ses effets secondaires négatifs, mais par une vie saine, et j'entre dans le débat de Marie-France de Meuron, par ... de bonnes thérapies, dont il en existe une multitude. Personnellement, je plaide pour les plantes et le bio-electro-magnétisme, déjà connu par les Chinois il y a quelques millénaires, et amélioré par pulsions à basse fréquence (évite les effets secondaires et est bien supporté par toute le monde, femmes enceintes, bébés, animaux, humains, avec ou sans implants y compris !). (Voir sous Google "Bemer") ! Aussi www.therapie-bemer.ch ! Ceci est pour moi une grande aide pour renforcer mon sysème immunitaire et vivre positivement !

Esprit sain dans un corps sain! Pour y parvenir, il faut absolument prendre du temps pour soi et ne pas consacrer tout son temps à courrir d'après l'argent, avec la devise le travail (bon job et loisirs) c'est la santé, ne rien faire (prendre du temps pour soi), c'est la conserver, les prisonniers du boulot (mauvais job) ne font pas de vieux os !
Je suis persuadé qu'en étant en harmonie avec soi-même (bien dans sa tête), nos vaillants soldats seraient plus efficaces et il y aurait moins de maladies déclarées.
Bien à vous BM

Écrit par : Etoile de Neige | 11 juillet 2009

Benpal: vos dernières questions à aoki sont tout-à-fait judicieuses.
Je ne tiens pas à répondre à sa place mais à partir de mon expérience personnelle et médicale de 35 années de pratique.
Le cancer a évidemment plusieurs causes. Très souvent, il manifeste est une faillite du système immunitaire qui laisse une tumeur se fabriquer. Plusieurs causes amènent à cette faillite. Quand nous traitons une cause, la confirmation de sa participation vient du fait que la personne se sent mieux, ou que la maladie ralentit ou que des analyses particulières -tout-à-fait scientifique mais non utilisées en médecine conventionnelle- montrent une amélioration. Souvent bien sûr, comme il y a urgence, nous traitons sur plusieurs plans, chacun ayant des signes spécifiques qui indiquent comment ils évoluent.
Pour les cas plus aigus comme la toux ou la grippe, comme dit Etoile des Neiges, il y a une ou des raisons de s'affaiblir (tout le monde ne tombe pas malade au même moment donc il y a des fragilités individuelles). Nous cherchons à quels problèmes correspond cet affaiblissement du système immunitaire et nous soyons le-dit problème. Si c'est un choc climatique (coup de froid ou insolation) des remèdes ou techniques énergétiques (homéopathie, spagyrieacupunture, réflexologies bien ciblées) font merveille. S'il s'agit davantage de choc affectif, on peut soutenir par des remèdes mais il vaut la peine d'aider la personne à retrouver des ressources en elle. S'il s'agit d'un choc traumatique (un choc sur la nuque peut provoquer une angine selon l'état préalable du patient) alors il vaut la peine de consulter un ostéopathe. Le corps suit une logique qui est connue depuis longtemps mais que nous avons oubliée car la médecine scientifique passe par un autre chemin. Il s'agit de tout réapprendre mais notre univers intérieur est passionnant et nous acquérons ainsi une meilleure intuition pour nous soigner.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 juillet 2009

Vous avez tout à fait raison de citer le stress et la dépression, Bruno.
Mais - point extrêêêêêmement important ! - évitez toute forme de fumée passive létale qui provoque des morts sans cadavres et même la mort subite du nourrisson et préférez-lui la bonne vieille fumée des moteurs diesel et à essence.

:o)

Écrit par : Blondesen | 11 juillet 2009

@ benpal:

Vivre sans risque, en effet n'est guère possible. Ce n'est pas un objectif souhaitable. Le risque fait partie du vivant et le pousse à s'adapter et à évoluer. Un monde parfait, aseptisé, sans plus aucun risque, serait probablement plus dangereux pour l'espèce qu'un monde dans lequel il faut lutter pour vivre. Et en effet boire un verre n'est de loin pas mortel en soi ni générateur de cancer immédiatement et sur tout le monde.

Le corps a des moyens pour d'adapter, neutraliser en partie les éléments toxiques, et survivre dans des conditions parfois extrêmes. Mais il a aussi ses limites: limite à survivre sans les éléments essentiels qui le constituent, ou à éliminer les toxiques.

La question est: où est cette limite? A partir de quelle volume et accumulation de combien de produits potentiellement ou démontrés dangereux, l'équilibre se rompt-il? Le degré de concentration en polluants alimentaires, leur sources multipliées, la violence de certaines molécules, peut devenir pathogène.

Tout effet a une cause. Certaines personnes sont de par leur terrain plus sujettes que d'autres à certaines maladies. Alors que des sujets résistent presque à tout, d'autres subissent plus durement les éléments de déséquilibre induits par l'environnement.

Evidemment ce serait plus simple si ces effets pathogènes se manifestaient rapidement. Mais la lenteur de leur action ne doit pas les écarter des sources pathogènes.

Dans Science & Avenir de juin dernier, un dossier cancer cite les différentes causes connues ou estimées des cancers. L'OMS impute 80% des cas à des facteurs environnementaux. Il est aussi fait mention des recherches d'une équipe de l'Inserm, qui a démontré que des cellules cancéreuses réimplantées dans un tissus sain redeviennent normales. L'environnement cellulaire (reflet de la nutrition et du milieu dans lequel nous vivons) semble donc jouer un rôle très important dans l'apparition ou la régression spontanée des cancers.

Mais encore une fois, manger bio quand c'est possible, utiliser de l'homéopathie pour une migraine ou de la phytothérapie pour une allergie, pratiquer la naturopathie pour des problèmes articulaires ou pour certains états d'anxiété, ne permet pas automatiquement d'éviter toute maladie ni de tout soigner. Et l'humain est capable de rééquilibrer au moins en partie des excès ou dérèglements.

Le tout est de savoir jusqu'où, à quelle intensité, et dans cette idée le principe de précaution n'est pas seulement un voeu pieu d'intégristes allumés (ce dont je me sens à des années-lumières) mais c'est une gestion de soi, de son corps, une gestion des entrées et des sorties (du corps), une anticipation, ce qui ma foi me paraît plutôt intelligent.

Écrit par : hommelibre | 11 juillet 2009

@aoki
Je suis d'accord qu'il faut lutter afin d'obtenir une nourriture la plus saine possible malgré le mépris affiché de l'industrie agro-alimentaire.

Et non "les dommages collatéraux" ne sont pas acceptables.

Ce n'est pas ce que je voulais dire.

Se nourrir sainement implique un investissement certain, d'information donc de temps, et, vu le prix des produits naturels, d'argent.

Je ne vis pas très sainement, je fume, j'habite en ville, je fais peu de sport. Bref, je fais peu d'effort. Question nourriture, je ne mange globalement rien de "préparé" et je mange varié, en privilégiant les légumes.

Mais ça s'arrête là. Et vu mon hygiène de vie, additionnée de mon environnement sur lequel je n'ai pas d'influence, j'absorbe une quantité de saloperies.
Cela n'aurait pas de sens pour moi, d'être plus attentive à ma nourriture, une goutte dans l'océan...

Pour les maladies de plus en plus jeune, cancer je ne sais pas, je suis d'accord pour les allergies.
Il est peut-être aussi des maladies qui étaient passées sous silence car méconnues ou non diagnostiquées. Maintenant les enfants sont scrutés au moindre mal et il est sûr que lorsque l'on cherche, on trouve.

On peut prendre comme autre exemple le troisième (ou quatrième) âge. Alzheimer ou la sclérose en plaques. J'ai lu que des signes de scléroses en plaques ont été trouvé sur moult ossements, mais au vu du peu de cas déclarés à l'époque, on en a déduit que les personnes atteintes sont mortes trop tôt pour que la maladie soit visible. On fait les mêmes constatations avec l'augmentation du la durée de vie pour la maladie d'alzheimer.

Pour conclure, dans cette course au "manger sain", on responsabilise les gens sur leur santé, ce qui pourrait être une bonne chose si l'on pouvait vraiment maîtriser son environnement. Et, comme la plupart ne peut pas suivre ce régime-là (que ce soit pour des raisons d'accès à l'information, pécuniaires ou de temps), on pousse également à la culpabilisation, ce que je trouve déplorable.

J'aime mieux l'approche pression sur l'industrie pour que nous ayons tous accès à une nourriture correcte. De même pour l'environnement.

ps: Je me suis intéressée à des études sur l'environnement ménager. Il y a d'innombrables substances toxiques dans les vernis, peintures, produits ménagers, enduits et matières de toutes sortes. A part vivre dans les bois, je n'ai pas trouvé de solution. C'est un exemple, pour cesser mes "cassages de tronches".

Écrit par : Pascale | 11 juillet 2009

@ Pascale: bien d'accord avec vous qu'il ne s'agit de culpabiliser personne, vos remarques sur le temps et l'information sont pertinentes. Mais faire un petit peu c'est déjà ça, chacun dans sa mesure.

Au fait, vivre dans les bois, yes, mais en pagne seulement vu que les teintures des vêtements synthétiques fabriqués en Chine par des enfants de huit ans silicosés par la cheminée de la centrale au charbon voisine, ces teintures donc pourraient déclencher de douloureuses démangeaisons, associées au cadmium qui traîne ça et là au coin des supermarchés...

(:o))

Écrit par : hommelibre | 11 juillet 2009

D'abord il y a une facteur génétique non discutable, certaines familles développent plus de cancers que d'autres enclins aux maladies cardio-vasculaires par exemple. De plus, mangez variés c'est-à-dire un peu de tout et surtout en diversifiant les points de vente (marché, différents types de magasin), privilégier les plats fait maison mais si on est pressé, il existe des plats cuisinés de bonne qualité. Quand aux excès, on sait que certains cancers de la peau se développent sur certains types de personnes mais là encore, il y a des bémols : je connaissais un jeune femme sportive, naturelle, évitant bain de soleil et excès de nourriture, d'alcool, non fumeuse, sans antécédent familial de cancer, elle a quand même eu un cancer et la cause en était.... le stress. Bref, en un mot profitons du moment car nous ne sommes pas fait pour durer...

Écrit par : demain | 11 juillet 2009

*demain, je suis d'accord, il y a un facteur génétique. Nous ne sommes pas tous nés forts, beaux et bien portants. Par contre, notre corps fabrique des anti-corps et probablement est plus efficace en luttant contre les bactéries et virus, qu'en sommeillant. Manger bio, hommelibre, c'est bien, mais ce n'est pas tout, car même un produit bio est affecté par la pollution (particules fines p.ex.). En plus, la terre contient de plus en plus de déchêts, via la pluie et l'eau usée (p.ex. une infime partie des médicaments passe à travers nos reins dans les eaux usées et finalement dans la terre. Donc, depuis notre naissance, nous sommes des pollueurs et je ne suis point sûr que cela agisse aussi sur notre santé, si non ce sera dans quelques années, quant les médicaments ne feront plus effet.
Beaucoup d'êtres vivants résistent à toutes sortes d'agression et s'adaptent. Nos cellules également et probablement nos ancêtres, confrontés aux nuisances d'aujourd'hui, tomberaient comme des mouches par manque d'anticorps que notre "usine" n'a pas eu le temps de fabriquer!
*Blondy, terme abrégé par s.., je ne suis pas sûr que la fumée passive soit aussi nocive, qu'on veuille bien le dire, si le corps a réussi à fabriquer la dose anti-corps. DONNEZ AU CORPS LE MOYEN DE LES FABRIQUER !!!

C'est peut être triste à dire, mais parfois je cède à la tention de fumer le calumet de la "paix" de temps à autre, calmement, affectant mon environnement par une odeur parfumée et parfois appréciée; mais d'après Dr Rielle, c'est mortelle. Pour moi, tout est dans la mesure ou dans la démesure, suivant l'interprêtation. Il ne faut pas non plus faire la chasse aux sorcières, mais plutôt profiter du moment présent ! Si non, pourquoi ne pas se payer un voyage pour visiter le mur de la lamentation et prier Dieu, qu'il détruise une des nombreuses racines du mal: celle des plantages du tabac ?

Écrit par : Etoile de Neige | 11 juillet 2009

@benpal, Pascale et les autres ...

Pour recadrer la discusssion comme vous le faîtes à bon escient, benpal, je dirais ceci: La chimie est une science super interessante, que j'apprécie respecte au même titre que bien d'autres.
Je stigmatise plutôt, l'usage qui en est fait et submerge tous les recoins de notre existence. Fait que je ressens comme un dictat de grosses entreprises qui passent pardessus nos choix et nos libertés.
A ce titre Pascale je vous rassure, je suis très éloigné du comportement intégriste culpabilisateur de la pureté et je ne suis vraiment pas un parangon de vie saine.

Par contre, je suis viscéralement attaché aux libertés qui me donnent une autonomie dans la gestion de ma santé.
Pour répondre à benpal, non je n'utilise jamais d'aspirine de chez Bayer, ni de sirop à la codéine. Mais j'utilise évidemment tout ce que je connais de méthodes naturelles puisque c'est mon métier.
A part cela, vous avez releveé à juste titre la formidable créativité de la nature et c'est un fait que l'on trouve de l'acide salicylique (précurseur de l'acide acétylsalicylique) dans nombreuses plantes (saule, reines des pré, frêne etc). Je souhaite pouvoir encore disposer des merveilles végétales sans qu'elles ne soient contaminées par des substances de chez Monsanto ou Novartis.
Je me suis sorti d'un gros problème de santé avec mes propres méthodes, à l'encontre de l'avis anxieux de médecins qui ne me voyait pas survivre 3 mois sans leurs méthodes, il y a 5 ans de cela, avec ma détermination à conserver le gouvernail de mes choix sur mon organisme.

Enfin oui, personnelement je pense que l'augmentation des maladies de dégénérescences tel que le cancer sont très largement augmentés par l'usage intensif de molécules de synthèse que l'on retrouve à peu près partout.

Les études sur la tolérance et les doses acceptables sont souvent biaisées pour des raisons économiques et ne tiennent pas compte de l'effet cumulatif de l'ensemble de toutes ces molécules qui infiltrent toujours plus le quotidien, comme le soulignait HL.
De nombres études indépendantes (comme le lien mis plus haut) démontrent les effets délétères de ces substances.

Donc pour en revenir au débat, je salue que des responsables passent enfin par dessus les simples contingences économiques immédiates, pour développer des mesures qui vont vers la préservation de l'environnement et de la santé qui lui est très intimement liée.

En dernier lieu, c'est vrai que les ressources psychiques peuvent nous faire passer à travers bien des contrainte physiques, néanmoins on se sent un peu moins stressés et plus serein quand on est pas obligé de survivre dans un environnement difficile. J'aspire à vivre l'esprit un peu plus apaisé

Écrit par : aoki | 12 juillet 2009

"Mens sana in corpore sano" Une âme saine dans un corps sain!

Esprit sain dans un corps sain!? Vous en connaissez beaucoup Etoile de Neige des personnes à l'esprit sain? Ceux qui déversent de la haine sont-il, ce que vous appelez, un esprit saint?

"C'est peut être triste à dire, mais parfois je cède à la tention de fumer le calumet de la "paix" de temps à autre, calmement, affectant mon environnement par une odeur parfumée et parfois appréciée; mais d'après Dr Rielle, c'est mortelle."

vous pouvez céder à la tentation de fumer cinq cigarettes par jour et vous n'en mourrez pas! Je connais des gens qui fument trois paquets et qui sont bien portants et encore bien vivants et ceux qui sont morts àgés! En revanche, des connaissances - une femme et deux hommes - qui ne buvaient pas, ne fumaient pas, dont l'un un grand sportif - sont décédés dans la cinquantaine! Mort foudroyante pour l'un, et deux du cancer. Ils menaient une vie sans excès, bien rangée et les week-end à la montagne!!!!!!!!

Le Dr Rielle devrait fumer, la cigarette étant un anorexique, parce qu'avec la surcharge pondérale qu'il se paie c'est l'infarctus qui le guète!! En outre, il a fait cette déclaration lors d'une interview - il argumentait entre autres sur l'augmentation du paquet de cigarettes - parue dans la Julie : "Surtout ne dites pas que c'est pour l'argent".......

Je vous déconseille fortement la pseudo-science qu'est la stéopathie. Mon médecin, pour une épicondylite suite à un accident, a eu la malencontreuse idée de m'envoyer chez un stéopathe qui m'a transformée en zombie au bout de quelques séances. J'ai lu aussi qu'une femme a eu le coup brisé par une manipulation des vertèbres par un ostéopathe. Cette thérapie de charlatan l'a rendue infirme à vie! Les risques liés aux techniques de manipulation, notamment vertébrales,sont trop dangereux pour ne pas les dénoncer.

"Bref, en un mot profitons du moment car nous ne sommes pas fait pour durer..."

"CARPE DIEM"! On ne meurt qu'une fois!:))))

Écrit par : Patoucha | 13 juillet 2009

*Patoucha, j'apprécie vos arguments. Je n'ai malheureusement que peu de temps de vous répondre, car j'ai rendez-vous avec mes petits-enfants pour voguer sur le lac. Oui, pour moi âme et esprit sain sont identique. Il faut déjà être en accord avec soi et c'est vrai si vous parlez haine, c'est une des qualités méprisables de l'homme. L'amour et la haine sont les deux extrêmes ... qui parfois se touchent. La fumée est contre-versée, mais malheureusement néfaste pour la santé, prouvée par des essais cliniques. Pourquoi les uns supportent plus la nicotine que d'autres, pourquoi les uns supportent plus les sucreries que d'autres, pourquoi, pourquoi. Je dis c'est le système immunitaire qui est en cause. Il y a des hommes forts et des hommes faibles et il en va ainsi pour la santé. Dans le temps, les faibles mouraient par manque de soins, aujourd'hui ils vivent, spécialement en Afrique où ils meurent parcontre du Sida et de faim, si ce n'est pas d'une autre maladie.

Vous avez raison, on exagère dans beaucoup de domaines et la meilleure façon de vivre en harmonie c'est d'employer votre devise "profitons du moment car nous ne sommes pas fait pour durer...". Elle ressemble comme un cheveu à la mienne "aujourd'hui, c'est le premier jour du restant de ma vie, faisons-en quelque chose de positif" ! Notamment pas se focaliser sur les mauvaises herbes qui bordent notre chemin, mais regarder les belles fleurs qui l'ornent (le chemin vers le grand bonheur?). Si tu crois en Dieu, c'est vers le Paradis ...
Bien à vous BM

Écrit par : Etoile de Neige | 13 juillet 2009

et d'ajouter que la fumée passive que nous imposons à notre entourage est aussi nuisible que l'active (par manque d'anticorps!?). Soyez donc extrêment prudent et respectueux vis-à-vis des enfants et du futur vie à venir (phoetus) !

Écrit par : Etoile de Neige | 13 juillet 2009

"Bref, en un mot profitons du moment car nous ne sommes pas fait pour durer..."

C'est une phrase de Demain à laquelle j'ai répondu, Etoile de Neige.

Je suis une petite fumeuse, je n'avale pas la fumée, je voyage "non fumeurs" et idem au restaurant. Je ne fume pas dans la rue en revanche, j'aime bien fumer sur une terrasse. Je fuis les endroits enfumés et personne ne m'oblige à les fréquenter. Je trouve ahurissant qu'on interdise de fumer dans des Clubs privés - ce n'est pas un Dr Rielle qu'on verrait danser et s'amuser jusqu'à 5h du mat - De quoi j'me mêle!!! L'alcool tue sur les routes pas les fumeurs que je sache! De là à nous empêcher de fumer dans notre voiture et à la maison il n'y a qu'un pas!

Il est permis à une femme enceinte de fumer cinq cigarettes par jour! Personnellement, je n'avais pas besoin d'un teste de grossesse pour savoir si j'étais enceinte, je ne supportais tout simplement plus la fumée et j'arrêtais la cigarette près de deux ans. Idem même pour un simple rhume!
J'admets être un cas, mais il est vrai que pour les grands fumeurs c'est problématique toutes ces interdictions! Je suis d'avis à ce qu'il y ait des restaurants, des cafés fumeurs et d'autres non fumeurs. Dans les salles de cinéma ou au Théâtre ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il est interdit de fumer! Et ôter le plaisir de fumer une cigarette durant l'entracte cela relève de la dictature! L'intolérance des non fumeurs est bien plus grave pour leur santé que la fumée létale. Fumer dans un lieu ventilé et aéré oui! Parquer les fumeurs comme de bêtes dans 10m2 NON! A ce moment là une grève des impôts s'impose! Car si l'on ne s'attaque pas aux fabricants c'est uniquement pour ce qu'ils rapportent gros à l'Etat! Une hypocrisie sans non! Comme fournir de la drogue aux drogués?!!!!!

Les africains portent en eux le virus du sida depuis la nuit des temps!

Il ne faut pas croire les médias quand ils avancent des chiffres, surfaits la plupart du temps, de morts de fumeurs actifs et passifs. Ils annoncent régulièrement des chiffres incroyables de telle ou telle chose qui fait tant de morts par jour, mois et année! A les entendre la moitié de l'humanité meurt chaque année! En revanche, le moment n'est pas encore venu pour l'alcool, cela n'arrangerait pas bien du monde,(vous payez plus chère l'eau qu'un verre de rouge) qui, lui, tue bien plus que le tabac. Il a été dit aussi par des médecins qu'aucune preuve scientifique n'a été établie qu'on mourrait de la fumée passive.

On ne peut dire non plus que les personnes obèses ont une chance de vie plus longue que ceux qui ne mangent pas à leur faim! Bien au contraire!

Le corps humain est une machine extraordinaire qui sait se défendre. Je n'ai pas fait médecine mais je sais qu'en cas de maladie, le corps fabrique des anticorps pour se défendre. Les fumeurs pour compenser la perte en vitamine C doivent manger des fruits et légumes riches en cette vitamine.

Cordialement à vous,

Patoucha

Écrit par : Patoucha | 14 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.