L’expo “A corps ouvert” interdite en France

A la requête de deux associations, un tribunal à ordonné la fermeture de l’exposition Our Body - “A corps ouvert” - à Paris et son interdiction dans toute la France. Les organisateurs ont fait appel. Rappelons qu’ils s’agit de vrais corps humains conservés par plastination.

ourbody3.jpgLe débat est intéressant. Le juge, se référant à l'article 16-2 du code civil, précise que celui-ci l'autorise à prescrire toutes mesures propres à faire cesser une atteinte illicite au corps humain, y compris après la mort”.

Cette exposition (image 1) rappelle celle qui se tient en permanence au Musée Fragonard. Honoré Fragonard était un anatomiste du 18e siècle. Il a “momifié” plusieurs corps que l’on présente sous le nom générique des Ecorchés de Fragonard (images 2 et 3). Voici d’ailleurs comment le site de l’Ecole Vétérinaire d’Alfort présente le travail de Fragonard:

 

 

Les Ecorchés de Fragonard

Le cœur de l'exposition est représenté par les célèbres Ecorchés de Fragonard préparés entre 1766 et 1772. Ils allient la rigueur scientifique à une dramatisation de la mise en scène courante à l'époque.
Le « Cavalier » ou encore « L'Homme à la mandibule », figurant Samson tenant en main une mandibule d'âne, sont des chefs d'oeuvre uniques. “

Fragonard1cavalier.jpg
Nul juge n’a jusqu’ici jugé bon d’interdire ce musée, pourtant ouvert au public.

Une des questions soulevées par l’expo “A corps ouvert” concerne l’origine des corps exposés, qui proviennent tous de Chine. S’agit-il de trafic de cadavres? Ou des corps de condamnés à mort? Les organisateurs affirment qu’il ne s’agit que de corps de personnes ayant accepté de livrer leur dépouille à la science.

On sait que les étudiants en médecine dissèquent de vrais cadavres, ceux justement de personnes ayant accepté de faire don de leur corps à la science. La différence dans ce cas est que les corps ne sont pas exposés au public. Il n’y a pas d’aspect commercial. Par contre, une exposition a aussi un but commercial en plus du but pédagogique. On imagine bien qu’une telle expo coûte cher à entretenir et à faire circuler.
Fragonard2.jpg
Dans sa décision je juge reproche entre autres cet aspect commercial: “Dans ses conclusions, le juge rappelle que "la loi ne prend pas en compte l'utilisation de cadavres dans un but de formation ou d'information du public ; qu'il n'est pas sérieusement contestable que la société Encore Events poursuit un objectif commercial…”

Soit. Pourtant le Musée Fragonard a aussi un aspect commercial puisque l’entrée est payante.

La question éthique est: faut-il montrer de vrais cadavres humains? L’aspect pédagogique contrarie-t-il l’aspect éthique? Je n’ai pas de réponse à cela. Toutefois, sans dissection de cadavres, nous n’aurions pas la médecine de pointe actuelle, en particulier la chirurgie.

 

 

PS: à midi devant l'ONU pour soutenir les deux suisses otages de Kadhafi!

7-2LybieGame.jpg

Catégories : société 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour hommelibre,

    Ce qui a apparemment également joué contre cette expo, c'est l'absence de toute vélleité pédagogique ou scientifique. Ce qui l'a réduit a du sensationnalisme de mauvais goût.
    Et ce n'est pas de l'art non plus, alors qu'est-ce?

  • J'ai vu cette exposition à New York. Même s'il s'agit de véritables corps humains, je dois dire que la fascination l'a emporté rapidement sur le dégoût... Mais au terme de la visite, c'est surtout l'ennui qui l'emporté, tant tout cela était répétitif et sans pédagogie.

    La question qui reste posée est de savoir comment les corps ont été obtenus, et s'ils l'ont été avec l'assentiment des familles concernées.

  • @ Pascale et Déblogueur:

    Deux avis identiques sur l'absence de pédagogie. Les organisateurs ont donc peut-être raté le coche.

    Pour les corps, ils certifient que ce sont des dons de corps volontaires. Mais apparemment c'est peu vérifiable car les cadavres sont anonymes. A suivre en appel. S'il était démontré qu'il n'y a aucun accord, si c'est possible à démontrer, on serait alors de toute évidence devant un abus grave.

Les commentaires sont fermés.