24 mars 2009

Allergie: la soigner naturellement

Les noisettiers et les aulnes ont commencé au milieu de l'hiver. Ce sont les premiers. Le froid durable a un peu retardé des frênes, qui se rattrapent déjà avec la semaine douce que nous avons eue.


fleurs1.jpgMars n'est pas le mois le plus fort. Dès avril, platanes, bouleaux, hêtres et plantain vont s'ajouter. Le train prendra alors sa vitesse de croisière, et les personnes sujettes au coryza allergique commenceront leur chemin de croix annuel

Les allergies semblent avoir sensiblement augmenté depuis une vingtaine d'année. Enfants et adultes peuvent être pareillement atteints par cette surréaction de l'organisme à un agent qui n'est pas supposé être agressant pour l'organisme. Cela peut aller de simples picotements des yeux au gonflement du visage avec obligation de rester chez soi fenêtres fermées.

La médecine propose des désensibilisations, parfois efficaces, parfois pas. Elle préconise également des anti-histaminiques en cas de période de crise. L'histamine est une substance sécrétée par le corps; elle est congestionnante et inflammatoire. Faire cesser sa production diminue en effet les symptômes d'allergie. Mais on ne fait que supprimer une surréaction, on ne résoud pas le déséquilibre de l'organisme.

En naturopathie, une allergie est d'abord un terrain, un mode réactionnel du sujet. Il faut viser à renforcer les faiblesses de ce terrain pour voir le symptôme diminuer

Plusieurs sortes de traitements naturels sont disponibles, et leur efficacité dépend de l'étude du terrain spécifique de chaque individu - ce qui suppose un bilan de santé. Certaines allergies sont toutefois si fortes que l'anti-histaminique ponctuel reste valable.

On peut recommander deux produits de base, qui peuvent être pris sans aucun risque pendant plusieurs semaines déjà avant le début de la période critique, et continués jusqu'à sa fin

Il s'agit de:

- Manganèse, 1 mesure à jeûn

- Ribes Nigrum Bourgeons D1, 30 gouttes 3 fois par jour dans un peu d'eau.

On peut aussi faire des lavages du nez à l'eau légèrement salée. J'y reviendrai ultérieurement. Pour connaître les concentrations en pollens de la semaine, voir le site

http://www.pollenetallergie.ch/index.cfm?parents_id=635&a...

 

1964305478.jpg

23:08 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : allergie, rhume des foins, santé, médecine douce, naturopathie, soins naturels | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

merci..

Écrit par : luzia | 24 mars 2009

C'est une base, luzia, elle peut suffire dans certains cas, pas forcément dans tous les cas. Il faut parfois compléter avec d'autres choses spécifiques selon la personnalité physiologique de la personne. Dans votre cas j'ai compris que votre allergie est très forte, mais peut-être cette base pourrait-elle vous aider à déjà diminuer la charge allergique de votre terrain.

Écrit par : hommelibre | 25 mars 2009

HL, AR-TUNG, TFL! S-PION! lire Blondesen! was ist RIBES NIGRUM? D-KOd nicht! c'est comme dans shining? REDRUMMURDER= MURGIN SEBIR? DNKE!

Écrit par : redbaron | 25 mars 2009

Merci, Hommelibre, de nous introduire à la gemmothérapie ou la thérapie par les bourgeons. Ceux-ci ont l'avantage de contenir toutes les potentialités des fleurs et des fruits. Il est évident que le mode de préparation de ces remèdes est très important car il respectera ou non ces potentialités.
Le Ribes Nigrum est tout simplement le cassis. L'avantage du latin, redbaron qui aimez jongler avec les langues, c'est que les scientifiques universitaires parlent le même langage botanique dans le monde entier

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25 mars 2009

@Marie-France de Meuron, Merci pour la traduction, et cette fois sans l'habituel langage et très sérieusement... non... si! :-) Le simple sirop de cassis a-t-il aussi des effets? Ou est-il en trop faible concentration? Et s'il conserve ses vertus, même celui que l'on trouve courrement, de l'épicerie au supermarché? en admettant qu'il en contienne du cassis, et non de la carotte rouge et une saveur artificielle, bien sûr...
Quand aux thérapies naturelles, que vous défendez avec raison sur votre blog, j'aimerais citer ici, d'expérience, pour les gens "nerveux", voire angoissé, voire même tout a fait, le "Macérat de tilleul glycériné" est un excellent "remède"... je l'écris en passant pour ceux qui en aurait usage. Qu'en pensez-vous? Et vous Hommelibre?
Bien à vous tous

Écrit par : redbaron | 25 mars 2009

Ah, et HommeLibre, le noisetier, il semble qu'un allergique au noisetier peut être allergique à la pomme, bien que pas automatiquement. Est-ce vérifié?
Et, une des conséquences d'allergies,l'asthme, selon une doctoresse qui me soignat, précisant et c'est d'importance me semble-t-il qu'en aucun cas son origine n'est psychologique, qu'une sensation d'étouffement peut-être (et sûrement) anxyogène, mais pas l'inverse... L'angoisse se manifeste psychosomatiquement sous d'autres formes (intestinales, sudations, tremblements etc.), mais que s'y mêle une difficulté respiratoire, et il y aurait terrain asmathique antérieur. Important aussi à savoir démêlé... l'oeuf de la poule. Surtout chez les enfants par exemple... Les conséquences peuvent durer longtemps (comment je le sais? Tsk!Tsk! Teufel!) Was denken sie von das?

Écrit par : redbaron | 25 mars 2009

Redbaron: le croisement fortement repéré avec la pomme est plutôt dû au bouleau. Mais en effet ce n'est pas automatique.

L'asthme allergique ne peut être considéré comme un phénomène psychosomatique à prédominance psychique. Je fonctionne beaucoup dans une démarche psychosomatique, recherchant les liens et interactions entre le corps et le vécu, mais dans le cas d'asthme allergique la surréaction du corps suffit à elle seule à expliquer l'asthme. En naturopathie on ne définit pas un terrain asthmatique en tant que tel. L'asthme est la conséquence soit d'un terrain allergique, soit d'un terrain avec déficit immunitaire pouvant entraîner par exemple des bronchites à répététition puis de l'asthme.

Par contre, le fait que les poumons soient touchés peut être signifiant dans la symbolique du corps, même si l'asthme n'a pas automatiquement une prédominance psychique.

On peut tenter plus loin de voir globalement les allergies comme un syndrome psycho-physique. En effet l'allergie manifeste une perturbation de l'immunité non spécifique. Cette manifestation est une forme de rejet des informations venues de l'extérieur. L'immunité est souvent illustrée comme étant la capacité à différencier le soi du non-soi. Du point de vue physiologique le non-soi sont les virus, bactéries et autres parasites, dont le corps a besoin de se défendre.

Dans le cas de l'allergie le non-soi n'est pas un agent dangereux comme une bactérie ou un virus, mais il provoque pourtant un rejet.

Est-ce une somatisation d'un phénomène psychique ou social: le rejet d'informations venues de l'extérieur et qu'on ne peut gérer? La surenchères d'informations crée-t-elle un blocage ou phénomène de rejet?

Ou bien y a-t-il une diminution de la capacité d'adaptation au monde? Si oui, où en chercher les causes?

Écrit par : hommelibre | 25 mars 2009

Vite fait, teufel, c'est pas l'horaire de vol! C'est l'oeuf et la poule, donc... Ou le nombril d'Adam... je reviens si possible, mais disons que l'augmentation d'allergies chez l'enfant est une piste (mais leurs parents sont aussi plus inquiet de fond et stressé peut-être, donc), une autre, dans les années 90 les japonais avaient signalé que les arbres plantés au bord de leurs autoroutes se portaint mieux que les autres (mutation rapide?)... mais que leurs pollens étaient beaucoup plus allergènes... Nachste.

Écrit par : redbaron | 25 mars 2009

@Redbaron,
La différence entre le remède Ribes Nigrum en bourgeon et le sirop de cassis est la différence entre le pharmacien et la ménagère! L'art du pharmacient est de stimuler au mieux la potentialité d'un produit. D'autre part, le sirop ne contient que du fruit donc sans la puissance vitale du bourgeon. De plus, le sirop contient beaucoup de sucre qui dilue ainsi le produit actif et qui sert uniquement d'aliment.
Quant à la dimension du problème chronologique entre la poule et l'oeuf, je dirais que dans l'existence,tout ce que nous ressentons est simultané et vécu dans l'instant même. Ainsi donc, l'âme va manifester en même temps que le corps : les sensations et les sentiments sont par conséquent concomitants. Nous sommes une unicité. Dans le cas de l'allergie, nous pouvons soigner les phénomènes physques mais aussi comprendre la symbolique y incluse qui nous conduira à percevoir les mouvements de l'âme ou de l'esprit plus intimes et prendre conscience de ce qui peut s'harmoniser en eux.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 mars 2009

"Les noisettiers et les aulnes ont commencé au milieu de l'hiver.
...
http://www.pollenetallergie.ch/index.cfm?parents_id=635&a..."

Ach, allemand pas bon, aulne n'est pas aune.

Écrit par : Johann | 26 mars 2009

En effet, la traduction du site vers le français est erronée. L'arbre est bien "l'aulne" et non pas "l'aune". L'aune est au sens propre une unité ancienne de mesure, qui au sens figuré peut prendre toute valeur: "mesurer à l'aune de...".

Écrit par : hommelibre | 26 mars 2009

@Marie-France de Meuron, merci, oui, concernant le sirop, je me faisat un peu l'avocat du teufel, mais tout de même, vu que le sirop de sureau, fleur, plutôt que fruit, sert pour la toux, la question valait un jeu de clavier. Encore juste une question: Le bourgeon, je suppose logiquement que celui-ci est cueilli avant la floraison, donc avant le début du cycle de reproduction par polonisation (pauvres abeilles, c'est triste, elles me manquent carrément). Je sais que parfois un bourgeon coupé, donne une nouvelle pousse,si l'on s'y prend assez tôt. Donc la question, combien de part prélevée par plants en gros, pour obtenir assez de bourgeons, sans compromettre la pousse etc? J'espère être assez clair dans la question (un peu fatigué,les pollens justement)
Pour la suite, je vous suis bien, il y a même "inscription" dans le corps. La thérapie nommée "intégration posturale" y fait référence.
Bien àvous

Écrit par : redbaron | 28 mars 2009

Redbaron, désolée de vous faire patienter autant pour la réponse mais....et bla et bla et bla. Les bourgeons sont cueillis à la main, à la base des tiges ou branches donc il en reste bien assez!
A votre service pour d'autres renseignements si vous êtes patient pour la réponse!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 29 avril 2009

Les commentaires sont fermés.