Lucie

16 ans, c’est le début de tout
C’est la vie qui vient comme un sourire
Comme ton sourire

Lucie.jpg16 ans nouveau départ
On quitte l’enfance
On cherche son chemin
16 ans nouveau regard
Comme ton regard

C’est la force qui vient
La force d’être soi
De créer sa vie

 

Cette vie qui vient
Et qui s’en va

Espoir de ta famille
De ceux qui t’aimaient
Espoir, promesse
Qui se sont arrêtés
Sous les coups d’un fou

Lucie Lucie
C’est maintenant le silence
Il n’y a plus rien
Que ton sourire
Et ton regard sur cette photo

Et l’amour blessé de ceux qui t’aiment

 

 

7LybieTime.jpg

Catégories : société 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour Hommelibre,

    Je suis en colère, très en colère contre Lucie et toutes ces jeunes filles y compris la mienne qui du haut de leurs adolescences à peine commencée ou terminée, font fi des conseils des adultes qui les entourent. Et c'est pas faute d'essayer... je comprends que l'on se sente immortelle, plus futée que "les vieux"... mais bon sang le monde y l'est pas beau, le monde y l'est pas gentil.
    La pire chose qui puisse arriver à une femme, un homme c'est que leur enfant meure avant eux, dans n'importe quelle circonstance.
    Toutes mes pensées aux parents, proches et amis de cette magnifique jeune fille trop tôt disparue.

  • Loredana,
    J'approuve tout à fait votre message et je compatis à la douleur des parents et des amis de Lucie.Alors que l'on recherche pourquoi cela est arrivé je suis étonné que cette jeune fille de 16 ans accepte de suivre volontairement un homme inconnu et aller chez lui pour des photos...

  • Bonsoir Yvan,
    Les jeunes filles sont naîves, elles font confiances. De plus ce meurtrier à parait-il une gueule d'ange... Mettez-vous à la place d'une gamine face à un type, mignon et qui sait "causer", il en fait ce qu'il veut.
    J'espère qu'il ne ressortira jamais d'où il est !!!

  • Bonsoir Loredana,
    Les jeunes filles sont naïves... en 2009. Vous voulez rire ? Lorsque j'étais enfant, il y a longtemps, l'on parlait déjà de la traites de blanches. On nous disait bien de ne pas accepter des bonbons de monsieurs inconnus. Et pourtant à cette époque la vie des citoyens était plus calme que maintenant. Avec mes amis nous pouvions jouer dans la rue sans problème Vous trouvez vraiment qu'il a une gueule d'ange ce triste sire? A moi il fait peur. Ayant aussi des enfants je compatis à la douleur des parents et de la famille.
    Dans la TdG du 18 mars, dans le courrier du lecteur, une dame a écrit un bel article sur ce problème.

  • Bonjour Yvan,

    Oui, même en 2009 les jeunes filles sont naîves, mêmes celles qui sont "méfiantes" de nature, elles peuvent relacher la vigilance, car elles présument de leur "intuition". Je le sais, ayant une jeune fille et une horde de copines qui passe à la maison !

    Pour Lucie, le fait qu'elle soit loin de chez elle, jouissant d'une nouvelle liberté, l'a rendue plus vulnérable, malheureusement.

    Dans mon enfance, il y a longtemps pour moi aussi, on ne parlait pas de pédophiles et on nous disait, aussi, de ne pas accepter de friandises de la part des "Messieurs". De plus, on avait la chance, outre d'avoir des parents qui nous surveillaient étroitement et nous remettaient les pieds sur terre quant on s'égarait, d'avoir les autres adultes qui prenaient le relais. Et il ne serait jamais venu à l'esprit de mes parents de faire une remarque à un adulte qui m'aurait fait une remontrance... mais là je m'égare...

    Quant à faire peur, à vous peut-être mais pas forcément à toutes.

  • @ Loredana: je vous rejoins sur la chaîne de relais qui n'existe plus actuellement. De même que les parents sont beaucoup plus isolés, sans la tribu familiale pour faire tampon.

  • c'est bien ton blog toujorus aussi interessant!! :)

Les commentaires sont fermés.