Menaces de mort: délire collectif ou fausse accusation?

Dans le mini-feuilleton des menaces de morts contre Nicolas Sarkozy et d’autres politiques français, l’affaire tourne au vaudeville. Question: doit-on suivre aveuglément une dénonciation, sans aucune précaution? Les éléments sont-ils suffisants pour piétiner la vie d’un homme comme cela s’est fait pendant deux jours?

sarkozy-dati-alliot-marie_349.jpgMercredi 4 on annonçait l’arrestation d’un suspect dans cette mini-affaire de menaces. Dès le début les enquêteurs penchaient pour l’oeuvre d’un déséquilibré. Dangereux? Peut-être. Mais j’imagine que les menacés sont très protégés, donc peu de risque réel.

Très vite on apprend beaucoup de détails sur celui qui est déjà le “suspect No 1”. Sans ménagement on fouille sa vie, il est identifiable même pour ses voisins, bref c’est mal parti pour lui.

On apprend hier après-midi que sa garde à vue est prolongée. Ce doit donc être grave. Et en soirée, coup de théâtre: il n’y a rien contre lui, il est relâché sans suite.

On peut argumenter du fait que les menaces devaient être prises au sérieux, qu’il fallait étudier toutes les pistes. Soit, pourquoi pas. Mais alors pourquoi dès le début avoir annoncé son arrestation à la presse? Pourquoi en avoir fait le suspect No 1 avant même que des investigations sérieuses aient été faites?

Justice expéditive? Délire collectif?

Ou simplement fausse accusation? Car c’est son ex-compagne qui l’a dénoncé, précisant qu’elle reconnaissait sa méthode puisqu’elle-même se disait menacée par lui. Y a-t-il des preuves? Aucune. Et si c’était un règlement de compte d’une ex? Une fausse accusation comme il y en a trop aujourd’hui? Et comment un tel bastringue a-t-il pu avoir lieu avant toute enquête?

C’est cela, les fausses accusations contre les hommes: ça marche trop bien, trop vite, l’homme est suspect avant d’avoir compris ce qu’on lui veut.

Et la présomption d’innocence? (Eclats de rire dans la salle)...

Et elle, sera-t-elle poursuivie pour dénonciation calomnieuse? (Nouveaux éclats de rires)...

Dimanche, journée de la femme. N’oublions pas de mettre les fausses accusations au palmarès de l’émancipation...

 

7LybieTime.jpg

Catégories : société 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • C'est probablement Julien Coupat l'auteur ! Ah non, zut, il est déjà incarcéré depuis des mois pour ... rien.

  • Bonjour Hommelibre,

    Elle, je ne sais pas si elle sera poursuivie, mais en Italie une jeune "miss Tshirt mouillé" va être jugée pour avoir accusé, à tort, son ami de l'avoir violée suite à une dispute.
    Ca va peut-être calmé les ardeurs d'accusations de certaines "irresponsables".
    Si vous lisez l'italien voici le lien.
    http://ilsecoloxix.ilsole24ore.com/savona/

  • Bonsoir Loredana,

    Hélas je ne parle pas italien. Mais j'ai compris quelques mots. Ce genre d'affaire est déplorable, et trop fréquent. J'ai retrouvé un article qui montre qu'aux Baléares c'est devenu une vraie industrie. D'une part pour les hommes ce doit être compris comme un viol moral - le mot n'est pas trop fort. D'autre part cela dessert gravement les vraies femmes victimes. Mais la justice ne semble pas encore avoir pris la mesure du phénomène.

    Dans l'affaire de mon billet, j'ai entendu l'homme en question sur France info. Il est en divorce et est en bagarre avec son ex-femme - qui l'a dénoncé - pour la garde de leur enfant. C'est un classique.

    Avez-vous lu mon billet précédent sur l'exploitation sexuelle? Ca aussi, c'est dingue, monstrueux. Je crois en l'humain, mais je ne sais pas toujours quoi faire de ces extrêmes de souffrances que certains infligent à d'autres. Heureusement, je crois que la majorité des humains est correcte, c'est grâce à cela que le monde va.

  • Précisions (France Inter) où le dénoncé calomnieusement était interviewé:

    Il y a bagarre avec son ex-compagne pour la garde de leur enfant. Donc vengeance, oui, mais aussi bien plus que ça.

    "Et elle, sera-t-elle poursuivie pour dénonciation calomnieuse? (Nouveaux éclats de rires)..."

    Il étudie avec son avocat la suite à donner. Souhaitons qu'il porte plainte!

    A suivre.

    Quant à la publicité de l'affaire, tout est bon pour éviter les sujets qui fâchent le nain: la crise, la Guadeloupe, la Réunion, le 19 mars, les milliards accordés aux banques, aux constructeurs d'automobiles et... son incompétence.

  • L'exemple de Loredana est vraiment éloquent en ce que vous, Homme-cible/Hommelibre apeler "le pouvoir de la victimisation". Si vous avez besoin d'une traduction, je suis à votre disposition car je maîtrise aussi cette langue mais ne suis pas une mauvaise langue, ha, ha, ha...

    Bien à vous 2 !

  • Hommelibre,
    Je n'avais pas lu votre précédent billet, mais je crois aussi que la majorité de nous autres humains sommes corrects, sauf que j'ai l'impression que de plus en plus de gens régressent au rang de Bêtes. Le monde est une jungle où la loi du plus fort prévaut, donc pour survivre, psychiquement et non physiquement, certains/certaines se comportent de façon révoltantes.
    Et non, la justice n'a pas encore pris la mesure ni de ce phénomène ni de pleins d'autres et qui, à force d'être ignoré par elle, en deviennent banals pour certains.

Les commentaires sont fermés.