Regarder la mer

Son rêve était intense, de ceux que l’on prend pour réels. Il se réveilla, étonné d’être dans sa chambre. Les images du rêve se mélangeaient aux murs, à la fenêtre. Il cherchait encore la main qu’il tenait, le visage si près du sien. Peu à peu les images se séparèrent et les chiffres du radio-réveil apparurent: 3 heures. La nuit était encore longue. Mais rien à faire: il ne retrouvait pas le sommeil. La douceur presque palpable du rêve habitait encore son corps.

(Si besoin cliquez pour agrandir)

RegarderLaMer2.jpg
Catégories : Divers 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Hein Blondie, c'est L Y R I Q U E ce que débite ici notre ami Hl ...
    Le rêve, est-ce le reflet de notre subconscience ou le libérateur de notre conscience ?

  • Merci Hommelibre, pour ce petit billet, qui m'a renvoyée aux tourments sentimentaux et au privilège, quand on a vingt ans, de partir voir si la mer est toujours bleue. S'arrêter et apprécier ce que l'on a vécu, cela faisait longtemps que je n'y avais plus penser. Merci

  • Loredana, cool que vous appréciez. Cela me fait très plaisir. Votre commentaire me touche. Les générations passent, les années s'écoulent, les souvenirs parlent à l'oreille, et la mer est toujours bleue. Et les tourments durent parfois plus que nos vingts ans... Mais partir vérifier si la mer est bleue, entendre les voix qui se sont tues et pourtant restent vives en soi, c'est avoir encore vingt ans dans le coeur.

  • voila , just pr dire que quoi qu'on raconte moi j'aime bcp lçre ton blog! ;)

Les commentaires sont fermés.