Aurores boréales: faut-il craindre un chaos mondial?

En mars 1989, six millions de québecois ont été plongés dans le noir et le froid pendant plus de neuf heures. Un gigantesque panne d’électricité a paralysé la Belle Province. La cause: un orage magnétique particulièrement intense qui a perturbé tout le réseau électrique.

Aurore4.jpgPlus loin, le 1er septembre 1859, tous les câbles télégraphiques entre l’Europe et les Etats-Unis ont été mis hors-service. Des feux ont pris en de nombreux endroits et des aurores boréales ont été observées jusqu’à Rome et Cuba. Une énorme éruption solaire avait éjecté du plasma à très grande vitesse et en 17 heures (temps habituel: 2 à 3 jours) la Terre était touchée.

Le risque d’une panne généralisée est donc bien réel. Le résultat? Plus d’électricité, plus d’ordinateurs, plus d’électronique, des avions tombant en plein vol, bref la cata de chez cata. Comment explique-t-on cela?

Lors d’une éruption solaire, le soleil envoie du plasma, gaz très chaud et très dense, dans l’espace. Normalement le champ magnétique terrestre dévie ce plasma, qui n’entre en contact avec notre SoleilEruption.jpgenvironnement qu’aux pôles - là où l’effet d’entonnoir réduit la protection. Mais il suffit d’un jet de plasma particulièrement important pour forcer le bouclier de protection et déclencher d’immenses orages magnétiques capables de produire ces perturbations électriques. Des satellites ont déjà été détruits par des aurores boréales.

L’île norvégienne du Spitzberg connaît la présence de plusieurs laboratoires chargés d’étudier ces phénomènes. Dans la région de Longyearbyen un centre spécialisé et très équipé analyse toutes les aurores. Le but est de trouver comment anticiper la catastrophe et prévoir assez tôt les éruptions solaires les plus fortes. De manière par exemple à faire atterrir rapidement tous les avions.

Magnétique.jpgToutefois, les régions arctiques restent menacées par des aurores normales. Ces régions étant appelées à se développer (pétrole, réchauffement), le problème est de taille. Le quotidien Libération de ce matin propose un article très intéressant sur le sujet.


Menace réelle, les aurores boréales? Oui.

 

Mais belles, si belles.

Aurore2.jpg

 

 

 

 

 

7LybieTime.jpg

Catégories : société 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Et oui, notre civilisation est un colosse aux pieds d'argile....
    Mieux vaut faire quelques provisions en tout genre, piles comprises...
    Mais avec une panne géante....ce sera la m....garantie!
    On a tendance à oublier cela.....

Les commentaires sont fermés.