La soumission a encore de beaux restes: 70% des gens prêts à donner la mort si on leur demande...

I comme Icare: ce titre de film interprété par Yves Montand vous dit peut-être quelque chose. Une séquence relate une expérience de soumission à l’autorité dont les résultats laissent songeurs. Le mensuel Science & Avenir de février en reparle pour monter que rien n’a changé.

SoumissionAutorité1.jpgUn psychologue américain, Stanley Milgram, de l'université Yale , avait imaginé dans les années 60 une expérience pour tester jusqu’où va la soumission à une autorité. Un scientifique demandait à des étudiants de l’assister à réaliser son expérience. Ils étaient dans une cabine vitrée derrière laquelle il y avait un homme sanglé dans un fauteuil et couverts d’électrodes.

L’étudiant devait poser des questions au “cobaye”. A chaque mauvaise réponse l’étudiant devait envoyer une décharge électrique au sujet. Les décharges étaient de force croissante. Ils étaient poussés par le scientifique à aller au bout du protocole qui consistait en trois décharges de 450 volts. Ce voltage est mortel.

Dès les premières décharges le cobaye réagissait en se tordant, et plus la décharge était violente plus il hurlait et se tordait ou était agité de secousse.

Et bien 82% des étudiants infligeaient une décharge de plus de 150 volts, et 79% allaient jusqu’à 450 volts, soit étaient prêts à donner la mort parce que l’autorité les y incitaient.

L'expérience était présentée comme un moyen de tester l'apprentissaqge par la douleur. Ce que les étudiants ne savaient pas c’est que le cobaye était un acteur, qu’il n’y avait pas de décharge (un signal lumineux avertissait l’acteur de la pseudo-décharge) et que le vrai sujet de l’étude était l’étudiant lui-même. Le but étant de savoir qui va au bout du protocole et donne la mort si on le lui suggère.

79% obéissaient et étaient prêts à donner la mort!


L’étude a été refaite récemment par Jerry M. Burger, de l'université de Santa Clara (Californie). Le résultat quasiment est le même, l’obéissance à l’autorité identique: 70% des étudiants étaient prêt à donner la mort sous le couvert d’une autorité. Et il n’y a pas de différence de niveau d’obéissance entre les femmes et les hommes.

Feriez-vous partie des 70%?

Les questionnements sur l’autorité ont du sens. Et une insoumission éclairée en a encore plus.

Les rebelles seront-ils l’avenir de l’Homme?

Catégories : société 14 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Les rebelles seront-ils l’avenir de l’Homme?"

    Les rebelles, on les a toujours mis en prison, insultés, dénigrés, traités de merde, etc. quand on ne les a pas assassinés.


    "70% des étudiants étaient prêt à donner la mort sous le couvert d’une autorité."

    Non. La nouvelle expérience s'est arrêtée à 150 volts. On ne peut donc comparer que pour 150 volts: 82,5% et 70%. Il y a un progrès de 12,5%. C'est pas faramineux, mais c'est mieux que le contraire. Et ça reste incroyablement élevé.

    Pour "donner la mort", il n'y a que les chiffres de 1960, et c'était 79%. C'est effectivement effrayant.

    Mais nullement étonnant. Les guerres ne seraient plus possible si 70% refusaient d'obéir aux ordres d'une autorité. Imaginons des militaires qui utiliseraient leur tête au lieu de tirer sur tout ce qui bouge... ou qui retourneraient leurs armes contre les officiers... ou qui pactiseraient avec les soldats de l'"ennemi".

  • Johann: j'ai compris que les 150 volts de la deuxième expérience avaient été proposés comme maximaux parce que mortels, mais je pense que vous avez raison. Mais en effet cela ne change pas beaucoup au fond. Enfin soyons positifs, en effet 12,5% de moins en presque 50 ans. A cette vitesse nous en serons peut-être à 0% dans 300 ans! C'est mieux que rien. Enfin on peut toujours rêver...

  • Curieux comme ces 70 % me rappellent une majorité majoritairement majoritaire.
    Ma paranoïa, sans doute...

    :o)

  • Teufel! "De toute façon ils nous niquent avec ces portables" (de nuit), célèbre dialogue cinématographique, qui deviens à double sens! Grace à qui? Sainte Patate!

  • Sauekraut ohne Wienerli! Ach, Teufel, le retour de la mode des bonnets, vu de mon DR1 aux "infos" (trèèèèèèès important sujet) de "votre télévision" (si! c'est la votre!)! Voilà la raison, j'ai déjà envoyé un commentaire stupide et non graveleux, ni "sexy", et en voilà un deuxième!... Car je veux mon bonnet d'âne! Je veus être au "wall of Fame", le coin cadichon, avec un pompon! Blondesen, allez! Mon bonnet ou je révèle tout! TOUT!...

  • Himmel Herr Gott ohne Senf !
    Vous révéleriez tout, Herr Baron !?
    Ach !
    Vous avez donc observé, vous aussi, la progression sournoise de la petite blonde en bikini rosa topless ?
    Und was für ein Effekt fait-ce de voir d'en-haut ces Gemütlichkeiten avancer vers nos lignes ?

    :o)

  • Ja, ja, Senf und Kase (voir Dali), aber d'abord le coin cadichon! Pour être sûr d'y figurer, j'ai commenté votre blog sur un autre! Une vraie partou... de chez vraie! une chèvre pour un ânnnnne, ma soeur âne je vous vois venir!
    Unt pour répondre à votre questionnement, je me méfie de vous,Blondesen, depuis que j'ai lu votre "à propos", la D.C.A, hein? Vu d'en haut? Kartoffelnstock mit viel Méouch! Ein effekt te rayon délikatessen, mein Blond essen! Unt mein DR1 se met en piqué automatique! Même plus besoin d'être descendu... Seront-elles assez moelleuse et rebondie? Ou vais-je devoir vous dire adieu? Que voyez vous dans vos jumelles, nein, pas les Hotchkisss;-)...

  • @Homme libre, en un ou deux mots, "comme il vous plaira". Comme vous l'avez compris, survolant les tranchées de blog, ce qui n'est pas du gateau, à la recherche du "bonnet d'ane sacré", je voulais le remporter style "Blue Max" "pour le mérite" avec palmes! Aussi, je compte sur votre formation de "Coach" pour comprendre!

  • ...Et puisque j'y suis, en lien avec votre article, puis-je me permettre de vous poser une question directe qui m'a titillé (si,si!) en le lisant? C'est déjà fait? bon alors une seconde question... Pensez-vous, que le "Coaching" favorise la soumission (je pense là au coaching d'entreprise, ou de rapport sociaux, type dénoncés par Kurt Deroy)? Ou qu'au contraire...
    Bien à vous!

  • Cher Baron rouge (à ne pas confondre avec "Chaussette carrée noire"),quelle verve nocturne! J'ai cherché quel était le style Blue Max, j'ai trouvé entre autre un "Processeur de dynamique analogique, à transistors", qui a pour particularités: "Entrée chaîne latérale pour fonctionnement en suppresseur de sibilantes, applications spécifiques ("ducking") et autres formes de traitement dépendant de la fréquence", et aussi: "Un mode manuel autorise un contrôle total des paramètres de compression, y compris entrées/sorties variables, temps d'attaque et de relâchement, taux de compression de 1:1 à 20:1".

    Je m'avoue très incompétent pour vous attribuer les palmes du mérite, mais le panthéon "Royal cadichon" de Blondesen (ne pas confondre avec Royal canin ou autre Ségolène) devrait vous ouvrir ses portes, ne fût que pour votre éblouissant usage de la saucisse à fumer - mais attention à ce que la saucisse devienne... ).

    Bref, pour l'autre question à savoir: un coach favorise-t-il la soumission?, je pense qu'un coach doit rester indépendant d'esprit et ne garder que son objectif à l'esprit: suggérer des manière d'améliorer le fonctionnement des individus et des groupes, mettre en valeur les ressources propres pour réaliser les objectifs. Un coach qui est payé par un employeur a certes une demande de cet employeur, et il est légitime d'y répondre. Mais si la demande est de soumettre davantage l'employé aux vues de l'employeur, il ne fait pas son boulot. La créativité de chacun sert à l'entreprise, le plaisir de l'employé sert l'entreprise, il serait absurde et contre-productif de vouloir museler les employés. Ce ne serait pas du coaching mais du dressage sophistiqué. Dans cette idée un coach doit définir dans son travail quelles informations resteront confidentielles et lesquelles peuvent circuler, afin de préserver l'employé de toute rétorsion éventuelle. Cela suppose une éthique, que le mythe de la performance à tout prix évacue parfois. Cela dépend de la philosophie personnelle du coach et de sa propre éthique. Un coach n'est pas le "flic" de l'employeur.

  • Mais cher hommelibre, qui vous dit que c'est de la soumission? Ces actuels 70% sont peut-être ravis d'avoir enfin l'occasion d'assouvir leurs fantasmes inavouables? I've got the power!!!

    Il ressort de cette expérience que 70 % des gens sont potentiellement violents (mais oui cher Blondesen, c'est les mêmes..) et abusent du pouvoir qui leur est accordé.

  • Pour info:

    http://www.osha.gov/SLTC/etools/construction/electrical_incidents/eleccurrent.html

  • Ach, hommelibre en une seule pièce, nein, je n'ai jamais chanté le rock avec Eddy Mitchell (le B-25?), unt c'est la nuit qui me voit en verve comme mein freund aristocrate, le comte Dracula... Unt Wurst unt bleistift, la Blue Max! Was ist es?
    Vous vous payez peut-être mein kopf, aber,vous avez vraiment rien trouver d'autres que de l'éléctro-nique? Même sur la terre nette? Même chez wiki (ah, Wiki, ah, Greta) Kartoffeln Chips! Donc, che vous conseille (unt pas seulement à vous) de prendre le temps te regarder l'excellent film "le crépuscule des aigles" (titre anglais "The Blue Max",tiens,tiens...), die nachste woche sur Arte (za être infodirekt von meine service secret), aber, mais devinant votre impatience culturelle, sachant que vous ne pourrez attendre jusque là, hop, je vous renseigne und die anderen leuten interessiert unt ignorante)!
    La Blue max, est une décoration, pas de salon non, militaire PRUSIENNE, eine distinction !
    En forme de « croix de fer » (ça si vous connaissez pas, alors, là, je décrie et je décris, c’est une croix de Malte et si vous ne savez pas ce qu’est une croix de malte, allez vous faire… boire un ovoMalte !), Croix de fer disais-je qui était aussi une distinction, une médaille, célébrant un fait historique: Pour financer une guerre prusienne, les femmes donnèrent leurs bijoux, (non, pas leur « toys » Blondesen, à l’époque on appelait pas ça comme ça), celle qu’elles ajoutaient sur elles biensur, pas ceux que la nature leur… Bref, elles fiancèrent dponc la guerre, et pour commémorer ce fait, on fit des croix en fer à distribuer aux combattants méritants (là, je suis sûr les pacifistes mettent les munitions dans ce qui leur sert de chargeur !) Unt dernier point concernant « la croix de fer », le film titre de Sam Peckinpah, excellent film,excellent cinéaste, passe ce samedi sur RTL9 (touchours mein « intelligence service »)
    La Blue max, suspendue à un ruban aux couleurs de la Prusse (je veus mon château !) est enrichie de divers petits trucs mignons, (je la porte autour de mon cou) appelés « palmes » et il est écrit dessus « Pour le mérite » en français dans le texte, parce que les liens historiques avec la France, les schmüssen, etc…. Le cœur de France, la gatereï est aussi appelé Prussien,si !si !
    Aber, pour obtenir la « Blue Max », il fallait se lever tôt, et descendre plein d’appareils ennemis,si,si, unt les appareils humains (Warum nicht, maintenant on dit plus « prolo’s » , mais ressources humaines), ben ils tombaient avec, dans les flammes ou les débris, pas de parachute, mais certains survivaient quand même… Voilà Alpenstock mit wurst ! Und Teufel Sakrament, ist es genüg? Oukouaaa?
    Croc! Croc, le coin Cadichon’s, c’est super, y a plein de Karotten, ich (Blond)essen toute la journée et mon regard devient d’aigle…

  • Unt pour le coach(ing), si j'ai bien compris, le "coach" doit savoir lui-même dire "Non!", c'est ça?

Les commentaires sont fermés.