Je n’écouterai que des chants de paix

Après deux semaines de débats, de décomptes, de (re)cours d’Histoire du proche-orient, je constate l’impuissance à faire la paix, dans nos têtes comme sur le terrain. Chacun compte ses morts pour les envoyer au visage de l’autre, et j’y participe aussi. Mais cette mise en scène du morbide et du sang n’atteint qu’un objectif: radicaliser encore plus les positions. Et le point d’où une paix serait possible n’est jamais atteint. Je cherche un autre point, en prolongement de mon billet d’hier sur l’élan de paix du 4 novembre 1995.

Guerre2.jpgA quoi bon pleurer les morts? Ils sont le prix normal à payer. L’oeuvre d’art de dirigeants. Leur création, leur mise en scène . Le sang versé est la victoire de ceux qui conduisent les troupeaux à l’abattoir. C’est leur job.

Je ne pleurerai plus les morts de Gaza et d’Israël. Il n’y en a pas assez. Il en faudrait plus, et que la Terre soit inondée du sang des humains, incendiée de nos folies. Si nous ne sommes capables que de cela alors nous ne méritons pas mieux. Les humains souffrent? Je ne les entends plus. Je les ai trop entendus. Nous les avons tous tellement entendus, mais ni les cris dans nos têtes ni les cris dans nos coeurs, ni nos larmes, n’ont changé le coeur des hommes.

Tant que les hommes déchirent leur propre coeur et celui de leur frères, aucune indignation, aucune clameur n’a de sens. Le seul sens serait peut-être d’accepter que l’humain est une espèce barbare, sanguinaire, infâme, indigne.
Guerre3.jpg
Je n’écouterai plus les cris des mourants, les larmes des mères. Ce sont toujours les mêmes, à chaque guerre, et notre compassion ou notre indignation ne servent que de bruit de fond aux solistes de la gâchette.

Je n’écouterai que les chants de paix. Comme celui qui s’est levé le soir du 4 novembre 1995, venu du coeur des israéliens et des palestiniens. Les chants de paix seuls sortiront mon oreille de son somnambulisme, hors du bruit répété des canons. Le reste n’est qu’anecdote, et les cadavres des femmes et des enfants d’Israël, de Palestine et d’ailleurs, ne sont que le macabre décor de ces anecdotes morbides dont les humains tissent volontairement, délibérément leur Histoire.

Paix1.jpgJe n’écouterai que des chants de paix. Et quand j’entendrai ces chants des deux côtés de la frontière, et dans nos rues, alors je rouvrirai mon coeur, et je pleurerai, et je demanderai pardon pour le mal fait par nos frères, et pour mon impuissance à les en empêcher.

Et quand les chants de paix couvriront la voix des sanguinaires et des canons, alors nous pourrons à nouveau respirer les parfums de la Terre, débattre des relations hommes-femmes, cultiver nos patates et créer de la beauté, en toute liberté, le coeur léger.

Si vous allez manifester samedi, pas la peine de crier contre le Hamas ou contre Israël. Cela, ils ne l’entendent pas. Chantez un grand chant de paix, le seul grain de sable possible dans la machine à tuer. La seule manière de vous désolidariser radicalement de la guerre. Les cris et slogans ne feront qu’attiser le feu. Laissez vos coeur chanter la paix.



Je met à nouveau cette vidéo, ce chant de paix, symbole d’une grâce qui a effleuré un soir la terre du proche-orient. Il y a des messages qu’il faut écouter en boucle et en plein écran, jusqu’à ce qu’il dissolvent les plus épaisses cuirasses.







7LybieTime.jpg
Catégories : Politique 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • @hommelibre: Difficile de garder l'espoir, mais continuez votre route avec le même courage. Il mérite notre respect.

  • L'espoir n'est pas et ne sera jamais une solution.
    Hommelibre, il est temps pour vous de passer le cap, de voir plus loin...

  • Bonsoir xx, comment voyez-vous les choses? Pourriez m'en dire plus? Je ne sais pas si je prendrai, mais je vous lirai avec attention.

  • Bonjour,
    Le désir de pouvoir de certains est tel que pour eux, la seule façon de l'obtenir est la guerre........Et ils sont si nombreux, de part et d'autre, à vouloir le pouvoir!
    Qu'importe pour eux le prix à payer. Les morts d'aujourd'hui sont le pouvoir de demain.
    L'humanité est triste, elle manque d'elle même........

  • salegueule: L'humanité est triste, elle manque d'elle même........"
    Alors que la guerre continue sur le terrain même et dans certains blogs, il semble que nous assistions ici à une sorte de trêve, issue probablement de la lassitude et d'une forme de découragement devant la prise de conscience de notre impuissance à influencer en quoi que ce soit sur les événements, ni même sur les jugements portés sur eux.
    Une forme de guérison des blessures narcissiques que cette impuissance nous a infligées est un repli stratégique dans les réflexions plus générales sur nous-mêmes et l'humanité en général, qui prend notamment les diverses formes illustrées ci-dessus dans les réactions au constat personnel de l'auteur: marques de sympathie (sorte de "grooming" bienfaisant), référence à un niveau supérieur de conscience non explicité (ou simplement manière un peu obscure de dire: laissez tomber, vous perdez inutilement votre temps), enfin un savant mélange de réflexion psycho-, socio-, anthropo-, politico-, philosophique (accumulation d'adjectifs en forme de transition vers le degré suivant) éclatant en une forme humoristico-cynique jubilatoire d'un plaisir retrouvé.
    Merci, salegueule.
    P.S. J'aurais dû me taire, mais j'avais besoin de participer ...

  • Mère, vos réflexions sont bienvenues. Ne vous taisez pas!!! L'impuissance de l'indignation, de la colère, et leur partialité quasi inévitable, sont patents. Alors oui, dénoncer tous les actes criminels, pas que d'un côté, mais avec l'inutilité démontrée par la réalité sur le terrain. Cette blessure narcissique de notre impuissance est aussi l'inversion de la compassion, qui commence par nous-mêmes, à savoir: qu'est-ce que cela nous ferait de voir les autres souffrir si nous-mêmes ne connaissions pas la souffrance? Le constat négatif sur l'humanité est en partie fondé, même s'il n'est pas tout. Mais je pense, à lire salegueule ou vous, que ce constat n'obscurcit pas complètement le désir d'une autre humanité. Constater l'impuissance et la volonté destructrice de pouvoir nous fait prendre un recul, et dans ce recul il y a l'appel à autre chose.

    Pfff... sais pas si je suis clair. Mais ce repli que vous décrivez n'est pas l'indifférence, pas non plus l'abandonisme. Il est la quête d'un autre paradigme, d'un autre référent que l'analyse historique. Si l'on remonte l'Histoire humaine, tout le monde devrait en vouloir à tout le monde. Pour dépasser cela, le point de départ est la volonté de paix, et non de revanche ou de vengeance quelconque. C'est difficile à réaliser peut-être, mais cela me semble une des rares pistes utiles. Car les cris anti-ceci ou anti-cela ne développent en nous que la même tension guerrière partisane, qui elle-même ne fera qu'alimenter d'autres violences, qui appelleront d'autres vengeances. Etc, etc...

  • J'ajoute que ce constat un peu négatif me reconnecte à mon ressenti, à mon intérieur, pour savoir si moi-même je suis capable de vivre autre chose que cette guerre, et quelle y est ma part. C'est une introspection nécessaire.

  • Pour toutes nos brêles de "pacifistes" et autres "pleureuses" professionnelles:

    http://naibed.blogspot.com/2008/06/chanson-pacifiste-give-jihad-chance.html

  • Référence chanson-pacifiste: Bien des choses intéressantes sur le blog en question, ne serait-ce que ingénieur-sans-E, naïveté ou bêtise du duo Lennon-Ono, réalité de la guerre menée par l'Islam contre l'Occident (référence à T. Ramadan). Un peu trop de références philosophico-politico-classificatoires agrémentées d'insultes très adolescentes (un compliment pour l'âge de l'auteur?) du genre lopettes, pacifiste et pleureuses; cette alliance entre agressivité, références intellectuelles et insultes (à l'époque surtout anti-bourgeoises) rappelle, ironie de l'histoire, l'ambiance de certaines universités en 68. Confusion entre position de combat et combat peut-être, écho désagréable à un type d'incantations fanatiques que je croyais typiques des politiciens et chefs de clan arabes. Une fois de plus il semble que certains extrêmes se touchent. Mais prenons ce qu'il y a de meilleur.

  • Une petite vidéo et son commentaire pour comprendre ce qu'est le HAMAS :

    http://www.jihadwatch.org/archives/024322.php

Les commentaires sont fermés.