Des algues dans les réservoirs

Les algues sont connues pour être de précieux compléments alimentaires. Elles sont composée des protéines essentielles, de nombre de minéraux et oligo-éléments. Elles semblent aussi avoir un pouvoir détoxiquant sur l’organisme.

corail-gorgone.jpgMais ce n’est pas tout.

Des chercheurs ont mis au point un carburant à base d’algues avec un haut indice d’octanes, ce qui le rend utilisable par tous les véhicules sans devoir apporter de changement au moteur. Il est produit à partir de bactéries. Ces bactéries seraient une nouvelle classe d’enzymes associés à certains gènes, qui les rendraient capable de transformer des acides gras en hydrocarbures.

De plus le carburant à base d’algues est neutre en carbone. Ce qui, si j’ai bien compris, diminuerait les émissions nocives?

Un avantage est de ne pas avoir à utiliser de terres agricoles pour produire de carburant. Et donc de moins peser sur le prix des céréales qui fragilisent les populations où sévit une famine endémique.

Le Matin du jour annonçait, parmi 10 bonnes nouvelles pour 2009, la fabrication de kérosène à partir de ces algues:

“Plus besoin d'affamer la planète pour produire des biocarburants: les algues remplacent désormais à merveille les céréales ou la canne à sucre. Développé notamment par la société californienne Sapphire Energy, cet or vert de la seconde génération s'envolera même le 7 janvier aux USA. Un Boeing 737-800 de la compagnie américaine Continental décollera avec du kérosène aux algues dans ses réservoirs. Vous verrez, votre voiture s'y mettra également avec plaisir ces prochains mois...”


Pour en savoir plus.


PS: la belle image de corail provient d’un blog intéressant: “Autour des sciences”.


7LybieTime.jpg
Catégories : société 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Ben voyons, c'est la solution à tous nos problèmes! Avec les algo-carburants plus d'embouteillages, plus de problèmes de places de parking, plus d'accidents de la route, plus besoin de pneus-neige et de chaînes l'hiver, plus d'assurances-auto hyper-chères, plus de véhicules hors de prix qui absorbent les revenus des ménages, plus de stress urbain, plus de bruit de pneus dans nos rues, plus de boîtes de tôles entassées dans nos rues...

    Le moteur aux algues va régler tous nos problèmes!

    Je le dis, je le redis et je le redirai: il n'y a pas de voiture propre ou écologique tant qu'on utilise un véhicule d'une tonne et demie prévu pour 5 personnes pour se déplacer seul et le laisser immobile 97% du temps.

    La voiture propre c'est la marche à pied, le train, le vélo et les transports publics. Si la société est correctement organisée autour de ces moyens de transport, on pourrait se débarrasser de 80% des voitures existantes. Et pas besoin d'aller vider le fond des océans ou de faire de gigantesques cultures d'algue, hyper-coûteuses en eau et en énergie pour prolonger notre addiction à un mode de transport aberrant.

  • Voilà une nouvelle qui de toute évidence ajoute au moins 97 % de frustration au potentiel frustratophile déjà surencombré de Sandro Minimo.
    Ouhlala !
    Heureusement que Bush n'en a pas entendu parler, sinon il serait déjà en train d'apporter la Démocratie et la Liberté au Monde du Silence.

    :o)

  • De par leurs propriétés, les algues sont utilisées sous différentes formes pour notre bien-être. Des infusions ainsi que des pilules à base d'algues décongestionnent l'organisme de l'intérieur comme la boue d'algues marines s'étale sur le corps pour nettoyer, raviver le derme...

    Etonnante cette découverte! On peut se demander si les brûleurs de graisse à base d'algues ne seraient justement pas utilisés comme carburant ...

    En tout cas, "se non è vero, è ben trovato"!
    Merci de continuer à nous en informer, cher Hommelibre.

  • @ Sandro: il y a du vrai dans ce que vous dites. Bien sûr qu'une voiture immobilisée ne sert à rien qu'a coûter à vide et encombrer. Changer cela demande une super-organisation.

    En attendant, et pour parer aux prochaines décennies, toutes les solutions peuvent et doivent être envisagées. Celle-ci a le grand mérite de ne pas consommer de terre cultivable. C'est toujours un plus.

  • >Changer cela demande une super-organisation.

    Oui et non. Pour certains, c'est évident que c'est un problème quasi-insoluble, pour d'autres (la majorité) ce n'est qu'une question d'habitude et d'en finir avec le "confort individuel" (celui d'être au chaud dans des embouteillages).

    Il y a quand même 36% des foyers en Ville de Genève qui n'ont pas de voiture. Et cela alors que la location de voitures est chère et que pas mal d'endroits restent assez mal desservis! Si nous orientons nos politiques publiques vers le développement massif des transports en commun péri-urbains, des pistes cyclables ainsi que des systèmes de location de voiture et d'auto-partage, on pourrait facilement rendre aberrante la possession d'une voiture pour pas mal de gens.

    Reste qu'une bonne partie des gens ne peut VRAIMENT pas s'en passer (campagnards, personnes transportant régulièrement du matériel, etc.). Mais ils peuvent potentiellement devenir une minorité. Et une minorité qui, le jour où elle prendra conscience qu'ils bossent 30% de leur temps pour payer le leasing, les assurances, le parking, l'entretien et l'essence, se battra pour trouver des moyens de se débarrasser de leur voiture, qui finalement encombre leur vie.

    Je crois qu'il faut se battre pour changer aussi les mentalités. Combien de personnes dans mon entourage hallucinent régulièrement sur le fait que "Woaw, tu n'as pas de voiture! Mais comment fais-tu?" et me demandent comment il est possible d'aller en vacances à la montagne sans voiture... Et pourtant c'est possible! Nous avons en Suisse un réseau de transports publics absolument fabuleux qui permet d'aller à peu près partout. En plus les voyages en train et en car postal sont des moments où l'on peut lire, jouer aux cartes, profiter du paysage et ne pas se préoccuper de la distance avec la voiture qui nous précède ou de la quantité de neige sur la route. Bref, on se détend même s'il faut faire 3h de voyage.

    Bref, on y gagne fortement en qualité de vie, car le dépaysement commence au moment où on sort de chez soi... et sur le chemin du retour on est encore en vacances... sans se soucier des "info route", sans pelleter la neige, gratter le pare-brise et mis les chaînes avec les doigts gelés sur le bord du chemin.

    En gros : vivre sans bagnole c'est tout simplement mieux. Mais pour que ce soit accessible à tous il faut plus de transports publics régionaux, plus de pistes cyclables et plus de voitures en location à des prix abordables (pour les moments où on ne peut pas faire autrement).

Les commentaires sont fermés.