Gratitude

Pour ce soir de Noël, et en cette période troublée, je retouche légèrement et remets un billet paru il y a déjà quelques mois, un de ceux que j’ai préféré écrire.

Soleil.jpgLe monde est vacillant, comme sur un volcan. Les vieilles croyances s'évaporent pendant que vient peu à peu un nouveau regard sur l'humain.

Il est tentant de se plaindre, de dire que tout va mal. Les étrangers, la crise économique, la drogue, l'insécurité, le réchauffement, les voisins bruyants, le vide de sens, la violence, l’incertitude font partie de nos vies comme le vent fait vibrer la corde sur laquelle marche l’équilibriste.

Pour qui veut se plaindre il y a toujours un prétexte. Et pourtant...

Et pourtant nous sommes dans une époque extraordinaire, une sorte de nouvelle Renaissance. La sécurité est meilleure que dans la plupart des époques passées. L'abondance est la règle même si elle n'est pas également partagée. Pensez au Moyen-âge, où l'écrasante majorité des gens n'avaient presque rien. La liberté est développée comme elle l'a rarement été.

Pensez à tout ce qui est possible si nous le décidons. Jamais notre vie n'a été autant dans nos mains, sous notre responsabilité. Pensez à la solidarité par la régulation de l'Etat, des mutualités diverses, des campagnes multiples pour ne pas laisser mourir ceux qui ont peu.

Bien sûr, cela ne se passe pas partout pareil. Bien sûr, la souffrance, la guerre, la misère, la torture, la faim, la maladie sont très présents sur Terre.

Bien sûr. Je ne m'aveugle pas. Mais raison de plus: remercions pour ce que nous avons, pour ce qui nous est donné. Remercions d’avoir un toit et de quoi manger régulièrement. Remercions pour le recul des grandes épidémies qui décimaient des populations entières. Remercions qui nous voulons: la vie, l'humain, je n'ai pas de chapelle ou de préférence.

Et surtout remercions ceux qui nous aiment. Ceux qui nous ouvrent la porte, qui nous écoutent. Ceux sur qui nous pouvons compter. Remercions pour la beauté de la Terre.

Je ne prêche pas. Je pense simplement que malgré tout ce qui ne va pas, nous devrions plus souvent remercier pour ce qui va. Arrêtons parfois d'en rajouter dans le drame et la déprime. Cela n'arrange rien. La gratitude n'arrange peut-être rien non plus, mais elle fait du bien.


La gratitude est une positive attitude.


Et pour les deux suisses en Lybie, pensez à envoyer cette petite carte, comme Blondesen le suggère. L'adresse courriel est ici.


CarteCHLybie.jpg
Catégories : société 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonsoir Hommelibre,

    Très beau texte !
    Vous avez totalement raison, plutôt que de s'apitoyer sur ce qui ne va pas, il faut apprécier les chances que nous avons et faire de notre mieux pour améliorer les choses.

    Bonnes fêtes de fin d'année.

    Céline Roy

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Hommelibre,

    chaque expérience négative ou positive nous apporte quelque chose.

    C'est dans la manière de recevoir ces dernières que se fait la différence entre évoluer... et régresser.

    Rudyard Kipling le disait dans son poème "Si", accepter triomphe après défaite et faire face à ces deux menteurs d'un même front...

    Etre gré d'être vivant et utiliser le négatif pour apprendre et évoluer. Se servir du positif pour se tranporter.

    Un très beau billet Hommelibre.

    Bonne fête,

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Bonjour Céline, Bonjour Stéphane,

    Merci pour vos commentaires.

    Très bonnes fêtes à vous!

  • @homme libre. C'est très beau, agréable à lire dans ce matin laiteux qui vous plonge dans une grisaille euphorique, j'en suis toute chose !!!!

Les commentaires sont fermés.