16 décembre 2008

Jonas, ou l’art d’avoir tort

Suite à un billet de Micheline Pace et un autre, j’ai commencé à lire “L’art d’avoir toujours raison”, de Schopenauer. Cela m’a fait penser à une autre histoire où avoir tort fut la démonstration d’une qualité indéniable.


jonas3.jpgC’est l’histoire du prophète Jonas selon la Bible (et librement adaptée par hommelibre...). Un jour, Dieu s’adressa à Jonas (en ce temps-là pas besoin de sms ou de mail; c’était avant qu’il ne rentre dans son grand silence éternel - ndlr).

Dieu donc dit:

- Ecoute-moi, Jonas. J’ai vu une ville qui me déplaît. Ses habitants vivent dans le péché, la luxure et tutti quanti que je n’apprécie pas. Si les humains me désobéissent et se mettent à faire ce qu’ils ont envie, ça ne va plus. Mon autorité ne peut être contestée (les temps ont bien changé depuis...). Il s’agit de la ville de Ninive. Va, et dis-leur que la ville sera détruite et les habitant mourront pour le prix de leurs péchés (notez bien qu’ils seraient morts de toutes façon un jour ou l’autre).

Jonas, qui tenait à sa réputation, ne se voyait pas aller annoncer de si mauvaises nouvelles, voire d’être complice de crimes en masse. Il prit donc un bateau et partit dans la direction opposée. Mais, pffff... ce que Dieu veut femme le veut (pour paraphraser une phrase connue). Et une tempête violente fit sombrer le bateau.

Jonas, seul survivant, tentait de regagner la rive qui était quand-même déjà à quelque centaines de kilomètres, mais s’épuisait et crut mourir. Quand une baleine l’avala et le ramena sur la plage. Jonas était sauf. Et voyant que sa fuite n’avait servi à rien, la mort dans l'âme, il décida finalement d’aller annoncer la mauvaise nouvelle.

Il se promena donc dans Ninive et fit son boulot: “Ninive va être détruite à cause de vos péchés!” Puis il s’éloigna et s’installa sur une colline d’où il pourrait voir le feu d’artifice sans risque. Il resta là des années, et l’histoire dit même qu’un figuier poussa. Faut du temps pour qu’un figuier soit à même de vous faire de l’ombre.

Jonas un jour pensa donc que Dieu l’avait roulé: Ninive n’était pas détruite. Il s’adressa alors à Dieu:

- J’ai l’air de quoi maintenant? La nouvelle que vous m’avez demandé d’annoncer n’a pas eu lieu, Ninive est debout. Je vais passer pour un idiot ou un mauvais prophète.

- Non, répondit Dieu. Au contraire tu est un grand prophète. Car grâce à ta parole et à ta force de convaincre, les habitants ont été touchés, ils ont changé leur vie et ne sont plus dans le péché. Ta parole a été entendue, tu es le meilleur des prophètes.

Jonas1.jpg
Moralité: avoir raison n’est pas un but en soit. Et avoir tort peut être aussi un bon plan.

Dorénavant quand votre voyante vous annoncera un événement, si cet événement ne se produit pas c’est qu’elle est peut-être une grande prophétesse.

Ou alors qu’elle aurait besoin de nouvelles lunettes pour son troisième oeil.



7LybieTime.jpg

11:00 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : jonas, bible, baleine, gourou, prophète, ninive, péché | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Cher Hommelibre, je suis tout d'abord ravie d’apprendre qu’indirectement je vous ai donné l’envie de lire. Le désir est chose si rare en ce bas monde car non dépendant de la volonté ou d'une forme de téchnicité ...

Schopenhauer est considéré souvent, à tort, à une philosophie de bistrot. Or, son enseignement de la rhétorique et de la vie en société restent chargés de signes à décrypter.

Partant de l’idée que la plupart des gens sont des paradoxes ambulants, le philosophe allemand nous apprend par exemple que « Les religions ont souvent une influence immorale » … Quid ?

A lire sans retenue et avec une délectation non dissimulée : les "Parerga et Paralipomena" !

Écrit par : Micheline Pace | 16 décembre 2008

Je ne connaissais pas cette réputation attribuée à l'oeuvre de Schopenhauer. J'apprécie son côté assez direct. Et bien je suivrai votre suggestion et continuerai sa lecture. Merci!

Écrit par : hommelibre | 16 décembre 2008

Je ne sais plus qui avait prédit que je vivrai dans le péché, mais en tout cas cette personne est une sacrée prophétesse.
Alléluia !

:o)

Écrit par : Blondesen | 16 décembre 2008

L'art d'avoir raison ou tord revient peut-être au même, étant donné qu'il s'agit toujours de l'art de convaincre ...

@ Blondesen : la prophétesse qui vous a eu prédit une telle chose devait être en même temps une prêtresse, grande connaissaeuse des mystères et de l'amour!

Écrit par : Salomé | 16 décembre 2008

Il est vrai qu’elle m’a, par la suite et souvent, entraîné sur les pentes savonneuses qui mènent tout droit aux sommets enfumés que la main gantée de Champix du Dr Hubert S. Varonier désigne d’un doigt vengeur à la foule ébahie des citoyennes et des citoyens qui se demandent ce qu’ils font dans la foule des hétaïres qui usent et abusent des trottoirs sans chaufferettes en attendant d’improbables autobus qui ne pointent pas plus à l’horizon qu’au chômage.

:o)

Écrit par : Blondesen | 16 décembre 2008

S'intéresser à la thérapeutique de la philosophie, c'est bien sûr répondre à la question métaphysique fondamentale : les causes de la souffrance humaine. Arthur Schopenhauer fut le plus grand esprit en la matière!

Sachant que vous vous interroger sur le bouddhisme et sa réception en Occident, j'attire votre attention sur la très grande contribution du penseur prussien dans ce domaine, notamment dans "Le Monde comme réprésentation et comme volonté."

Lui-même analysait le désir comme cause première du malheur, lequel naît de l'ennui, deuxième composante de la vie humaine.

Selon ses propres termes, tout vouloir a pour principe un besoin, un manque, donc une douleur... Ainsi, "la vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui."

Écrit par : Micheline Pace | 12 janvier 2009

merci pour cette belle histoire sur le prophete Jonas. J'adre ce type de lesture. Une histoire formidable facile a lire et tres phylosophique. Cette histoire est digne d'etre lu. Merci pour nous donner une telle occasion.

Écrit par : Raul | 17 février 2009

Et pourtant ... Qui a le dernier mot, n'a pas toujours raison! Schopenhaure fut le philosophe romantique, qui sut embrasser la condition humaine par son esprit! Sublime, Hommelibre...

Écrit par : Anti-Pythie | 17 février 2009

Merci. J'ai bien rit en lisant votre histoire sur les prophetes. A vrai dire je n'aime pas trop quand on interprete les paraboles de la facon moderne mais tout de meme la m'a beaucoup plu! J'ai bien rit!)

Écrit par : natural colon cleansing | 27 février 2009

@ natural colon cleansing : les paraboles expriment la métophore du monde. Scopenhauer rappelle à chaque instant : « Les gens ordinaires pensent simplement à la manière de passer le temps ; un homme de talent essaie de s’en servir. »

Écrit par : Micheline Pace | 27 février 2009

Moi aussi, J'aime cette histoire de la Bible. Je pense souvent ce que nous ferons si nou n'avons pas de la Bible, je pense que le monde serai si violante est terrible qu'il serai pas possible de vivre la!

Écrit par : colon cleanse | 02 mars 2009

Comme la nuit s’oppose à la journée, la raison aussi doit décidément être opposée à quelque chose de la même valeur. L’opposition c’est pas toujours la raison de faire inquiéter sa morale. La morale de cette parabole est tout à fait chic, c’est sûr !

Écrit par : Harriet - Software Reviews | 25 mai 2009

Les commentaires sont fermés.