10 décembre 2008

“On se trompe rarement, on ne va simplement pas assez loin”

Commencer ce billet en citant une phrase d'elle. Entrer dans sa danse, dans sa sensibilité et dans cette vision qu’elle porte avec intensité sur le monde.


helene_grimaud_accueil_2.gifLa femme aux loups. Qui pourrait l’imaginer à voir cette photo si esthétique? A part peut-être le regard. Départ immédiat pour ailleurs. Détacher la ceinture, ne s’accrocher à rien qu’à sa danse et à la beauté qui, inévitablement, va envahir notre esprit. Ecouter ses mots, et ses intonations toujours si mobiles, feu et air, qui dessinent l’espace avec magie.

Ecouter les yeux ouverts, entrer dans sa concentration, s’imprégner de sa grâce.

Ecouter les yeux fermés, courir avec elle sur les touches du piano, alterner les spasmes et les fleuves d’étoiles. Oublier sa virtuosité pour ne garder que cette musique devenue langage accessible, évident.

Cette femme fascinante, sauvée par la musique, et qui élève des loups dans le Connecticut. “Elle vit au milieu d'eux, mange et dort avec eux, entre ses concerts (une trentaine par an) et ses répétitions. Pour le reste, elle fera comme La Sauvage, de Jean Anouilh, elle ira seule se cogner partout de par le monde...”

Personnalité hors du commun. “Le piano la sauva de ses obsessions, ses loups la protègent des requins du show-biz.”

Ame brûlante d’intelligence.

“Longtemps Hélène Grimaud s'est singularisée par une inadaptation chronique au monde qui l'entoure, s'ennuyant ferme à l'école et dans cette petite ville d'Aix-en-Provence à laquelle elle n'arrive toujours pas à trouver du charme ; étrangère à sa famille petite-bourgeoise d'intellectuels de bonne volonté. Le malaise était parfois si fort qu'il lui arrivait de s'automutiler, retournant contre elle-même on ne sait quelle colère ou cherchant à meurtrir un double enseveli dans une douleur sans larmes et sans paroles...”  (Xavier Lacavalerie)



Hélène Grimaud. Une héroïne dans mon univers.

Merci pour cette force. Pour cette nature hors norme à laquelle il faudrait ressembler pour libérer ma propre force, toute ma créativité

Son site parlera mieux d’elle: http://helenegrimaud.free.fr/.

Et une vidéo:

 

 

 

Un roman pour l'été:

CouvDiable.jpg

 

09:26 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : art, hélène, grimaud, loups, chopin, rebelle, virtuose | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Magnifique post sur une magnifique personne!

Écrit par : arkencielle | 10 décembre 2008

Oui Ark, cela fait du bien de la voir et de l'entendre. Pour moi elle est un exemple.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2008

Très bel hommage rendu à la sublime femme aux loups!

Écrit par : Kissa | 21 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.