Journée contre la violence faite aux femmes, et aux hommes

Le 25 novembre est depuis des années la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Si j’en comprends le bien-fondé, je reste avec un malaise.

HommeBattu.jpgIl est nécessaire de parler ouvertement de la violence faite aux femmes. Toute violence entre humains est un problème, et quand elle se répète et se répand, elle devient un problème social. Les dernier chiffres français figurent sur mon billet récent, et montrent qu’environ 1.6% de femmes subissent la violence physique dans leur couple.

Le malaise est que ces chiffres disent aussi qu’environ 0,8% d’hommes subissent le même type de violence mais que l’on continue à l’ignorer. La FemmeBattue.jpgviolence faite aux hommes est encore déniée, et la violence féminine est un tabou.

Le malaise est cette discrimination à l’encontre des hommes. J'admets que l'on zappe les violences non conjugales, où les hommes sont victimes de manière écrasante. Mais je n'admets pas que l'on dénie ou minimise la violence subie par les hommes dans leur foyer. Cela n’est pas juste, cela n’est pas normal. Et la dénier est faire comme d'habitude: l'homme est le salaud, le bourreau, et les lois qui se mettent en place sur cette question visent avant tout à pénaliser les hommes.

Pas envie d’en dire beaucoup plus, sinon de renommer cette journée internationale:

“Journée contre la violence faite aux femmes et aux hommes.”


La violence n’a pas de sexe et nous devons tous et toutes être solidaires sur cette question.


VioDom4.jpg

Hommes battus - France Soir
Catégories : société 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • S'il faut comparer, comparons:

    -selon l'INSEE, en France: 3,3 % des femmes subissent la violence physique ou le viol au sein de leur couple contre 1,7 % pour les hommes. Donc les femmes sont deux fois plus que les hommes victimes de la violence conjugale (physique et sexuelle) au sein du couple. Ce qui veut également dire que les hommes sont deux fois plus coupables que les femmes de la violence conjugale (physique et sexuelle) au sein du couple.

    -selon l'étude nationale de 2007 sur les décès au sein du couple menée par le ministère de l'intérieur, en France:
    1 femme meure tous les 2,5 jours suite aux coups de son conjoint / 1 homme décède tous les 14 jours.
    Donc, en 2007: 26 hommes ont été tués par leur conjointe ou ex-conjointe et 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint.
    Ce qui peut également être dit de la manière suivante: en 2007 146 hommes ont tués leur conjointe ou ex-conjointe et 26 femmes ont tués leur conjoint ou ex-conjoint.
    Il y a donc 5,6 fois plus de victimes des violences conjugales chez les femmes que chez les hommes et 5,6 fois plus de coupables des violences conjugales chez les hommes que chez les femmes.

  • Eugen,
    Et alors.... la comparaison serait-elle raison ?? Votre commentaire semble sous entendre qu'il devrait y avoir plus d'hommes battus pour arriver à égalité avec les femmes ?!?
    La domination par la violence est signe de médiocrité qu'elle soit le fait d'hommes ou de femmes.

  • @ Eugen: en effet, il semble que les victimes masculines soient moins importantes à vous lire. Il y a d'autres chiffres du Québec qui montrent un rapport de 60% de femmes victimes pour 40% d'hommes, et d'autres enquêtes une majorité d'hommes. Si l'on considère que les hommes déposent peu plainte, quel serait le vrai chiffre? En suisse le rapport des conjoints tués est de 2 femmes pour 1 homme.

    La question des chiffres a de l'importance pour montrer que cela ne se passe pas que dans un sens, et que les hommes victimes sont loins d'être quantitativement négligeables. Ils montrent aussi que les chiffres avancé habituellement par certains groupes féministes sont gonflés et univoque, ce qui est malhonnête mais correspond à une stratégie.

    Mais au final, au-delà des chiffres, il faut se rendre compte que la violence n'a pas de sexe, qu'elle est insupportable d'où qu'elle vienne, et que le problème doit être pris globalement et non pas unilatéralement. Pourquoi semblerait-il normal que l'on dénonce la violence contre les femmes, et que l'on refuse celle contre les hommes?

    Il n'y a pas de bonne violence.

  • Les chiffres québécois de 300 000 femmes violentées chaque année n'a pas de support statisque. Le lobby féministes est très fort au Québec.
    Qu'il y ait 2 femmes battues contre un sel homme, c'est déjà beaucoup trop à mes yeux.

  • L'imposture que représentent les fausses statistiques au sujet de la violence domestique un domaine exploré depuis longtemps.

    http://bisbille101.blogspot.com/2008/11/fausse-statistique-sur-la-violence.html#links

    Seule la malhonnêteté intellectuelle des diffuseurs de cette propagande en explique sa circulation.

    http://lapresrupture.qc.ca/recherche.html

Les commentaires sont fermés.