25 novembre 2008

Si j’étais féministe, ce serait terrible...

Dans un de mes derniers billets, quelques commentaires d’hommes se déclarant féministes m’ont inspiré ce billet. Clin d’oeil humoristique d’un homme ami et amoureux des femmes. Cliquer sur les images pour les agrandir.


Si j’étais féministe, Mesdames, ce serait terrible. Imaginez:

Féministe1.jpgJe ne mettrait dans mes billets aucune image légère qui pourrait être mal interprétée par vous et par l’ensemble des femmes. Bien sûr je censurerai toute image montrant une poitrine dénudée.

Je ne vous tiendrais pas la porte au restaurant et je passerais devant vous dans l’ascenseur. Car je ne voudrais surtout pas que ma galanterie naturelle soit perçue comme une condescendance.

Je ne vous aiderais pas à porter vos sacs et valises, par crainte que vous ne vous sentiez infériorisée comme une faible femme.

Je ferais à manger un jour sur deux, et cela vous le regretteriez vite!

Si j’étais élu sur une liste de parti, je me désisterais en votre faveur. Mais là, vous me suspecteriez probablement de démagogie, ou d’intentions perverses, car généralement on ne fait pas de cadeau sans espérer un retour... Surtout en politique. Et vous finiriez par me trouver sexiste de considérer que vous êtes à ma place non par vos propres qualités mais uniquement par votre appartenance à un genre et parce que je le veux bien.

Je comptabiliserais à l’heure près le temps passé par chacun aux travaux du ménage, du bricolage, du jardin, des enfants, du travail, faisant de notre couple l’annexe d’une entreprise comptable couplée à une épicerie des sentiments.

J’en ferais trop, culpabilisé comme tant d’hommes moderne face aux femmes. Et là vous vous demanderiez ce que cela cache, et où est l’homme audacieux, libre et fort que vous attendez depuis que vous avez lu Cendrillon.

Je regarderais Starac autant que vous le voudriez, même si intérieurement j’aurais envie de voir le match France-Brésil ou le reportage sur la reproduction des tortues hermaphrodites sur Arte (sous-titré en français et en javanais).
Féministe2.jpg
Je ne vous dirais jamais combien je trouve Noémie Lenoir et Halle Berry belles et inspirantes. Et je ne mettrais jamais d’image tandancieuse dans mes billets.

Je considérerais que votre parole est sacrée, indiscutable, même et surtout quand vous critiquez les hommes. D’ailleurs, c’est vous qui choisiriez mes habits, ma coiffure, car vous avez meilleur goût que moi.

Je déroulerais le tapis rouge sous vos pieds quitte à m’en écorcher les genoux, afin de faire resplendir votre sensibilité ô combien supérieure à la mienne. Ce qui me vaudrait vos reproches justifiés sur les taches de sang indélébiles sur mes jeans.

J’irais engueuler votre patron qui vous paie moins qu’un homme à travail et compétences égales.

Je vous placerais en priorité dans bien des domaines, comme un pygmalion moderne, mais là encore vous risqueriez de me juger condescendant et paternaliste.

Je vous demanderais à chaque fois avant un câlin si vous êtes d’accord, bannissant tout geste spontané.

Je dirais tout le mal que je pense de ces hommes qui depuis la nuit des temps n’avaient qu’une seule idée en tête: vous dominer, vous contrôler, vous contraindre, vous abuser, vous empêcher d’exister, vous faire taire, vous dénigrer, vous diminuer.


Mais je ne suis pas féministe... Donc:

Féministe5.jpgDonc je ne comptabiliserai jamais votre temps et le mien.

Je vous tiendrai la porte et passerai après vous dans l’ascenseur. Je m’habillerai comme j’aime (mais si cela vous fait plaisir je mettrai mon jean moulant et t-shirt, ou ma jolie veste à col mao).

Je ne considérerai pas votre parole comme sacrée, mais comme également importante à la mienne. Je ne chanterai pas votre chanson mais volontiers j’essaierai une polyphonie avec vous.

Je vous critiquerai quand je penserai que c’est approprié, et je vous admirerai quand je vous trouverai admirable.

Je ne vous céderais pas ma place si j’étais élu, mais avec vous j’analyserais comment réussir la prochaine fois. Je défendrai les hommes devant vous, et je défendrai les femmes avec vous.
Féministe3.jpg
Je ne vous demanderai pas votre accord avant un câlin, je vous surprendrai. Mais je saurai voir si vous n’êtes pas disponible et le respecterai.

Et j’irai engueuler votre patron qui vous paie moins qu’un homme à travail et compétences égales.

Je ne suis pas féministe, plutôt égalitariste, sans dogme, et j’apprécie comme dans une symphonie que chacun joue au mieux de son instrument en partenaires libres et joyeux.


914LybieVoile.jpg

09:20 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : féminisme, femmes, hommes, égalité, parité, sexisme, ménage | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Je vous tiendrai la porte et passerai après vous dans l’ascenseur.", pour mieux apercevoir vos muscles fessiers et le cas échéant, vous indiquer un fitness, proche de chez vous ...

;o)

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 24 novembre 2008

@ Victor

oufffff

Pour une fois qu'on est d'accord!!! Les mecs qui tiennent la porte et qui restent derrière nous d'ans les escaliers : C'EST POUR NOUS MATER LE CUL!!!

Enfin...quand c'est le mien de mec... ça me dérange pas :)

Hommelibre
Pour le reste... franchement j'ai pas le temps ça m'ennuie vraiment parce que j'aime bien vos blogs (même si parfois je trouve que vous allez un peu loin ;)..)
En ce qui concerne les photos de femmes dénudées... ben franchement ça me dérange pas... par contre je mentirais si je disais que je serais ravie que la tapisserie de mon appart soitdes photos de nus de pamela Andreson que mon mec aurait ramené :)
Je préfère 100x un match de foot à la StarAc' (pour vous dire à quel point je déteste la Star'Ac!!!!)
Pour la bouffe... ben je vous répondrais, mieux vaut vous y mettre trop tard que jamais, c'est pas inné chez nous, on a appris, à vous d'en faire autant pour nous surprendre de temps en temps ;)

Et pour les habits... franchement c'est personnel mais mon copain avait des gouts tellement douteux en la matière que c'était UN DEVOIR DE FEMME AIMANTE ET DEVOUEE (ahahahhaah...) de lui refaire sa garde robe...

Écrit par : Boo | 24 novembre 2008

Les rôles sont inversés (ou presque) hommelibre.
La cuisine tous les deux jours (quel tempérament !) ?
Désormais, et selon le principe de Nietzsche, l'homme
se rend chez la femme avec la crème, lui ordonne
"Fouette !" et après ils se débrouillent comme ils veulent
avec la chantilly.

:o)

Écrit par : Blondesen | 24 novembre 2008

Boo: mdr!... j'adore... Yes, vive Boo! Et puis j'apprécie que vous vous exprimiez, moi ce qui me fait mourir c'est quand on ne parle pas.

Faire la bouffe pour vous surprendre, ça c'est une bonne raison, bonne motivation. J'aime les suggestions positives, je n'aime pas les récriminations ni les reproches.

Je dois dire que si ma compagne met des posters nus de Brad Pitt ou Rocco Siffredi partout dans la chambre, je crains un peu pour l'intimité... S'activer en me demandant auquel elle me compare, très peu pour moi!

Et, un aveu: j'ai souvent habillé mes compagnes, j'ai beaucoup de goût et j'ai l'oeil. Je peux acheter même sans elle, c'est toujours top! Ah, j'ai même une petite fierté là...

(:o)

Bien à vous.

Et bien Blondesen, ça doit souvent être du surgelé chez vous? Ou bien Betty Bossy, la maîtresse idéale... Enfin quoique, entre deux Betty je préfère Boop...

:o)

Écrit par : hommelibre | 24 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.