Un verre de Secret Story, avec 2 aspirines s’il vous plaît...

Après un mois de désintérêt dû à mon incapacité dramatique à trouver une quelconque valeur à cette émission, je m’y suis un peu remis ces jours, histoire d’alimenter un billet pas sympa (faut bien avoir des têtes de turcs, non?).

Bon, j’ai retrouvé des bouts du fil en surfant sur le net.

SecretStory1.jpg1. La dominante est l’histoire du couple lesbien. Elles se trompent ouvertement, elles se quittent avec une violence de ton et une attitude dominatrice chez Nathalie à faire passer les garçons pour de gentils toutous (mais comme c’est une fille, on l’acclame, alors qu’un garçon qui tiendrait le même langage serait sifflé, comme d’hab), et puis voilà qu’elles se r’aiment, avec demande en mariage en direct à l’écran. Ca, c’est vraiment le truc le plus nul, le plus démago qui soit. Je me demande juste, à voir ces supposés jeunes adultes, s’il ne faut pas remonter l’âge de la majorité légale à 30 ans.

2. La palme du meilleur vomitif en cas d’indigestion revient à Benjamin Castaldi. Confirmation éclatante que le ridicule ne tue pas. Et sa manière de tout encourager et de jeter à la poubelle la plus élémentaire éthique: bravo Benji, après cela tu pourras être correspondant de guerre en déguisement de drag couine, et décrire en détails les parties génitales d’un soldat ayant marché sur une mine anti-personnelle...

3. La médaille d’or de la perversion revient à la production, quand elle propose 10’000 € à un garçon s’il arrive à piquer Alice à Matthias. Piquez-vous vos femmes et vos mecs, vous gagnerez du pognon. Attendez, dans le même ordre d’idée, la prod devrait tourner une téléréalité familiale trash, et proposer et 20’000 € à celui qui tue son père et nique sa mère. Puisque de toutes façons il n’y a plus aucune règle élémentaire de respect mutuel. Penser que ce sont beaucoup d’ados qui regardent cela, on n’est pas sortis de l’auberge.

4. Le bonnet d’âne de l’hypocrisie la plus crasse à Alice et Matthias. Notez bien, ils gagnent de l’argent avec leur supposé flirt. Qui a dit: encouragement à la prostitution? Mauvaise langue, va!

5. Pour l’ensemble de l’émission, le prix spécial du jury pour le programme le plus dévastateur des valeurs humaines de base: SecretStory3.jpgrespect, intelligence, dignité personnelle. Mention spéciale pour les filles qui ont brillamment exposé ce que sont des gourdes, et aussi pour les garçons qui ont fort bien démontré qu’on peut fonctionner sans neurones.

6. Et un clin d’oeil au confessionnal, censé être le lieu d’une communication plus intérieure, plus intime ou d’une analyse.

C’est comme au foot: vous voyez ce que fait le joueur à l’image, et à la pause quand on lui demande d’analyser le match, il redit exactement ce que vous avez vu. C’est la conception du mot “analyse” chez les anal-phabètes... Parlons éventuellement d’une salle de débriefing, mas pas d’un confessionnal. Parce que là, côté vie intérieure, ressenti, on est à peu près au niveau des protozoaires. Mention spéciale “Inutile” d’ailleurs à Alexandra quand elle dit de sa voix de petite fille de 6 ans: “J’ai des fans, on m’aime!” Ca doit être les télétubies qui lui ont écrit...


Non, non, je ne suis pas moraliste ou rabat-joie (encore faudrait-il que cette émission-poubelle donne de la joie), mais là je me demande comment les figurants de cette manipulation osent se présenter face au public sans vomir sur eux-mêmes. Signe des temps? Du peu de respect que certains ont d’eux-mêmes? Et puis franchement, passer à l’écran des séquences du niveau d’une répèt de théâtre amateur, est-ce bien raisonnable?


Bon, c’est quand la prochaine connerie à la télé? Parce que là, j’ai un peu mal à la tête...

2trouslybieal3.jpg
Catégories : société 16 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • En avouant vos tendances masochistes, car il en faut pour regarder cette émission plus de 12 secondes, vous vous livrez au même genre d'exercice que les participants à cette fiction.

    C'est vrai que la "constituante" tous les jours c'est aussi assez craignos. :0)

  • Pas d'accord, je veux aussi pouvoir parler de ce qui branche une partie très jeune de la population. Mais à part cela, c'est vrai que j'ai dû m'accrocher...

  • Joli le billet. Pour info secret story, que j'avoue avoir suivi cet été, va terminer vendredi soir. Là tout de suite je ne sais pas où ils en sont. Ben ouais les vacances c'est fini... La prochaine connerie c'est la Star ac' qui commence presque tout de suite après.

    Nous avons devant nous de belles soirées en perspéctive, au pire on ira lire les blogs des vilains qui font notre gouvernement. Notre Président de la confédération en suisse allemand ça doit-être rigolo. Non ???

    Trève de plaisanterie,fort heureusement pour nous les ados ne sont pas tous branchés sur ce genres d'émissions.

    Bonne journée.

  • Je vous attends donc au prochain botellon! :o)

  • Bien que candidat à la "Constituante" genevoise, vous n'avez rien de mieux à faire que de regarder des niaiseries de cet acabit!

    Ne répétez pas partout que vous passez une partie (même faible)de votre temps à ce "truc" lamantable, vous n'auriez aucune chance de passer la rampe des élections.

    Vous pensez que c'est plutôt un atout !
    ...
    Ah bon! ... En raison du décervellement de la population par la télévision?
    ...
    D'accord! Vous allez donc proposer un article constitutionnel contre les 0 x 0 à la télé?
    ... Oui, comme les "Petits hommes Verts" qui sont aussi dénommés "Verts-Tendres" ou "Jeunes Verts" qui proposent uneinitiative contre les 4 x 4 (entre autres)!

  • @ Azrael: Nom d'un Schtroumpf (ah je connais mes classiques...). Le botellon pose deux gros problèmes: un problème de santé, car les prises d'alcool massives sont connues pour faire beaucoup de dégâts au cerveau. Je crains que ceux qui le pratiquent régulièrement ne seront même plus en état de regarder Secret Story...

    L'autre problème est la violence, alimentée non seulement par l'excès d'alcool, mais aussi par l'effet de groupe que personne ne gère. Dans toutes les cultures les jeunes générations ont besoin de sortir des cadres. Chez les Masaï, ils se laissent pousser les cheveux et vont combattre un lion avec une lance.

    Donc l'aspect dépassement de soi, se tester par une expérience forte, cela je le comprends. Mais le danger pour certains fait partie du challenge, y compris de démolir sa santé ou d'en venir aux poings sans autre raison que la perte de contrôle.

    Forcer ces générations à être encadré est une vision d'adultes légitime, mais personne ne peut empêcher quiconque de se démolir. Alors oui, encadrons ces botellons, mais pas sûr que cela suffise ni que ce soit la bonne réponse. Il faudrait d'autres expériences dans lesquelles on peut se dépasser sans se détruire. Aller suivre une caravane dans le désert pendant quelques semaines, aller aider les dispensaires de brousse à soigner les malades, faire de la varappe, que sais-je? C'est cela qu'il faudrait valoriser.

    La valorisation de l'alcool dans notre société fait en oublier le coût social, sanitaire et individuel. Et franchement, je n'ai jamais bu assez pour être inconscient, je ne l'aurais pas supporté en tant qu'image à mes propres yeux. Mais il suffit déjà d'un 31 décembre un peu arrosé pour ne pas être bien dans sa peau le lendemain.

    J'ai compris depuis longtemps qu'avec l'alcool, le plaisir est si court en regard du malaise qui suit. Alors, ivre, vous ne me verrez jamais. Mais cela nous éloigne du sujet: le botellon. Peut-être faudrait-il filmer ceux qui boivent à ce point, et leur montrer le film de leur état le lendemain.

    Je me demande si dans cet excès d'alcool il n'y a pas aussi comme un vide de vie, je ne sais pas, je me pose juste la question.

  • Que vous êtes mignon Père Siffleur,

    Vous êtes, contrairement à Hommelibre incapable d'avouer que vous aussi vous suiver les news people... Allez dites le, vous lisez voici, oops et autre magazine de cet accabit. Mais oui, vous pouvez avouer... On va pas vous juger... juste constater ue vous êtes un humain comme les autres...

  • @ Père Siffleur: Je ne savais pas qu'il y a des émissions interdites aux candidats à la constituante! Et je n'ai pas fait les calculs que vous m'attribuez. Je parle librement de ce dont j'ai envie de parler. Et personne n'est légitime à me dire ce que je dois faire ou non.

    J'imagine, vu votre esprit vif, que vous ne portez pas de jugement ou d'appréciation sans connaître ce dont vous parlez. Donc, quand vous dites que S. Story est une niaiserie et un truc lamentable, c'est donc que vous l'avez regardée un minimum. Si vous le faites, pourquoi ne le ferais-je pas?

    Autre chose: en quoi cela préjuge-t-il à vos yeux de mes compétences intellectuelles? En quoi pouvez-vous jugez comment j'utilise mon temps? Dois faire la liste de ce que je regarde à la télé pour avoir des suffrages? Est-ce sur cela que vous décidez de donner votre voix? Et bien je regarde aussi "Faites entrer l'accusé", et "Cold Case", et parfois les nouvelles. Je n'ai pas le temps pour plus sauf exception.

    Cela est-il conforme à ce qu'un candidat doit regarder? Ou bien doit-il le faire en cachette pour ne pas être jugé sur cela? Moi j'assume, librement, je n'ai pas de comptes à rendre sur ce que je fais, ni sur le fait de parler de S. Story, ou des femmes lapidées, ou des hommes accusés injustement, ou la violence des bandes d'ados, ou de ce que j'ai lu le matin dans le journal.

    Et pourquoi ne serait-il pas utile pour des ados de lire ou d'entendre un avis négatif sur l'émission et peut-être ainsi développer leur sens critique? La téléréalité est devenue un sujet de société comme les autres. Par contre, non je ne suis pas de ceux qui interdisent à tout va. Pas le genre de la maison. Je préfère toujours le débat d'idées à l'interdiction.

    Père Siffleur, j'apprécie souvent vos commentaires, mais là je trouve que vous vous emballez un peu.

  • @ Patou: nous avons eu le même sentiment, j'apprécie votre manière plus légère de l'exprimer. On ne va juger personne, ce monde crève du jugement!

  • Merci pour ces explications m'sieur! J'y aurais pas pensé tout seul.

    "Pas moraliste" écriviez vous ce matin? Je vous assure que ça ne se remarque pas!

  • @ Azrael encore: J'ajoute que l'idéal serait de laisser les participants se gérer eux-même, faire l'apprentissage de la responsabilité. Mais dans un grand groupe, cela semble problématique. Ce qui peut se gérer à 10 ou 20 ne le peut parfois plus à 100 ou 500.

  • @ Azrael: Je crois que cela ne fait plaisir à personne de voir des gens se détruire, jeunes, moins jeunes. Pour moi ce n'est pas être moraliste. Cela me prend plutôt aux tripes. Je n'arrive pas à être indifférent, ce n'est pas de la morale au sens de dire si c'est bien ou pas, s'il faut ou non, c'est de l'empathie et du ressenti humain normal. Si pour ne pas être moraliste à vos yeux il faut s'en foutre, alors nous devrions d'abord redéfinir les mots que nous utilisons vous et moi, car il se peut que nous ne leur donnons pas le même sens.

    Pour moi fondamentalement les gens sont libres de disposer de leur vie. Mais désolé, je n'arrive pas à imaginer quelqu'un se suicider sous mes yeux sans essayer quelque chose. Je pense que ce n'est pas de la morale, je ne souhaite pas y mettre cette connotation, mais de l'humanité. Et je ne suis pas thérapeute pour rien. J'ai aidé assez de gens à réparer des dégâts de toute sorte pour comprendre les multiples chemins de l'humain sans juger.

    Un moraliste juge qu'un comportement est bien ou non en fonction d'une définition morale. Ma position n'est pas de juger de cette manière, mais de voir les dégât en matière de santé et de société.

    Donc pas de morale cul cul, mais un regard d'humain.

  • Pour Hommelibre,

    Quel déballage pour mon soit-disant emballage... non, emballement!
    Avez-vous remarqué mon "vulgo"! ce n'est pas tout à fait par hasard!... Et n'avez-vous pas remarqué le second degré, surtout que vous notez souvent apprécier mes commentaires qui sont régulièrement du même "tonneau".

    Mais si ma forme d'humour et le second degré ne vous conviennent pas, il ne faut pas vous forcer! D'ailleurs, j'avais compris que vous vous moquiez de l'émission et que votre regard était très critique. Je ne voulais qu'enfoncer le clou! Malheureusement, c'est vous qui vous êtes senti épinglé! Dommage!
    Je ne vous donnerai pas ma voix: Impossible, je n'habite pas le canton.
    Mais, je persifle et signe.

    Pour Patou,
    je ne lis pas "Voici"! Je n'y regarde que les photos des filles un peu dénudées.

    Votre "Oops" je ne le connais pas! Est-ce la version "hard" de "Gala"? Si c'est le cas, je l'achète dès demain... Et un grand merci pour le tuyau !

  • Hola, John! ça commence à ressembler à un discours de campagne électorale.

    Alors comme on disait chez Molière: Brisons là!

    Bonne soirée! :0)

  • @ Azrael: non, c'est ma conviction. Campagne ou non je continue à dire les choses comme je les pense. Je comprends que maintenant quoi que j'écrive je vais être suspecté de campagne, avec la connotation péjorative sous-entendue. Je comprends que quel que soit le thème que je vais traiter, où la sincérité que j'ai l'habitude de montrer, je serai suspect.

    Ce que j'écris aujourd'hui n'est pourtant pas différent en ton et en thème de ce que j'écris depuis des mois. Si votre regard change parce que je suis candidat, je n'y suis pour rien. Je n'ai pas été traité de moraliste quand je dénonçais la lapidation des femmes, ou sur d'autres sujets où j'assume de prendre position.

    C'est ainsi, mais je ne changerai pas ma nature ni mes convictions.

    Et puis, quand bien-même ce serait un discours électoral, où serait le mal? De toutes façon, c'est la Constituante, pas la députation. Je n'ai rien à promettre, juste essayer de contribuer à redéfinir la constitution, avec pour moi dans ma propre expérience un thème majeur qui est de rendre la justice transparente et responsable de son fonctionnement. J'imagine que je vais trouver des obstacles... Ca y est, on va encore me taxer d'électoralisme si je dis cela.

    Et bien il faut vous habituer à ce qu'un candidat continue à être lui-même. Je me suis toujours battu contre l'enfermement dans des images, celles projetées sur les hommes, celles sur le thérapeute (je fume ,des clopes, et oui!), etc, etc. Je continue sur la même voie.

    Mais bref, pour ma part je ne romps pas facilement le débat ni le dialogue, mais si vous le faites, je ne peux aller plus loin.

  • @ Père Siffleur: Ok, je n'avais pas perçu ainsi. Autant pour moi. Mais votre 2e degré était moins clair que d'hab, Patou non plus ne l'a pas perçu. Pas de souci, et merci d'avoir précisé.

Les commentaires sont fermés.