Vous reprendrez bien un peu de chat avant le fromage?

Le débat sur la viande de chat s’amplifie et s’oriente vers une mise en cause totale de toutes les viandes. Le mouvement végétarien hausse le ton. A tort ou à raison?

Chat1.jpgJ’ai pratiqué le végétarisme pendant quelques années. Par choix intellectuel, comme naturopathe je voulais tester un autre mode alimentaire que la grande bouffe courante. Puis j’ai relâché et remangé de la viande, mais assez peu toutefois.

Quels arguments peuvent faire choisir le végétarisme à l’heure actuelle?

1. La santé: la viande en excès favorise les dépôt d’acide urique et les pathologies rhumatismales et arthritiques.

2. La pollution: le méthane produit par les déjections bovines participe à environ 20% au réchauffement climatique.

3. Nourrir mieux toute la planète: on sait qu’en élevant un boeuf qui nourrira 10 personnes, on peut sur le même espace de prairie cultiver des céréales ou légumineuses qui nourriront 50 personnes (environ, je n’ai plus la proportion exacte sous les yeux).

4. La paix sociale: les viandes contiennent une certaine quantité d’adrénaline produite par le stress de l’animal avant qu’il soit tué. C’est donc une hormone de stress, que nous ingérons sans le savoir. Ce qui peut nous rendre nous aussi plus stressés ou plus agressifs.

5. Nous n’avons pas vraiment des dents et un intestin de carnivore.

Ensuite viennent des arguments religieux, sur lesquels je ne veux pas m’étendre car ces arguments sont trop idéologiques ou sectaires pour m’intéresser.

Puis des arguments affectifs: ne pas faire de mal aux animaux, ne pas les exploiter. Cet argument est plus délicat à analyser car il est très subjectif. Les chats et les chiens sont familiers, difficile donc d’accepter de les manger. On se pose moins la question pour les lapins, pourtant si mignons et adorables même en animaux domestiques. Les poules et poulets étant moins câlins, et ne vivant pas avec nous dans la maison, ils ne semblent pas entrer dans la même catégorie. Les arguments affectifs sont donc liés à la proximité plus ou moins grande que nous avons avec ces animaux. Ce qui est une injustice et une inégalité de traitement.

Mais voilà un argument en faveur de la viande: il semble que dans l’évolution de l’espèce, l’apport plus important de viande à certaines époques lointaines aurait contribué à une stimulation cérébrale et à une accélération de notre évolution. Bon, je ne sais ce que vaut cet argument, à creuser.

En attendant d’être tous végétariens (!...), et en cas de famine, nous aurons encore plus recours à nos amies les bêtes:

- Vous reprendrez bien un peu de chat avant le fromage de rate?

- Oui, mais avec un verre de lait de poule.

- Et après, je vous ai préparé un délicieux cake au canari, cuit-cuit...

- Mmmm, je me réjouis. Vous pourriez me passer la purée de cafard, s’il vous plaît? Et un peu de sauce d’araignée au ver de terre. C’est trop bon, j’adore!


Nul doute que nos enfants seront enthousiasmés par ces plats valorisant l’exotisme local. Et vous?


Pensons à eux:
Free1:2Hostages.jpg
Catégories : société 144 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Berk! La recette siérait bien à toute personne subissant un régime : ça lui passerait l'appétit! Bravo pour la trouvaille!

  • les modes et les régimes alimentaires se suivent et varient selon les époques. Chacun y va de ses prérogatives, c'est trop ou pas assez...Bon ou mauvais pour l'organisme...Riche ou en pauvre en oligo-éléments, en fibre, en Vit C... Industriel ou Bio... Je me lance avec une nouvelle idée : mangez de tout en petite quantité et faîtes-vous plaisir et surtout n'écoutez que votre corps !

  • @ demain: c'est la voie de la sagesse. La notion de vrai plaisir est importante, se ressentir ses vrais besoins, d'écoute du corps. Oui.

    @ Micheline: Je n'y avais pas pensé ainsi, mais en effet, comme régime amaigrissant... la purée de cafard et la sauce d'araignée en particulier... Du coup on dirait: "Vivement ce soir qu'on jeûne!..."

  • Après Jean Ziegler et l'or nazi, Brigitte Bardot et la viande de cheval, accompagnée bien sur, de Franz Weber, représentant de BB en Suisse...quetion de franchise...(franchise dans le sens "business", pas celle de l'opinion...)

    Les helvétes, peuple barbare, qui se nourrit de chevaux, s'habille avec des peaux de chats...doit plier, devenir enfin civilisés et retirer la plainte envers le couple Khadafi...couple dont la civilisation atteint des sommets de vertue, de sincérité, de sagesse...

  • Bonjour hommelibre !
    pfffff... poser de telles questions alors que j'en suis seulement au premier café.
    Réfléchissons.
    Jamais il ne me viendrait à l'idée de manger ma plante verte, mon poisson rouge, mon chien ou mes chats.
    Vais-je donc mourir de faim ?
    Non.
    Car je mange sans états d'âme une salade ou des courgettes anonymes, par exemple. Il m'arrive relativement souvent de remettre à l'eau une truite qui a vaillamment lutté au bout de la ligne (mais c'est parce que j'en ai déjà attrapé une qui fera le dîner du soir). De même, prendre un morceau d'une vache, d'un cochon ou d'un mouton que je ne connais pas me laisse quasi indifférent. Je serais en revanche incapable de manger une poule ou un lapin que j'aurais moi-même élevés.
    Par ailleurs, si une dame me fait comprendre qu'elle n'est pas indifférente au charme ravageur de ma deudeuche, il m'arrive d'avoir un sourire carnassier. Cela ne signifie pas que je vais la préparer en émincé.
    En fait, je pense qu'il faut déduire de tout cela que je suis un omnivore émotif et sensible.
    pffff... il m'a fallu votre billet pour découvrir en moi cette once de sensibilité.
    Sacripant !

    :o)

  • @ Blondesen:

    Je suis fort aise d'avoir pu contribuer dans ma modeste mesure à cette découverte sur vous-même: omnivore émotif et sensible. Fichtre, vous êtes un vrai humain! Bon, je crois que nous sommes au moins deux.

  • @Blondesen
    @Hommelibre

    Hello, une petit chanson qui parle de la femmes racontée par un homme.
    http://www.youtube.com/watch?v=-FSR27aTy6U&feature=related
    Préparez la piste de danse.
    Sarah

  • Hey Sarah, c marrant. Il paraît que tout ce que tu sais faire c danser? De quoi tu as envie, de quoi tu as besoin?

    T'inquiète, je reprenais juste les paroles... C quand mm pas un signe que tu envoies là?

  • Je tentais juste d'illustrer les propos de certains machistes qui se reconnaîtrons!!!
    ET OUI JE DANSE!!!!
    pas toi john???

    Ce chanteur est un homme libre, t'as vu les titres de ses chanson, perso j'adores!!
    Sarah

  • Bonjour,
    refuser d'exploiter et de tuer les animaux n'a rien à voir avec un argument "affectif"! Il s'agit d'éthique.
    Si je vous dit que je suis contre le meurtre d'enfants et le viol de femmes, allez-vous me répondre que je fais preuve d'affectivité ?
    Certaines pratiques sont mauvaises parce qu'elles impliquent la souffrance et/ou la mort d'êtres sensibles (humains ou pas), et donc il est logique de refuser les produits issus de ces pratiques, comme par exemple la viande.
    Beaucoup de végétariens le sont en effet parce qu'ils refusent de faire souffrir et tuer un animal pour leur consommation ! Voir par exemple le manifeste de la Veggie Pride : http://www.veggiepride.org/fr/

    Extrait : "On nous apprend à mépriser les animaux non humains et à devenir leurs bourreaux. Lorsque la barbarie est la norme sociale, il est difficile de dire « non ». Nous sommes fiers d'avoir su dire « non »."

    Il est vrai que certaines personnes trouvent normal de manger des poulets et des cochons, mais pas des chiens et des chats; justement, ces personnes sont rarement végétariennes; là est une forte inégalité de traitement dans notre société : d'une part, des animaux (chiens, chats) considérés comme familiers, qu'on ne mange pas, et d'autre part, des animaux (vaches, cochons, poissons...) considérés comme étant "de boucherie". Or chaque animal est un être sensible, qui mérite autant qu'un autre d'être protégé de la torture, de la maltraitance, et qui devrait avoir autant qu'un autre le droit de vivre.
    Le spécisme est une discrimination des individus en fonction de leur espèce : parce qu'un veau est né veau, on dit qu'il est normal de le tuer pour le manger. Mais rien ne justifie cela, en réalité ! Ce qui est subjectif et injuste, c'est bien le spécisme, et non pas le fait de dénoncer ce qui est fait aux animaux.

  • @ Darcora: Je comprends vos arguments. Mais ce n'est pas si simple que cela. Le fonctionnement de la vie implique que certaines espèces en mangent d'autres, ou prennent leur place. Je me suis toujours demandé pourquoi: pourquoi faut-il manger ou être mangé, pourquoi y a-t-il un perdant et un gagnant, pourquoi la souffrance.

    Dans ce que vous dites je comprends le refus de faire souffrir. C'est quelque chose vers quoi nous devons tous tendre. Mais nous ne mettons pas la limite tous au même endroit. Où placer la limite de ce dont nous pouvons nous servir en tant qu'humains, et de ce dont nous ne pouvons pas nous servir?

    Les espèces fonctionnent sur un "spéciocentrisme" - pardonnez-moi ce néologisme. L'humain aussi. Nous privilégions la préservation et la survie de notre espèce. C'est une des raisons pour quoi il y a des lois sur le crime par exemple. Mais une autre raison, plus proche de la notion de conscience, est la souffrance. Ne pas faire souffrir, ne pas se donner de droits sur l'autre - comme le droit de tuer.

    Peut-on étendre ce qui au départ est un anthropocentrisme - préservation de l'humain - aux animaux? Oui, en terme de ne pas tuer pour tuer, de ne pas faire souffrir inutilement. Si l'on comprend que la souffrance est liée à un système nerveux et à un cerveau capable d'interpréter les sensations, c'est presque tout le règne animal qui doit être protégé, donc pas tué ou utilisé à nos fins et à nos faims.

    Où est la limite des animaux qui n'entrent pas dans cette clause de sauvegarde? Elle s'arrête essentiellement aux mammifères. Mais pas seulement: les oiseaux ne sont pas des mammifères, mais ils peuvent souffrir. Où est la limite? Et serons-nous un jour traduits en justice pour avoir tué un hérisson en roulant, sans intention? Entre les humains l'homicide involontaire existe au pénal.

    Maintenant les plantes. Elles n'ont pas de système nerveau ni de cerveau. Pourtant elles ressentent et manifestent des signes qui démontrent un stress, une réaction à un trauma. Cela a été étudié en URSS dans les années 70. Vous placez une plante mère dans une chambre, et sa fille (une bouture) dans une autre chambres. Une porte les sépare. Vous enlevez une feuille de la plante fille, et à cet instant la plante mère réagit au niveau électrique. Est-ce une souffrance?

    Je comprends votre position sur le fait de ne pas faire souffrir ni faire tuer. Mais où est la limite de ce dont nous pouvons nous servir, et du reste? Pourquoi limiter la souffrance et la conscience aux seules espèces animales?

  • Je me suis toujours demandé, en apprenant qu'ils existe des végétariens, ce qu'ils dirait aux lions, tigres, panthères, guépards, léopards...vont-ils leur faire la leçon ... aussi ?

    "parce qu'un veau est né veau, on dit qu'il est normal de le tuer pour le manger"

    Brigitte Bardot et Franz Weber s'insurgent maintenant, de savoir que les suisses (voisins de la France) mangent de la viande de cheval.

    Acceptons l'idée que les humains ne mangeront plus de cheval, dès demain.
    Que vas-t-il arriver aux carcasses et cadavres des chevaux ?

    Pendant la Seconde Guerre Mondiale, à part Hitler, je n'ai pas eu vent de végétariens...à la vue d'un rat...les humains s'enthousiasmait...

    Lorsqu'on crêve la dalle...comme maintenant en Afrik...les gens mélangent la farine avec de la Terre...et mangent le tout...

    Lorsque la chasse commence...que fait-on des animaux sauvages tués ?
    On les mange...sangliers, cerfs, faisans...

  • "Pourquoi limiter la souffrance et la conscience aux seules espèces animales?"
    C'est très vrai, ce que vous écrivez là, hommelibre.
    Qui s'émeut du râle d'agonie de la carotte arrachée à sa terre nourricière ?

    ;o)

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Hommelibre,

    il est prouvé scientifiquement que sans l'apport des protéïnes animales, le cerveau humain n'aurait jamais pu se développer de manière exponentielle.

    Alors les végétariens et végétaliens devraient étudier un brin leur sujet.

    Remarquez, quand on constate l'évolution de certains membres de l'espèce humaine, on est en droit de se demander si ils et elles ont avalé un morceau de viande dans leur vie...

    :o)

    Perso, je préfère le poisson et les fruits de mer, mais une bonne viande ne saurait contrarier mes papilles gustatives... MIAM MIAM

    Bien à vous hommelibre,

    Stéphane

  • Comme toujours, on trouve un ignare qui lance à la face des végétariens le cri de La carotte;et le pire, en se croyant original et malin, lol!!!
    SINON, PRÉCISION: AVEC 1 KG D VIANDE QUI NOURRIT 10 PERSONNES, ON POURRAIT NOURRIR 100 PERSONNES EN CEREALES, ET 100G DE RIZ, PAR EXEMPLE ça REMPLIT PLUS L'estomac QUE 100G DE VIANDE; ET SI ON Y AJOUTE DES Tomates ET AUTRES LEGUMES, ON A UNE CUISINE VARIÉE, NOUVELLE, DELICIEUSE ET ON N'AURA PAS FAIt SOUFFRIR.
    ALORS, POURQUOI SE PRIVER?
    LA VIANDE EST PLEINE DE L'AGONIE DE BÊTES QU'ON A TORTURÉ DEPUIS LA CONCEPTION À L'ABATTOIR, pleine d'un savoir sur notre culpabilité qui alourdit la chose dans notre estomac et sur notre conscience.
    VOUS ETES CONTRE LA PEINE DE MORT? ALORS, PROUVEZ VOTRE COHÉRENCE ET ARRÊTEZ DE MANGER DE LA CHAIR.

  • Bonjour hommelibre, bonjour jo benchetrit !
    Je le savais ! Je l'ai toujours su dans l'inconscient de mon sousmoi intérieur: je suis un ignare. D'ailleurs, mes ex-femmes et mes innombrables ex-presque femmes, ex-maîtresses et ex-petites amies ne me l'ont-elles pas confirmé à maintes et maintes reprises: je suis bête, mais alors bête ! (raison pour laquelle, à l'époque "pré-ex", si je puis dire, elles n'en finissaient pas de me murmurer avec une lueur salace dans les yeux "Je pourrais te manger..." (preuve qu'elles n'étaient pas végétarinnes, d'ailleurs). De mon côté, je leur glissais dans l'oreille "Tu es chou... je te mangerais aussi !", ce qui démontre qu'il existait dans le sous-conscient de mon surmoi une identification refoulée avec dea légumes BIO de haute qualité. Je dois à la vérité de dire qu'elles étaient toutes de superbes plantes, souples comme des lianes en certaines circonstances et véritables plantes carnivores en d'autres situations que la morale m'interdit de décrire.
    Tout cela, après les douloureuses ruptures qui s'ensuivirent et les dépressions nerveuses de quelques avocates (les leurs, pas les miennes) me fit envisager un instant de me manger moi-même, mais je n'ai pas encore réussi à déterminer s'il me fallait commencer par la jambe gauche ou la droite (je garderai les deux bras, sinon j'aurais de la difficulté à utiliser la fourchette et le couteau).
    En attendant (et avec une torture morale indicible), je continue à manger des bouts de viandes anonymes et des carottes ou autres légumes auxquelles personne ne m'a jamais présenté.
    Quant aux fruits défendus (ou présentés dans de la lingerie coquine)... c'est plus fort que moi: je n'arrive pas à me retenir.
    Je suis sincèrement désolé de vous décevoir ainsi, jo benchetrit.

    :o)

  • A force de se croire tout permis, Stephane, ça monte aux cerveaux (les 2!).
    Du coup, les chevilles enflent et , évidemment, vous l'aurez deviné, ça étouffe les neurones...ce qui n'arrange pas pour la suite.
    Blodesen, donc, derrière la compassion pour les légumes, on découvre un coeur d'artichaut? tout s'explique ! MAis si je comprends vos plaisirs de la chair, je pense que vous pourriez ne pas la voler à des animaux qui n'en demandent pas tant. Contentez vous de vos femmes.
    Oui, Dracora , quand il est normal d'être barbare, soyons fier de ne pas être normaux en disant NON.

  • Vous êtes vache avec moi, jo benchetrit !
    Dans nos sociétés encore assez peu évoluées, l'anthropophagie doit normalement être précédée d'un homicide (heu... "d'une femmicide" pour Madame Salerno, si jamais...). C'est encore très mal vu et cela ne se fait pas.
    Donc même quand je dis à une dame "Hmmm... je pourrais te manger !", c'est juste une image.

    :o)

  • ene crois pas que si vous visitiez un elevage, ou encore si vous alliez voir ce qui se passe pendant les transports et les abattages, je ne crois pas que vous garderiez votre ton badin. Ce qui se passe avec les pauvres animaux est bien pire que tout ce que vous pourriez imaginer. Rien, sinon peut être le nazisme n'est comparable en souffrance à la terrifiante vie de torture que nous leur imposons. Voilà, ce que je veux dire qui est que vous pouvez continuer à vous envoyer en l'air, que c'est super...mais les animaux, il ne faut plus les manger car ça signifie les torturer ou être complice commanditaire. Ce que nous faisons aux bêtes est ignoble, on n'a pas le droit. sans compter les jouissances sadiques pures comme les corridas et autres horreurs invraisemblables.

  • Hélas, jo benchetrit...
    Il y a le monde et la nature tels qu'ils sont et il y a le monde et la nature tels qu'on voudrait qu'ils soient.
    Vous permettez que je vous cite Beaumarchais ?
    "Je m'empresse de rire de tout de peur d'en pleurer".

    Bonne soirée !

    :o)

  • Et si, au lieu de se contenter de pleurer, nous essayions de rendre la terre plus acceptable?
    Car ce que nous faisons aux bêtes n'a rien, mais alors rien à voir avec la nature.
    La seule soluton est de devenir vegetalien, comme moi. ça donne une belle peau, une bonne santé pour nous et les gens qui meurent de faim à cause du carnivorisme, mais pas toujours un gentil caractère surtout quand on connait notre difficulté à porter assistance à des êtres en souffrance.

  • Hitler aussi était végétarien, non-fumeur, non consommateur d'alcool...il aurait bien plu au couple Rielle (Laurence s'occupe de la FEGPA, Jean-Charles de la CIPRET)...

    Végétarien, vegetalien...serait-ce un peu du ... nazisme ? de l'éugenisme ? de l'hygiénisme ?

    ça mange quoi un/une végétalien/nne ?
    Serait-ce appétissant ?

    Mais que vas-t-on manger à la fin ?

  • Je mange très bien, vous savez. Même trop...mais c'est si bon, et si varié, les mets végé, difficile de ne pas craquer.

  • C'est bien ce que l'on a compris, mais dévoilez nous vos menus quotidiens...donnez nous l'eau à la bouche...faites nous baver...saliver...

  • dejà, je dois vous dire que 'ai mis un comm avec un lien pour un article de mon blog qui montre que Hitler n'était pas véégé. ce qui, pour moi, ne change rien car il deait sur un conseil de medecin ne pas manger de viande...because ouleurs au ventre.
    Pov cheri.
    Brefle, il mangeait de la viande et du jambon. MAis il ne s'en vantait pas.Faites sur google: psychanalyse et animaux, Hitler. et vous tomberez dessus. mais au fond, bof.
    pour les menus, une autre fois...promis...mais ce soir , par exemple, du tofu japonais. ça ressemble à de l'omelette, mais sans avoir torturé de poules.
    avec des pâtes à la sauce bolognaise végan, et aussi une mega salade de tomates, oignon rouge, petits bouts de poivron, avocats, maïs. Rien d'original, mais c'est très bon.
    Dessert: un cake fait avec dans la farine bio complète, de la maïzena, de l'huile, et j'ai sucré avec une marmelade de fraises et cerises fraiches denoyautées après cuisson. + une boite de fruits confits.levure: j'ai mis du bicarbonate à defaut de levure.
    Le tout bien cuit mais ça reste très moelleux dedans...ZUt, j'en ai encore envie.j'y vais,
    Voilà de quoi vous faire saliver?

  • pardon pour les fautes: plus le temps de corriger.je tape mal.

  • Bon, brève explication, mais j'aimerais savoir au nom de quel droit supérieur, vous pouvez demander, exiger, influencer les gens à se comporter comme vous...
    Le prosélytisme ne s'arrête donc pas aux limites des religions, des partis politiques, maintenant, ils se fourrent jusque dans nos assiettes...
    En fait, rien d'étonnant, plus qu'il est maintenant interdit de fumer...
    Les chinois ont la loi de l'enfant unique, alors pourquoi ne pas l'importer chez nous aussi ?

    Vivre et laisser vivre...il faut de tout pour faire un monde, tolérance...

  • "Vivre et laisser vivre...il faut de tout pour faire un monde, tolérance..."
    parce que vous considérez que tuer c'est laisser vivre?
    et laisser torturer et laisser tuer, c'est de la tolérance?
    Moi j'appellerais ça plutôt non assistance à personne en danger, mais je sais, pour vous, un animal est une chose. Le fait qu'il souffre ne vous importe pas.Vous êtes tolérant avec la cruauté? Moi non.

  • """Vous êtes tolérant avec la cruauté?"""
    On a bien payé 1 million de francs à Hani Ramadan, qui cautionne la lapidation des femmes, on couvert Micheline Calmy-Rey, se rendant en Iran avec son rideau de douche sur la tête...on tolère que des criminels étrangers restent en Suisse...on tolère des livres judéphobes dans les écoles palestiniennes, saoudiennes...on tolère le meurtre d'enfants isréliens par des missiles palestiniens...

    La non assistance à personne...personne...animaux...
    La Bible l'explique mieux que moi...lisez l'Arche de Noé...consternant...

  • Mais tout cela est lié, ne croyez vous pas? Lisez ce qu'en dit Levi strauss. il voit dans le mal fait aux bêtes la source de nos maux entre nous.

    l'arche de Noé est consternante?

  • Bonsoir tout le monde. Je crois que vous ne mesurez pas bien l'importance du génocide animal qui se déroule sous vos yeux inactifs. Jo benchetrit a tout à fait raison et refuser de manger de la viande ET du poisson (le grand oublié), c'est refuser de contiuer à tuer juste parce que c'est une habitude, tout le monde le fait... Un peu de jugeote bon sang ! Réveillez-vous, l'heure est grave ! Des espèces disparaissent, des humains meurent de faim et la déforestation continue ! Et pour information, la limite c'est là où plus aucun animal, mammifère ou non, ne souffre, torturé et maltraité et n'est tué par notre "civilisation", et où le respect de chaque arbre et chaque plante est compris et mis en oeuvre. Lorsque l'on mange une tomate, le pied qui l'a produit a la place pour en faire une autre. Et si on ne la ramasse pas, vous savez ce qui se passe ? Elle tombe au sol, bien mûre et commence à pourrir. Donc arretez avec votre souffrance du légume et prenez au sérieux ce qui est grave. De toute évidence mangez de la viande n'a pas vraiment rendu intelligent puisqu'il y a encore des guerres et que dans seulement 50 ans tout le monde sera perdu parce qu'il n'y aura plus ni pétrole ni fer ni assez d'animaux à assassiner ! Juste ue dernière chose : on ne force personne a faire comme nous (devenir végé), on essaie desespérément de faire comprendre ce qui se passe pour que tout le monde puisse agir ! Mais apparemment certains préfèrent garder les yeux fermés et les oreilles bouchées plutôt que de s'ouvrir à la réalité et comprendre ce qui constitue aujourd'hui notre monde ! A méditer...

  • Je vois un pont contestable dans l'argumentaire des anti-viande.

    Que l'on mange trop de viande est indéniable, et une réduction drastique s'impose si on veut nourir convenablement toute la planète.

    Cependant il y a certaine "vérité" qu'il convient de nuancer

    "Nourrir mieux toute la planète: on sait qu’en élevant un boeuf qui nourrira 10 personnes, on peut sur le même espace de prairie cultiver des céréales ou légumineuses qui nourriront 50 personnes"

    Ce n'est pas si simple que ça, et affirmer ce genre de chose en suisse est même assez risible: que comptez vous faire pousser sur les alpages si on y fait pas paître vaches et moutons ?

    Les animaux peuvent être d'excellent concentrateur de calorie, à savoir que dans bien des régions, rien de suffisament nourissant ne pousse (région sèche, régions de montagne), mais les ruminants arrivent à en tirer quelque chose, car eux sont équiper pour digérer la cellulose (ce que nous sommes incapable de faire).

    De plus, en ce qui concerne la culture traditionnelle du riz, il est coutume d'utilisez les boeufs pour effectuer les travaux dans les rizière: celà à l'avantage de fertiliser naturellement les sols. Il serait stupide de ne pas également utiliser le lait et de manger de la viande de ces animaux de traits...

    Les élevages de porcs également sont très aventageux en ce qui concerne le recyclage des déchets. Pendant des siècles on a chez nous élevé les porcs dans le fermes en leur donnant ce qui était impropre à la consommation humaine. Là encore tout est une question de dosage: l'élevage intensif est délétaire, mais l'élevage extensif (quelques cochons dans une ferme) se justifie tout à fait.

  • voulez vus vous renseigner sur le soi-disant végétarisme de ce monstre?
    http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/article-5938882.html

  • Le cas des cochons. Le savoir est la porte de l'éthique.:
    copié collé
    Le cochon est très intelligent

    Les scientifiques affirment que les cochons sont parmi les animaux les plus intelligents, à l’exception des primates (quoiqu’ils dépassent même certaines espèces de primates dans plusieurs domaines intellectuels).

    Ils sont plus intelligents que les chiens et tout aussi sociables, loyaux et affectueux. Leur intelligence est semblable à celle d’un enfant de trois ans. Dans leur milieu naturel ils vivent en groupes et peuvent parcourir jusqu’à trente kilomètres par jour à la recherche de nourriture.

    Ils aiment qu’on leur gratte le dos et s’empressent de se retourner pour se faire caresser le ventre. Ils s’endorment en se blottissant les uns contre les autres, groin contre groin.

    Les chercheurs de l’Université de l’Illinois ont découvert que non seulement les cochons ont des préférences de température ambiante, mais qu’ils apprennent à faire fonctionner un interrupteur pour allumer ou éteindre le chauffage dans leur étable en fonction des variations de température.


    Quelques saisons en enfer...
    Dans les élevages modernes, les cochons ne peuvent satisfaire aucun de leurs besoins naturels. Ils ne connaîtront jamais le bonheur de courir dans l’herbe verte, de se prélasser au soleil ou de respirer l’air frais.

    Les truies...
    Dès l’âge de sept mois, les truies sont accouplées. Un mois après la mise bas, elles sont accouplées à nouveau et maintenues en gestation constante, pour être finalement abattues après quatre ou six portées.
    Beaucoup sont enfermées pendant la gestation dans des stalles où elles ne peuvent pas bouger. Leur détresse et leur souffrance y sont intenses. Certaines perdent même connaissance en tentant de s’enfuir.
    L’accouchement se fait dans des cages plus petites encore, pour empêcher les truies d’écraser les porcelets en se couchant. Séparés de leur mère par une grille de métal même pendant l’allaitement, les petits leur sont définitivement arrachés au bout de trois ou quatre semaines. Ces stalles sont si cruelles qu’elles sont désormais interdites dans certains pays, notamment au Royaume-Uni. Mais il faudra attendre 2013 pour la France et l’interdiction ne concernera que les truies gestantes !

    les porcelets...
    Dès leurs premières semaines de vie, ils subissent toute une série de mutilations. Leurs dents sont sectionnées à la pince. Coupées au niveau de la pulpe, elles éclatent jusqu’à la racine, ce qui provoque des infections à répétition qui sont une source de souffrance permanente.
    Viennent ensuite coupe de la queue et castration, toujours sans anesthésie. La castration nécessite une incision profonde car les testicules ne sont pas apparents. Très douloureuse, cette opération a été interdite au Royaume-Uni, par exemple. Mais elle est toujours pratiquée en France.
    Quand les porcelets mâles sont abattus, ce sont encore des bébés : ils n’ont que six mois, alors que leur longévité naturelle est de six à neuf ans. Pendant leur courte vie, ils n’auront aperçu le soleil qu’une seule fois, à bord du camion qui les mène à l’abattoir.

    ...et les autres
    A cause de l’accumulation de saleté, d’excréments et d’urine, 75% des animaux souffrent de pneumonie et plus du quart d’une forme de gale qui peut entraîner la mort (sans parler des démangeaisons insupportables). Les médicaments et les manipulations génétiques provoquent artificiellement une croissance si rapide que les animaux sont à peine capables de marcher. Chaque année des centaines de millions de cochons arrivent paralysés à l’abattoir.
    Le transport est une source supplémentaire de stress et de souffrance, d’autant qu’il se fait souvent sur de très longues distances, parfois sans pouvoir boire ou manger et dans un inconfort extrême.

    Dans un abattoir français type, plus de 2 000 cochons sont tués tous les jours.
    Impossible, dans ces conditions, de prêter assez d’attention à chacun pour s’assurer qu’ils sont tués de la façon la moins cruelle possible. La loi impose qu’ils soient étourdis avant d’être découpés en morceaux, mais l’électrocution est souvent ratée. Du coup, beaucoup d’animaux sont encore conscients lorsqu’ils sont plongés dans la cuve d’échaudage (une cuve d’eau bouillante destinée à éliminer les poils et assouplir la peau).



    http://www.petafrance.com/vegetarian-pig3.asp



    Les cochons sont probablement les animaux les plus malheureux de la planète.
    Victime d'une réputation qu'il ne mérite pas mais qui satisfait les consciences, le cochon est depuis longtemps déconsidéré par l'espèce humaine à un point tel que cet animal est relégué sans scrupule au statut de machine à produire de la viande. Et cela dans des conditions d'élevage monstrueuses et pourtant dans l'indifférence quasi générale. Même au sein de certains sympathisants de la cause animale, le cochon ne semble bénéficier que de peu d'empathie.

    "Après tout, ce n'est qu'un cochon", voilà la phrase qui semble donner bonne conscience.
    Aucun animal ne mérite évidemment toute une vie de souffrance comme on l'impose aux porcs dans les élévages.
    Mais ici, il faut savoir en plus que le cochon est non seulement très éloigné de sa réputation d'animal bête et sale, mais qu'a contrario, il est sur le plan biologique et éthologique un des plus proches cousins de l'homme.

    À ce titre, et malheureusement pour lui, le cochon est utilisé en masse dans les centres d'expérimentation animale.
    Le cochon est sans aucun doute le plus intelligent, le plus sensible et le plus propre de tous les animaux de ferme.
    Ce dernier est non seulement capable de développer des comportements relationnels avec l'homme, tout comme le chien, mais qu'en plus il ne souille jamais sa litière si on lui donne la possibilité de sortir. Le cochon adore la propreté et le confort, et s'il aime se rouler dans une mare de boue, c'est uniquement parce que ça le rafraîchit et que ça le protège des insectes et du soleil.
    En outre, le cochon est très sensible à la douleur et au stress.
    A partir de là, il est aisé d'admettre que ces animaux souffrent encore bien plus que n'importe quelle autre espèce du calvaire que les éleveurs leur font subir.
    Suite: http://www.animauxenperil.be/Pages/Animaux_ferme/coch_02.htm
    http://www.animauxenperil.be

  • Si les abattoirs avaient des fenêtres, combien d'entre-nous seraient encore capable de manger de la viande ? Interrogez vous de savoir pourquoi, il est pratiquement impossible de visiter un élevage industriel ou un abattoir

  • Regarder le nombre de cadavres d'animaux au bord des routes, ça n'empêche hélas personne de rouler...

  • Pas de fenêtres ?

    Pas besoin, j'ai tué de mes mains un poulet, je l'ai déplumé, je l'ai cuisiné ... et je l'ai mangé...quoi de plus naturel ?

    Pour les chevaux c'est pareil...en fin de vie, mieux vaut les amener à l'abattoire...ça fait un bon, très bon salami...non, je n'ai pas d'actions chez Malbunner & co.

    Concernant les cadavres d'animaux, tués par des voitures, alors qu'ils tentaient de traverser les fôrets...c'et pareil...vous le mettez dans le coffre de votre bagnole, véhicule, voiture...vous le ramenez à la maison...

    La liste des recettes à base de "chasse" ...sangliers, cerfs, faisans, est trop longue, je ne vais pas me mettre à l'établir...

  • Je trouve le combat des végétariens plutôt sympa et bien argumenté. J'ai déjà essayé d'être végétarien, mais je n'ai pas tenu la pression. Les avantages sont multiples: éthique, écologique, économique,.... (voire les post ci-dessus)

    J'ai toutefois un petit problème avec ces produits végé, qui ressemblent à de la viande. Ils sont tout aussi cher que de la vraie viande, ne sont ni écolo à cause de leur emballage, traitements et provenance et éthiquement il ne font que vous donner l'impression de manger de la vraie viande!

  • Je ne comprends pas comment l'être humain qui se dit supérieur à toute autre espèce vivante peut se comporter aussi cruellement !! Effectivement c'est dans la nature, la chasse, la pêche etc... ça fait partie d'un tout. Sauf que dans la nature, chaque animal est nécessaire et participe au bon fonctionnement, l'homme tout ce qu'il arrive à faire c'est détruire l'écosystème et en plus participer de plus en plus activement à l'éradication de beaucoup de ces espèces. Le pire c'est qu'il se voile la face. Il va même jusqu'à dire que comme l'animal est inférieur, il ne ressent rien ou pire il ne souffre pas ! Ben voyons !
    Perso, je préfère donner ma vie à sauver un animal plutôt qu'un être humain ! il n'en vaut pas la peine.

  • Le suicide collectif...c'est pour tout de suite...ou on a encore le temps de se taper un bon steak ?

  • Une fricassée de chatons avec de la sauce Café de Paris c'est vraiment délicieux!

    Sinon la viande séchée de St-Bernard est meilleure que celle de boeuf.

    Au final ça me rassure de voir qu'il y a encore plus stupide que les zécolos.

  • Juste une question? Vous croyez que les requins,les crocodiles les lions etc. se posent toutes ces questions en bouffant un gosse?

    Les animaux sont là pour nous nourrir.

    Il faut les tuer et les cuisiner correctement.

  • "Regarder le nombre de cadavres d'animaux au bord des routes, ça n'empêche hélas personne de rouler..."

    Et les vélos qui écrasent des escargots?Et les pauvres limaces? Qui se soucie de leur sort?

  • Diantre, nous ne somme pas responsables de *la chaîne alimentaire" ! Le struggle for life auquel les êtres vivants sont soumis ne sont tout de même pas de leur fait ...

  • Ils ont d l’humour tous ces viandards. J’aimerais voir s’ils en auront encore autant devant la tombe qu’ils sont en train de s’creuser !
    http://www.rfi.fr/sciencefr/articles/104/article_70881.asp

  • Merci mérinos de partager avec nous votre solution pour ne pas mourir.

    Il faut manger beaucoup d'épinards? d'ail?

    Moi je préférerai que ce sois des patates.

  • Et si on est des "viandards" vous êtes quoi? Un légume?

  • Et bien ce sont ce que l'on appele communément des "victimes collatérales"...
    Tous ces virus trouveront en face d'eux de vaillants vaccins...tous prêts à être mis sur le marché...

  • Et vous avez déjà senti un pet de végétarien ou encore pire de végétalien?

    la preuve que notre organisme n'est pas prévu pour ce régime.

  • Darcora nous a bien mis en garde...il vaut mieux que les humains deviennent tout maigre, comme les enfants d'Afrique...par solidarité...

    "Certaines pratiques sont mauvaises parce qu'elles impliquent la souffrance et/ou la mort d'êtres sensibles (humains ou pas), et donc il est logique de refuser les produits issus de ces pratiques, comme par exemple la viande."

    Ne pas manger, endurer la faim...n'est-ce pas une soufrance...aussi ?


    Ensuite, Jo Benchetrit est venue prendre la défense des carottes...

    "Comme toujours, on trouve un ignare qui lance à la face des végétariens le cri de la carotte et le pire, en se croyant original et malin, lol!!!"

    Ensuite, ce fut le tour de Naya, de nous traiter tous des criminels, nazis et racistes...

    "Bonsoir tout le monde. Je crois que vous ne mesurez pas bien l'importance du génocide animal qui se déroule sous vos yeux inactifs."

    Après quoi, Mathilde nous fait part de son souhait d'installer des fenêtres aux abattoirs...

    "Si les abattoirs avaient des fenêtres, combien d'entre-nous seraient encore capable de manger de la viande ?"

    J'aimerais savoir :

    1. il y en a encore beaucoup, des "illuminés" ?

    2. pousser des plants de cannabis, pour le couper, le fumer et par la même occase, consommer un max d'énergie fossile (et oui, les ampoules pour le cannabis, sont très, très énergivores)...

    3. si vous êtes des criminels...

    (non-assistance à personne en danger, cf. Isaden75, qui nous écris "Perso, je préfère donner ma vie à sauver un animal plutôt qu'un être humain ! il n'en vaut pas la peine."

    ...retenez vous, s'il vous plaît d'inciter publiquement au crime (il y a des lois en Suisse, aussi)...

    4. en quoi cela vous dérange personellement, de savoir que d'autres individus sur Terre font le choix de manger de la viande ?

    5. de quel droit croyez vous pouvoir infléchir les habitudes des gens, leur désir et leur volonté de manger de la viande ?


    Personellement, j'aurais porté plainte pénale pour incitation au délit de non assistance à personne en danger, à l'encontre de la mystérieuse Isaden 75.

    Mais...chacun est maître, sur son blog...

  • "Et si on est des "viandards" vous êtes quoi? Un légume?"
    "Et vous avez déjà senti un pet de végétarien ou encore pire de végétalien?"

    Niveau jardin d'enfants, c'est celui qui le dit qui l'est

  • Non mais vraiment c'est trop là... Plusieurs personnes conscientes essaient de vous expliquer que votre univers n'est qu'une illusion sanglante et que ça ne peut plus fonctionner et vous vous êtes là à dire des bêtises du genre "pet de végétarien" ou encore "nous les viandards donc vous les légumes"... c'est tout ce dont vous êtes capables ? Vous êtes tellement idiots que vous n'êtes même pas capables d'avoir une conversation qui aboutie intelligemment à quelque chose ? Pfff... Vous savez quoi ? Continuez à manger de la viande, allez-y détruisez votre monde. Avec un peu de chance vous vivrez assez vieux pour voir l'étendue des catastrophes que VOUS aurez provoqué ! Seuleument il sera trop tard et pleurnicher ne vous servira à rien. (Et comme vous êtes incapables de réfléchir... Bonne chance !)

  • Et voila, si cela ne marche pas, on y arrive inévitablement aux insultes !

    John...!

    "illusion sanglante"; "bêtises"; "tellement idiots"; "même pas capables";

    Un peu de modération, que diable !

    Naya, ne revenez pas...les insultes, non merci...

  • Et bien le débat est vif et sans compromis! L'aspect affectif des argumentations est de nature à faire perdre de vue les arguments. Franchement, je rejoins Micheline, le monde est fait de cette manière: manger autre chose pour vivre. Si l'on va au bout de l'argument de ne pas faire souffrir, même les végétaux ressentent et peut-être souffrent, comme je l'ai dit à un endroit plus haut. Et personne ne m'a répondu à où poser la limite de ne pas tuer. Je vais un peu à l'extrême: les moustiques sont des êtres vivants, donc il ne faut pas les tuer, les mouches pareil, il faudra un masque pour respirer pour ne pas en avaler par inadvertance.

    En même temps pour des raisons de santé et d'éthique, je suis d'accord sur le fait réel que l'on traite les animaux n'importe comment et que nous mangeons trop de viande. La vie est construite sur ce modèle. Certains amérindiens trouvent leur solution en ritualisant la chasse et le repas, en remerciant l'animal pour son "sacrifice". Nous-même à quoi sommes-nous sacrifiés?

    Je n'ai que des questions et pas de réponse.

  • J'ajoute que je préfère sur ce blog des arguments, même vifs, même viscéraux et sans compromis, que des injures. Svp, de part et d'autres, affirmez-vous mais pas d'injures! Merci. John.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Hommelibre,

    dire qu'il y a huit mois, je déconnais en lançant l'interdiction de l'Entrecôte Café de Paris, mais force est de constater qu'on y vient...

    Vraiment.... quand on lit certains commentaires... je me pince.

    Parce que, qui n'a jamais entendu le cri de l'oignon qui commence à frire ?... la craquement pleureur du céleris en branche... le déchirement des peaux de poivrons...

    Lançons l'Association de Protection des Légumes la fameuse APL !

    Les légumes eux aussi ont le droit au respect !

    NON MAIS !

    PTDR :o)

    Mieux vaut en rire,

    Bien à vous,

    Stéphane

  • J'ajoute encore que je suis très surpris et mal à l'aise avec deux commentaires qui disaient en clair: "Je préfère sauver un animal qu'un humain", et je crois: "sauver mon chat plutôt que mon enfant". Je n'ai pas le temps de tout relire.

    Mais là je dis stop. Là c'est aller trop loin. Ce n'est plus du respect de la vie, c'est ... je ne sais pas comment qualifier cela. C'est de la plus pure idéologie, du fascisme inversé. Invraissemblable. Alors si quelqu'un est en train de violer de torturer et de tuer votre enfant, et si en même temps quelqu'un d'autre est en train de tenter de jeter votre chat dans un puits, vous sauverez votre chat?

    Pfff.... Non, définitivement imprenable. Et je préfère entendre mille fois tous les carnivores ou "viandards" ici présent qu'une telle con.... de la part d'un "végétard" mal dans sa tête.

  • Désolé, je me suis un peu énervé sur ce point.

  • Je regrette qu'aucun "anti-viande" ne réponde sur mes objections concernant l'utilité de l'animal pour exploiter les calories des végétaux qui ne sont pas assimilable par l'homme (ruminants qui digère la cellulose).

    J'ajouterais que dans notre monde occidental énergivore, il est facile de concerver les fruits et légumes au frigo ou congelé. Cependant la meilleur solution pour garder longtemps des sources importantes de calorie, c'est le fromage, la viande séchèe ou le poisson fumé...

  • Aux viandistes

    Que diriez vous d'un bon hachi de dauphin ou d'une saucisse de chiot?
    La majorité d'entre vous crierait au scandale, mais pourqoi se permettre de manger une vache et ne pas manger un dauphin ou même de la chaire humaine?

    La cuisine végétarienne a mérite de faire preuve d'originalité et au passage de mettre en avant des produits souvent oubliés par les mangeurs de burgers frites.

  • Alors plus de cigarette,plus d'alcool,plus de voiture, plus de sucre, plus de sel,plus de viande, plus de voiture etc...

    Cela devient effrayant de voir l'importance que les médias donnent à des minorités illuminées.

    Je vais faire une réserve de corned beef et de boîtes de sardines au cas où.

  • "Que diriez vous d'un bon hachi de dauphin ou d'une saucisse de chiot?
    La majorité d'entre vous crierait au scandale, mais pourqoi se permettre de manger une vache et ne pas manger un dauphin ou même de la chaire humaine?"

    Du dauphin on en trouve dans les boîtes de thon (je pense que c'est ce qui donne ce petit goût en plus).

    Quand à une saucisse de chiot, si vous avez une adresse je veux bien goûter et decider après.

    On mange bien de l'agneau,du veau,des bébés poissons etc. alors je ne vois pas où est le problème.

  • "même les végétaux ressentent et peut-être souffrent, comme je l'ai dit à un endroit plus haut. Et personne ne m'a répondu à où poser la limite de ne pas tuer. Je vais un peu à l'extrême: les moustiques sont des êtres vivants, donc il ne faut pas les tuer, les mouches pareil"

    Concernant les insectes, il est impossible de se prononcer avec certitude sur la question de leur capacité à éprouver la douleur, ce qui n'est pas le cas chez les animaux. Pour les végétaux, c'est très stupide d'imaginer qu'ils pourraient ressentir, sans système nerveux, la même chose que ce que ressent un être doté d'un système nerveux. Et comme si la "souffrance" des insectes et des plantes vous intéressait, alors que vous ignorez celle des animaux. Seul l'être humain est conscient qu'il va tuer ce qui n'est pas le cas du chat, du lion et autres animaux, car eux, je doute, qu'ils puissent faire leurs emplettes chez le légumier du coin.

  • "5. de quel droit croyez vous pouvoir infléchir les habitudes des gens, leur désir et leur volonté de manger de la viande ?"

    Parce que manger de la viande n'a rien d'anodin tout simplement.
    http://bevillard.com/index2.php#album=20 cliquez sur "abattoir"
    http://video.google.com/videoplay?docid=-4084309931497664953 ..
    http://www.telerama.fr/idees/c-est-pas-une-vie-cochon,30847.php ..
    http://www.youtube.com/watch?v=MwBNpHpc-ck certains ne savent même plus que ce morceau de chair appartenait à un animal
    http://www.youtube.com/watch?v=SWmAJlwLnQI&feature=related .. Des cas "isolés"

    Et j'en ai d'autres pour qui veut!

  • ça m'a ouvert l'appétit, je vais vite me chercher un kebab!

    Quelqu'un d'autre en veut un?

    Je ne sais pas s'ils les font avec de la viande de chiots.En tous cas il y en a à la viande d'agneau..

  • ""Que diriez vous d'un bon hachi de dauphin ou d'une saucisse de chiot?
    La majorité d'entre vous crierait au scandale, mais pourqoi se permettre de manger une vache et ne pas manger un dauphin ou même de la chaire humaine?"

    On peut être contre la surexplotation des ressources naturelles (chasse et pêche abusive) sans être anti-viande. Pour la saucisse de chiot, je ne pense pas que le rendement de l'élevage de chien de boucherie soit très rentable, ni celle d'aucun carnivore du reste, à mon avis celà ne peut rester que très marginal.

    Le tabou du canibalisme a ses raisons d'être: on peut attraper facilement des maladies en mangeant son prochain ! D'ailleurs à mon avis, c'est l'origine de cette hystérie anti-viande. Pour faire un peu d'évopsy, il est clair que pendant notre évolution récente, nos ancêtres se sont rendu compte que manger son prochain n'était pas très rentable et parfois dangeureux, ancrant dans son subconscient un profond tabou (comme celui de l'inceste, par exemple): le mécanisme est simple: ceux qui n'avait pas de scrupule à manger d'autres hommes sont mort (probablement à cause de la maldadie de Kreuzfelds-Jakob) en plus grand nombre que ceux à qui celà ne plaisait pas, la sélection naturelle a joué son rôle.

    En humanisant les animaux, on se heurte au tabou du canibalisme, ce qui crèe ces réaction disproportionnée. C'est à mon avis tout simplement pour ça que l'on a une certain répulsion à manger des animaux avec lesquels on a tissé des liens affectifs: on a l'impression de manger un être humain.

  • Donc, mérinos, si je vous comprends bien, les plants de cannabis, eux aussi, s'en foutent royalement, baba-coolement...

  • Kebab ? chiche...alors...ehhh...poulet, agneau, les 2 ?

  • """C'est à mon avis tout simplement pour ça que l'on a une certain répulsion à manger des animaux avec lesquels on a tissé des liens affectifs: on a l'impression de manger un être humain."""

    Excellente synthèse...j'aimerais voir ces vege...en temps de guerre...ne mangerait-ils pas un bon p'tit ... rat ?
    Bien dodu, grassouillet...?

    Comme ils ne le connaissent pas...ils vont s'en prendre plein la poire...de la peste noire...

  • Ok pour un kebab poulet,agneau!

  • @ merinos: vous dites: "Concernant les insectes, il est impossible de se prononcer avec certitude sur la question de leur capacité à éprouver la douleur, ce qui n'est pas le cas chez les animaux. Pour les végétaux, c'est très stupide d'imaginer qu'ils pourraient ressentir, sans système nerveux, la même chose que ce que ressent un être doté d'un système nerveux."

    Bien, les insectes passent à la trappe, ou aux pertes et profits. Vous pouvez continuer à en écraser sur votre bras ou votre pare-brise sans culpabilité pathologique. Concernant les plantes, ce serait stupide d'imaginer qu'elles peuvent ressentir sans système nerveux. Vision très matérialiste et limitée de la conscience et du sensible. Et pourtant...

    Comment interpréter les expériences que j'ai citées plus haut en réponse au commentaire de Darcora. Je reprends juste un passage:

    "Maintenant les plantes. Elles n'ont pas de système nerveux ni de cerveau. Pourtant elles ressentent et manifestent des signes qui démontrent un stress, une réaction à un trauma. Cela a été étudié en URSS dans les années 70. Vous placez une plante mère dans une chambre, et sa fille (une bouture) dans une autre chambres. Une porte les sépare. Vous enlevez une feuille de la plante fille, et à cet instant la plante mère réagit au niveau électrique. Est-ce une souffrance?"

    C'est troublant. Au niveau moléculaire et plus loin encore au niveau atomique, tout est formé de quelques particules interreliées et en résonance par longueur d'onde ou par agitation d'un champs, sans limitation précise de distance. La physique quantique démontre (l'expérience a été faite à Genève) qu'une particule peut recevoir l'information d'une autre particule à distance. Les humains, les animaux, les plantes, les minéraux, étant fait des mêmes poussières d'étoiles et des mêmes particules, tous les éléments sont connectés et reçoivent l'information.

    Et si on ne se limitait pas au système nerveux (ce qui sort du règne des mammifères, la défense duquel règne n'est qu'un mammifèrocentrisme)? Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir? Et si les plantes ressentaient la souffrance par résonance avec d'autre espèces? Et si le système nerveux n'était pas le seul vecteur de la souffrance, du sensible et de la conscience? Et si la conscience n'était pas seulement liée au système nerveux? Et si les chamanes avaient raison, eux qui disent que tout a une âme? Alors nous devrions ne plus rien toucher, ne plus rien manger, disparaître et laisser les animaux s'entretuer avec la conscience - sous une forme ou une autre - qu'ils tuent, et qu'ils tuent parce que c'est une nécessité. Alors qu'ils pourraient être végétariens, comme les diplodocus.

    Les dogmes avec un fond affectif ne sont pas simples à démonter, mais pas simple non plus à argumenter pour qui les défend. Pour autant, la souffrance d'un animal ne me fait pas plaisir. Encore moins celle d'un humain, encore moins celle d'un enfant dont le parent préfère sauver le chat.

  • j'envoie mon post en 2 parties - le premier envoi n'a pas fonctionné

    "Bien, les insectes passent à la trappe, ou aux pertes et profits. Vous pouvez continuer à en écraser ....." et "Les plantes (...) Pourtant elles ressentent et manifestent des signes qui démontrent un stress"

    Le côté mélodramatique, c'est fait exprès ? Je respecte les insectes, et il est indéniable que sans eux, la vie sur Terre deviendrait impossible et disparaitrait. Quand à savoir s'ils souffrent, je n'ai pas vraiment la réponse (alors que je réponds OUI pour un mammifère) mais cela ne change rien. Si je trouve un insecte chez moi, je le prends et je le mets dans le jardin : qu'il vive sa vie pendant que je vis la mienne ! Je fais une énorme différence entre écraser une fourmi involontairement et exploiter/tuer un animal de manière arbitraire. Le premier cas a des circonstances atténuantes, le second aucune.

    Est-ce-que parce-qu'il n'est pas possible d'être parfait cela induit qu'une lutte ne doit pas être menée, là où c'est possible ? Parce qu'on ne peut pas facilement vivre sans tuer d'insecte, il faudrait légitimer les abattoirs, les élevages, la vivisection et être le plus cruel qu'on peut envers les animaux ? A ce moment on peut dire la même chose pour toutes les luttes : comme il sera impossible de supprimer la violence entre les humains, légitimons la violence absolue. Comme il y aura toujours des femmes violées, légitimons le viol et violons, comme il y aura toujours des inégalités, faisons tout pour les accentuer et puisque la mort existera toujours, autant légitimer le meurtre. Est-ce-cela le raisonnement ?

  • Quand je lis certains commentaires, ça me laisse coite !
    Et je le redis on va croire que l'espèce humaine est intelligente, on va mêe dire que c'est l'espèce la plus intelligente sur Terre... Je vais plutôt dire la plus conne, c'est sûr !!
    Si l'homme mange des animaux qui ne peuvent pas se défendre, dans ce cas pourquoi ne mange-t-il pas des bébés. Bah oui ils ne peuvent pas se défendre non plus. Et bientôt on trouvera dans nos assiettes de jolis bébé dodus cuits à points, c'est peutêtre meilleur pour la santé qu'un lapin.

  • Ah le goût de ... l'extrêmisme ...

  • "Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir?" Y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Quant aux parents qui choisissent de sauver le chat à l'enfant, désolé mais je n'en connais pas. Par contre des parents qui maltraitent leurs enfants mais également leurs animaux les journaux en font leurs choux gras tous les jours.
    ----
    Je pense avoir envoyé au moins 4 fois le post ci-dessus seul changement dans cet envoi l'absence d'un URL des "Cahiers anti-spécistes" et un livre à lire absolument de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer "Ethique animale"
    Je ne vois pas la raison pour laquelle ce post n'a pas été accepté! Alors ... nous des extrémistes?
    Et puis si l'extrémisme est d'avoir du coeur et respecter tous les êtres qui partagent la planète avec nous ... alors oui je suis un extrémiste et fier de l'être.
    "Je suis partisan des droits des animaux comme des droits des humains. Telle est la manière de l'être humain entier" Abraham Lincoln

  • La manière d'être d'un cow-boy est celle de tirer une balle dans la tête de son cheval, pour lui abréger des souffrances...ça c'est humain.

  • @ mérinos: non pas de censure. Je vous lis et accepte vos commentaires, pas de problème. Mais j'ai aussi parfois des commentaires qui ne passent pas: on me demande d'abord un code, puis plus tard je vois que rien n'a passé. 2 ou 3 fois cette semaine, et j'en ai vu apparaître seulement 12 h ou 24h après. Donc je n'y suis pour rien, si j'ouvre un débat je laisse chacun s'exprimer, même si nous ne sommes pas d'accord.

    Je réfléchis à ce que vous écrivez, je verrai à commenter plus tard. Pour l'immédiat, la question qui ne trouve pas de vraie réponse pour moi est la question de la limite à placer. Je ne trouve pas encore le fondement de cette limite, celle du système nerveux étant à mes yeux spéciste: elle privilégie les mammifères ou animaux à système nerveux. Donc des espèces animales.

    Peut-être y a-t-il plus de proximité entre un mammifère et nous qu'entre une plante et nous, oui, et vous avez raison de dire que l'on voir l'animal souffrir. Mais les espèces non animales sont exclues de cela, or la vision chamanique que je citais plus haut inclut toutes les espèces.

    Et la physique des particules montre que tout est fait des mêmes 4 ou 5 particules fondamentales, donc nous sommes faits de la même chose que les pierres, les plantes, les animaux. Seuls la complexité des molécules issues de ces particules fondamentales, et leur organisation diffère.

  • "Si l'homme mange des animaux qui ne peuvent pas se défendre, dans ce cas pourquoi ne mange-t-il pas des bébés. Bah oui ils ne peuvent pas se défendre non plus. Et bientôt on trouvera dans nos assiettes de jolis bébé dodus cuits à points, c'est peutêtre meilleur pour la santé qu'un lapin."

    Cette intervention confirme que les végétariens extrêmistes ont bien un problème avec un tabou du canibalisme "mal digéré". Certains sont plus sensibles que d'autres aux réflexes de survie. Bon nombre de personnes ont une peur panique irraisonée de se retrouver en haut d'une échelle, pour d'autre c'est visiblement la peur de manger des humains.

  • Tant que l'animal est tué décemment je ne vois pas où est le problème?

  • Je ne vois pas ce qu'il y a de décent dans le meurtre... qu'y-a-t-il de décent dans le fait de manger le corps d'un être sauvagement assassiné ?
    Ptitsuisse, je suis loin d'être extrêmiste comme tu sembles le sous entendre. Au contraire, j'accepte que les humains puissent manger de la viande mais le problème c'est de savoir comment l'animal ainsi atterri dans l'assiette a été assassiné. Il y a une différence entre le poisson pêché avec une canne à pêche et la pêche au gros, les meurtres d'animaux sauvages par armes à feu.
    Trouvez-vous logique de tuer un chien qui aurait mordu quelqu'un alors qu'en France l'euthanasie n'est même pas acceptée ? On va crier au scandale et dire qu'un animal doit être mis à mort parce qu'il a tué ou blessé un humain mais quand on voit le contraire, un homme tuant sans honte un animal, lui on va le laisser vivre. Je suis désolée mais je ne trouve pas cela normal du tout.
    Si je ne mange pas de cadavre c'est tout simplement parce que je respecte la vie, je respecte l'animal et perso je préfère mourir et terminer dans le ventre d'un tigre ou d'une hyène plutôt que sur la route écrasée parce qu'un connard d'humain ne sait pas rouler correctement et s'arrêter à un feu rouge.

  • Ahhh, Isaden75, m'amène mon sujet de prédilection sur un plateau...bon appétit.

    Voila, voila...chère madame Isaden, je vous invite (à mes frais) à la chasse au chien errant, dans les rues bucarestoises.
    En effet, chaque jour, 200 à 300 personnes se font mordre par des chiens errants.
    Ce qui signifie que ces gens en ont pour 40 jours d'injections, un grand vaccin, d'abord, tout de suite, à la morsure...
    Cela a évidemment un coût, qui n'est pas pris en charge.

    Des gens bien gentils, comme vous, voir pire, sont toujours contre l'euthanasie de ces chiens-là, gueulent à qui veut les entendre...mais le moment ou on leur propose de prendre le chien en question, chez eux, de signer les papiers d'adoption...LA...plus personne...ohhhh...vous savez j'aurais pas le temps de m'occuper, je n'ai pas suffisament d'argent, pour les vaccins, la nourriture...

    ET VOILA ! ! !

    Ces grands défenseurs des animaux de merde, qui gueulent à longueur de journée, ces *#& ! ! ! se défilent !

    LACHES ! GENS DE PEU DE FOI ! GENS SANS PAROLE SANS DIGNITÉ SANS COURAGE !

    Tuer un chien errant bucarestois, lui permet de mourir vite, proprement au lieu de le faire souffrir inutilement...castration, vaccination...etc.

    Brigitte Bardot (honnie soit-elle et maudite) est allée à Bucarest, mais n'est pas repartie avec les 20'000 chiens de l'époque...qui aujourd'hui sont devenus 100'000, des hordes carnivores, sauvages, qui attaquent en bande tous les bipèdes humains...

    Brigitte Bardot est peut-être votre sainte, soit, mais à Bucarest et en Roumanie, elle est persona non grata, indésirable !

  • "Je ne vois pas ce qu'il y a de décent dans le meurtre... qu'y-a-t-il de décent dans le fait de manger le corps d'un être sauvagement assassiné ?"

    Si vous connaissiez un peu le sujet vous sauriez qu'une viande d'un animal qui a été tué alors qu'il était stressé a mauvais goût.Il suffit de l'étourdir gentiment avec une décharge électrique puis de l'égorger délicatement et rapidement.La viande est bien plus tendre.

    "Trouvez-vous logique de tuer un chien qui aurait mordu quelqu'un alors qu'en France l'euthanasie n'est même pas acceptée ?"

    Tout à fait car l'animal n'est pas doué de raison (juste pour votre information au-cas où vous l'auriez oublié) et peut recommencer. Encore une fois vous mettez deux situations totalement différentes en parallèle pour défendre votre point de vue. Vous comparez un rotweiler qui a sauvagement déchiqueté un enfant (humain) avec un cancereux en phase terminale?

    "Je suis désolée mais je ne trouve pas cela normal du tout."

    C'est votre (dé-)raisonement qui est totalement anormal et déviant.Les animaux sont là pour nous nourrir.

    "Si je ne mange pas de cadavre c'est tout simplement parce que je respecte la vie, je respecte l'animal et perso je préfère mourir et terminer dans le ventre d'un tigre ou d'une hyène plutôt que sur la route écrasée parce qu'un connard d'humain ne sait pas rouler correctement et s'arrêter à un feu rouge."

    Je mange des cadavres avec plaisir car je trouve cela bon et agréable.

    Avec votre dernière phrase vous sous-entendez que les animaux traversent aux passages piétons? Grande nouvelle! A moins que vous fassiez encore la confusion entre humains et animaux en prenant des enfants pour des gentils macaques humanisés?

    J'évite autant que possible de rouler sur des animaux car cela salirait mon Hummer (le sang qui s'imprègne sur la carrosserie est difficile à faire partir).
    Je fais une exception avec les chats car ils sont trop faciles à choper la nuit avec leurs yeux qui brillent.

  • Les plantes souffrent et communiquent. Le TJ de la TRS vient juste de commenter une étude scientifique. Certaines plantes mangées par les vaches envoient des signaux aux plantes voisines. Celles-ci produisent immédiatement des tanins qui les rendent amères et immangeables, et les vaches les épargnent.

    Donc les plantes se défendent contre la mort. Elles sont averties par d'autres qui sont tuées par les vaches. Pourtant les plantes n'ont ni cerveau ni système nerveux. pourtant la réaction étudiée montrent qu'elles vivent un stress, donc une supposée souffrance d'une manière ou d'une autre.

    Cela repose la question: ne pas tuer pour ne pas faire souffrir, mais où poser la limite? Les plantes souffrent et se défendent, elles n'ont ni système nerveux ni organe d'expression pour nous le faire voir. Alors, faut-il ne plus manger de plantes et de végétaux?

  • Ah là là ces meurtriers aucune conscience ! et les meurtriers ne sont pas juste ceux qui tuent un être vivant, ce sont aussi ceux qui en profitent.
    Grand bien vous fasse que ça ne vous fasse ni chaud ni froid un assassinat. Désolée alors de ne pas être comme vous mais finalement en y réfléchissant, je préfère pas. Je préfère être moi-même plutôt que de vous ressembler.
    Pour vous répondre, si je pouvais, si j'avais les moyens, j'aurai un domaine entier pour recueillir et m'occuper des ces animaux torturés... mais la seule chose que j'arrive à faire avec le peu de moyens que j'ai c'est juste quelques dons par an.
    Je ne vais pas me taire parce qu'une bande de dégénérés ne veut pas comprendre qu'il n'y a quand même quelques personnes sensées qui veulent se battre pour sauver la vie !

  • Isaden75, cela ne répond en rien, en rien à ma vraie question. Traitez-moi, traitez-nous d'assassins, vous mangez des plantes, des plantes qui souffrent, qui se défendent, qui luttent contre la mort, qui organisent des stratégies pour y échapper. Vous tuez vous aussi. Que cela vous plaise ou non. Au fait, pouvez-vous argumenter plutôt que de traiter les gens d'assassins? Ma question reste entière, et personne parmi vos amis n'y répond. Certains d'entre vous affirment juste qu'ils préfèrent sauver leur chat que leur enfant...

    Sans commentaire.

  • Les végétaux pour pousser ont besoin d'un sol qui puisse leur permettre de pousser, s'il est déjà rempli d'autres végétaux, ils ne peuvent donc plus proliférer...
    J'ai effectivement ce que vous appelez des animaux de compagnie mais pour moi et pour beaucoup (mais sans doute pas pour vous) ce sont mes enfants, comme si je les avais moi-même portés, comme si c'était la chair de ma chair et le sang de mon sang. Ce sont mes enfants, ils ont besoin d'amour comme chaque être humain en a besoin (et d'ailleurs tous les "animaux" en ont besoin - mais les humains sont eux-mêmes des animaux d'ailleurs... juste moins évolués que les lapins, gorilles, tigres etc....).
    J'ai déjà répondu à cette question que beaucoup posent : si j'étais dans un immeuble en feu, je sauverai en premier l'oiseau, le chat, le chien etc... puisque de toutes façons vous autres allez vous occuper des autres humains. Je conçois que pour vous c'est difficile à concevoir qu'on puisse défendre des animaux, soi-disant "ils ne sont pas humains", et bien justement c'est pour ça que je le fais... l'homme tout ce qu'il a su apporter sur terre, c'est les guerres, la douleur, les meurtres, la souffrance, le mensonge...
    Qu'est-ce qu'un assassin ? vous pouvez peut-être regarder dans un dictionnaire... ah oui c'est trop lourd pour vous que de le porter et difficile à tourner les pages. Ca demande un effort, comme on dit, surhumain.Voilà la définition : personne qui attente à la vie d'autrui, celui qui provoque la mort. C'est bien ce que vous êtes puisque vous otez la vie d'un autre être vivant et pire vous en profitez. Ce n'est que mon opinion mais je ne trouve pas cela très glorieux...
    Mais bon j'avais remarqué que les défenseurs des animaux, de la vie n'avaient pas une haute place chez vous...

  • "Bien, les insectes passent à la trappe, ou aux pertes et profits. Vous pouvez continuer à en écraser ....." et "Les plantes (...) Pourtant elles ressentent et manifestent des signes qui démontrent un stress"

    Le côté mélodramatique, c'est fait exprès ? Je respecte les insectes, et il est indéniable que sans eux, la vie sur Terre deviendrait impossible et disparaitrait. Quand à savoir s'ils souffrent, je n'ai pas vraiment la réponse (alors que je réponds OUI pour un mammifère) mais cela ne change rien. Si je trouve un insecte chez moi, je le prends et je le mets dans le jardin : qu'il vive sa vie pendant que je vis la mienne ! Je fais une énorme différence entre écraser une fourmi involontairement et exploiter/tuer un animal de manière arbitraire. Le premier cas a des circonstances atténuantes, le second aucune.

    Est-ce-que parce-qu'il n'est pas possible d'être parfait cela induit qu'une lutte ne doit pas être menée, là où c'est possible ? Parce qu'on ne peut pas facilement vivre sans tuer d'insecte, il faudrait légitimer les abattoirs, les élevages, la vivisection et être le plus cruel qu'on peut envers les animaux ? A ce moment on peut dire la même chose pour toutes les luttes : comme il sera impossible de supprimer la violence entre les humains, légitimons la violence absolue. Comme il y aura toujours des femmes violées, légitimons le viol et violons, comme il y aura toujours des inégalités, faisons tout pour les accentuer et puisque la mort existera toujours, autant légitimer le meurtre. Est-ce-cela le raisonnement ?

    "Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir?" Y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Quant aux parents qui choisissent de sauver le chat à l'enfant, désolé mais je n'en connais pas. Par contre des parents qui maltraitent leurs enfants mais également leurs animaux les journaux en font leurs choux gras tous les jours. Je vous conseille un site très intéressant.
    http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article13

  • "Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir?" Y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Quant aux parents qui choisissent de sauver le chat à l'enfant, désolé mais je n'en connais pas. Par contre des parents qui maltraitent leurs enfants mais également leurs animaux les journaux en font leurs choux gras tous les jours.
    Je vous conseille un site très intéressant http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article13 et le livre de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer "Ethique animale"

  • "Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir?" Y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Quant aux parents qui choisissent de sauver le chat à l'enfant, désolé mais je n'en connais pas. Par contre des parents qui maltraitent leurs enfants mais également leurs animaux les journaux en font leurs choux gras tous les jours.
    Je vous conseille un site très intéressant http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article13 et le livre de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer "Ethique animale"

  • dernier essai pour l'envoi du 2e post:

    "Et si les pierre ressentaient la souffrance du veau à l'abattoir?" Y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Quant aux parents qui choisissent de sauver le chat à l'enfant, désolé mais je n'en connais pas. Par contre des parents qui maltraitent leurs enfants mais également leurs animaux les journaux en font leurs choux gras tous les jours.
    Je vous conseille un site très intéressant
    http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article13 et le livre de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer "Ethique animale"

  • Et que mange-t-on dans un tel restaurant imaginé par Claude-Inga Barbey?
    Écoutez l'explication de la propriétaire, qui pèse 12 kg et demi pour 52 ans.

    lesquotidiennes.com/le-1er-restaurant-sans-viande-ni-légumes

    Magnifique !

  • C'est marrant que très bizarrement dans votre article il n'y a pas de photos de cette personne. Suis-je la seule à trouver ça étrange ?
    En tous cas, à mon avis s'il n'y a aucun cadavre au menu, ça ne peut être que bon... cela fait pratiquement 20 que je ne me nourris d'aucun cadavre, aucun corps en décomposition et je me sens en pleine forme. Je ne suis pas malade, en fait les seules fois où je suis malade c'est parce que des connards de fumeurs ne se rendent pas compte qu'il n'y a pas qu'eux qui avalent leur saloperie... mais c'est un autre débat qui n'a rien à voir avec le sujet. J'ai même réussi à prendre 20kg en étant lacto-ovo végétalienne et pourtant je ne mange pas plus gras ni plus sucré qu'avant, je dirai même moins. Il y a tellement de choix et les menus sont meilleurs... à quoi ça sert de mettre en plus un cadavre sur la table ?

  • Et que pensent les plantes que vous mastiquez?

    N'ont-elles pas le droit elles aussi de vivre leur vie dans les prairies au lieu de finir dans votre estomac lacto-ovo végétalien?

    Vous vous permettez de juger tous les autres avec je cite "des connards de fumeurs" des mangeurs de "cadavre" etc... mais en vous exprimant ainsi vous vous discréditez et ce n'est surement pas de cette façon que vous allez convaincre des "mangeurs de cadavre" de se passer de leur mets sanguinolents.

    Vous avez l'air d'être une personne malheureuse et dont le cerveau et le comportement semble commence sérieusement à pâtir d'une carence en viande.

    Apprenez déjà à vous exprimez correctement et après on vous écoutera peut-être.

  • Ricardo a écrit:
    le 22 août
    "Je mange des cadavres avec plaisir car je trouve cela bon et agréable."
    "J'évite autant que possible de rouler sur des animaux car cela salirait mon Hummer (le sang qui s'imprègne sur la carrosserie est difficile à faire partir).
    Je fais une exception avec les chats car ils sont trop faciles à choper la nuit avec leurs yeux qui brillent."

    Le 26 août
    "Et que pensent les plantes que vous mastiquez?"
    "N'ont-elles pas le droit elles aussi de vivre leur vie dans les prairies au lieu de finir dans votre estomac lacto-ovo végétalien?"
    Quel paradoxe :o/

    Que les végétaux soient vivants, c'est indéniable; qu'ils puissent souffrir au sens où souffre un animal, quel qu'il soit, c'est un non-sens, parce qu'ils ne sont pas (comme nous) des animaux. Le végétal réagit à des stimulations externes: un arbre cicatrice en produisant de la résine, les feuilles tombent à l'automne, la droséra emprisonne les insectes venus se coller sur elle, les tomates qui mûrissent produisent de l'éthylène qui fait mûrir les tomates proches, etc.... autrement dit, le végétal est capable de percevoir des modifications de son environnement et d'y réagir. Le reste n'est que conception personnelle indémontrable; et même si des recherches devraient être poursuivies sur la sensibilité du végétal, il n'en reste pas moins que le sentiment que peut éprouver pour son jardinier une plante bien soignée ne peut pas être de même nature que celui éprouvé par un animal pour un être humain qui le respecte.
    http://www.dignite-animale.com/

  • Des fois, il faut vraiment expliquer...le second degré...

  • Second degré ah ah ah .. bel alibi qui permet tout et n'impote quoi

  • Et oui, des fois...il faut en rigoler...rappelez vous Elie Kakou...

  • Je ne vais pas me répéter concernant les plantes.. . ça veut juste dire que ce pauvre Ricardo ne sait pas lire.
    Je ne vois pas en quoi je me discrédite mais il n'y a qu'un imbécile pour sortir des bêtises pareilles. Je n'ai proféré aucune insulte, juste dit la stricte vérité.
    Oserai-je poser une question toute bête ? Oui ! Ricardo, as-tu un et du coeur ? quoique je ne vois pas pourquoi je pose cette misérable question car visiblement à te lire la réponse est non.
    Je suis une personne malheureuse moi ? C'est la dernière ineptie que tu as réussi à écrire ? je ris intérieurement mais mon pauvre pauvre ricardo, visiblement c'est toi qui est malheureux.
    Stoppons ce dialogue avec toi car il vaut mieux ne pas te répondre, n'est-ce pas ?
    Sachez tous que nous autres végétariens, végétaliens ne souffrons d'aucune carence et surtout pas celle du coeur.

  • Cher "hommelibre". "Traitez-moi, traitez-nous d'assassins, vous mangez des plantes, des plantes qui souffrent, qui se défendent, qui luttent contre la mort, qui organisent des stratégies pour y échapper. Vous tuez vous aussi."

    Vous avez du apprendre que les plantes n'avaient pas de système nerveux comparable a celui des animaux. Vous avez peut-être oublié, ce que je peux pardonner, la question du cri de la carrotte revenant toujours à un moment où à un autre. El effet, elle permet de culpabiliser l'autre [personnellement ça ne m'atteint pas, je sais la différence.] et du coup, de se déculpabiliser un peu. Tactique de défense assez logique en somme.
    Mais même si on concevait qu'une plante souffre quand elle est coupée, vous auriez tout intérêt a devenir végétarien: la quantité de végétaux consommé directement par un humain est bien inférieure à celle nécéssaires pour produire 1kg de viande... Vous qui vous souciez du cri de la carotte, soyez soucieux jusqu'au bout : ]

    "personne parmi vos amis n'y répond"

    Je serai, pour ma part, ravie de vous répondre si vous avez d'autres réponse anti végétarisme à apporter, et comme vous pourrez le voir en lisant ce commentaire, je ne vous traite ni de viandiste, ni de bouffeur de cadavre, ni d'assassin. Non, je réserve ça a ceux qui se contentent de me dire "va brouter du gazon". Vous n'en étiez pas loin à certains moment, mais ayant pris cette discussion en cours, je n'en tient absolument pas compte.

  • SeAD: J'ai été longtemps végétarien. J'ai changé pour plusieurs raisons, mais je suis peu carnivore. Je comprends vos arguments, y compris l'aspect écolo-économique du rapport viande-céréales pour la même surface de terre. Mais j'exècre le terrorisme, intellectuel ou autre.

    Pour les plantes, il est démontré qu'elles ont une autre forme de perception et communication, même sans système nerveux. Une plante mère ressent à distance si l'on arrache une feuille à une plante fille. Il y a d'autres canaux que le système nerveux.

    Plus fondamentalement, ce qui me dérange dans le mode du vivant, c'est qu'il faut toujours ôter quelque chose à autre (animaux, plantes, humains) pour vivre. Questions fondamentale, sans réponse à ce jour.

  • "Pour les plantes, il est démontré qu'elles ont une autre forme de perception et communication, même sans système nerveux. Une plante mère ressent à distance si l'on arrache une feuille à une plante fille. Il y a d'autres canaux que le système nerveux."
    Il n'empêche que le régime végétarien en épargne plus ;]

    "J'ai été longtemps végétarien. J'ai changé pour plusieurs raisons, mais je suis peu carnivore. Je comprends vos arguments, y compris l'aspect écolo-économique du rapport viande-céréales pour la même surface de terre. Mais j'exècre le terrorisme, intellectuel ou autre."
    Les végétariens font ils du terrorisme??
    Le fait d'hair le terrorisme vous empêche-t-il d'être végétarien? J'ai du mal a comprendre...


    "Plus fondamentalement, ce qui me dérange dans le mode du vivant, c'est qu'il faut toujours ôter quelque chose à autre (animaux, plantes, humains) pour vivre. Questions fondamentale, sans réponse à ce jour."
    Autant épargner le plus de souffrances possible, et c'est pour cela que je crois en ce que je fais, autant dans l'alimentation que dans tout le reste.

  • Sur la souffrance des plantes... toujours!
    http://spiritcompassion.blogspot.com/2009/03/dis-les-plantes-elles-peuvent-souffrir.html

  • Victor : "Ne pas manger, endurer la faim...n'est-ce pas une soufrance...aussi ?"

    Je n'ai évidemment jamais dit qu'il ne fallait plus manger...Apprenez à lire !
    Ne pas manger de viande, ne pas manger de produits animaux, ne revient pas à cesser de s'alimenter (quelle drôle d'idée !). Il existe mille et un mets à déguster ou cuisiner dans une alimentation sans cruauté. Légumes, légumineuses, céréales, tofu, seitan, fromages végétaux, pâtes, riz, couscous, tartes, terrines végétales, salades, mousses, desserts au soja, glaces, sorbets, fondues au chocolat, fruits, biscuits, gâteaux...en sont des exemple parmi d'autres.

  • J'ai passé un super moment à rire avec les commntaires de Victor DUMITRESCU et Blondesen sur le topic "Vous reprendrez bien un peu de chat avant le fromage? Ben... les végétariens...l'anémie vous guète et je ne parle pas du cholestérol avec ce que vous mangez dont liste:

    "Il existe mille et un mets à déguster ou cuisiner dans une alimentation sans cruauté. Légumes, légumineuses, céréales, tofu, seitan, fromages végétaux, pâtes, riz, couscous, tartes, terrines végétales, salades, mousses, desserts au soja, glaces, sorbets, fondues au chocolat, fruits, biscuits, gâteaux...en sont des exemple parmi d'autres."

    Vous devriez aller en Afrique ou dans les zoos et servir tout ça aux Lions, tigres, panthères, etc etc

    Bon appétit! :))))))))

  • "l'anémie vous guète et je ne parle pas du cholestérol avec ce que vous mangez dont liste"
    Je ne suis absolument pas anemiée (analyses sanguines à l'appui; et vous ?)et je n'ai pas de "mauvais" cholestérol (alors qu'il y a des années, j'en avais); sachez que ce sont essentiellement les produits animaux qui donnent du "mauvais" cholestérol. Renseignez-vous un minimum avant d'écrire des énormités :-)

    En ce qui concerne l'Afrique, sachez qu'il y est traditionnellement servi de nombreux plats végétariens...d'ailleurs je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Pourquoi parler de l'Afrique ? C'est censé justifier quoi ? Quant aux Lions et tigres, je ne vois pas le rapport, il me semble que nous ne sommes pas des fauves dans la savane mais des êtres humains dans un pays où les magasins nous offrent un large choix de mets.

  • Je m'attendais à cette réponse et à l'amalgame qu'on fera avec les Africains! :))

    Cela justifie que sans remonter à l'âge du silex - où l'homme se nourrissait de la chasse et non d'herbes - je vous ai envoyé chez les fauves qui chassent aussi du gibier pour survivre! En revanche les animaux dits de consommation sont des herbivores!

    Des êtres humains? Quand on lit ceci d'Isaden75:"Perso, je préfère donner ma vie à sauver un animal plutôt qu'un être humain ! il n'en vaut pas la peine." Cela donne à réfléchir entre fauves et êtres humains!

    Bon week-end

  • "Cela justifie que sans remonter à l'âge du silex - où l'homme se nourrissait de la chasse et non d'herbes -"

    C'est celà oui... Et la cueillette?
    Rappelons qu'ils ont été obligés de la faire cuir pour la digérer...
    Et je ne mange pas d'herbe.

    "je vous ai envoyé chez les fauves qui chassent aussi du gibier pour survivre!"
    Les fauves n'ont pas le choix, nous si! Et vous chassez votre steack au rayon surgelés... Ce n'est pas de la chasse vous m'excuserez.

  • Wiki quoi qu'on en dise, vous mangerez les pissenlits par la racine et les asticots vous mangeront pas tous les bouts.
    lol ! :)

  • Décidément!!!!!!

    "Et vous chassez votre steack au rayon surgelés..."

    Ah! Parce que vous n'avez pas de boucherie chez- vous? Même les grandes surfaces comme la Coop ont une boucherie..et de la viande Bio SVP!

    Vous souvenez-vous du drame de la Cordillière des Andes survenue en 1972.?

    L'équipe de rugby d'Uruguay est forcée d'employer des mesures désespérées pour survivre après un accident d'avion dans les Andes. Isolés sur un glacier, les survivants de la catastrophe ont pu l'être qu'en mangeant les cadavres de leurs camarades... qui n'ont pu survivre au froid et à la faim.

    QU'AURIEZ VOUS FAIT ?

    Je profite pour corriger " vous guette"

  • Blondesen: "Wiki quoi qu'on en dise, vous mangerez les pissenlits par la racine et les asticots vous mangeront pas tous les bouts."
    lol ! :)


    Mdr mdr mdrrrrrrrr

  • @ Blondesen: on devrait empêcher la chasse à l'homme par les asticots carnivores et nécrophages. Aucun respect pour les morts ceux-là! Sans parler des pénétrations anales et sexuelles non consentantes - mais comment dire non quand vous êtes mort? (de rire...)

    [=|^]

  • Pour ma part, il m'a toujours semblé que les végétariens que j'ai rencontrés sont des gens tristes. Je ne sais pas si c'est parce que ce sont des gens qui ont à la base de la tristesse ou si c'est parce que la chair apporte quelque chose au niveau psychologique et chimique que n'apportent pas les légumes. Nous sommes omnivores et sommes faits pour manger de tout non ? On peut vivre sans viande ou poisson, à condition de surveiller son alimentation. (ce qu'un mangeur de viande n'a pas besoin de faire) Mais je pense que notre équilibre psychique a besoin de viande. Elle apporte un plaisir qu'elle seule peut apporter.

    Pour ma part, je suis sensible aux arguments des végétariens, surtout en ce qui concerne le traitement des animaux. J'avoue que j'aime autant ne pas imaginer ce qu'on fait subir aux animaux dans les élevages industriels et dans les abattoirs. Mais je suis bien incapable de me passer de viande, c'est pour ça que je ferme les yeux et que j'essaye de ne pas y penser...

  • Blondesein, à vous de laver l'honneur des asticots "sodomites" :)))) de l'humour.... d'hommelibre!

  • Hommelibre:" Sans parler des pénétrations anales et sexuelles non consentantes - mais comment dire non quand vous êtes mort? (de rire...)"

    Toutes mes pensées vous accompagnent! :)) Et ceux qui sont morts d'ennui n'y ont pas droit?

    Vaste débat même à trépas avec celles qui professent la misandrie! :))

  • Wiki eh bien quoi qu'on en pense, les asticots ne font pas de différence entre une bonne à tout faire, une bonne végétarienne et une bonne à rien.
    lol ! :)

  • Rien que pour les femmes... Quelle âme chevaleresque que Blondesen!

  • Wiki quoi qu'en dise Sandrine Salerno, Blondesen dit "chevales" quand les chevaux sont de sexe féminin.
    lol ! ;)

  • @ Patoucha


    "Ah! Parce que vous n'avez pas de boucherie chez- vous? Même les grandes surfaces comme la Coop ont une boucherie..et de la viande Bio SVP! "

    Que vous l'achetiez dans une boucherie ou un magasin bio ne change rien au fait que vous ne ne chassez pas pour survivre comme les fauves. Vous vous attardez sur des exemples, des images, sans parler du fond. Dommage.


    "Vous souvenez-vous du drame de la Cordillière des Andes survenue en 1972.?

    L'équipe de rugby d'Uruguay est forcée d'employer des mesures désespérées pour survivre après un accident d'avion dans les Andes. Isolés sur un glacier, les survivants de la catastrophe ont pu l'être qu'en mangeant les cadavres de leurs camarades... qui n'ont pu survivre au froid et à la faim.

    QU'AURIEZ VOUS FAIT ? "

    Peut-être la même chose. Et j'aurai accepté que si j'y passait, on me mange. C'était une question de survie. Or ici et maintenant nous n'avons pas besoin de viande pour survivre. Mais je comprend bien que si certains vous ont dit qu'eux ne mangeraient jamais un animal même si leur vie en dépendait vous avez du avoir une drôle d'impression sur les végétariens! ^^
    Je ne suis pas hermétique à la viande, je fait juste le choix de ne pas en manger parce que les raisons sont suffisantes [animaux, environnement, famines, santé], mais par exemple si je me fait attaquer par un animal humain ou non humain, je me défendrais, c'est logique. [pour vous aussi je suppose]




    @ Kad

    "Pour ma part, il m'a toujours semblé que les végétariens que j'ai rencontrés sont des gens tristes."

    Euh, pas moi... Et je ne me sens pas triste non plus, même au milieu de mes amis la plupart omnivores. Peut-être étaient-ils gênés? Ce n'est pas forcément facie de s'assumer végétarien dans un groupe pour qui celà est étranger, comme toute chose "différente" qui peut nous mettre à l'écart [poltique, religion, sexualité...]. Simple supposition, ceux ci étaient peut-être des gens tristes, dommage que vous n'en ayez rencontré d'autres.


    "Je ne sais pas si c'est parce que ce sont des gens qui ont à la base de la tristesse ou si c'est parce que la chair apporte quelque chose au niveau psychologique et chimique que n'apportent pas les légumes."
    La viande apporte selon les études de l'agressivité, mais pas de la joie [contrairement à d'autres aliments, comme le chocolat], donc je ne pense pas que ce soit ça.


    "Nous sommes omnivores et sommes faits pour manger de tout non ?"
    On PEUT manger de tout. On n'est pas pour autant obligés =]


    "On peut vivre sans viande ou poisson, à condition de surveiller son alimentation. (ce qu'un mangeur de viande n'a pas besoin de faire)"
    o_0 Euh vous vous trompez lourdement! Un omnivore peut avoir énormément de carences s'il ne mange que steack pates par exemple!


    "Mais je pense que notre équilibre psychique a besoin de viande. Elle apporte un plaisir qu'elle seule peut apporter."
    o_0 Chacun son truc hein, mais perso je ne me drogue pas à la chair et ça me va ^^ [votre phrase est surprenante]


    "Pour ma part, je suis sensible aux arguments des végétariens, surtout en ce qui concerne le traitement des animaux. J'avoue que j'aime autant ne pas imaginer ce qu'on fait subir aux animaux dans les élevages industriels et dans les abattoirs. Mais je suis bien incapable de me passer de viande, c'est pour ça que je ferme les yeux et que j'essaye de ne pas y penser..."

    Ça viendra peut-être après, ce n'est pas facile de passer d'un "viande 1/jour" à "plus de viande du tout", surtout que vous aviez l'air d'y tenir fermement. En tout cas, c'est une décision qui doit être prise pour vous, par conviction, sinon vous n'allez pas en retirer satisfaction [manue de ce "plaisir" incomparable...]. Mais une fois fait, on s'en passe finalement facilement! [j'étais fana de charcuterie, maintenant ça ne me fait même plus envie.]

  • "que vous ne ne chassez pas pour survivre comme les fauves. Vous vous attardez sur des exemples, des images,"

    Effectivement SeAD c'était une image grossière et un exemple par l'absurde s'agissant de bêtes sauvages.En revanche, Les fauves des zoos, ne chassent pas pour leur survie et on leur donne des kilos de viande par jour! Mais ceci vous ne l'avez pas relevé.

    Peut-être la même chose. (......)Il est heureux de constater que vous n'êtes pas un végétarien extrémiste. Depuis quand pratiquez-vous le végétarisme?

    On ne mange pas non plus un boeuf par jour! Il faut manger équilibré et varié. Donc, journellement il vous faut un apport de féculent, protéines (viande (blanche ou rouge, foie riche en fer), poisson, oeufs (pas plus de quatre par semaine), fromage, légumes secs) fruits et légumes.

    Personnellement, je suis plutôt poisson que viande! Aussi, je privilégie été comme hiver les grillades,le poisson,la viande (une fois/deux fois par semaine),le poulet rôti à la broche. Je n'aime pas le gras et aucun problème d'obésité dans ma famille. Mais je ne crois pas que même ce régime puisse convenir à des ouvriers en bâtiment ou autres qui commencent à 6/7 h du matin? A fortiori si on leur demande de manger végétarien! Croyez-vous que les athlètes pourraient tenir le coup avec votre régime? - d'autant que les anabolisants sont interdits.

    Bien à vous

  • Blondesen, j'adore "ce pas de danseuse" pour esquiver les réponses! :)))))))

  • "Olééééééééééééé !!!"

    :o)

  • Lollllll Blondesen, il ne s'agit pas du flamenco mais de la danse classique! :)))))))))

  • Patouchat, Teufel! Vous n'avez pas lu le titre? N'entendez-vous point le couteau qu'on aiguise? Le beurre grésillant dans la poêle ou blanchissent quelques oignons finements coupés? ne sentez-vous pas une odeur de Kase?
    Achtung! Haben sie der sieben lieues stiefeln am fuss?

  • "Ça viendra peut-être après, ce n'est pas facile de passer d'un "viande 1/jour" à "plus de viande du tout", surtout que vous aviez l'air d'y tenir fermement. En tout cas, c'est une décision qui doit être prise pour vous, par conviction, sinon vous n'allez pas en retirer satisfaction [manue de ce "plaisir" incomparable...]. Mais une fois fait, on s'en passe finalement facilement! [j'étais fana de charcuterie, maintenant ça ne me fait même plus envie.]"

    Je doute que ça vienne pour deux raisons : la première c'est que je considère contre nature de se passer totalement de viande. Je suis certain que je ne tiendrais pas longtemps. Manger moins de viande d'accord car nous en mangeons de toute façon souvent trop. Mais pas du tout, ça me paraît exagéré. Et surtout, comme vous l'avez dit, il est socialement difficile de faire ce choix. Vous allez chez des amis, il doivent faire la cuisine spécialement pour vous. Vous allez au restaurant, la carte qui vous est réservée est très succincte. Donc, mieux vaut suivre la masse et ne pas se poser de si gros problèmes au niveau de l'alimentation. Bref, chacun son choix, j'ai fait le mien !

  • "On se pose moins la question pour les lapins, pourtant si mignons et adorables"
    HA! HA! HA! HA! :-)))))

    Pour le reste, je mange de moins en moins de viande, mais quand j'en mange, je cherche la qualité. Je trouve peu ragoûtant de manger de la viande d'animal nourri de manière douteuse.

    De même pour le poisson.
    J'aurais beaucoup de peine par contre à me passer des fruits de mer. Ce qui m'arrange bien, car je n'aurais jamais la larme à l'oeil par d'éventuels cruels traitements commis sur une vongole.

    Sur le côté tristounet évoqués par Kad sur les végétariens, je le rejoins un peu mais en relativisant. Je trouve plutôt que c'est le côté doctrinaire et prosélytiste qui rend certains adeptes végétariens (ou plus excessifs végétaliens) étriqués et, excusez-moi du terme, chiants.
    Il existe également des végétaliens ou végétariens qui le sont dans un esprit ascète, et ceux-ci ne sont pas non plus de joyeux drilles, c'est le moins qu'on puisse dire!

  • (Spécial Pascale - lol !)

    Wiki quoi qu'on médise, moi j'aime beaucoup la salade après que le lapin l'ai mangée.
    lol ! :)

  • @ Patoucha

    Ravie de voir que finalement [première impression contraire] on peut discuter sérieusement sans se mépriser =]

    "En revanche, Les fauves des zoos, ne chassent pas pour leur survie et on leur donne des kilos de viande par jour! Mais ceci vous ne l'avez pas relevé. "

    La place d'un lion n'est pas dans un zoo ou dans un cirque. Ceci dit, lorsqu'il s'agit d'un parc visant à sauvegarder l'espèce, une fois de plus, c'est logique [surtout qu'à la base, c'est de notre faute.] et je l'accepte. Il faut savoir faire des compromis, ne pas vouloir dénaturer ne signifie pas ne pas vouloir aider =]


    "Il est heureux de constater que vous n'êtes pas un végétarien extrémiste. Depuis quand pratiquez-vous le végétarisme?"
    Bien je pense surtout que ceux qui vous ont dit ça sont juste un peu trop théoriques et idéalistes. Essayer de vivre sans tuer ne veux pas dire se laisser mourir pour ça. Je suis ovo-végétarienne depuis 1 an [quasi végétalienne, un oeuf rarement qui provient de poules qui ne sont pas sencées être rentable, donc pas exploitées ni envoyées à l'abbattoir. Ça me permet pour l'instant de ne pas m'occuper de la vitamine B12 puisqu'elle est présente dans les oeufs et les produits supplémentés genre lait de végétaux, céréales etc] Pourquoi?


    "On ne mange pas non plus un boeuf par jour!"
    J'espère bien!!! ^^


    "Il faut manger équilibré et varié."
    Tout à fait d'accord, c'est l'essentiel de toute alimentation.

    "Donc, journellement il vous faut un apport de féculent, protéines (viande (blanche ou rouge, foie riche en fer), poisson, oeufs (pas plus de quatre par semaine), fromage, légumes secs) fruits et légumes. "

    Les protéines se trouvent en quatité dans les légumineuses [donc effectivement, légumes secs], oléagineux et assocciations de céréales. Je ne crains absolument pas pour les protéines, généralemzent les végétariens ou omnivores en consomment laaaargement assez, je préfère faire attention aux vitamines, fer, calcium... Et encore, ce n'est pas difficile.

    "Personnellement, je suis plutôt poisson que viande! Aussi, je privilégie été comme hiver les grillades,le poisson,la viande (une fois/deux fois par semaine),le poulet rôti à la broche."
    Grillades ok, mais attention au feu de bois qui peux être nocif pour l'alimentation.


    "Mais je ne crois pas que même ce régime puisse convenir à des ouvriers en bâtiment ou autres qui commencent à 6/7 h du matin?"

    Mon copain végétarien est maçon. [tout le monde lui a dit "tu ne pourra pas", résultat tout va bien]

    "A fortiori si on leur demande de manger végétarien! Croyez-vous que les athlètes pourraient tenir le coup avec votre régime? - d'autant que les anabolisants sont interdits."

    Carl Lewis est végétarien.
    Ainsi que cette liste: http://aequoanimo.com/vegsportif.html#athlètes
    Alors bien sûr, certains d'entre eux ont pu prendre des compléments, mais pas la majorité.

    Voilà voilà, il faut se défaire des idées fausses! =]


    Cordialement!

  • @ Kad

    "Je doute que ça vienne pour deux raisons : la première c'est que je considère contre nature de se passer totalement de viande."

    Et bien c'est dommage, puisque c'est faux. Nous sommes même semblables physiologiquement aux herbivores et non aux carnivores.
    Nous sommes omnivores, nous pouvons aussi bien manger de tout qu'être végéta*iens. Ensuite, si tu veux être "naturel", sort de cet écran, enlève tes habits fabriqués industriellement, abandonne voiture/vélo/basket, ne va plus au supermarché et nourrit toi de cueillette... tu peux aussi t'habiller en peau de bête et tirer ta femelle par les cheveux ^^


    "Je suis certain que je ne tiendrais pas longtemps. Manger moins de viande d'accord car nous en mangeons de toute façon souvent trop. Mais pas du tout, ça me paraît exagéré."
    Pourquoi exagéré? C'est simplement cohérent! [évidemment que vous ne tiendrez pas si pour vous c'est de toute manière une erreur, inutile et contre nature ^^]


    "Et surtout, comme vous l'avez dit, il est socialement difficile de faire ce choix."
    Vous n'agissez que pour être "bien" socialement? Wow. Ça doit pas être facile d'avoir toujours l'avis des autres et pas le sien. ; ]

    "Vous allez chez des amis, il doivent faire la cuisine spécialement pour vous."
    Pas forcément, il suffit de ne pas prendre de viande s'il y en à, on peut très bien manger le reste [bon évidemment les prévenir de ne pas faire de raclette...], ou apporter un petit plat! Ça permet de faire connaitre "sa" cuisine, et de participer [comme certains apportyent le dessert]. C'est encore plus facile entre potes: perso on fait souvent avec mon copain, végétarien, des repas / apéros dinatoires avec des amis tous omni, et ça se passe très bien! Chacun amène sa petite tambouille, on partage [ce qu'on veut, évidemment, on ne force personne à manger de tout ^^] et c'est très convivial. Là ou c'est plus difficile, c'est évidemment pour les repas de famille, mais les notres comprennent notre choix, et font toujours un petit quelque chose pour nous. Tient, si tu as un invité qui n'aime pas la viande par goût, ou qui ne mange pas telle ou telle chose parce que allergique, tu ne vas pas lui faire de la viande? Sinon ce serait vraiment indélicat je trouve. Bah là, c'est pareil. Mon grand père est chasseur,je te laisse imaginer, et bien tout simplement je ne prend pas de gibier, mais fait honneur à tout le reste, et ça lui va =]


    "Vous allez au restaurant, la carte qui vous est réservée est très succincte."
    Il y a des restaurants végétariens, et surtout ce n'est pas un problème majeur je trouve... On ne mange pas au restaurant tous les 2 jours =] Ce qui est plus problèmatique c'est pour ceux qui mangent à la cantine [collège, lycée etc.]. Il y a des repas pour musulmans, pour allergiques, mais pas pour végétariens... Cherchez l'erreur.

    "Donc, mieux vaut suivre la masse et ne pas se poser de si gros problèmes au niveau de l'alimentation. Bref, chacun son choix, j'ai fait le mien !"

    Triste destin que de se renier pour suivre la masse.





    @ Pascale

    "Sur le côté tristounet évoqués par Kad sur les végétariens, je le rejoins un peu mais en relativisant. Je trouve plutôt que c'est le côté doctrinaire et prosélytiste qui rend certains adeptes végétariens (ou plus excessifs végétaliens) étriqués et, excusez-moi du terme, chiants."

    Ça arrive oui. Dites vous bien que ce n'est pas non plus facile pour les végétariens d'être face à des mangeurs de chair convaincus qui vous balancent des moqueries constamment ou des arguments entendus 20 fois ["et le cri de la carotte?"]. Ce qui vous semble acceptable est un meurtre pour d'autres. A chacun de faire des efforts =] [il est évident que je ne vais pas essayer de convaincre un boucher, ou que je ne vais pas parler de ça à tout va pendant une soirée, il faut savoir être ouvert, comme pour tout avis]
    [excessif, végétalien?? Pourquoi donc?]

  • "Triste destin que de se renier pour suivre la masse."

    Non non, pas triste du tout. J'accepte vos choix puisqu'ils ne m'empêchent pas vivre comme je l'entends. Vous devriez en faire de même vis-à-vis des autres.

  • @SeAD
    Pour avoir une amie proche végétarienne (et à des années luumières de la triste figure évoquée plus haut), j'ai pu constater combien il peut être pénible de partager son repas avec des carnivores lorsque ceux-ci manquent de respect.

    Excessif "végétalien" car c'est plus bizarre et contre nature. Et il devient beaucoup plus difficile de couvrir les besoins alimentaires notamment pour la croissance et le développement.

  • @ Pascale

    Oui effectivement. De même qu'avec des végétariens bornés je pense, qui hurlent au moindre bout de viande. Perso ça me rebute, mais je n'interdit à aucun de mes potes d'en prendre, ça me semblerai complètement incorrect et "dictatorial". =]

    Bizarre? Pour moi, cohérent, puisque sauf exception une poule pondeuse ou une vache laitière finissent à l'abattoir lorsqu'elles ne sont plus assez productives. De même, ça relève de l'exploitation animale. Mais sur ce point, c'est un choix, pas une obligation "végé".
    Après ce n'est pas forcément contre nature, comme tout le reste c'est plutôt culturel [enfin c'est mon avis].
    Aucun soucis de croissance et de développement, mais il est évident que ça nécessite plus de rigueur que pour le végétarisme [et encore plus pour les enfants, comme pour les omnivores d'ailleurs, certains se croient "immunisés" mais un enfant reste fragile et nécessite une attention particulière]

  • Ce que je voulais dire, c'est juste que ne pas exprimer ses idées ou désir juste pour ne pas faire de remous et être dans une grosse masse, c'est se renier soi-même, je trouve ça triste oui.

    "J'accepte vos choix puisqu'ils ne m'empêchent pas vivre comme je l'entends. Vous devriez en faire de même vis-à-vis des autres."

    Jamais dis le contraire.
    Sauf que votre choix implique la mort de milliers d'animaux, la famine et la pollution. Je ne vous vise pas en particulier, je ne suis pas parfaite non plus. Simplement vous dire pourquoi je ne suis pas d'accord avec "mon choix personnel" =] [de même le mien peut influer sur les traditions culinaires du pays par exemple]

  • @SeAD

    Bizarre et contre nature parce que les animaux et êtres humains se nourrissent de lait de prime abord.

    Certains diront que le lait de soya remplace très bien le lait maternel ou autres laits pour les enfants, mais il semblerait qu'il y ait des conséquences hormonales non négligeables...

    Si je n'ai aucun problème lorsqu'un adulte fait un choix, comme vous, et va jusqu'au bout de ses idées, c'est plus délicat de choisir pour un enfant, d'autant plus s'il y a des conséquences sur son développement. C'est un risque que je ne prendrais pas, et je préférerais que le choix se fasse en connaissance de cause lors de l'adolescence par exemple.

    Ceci ne veut pas dire bourrer son marmot de produits issus d'animaux, mais le faire de temps à autre, ne serait-ce que pour éviter un rejet physique (et non pas par choix) par la suite et ainsi éviter tout désagrément causé par des carences ou autres.

  • @ Pascale

    Le veau se nourrit de lait de vache, le bébé humain de lait maternel, c'est logique. L'inverse, beaucoup moins.

    Effectivement, il existe un lait de soja spécial transition "lait maternel - autre" pour les enfants à partir de l'âge de 5 mois [je suppose que les autres ne conviennent pas]. Et j'ai aussi eu cette information, surtout pour les garçons, il vaut mieux attendre 3 ans. Donc je ne conseille pas de prendre le risque avant d'être certain que c'est innofensif, précaution.
    De même qu'il n'est pas bon de donner n'importe quel lait à un bébé. Précaution encore, je me méfie des "bienfaits du lait" longtemps contés et qui aujourd'hui se dissipent. Enfin, il vaut mieux faire le mieux que l'on peut, même si l'on pas sûr d'être parfait, et effectivement si le soja présente un risque supérieur au lait de vache, il vaut mieux se débrouille à ce moment là pour trouver un élevage modéré ou les animaux sont bien traités et pas exploités [hors de question personnellement que je prenne le lait d'un bébé [veau qui se nourrit à l'herbe+granulés au bout d'une semaine c'est n'importe quoi] pour nourir le mien!] donc, s'y préparer à l'avance.


    C'est sûr que la question se pose dans beaucoup de familles végés. Ne pas lui en donner, c'est pour certains le priver de "choix", pour d'autre c'est être cohérent [ce que je comprend, je vois mal une mère dire à son fils "nous on ne mange pas d'animaux morts, mais toi vas-y!"]. Je pense que dans le doute, il vaut mieux attendre qu'il soit en âge de choisir avant de "forcer" à manger de la viande. S'il veut plus tard en manger, il le fera. Seul soucis, les goûts se développent tôt, donc mieux vaut à l'extérieur lui laisser prendre du jambon ou de la viande s'il le désire. Come ça le schéma est clair: à la maison on n'en achête pas, mais si tu veux y goûter chez tes copains [c'est plus facile à l'école de faire comme la majorité] et plus tard en manger, tu peux. C'est notre choix, tu fera le tien.
    Je ne pense pas qu'un famille sans télé par exemple va acheter une télévision juste pour ue l'enfant puisse la voir et décider si oui ou non c'est intéressant... C'est comme ça ça que je le vois.

    [enfin je pense que dans le fond on est d'accord, ce n'est pas à la famille [même si celà peut faire du mal parce que les convictions sont fortes] de choisir à l'avance l'opinion que devra avoir son enfant. Lui expliquer pourquoi eux pensent ça quand l'enfant le demande, oui [comme pour le racisme, le respect de la différence, la politesse ou je ne sais quoi] le "modeler" comme on voudrait qu'il soit non.]


    "et ainsi éviter tout désagrément causé par des carences ou autres."
    Quelles carences? [hors soucis lait / jus de soja]

  • Je pense qu'il peut y avoir des carences car dans mon entourage, les amis élévés végétaliens ou végétariens sont restés très petits (toute la fratrie) alors que les parents sont plus grands que la moyenne.
    Il s'agit de deux familles, et c'est peut-être un coïncidence.
    Ils sont nés à une époque où le choix des produits hors viande était moins vaste, ceci peut également expliquer cela.
    Mais du coup, je suis toujours restée un peu méfiante vis-à-vis de la croissance d'un enfant.

    :-)

  • @ Pascale: comme thérapeute j'ai fait la même observation. Je ne puis défendre physiologiquement une manière de s'alimenter plus qu'une autre, je pense que l'humain est plus granivore et frugivore de par sa dentition et la longueur de son intestin, et par le fait qu'il ne possède pas un enzyme qui permet aux animaux de mieux dégrader les déchets de protéines animales et donc d'avoir moins de risque de pathologie liées à cela (arthrite, etc).

    Mais je constate que l'on ne peut changer d'alimentation uniquement pour des raisons intellectuelles sans risquer de se déséquilibrer. Cela doit être individualisé et progressif.

    Et pour les enfants, je ne ferais pas non plus l'expérience d'une alimentation végétalienne. Il me semble que pour qu'un tel changement se fasse sans risque il faut plusieurs générations.

  • Redbaron: Patouchat, Teufel! Vous n'avez pas lu le titre? N'entendez-vous point le couteau qu'on aiguise? Le beurre grésillant dans la poêle ou blanchissent quelques oignons finements coupés? ne sentez-vous pas une odeur de Kase?

    Bonjour Red, pas du premier coup! Je sens du HL tout craché pour attirer la foule! :))

  • SeaD : "je préfère faire attention aux vitamines, fer, calcium... Et encore, ce n'est pas difficile."

    Où ça, en gélules dans les compléments alimentaires?

    "La place d'un lion n'est pas dans un zoo ou dans un cirque."

    Ils y sont et ce n'est pas le débat!

    Ceci dit, lorsqu'il s'agit d'un parc visant à sauvegarder l'espèce, une fois de plus, c'est logique [surtout qu'à la base, c'est de notre faute.] et je l'accepte. Il faut savoir faire des compromis, ne pas vouloir dénaturer ne signifie pas ne pas vouloir aider =]"

    Donc il faut que ces animaux aient de la viande qui provient d'abattage!

    "Pourquoi" ?

    C'est là une question primordiale car on devient végétarien. Comme dit très justement Pascale, et c'est là où je voulais en venir: "Et il devient beaucoup plus difficile de couvrir les besoins alimentaires notamment pour la croissance et le développement."

    Le lait n'a pas les mêmes protéines que la viande. Et la vitamine B12 est essentielle pour le cerveau entre autres. Beaucoup de gens à l'âge adulte ne supportent ni le lait ni les céréales associées au lait!

    "Mon copain végétarien est maçon. [tout le monde lui a dit "tu ne pourra pas", résultat tout va bien]"

    Donc pas toujours été végétarien! C'est tout de même une exception qui ne fait pas la règle. Allez-donc sur un chantier et là où on exerce des métiers difficiles, chez les montagnards,ceux qui déblayent les routes, les camionneurs, les pompiers etc etc, et demandez-leur de suivre votre régime ne serait-ce qu'une semaine! Est-ce utile de vous rappeler leur boulot dans le froid et la neige, la pluie, les inondations?
    Quel est votre métier?

    tout le monde n'est pas Carl Lewis et la majorité des athlètes consomment des compléments alimentaires en quantité impressionnantes.

    "Grillades ok, mais attention au feu de bois qui peux être nocif pour l'alimentation."

    Lol du surgelé nous passons au feu de bois??
    Vous ne m'apprenez rien d'une part, ensuite il suffit de mettre un gril sur la plaque la laisser bien chauffer et vous obtenez de bonnes grillades, ou encore dans un four à gril à infrarouges. Vous pensez bien que je ne vais pas asphyxier tout le monde à griller au feu de bois dans la cuisine ou au salon!!!

    Pour finir, j'ai trouvé ceci pour vous:

    Antispécisme pratique : la vitamine B12 dans l'alimentation végétalienne
    Marco Lorenzi
    Vous pouvez joindre Marco Lorenzi par mél : Lormar@comm2000.it

    La plupart des lecteurs des Cahiers sont sans doute conscients du fait que, du point de vue de l'éthique antispéciste, il n'y a pas d'alternatives vraiment acceptables et concrètement praticables à l'alimentation végétalienne. Il est connu que les laitages et les œufs, contrairement à ce qu'en pensent les spécistes et certains antispécistes, impliquent de fait eux aussi la mort, la souffrance et la réification des animaux nécessaires à leur production. Il s'ensuit que l'alimentation végétarienne, même si elle reste un pas en avant appréciable dans la direction d'un mode de vie cohérent avec l'antispécisme, n'est pas en mesure d'éviter l'exploitation des animaux non humains aux mains des animaux humains.

    Dans leur ensemble, les recherches scientifiques dans le domaine de la nutrition confirment que l'alimentation végétalienne, si elle est correctement équilibrée, est parfaitement en mesure de satisfaire les besoins nutritionnels humains, apportant en outre des bienfaits non négligeables relativement à l'alimentation généralement suivie par les populations des pays industrialisés. Ceci ne signifie nullement qu'il suffise d'éliminer le lait et les œufs de sa table pour manger de façon équilibrée. Afin de se nourrir correctement, un végétalien doit posséder un minimum de notions de diététique, faute de quoi le risque de carences en certains micronutriments ne sera pas négligeable.

    Le micronutriment le plus critique dans le domaine de l'alimentation végétalienne est la vitamine B12, car celle-ci est, de fait, absente dans les aliments végétaux. En effet, elle n'est aujourd'hui présente naturellement que dans les aliments d'origine animale (œufs et lait inclus) et est produite par certaines bactéries communément présentes dans la terre et dans l'intestin de tous les animaux. Toutefois, les hommes, à la différence des herbivores, ne sont pas capables d'assimiler la vitamine B12 produite par les bactéries dans leur intestin.

    Beaucoup de végétaliens croient savoir que certains aliments comme la levure alimentaire, la levure de bière, les germes de blé, les graines germées, certains dérivés du soja comme le tempeh, les champignons ou certaines algues (comme la spiruline) garantissent un apport suffisant de cette vitamine. Malheureusement, il n'en est rien, et il s'agit souvent d'une conviction tirée de la lecture de documentations ou de livres de nutrition végétalienne déjà anciens, ou parfois récents mais qui, malgré cela, rapportent des informations scientifiques dépassées. De fait, à une époque, les méthodes d'analyse chimique n'étaient pas capables de faire la distinction entre la vitamine B12 et certaines substances analogues mais dépourvues d'activité dans l'organisme humain et présentes dans les aliments en question. De ce fait, il était impossible de distinguer les aliments qui contenaient réellement cette vitamine de ceux qui ne contenaient que ses analogues.

    Théoriquement, la vitamine B12 pourrait être présente dans tous les aliments végétaux non lavés, par suite d'une contamination bactérienne, par exemple due à des résidus de terre ; autrefois, quand les conditions hygiéniques étaient réduites, il en allait certainement ainsi. Cependant, il est aujourd'hui pratiquement impossible de trouver dans un quelconque produit végétal une quantité de cette vitamine approchant un tant soit peu les apports requis, même dans les algues, celles-ci contenant presque exclusivement des analogues de cette vitamine.

    Les conséquences de la carence prolongée de cette vitamine peuvent être très graves : les premiers symptômes sont la fatigue, la difficulté de concentration, les problèmes de mémoire, les tremblements, les fourmillements, les problèmes gastro-intestinaux, l'insomnie, la somnolence, la dépression, l'irritabilité, etc. Si ces symptômes d'origine neurologique sont négligés, le risque devient celui d'une grave dégénérescence de la gaine de myéline qui recouvre les nerfs, dégénérescence au moins dans certains cas irréversible, avec pour conséquence l'apparition d'une paralysie et de diverses formes de démence.

    En outre, une carence prolongée provoque une augmentation de l'homocystéinémie et donc un risque de pathologie de l'appareil cardiovasculaire.

    En l'absence d'apport alimentaire, les réserves de vitamine B12 présentes dans le foie sont suffisantes pour une durée très variable en fonction des habitudes alimentaires de la période qui a précédé le choix du végétalisme, mais généralement comprise entre une et cinq années, même si les symptômes décrits ci-dessus peuvent rester absents ou non relevés par le patient pendant un laps de temps encore bien supérieur, alors même que l'état de carence peut déjà être révélé par l'analyse sanguine (mesure de la vitamine B12 du sang, de l'acide méthylmalonique du sang et des urines, et de l'homocystéinémie).

    Il est clair que les risques potentiels sont graves, mais, heureusement, il existe deux solutions qui concilient éthique et santé.

    La première (qui est de loin la plus à conseiller) consiste à prendre des suppléments. Il y a des suppléments qui ne sont pas classés comme médicaments et ne sont donc pas testés sur les animaux, ne sont pas produits par des multinationales pharmaceutiques et ne contiennent pas de dérivés animaux (la vitamine B12 des suppléments est aujourd'hui presque toujours produite par des cultures spécifiques de bactéries). Ces produits peuvent être trouvés en herboristerie, en magasins d'alimentation naturelle et en pharmacie.

    L'apport journalier conseillé est de 2 à 4 microgrammes, mais il est recommandé d'en prendre au moins 10 (on ne signale aucun effet secondaire de surdosage jusqu'à 3 000 µg et plus par jour). Il est possible de concentrer les prises en prenant une pastille d'au moins 1 000 µg deux fois par semaine, vu que l'assimilation de cette vitamine se réduit fortement quand les quantités sont élevées. À l'inverse, il est déconseillé de prendre ces suppléments moins d'une fois par semaine.

    La seconde solution consiste à utiliser régulièrement et presque quotidiennement des aliments végétaux supplémentés avec cette vitamine (comme les hamburgers végétaux, les jus de fruit, les biscuits, les laits végétaux, etc.), en gardant à l'esprit les besoins en vitamine B12 tels qu'ils sont indiqués ci-dessus. Le problème avec cette seconde solution est que les produits végétaliens supplémentés disponibles sur le marché français ne sont pas légion et que leur teneur en B12 est souvent très faible, ce qui peut rendre difficile la tâche d'atteindre les AJR.

    Il m'est souvent arrivé d'entendre des militants antispécistes affirmer qu'ils ne se soucient pas de leur santé puisqu'ils sont devenus végétaliens pour sauver les animaux de l'abattoir et qu'ils se fichent du problème de la vitamine B12 parce qu'ils ont des choses plus importantes à l'esprit. L'abnégation de ces personnes est vraiment admirable, mais leur myopie aussi est grande : est-il réaliste de vouloir convaincre d'autres personnes de suivre la voie d'une alimentation vraiment non-violente comme le végétalisme quand on ne constitue pas soi-même un exemple acceptable pour autrui ? En d'autres termes, ce n'est qu'en démontrant qu'il est possible d'être végétalien sans dommages pour sa propre santé que l'on peut persuader d'autres personnes. Or, toutes les données scientifiques disponibles à ce jour indiquent que, au moins sur une longue période, il n'est pas possible de se passer d'un apport de vitamine B12 sans porter gravement dommage à sa propre santé et, par conséquent, à la cause antispéciste.

    Je vous cite: Voilà voilà, il faut se défaire des idées fausses! =]

    Bien cordialement à vous.

  • "Où ça, en gélules dans les compléments alimentaires?"

    Ni l'un ni l'autre.
    On trouve du calcium dans les fruit frais, les abricot sec, noix, soja, amandes, chou, algues, céréales, sésame, lentilles, noisettes, épinards, brocolis, navets, légumes verts feuillus, haricots blancs...
    On trouve du fer dans la laitue, carottes, choux verts, petits pois et haricots verts, haricots blancs, épinards, persil, artichauts, bananes, fraises, pêches, oranges, raisins secs, noix, pistaches...
    Il y a de quoi faire. Après il faut faire attention à associer de la vitamine C, un filet de jus de citron, un verre de jus de fruits, persil, éviter le tabac qui peut nuire à l'assimilation du fer par exemple... Comme dans toute alimentation je répond à mes besoins normalement. Il faudrait en finir avec ce mythe du végé qui se nourit de graines germées et de gellules. ^^

    ""La place d'un lion n'est pas dans un zoo ou dans un cirque."
    Ils y sont et ce n'est pas le débat!"
    C'est pourtant bien sûr le sujet que votre question portait il me semble... Le problème est là à la base pour moi. S'attaquer aux conséquences et ignorer les causes c'est un éternel recommencement.

    "Donc il faut que ces animaux aient de la viande qui provient d'abattage!"
    Bravo l'ami. On est d'accord. Et qu'on arrête le délire. [je parle des zoo "de loisir", dont le but est de faire un spectacle exotique pour touristes]


    "Le lait n'a pas les mêmes protéines que la viande. Et la vitamine B12 est essentielle pour le cerveau entre autres. Beaucoup de gens à l'âge adulte ne supportent ni le lait ni les céréales associées au lait!"
    ??? Je ne comprend absolument pas de quoi vous me parlez pour le lait.
    Oui pour la vitamine B12, seule absente du régime végétalien, et on trouve de la vitamine B12 dans des céréales, laits végétaux, préparations diverses, ou en compléments alimentaires [plus conseillés, mais j'y suis plus réticente: e n'apprécie pas les médicaments et compléments depuis longtemps, un peu idiot comme réaction oui, m'enfin de mon côté le problème ne se pose pas puisque je consomme encore quelques oeufs. Donc aux autres de choisir. A noter que la quantité nécessaire est infime.


    "Donc pas toujours été végétarien!"

    Et alors? Il a pu changer, les autres peuvent [sauf maladie rare qui forcerait à manger de la viande, et qui serait donc l'exception].

    "Allez-donc sur un chantier et là où on exerce des métiers difficiles, chez les montagnards, ceux qui déblayent les routes, les camionneurs, les pompiers etc etc, et demandez-leur de suivre votre régime ne serait-ce qu'une semaine! Est-ce utile de vous rappeler leur boulot dans le froid et la neige, la pluie, les inondations?"

    Vous serez gentil d'arrêter de me prendre pour une abrutie profonde. Je vous cite un exemple personnel, ça ne vous convient pas, une liste plus large, non plus, dans ce cas je veux bien des contres exemples! [et pas de végés se nourissants de coca-chips... bien entendu]

    "Quel est votre métier?"
    Je ne vois pas en quoi ça a un intérêt ni en quoi ça vous regarde... [désolé.]


    "tout le monde n'est pas Carl Lewis et la majorité des athlètes consomment des compléments alimentaires en quantité impressionnantes."
    Celle là je m'y attendais. Oui, comme les sportifs omnivores. Donc? On en est au même niveau.


    "Lol du surgelé nous passons au feu de bois??
    Vous ne m'apprenez rien d'une part, ensuite il suffit de mettre un gril sur la plaque la laisser bien chauffer et vous obtenez de bonnes grillades, ou encore dans un four à gril à infrarouges. Vous pensez bien que je ne vais pas asphyxier tout le monde à griller au feu de bois dans la cuisine ou au salon!!!"

    Simple remarque en parlant des grillades. De plus je ne pouvais pas deviner que vos grillades se faisaient en intérieur. Lol comme vous dites. Nous sommes d'accord sur un point, ça vous dérangerais tellement de le dire au lieu de tenter encore de me rabaisser?


    Merci pour le texte, j'en avais déjà vu un semblable mais le dernier paragraphe m'interpelle particulièrement:

    "Il m'est souvent arrivé d'entendre des militants antispécistes affirmer qu'ils ne se soucient pas de leur santé puisqu'ils sont devenus végétaliens pour sauver les animaux de l'abattoir et qu'ils se fichent du problème de la vitamine B12 parce qu'ils ont des choses plus importantes à l'esprit. L'abnégation de ces personnes est vraiment admirable, mais leur myopie aussi est grande : est-il réaliste de vouloir convaincre d'autres personnes de suivre la voie d'une alimentation vraiment non-violente comme le végétalisme quand on ne constitue pas soi-même un exemple acceptable pour autrui ? En d'autres termes, ce n'est qu'en démontrant qu'il est possible d'être végétalien sans dommages pour sa propre santé que l'on peut persuader d'autres personnes. Or, toutes les données scientifiques disponibles à ce jour indiquent que, au moins sur une longue période, il n'est pas possible de se passer d'un apport de vitamine B12 sans porter gravement dommage à sa propre santé et, par conséquent, à la cause antispéciste."

    Tout est dit. C'est du n'importe quoi. Le but n'est pas de se laisser dépérir. Triste que certains aient ces réactions.




    De même, mais j'ai vraiment l'impression dans votre message que vous me prenez de haut. J'espère impression fausse. ; ]

  • SeAD "De même, mais j'ai vraiment l'impression dans votre message que vous me prenez de haut. J'espère impression fausse."

    Très fausse même et loin de moi l'idée de vous rabaisser mais pour vous donner à réfléchir des conséquences sur votre santé d'une part, et qu'il n'est pas pensable pour les hommes qui exercent un métier difficile dont une infime partie est citée plus haut et pense du coup aux militaires carriéristes, d'être végétariens.

    Pour votre information, je suis une femme et je vous prenais pour un homme. :))J'ajoute que je respecte le mode de vie de chacun et suis désolée que vous l'ayez mal pris, mon intervention étant de vous mettre face à la réalité.

    Bien à vous!

    PS: Marco Lorenzi est un médecin nutritionniste reconnu!

  • Euh... de même j'ai cru que vous étiez un homme! Comme quoi! ^^

    Ok, ravie de voir que c'était une erreur. [j'espère que mon ton ne donne pas non plus cette impression]

    Il n'y a aucune conséquences sur la santé qui ne soit bénéfique à être végétarien. Oui, je me suis aussi renseignée, et ai consulté une multitude sites [de divers bords, pour éviter les "amen" qui ne m'apporteraient rien], de livres etc. avant de me lancer. Il y a quelques années j'étais loin d'apprécier le végétarisme ou ce genre d'idées, pour vous dire que ce n'était pas non plus une évidence pour moi dans laquelle j'ai plongé les yeux fermés. On peut-être plus dubitatif sur le régime végétalien, car il nécessite plus de rigueur ou de recherche, néanmoins il est aussi viable. On trouve les problème où on les cherche, dans des pays où le végétarisme est considéré comme normal ce sont les omnivores qu'on met en garde. Le tout est de savoir où on met les pieds et de pas faire n'importe quoi. Mon but n'est pas, encore une fois, de me "sacrifier".
    [ce n'est pas pensable pour vour, pourtant ça existe... il faut donc y penser =] ]
    Je comprend très bien que vous puissiez croire que c'est impossible, mais je ne laisserai pas mon copain ou mes amis mettre leur santé en jeu! Donc si je n'avais pas de preuves et d'avis reconnus de la possibilité d'être végétarien sans problème de santé, je ne leur aurai fortement déconseillé.

    La réalité n'est pas celle que vous m'énoncez [nous avons certainement différentes sources et expériences], mais je respecte également votre choix.

    [Pour le texte de M.Lorenzi, il parle de la B12 et à raison, nous somme d'accord]

  • SeAD vient de recevoir ses analyses, bonne moyenne dans tous les examens [fer, calcium tcétéra]
    Voilà qui devrait vous rassurer ^^

    [oui j'aime bien parler de moi à la troisième personne ^^]

    Cordialement!

  • Adorable SeAD,

    Patoucha est rassurée et surtout bien heureuse de ces excellents résultats. Elle fait également un bilan de santé tous les ans. Lollllll

    Bien à vous,

    Patoucha

  • Sympathique article, je vous remercie pour votre aide et je partage moi aussi complètement cette opinion ! J'insiste, votre site est vraiment bien bon, ce fut très enrichissant de vous lire... D'ailleurs, auriez-vous des forums ou blogs à me suggérer ?

Les commentaires sont fermés.